Navigation – Plan du site

Lire : écrire

Philippe Dufour

Résumés

Qu’est-ce que lire de la littérature pour un écrivain ? Un travail essentiel, répond Flaubert dans sa Correspondance, une évaluation de différentes écritures qui permet de se forger une poétique, de ne surtout pas se laisser influencer par les rhétoriques du présent : Flaubert lit les classiques à la recherche d’une écriture moderne.

Haut de page

Texte intégral

« Comme ils lisaient lentement ! »,
Flaubert à Louise Colet, le 31 mars 1853

1Ce dossier s’attache aux lectures littéraires de Flaubert, par opposition aux lectures documentaires liées aux besoins particuliers de l’œuvre à écrire, ou d’un chapitre, ou d’un épisode. Mais les lectures littéraires accompagnent elles aussi la rédaction de l’œuvre, et l’informent. Moins facilement repérables dans le texte que la documentation exploitée par le romancier, les lectures littéraires nourrissent l’écriture. À travers elles, Flaubert saisit son esthétique, se forge son idée du style.

2La lecture est un apprentissage de l’écrivain. De fait, jamais les lectures littéraires ne seront plus intenses, plus fructueuses que juste après la première Éducation sentimentale et surtout durant la longue genèse de Madame Bovary. Flaubert est en train de trouver sa voix. Il a commencé par se relire au moment d’entreprendre la Bovary, pour reconnaître la faiblesse stylistique de la première Éducation avec son réalisme lyrique et pour juger sévèrement Saint Antoine, amas de belles perles, mais sans le fil nécessaire à former le collier :

  • 1  Correspondance, t. II, p. 30 ; à Louise Colet, 16 janvier 1852. Les références renvoient à l’éditi (...)

J’ai fait depuis des progrès en esthétique, ou du moins je me suis affermi dans l’assiette que j’ai prise de bonne heure. Je sais comment il faut faire. Oh mon Dieu ! si j’écrivais le style dont j’ai l’idée, quel écrivain je serais1 !

  • 2  Sur cette période, voir le chapitre deux de Jean Bruneau, « Les lectures de Flaubert de 1835 à 184 (...)
  • 3  Corr., t. I, p. 189 ; à Ernest Chevalier, 2 septembre 1843.

3Sur ce fond d’autocritique, Flaubert multiplie les lectures assorties de jugements tranchés. Certes le jeune Flaubert était déjà un adepte des lectures tous azimuts2. C’était le temps où Boileau n’était qu’« un pisse-froid »3, pendant que Lamartine connaissait son quart d’heure de gloire :

  • 4  Corr., t. I, p. 24-25 ; au même, 24 juin 1837.

Il y a des jours où je donnerais toute la science des bavards passés, présents, futurs, toute la sotte érudition des éplucheurs, équarrisseurs, philosophes, romanciers, chimistes, épiciers, académiciens, pour deux vers de Lamartine ou de Victor Hugo4.

4Désormais, le romancier sait saluer la beauté, la bibliothèque se réorganise. Les lectures s’éclairent : Flaubert se situe au sein des écritures du passé et du présent. Les livres, repoussoirs ou modèles, viennent conforter des choix esthétiques.

5Quelque chose s’acquiert, ou se précise, dans les années 50. On dirait qu’ensuite Flaubert aura fait moins de lectures littéraires, ou plutôt qu’il éprouvera moins le besoin d’en parler (Louise Colet aura été une interlocutrice privilégiée). Il ne détaillera plus autant ses impressions, si ce n’est avec George Sand, mais davantage à propos des publications du moment. Bien sûr, ses jugements de valeur sur tel ou tel auteur pourront fluctuer, mais son image de la littérature (des familles d’écrivains) est fixée. Il a raison : il sait dorénavant ce qu’il faut ou faudrait faire — et ce qu’il ne faut pas faire. Il s’adonnera alors davantage à la lecture documentaire, les lectures ciblées nécessaires pour ressusciter Carthage par exemple et plus encore au moment de Bouvard et Pécuchet :

  • 5  Corr., t. V, p.261 ;  à Yvan Tourguéniev, 19 juillet 1877.

Je ne lis rien en dehors du cercle de mes études immédiates5.

  • 6  Corr., t. V, p. 774 ; à la princesse Mathilde, 28 décembre 1879.

