Navigation – Plan du site

Flaubert et ses classiques : leçon de maintien

Chantal Wionet

Résumés

La correspondance de Flaubert fourmille de remarques stylistiques et d'aveux de lectures classiques. Les deux mêlés forment le goût de l'auteur, mais dans une perspective qui dépasse le strict cadre historique ou patrimonial : c'est bien en termes de morale que le style des classiques est ici envisagé. Modèle de maintien, plutôt que modèle simplement formel, le classicisme de Flaubert ne peut être confondu ni avec la reproduction, ni avec la répétition.

Haut de page

Texte intégral

1Pour l’historien du bon usage, la correspondance de Flaubert est un riche matériau : on y trouve une multitude de remarques aisément situables dans une tradition grammaticale et linguistique où il est question de séparer le bon grain de l’ivraie. On peut bien sûr faire débuter cette tradition à Malherbe, même si, pour le XVIIe siècle, ce serait davantage à La Mothe le Vayer que Flaubert nous ferait songer, plutôt qu’à Malherbe, Vaugelas ou Bouhours. En effet, ses remarques sont étroitement mêlées à la forme littéraire, tandis que les remarqueurs patentés de l’époque classique se préoccupent finalement surtout de la conversation, et de son bon usage. Dans la correspondance, il y a au fond peu d’injonctions du type « dites… ne dites pas », alors que les conseils de style sont quasi quotidiens, lorsqu’il reprend l’un(e) ou l’autre de ses correspondant(e)s, ou lorsqu’il expose ce qui lui plaît ou déplaît chez tel ou tel auteur. À cela s’ajoutent les discours plus généraux sur le style, là où il articule style et esprit, d’autres auraient dit style et épistémè, d’autres encore style et idéologie.

  • 1  Manchette d’ailleurs est un grand lecteur de Flaubert : « Saviez-vous que le deuxième volume de la (...)

2C’est donc dans une perspective d’histoire de la langue que j’entreprendrai cette toute petite étude sur la nourriture classique de Flaubert, aperçue à travers sa correspondance. Je commencerai pour ce faire par citer l’un de ses héritiers, Jean-Patrick Manchette, auteur fameux de romans policiers et critique à l’acidité toute flaubertienne1. Dans ses Notes noires, à l’occasion d’une réflexion sur les traductions (il fut lui-même traducteur), il déplore l’avènement de la novlangue ainsi que du « style éclectique » — forme bâtarde prisée des littérateurs qui cherchent à rester dans le vent :

Et attention ! l'éclectisme et la perte d'un langage central n'impliquent pas seulement une série de bévues disséminées dans un texte qui resterait convenable. Le mildiou et la gale se mettent à l'ensemble du texte, et on aboutit à n'y utiliser plus qu'un français filandreux, privé de tranchant, de rythme et de beauté. Il y a belle lurette qu'un certain nombre de traducteurs et d'écrivains pataugent dans ce genre de boue. Ce qui est nouveau, c'est qu'à présent tout « l'environnement langagier » (voici que je m'y mets aussi) encourage la maladresse, l'impropriété, et l'ignorance. Je ne sais comment nous nous en tirerons, sauf à cohabiter incessamment par la lecture, avec les grands stylistes du passé. (je préconise de remonter au moins jusqu'au XVIIIe siècle ; et un peu de XVIIe ne fera pas de mal). (Jean-Patrick Manchette, 10 août 1993, Notes noires)

3Le discours de Manchette est le résultat d’une sorte d’accablement de la bêtise faite langue ; un seul moyen, alors, de s’en tirer : fréquenter la littérature, et lire les classiques, seuls garants de la tenue et du maintien.

4Flaubert, 6 avril 1853, à Louise Colet :

Il n'a pas assez lu de classiques en sa langue. Pas de rapidité ni de netteté, et il lui manque la faculté de faire voir.

5ou encore, 1847, à la même :

Hier soir j’ai lu du La Bruyère en me couchant. Il est bon de se retremper de temps à autre dans ces grands styles-là. Comme c’est écrit ! Quelles phrases ! Quel relief et quels nerfs !

