Navigation – Plan du site
Manuscrits/Transcriptions inédites

Une lettre inédite de René Dumesnil à Marcel Proust du 19 janvier 1920

Pyra Wise

Texte intégral

Présentation

  • 1  Cet extrait est le suivant : « […] Défendre Flaubert en ce moment est déjà courageux. […] il était (...)
  • 2  Marcel Proust and his Time, Wildenstein Gallery, London, 1955, n° 276.

1Jusqu’à ce jour le lecteur de la correspondance de Proust connaissait l’existence d’une lettre de René Dumesnil félicitant Proust pour son article « À propos du "style" de Flaubert », paru dans la Nouvelle Revue française, le 1er janvier 1920. Mais il ne pouvait en lire qu’un extrait de moins de deux phrases, non daté1, puisque l’éditeur de cette correspondance, Philip Kolb, n’avait pas eu accès à la lettre autographe et s’était vu obligé de reprendre le très court extrait publié en 1955 dans le catalogue d’une exposition à Londres2. La découverte de l’original permet donc de combler cette lacune en présentant la lettre in extenso.

  • 3  Corr., t. XIX, p. 88.
  • 4  Corr., t. XIX, p. 89, note 3. La lettre datée de Dumesnil nous permet par ailleurs de dater plus p (...)
  • 5  On sait René Dumesnil avait accès à des lettres manuscrites de Flaubert, étant donné qu’il avait é (...)

2La lecture de cette lettre apporte d’emblée la confirmation qu’une lettre de Proust retrouvée par Philip Kolb était bien destinée à Dumesnil, et vient ainsi enrichir notre compréhension de cette réponse3. Kolb remarquait justement : « Le texte de la lettre en question [celle de Dumesnil] permettrait de vérifier notre hypothèse sur l’identité du destinataire de celle de Proust »4. Ainsi, la lettre de Dumesnil éclaire en particulier une phrase dans la réponse de Proust : « Inutile de vous dire, si j’arrive jamais à un "mieux" relatif et fort problématique hélas, avec quel plaisir je profiterai de votre offre pour la correspondance de Flaubert. ». Cette phrase était restée énigmatique puisqu’on ne connaissait pas la proposition que lui avait faite Dumesnil de lui montrer des lettres autographes de Flaubert pour lui prouver que les publications de la correspondance de Flaubert ne rendaient pas justice à l’écrivain5.

  • 6  Dans son article Proust expliquait : « Si j’écris tout cela pour la défense […] de Flaubert, que j (...)

3En effet, non seulement Dumesnil complimente Proust pour son analyse du style de Flaubert, mais surtout il prend à son tour la défense de la correspondance de Flaubert que Proust avait critiquée. Les éloges de Dumesnil ne manqueront pas de faire plaisir à Proust, qui lui répondra : « J’ai été extrêmement touché de la lettre que vous m’avez fait l’honneur de me faire » et conclura : « Si je dis qu’aujourd’hui on ne sait plus guère lire6, je dois reconnaître que c’est un grand plaisir d’être lu par vous. ». Proust sera particulièrement sensible au fait que dans ses louanges Dumesnil reprenait quelques phrases de son article, et il le remerciera ainsi : « Vous êtes bien indulgent pour mon étude […]. Mais vous avez avec un discernement profond, choisi les phrases auxquelles j’attachais le plus d’importance ».

  • 7  Louis de Robert, « Flaubert écrivait mal », La Rose rouge, n° 16, 14 août 1919, p. 241-242.
  • 8  Flaubert savait-il écrire ? Une querelle grammaticale (1919-1921), Textes réunis et présentés pa (...)
  • 9  Voir : Nathalie Mauriac Dyer, « Défense de Flaubert 1919-1922 », Bulletin d’informations proustien (...)
  • 10  « Mondanité de Bouvard et Pécuchet », La Revue blanche, 1893, repris dans Les Plaisirs et les jour (...)
  • 11  Voir Mireille Naturel, « "À ajouter à Flaubert" : une énigme », Bulletin d’informations proustienn (...)
  • 12  Proust réagit à l’article d’Albert Thibaudet, « Une querelle littéraire sur le style de Flaubert » (...)

