Navigation – Plan du site
Manuscrits/Transcriptions inédites

Un inédit de Flaubert : Salammbô. Hommage au Soleil

Geneviève Mondon

Texte intégral

1Parmi les nombreux manuscrits de travail de Salammbô, on a souvent la surprise de découvrir des passages parfois très longs et très travaillés que l’on ne retrouve pas dans le roman publié. Des pans entiers de texte inédit, descriptions, anecdotes, scènes, rêves, constituent un monde passionnant pour la recherche.

  • 1  Genèse du personnage de Salammbô d’après les manuscrits autographes de Gustave Flaubert, Thèse de (...)

2Un des exemples les plus étonnants est, au chapitre X, la suppression de l’hommage au Soleil qui se développe sur une trentaine de folios dans les brouillons, formant un ensemble possible et structuré, entre les numéros 75V° et 278V° du recueil 23660. J’en ai choisi cinq parmi les plus denses mais tous ont été transcrits dans ma thèse1 : il s’agit des folios 127V°, 137V°, 159V°, 138 et 225V°.

  • 2  Salammbô, édition présentée par Gisèle Séginger, GF, Flammarion, 2001, p. 249.

3Lors d’entretiens sur la terrasse de Salammbô, le prêtre Schahabarim tente d’apaiser les souffrances de la jeune Carthaginoise désespérée d’avoir perdu le voile de la déesse Tanit, le zaïmph, maintenant aux mains de Mâtho. Flaubert donne alors au personnage de l’eunuque une importance étrange avec un discours plein d’enthousiasme. Mais pourquoi a-t-il renoncé à ce passage ? De toutes ces lignes  d’écriture persévérante, il ne subsiste qu’une seule phrase : « Et sans cesse il exaltait la vertu de la lumière »2, condensation extrême de ce qui était un véritable hymne au Soleil, chanté par le grand-prêtre de Tanit.

4Au chapitre II, la prière de Salammbô donnait à la Lune une place prédominante et rassurante. Mais Schahabarim doute de Tanit. Il a plusieurs raisons de remettre en question sa puissance : sa science nouvelle sur Baal, une rancœur due à sa condition d’eunuque, enfin un projet stratégique, car il doit convaincre la jeune fille d’aller reprendre le zaïmph dans la tente de Mâtho, et pour cela  l’amener à adorer un autre dieu, plus ardent.

  • 3  Ibidem, p. 268.

5« Salammbô n’y comprenait rien, il disait qu’il y avait un dieu plus puissant, ébranlait peu à peu sa croyance, la troublait prêchait Moloch. » (folio 111). Flaubert a esquissé ainsi le discours de Schahabarim. Et c’est bien la divinité que reconnaît Salammbô, vaincue dans les bras de Mâtho : « Moloch, tu me brûles ! » sous la tente au chapitre suivant3. Mais maintenant l’eunuque évite de prononcer le nom de Moloch qui effraie son élève.

6Dans l’avant-texte, la scène originelle se passe à l’intérieur : « Un jour rayon de soleil qui entre et anime la poussière » (folio 127V°) « Schahabarim le regarde − béant, peu à peu s’exalte, se met à parler plus haut − se lâche. » Flaubert ajoute d’autres éléments favorables à l’écoute : « Une fois c’était au milieu du jour, ils étaient seuls tous les deux dans le grand appartement fermé et sans parler il se promenait en ligne droite depuis la porte jusqu’au lit suspendu. Elle, assise au bord de la fontaine, haletait sous la chaleur qui faisait craquer les lambris de cèdre − accablement général et le silence du dehors semblait entrer et augmenter la vague langueur qui pesait dans l’air. » (folio 135)

7Plusieurs folios (137, 138, 139, 141, 148, 241V°) reprennent la scène, avec le début de l’hommage au soleil : « − Ah ! le voilà ! le voilà ! du haut de l’éther, il se verse, il crée, il circule, il emplit l’espace. Et confondant le soleil avec le dieu, l’astre et son principe, Schahabarim continuait. » « Il est la force, la chaleur, la vie ! Il colore les fleurs, les yeux, les diamants ». « Sa force indifférente fait tout naître pour mourir, tout passe, lui seul est vrai. » Comme ravi en extase, le prêtre semble vouloir montrer le chemin à la jeune fille.

