Navigation – Plan du site
Études de genèse

Pour une approche génétique de L’Éducation sentimentale (1869) : état présent, perspectives, démarches

Déborah Boltz

Résumés

Le dossier génétique de L’Éducation sentimentale (1869), quasi-complet mais dispersé dans plusieurs institutions publiques de conservation, est disponible à la recherche depuis plus de trente ans. En trente ans d’approche génétique sur ce corpus manuscrit de nombreux travaux, que l’on doit principalement aux chercheurs de l’ITEM, ont été réalisés. Il faut y ajouter deux chantiers d’envergure: les recherches engagées, depuis 2006, pour l’édition en ligne du corpus « Flaubert » dans le cadre du programme ANR « OPTIMA » (Outil pour le traitement et l’analyse de l’information dans les manuscrits modernes) piloté par l’ITEM, et dans lequel s’inscrit le classement et la transcription des brouillons rédactionnels de L’Éducation sentimentale; et, le projet éditorial du Tome IV des éditions des Œuvres complètes de Flaubert dans la Collection de la « Pléiade » consacré au roman parisien. Aussi, à l’heure de ces deux grands chantiers sur le texte et l’« avant-texte » de L’Éducation sentimentale, nous a-t-il paru nécessaire de faire le bilan critique et raisonné des travaux réalisés sur ce corpus. Où en sommes-nous donc dans l’approche génétique de ce dossier ? Quelles sont les zones qui ont été travaillées tant dans le domaine de « l’avant-texte » que dans celui de la « génétique de l’imprimé » ? À l’inverse, quelles sont celles qui sont restées dans l’ombre ? Enfin, à quel renouvellement majeur dans la lecture et l’interprétation de l’œuvre peut-on s’attendre ?

Haut de page

Texte intégral

1Le dossier génétique de L’Éducation sentimentale, quasi-complet mais dispersé dans plusieurs institutions publiques de conservation, est disponible à la recherche depuis plus de trente ans. Constitué de près de 5000 folios, d’un dossier documentaire de 1000 pages, d’un Manuscrit définitif et du manuscrit des copistes, cet imposant corpus représente un vrai défi pour la méthode d’approche génétique de la littérature, d’ailleurs contemporaine de la résurgence de ces documents.

  • 1  Je renvoie au site Internet de l’ITEM pour la présentation du projet (www.item.ens.fr) Suivre « Pr (...)

2L’objectif de cette thèse est d’utiliser la méthode d’approche génétique développée à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM, CNRS) pour approfondir notre connaissance de la genèse de ce roman tant du point de vue du classement et des transcriptions des documents autographes que du point de vue de l’interprétation de l’écriture littéraire et de son esthétique. Ce travail de recherche s’articule à un projet d’édition numérique des manuscrits que l’ITEM a lancé, en 2006, à travers une ANR, OPTIMA (Outil pour le traitement et l’Analyse de l’Information dans les Manuscrits Modernes) dont le but est la création d’une plateforme éditoriale et d’un environnement de recherche et de transcription1.

3En trente ans d’approche génétique sur le corpus manuscrit de L’Éducation sentimentale, d’importants travaux de transcriptions, de classement, d’édition, que l’on doit principalement aux chercheurs généticiens de l’ITEM, ont été réalisés. Il faut y ajouter la publication de nombreuses études de genèse. Toutefois, dire que tout a été transcrit, classé, édité et analysé serait trop dire. Où en est-on donc dans l’approche génétique de cet imposant dossier ? Quelles sont les zones qui ont été travaillées tant dans le domaine de « l’avant-texte » que dans celui de la « génétique de l’imprimé » ? Mais avant d’en venir à l’examen de ces questions, retraçons brièvement le parcours historique du manuscrit de L’Éducation sentimentale qui permet de comprendre pourquoi l’étude des manuscrits du roman parisien n’est pas aussi avancée qu’il n’y paraît.

Destin d’un manuscrit

  • 2  C’est le cas de Louis Biernawski pour l’édition du roman, publiée chez Conard en 1923.
  • 3  L’attitude de la nièce de Flaubert qui a consisté à livrer l’important dossier de rédaction de L’É (...)
  • 4  Vente à Paris, hôtel Drouot, les 18 et 19 novembre 1931.
  • 5  Et la petite histoire raconte que pour son plaisir personnel, V. Giscard D’Estaing aurait demandé (...)

4À la différence d’autres dossiers de genèse des grandes œuvres de Flaubert tombés très tôt dans le domaine public, le manuscrit autographe de L’Éducation sentimentale est resté dans l’ombre pendant près d’un siècle. Du vivant de la nièce de Flaubert, Caroline Franklin Grout, quelques proches ont pu le consulter et utiliser des éléments, piochés ça et là, dans la masse des brouillons, notamment à des fins éditoriales2. Puis à la mort de Caroline, en 1931, et selon une décision testamentaire qui reste énigmatique3, le manuscrit autographe passe en vente publique et c’est Sacha Guitry qui en devient l’acquéreur4. Rares sont alors ceux qui ont le privilège d’approcher ces brouillons, jalousement conservés pendant plus de quarante années dans l’hôtel particulier du comédien. Au cours de cette longue période de privatisation, peu de documents autographes permettent d’entreprendre des travaux d’analyses sur le processus de rédaction du roman parisien. Les éléments constitutifs du corpus n’émergeant que très progressivement, éditions et études critiques se sont essentiellement appuyées sur les quelques documents déjà disponibles dans le domaine public : les Carnets (M.-J Durry, R. Dumesnil, Club de l’Honnête Homme…), les « notes documentaires » (A. Cento, 1970) ou encore le Manuscrit définitif (P.-M Wetherill, 1971). Ce n’est qu’en 1975 que le manuscrit autographe refait surface lors de la vente de la collection « Guitry » et, à l’initiative de Roger Pierrot, c’est la Bibliothèque nationale qui préempte les 5000 pages, grâce notamment à l’appui financier du président de la République de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing5. L’année 1975 constitue donc une borne temporelle décisive dans le parcours historique du manuscrit autographe de L’Éducation sentimentale puisqu’à cette date, c’est l’intégralité du dossier des brouillons qui devient accessible à la recherche, tandis qu’au même moment, se forment les premières notions qui vont bientôt aboutir, à proprement parler, à la critique génétique.