6La parenté est troublante. La place des classiques dans la formation du goût et d’une langue à soi est bien la même : c’est en se « retrempant » dans leur énergie et leur exactitude, que, selon Flaubert comme Manchette, il devient possible de concevoir un nouveau style, lequel n’aurait rien d’une copie ou d’une redite. Cette approche un peu sévère s’établit à partir d’un certain nombre de qualités que les auteurs classiques charrieraient dans leurs œuvres de manière presque constante. Il ne s’agit pas cependant de seulement dégager une liste de caractéristiques, que l’on admirerait platement, mais peut-être surtout de comprendre combien le style, ici donc la manière d’envisager la langue, est partie prenante de… l’idéologie (dirait Manchette) ou l’esprit (dirait Flaubert).

Les agréments du style classique

7Chez Flaubert, l’idée de classicisme est assez vaste : il peut intégrer dans cette catégorie (précisons : pour ce qui concerne les français) des auteurs qui vont du XVIe au XVIIIe siècle. Ainsi, dans la citation qui suit, sont considérés comme indifféremment « classiques » Montaigne et La Bruyère :

Moi, je ne lis rien du tout, sauf, après mon dîner, du La Bruyère ou du Montaigne, pour me retremper dans les classiques. [1876]

8De même qu’ailleurs, trente ans plus tôt dans une liste d’ouvrages chéris, peuvent cohabiter Rabelais et Voltaire :

Les gens que je lis habituellement, mes livres de chevet, ce sont Montaigne, Rabelais, Régnier, La Bruyère et Le Sage. J'avoue que j'adore la prose de Voltaire et que ses contes sont pour moi d’un ragoût exquis. (à Louis de Cormenin, 7 juin 1844)

  • 2  Je laisse sciemment de côté les auteurs de langue étrangère, comme Shakespeare ou Byron par exempl (...)
  • 3  « Il y a en moi, littérairement parlant, deux bonshommes distincts : un qui est épris de gueulades (...)

9Dans sa correspondance, Flaubert semble se nourrir d’un panthéon choisi, finalement assez restreint, d’auteurs considérés presque indifféremment comme des classiques2 : Montaigne, Boileau, La Bruyère, La Fontaine, Montesquieu, Voltaire, avec une attirance un peu particulière pour Ronsard, du côté du modèle lyrique, l’autre partie de lui-même3. Les allusions à d’autres grands ancêtres sont présentes, bien entendu, mais elles sont moins régulières. La plupart du temps, c’est dans un cadre général d’exercice d’admiration qu’il inscrit ses remarques, dans des formes pleines de transport : en témoignent l’image du « ragoût exquis » de la citation précédente, comme l’épithète « énorme » des lignes qui suivent, dans lesquelles il évoque, de manière plus inattendue, le baroque Cyrano de Bergerac :

Je lis dans ce moment une charmante et fort belle chose, à savoir les états de la lune, de Cyrano De Bergerac. C'est énorme de fantaisie et souvent de style. (à Louise Colet, 26 juin 1852)

10Voir encore, au sujet de Rousseau :

Je suis à moitié des Confessions de J.-J. Rousseau ; c’est admirable. Voilà la vraie école de style. (à Ernest Chevalier, 1839)

  • 4 « Le Beau langage ressemble à une eau pure & nette qui n’a point de goust, qui coule de source, qui (...)

11Cette remarque signale bien les intérêts de Flaubert lisant : l’admiration porte à l’étude, au travail, à la réflexion. C’est avec le style que la littérature démarre, c’est de style qu’elle doit se nourrir, mais style ici pris dans un sens un peu flottant, comme un élément donné, non problématisé. La correspondance toutefois n’est pas toujours aussi allusive : certaines évocations, on va le voir, l’amènent à préciser les caractéristiques d’un style admirable, du côté de la syntaxe ou du lexique. Ici, le lecteur des classiques ne contrarie pas les discours usuels sur la langue du XVIIe siècle. L’« eau pure » dont parlait Dominique Bouhours4, théoricien normatif de la langue de cour, devient sous la plume de Flaubert une « petite rivière », et la métaphore aquatique suggère à nouveau la netteté de la langue :

Je relis maintenant du Boileau, ou plutôt tout Boileau, et avec moult coups de crayon aux marges. Cela me semble vraiment fort. On ne se lasse point de ce qui est bien écrit. Le style c'est la vie ! c'est le sang même de la pensée ! Boileau était une petite rivière, étroite, peu profonde, mais admirablement limpide et bien encaissée. C'est pourquoi cette onde ne se tarit pas. Rien ne se perd de ce qu'il veut dire. Mais que d'Art il a fallu pour faire cela, et avec si peu ! (à Louise Colet, 7 septembre 1853)

12Clarté, ou encore concision pour Boileau… Lorsque Flaubert quitte l’eau pour le rivage, ce sont des corps tendus d’athlètes qu’il perçoit dans la syntaxe :

  • 5  Ce qui rapproche Flaubert des rhéteurs, lorsqu’ils opposent la « boursouflure » du style asianiste (...)