4Nul doute, la lettre de Dumesnil est à lire dans le cadre du grand débat des années 1920 à propos de Flaubert, lancé par l’article de Louis de Robert, « Flaubert écrivait mal »7. Tous les textes de cette querelle sur les « fautes » de Flaubert et plus généralement sur la « crise du français » ont récemment été réunis et présentés par Gilles Philippe permettant ainsi au lecteur contemporain de mieux comprendre les enjeux de cette bataille critique8. Proust participa à la polémique ouvertement en publiant un article, et plus abondamment en privé en écrivant de nombreuses lettres à ses amis9. D’ailleurs, longtemps avant cette joute littéraire, Proust avait publié une critique de Flaubert sous forme de pastiches10 ; il avait ensuite ébauché une analyse de Flaubert dans un texte non abouti11 et n’avait finalement décidé d’entrer dans la mêlée que par réaction à un article d’Albert Thibaudet, et probablement aussi pour des raisons stratégiques à ce moment précis de sa carrière d’écrivain12. Il n’est pas sans intérêt de voir ainsi un « flaubertiste passionné », comme se présente Dumesnil lui-même, s’insérer discrètement dans ce conflit par le biais d’un dialogue avec un écrivain qui s’évertue à minimiser son admiration pour Flaubert ainsi que sa dette envers lui.

  • 13  Les éditeurs d’À la recherche du temps perdu indiquent en effet que dans le roman « la référence (...)
  • 14  Pour un exemple de référence indirecte à Flaubert, une allusion intertextuelle à Un cœur simple, (...)
  • 15  Akio Wada, Index général des cahiers de brouillon de Marcel Proust, Graduate School of Letters, (...)

5Car en définitive Proust élimine tout au long de la publication de son roman les nombreuses références à Flaubert présentes dans ses cahiers de brouillon13. Une rapide comparaison du nombre de références directes14 à Flaubert dans les avant-textes d’À la recherche du temps perdu avec celles du roman publié est maintenant possible grâce à l’index établi par Akio Wada15. On peut ainsi dresser cette liste des occurrences :

    • 16  L’index de l’édition Pléiade d’À la recherche du temps perdu ne donne que cinq occurrences mais o (...)
    • 17  Le tableau statistique des fréquences des noms des écrivains dressé par Akio Wada montre que Flaub (...)

    Le nom de Flaubert : 6 dans l’œuvre publiée16 ; 36 dans les Cahiers17.

    • 18  Akio Wada oublie celle du Cahier 54, f° 60 v°, où Proust écrit le titre sans majuscule et de façon (...)

    L’Éducation sentimentale : 2 dans l’œuvre publiée ; 4 dans les Cahiers18.

  • Madame Bovary : 1 dans l’œuvre publiée ; 9 dans les Cahiers.

    • 19  Akio Wada n’indique que deux occurrences, oubliant celle dans le Cahier 14, f° 77 r° (voir l’éditi (...)

    Salammbô : 2 dans l’œuvre publiée ; 3 dans les Cahiers19.

  • Hérodias : 0 dans l’œuvre publiée ; 1 dans les Cahiers.

    • 20  Références dispersées sous deux titres par Wada : « Légende de Saint-Julien l’Hospitalier » et « S (...)

    La Légende de Saint-Julien l’Hospitalier : 0 dans l’œuvre publiée ; 2 dans les Cahiers20.

  • La Tentation de Saint-Antoine : 0 dans l’œuvre publiée ; 1 dans les Cahiers.

  • Un cœur simple : 0 dans l’œuvre publiée ; 1 dans les Cahiers.

6Et en croisant cet index avec celui de l’édition Pléiade de la Recherche nous pouvons trouver dans les brouillons des occurrences de :

    • 21  Cahier 10, f° 15 r° ; Cahier 6, f° 50 r° ; Cahier 8, f° 45 r° (voir À la recherche du temps perdu(...)

    La correspondance de George Sand et de Flaubert : 3 dans les Cahiers21.

    • 22  Cahier 57, f° 2 r° (voir À la recherche du temps perdu, édition citée, t. IV, note de régie de Pr (...)

    Une lettre à Louise Colet (6-7 juin 1853) : 1 dans les Cahiers22.

7Cette présence souterraine de Flaubert dans l’œuvre de Proust n’était donc visible pour le lecteur de 1920 qu’en filigrane dans son roman et de façon plus patente dans ses pastiches et dans son article auquel rendait hommage la lettre de Dumesnil.