D’ailleurs, je ne lis rien du tout en dehors des livres relatifs à mon travail6.

6N’exagérons pas cependant : la lecture littéraire demeure une nécessité tout le long de sa carrière d’écrivain. Moins boulimique peut-être, plus anthologique : par opposition au « Je viens de relire tout » (Molière, Boileau), Flaubert « lit du » (Ronsard, La Bruyère). La lecture est un diapason :

  • 7  Corr., t. V, p. 139 ; à sa nièce Caroline, 9 décembre 1876.

Moi, je ne lis rien du tout, sauf après mon dîner, du La Bruyère ou du Montaigne, pour me retremper dans les classiques [...]7.

  • 8  Bouvard et Pécuchet, Garnier-Flammarion, 1999, p. 186-187.
  • 9  Corr., t. II, p. 247 ; à Louise Colet, 17 février 1853.
  • 10  Corr., t. II, p. 347 ; à la même, 6 juin 1853.

7Lire du : Flaubert est à l'écoute d’une petite musique, comme dira Céline. Il se retrempe. Notez comme il évite le banal cliché « se plonger dans un livre » : il s’agit d’un bain de vigueur. Jusqu’au moment qui paraît important : « après mon dîner », dans l’instant de la digestion. Quand Bouvard et Pécuchet découvrent Walter Scott, leur lecture est aussi rythmée par les repas ; mais toujours excessifs, ils les sauteraient volontiers pour assouvir leur nouvelle passion8. Flaubert est plus méthodique. La lecture est une hygiène de l’écrivain, comme d’autres (Mme Sand) font de l'exercice. Flaubert décrit plusieurs fois pour Louise ce rituel : « mes lectures du soir »9. La lecture clôture une journée d’écriture. Comme pour vérifier la qualité du labeur accompli auparavant. Est-il à la hauteur ? « Deux heures aux langues, huit au style, et le soir, dans mon lit, une heure encore à lire un classique quelconque10. » L’écriture est prise entre une réflexion sur le langage (Flaubert lit du grec, de l’anglais) et une réflexion sur les œuvres littéraires : l’œuvre en cours s’élabore entre l’examen du matériau et celui du produit fini.

8Flaubert recommande vivement une hygiène similaire à ses confrères en écriture — qui ont besoin de se parfaire : à Louise Colet donc, à Mlle Leroyer de Chantepie, ou encore à cet inconnu ambitionnant de devenir « homme de lettres ». Lisez d’abord :

  • 11  Corr., t.  II, p. 806 ; à M. ***, avril 1858.

Faites de grandes lectures, suivies et prenez un sujet long et complexe. Relisez tous les classiques, non plus comme au collège, mais pour vous, et jugez-les dans votre conscience comme vous jugeriez des modernes, largement et scrupuleusement11.

9À la fin de sa vie, il fait la même recommandation au débutant Édouard Gachot :

  • 12  Corr., t.V, p.712 ; à Édouard Gachot, 23 septembre 1879.

 [...] lisez les classiques. Vous avez trop lu de livres modernes ; on en voit le reflet dans votre œuvre12.

10Pour être original, il convient de lire les Anciens — et non d’imiter les modernes... La lecture des classiques désactualise l’écriture : en se retrempant dans des états de langue passés, dans les imaginaires d'une autre Histoire, l’écrivain se libère de l’état de discours présent. La bonne lecture littéraire ne fournit pas un modèle : elle empêche d’imiter. Elle aide l’écrivain à être intempestif, l’œuvre à être intemporelle.

11Lire les classiques : Flaubert juge durement la nouvelle génération qu’il voit éclore à la fin de sa vie. Les naturalistes posent d’autant mieux à l’avant-garde inventant une formule — explorateurs croyant découvrir la Méditerranée, ironise Flaubert — qu’ils ignorent le passé (Goncourt indisposait tout autant Flaubert, quand il affirmait que l’histoire du roman commençait avec Balzac). Ils ont le tort d’être des écrivains sans lectures, à commencer par Zola :

  • 13  Corr., t. V, p. 199 ; à Edma Roger des Genettes, 3 mars 1877.

Deux choses lui manquent. Primo, il n’est pas poëte, et secondement il n’a pas de lectures. Ou plutôt il est ignorant, comme tous les gens de lettres d’aujourd’hui, - d’ailleurs13.

