Navigation – Plan du site

Compte rendu de : Edi Zollinger, Arachnes Rache. Flaubert inszeniert einen Wettkampf im narrativen Weben: Madame Bovary und Notre-Dame de Paris und der Arachne-Mythos, München, Wilhelm Fink Verlag, 2007.

Luzius Keller

Texte intégral

1On ne saurait mieux caractériser la critique d’Edi Zollinger qu’en citant le titre de son ouvrage récent : Arachnes Rache (La Vengeance d’Arachne). Le jeu des lettres, des sons et des sens, leurs rapports coopératifs et antagonistes, voilà ce que le critique met au jour tout le long d’une investigation minutieuse des rapports entre deux grands romans du XIXe siècle. Le sous-titre de l’étude est plus explicite: « Flaubert met en scène un concours en tissage narratif : Madame Bovary et Notre-Dame de Paris et le mythe d’Arachné ». Dans ce concours Arachné (Flaubert) se venge enfin de l’insulte subie et de la punition imposée par Minerve (Hugo).

2Comme Baudelaire ou Mallarmé, Flaubert est un point de repère central de la modernité. De Proust au Nouveau Roman, de Sartre à Julian Barnes, de Thibaudet à Brombert ou Genette, auteurs et critiques du XXe siècle ont trouvé en l’œuvre de Flaubert une source d’inspiration et un sujet de réflexion inépuisables. Quant aux études tournant autour de la place de Madame Bovary dans l’histoire littéraire, on a mis en rapport Flaubert avec Cervantes, avec Molière, avec Balzac et beaucoup d’autres, et on a montré surtout la relation complexe entre Flaubert et le romantisme. Dans ce contexte, Jacques Seebacher a indiqué lors d’un colloque à Cerisy-la-Salle en 1974 quelques traces de Notre-Dame de Paris dans Madame Bovary et il a suggéré d’approfondir le sujet. Zollinger a suivi la suggestion tout en comprenant (comme déjà Seebacher, mais de manière plus explicite) le rapport entre deux textes comme un problème non pas de « source », mais de dialogue ou d’intertextualité. Le tissage du texte et l’entretissage dans le texte de fils et de couleurs provenant d’autres textes se trouvent placés par l’auteur sous le signe de la malheureuse jeune fille lydienne métamorphosée par Minerve en une araignée.

3L’étude de Zollinger comporte huit chapitres : 1. « Ein grosses Wort » (« un grand mot ») où Zollinger file un fil qui mène du dernier mot prononcé par Charles Bovary (« fatalité ») au mot « ANANKÈ » inscrit au seuil de Notre-Dame de Paris. 2. « Der Glöckner in Charles’ Kappe » (« Le carillonneur dans la casquette de Charles ») où l’on découvre dans la casquette de Charles le visage de Quasimodo. 3. « Der Ochsenziemer » (« le nerf de bœuf ») où l’analyse de la première rencontre entre Charles et Emma invite le lecteur à perdre son éventuelle innocence. 4. « Eine Stadt zum Aufessen » (« une ville comestible ») où dans le description d’un repas de noces se révèle le caractère insidieux de l’écriture flaubertienne. On y voit transparaître des obscénités et le gâteau de mariage se révèle comme une réplique grotesque d’une page hugolienne célèbre : Paris à vol d’oiseau. 5. « Der mechanische Apparat » (« l’appareil mécanique ») où de l’opération d’Hippolyte dans Madame Bovary on passe non seulement à la torture d’Esméralda dans Notre-Dame de Paris, mais encore au tableau de Joseph Heim Le martyre de saint Hippolyte exposé jusqu’en 1862 dans l’église Notre-Dame à Paris. 6. « Die Spinne in der Dachlucke » (« l’araignée dans la lucarne ») où à partir du nom de Djali se noue un réseau onomastique et intertextuel menant de la levrette d’Emma à la chèvre d’Esméralda et où se tisse la toile d’araignée fatale aux deux héroïnes. 7. « Vergiftet und erwürgt » (« empoisonnée et étranglée ») où à travers les scènes de mort d’Emma et d’Esméralda on est menée à l’histoire d’Arachné qui tâche de s’étrangler et sur qui Minerve répand le suc d’une herbe vénéneuse entraînant la métamorphose de la jeune fille en araignée. 8. « Der perfekte Text » (« le texte parfait ») où le lecteur est invité à considérer Flaubert comme vainqueur du concours.