  • 23  René Dumesnil (1879-1967), critique littéraire et musical français.
  • 24  Voir : « Madame Bovary et son temps, 1857 », Mercure de France, XCIV, 16 novembre 1911, p. 291-316 (...)
  • 25  René Dumesnil et René Descharmes, Autour de Flaubert. Études historiques et documentaires, suivie (...)
  • 26  Œuvres de Flaubert, texte établi et annoté par Albert Thibaudet et René Dumesnil, Gallimard, coll (...)
  • 27  Dans les Œuvres complètes de Gustave Flaubert : Correspondance, Supplément, recueillie, classée (...)

8Nous ne présenterons pas René Dumesnil23 à des spécialistes de Flaubert, mais nous pouvons rappeler qu’au moment où il écrit à Proust, devenu célèbre avec le Prix Goncourt en 1919, il n’avait à son actif que peu de textes sur Flaubert. En 1905 il avait soutenu une thèse de médecine intitulée « Flaubert, son hérédité, son milieu, sa méthode », puis, entre 1911 et 1914 il publiait cinq articles dans diverses revues24 dont quatre étaient repris en 1912 dans l’ouvrage écrit en collaboration avec René Descharmes, Autour de Flaubert25. Ce n’est que bien après la mort de Proust qu’il établira des éditions critiques des œuvres de Flaubert, dont la première édition Pléiade26, et participera à une nouvelle édition de sa correspondance27.

La lettre de René Dumesnil28

  • 28  Lettre de quatre pages collationnée sur l’original, conservée dans le Fonds Marcel Proust de la Bi (...)

919 Janvier 1920

  • 29  Dans sa réponse Proust reprendra cette formule (Corr., t. XIX, p. 88).

10Monsieur et cher confrère29,

  • 30  « À propos du "style" de Flaubert », La Nouvelle Revue française, 1er janvier 1920, p. 72-90 (rep (...)
  • 31  Au début de son article Proust écrit : « J’ai été stupéfait, je l’avoue, de voir traiter de peu do (...)
  • 32  Proust avait écrit que l’un des mérites de Flaubert « est qu’il sait donner avec maîtrise l’impres (...)
  • 33  En 1879 Alphonse Daudet envoie ses vœux de nouvel an à Flaubert : « Mon parrain, mon oncle, commen (...)

11Voulez-vous permettre à un flaubertiste passionné de vous dire quel plaisir il a pris à la lecture de l’article que vous avez publié dans le dernier numéro de la Nouvelle Revue française30 ? Défendre Flaubert en ce moment est déjà courageux, puisque, pour certains écrivains c’est une preuve d’indépendance et de bon goût que de répéter que sa gloire est usurpée. Prouver comme vous l’avez fait avec des arguments irréfutables et par une analyse singulièrement pénétrante de son écriture style, que sa manière d’écrire « a renouvelé notre vision des choses »31, qu’il a su, mieux que personne avant lui, « donner l’impression du temps » et la « mettre en musique »32 – cela témoigne d’une connaissance approfondie de celui qu’Alphonse Daudet appelait son vieux chef de file, et son maître en écriture33 ; et ce n’était point simple politesse.

12Au surplus, il était naturel que l’honneur d’écrire la « Défense » de Flaubert revînt à l’auteur de la Recherche du Temps perdu. Je ne sais si Flaubert eût tout aimé de vos livres ; mais je suis bien sûr qu’il eût loué pleinement des compositions comme Swann, Odette ou Gilberte ou Albertine et qu’il eût su reconnaître dans votre œuvre cette vision nouvelle qui lui donne tant de prix.

  • 34  En effet, dans son article Proust remarque : « Ce qui étonne seulement chez un tel maître, c’est l (...)
  • 35  Des extraits de lettres de Flaubert commencèrent à paraître dans des revues dès 1880, mais les pri (...)