  • 14  Pour la définition par Vigny de « l'homme de lettres », voir la préface à Chatterton. J'y reviendr (...)

12Dans la périphrase « gens de lettres », on entend un superbe mépris vignyesque : pas poëtes certes, et pas davantage écrivains, ces jeunes gens14. Les feuilletons de Zola agacent décidément Flaubert :

  • 15  Corr., t. V, p. 386 ; à Edma Roger des Genettes, 27 mai 1878.

L’aplomb de Zola en matière de critique s’explique par son inconcevable ignorance15.

13De l’homme de lettres à l’écrivain, il y a toute la distance d’une écriture sans mémoire à une écriture instruite. Flaubert reprochera aux naturalistes de vouloir faire vrai sans faire beau. La beauté de la langue est à trouver sur les rayons de la bibliothèque.

14Lire est le réquisit de l’écriture. À la différence de la lecture ordinaire qui attend des œuvres distraction ou message moral (en consonance avec le placere et docere), la lecture professionnelle, qui est souvent relecture pour Flaubert, dissèque un art d’écrire. Il s’agit d’étudier (le verbe revient fréquemment dans ce contexte). Voici en quels termes Flaubert conseille à Mlle Leroyer de Chantepie, cas désespéré, de lire Montaigne — et quelques autres (histoire de lui faire sentir une fois pour toutes que la littérature ne souffre pas l’amateurisme des dilettantes) :

  • 16  Corr., t. II, p. 731-732 ; à Mlle Leroyer de Chantepie -dont on visualise assez bien la mine décom (...)

Mais ne lisez pas, comme les enfants lisent, pour vous amuser, ni comme les ambitieux lisent, pour vous instruire. Non. Lisez pour vivre. Faites à votre âme une atmosphère intellectuelle qui sera composée de l’émanation de tous les grands esprits. Étudiez, à fond, Shakespeare et Goethe. Lisez des traductions des auteurs grecs et romains, Homère, Pétrone, Plaute, Apulée, etc., et quand quelque chose vous ennuiera, acharnez-vous dessus. Vous le comprendrez bientôt, ce sera une satisfaction pour vous. Il s’agit de travailler, me comprenez-vous16 ?

15L’opération est à la fois intellectuelle (travailler) et surnaturelle (le lecteur en abstracteur de quintessence, variation sur l'image de la retrempe ; entendons aussi, le mot âme y invite, émanation dans son sens religieux : la lecture engendre l’écrivain, Gustave devient Flaubert). Peu auparavant, Flaubert avait précisé le sens de cette étude et la métaphore religieuse revient pour faire de la lecture une révélation :

  • 17  Corr., t. II, p. 717 ; à la même, 18 mai 1857.

Lisez les grands maîtres en tâchant de saisir leur procédé, de vous rapprocher de leur âme, et vous sortirez de cette étude avec des éblouissements qui vous rendront joyeuse. Vous serez comme Moïse en descendant du Sinaï. Il avait des rayons autour de la face, pour avoir contemplé Dieu17.

16La lecture s’attache à un savoir-faire et à un imaginaire : les procédés découvrent une âme. Le lecteur cherche la rhétorique profonde, comme dirait Baudelaire. L’émanation, Moïse en gloire, l’image religieuse a une présence obsédante, sacralisant les grandes œuvres, comme ici par la mention plus discrète du bréviaire :

  • 18  Corr., t. II, p. 348 ; à Louise Colet, 6 juin 1853.

C’est une chose, toi, dont il faut que tu prennes l’habitude, que de lire tous les jours (comme un bréviaire) quelque chose de bon. Cela s’infiltre à la longue. Moi je me suis bourré à outrance de La Bruyère, de Voltaire (les contes) et de Montaigne. Ce qui a amené B[ouilhet] à son vers de Melaenis, c’est le latin, sois-en sûre. Personne n’est original au sens strict du mot18.

17L’écriture dialogue avec les morts. Elle leur donne une postérité. Bouilhet fait même revivre une langue morte (et inversement cette langue anime son style). Dans l’écriture de Flaubert, trois siècles : Montaigne, La Bruyère, Voltaire. Quel critique décomposera cette atmosphère stylistique de la prose flaubertienne, ces subtiles émanations du passé qui se mêlent à une écriture ? Flaubert affirme plus d'une fois cette mystérieuse alchimie du verbe, sans autrement la préciser.