5Ce manque d’accessibilité n’a pas favorisé les recherches sur le processus de rédaction du roman parisien et voilà sans doute pourquoi l’avant-texte de L’Éducation sentimentale est moins bien connu que celui de Madame Bovary, qui par ailleurs, bénéficie souvent de la préférence des critiques.

État présent des connaissances sur le dossier manuscrit de L’Éducation sentimentale

  • 6  L’Éducation sentimentale, préface, dossier, notes et variantes établis par P.-M Wetherill, 2 volum (...)
  • 7  Dans le cadre de mon mémoire de DEA, j’ai réalisé un bilan raisonné des études de genèse sur le ro (...)

6Au fil de trois décennies, des tentatives ponctuelles ou partielles d’éditions et d’analyses génétiques de l’avant-texte du roman ont été réalisées (P.-M de Biasi, E. Le Calvez, M. Durel, C. Gothot-Mersch, A. Herschberg-Pierrot, K. Matsuzawa, D. A Williams, P.-M Wetherill…) mais au final, malgré d’importantes contributions comme l’édition du texte aux « Classiques Garnier », les Carnets de travail, les Scénarios, une édition hypertextuelle des brouillons du premier chapitre de la troisième partie, et plusieurs recherches doctorales en critique génétique sur le roman parisien6, etc., de nombreuses plages du récit restent encore peu explorées, voir totalement inédites7.

7Dans l’ensemble, ce sont les études de genèse sur la troisième partie du roman qui prédominent avec une focalisation sur les deux extrémités de la partie (chapitres 1, 5, 6 et 7), laissant au milieu une zone quasi-inexplorée. Le premier chapitre totalise à lui seul plus d’une vingtaine d’études de genèse : une préférence marquée qui tient surtout au caractère historique de ce secteur du récit. Cet intérêt massif pour l’Histoire n’appartient pas en propre à l’approche génétique : la critique textuelle traditionnelle avait déjà fait, depuis longtemps, de ce début de la troisième partie l’un de ces objets privilégiés. Remarquons toutefois qu’en dépit de cette focalisation et de la transcription intégrale des brouillons de ce chapitre donnée par D. A. Williams, peu d’études ont été consacrées aux passages qui font suite aux journées de février 1848 et qui précèdent le départ de Frédéric et Rosanette pour Fontainebleau. Quelques études ponctuelles microgénétiques ont été réalisées sur les autres chapitres de la partie (exception faite du chapitre 4). En revanche, l’ensemble des notes d’enquête se reportant à ces différents chapitres ont été éditées dans les Carnets de travail (P.-M de Biasi) en donnant, ici et là, des occasions aux chercheurs d’en proposer des analyses.

8Qu’en est-il des deux autres parties du roman ? Dans la première partie, les généticiens ont concentré leurs efforts sur les chapitres 1, 2, et 5 mais en se limitant à des petits segments dans le cadre d’analyses ponctuelles microgénétiques : l’incipit (A. Herschberg-Pierrot) ; la scène d’apparition et le personnage de Marie Arnoux (P.-M de Biasi, M. Durel, Y. Kudo) ; Deslauriers (G. Sagnes)… En revanche, il y a une vraie désaffection des études génétiques pour les chapitres 3, 4 et 6 : les deux tiers de l’avant-texte de cette première partie reste donc à explorer. On peut en dire tout autant de la seconde partie du roman (la moins étudiée du point de vue génétique) qui représente à elle seule 42% de l’œuvre totale. Mais tentons de nuancer ce bilan en rappelant que les secteurs peu analysés ont tout de même été abordés par des études multipliant les extraits de transcriptions (brouillons et scénarios) : c’est notamment le cas dans les recherches d’É. Le Calvez et de K. Matsuzawa.

  • 8  Le découpage des zones « avant-textuelles » a été réalisé d’après la terminologie des phases de la (...)

9La phase pré-rédactionnelle8 est la part de la genèse la mieux connue de ce corpus grâce notamment à l’édition intégrale des plans et scénarios proposée par D. A. Williams. Toutefois, cette édition pourrait certainement être améliorée à la fois dans sa transcription et dans sa présentation : le recours au numérique devrait permettre, par exemple, de rendre compte plus clairement du jeu d’aller-retour effectué par Flaubert, au moment de la rédaction, entre les scénarios et les brouillons. Par ailleurs, il reste beaucoup à faire sur les phénomènes transversaux à l’œuvre dans le roman, sur les relations entre scénarios et brouillons et du côté du dossier documentaire (une partie seulement des « notes de lecture » ayant été publiée : A. Cento, P.-M de Biasi, D. A. Williams).