13Mais je crois que la déception que vous éprouvez en lisant la Correspondance de Flaubert34, ce n’est pas tant à Flaubert qu’il la faut imputer qu’à ses éditeurs : les fautes sont innombrables dans les lettres à Louise Colet et ces lettres sont à elles seules presque toute la correspondance. Une lecture attentive des autographes aurait permis de les corriger. Il n’y a peut-être pas trois de ces lettres dont nous ayons le texte entier ; presque toutes sont tronquées, et beaucoup sont composées comme une mosaïque, de fragments tirés de lettres écrites à des mois d’intervalle, et juxtaposés comme au hasard35. Enfin, le choix des lettres publiées est tellement arbitraire que ce sont les plus intéressantes qui ont été écartées.

14La publication, dans de telles conditions, d’une correspondance dessert la mémoire d’un écrivain puisqu’elle ne peut que fausser l’opinion qu’elle devrait éclaircir.

15Je serais heureux de vous en montrer les preuves si cela vous est agréable et je vous prie de trouver ici, Monsieur et cher confrère l’expression de mes sentiments les plus distingués.
René Dumesnil

Haut de page

Notes

1  Cet extrait est le suivant : « […] Défendre Flaubert en ce moment est déjà courageux. […] il était naturel que l’honneur d’écrire la défense de Flaubert revînt à l’auteur de la Recherche du temps perdu. […] » (Correspondance de Marcel Proust, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, Paris, Plon, 1970-1993, 21 vols., t. XIX, p. 45. Référence abrégée dorénavant en Corr.).

2  Marcel Proust and his Time, Wildenstein Gallery, London, 1955, n° 276.

3  Corr., t. XIX, p. 88.

4  Corr., t. XIX, p. 89, note 3. La lettre datée de Dumesnil nous permet par ailleurs de dater plus précisément la réponse de Proust : [peu après le 19 janvier 1920].

5  On sait René Dumesnil avait accès à des lettres manuscrites de Flaubert, étant donné qu’il avait épousé la fille d’Edmond Laporte (1832-1906) qui fut l’un des meilleurs amis de Flaubert jusqu’à leur célèbre brouille de 1879. En effet, dans Autour de Flaubert, publié en collaboration avec René Descharmes, c’est probablement lui qui déclare : « Nous avons sous les yeux, tandis que nous écrivons ce chapitre, près de deux cents lettres inédites adressées par Flaubert à Laporte […]. Billets de trois lignes ou lettres de quatre pages » (« Les dernières années de Flaubert », Autour de Flaubert, Paris, Mercure de France, 1912, t. II, p. 51). Jean Bruneau explique que Dumesnil copia et data 180 lettres et billets de Flaubert à Edmond Laporte et les publia en 1954 dans l’édition Conard de la Correspondance de Flaubert. Il ajoute qu’après le divorce de Dumesnil ces lettres revinrent à la famille Laporte et furent ensuite dispersées lors d’une vente en 1933. Bruneau n’a pu alors en retrouver que quelques unes. Il remarque par ailleurs ce paradoxe : à cause de la rupture de 1879, jamais oubliée par Caroline Commanville, la nièce de Flaubert, « le mariage de René Dumesnil avec Mlle Laporte a longtemps ralenti et handicapé les recherches sur Flaubert, car le fonds Commanville lui a été interdit, ainsi qu’à son ami René Descharmes, le meilleur "flaubertiste" de son époque » (Flaubert, Correspondance, édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, t. III, Gallimard, collection « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, p. 1410-1411, note 3).

6  Dans son article Proust expliquait : « Si j’écris tout cela pour la défense […] de Flaubert, que je n’aime pas beaucoup […], c’est que j’ai l’impression que nous ne savons plus lire. ».

7  Louis de Robert, « Flaubert écrivait mal », La Rose rouge, n° 16, 14 août 1919, p. 241-242.

8  Flaubert savait-il écrire ? Une querelle grammaticale (1919-1921), Textes réunis et présentés par Gilles Philippe, Grenoble, Ellug, 2004.

9  Voir : Nathalie Mauriac Dyer, « Défense de Flaubert 1919-1922 », Bulletin d’informations proustiennes, n° 30, 1999, p. 29-48 ; Caroline Szylowicz, « La Réponse de Proust à Boulenger sur le style de Flaubert (1921) », Bulletin d’informations proustiennes, n° 33, 2003, p. 107-110 ; ainsi que Mireille Naturel, Proust et Flaubert. Un secret d’écriture, édition nouvelle et augmentée, Amsterdam, New York, Rodopi, collection « Faux Titre, n° 173 », 2007.