18Lire quelque chose de bon, recommande Flaubert, comme ailleurs il dit « les classiques », « les maîtres », établissant un partage tranché entre les lectures fondatrices et les lectures sans fruit. Pourtant, il peut sembler, quant à lui, lire sans choisir. Ce n’est déjà pas une question de genre. Au premier rang de ses lectures favorites figurent des non-romanciers : Homère, Montaigne, Shakespeare et La Bruyère. Ajoutons encore Molière et Ronsard : au vrai seul Rabelais serait le romancier de référence. Flaubert lit également la littérature de toutes les époques, de l’antiquité à l’extrême-contemporain, et de diverses contrées (le cosmopolitisme romantique est passé par là) : grecque et latine évidemment, anglaise et américaine, italienne, allemande, russe (Tourguéniev lui fait découvrir Tolstoï). Surtout, à côté des grandes œuvres, il consacre du temps à lire des œuvres insignifiantes. On dirait qu’il lui faut parcourir le spectre des écritures. Flaubert trouve nourriture en tout. Les œuvres admirées comme les œuvres détestées lui servent à mieux comprendre son propre projet, à réaffirmer ses partis pris d’artiste. Il le dit un jour à Louise, à propos des risibles tragédies de Marmontel qualifiées d’« excellente étude » :

  • 19  Corr., t. II, p. 86 ; à Louise Colet, 8 mai 1852.

- Il faut lire le mauvais et le sublime, pas de médiocre. - Je t’assure que, comme style, les gens que je déteste le plus m’ont peut-être plus servi que les autres19.

  • 20  Corr., t. II, p. 435 ; à Louise Colet, 21 septembre 1853.

19C’est Julien Gracq, je crois, qui fait quelque part cette remarque, que la critique retient au titre des influences uniquement les grands intercesseurs (mettons Walter Scott pour Balzac), alors que des disparus de l’histoire littéraire ont pu, presque scandaleusement, jouer un rôle décisif dans l’avènement d’une œuvre (et si Balzac n’avait pu exister sans Mme Cottin ?). Autres émanations des lectures, peut-être d’autant plus difficiles à repérer qu’elles ne laissent pas forcément toujours de trace dans l’œuvre achevée : elles seraient aussi à rechercher dans les ratures qui y conduisent. D’un conte de Laurent-Pichat, Flaubert écrit : « Du reste, ça sert beaucoup, le mauvais, quand il arrive à être de ce tonneau-là. La lecture de ce conte m’a fait enlever dans la B[ovary] une expression commune, dont je n’avais pas eu conscience, et que j’ai remarquée là20. » Les minores permettent les repentirs.

20Il reste que Flaubert a soin d’isoler dans sa bibliothèque les livres fondamentaux. Reparaît la métaphore religieuse :

  • 21  Corr., t. II, p. 133 ; à Louise Colet, 12 juillet 1852.

- Tu ne lis pas assez de bonnes choses. - Un écrivain, comme un prêtre, doit avoir sur sa table de nuit quelque livre sacré21.

21Il est vrai que la lettre est à destination de Louise, moderne ignorante des classiques. C’est encore à elle qu’il écrit :

  • 22  Corr., t. II, p. 174 ; à la même, 26 octobre 1852.

La bibliothèque d’un écrivain doit se composer de cinq à six livres sources qu’il faut relire tous les jours. Quant aux autres, il est bon de les connaître et puis c’est tout22.

22Le jeune Flaubert, séjournant à Trouville, a dans sa malle ses vade-mecum :

  • 23  Corr., t. V, p. 940 ; à Ernest Chevalier, 22 août 1841.

Je n’ai emporté avec moi que Virgile, Shakespeare et Homère, trois maîtres qui valent seuls toutes les bibliothèques du monde, trois océans, trois mondes de poésies et d’idées, la Grèce, l’Italie et le Nord23.

  • 24  Corr., t. II, p. 213 ; à Louise Colet, 19 décembre 1852.

23Les « livres sources » sont des océans, ouvrages encyclopédiques pouvant dispenser du reste de la bibliothèque (Virgile ne figurera pas toujours dans ce panthéon). À mesure que l’œuvre à accomplir requiert Flaubert, un tri s’effectue, dont les médiocres font les premiers les frais. Flaubert l’avait prescrit à Louise, « le mauvais et le sublime, pas de médiocre » — qui a l’air d’être pire que le mauvais : « Je te renvoie les Lamartine. Qu’est-ce que tu veux que je fasse de toutes ces ordures-là ? Je n’ai pas le temps de lire les grands, à plus forte raison les petits24.