8« Ainsi le prêtre agitait son esprit et involontairement l’emplissait de vagues ivresses. Elle s’en trouvait plus docile et d’avance préparée à toute soumission. » Phrase terrible des folios 149 et 182V°, déjà  ébauchée au folio 159V°. L’eunuque croit à l’action de sa parole qui doit renforcer son pouvoir sur la jeune fille. Une image, qui disparaît du roman publié, pose une ombre inquiétante sur le personnage : c’était « comme s’il avait voulu l’entraîner quelque part sur un sommet lointain ». Ne pouvant la « posséder », il la submerge de « paroles abondantes et tumultueuses » (folio 130).

  • 4  Arbrisseau du littoral méditerranéen, appelé aussi gattilier. Pline l’Ancien explique ce nom, « ag (...)

9La convertir à une religion de la vie et de l’amour, c’est le dessein de Schahabarim. Dans l’avant-texte, il essaie par la suite une autre méthode, inspirée de sa science botanique, en changeant les habitudes de Salammbô : « à partir de ce jour-là il lui retire les jonchées de vitex agnus4 sur lesquelles elle couchait pour la chasteté et il lui donne à emporter une petite vessie (aphrodisiaque) qu’elle doit boire à trois cents pas du camp. » Enfin, et dans le texte définitif aussi, la danse langoureuse avec le serpent, « union mystique », se révèle décisive dans l’initiation de la vierge, promesse de faire naître le désir amoureux.

  • 5  Salammbô, p. 264.

10Aussi l’eunuque multiplie-t-il les images de sensualité et de fécondité en louant le dieu du Soleil : « il fait monter la sève au cœur des plantes et bouillonner l’amour dans les reins des tigres. Il hurle dans le fracas des incendies et la cohésion des chairs qui s’étreignent. » (folios 138 et 139). « Il descend du ciel dans un éclair, il remonte dans un baiser. » (folio 139) « La flamme s’élance d’un lit, pour monter au ciel dans un accès de rage et d’amour. » Des mots étranges pour la vierge, des images qui se fixent dans son esprit, plus ou moins consciemment, dont elle se souvient au moment voulu, sous la tente : « La pensée de Schahabarim lui revint ; elle se résigna. »5 Les intentions de Schahabarim sont clairement définies dans un ajout en interligne au folio 137V°, et dans le corps du texte aux folios 127V° et 159V° : « poésie de Fouterie universelle devant influer sur la conduite postérieure de Salammbô. »  

  • 6  Ibidem, p. 329.

11La violence du désir, l’élan vital, l’amour, ces forces fascinent le prêtre de Tanit qui ne connaît rien de tout cela, comme une revanche sur « l’aridité de sa vie » décrite au début du chapitre. Il  divague soudain, il délire et son exaltation se traduit par la vision grandiose de la fin du monde : « un jour, le cristal du firmament éclatera sous la chaleur des astres… l’univers s’embrasera dans un avènement de l’amour et le Feu primordial enfin reconstitué occupera le Vide Eternel. » (folio 154) Et Schahabarim se tourne vers l’Orient, comme un prêtre de Moloch pour entonner le chant rituel : « Hommage à toi, Soleil, dieu des deux zones, créateur qui s’engendre, à la fois Père et Mère… » Mais lui, à cause de sa castration, ne peut participer au culte de Moloch, célébré avec ces mêmes mots, au chapitre XIII, lors du sacrifice des enfants.6

12Son outrance semble inquiéter l’eunuque lui-même : « Salammbô s’était levée. Il haletait comme au haut d’une montagne et ne la voyait pas. Au son de sa voix, il tressaillit, se passa la main sur le front ; elle le sollicitait d’expliquer ses paroles. Mais il refusa, soit par honte de lui-même, ou pitié d’elle. » (folio 114, sorte de mise au net). Confus de s’être laissé emporter par l’enthousiasme mystique, mais pour un dieu autre que le sien, il agit par la suite de façon plus dissimulée et furtive. Flaubert substitue à ce religieux exalté, lyrique, un prêtre plus conventionnel et froid. Il a d’ailleurs supprimé un passage curieux, au début de ces entretiens sur la terrasse, où  Schahabarim se livre à une sorte de danse autour de son élève, marchant à pas saccadés, « depuis la porte jusqu’aux balustres d’argent, sur la même ligne », « avec des gestes impétueux qui soulevaient les grandes manches de sa robe de lin. », comme un oiseau de mauvais augure. Le personnage semble échapper à son auteur dans ces instants de folie.