10  « Mondanité de Bouvard et Pécuchet », La Revue blanche, 1893, repris dans Les Plaisirs et les jours, sous le titre « Mondanité et mélomanie de Bouvard et Pécuchet » en 1896 ; « L’Affaire Lemoine par Gustave Flaubert » et « Critique du roman de M. Gustave Flaubert sur l’"Affaire Lemoine" par Sainte-Beuve, dans son feuilleton du Constitutionnel », tous deux parus dans Le Figaro, le 14 mars 1908 (tous repris dans Pastiches et Mélanges, in Contre Sainte-Beuve, Gallimard, collection « Bibliothèque de La Pléiade », 1971).

11  Voir Mireille Naturel, « "À ajouter à Flaubert" : une énigme », Bulletin d’informations proustiennes, n° 23, 1992, p. 7-12.

12  Proust réagit à l’article d’Albert Thibaudet, « Une querelle littéraire sur le style de Flaubert », La Nouvelle Revue Française, novembre 1919. Thibaudet reprendra la plume avec « Lettre à Marcel Proust sur le style de Flaubert », La Nouvelle Revue Française, mars 1920.

13  Les éditeurs d’À la recherche du temps perdu indiquent en effet que dans le roman « la référence à Flaubert semble avoir été effacée, Leconte de Lisle jouant en partie le rôle de substitut de Flaubert » (édition publiée sous la direction de J.-Y. Tadié, Gallimard, collection « Bibliothèque de La Pléiade », 1987-1989, 4 vols., t. I, p. 1145, note 8).

14  Pour un exemple de référence indirecte à Flaubert, une allusion intertextuelle à Un cœur simple, voir Anne Herschberg Pierrot, « Note sur la mort de la grand-mère », Bulletin d’informations proustiennes, n° 36, 2006, p. 87-100. Voir aussi Annick Bouillaguet, Proust lecteur de Balzac et de Flaubert. L’imitation cryptée, Paris, Honoré Champion, 2000. Pour un étude comparatiste génétique de Flaubert et Proust voir Marion Schmid, Processes of Literary Creation. Flaubert and Proust, Legenda Main Series, European Humanities Research Centre, University of Oxford, 1998.

15  Akio Wada, Index général des cahiers de brouillon de Marcel Proust, Graduate School of Letters, Osaka University, 2009 (exemplaire conservé à l’ITEM). Voir par ailleurs l’index de : Marcel Proust, Carnets, édition établie et présentée par Florence Callu et Antoine Compagnon, Gallimard, 2002 ; ainsi que l’Index général de la correspondance de Marcel Proust, établi sous la direction de Kazuyoshi Yoshikawa, Kyoto, Presses de l’Université de Kyoto, 1998.

16  L’index de l’édition Pléiade d’À la recherche du temps perdu ne donne que cinq occurrences mais oublie celle du t. IV, p. 467.

17  Le tableau statistique des fréquences des noms des écrivains dressé par Akio Wada montre que Flaubert est ainsi 6e, après Balzac, Baudelaire, Sainte-Beuve, Saint-Simon, Hugo, et ex æquo avec Chateaubriand ! (Akio Wada, op. cit., p. xi).

18  Akio Wada oublie celle du Cahier 54, f° 60 v°, où Proust écrit le titre sans majuscule et de façon abrégée : « fondre le tout ensemble avec rythme de la phrase de l’éducation » (Marcel Proust, Cahier 54, éditions BnF-Brepols, collection "Marcel Proust. Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France", 2008. Vol. 1, fac-similé ; vol. 2, transcription diplomatique, notes et index par Francine Goujon, Nathalie Mauriac Dyer et Chizu Nakano, Introduction, diagramme et analyse par Nathalie Mauriac Dyer).

19  Akio Wada n’indique que deux occurrences, oubliant celle dans le Cahier 14, f° 77 r° (voir l’édition Pléiade de la Recherche, tome I, Esquisse XXXVI, p. 763).

20  Références dispersées sous deux titres par Wada : « Légende de Saint-Julien l’Hospitalier » et « Saint-Julien l’Hospitalier ». On peut voir cette dernière dans la note de régie, Cahier 74, f° 96, dans l’édition Pléiade de la Recherche, t. IV, Esquisse XXII.1, p. 790.