  • 9  Depuis, l’équipe Flaubert de l’ITEM a mis en place un protocole pour la transcription diplomatique

10Pour ce qui est de la phase rédactionnelle proprement dite, au total, sur un ensemble d’environ 5000 folios, l’ensemble cumulé des transcriptions réalisées (pages entières et fragments) correspond au total à moins d’un quart du corpus autographe, soit l’équivalent de 700 folios. Par ailleurs, sous l’évolution logique des méthodes et des contraintes éditoriales depuis près de vingt ans, les transcriptions ne sont pas homogènes, ni dans leur protocole9, ni dans leur présentation. Notons que de nombreuses transcriptions motivées par une recherche spécifique induisent des disproportions de sens considérables : si nous disposons aujourd’hui de toutes les transcriptions relatives au descriptif grâce aux travaux d’Éric Le Calvez, de toutes celles sur la question financière grâce à K. Matsuzawa, de toutes celles relatives à la révolution de 1848 grâce à D. A Williams, sur tout le reste du récit, le travail rédactionnel demeure presque totalement inconnu.

11En ce qui concerne, la phase pré‑éditoriale (le Manuscrit autographe définitif, le manuscrit des copistes et l’ensemble des corrections qui ont eu lieu dans la période d’avant l’édition du livre), le travail de relevé, de transcription et d’analyse des modifications apportées par Flaubert sur son Manuscrit définitif réalisé par P.-M Wetherill (1970) constitue aujourd’hui la seule référence disponible. Toutefois, ce relevé est loin d’être exhaustif et la transcription de certains passages pourrait certainement être améliorée grâce aux mises au net accessibles seulement depuis 1975. De son côté, la copie des copistes n’a fait, à ce jour, l’objet d’aucune étude particulière. Un premier sondage de ce manuscrit, réalisé dans le cadre de ma recherche doctorale, montre que cette copie est loin d’être une reproduction fidèle du Manuscrit définitif : outre les modifications proprement dites apportées par Flaubert, on doit aux copistes un nombre important de transformations et d’erreurs non repérées par Flaubert et qui ont subsisté dans toutes les éditions du texte. À l’heure d’une nouvelle édition de L’Éducation sentimentale dans la collection « Pléiade » (voir plus loin), un examen complet de ce manuscrit est indispensable afin d’éclaircir les problèmes rencontrés par la plupart des éditeurs modernes pour l’établissement du texte définitif, et d’autant plus que nous ne disposons pas des épreuves corrigées de ce roman.

Objets d’étude privilégiés et pistes de recherche

12En trente ans, des préférences se sont imposées comme : la dimension autobiographique ; la problématisation des relations entre Histoire, politique et fiction ; les clichés et stéréotypes ; la complexité des rapports entre le temps référentiel et le temps du récit ; la question de l’intégration des sources livresques et documentaires ; le topographique et le descriptif, et dans une moindre mesure l’élaboration de quelques personnages. D’une façon plus singulière, on a cherché à débusquer dans les brouillons des logiques thématiques cachées (le principe de « débalzaciénisation », le motif de « l’argent »). Des chercheurs, comme Gisèle Séginger dont les travaux relèvent plutôt de la critique textuelle, ont synthétisé dans leurs études des analyses éclairant la thématique historique dans le roman. Au total, beaucoup de ces recherches recoupent des interrogations qui étaient celles de la critique textuelle mais le recours aux manuscrits leste ces études de résultats plus aboutis. Quant aux analyses proprement issues de découvertes faites dans les documents de genèse, elles ont largement contribué à complexifier l’image critique que l’on se faisait de l’œuvre, mais leur nombre et l’amplitude des sujets traités restent modestes en comparaison des ressources visiblement offertes par l’avant-texte. Toutefois, des questions essentielles n’ont été que peu ou pas travaillées d’un point de vue génétique comme, pour n’en citer qu’une, celle de la prosodie : une étude des évolutions génétiques permettant de comprendre l’émergence de la structure du rythme, si particulière à la phrase de L’Éducation sentimentale, avec toutes les difficultés que pose l’étude de la ponctuation flaubertienne et sa plus ou moins grande continuité entre le Manuscrit définitif et le texte imprimé serait à réaliser. Parallèlement, la question des temporalités, des durées, des ellipses pourrait certainement être renouvelée. D’autres travaux seraient à envisager autour du problème de l’intégration des notes documentaires, ou des questions liées à la représentation, à l’image et accessoirement à l’iconographie : si l’on connaît sur ce sujet les travaux d’Alison Fairlie et d’Adrianne Tooke, rares sont les généticiens qui se sont intéressés de près à la question… Ces quelques pistes de recherches montrent que de nombreuses problématiques restent aujourd’hui entièrement ouvertes pour des travaux à venir sur le corpus de L’Éducation sentimentale, sans que l’on puisse préjuger, bien évidemment, de ce que les brouillons inédits restent à nous faire découvrir.