4Dans son ouvrage, Zollinger mène le lecteur d’une surprise à l’autre. On découvre une multitude de détails et de rapports inattendus et on comprend ces rapports comme faisant partie d’un programme littéraire, soit d’un dialogue, voire d’un concours avec Victor Hugo. « À mon cher papa », voilà ce qui se trouve inscrit « en lettres gothiques » au bas du portrait de Minerve dessiné par Emma au crayon noir et fixé au mur de la salle au rez-de-chaussée aux Bertaux et voilà le défi de Flaubert à celui qu’il aime nommer dans sa correspondance le « père Hugo ». C’est sous les yeux de cette Minerve dédiée au « cher papa » que Flaubert se met à tisser sa toile, toile représentant la scène analysée au chapitre trois et reprise à la fin de l’ouvrage :

Le premier extrait de la toile tissue par Arachné qu’Ovide nous donne à voir montre Jupiter métamorphosé en taureau et Europe. Voilà le modèle de ce que Flaubert met en scène aux Bertaux avec la recherche obscène d’une cravache dont il a été question au troisième chapitre de ce livre. Au moyen du « nerf de bœuf » égaré par Charles et retrouvé par Emma, Flaubert métamorphose Charles en taureau. Par une de ces métamorphoses comme les tisse Arachné il fait de la metamorphosis Jovis une metamorphosis Bovis, il ajoute à la métamorphose la séduction, et Charles enlèvera Emma des Bertaux comme Jupiter Europe. Cette scène est élaborée jusqu’au moindre détail, le tissu est si dense que chaque mot, chaque phrase et tout l’alinéa trouvent une deuxième, voire une troisième signification. Voilà le texte parfait, voilà le défi de Flaubert. Que personne n’y trouve la moindre faute !

Ce que Flaubert met en scène aux Bertaux c’est un nouveau concours pour la prédominance en l’art du tissage. Le tissu le plus raffiné l’emportera. Par le choix du motif provenant de la toile d’Arachné Flaubert assigne à lui-même le rôle de celle-ci, soit du vainqueur non couronné, et à Hugo le rôle ingrat de Minerve, soit de celui qu’il s’agit de détrôner. C’est de cette manière qu’il formule ses prétentions au rang du plus grand poète, plus parfait que Victor Hugo – à l’exemple d’Arachné qui ne craint pas de se mesurer avec un ennemi supérieur et qui suit sa destinée (« in sua fata ruit »), ce « fatum », cette « ANANKÈ » ou cette « fatalité » par qui tout a commencé.

5Comme exemple des nombreuses surprises que l’étude de Zollinger réserve au lecteur nous ne citons que le premier alinéa du cinquième chapitre :

Dans le onzième chapitre de la deuxième partie Charles se propose de libérer Hippolyte, le valet d’écurie, de son pied bot. L’opération échoue ; et le pied du malheureux valet d’écurie sera amputé par Canivet. Comme le nom de « Charbovary » annonce le sort de Charles, la première mention du nom d’Hippolyte annonce le destin tragique du personnage. Au premier chapitre de la deuxième partie, il est appelé par Mme Lefrançois « Polyte ». Dans la métrique française pied et syllabe étaient des synonymes, et la patronne d’Hippolyte ampute son nom de la première syllabe comme plus tard le chirurgien Canivet l’ampute de son pied.

6Du point de vue stylistique l’étude de Zollinger relève de l’essai ce qui ne l’empêche pas de satisfaire aux exigences de la recherche dite sérieuse. Les notes permettent de situer l’ouvrage à l’intérieur de la critique flaubertienne, de contrôler ce que l’auteur doit à autrui et d’imaginer tout ce qu’il doit à lui-même. Faut-il ajouter que la traduction d’Arachnes Rache est un désideratum de la recherche flaubertienne ; elle serait en même temps un régal pour tous ceux qui aiment la littérature et qui aiment la critique littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luzius Keller, « Compte rendu de : Edi Zollinger, Arachnes Rache. Flaubert inszeniert einen Wettkampf im narrativen Weben: Madame Bovary und Notre-Dame de Paris und der Arachne-Mythos, München, Wilhelm Fink Verlag, 2007. », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 25 octobre 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/821

Haut de page