24Pourtant, une cohorte de médiocres va empoisonner Flaubert à la fin de sa vie et composer même alors l’essentiel de ses lectures littéraires. C’est une scie de la Correspondance. Le voici soumis à la lecture des « nouveautés ». Les envois des « Jeunes » pleuvent à Croisset. Dans l’attente d’un adoubement, ceux-ci font hommage de leur œuvre à l’inoubliable auteur de Madame Bovary (lui laissant cruellement sentir au passage à quel point L’Éducation sentimentale est oubliée). Sans doute y a-t-il dans les nouveautés des œuvres qui retiennent son attention : Zola au premier chef, qui n’est déjà plus un débutant et qui au moins savait apprécier L’Éducation sentimentale ; à un degré moindre Daudet, voire Huysmans — et Maupassant, le Disciple, mais qu’il aura surtout connu comme poète, devinant in extremis un prosateur de talent à la parution de Boule de suif. Pour le reste, nouveauté rime avec médiocrité. Un rayon supplémentaire apparaît sur la bibliothèque, où se range la littérature démocratique contemporaine, avec sa surproduction. Vous avez lu trop de modernes, reprochait tout à l’heure Flaubert à tel ou tel, mais lui-même en lit maintenant beaucoup. On y reconnaît une part de sa fascination pour la bêtise, en ce sens lectures tombant à propos alors qu’il rédige Bouvard et Pécuchet (là aussi quelles ironiques émanations dans l’œuvre ?) — et peut-être aussi le besoin de se rassurer sur son rang dans la postérité : les nouveautés lui fournissent un sûr étalon, il sera en bonne place dans la bibliothèque des écrivains à venir. Il les lit, ces Jeunes, mais s’en plaint, et ne dit rien de leurs livres, désignés au pluriel, pure quantité :

  • 25  Corr., t. V, p. 213 ; à Edma Roger des Genettes, 2 avril 1877.

Il y a comme une conjuration parmi les jeunes gens qui impriment pour m’envoyer leurs œuvres25.

25« Jeunes gens qui impriment » : la périphrase, comme un verdict, refuse le titre d’écrivain aux postulants. À présent, la lecture entrave l’écriture :

  • 26  Corr., t. V, p. 759 ; à sa nièce Caroline, 6-7 décembre 1879.

Tous ces hommages me deviennent une peste. J’ai tant d’autres choses à lire ! et tant d’autres lignes à tracer26.

  • 27  Corr., t. V, p. 707 ; à la même, 17 septembre 1879.

26« Une peste » : mauvaises émanations. Flaubert consent même à lire des manuscrits. On s’étonnerait presque de voir cet Égoïste offrir la générosité du Maître, alors qu’il n’était plus temps et qu’il s’agissait d’arracher Bouvard et Pécuchet à la mort (il le sentait pourtant) : « J’ai lu deux ms. de Jeunes — qui sont stupides27 ! » Bons pour la copie des deux bonshommes. Flaubert supplie finalement son éditeur Georges Charpentier, marchand de nouveautés, de ne plus lui envoyer toute cette littérature. Désormais, il ne lira plus les jeunes gens de lettres :

  • 28  Corr., t. V, p. 796 ; à Edma Roger des Genettes, 24-25 janvier 1880.

Je suis obligé de répondre aux jeunes gens qui m’envoient leurs œuvres : que maintenant je ne puis plus m’occuper d’eux. Et je me fais (bien entendu) autant d’ennemis28.

27Flaubert ne peut plus suivre le rythme de la littérature industrielle (on l’imagine visitant une librairie parisienne de nos jours au mois de septembre — et reprenant, paniqué, écœuré, le train pour Croisset...). L’histoire de la littérature vient de s'arrêter pour lui :

  • 29  Corr., t. V, p. 879 ; à Yvan Tourguéniev, 7 avril 1880.

Je ne lis aucun des livres qu’on m’envoie, par conséquent je ne puis vous donner aucune nouvelle littéraire29.