Chantiers à venir : classement, transcriptions, description matérielle

13Comme on a pu le voir, beaucoup reste à faire dans le domaine interprétatif mais aussi dans le domaine génétique, principalement en termes de transcriptions et de classement. Bien que le dossier des brouillons ait été acquis, il y a plus de trente ans par la BnF, il n’existe à ce jour aucune tentative de classement systématique et intégral des brouillons de L’Éducation sentimentale. Cela tient, sans doute, à l’amplitude du dossier autographe : près de 5000 pages de brouillons répartis en treize volumes [17599-17611]. Cela tient aussi, évidemment, aux progrès récents de la critique génétique, au renouvellement profond des méthodes et aux exigences qui les ont accompagnées. Le travail d’inventaire fourni dans les années 1970 par la conservatrice du fonds, Madeleine Cottin, bien qu’utile, et décisif à l’époque, est devenu aujourd’hui insuffisant et pose plusieurs problèmes délicats tant d’un point de vue matériel que logique. On peut aussi regretter que la concordance ait été établie en utilisant comme texte de référence une édition critique du texte, plutôt que l’édition originale ou le Manuscrit définitif. Quant au principe de classement qui a consisté à rassembler dans un volume séparé [17611] les plans, scénarios et résumés, on peut y voir une initiative qui a sans doute contribué à susciter une première vague d’études de genèse, mais en conduisant aussi à trop opposer écriture scénarique et écriture rédactionnelle, au profit d’une mise en ordre qui ne pouvait, de ce point de vue, que rester approximative : d’autres éléments scénariques se trouvent mélangés aux brouillons rédactionnels et, à l’inverse, ces scénarios isolés du reste du corpus contiennent quelques fragments de brouillons. Depuis, des tentatives de classement des brouillons ont été réalisées, mais il ne s’agit pour la plupart que de travaux sous la forme d’analyses locales où le classement ne porte que sur un petit segment du texte, un chapitre en vue d’une analyse interprétative, ou une phase spécifique de la genèse. En 1992, K. Matsuzawa a fourni un inventaire des brouillons donnés dans l’ordre de la foliotation officielle. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un classement génétique et qu’on y trouve quelques oublis, ce travail, présenté sous forme tabulaire, a constitué jusqu’à présent la seule base de référence disponible pour s’orienter dans la consultation des manuscrits. Suite à ces travaux, j’ai entrepris un classement tabulaire des brouillons de L’Éducation sentimentale plus fin et plus abouti qui, tout en donnant un inventaire précis de l’ensemble des brouillons du dossier manuscrit dans l’ordre de la foliotation officielle, présente pour chaque folio un repérage des contenus textuels indexé sur le Manuscrit définitif. Le but est évidemment de parvenir au classement génétique intégral des folios. Mais un tel projet ne pourra se réaliser sans l’apport du numérique. Et c’est dans le cadre du projet OPTIMA que ce grand chantier de classement des brouillons de L’Éducation sentimentale devrait trouver sa concrétisation étant entendu que la première phase de ce chantier suppose une numérisation complète des brouillons : cette opération a été lancée au printemps 2008 par la BnF associée au projet. Mais ce grand chantier de classement va de pair avec deux autres chantiers d’envergure : la transcription des brouillons rédactionnels et des dossiers documentaires, et la description matérielle de l’avant-texte de L’Éducation sentimentale (supports papiers et tracés).  Pour les transcriptions, comme on a pu le voir, il reste près des trois quarts du dossier rédactionnel à transcrire. Sur la base des fac-similés numériques fournis par la BnF, il s’agira de rassembler les transcriptions existantes (celles inventoriées à l’ITEM) tout en créant une structure d’accueil et un outil de travail adapté pour les déchiffrements à venir (OPTIMA). Un descriptif matériel des brouillons rédactionnels est en cours à partir de la base MUSE 5.1 (Claire Bustarret et Serge Linkès : équipe Techniques et Pratiques de l’écrit de l’ITEM). Ce travail d’analyse a commencé sur le dernier volume [N.a.fr. 17611] qui par l’hétérogénéité des documents constitue un cas particulièrement intéressant pour l’analyse codicologique.

Génétique de l’imprimé : le cas de L’Éducation sentimentale

14Avec seulement deux éditions publiées du vivant de Flaubert (en 1869 et en 1879), l’histoire éditoriale de L’Éducation sentimentale semble à première vue moins compliquée que celle d’autres œuvres flaubertiennes. Pour Madame Bovary, par exemple, qui a connu sept éditions, toutes plus ou moins revues par Flaubert, les éditeurs modernes ont dû enfreindre, pour des raisons qui seraient trop longues à expliquer ici, la règle qui veut qu’on publie la dernière édition revue et corrigée par l’auteur, en choisissant comme texte de référence non pas l’édition Lemerre (1874) mais l’édition Charpentier paru un an plus tôt. Pas d’infraction éditoriale pour le roman parisien : l’édition de 1879, dernière version autorisée de Flaubert, publiée chez l’éditeur Charpentier, sous l’appellation « édition définitive » constitue bien la bonne référence pour tous les éditeurs modernes. Or, à dire vrai, ce n’est pas si simple car le texte de 1879 est loin d’être parfait : une importante quantité d’erreurs et de coquilles plus ou moins facilement repérables se trouvent mélangées à des transformations du texte voulues par Flaubert au point qu’il est indispensable aujourd’hui pour établir le texte de tenir compte de l’édition originale (1869), et parfois même du Manuscrit définitif et de sa copie. Et parmi la dizaine d’éditions critiques ou de référence, des plus anciennes (Conard 1923, Belles Lettres 1942, Imprimerie Nationale 1979, « Classiques Garnier » 1984, GF 1985) aux plus récentes (GF 2001, Livre de Poche 2002) force est de constater qu’aucune de ces éditions ne propose un texte de L’Éducation sentimentale correctement établi au sens strict, c’est-à-dire tel que les manuscrits et les éditions du vivant le permettent.