Je viens de relire Grandeur et Décadence des Romains, de Montesquieu. Joli langage ! joli langage. Il y a par-ci par-là des phrases qui sont tendues comme des biceps d'athlète, et quelle profondeur de critique5 ! (à Louise Colet, 6-7 juin 1853)

  • 6  Au sens de « réduite à des principes ».
  • 7 Voir la citation plus bas sur la « justesse de l’expression ».

13L’idéal classique d’épuration et de réduction6 de la langue, la lutte contre l’équivoque, la recherche du mot exact7 sont comme directement transposés dans la correspondance. C’est bien en termes de tension que Flaubert conçoit le style, tout comme les tenants du bon usage au XVIIe siècle, mais avec la volonté sans doute plus opiniâtre que ces leçons de maintien linguistique s’articulent fermement à « l’esprit » :

Moi je me suis bourré à outrance de La Bruyère, de Voltaire (les contes) et de Montaigne […]. Personne n'est original au sens strict du mot. Le talent, comme la vie, se transmet par infusion et il faut vivre dans un milieu noble, prendre l'esprit de société des maîtres. Il n'y a pas de mal à étudier à fond un génie complètement différent de celui qu'on a, parce qu'on ne peut le copier. La Bruyère, qui est très sec, a mieux valu pour moi que Bossuet dont les emportements m'allaient mieux.(à Louise Colet, 6-7 juin 1853)

  • 8 C’est sans doute pour cette raison qu’il juge Bossuet en mauvaise part : « Ce qui m'avait indigné d (...)
  • 9 1919.

14Les lectures classiques de Flaubert lui permettent ainsi de contrarier une nature qui serait celle des emportements8, par le travail sur la forme qu’il retient avant tout, tout comme la fréquentation de gens de goût : « il faut vivre dans un milieu noble » — les remarqueurs du XVIIe n’auraient pas renié pareil biotope littéraire. Albert Thibaudet, qui notait que Flaubert n’était pas un écrivain « de race »9, n’avait sans doute plus en tête les étonnements de la correspondance ; c’est justement l’absence de génie, non pas compensé, mais avantageusement remplacé par les ratures, que Flaubert met en avant lorsqu’il s’agit de distinguer ceux qui survivront dans la postérité :

Nous nous étonnons des bonshommes du siècle de Louis XIV, mais ils n'étaient pas des hommes d'énorme génie. On n'a aucun de ces ébahissements, en les lisant, qui vous fassent croire en eux à une nature plus qu'humaine, comme à la lecture d'Homère, de Rabelais, de Shakespeare surtout ; non ! Mais quelle conscience ! Comme ils se sont efforcés de trouver pour leurs pensées les expressions justes ! Quel travail ! quelles ratures ! Comme ils se consultaient les uns les autres. Comme ils savaient le latin ! Comme ils lisaient lentement ! Aussi toute leur idée y est, la forme est pleine, bourrée et garnie de choses jusqu'à la faire craquer. Or il n'y a pas de degrés : ce qui est bon vaut ce qui est bon. La Fontaine vivra tout autant que Le Dante, et Boileau que Bossuet ou même qu'Hugo. (à Louise Colet, 31 mars 1853)

  • 10 « Ce qui me semble beau, ce que je voudrais faire, c’est un livre sur rien, un livre sans attache e (...)

15L’idéal de clarté est associé ici d’une part à une sorte d’universalité (Dante, La Fontaine), d’autre part à la pérennité. Le temps s’efface lorsque l’idée, la conscience est précisément ramassée dans une expression juste : la forme classique tient pratiquement par elle-même, pour paraphraser un énoncé célèbre de la correspondance10. Notons encore que l’idée de maintien que j’évoquais précédemment est encore prégnante dans cette « forme pleine, bourrée et garnie jusqu’à la faire craquer » — on renverra l’image à un arrière-plan culinaire ou érotique, c’est selon.