13Ajoutons que, le plus souvent, l’auteur ne veut pas révéler ce que le lecteur doit deviner. La stratégie de Schahabarim doit rester cachée, il évolue dans l’ombre.

14De plus, la symétrie avec la prière à Tanit paraît condamnable à l’écrivain. On trouve en effet cette recommandation dans une note de régie, en interligne au folio 230 du recueil 23660 : « éviter le parallélisme que je trouve banal ».

15Le sens profond de ce texte virtuel est loin d’être perdu. On le retrouve disséminé sur tout le roman. La lumière du soleil s’épand sur tous les paysages, irradie, se pulvérise, explose en points d’or, reflets irisés, barres ou flaques lumineuses, flèches, étincelles, paillettes, poudres ou poussières phosphorescentes, éblouissement, rayonnement, embrasement. Les jeux d’ombre et de lumière créent le décor, la perspective, participent à la théâtralisation des scènes, métamorphosent les moindres objets. Ce souci constant de l’éclairage, s’il se relie aux effets et aux techniques de la peinture, semble annoncer celui des cinéastes.

  • 7  Ibidem, p. 189.

16La force du soleil génère la transparence de l’air, et la clarté du jour circule entre les êtres et les choses. « En plein azur », « tous entourés par le bleu du ciel », les personnages se détachent souvent sur un fond  impalpable dont la pureté étonne. Parfois le regard glisse le long des rues, des maisons, et se perd à l’horizon dans le bleu de la mer resplendissant, ou bien passe à travers les branches des grenadiers en fleurs pour découvrir « une île au loin, à demi perdue dans la brume. »7 Les couleurs, déclinaison des lumières, inscrivent aussi des liens implicites entre les éléments d’un paysage et créent des accords qui transfigurent la réalité.

17Flaubert a fait de la lumière un personnage réel : l’hommage forcené de Shahabarim devenait inutile.

18Mais peut-être n’y a-t-il aucune raison à la disparition de ce passage ?

  • 8  Correspondance, à Ernest Feydeau, février 1859, et à Madame Jules Sandeau (Pléiade III, Gallimard, (...)

19En pleine rédaction de Salammbô, en août 1859, Flaubert déclare en effet : « J’écris comme on joue du violon, sans autre but que de me divertir, et il m’arrive de faire des morceaux qui ne doivent servir à rien dans l’ensemble de l’œuvre, et que je supprime ensuite. »8

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  Genèse du personnage de Salammbô d’après les manuscrits autographes de Gustave Flaubert, Thèse de Doctorat sous la direction de Pierre-Marc de Biasi, Paris 7, 2002.

2  Salammbô, édition présentée par Gisèle Séginger, GF, Flammarion, 2001, p. 249.

3  Ibidem, p. 268.

4  Arbrisseau du littoral méditerranéen, appelé aussi gattilier. Pline l’Ancien explique ce nom, « agnos » qui veut dire « chaste » en grec : « Les Grecs lui donnent le nom d’agnos, parce que les femmes d’Athènes, lorsqu’elles observent la continence pendant les Thesmophories, ont coutume de parsemer leur lit avec ces feuilles [qui] répriment les ardeurs amoureuses. » Les Thesmophories étaient des fêtes en l’honneur de Déméter et de sa fille Perséphone.

5  Salammbô, p. 264.

6  Ibidem, p. 329.

7  Ibidem, p. 189.

8  Correspondance, à Ernest Feydeau, février 1859, et à Madame Jules Sandeau (Pléiade III, Gallimard, 1991, p. 14 et 34).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Mondon, « Un inédit de Flaubert : Salammbô. Hommage au Soleil », Flaubert [En ligne], Genèse, Manuscrits/Transcriptions inédites, mis en ligne le 19 janvier 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/474

Haut de page

Auteur

Geneviève Mondon

ITEM/CNRS-ENS

Articles du même auteur

Haut de page