Navigation – Plan du site

Compte rendu de : Mary Donaldson-Evans, Madame Bovary at the Movies. Adaptation, Ideology, Context, « Faux-Titre », Rodopi, Amsterdam-New York, 2009, 218 p.

Delphine Jayot

Texte intégral

1Dans le cadre d’une étude sur l’adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire, il importe, certes, « de savoir ce qu’un film doit à un livre », mais peut-être tout autant, comme le souligne Morris Beja, « de découvrir ce qu’un livre doit à un film ». C’est ce que Mary Donaldson-Evans a choisi de faire en proposant un essai sur les adaptations de Madame Bovary au cinéma. Quatre œuvres filmiques sont à l’honneur : les versions cinématographiques, désormais canoniques, de Jean Renoir (1934), Vincente Minelli (1949) et Claude Chabrol (1991), ainsi que la version pour le petit écran, plus confidentielle et plus récente, du réalisateur britannique Tim Fywell. Un chapitre d’introduction (« The theory and practice of film adaptation ») ainsi qu’un chapitre de clôture (« Adaptation and its avatars ») posent un certain nombre de principes généraux inhérents à la question de l’adaptation d’un roman – et, plus particulièrement, de Madame Bovary – au cinéma et encadrent les quatre chapitres consacrés aux adaptations que Mary Donaldson-Evans a retenues. En appendice, on trouvera un résumé du roman de Flaubert, les quatre filmographies et un glossaire de termes techniques cinématographiques.

2En prêtant une attention très fine aux échanges entre l’œuvre « adaptée » et l’œuvre « originale », facilités par la fluidité avec laquelle elle circule de l’une à l’autre, Mary Donaldson-Evans abandonne la notion de fidélité pour lui préférer celle d’intertextualité. Les œuvres cinématographiques qui répondent, elles aussi, au titre de Madame Bovary, discutent avec le texte flaubertien. Il en va ainsi, par exemple, du « charbovari » que Chabrol, en choisissant de le faire prononcer par Charles lors de sa première visite aux Bertaux, transforme en un pur clin d’œil au lecteur de l’œuvre de Flaubert. Mais l’intertextualité pratiquée par Mary Donalson-Evans concerne tout aussi bien les films entre eux. On s’apercevra, à la lecture de son essai, à quel point les adaptations de Madame Bovary, depuis celle de Renoir jusqu’à celle de Fywell, sont engagées dans des processus citationnels : dans la scène du premier adultère (scène dite de « la baisade » dans le langage flaubertien), la caméra de Minnelli quitte la cime des arbres pour rejoindre, en un mouvement descendant, les chevaux abandonnés des amants, tandis que celle de Renoir proposait, quinze ans plus tôt, un mouvement ascendant ; le film de Chabrol multiplie les plans qui sont des allusions aux films de ses prédécesseurs ; la version puritaine, d’où toute ironie a été bannie, de Minnelli trouve son exact opposé dans celle de Fywell qui, outre la place majeure qu’elle réserve à l’érotisme, ne cesse de manier une distanciation ironique, de même qu’elle propose, plus généralement, quelques allusions parodiques à celles de Renoir et de Chabrol. Enfin, d’autres œuvres cinématographiques peuvent également, selon Mary Donaldson-Evans, être « lues » comme des avatars de Madame Bovary ; l’héroïne de La Rose pourpre du Caire de Woody Allen – ce dernier ayant déjà prouvé avec « The Kugelmass épisode » (traduit dans sa version française par « Madame Bovary, c’est l’autre ») qu’il est familier du roman de Flaubert – pourrait ainsi être apparentée à Emma Bovary.

3Si l’approche « intertextuelle » permet d’interroger divers liens qui unissent les adaptations entre elles, une autre approche, que Mary Donaldson-Evans mène parallèlement, permet de comprendre un certain nombre de singularités de chaque film. Il s’agit de l’intérêt porté à ce qui s’apparente à une « sociologie de l’adaptation ». Chaque œuvre filmique est ainsi, et indépendamment, saisie en fonction des impératifs économiques de l’industrie cinématographique, du contexte socio-historique et idéologique dans lequel elle s’inscrit. On découvre notamment comment, dans les années quarante, le MPPC (Motion Picture Production Code) en vigueur aux États-Unis, a eu une influence considérable sur les choix opérés par Minnelli. Que la médiocrité de Charles Bovary, devenu « country doctor » pour faire apparaître la nuance qui distingue en France l’officier de santé du médecin, soit finalement très relative, était absolument nécessaire pour ne pas heurter l’opinion publique très attachée au prestige du corps médical. Qu’il refuse, au dernier moment, d’opérer le pied-bot d’Hippolyte l’était tout autant pour éviter de montrer une scène contraire à la bienséance. Et, que la mise en scène du procès de Flaubert (qui ouvre et clôt l’adaptation) soit le fil conducteur qui permette de relire toute l’histoire d’Emma en adoptant le point de vue moralisant d’un narrateur expliquant et justifiant la conduite d’Emma, aura finalement permis à Minnelli de déjouer la censure en feignant d’adhérer au code. L’influence d’impératifs techniques et économiques (que ce soit, pour le film de Renoir, la demande du producteur Gallimard d’amputer la version originale qui durait trois heures et demie ou, pour le film de Fywell, de composer avec les nécessités d’une production destinée à la télévision) est également prise en compte, donnant un éclairage souvent inattendu sur ce qu’on a l’habitude d’appréhender comme des purs choix de créateurs. Ce qui n’empêche pas que justice soit rendue à ce qui constitue l’irréductible essence de chaque adaptation. Et ce qu’on retiendra alors, c’est, par exemple, dans le cas de Renoir, la prégnance de l’art pictural, dans celui de Chabrol, la déférence à l’égard du texte flaubertien et de son auteur, ou encore, dans celui de Fywell, une subtile prévalence de l’ironie.

4Si, au terme de la démonstration de Mary Donalson-Evans, on peut conclure que, pour elle, l’adaptation vaut comme interprétation – elle pourrait même, selon ses dires, être assimilée à de la critique littéraire –, c’est qu’elle doit, finalement, révéler le génie flaubertien. Le roman de Flaubert peut bien être le point de départ de toute adaptation, il est également son point d’aboutissement, puisqu’il continue de bruire, enrichi de ses nouvelles lectures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Jayot, « Compte rendu de : Mary Donaldson-Evans, Madame Bovary at the Movies. Adaptation, Ideology, Context, « Faux-Titre », Rodopi, Amsterdam-New York, 2009, 218 p. », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/785

Haut de page

Auteur

Delphine Jayot

ITEM/ENS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page