15J’ai donc entrepris un établissement intégral du texte de L’Éducation sentimentale. Le travail a consisté en un relevé complet des modifications existantes entre les deux éditions du vivant et à leur analyse, l’objectif étant de donner à lire un texte débarrassé de toutes les scories et lacunes qui l’altèrent. Cette recherche s’articule à deux projets éditoriaux : le tome 4 des Œuvres complètes de Flaubert à la Pléiade consacré à L’Éducation sentimentale dont la réalisation a été confiée à Pierre-Marc de Biasi, et l’édition électronique OPTIMA. Pour l’édition « Pléiade », à laquelle P.-M de Biasi m’a proposé de participer, pour l’établissement du texte, le volume comprendra une contribution substantielle à l’approche génétique dans les notes d’éclaircissement et l’appendice critique mais les normes assez restrictives de la collection excluent toutefois la reproduction complète des « variantes textuelles » : quelques cas seulement seront donc choisis parmi les plus importants. Il en va autrement du côté d’OPTIMA : une édition de la totalité des manuscrits suppose au contraire l’établissement très précis du texte. Et grâce au numérique, il sera donc possible dans ce cadre de donner l’inventaire exhaustif des « variantes textuelles » accompagné d’une étude génétique de ces transformations qui prendra en considération les quatre états connus : le Manuscrit définitif, le manuscrit des copistes et les deux éditions du texte publiées du vivant de Flaubert.

De 495 à 2600 transformations ?

  • 10  Et ce nombre de 780 ne tient pas compte des « variantes fantaisistes » des éditions modernes du te (...)

16Des tentatives de collationnements des deux éditions du vivant ont déjà été réalisées (Conard 1923 ; Dumesnil, Belles Lettres 1942 ; Wetherill, « Classiques Garnier », 1984). Mais la plupart de ces éditeurs se sont limités à l’inventaire des modifications sans chercher à les analyser, en comptabilisant comme « variantes » les cas de transformations qui leur paraissaient les plus signifiants sans règles précises pour les distinguer des autres cas qui ne faisaient l’objet d’aucune étude. Autre problème, la question de l’exhaustivité : aucun des éditeurs n’a pris en considération de manière systématique l’ensemble de ces modifications. Privilégiant les variantes textuelles proprement dites, ils ont laissé de côté la question des changements de ponctuation. Suite au travail d’inventaire des variantes réalisé par l’éditeur Conard, Don Louis Demorest publie en 1937 une étude critique dans laquelle il propose une typologie des modifications et évalue leur nombre à 495 (ce que n’avait pas fait Conard dans son édition). Cette étude critique constitue aujourd’hui la seule référence sur cette question. Remarquons que c’est toujours ce chiffre qui est repris depuis plus d’un demi-siècle par la critique lorsqu’elle cherche à évaluer le nombre des variantes existantes entre les deux éditions du vivant. Toutefois, cette étude n’est pas fondée sur un inventaire complet et la typologie mériterait d’être affinée. De plus, du fait de la date de sa publication – 1937 -, Demorest n’a pu avoir accès au Manuscrit définitif et à sa copie (disponible à la recherche vers 1942) dont la consultation lui aurait permis d’aller un peu plus loin dans l’analyse. Le travail du critique est repris en 1942 par R. Dumesnil pour l’édition des Belles Lettres. D’après mon évaluation, bien qu’il reprenne le chiffre de Demorest, l’éditeur propose, dans son relevé, près de 780 variantes dans lequel ont été mélangées des « variantes » de mots, d’expressions, de phrases et, dans une moindre mesure, de ponctuation10. D’autres éditions, comme l’ancienne édition de la Pléiade (1952), celle des « Classiques Garnier » par Édouard Maynial (1958) et celle de l’Imprimerie Nationale par Alan Raitt (1979) ont aussi fourni des relevés de « variantes » dans leurs appareils critiques, mais le plus souvent, il ne s’agit que d’une sélection de cas « les plus significatifs », pour la plupart déjà cités dans l’édition des Belles Lettres. En 1984, Peter Michael Wetherill a donné dans la collection « Classiques Garnier » (Garnier, Paris, 647 p.) une édition qui fait une place importante aux manuscrits et dans laquelle il reprend et complète considérablement le travail engagé par Demorest et Dumesnil. Il ajoute, entre autres, les « variantes » typographiques (blancs et alinéas) supprimés par Flaubert pour l’édition de 1879. Son relevé fait apparaître près de 1250 différences entre les deux éditions du vivant. L’éditeur choisit également – ce qui est assez discutable d’un point de vue méthodologique – de joindre une importante sélection de corrections faites par Flaubert sur son Manuscrit définitif : près de 750 modifications qui n’ont, bien entendu, pas le même statut génétique. C’est donc un relevé plus complet que tout ce que l’on connaissait jusque-là, mais toujours loin d’être exhaustif : des variantes de texte ont été omises ; une dizaine de variantes de mots, et des alinéas supprimés n’ont pas été répertoriés ; de très nombreuses « variantes » de ponctuation n’ont pas été comptabilisées.

  • 11  Comme la suppression du trait d’union après l’adverbe « très » qui le lie à l’adjectif ou à l’adve (...)