28Trêve de nouveautés, mais pas davantage les émanations salutaires des classiques (il y a alors bien des années qu’il ne parle plus de ses lectures d’Homère). Lisez pour vivre, avait-il dit. Lire pour écrire. C’en est fait.

29Je sais comment il faut faire, écrivait Flaubert à Louise pendant la rédaction de Madame Bovary. Qu’est-ce que ses lectures lui avaient appris ? Comment avait-il donc rangé sa bibliothèque ? Les contributions que l’on va lire apportent des éléments de réponse. Lumières d’autant plus précieuses qu’elles viennent non de flaubertiens, mais d’amateurs éclairés (j’aimerais écrire, suivant un mot d’Elmar Tophoven, d’éclaireurs amoureux) : spécialistes d’un autre auteur, d’une autre période, d’un autre genre ou stylisticiens, et peut-être par là même mieux qualifiés pour humer l’émanation des livres.

Haut de page

Notes

1  Correspondance, t. II, p. 30 ; à Louise Colet, 16 janvier 1852. Les références renvoient à l’édition Gallimard, « La Pléiade » (1973-2007), établie par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, 5 tomes et un précieux index.

2  Sur cette période, voir le chapitre deux de Jean Bruneau, « Les lectures de Flaubert de 1835 à 1842 », dans Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert (Armand Colin, 1962) : les lectures s’organisent en deux séries, celles prescrites au collégien des classiques et celles choisies des romantiques. Ce chapitre contient de précieux renseignements sur les programmes du Collège Royal de Rouen.

3  Corr., t. I, p. 189 ; à Ernest Chevalier, 2 septembre 1843.

4  Corr., t. I, p. 24-25 ; au même, 24 juin 1837.

5  Corr., t. V, p.261 ;  à Yvan Tourguéniev, 19 juillet 1877.

6  Corr., t. V, p. 774 ; à la princesse Mathilde, 28 décembre 1879.

7  Corr., t. V, p. 139 ; à sa nièce Caroline, 9 décembre 1876.

8  Bouvard et Pécuchet, Garnier-Flammarion, 1999, p. 186-187.

9  Corr., t. II, p. 247 ; à Louise Colet, 17 février 1853.

10  Corr., t. II, p. 347 ; à la même, 6 juin 1853.

11  Corr., t.  II, p. 806 ; à M. ***, avril 1858.

12  Corr., t.V, p.712 ; à Édouard Gachot, 23 septembre 1879.

13  Corr., t. V, p. 199 ; à Edma Roger des Genettes, 3 mars 1877.

14  Pour la définition par Vigny de « l'homme de lettres », voir la préface à Chatterton. J'y reviendrai dans « Flaubert lecteur: une histoire des écritures ».

15  Corr., t. V, p. 386 ; à Edma Roger des Genettes, 27 mai 1878.

16  Corr., t. II, p. 731-732 ; à Mlle Leroyer de Chantepie -dont on visualise assez bien la mine décomposée à la lecture du à fond et du etc.

17  Corr., t. II, p. 717 ; à la même, 18 mai 1857.

18  Corr., t. II, p. 348 ; à Louise Colet, 6 juin 1853.

19  Corr., t. II, p. 86 ; à Louise Colet, 8 mai 1852.

20  Corr., t. II, p. 435 ; à Louise Colet, 21 septembre 1853.

21  Corr., t. II, p. 133 ; à Louise Colet, 12 juillet 1852.

22  Corr., t. II, p. 174 ; à la même, 26 octobre 1852.

23  Corr., t. V, p. 940 ; à Ernest Chevalier, 22 août 1841.

24  Corr., t. II, p. 213 ; à Louise Colet, 19 décembre 1852.

25  Corr., t. V, p. 213 ; à Edma Roger des Genettes, 2 avril 1877.

26  Corr., t. V, p. 759 ; à sa nièce Caroline, 6-7 décembre 1879.

27  Corr., t. V, p. 707 ; à la même, 17 septembre 1879.

28  Corr., t. V, p. 796 ; à Edma Roger des Genettes, 24-25 janvier 1880.

29  Corr., t. V, p. 879 ; à Yvan Tourguéniev, 7 avril 1880.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dufour, « Lire : écrire », Flaubert [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 12 décembre 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/845

Haut de page

Auteur

Philippe Dufour

Université François Rabelais, Tours

Articles du même auteur

Haut de page