21  Cahier 10, f° 15 r° ; Cahier 6, f° 50 r° ; Cahier 8, f° 45 r° (voir À la recherche du temps perdu, édition citée, respectivement : t. I, avant-texte cité à la note a de la page 43, p. 1119 ; Esquisse X, p. 676 ; Esquisse XII, p. 694).

22  Cahier 57, f° 2 r° (voir À la recherche du temps perdu, édition citée, t. IV, note de régie de Proust citée dans la note 2 de la page 799, p. 1390).

23  René Dumesnil (1879-1967), critique littéraire et musical français.

24  Voir : « Madame Bovary et son temps, 1857 », Mercure de France, XCIV, 16 novembre 1911, p. 291-316 et 1er décembre 1911, p. 446-491 ; « Les Vicissitudes d’un livret d’opéra. À propos du cinquantenaire de Salammbô », Journal des Débats, 11 décembre 1912, p. 3 ; « Flaubert et le théâtre », Mercure de France, XCVIII, n° 362, 16 juillet 1912, p. 225-251 ; « Bouvard et Pécuchet sont-ils des imbéciles ? », Mercure de France, CX, 16 juillet 1914, p. 209-228 (repris dans En marge de Flaubert, Librairie de France, 1928) ; « Psycho-physiologie du rythme musical », Mercure de France, CIX, n° 405, 1er mai 1914, p. 71-100 (contient des références à Salammbô). En collaboration avec René Descharmes il publia aussi à cette époque deux autres articles (qui seront aussi repris dans Autour de Flaubert) : « Les dernières années de Flaubert », La Revue, XCVI, 1er mai 1912, p. 1-19 et 15 mai 1912, p. 175-190 ; « Les Ancêtres de Bouvard et Pécuchet », Revue de Paris, 15 août 1912, p. 751-772.

25  René Dumesnil et René Descharmes, Autour de Flaubert. Études historiques et documentaires, suivies d'une biographie chronologique, d’un essai bibliographique des ouvrages et articles relatifs à Flaubert et d’un index des noms cités ; 2 vols., Paris, Mercure de France, 1912.

26  Œuvres de Flaubert, texte établi et annoté par Albert Thibaudet et René Dumesnil, Gallimard, collection « Bibliothèque de La Pléiade », 2 vols., 1951-1952. René Dumesnil publia aussi des éditions critiques des œuvres de Flaubert aux éditions de la Société Les Belles Lettres entre 1940 et 1958.

27  Dans les Œuvres complètes de Gustave Flaubert : Correspondance, Supplément, recueillie, classée et annotée par MM. RenéDumesnil, Jean Pommier et Claude Digeon, Paris, Éditions Louis Conard, JacquesLambert Libraire-Éditeur, 1954, 4 vols.

28  Lettre de quatre pages collationnée sur l’original, conservée dans le Fonds Marcel Proust de la Bibliothèque nationale de France (NAF 27352, f° 90 r°-v°), sur une feuille de papier bleu à en-tête « 52, RUE VANNEAU (VIIe) » (19 cm x 19 cm). Nous corrigeons les fautes d’orthographe (accents de l’imparfait du subjonctif).

29  Dans sa réponse Proust reprendra cette formule (Corr., t. XIX, p. 88).

30  « À propos du "style" de Flaubert », La Nouvelle Revue française, 1er janvier 1920, p. 72-90 (repris dans Essais et articles, in Contre Sainte-Beuve, édition citée, p. 586-600).

31  Au début de son article Proust écrit : « J’ai été stupéfait, je l’avoue, de voir traiter de peu doué pour écrire, un homme qui par l’usage entièrement nouveau et personnel qu’il a fait du passé défini, du passé indéfini, du participe présent, de certains pronoms et de certaines prépositions, a renouvelé presque autant notre vision des choses que Kant, avec ses Catégories, les théories de la Connaissance et de la Réalité du monde extérieur. »

32  Proust avait écrit que l’un des mérites de Flaubert « est qu’il sait donner avec maîtrise l’impression du Temps », et il ajoutait que chez Balzac « ces changements de temps ont un caractère actif ou documentaire. Flaubert le premier les débarrasse du parasitisme des anecdotes et des choses de l’histoire. Le premier, il les met en musique. »

33  En 1879 Alphonse Daudet envoie ses vœux de nouvel an à Flaubert : « Mon parrain, mon oncle, comment veux-tu que je t’appelle ? Mon vieux chef de file, mon maître en écriture, je vous souhaite une bonne et heureuse et le bouquin fini pour l’an qui vient. » (lettre citée par Yvan Leclerc, « Avant-propos », Romantisme, n° 122, 2003-2004, p. 3).