17Après un examen vraiment exhaustif de la question, quel est le chiffre exact de l’ensemble de ces modifications ? Sept cent cinquante modifications de mots proprement dits et près d’un millier de « variantes » de ponctuation – auxquelles il faut ajouter les changements typographiques (noms propres, noms de lieux) et typographiques (blancs, alinéas, « variantes » de capitales) que j’évalue à environ 600. À cet ensemble se greffent les « variantes » dues à la modernisation orthographique intervenue en 1878 (Dictionnaire de l’Académie, septième édition), soit un an avant la seconde édition du roman11.

18Au total, il existe donc près de deux mille six cent transformations « auctoriales » entre les deux éditions du texte de L’Éducation sentimentale publiées du vivant de Flaubert. Toutefois, ce chiffre, qui totalise tous types de transformations confondues (du changement de mots et de phrases jusqu’aux modifications de ponctuation…) reste approximatif et il faut tenir compte de l’importance très contrastée de ces modifications que seule une typologie précise, en cours, pourra déterminer.

19C’est à partir de cette typologie raisonnée qu’il deviendra possible d’envisager un établissement correct du texte définitif de L’Éducation sentimentale. En l’absence des épreuves corrigées, l’un des problèmes fondamentaux que pose ce texte est celui de la distinction entre une véritable transformation d’auteur et une coquille typographique : un sondage des principales éditions modernes du texte a montré que, dans bien des cas, les éditeurs n’ont pas toujours bien su faire cette distinction, soit qu’ils y aient été peu sensibles, soit qu’il n’aient pas cherché à rassembler tous les moyens nécessaires pour lever ces difficultés devant des cas qui peuvent paraître indécidables.

Variante ou coquille typographique ?

  • 12  S. Dord-Crouslé, « Flaubert relecteur de lui-même : le cas épineux de L'Éducation sentimentale » i (...)

20Dans un article récent, intitulé « Flaubert relecteur de lui-même : le cas épineux de L'Éducation sentimentale »12, Stéphanie Dord-Crouslé a mis en place des critères scientifiques afin de différencier ce qui constitue une coquille typographique d’une véritable « variante » auctoriale. L’un des critères est ce qu’elle nomme le « critère de différence graphique minimale ». Le collationnement des deux éditions du vivant montre, en effet, plusieurs cas de « variantes » où un mot de l’édition de 1879 diffère très légèrement à « une ou deux lettres près » de celui employé dans l’édition originale de 1869. D’une façon générale, la chercheuse estime que ce critère de « différence graphique minimale » permet de trancher en faveur de l’hypothèse d’une coquille. Penchons-nous donc sur un exemple qui illustrera le fait que même pour ces petites modifications, ce critère n’est pas toujours recevable. Un passage choisi par la chercheuse dans le premier chapitre de la première partie est donné comme un cas de coquille. Je l’interprèterai plus volontiers comme une véritable transformation d’auteur. Et en fait, il ne s’agit pas tout à fait d’un détail puisque la question porte sur l’aspect physique et vestimentaire de Marie Arnoux au moment où Frédéric la voit pour la première fois sur le bateau. C’est la grande scène du coup de foudre : la première apparition de Marie juste avant le « Ce fut comme une apparition ». Donc, chacun en est d’accord, dans ce passage chaque détail compte. Le texte des deux éditions propose deux versions. Dans l’édition de 1869, la robe de Marie Arnoux est « tachetée de petits points » tandis que dans celle de 1879, revue et corrigée par Flaubert, la robe est « tachetée de petits pois ». On lit :

« Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grands sourcils, descendaient très bas et semblaient presser amoureusement l’ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachetée de petits pois se répandait à plis nombreux » (version 1879)

21Selon les conclusions de S. Dord-Crouslé, et d’après le critère de « différence graphique minimale », la version de 1879 serait une coquille typographique due à la négligence du compositeur. Or, il me semble au contraire dans ce cas précis, qu’il s’agit d’une correction d’auteur motivée par la présence du mot « pointe » dans la phrase qui précède immédiatement la description de la robe de Marie Arnoux. En 1879, Flaubert s’aperçoit de la répétition « pointe » / « points » et corrige : « tachetée de petits points » devient « tachetée de petits pois ». Bref, il saisit donc ici l’occasion de la réédition de son texte pour poursuivre sa fameuse « chasse aux assonances » et aux répétitions. Et surtout, à ce point stratégique du récit où il s’agit de débarrasser le texte d’un effet sonore qui pourrait gâcher le premier portrait de l’héroïne.

22Conclusion : la règle de la « différence graphique minimale » ne peut être suivie aveuglément et, il y a bien des cas, comme celui-ci sans doute, où en enlevant deux consonnes, ce n’est pas le typographe qui se trompe c’est bien l’écrivain qui travaille…

Le manuscrit des copistes

23Ce qui a fait défaut jusqu’à présent, c’est une mise à jour des modifications que Flaubert a apportées au manuscrit des copistes. Or, elle paraît indispensable au travail d’établissement du texte de L’Éducation sentimentale. Car, à y regarder de plus près, la copie des copistes (j’ai recensé quatre graphies différentes) contient, en plus des transformations auctoriales, de nombreuses erreurs dues à la négligence des scribes qui ont échappé à l’œil de Flaubert et qui se sont retrouvées dans les deux éditions publiées de son vivant. Ces erreurs sont de tous ordres (omissions, substitutions, déplacements et dans une moindre mesure, ajouts) et touchent toutes sortes de mots : cela va de l’omission d’une conjonction à celle d’une phrase entière ; de la substitution d’un adjectif au changement de temps ou de mode d’un verbe, voire au déplacement d’un adverbe. S’ajoutent des changements typographiques et de signes de ponctuation ainsi que quelques ajouts inexplicables d’alinéas... À titre d’exemple, dans la première partie du roman, concernant omissions et substitutions, sur un total de trente-cinq omissions, Flaubert en a laissé passer une vingtaine dont une seule a été corrigée dans la version originale de 1869. Quant aux substitutions, sur la trentaine recensée, seulement trois ont été corrigées, après coup, dans les épreuves de la première édition. C’est également à certaines erreurs des copistes que l’on doit quelques transformations auctoriales lorsque Flaubert a fini par apercevoir qu’un détail n’allait pas dans la formulation. Prenons un exemple. Il s’agit d’un moment où Frédéric se promène au hasard dans les rues de Paris (I, 5). On a deux versions. La première édition (1869) donnait : « [...] on entendait toutes sortes de bruits paisibles, des battements d’ailes dans des cages, le ronflement d’un tour, le marteau d’un savetier ; [...] De temps à autre, il [Frédéric] s’arrêtait à l’étalage d’un bouquiniste ; le ronflement d’un omnibus, qui descendait en frôlant le trottoir... ». En 1879, Flaubert corrige : « un omnibus, qui descendait... ». Cette suppression du mot « ronflement » est certainement motivée par la répétition de « ronflement » qui se trouve quelques lignes plus haut dans le texte. Or, si on remonte au Manuscrit définitif, Flaubert a écrit « le roulement d’un omnibus » et  non « le ronflement d’un omnibus ». On l’aura compris, c’est le copiste qui substitue « ronflement » à « roulement » : en 1879, lorsque Flaubert relit son texte, la répétition des deux termes lui saute aux yeux et se solde par une suppression. Et s’il en oublie la solution initiale – le roulement - le tour de Binet, quant à lui, continue à ronfler…

Choix éditoriaux

24Parallèlement aux problèmes que posent les coquilles typographiques et le manuscrit des copistes dans le cadre de l’établissement du texte, certaines transformations que l’on doit aux éditeurs contemporains sont discutables. Au chapitre final, dans le bilan que font Frédéric et Deslauriers du devenir de certains de leurs amis, on lit : « Hussonnet occupait une haute place, où il se trouvait avoir sous sa main tous les théâtres et toute la presse » (version 1879). Les éditeurs, à l’exception de C. Gothot‑Mersch (GF 1985) et P.-M de Biasi (Livre de Poche, 2002), ont modifié l’expression « avoir sous sa main » en « avoir sous la main ». Or, rien ne vient justifier ce choix : toutes les versions du texte et les versions manuscrites donnent l’expression « avoir sous sa main ». Même si la formulation la plus attendue est non pas « sous sa main » mais « à sa main », Flaubert a tout à fait le droit de briser les locutions et d’écrire « sous sa main ». Dans ce cas précis, on peut estimer que l’auteur invente une sorte d’expression intermédiaire entre « avoir à sa main » et « avoir sous la main » qui se solde par « avoir sous sa main ». Dans cette formule, il faut probablement entendre une critique de la politique autoritaire par laquelle le Second Empire a établi son pouvoir sur l’ensemble du monde culturel français et notamment sur le théâtre. Par ailleurs, la nouvelle locution appliquée à Hussonnet renforce l’idée de séquestration : « sous sa main » est plus fort que « sous la main » en suggérant l’idée d’hégémonie et d’humiliation. Remarquons, au passage, que « sous sa main » renvoie directement à une autre formule présente dans le récit « la France veut un bras de fer » : expression utilisée par le père Roque, un peu plus haut dans le roman, et qui se trouve également dans Bouvard et Pécuchet.

25Reste encore la question de la ponctuation. Prenons l’exemple d’une phrase célèbre de l’avant-dernier chapitre de L’Éducation sentimentale : « Il fréquenta le monde, et il eut d’autres amours, encore ». Dans cette phrase, pratiquement tous les éditeurs (à l’exception de C. Gothot-Mersch qui a suivi la version de 1879) ont supprimé la virgule devant l’adverbe rejeté « encore ». Cette quasi-unanimité a de quoi surprendre lorsqu’on sait que la virgule est présente dans les deux éditions du vivant. Bien qu’étrange syntaxiquement, il est clair qu’elle joue un rôle rythmique fondamental.

26D’où vient cette suppression ? la phrase sans la virgule se trouve dans les trois « réimpressions » de l’édition définitive Charpentier publiées en un seul volume, après la mort de Flaubert, en 1886, 1889 et 1891... Ces réimpressions, plus facilement accessibles que l’édition définitive de 1879, ont sans doute servi à l’établissement du texte. C’était plus expéditif que de procéder au collationnement entre les deux éditions du vivant. D’ailleurs, bizarrement, Dumesnil et Wetherill ont tous les deux intégré les « variantes » posthumes de ces réimpressions à leurs relevés respectifs. Ces « réimpressions » contiennent, outre de nombreux changements de ponctuation, une trentaine de modifications parmi lesquelles : douze substitutions, neuf suppressions, cinq ajouts, trois changements de temps et un changement de genre. Quelle est la validité de ces transformations ? En droit, elles sont des coquilles ou des « variantes non auctoriales » vraisemblablement dues aux correcteurs de Charpentier. Or, la question est délicate dans la mesure où ces transformations semblent correspondre à la façon dont Flaubert lui-même corrigeait ces textes. Avait-il existé un exemplaire de l’édition de 1879 corrigé par Flaubert juste avant sa mort et qui contiendrait des repentirs sur lesquels se seraient fondés l’éditeur des réimpressions de 1886, 1889 et 1891 ? Oui, ce volume corrigé existe, mais par malheur, les corrections autographes qui s’y trouvent ne sont pas celles que l’on recense dans les réimpressions. Le mystère s’épaissit…

27Conclusion ? Génétique de l’imprimé et génétique du manuscrit obligent désormais à reconsidérer la question du texte et de son établissement à toutes les échelles, du plus modeste détail (qui peut avoir de lourdes conséquences significatives) aux phénomènes de structure. Ce n’est certes pas la voie éditoriale la plus facile, mais au total on peut en attendre un renouvellement majeur dans la lecture et l’interprétation de l’œuvre.