34  En effet, dans son article Proust remarque : « Ce qui étonne seulement chez un tel maître, c’est la médiocrité de sa correspondance. […] Cette hausse brusque et apparente que subit le talent d’un écrivain dès qu’il improvise […], cette hausse devrait être sensible dans la correspondance de Flaubert. Or c’est plutôt une baisse qu’on enregistre. […] Il nous est impossible d’y reconnaître, avec M. Thibaudet, les "idées d’un cerveau de premier ordre", et cette fois ce n’est pas par l’article de M. Thibaudet, c’est par la correspondance de Flaubert que nous sommes déconcertés. » Pour illustrer cette critique Proust se moque alors des femmes qui disent à propos de leurs amis écrivains : « Et si vous saviez quels ravissants billets il écrit quand il se laisse aller ! Ses lettres sont infiniment supérieures à ses livres ». Dans son roman Proust reprend cette saillie qu’il attribue à la comtesse d’Arpajon qui s’écrie à propos de « cet auteur qui a écrit Salammbô » (la comtesse ayant oublié le nom de l’auteur en question) : « comme sa correspondance est curieuse et supérieure à ses livres ! elle l’explique du reste, car on voit par tout ce qu’on dit de la peine qu’il a à faire un livre, que ce n’est pas un véritable écrivain, un homme doué » (À la recherche du temps perdu, édition citée, t. II, p. 779-780). En revanche dans des avant-textes il met en scène la mère du narrateur qui exprime son dégoût pour les lettres de Flaubert qu’elle trouve « grossières ou prétentieuses » ou « vulgaires et plates » ce qui lui fait penser que Flaubert avait « une nature pauvre et vulgaire », et lui fait donc préférer les romans de George Sand, car elle déduit de la personnalité d’un auteur la qualité de son œuvre. Le narrateur quant à lui garde sa « préférence pour Flaubert » (pour les références voir ma note 21).

35  Des extraits de lettres de Flaubert commencèrent à paraître dans des revues dès 1880, mais les principales publications avant 1920 sont : Lettres de Gustave Flaubert à George Sand, précédées d’une étude par Guy deMaupassant, Paris, G. Charpentier, 1884 ; Correspondance, Paris, G. Charpentier (et E. Fasquelle pour le 4e volume), 4 volumes, 1887-1893 (comme le remarque Yvan Leclerc la publication de ces 809 lettres est contrôlée par la nièce de Flaubert, Caroline Commanville, qui les censure et fabrique des recompositions à partir de fragments de lettres différentes) ; Correspondance entre George Sand et Gustave Flaubert, Paris, Calmann-Lévy, 1904 (rééditions en 1905 et 1916) ; Lettres à sa nièce Caroline, Paris, E. Fasquelle, Bibliothèque Charpentier, 1906 ; Œuvres complètes de Gustave Flaubert, Paris, Louis Conard, 1909-1912, 18 vol., dont Correspondance, 5 vol. (t. 8 à 12) ; Flaubert et ses éditeurs, Michel Lévy et Georges Charpentier. Lettres inédites à Georges Charpentier, publiées par René Descharmes, Paris, A. Colin, 1911. Voir Yvan Leclerc, « Les Éditions de la correspondance de Flaubert », en ligne : http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/edcorr.pdf. La correspondance de Proust témoigne de sa lecture des lettres de Flaubert dans l’édition Conard (voir Corr., t. X, p. 157-158 et t. XX, p. 193 note 3).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pyra Wise, « Une lettre inédite de René Dumesnil à Marcel Proust du 19 janvier 1920 », Flaubert [En ligne], Genèse, Manuscrits/Transcriptions inédites, mis en ligne le 31 octobre 2009, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://flaubert.revues.org/815

Haut de page

Auteur

Pyra Wise

Équipe « Proust », ITEM/ENS-CNRS http://www.item.ens.fr/index.php?id=577324

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page