Haut de page

Notes

1  Je renvoie au site Internet de l’ITEM pour la présentation du projet (www.item.ens.fr) Suivre « Projet OPTIMA ».

2  C’est le cas de Louis Biernawski pour l’édition du roman, publiée chez Conard en 1923.

3  L’attitude de la nièce de Flaubert qui a consisté à livrer l’important dossier de rédaction de L’Éducation sentimentale aux aléas d’une vente publique est difficilement compréhensible lorsqu’on sait qu’elle avait pris soin auparavant de léguer le Manuscrit définitif du roman et celui des copistes au musée Carnavalet, et qu’elle avait fait don, très tôt (dès 1914), à des institutions officielles, de la plupart des autres grands manuscrits de son oncle comme Madame Bovary ou Salammbô

4  Vente à Paris, hôtel Drouot, les 18 et 19 novembre 1931.

5  Et la petite histoire raconte que pour son plaisir personnel, V. Giscard D’Estaing aurait demandé la faveur, après la vente publique de 1975, de disposer pendant une semaine du manuscrit pour pouvoir s’y plonger à loisir.

6  L’Éducation sentimentale, préface, dossier, notes et variantes établis par P.-M Wetherill, 2 volumes, coll. « Classiques Garnier », Garnier, Paris, 1984, 647 p. ; Carnets de travail de Flaubert, édition critique et génétique établie par P.-M de Biasi, Balland, Paris, 1988, 1000 p. ; L’Éducation sentimentale. Les Scénarios, édition génétique établie par D.-A. Williams, Corti, Paris, 2002, 378 p. ; D. A. Williams, « L’Histoire en question : l’avant-texte du premier chapitre de la troisième partie de L’Éducation sentimentale, édition hypertextuelle, University of Hull, 2001 ; É. Le Calvez, Génétique et poétique de la description. L’Éducation sentimentale de Flaubert, 2 tomes, thèse réalisée sous la direction de M. H. Mitterand, Université Paris III, 1990, 442 p et 688 p. ; K. Matsuzawa, Étude critique et génétique des manuscrits de L’Éducation sentimentale de Gustave Flaubert — l’amour, l’argent, la parole —, 2 tomes, thèse réalisée sous la direction de M. Claude Duchet, Université Paris VIII, Vincennes, 1988, 431 p.

7  Dans le cadre de mon mémoire de DEA, j’ai réalisé un bilan raisonné des études de genèse sur le roman parisien depuis la mort de Flaubert 1880 jusqu’à 2005. Je me permets donc de renvoyer à ce travail pour une analyse détaillée de l’histoire critique du dossier manuscrit de L’Éducation. Le mémoire est consultable au centre de documentation de l’Équipe Flaubert de l’ITEM et sur le site du laboratoire (www.item.ens.fr).

8  Le découpage des zones « avant-textuelles » a été réalisé d’après la terminologie des phases de la genèse établie par Pierre-Marc de Biasi (La Génétique des textes, coll. « 128 », Nathan, 2000).

9  Depuis, l’équipe Flaubert de l’ITEM a mis en place un protocole pour la transcription diplomatique.

10  Et ce nombre de 780 ne tient pas compte des « variantes fantaisistes » des éditions modernes du texte (Centenaire, 1922 ; Conard, 1923 ; Garnier Frères, 1936) dont René Dumesnil s’est amusé à augmenter son relevé de telle manière qu’il devient bien difficile de s’y retrouver.

11  Comme la suppression du trait d’union après l’adverbe « très » qui le lie à l’adjectif ou à l’adverbe qui le suit ; la suppression de la lettre « h » dans des mots d’origine grecque comme « rhythme » qui s’écrit désormais « rythme » ; le changement d’accent dans des termes comme « collége » qui devient « collège » ou « poëte » qui s’écrit désormais « poète », etc. Ce à quoi il faudrait ajouter les transformations dues à la normalisation des règles typographiques qui deviennent plus contraignantes à la fin du XIXe siècle : l’emploi de la majuscule après un signe de ponctuation fort comme le point d’exclamation…

12  S. Dord-Crouslé, « Flaubert relecteur de lui-même : le cas épineux de L'Éducation sentimentale » in La Relecture de l'œuvre par ses écrivains mêmes, tome 1, Tombeaux et testaments, sous la direction de Mireille Hilsum, éditions Kimé, « Les cahiers de Marge », Paris, 2007, pp. 201‑214.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Déborah Boltz, « Pour une approche génétique de L’Éducation sentimentale (1869) : état présent, perspectives, démarches », Flaubert [En ligne], Genèse, Études de genèse, mis en ligne le 19 janvier 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/523

Haut de page

Auteur

Déborah Boltz

Doctorante (ITEM/ENS-CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page