16Au total, c’est à travers ses classiques que Flaubert définit son idée du style, comme un composé efficace des caractéristiques principales de Voltaire, Montaigne et La Bruyère (on remarque encore que Montaigne est ici comme annexé au Grand siècle !) :

L’idéal de la prose est arrivé à un degré inouï de difficulté ; il faut se dégager de l’archaïsme, du mot commun, avoir les idées contemporaines dans leurs mauvais termes, et que ce soit clair comme du Voltaire, touffu comme du Montaigne, nerveux comme du La Bruyère et ruisselant de couleur, toujours. (à Louise Colet, juillet 1852)

  • 11 À Louis Bonenfant, 12 décembre 1856.

17Quoique assez récurrentes, les remarques de Flaubert sur le style classique, pris comme modèle de langue, sont finalement impressives : elles se situent dans le domaine de la qualité : des adjectifs tels que « touffu », « nerveux », « sec », etc. disent davantage l’intention que la réalisation. C’est par là d’ailleurs que Flaubert rejoint des sceptiques comme La Mothe, ou que Manchette rejoint Flaubert : ce n’est pas tant la forme au sens strict qui importe — aucun des trois auteurs ne se préoccupe vraiment de se plier aux règles du bon usage — mais bien le dessein épistémologique ; la langue ne vaut rien si elle ne sert pas une morale — « La morale de l'Art consiste dans sa beauté même, et j'estime par-dessus tout d'abord le style, et ensuite le Vrai »11 —, si elle ne sert pas donc à se rapprocher d’une sorte de Vérité.

Le dessein épistémologique

  • 12 « […] Ma Bovary est tirée au cordeau, lacée, corsée et ficelée à l’étrangler ». (Lettre à Louise Co (...)

18La langue corsetée, maintenue, mais « pleine à craquer » que Flaubert va chercher dans ses classiques12, semble ainsi révéler une sorte de vérité, ou de « manière absolue de voir les choses », l’écrivain ici s’effaçant totalement pour laisser parler l’œuvre, ou la langue : en elle, comme au travers de mille autres objets, peut s’exprimer autre chose qu’elle-même. Pour point de départ à la réflexion, on peut rappeler l’étonnante lettre à Louise Colet (26 août 1853) dans laquelle Flaubert se livre à une sémiologie de la mode, en articulant mode vestimentaire (ici les chaussures) et style linguistique : « Quel dommage que je ne sois pas professeur au Collège de France ! J’y ferais tout un cours sur cette grande question des Bottes comparées aux littératures ». J’ai choisi ici de restituer la citation quasi dans son intégralité, même si elle est un peu longue, de manière à ne pas couper le raisonnement, non plus que la verve érudite de Flaubert :

Quelle harmonie du fond et de la forme ! Comme le pied est bien fait pour la chaussure ou la chaussure pour le pied ! N'y a-t-il pas un rapport évident entre les durs poèmes du moyen âge (monorimes souvent) et les souliers de fer, tout d'une pièce, que les gens d'armes portaient alors, éperons de six pouces de longueur à molettes formidables, périodes embarrassantes et hérissées.
Les souliers de Gargantua étaient faits avec « quatre cent six aulnes de velours bleu cramoysi, deschiquetez mignonnement par lignes parallèles jointes en cylindres uniformes ». Je vois là l'architecture de la Renaissance. Les bottes Louis XIII, évasées et pleines de rubans et de pompons comme un pot rempli de fleurs, me rappellent l'hôtel de Rambouillet, Scudéry, Marini. Mais il y a tout à côté une longue rapière espagnole à poignée romaine = Corneille.
Du temps de Louis XIV, la littérature avait les bas bien tirés ! ils étaient de couleur brune. On voyait le mollet. Les souliers étaient carrés du bout (La Bruyère, Boileau), et il y avait aussi quelques fortes bottes à l'écuyère, robustes chaussures dont la coupe était grandiose (Bossuet, Molière). Puis on arrange en pointe le bout du pied, littérature de la Régence (Gil Blas). On économise le cuir et la forme (encore un calembour !) est poussée à une telle exagération d’antinaturalisme qu'on en arrive presque à la Chine (sauf la fantaisie du moins). C'est mièvre, léger, contourné. Le talon est si haut que l'aplomb manque ; plus de base. Et d'autre part on rembourre le mollet, emplissage philosophique flasque (Raynal, Marmontel, etc.). L'académique chasse le poétique ; règne des boucles (pontificat de Monseigneur de La Harpe). Et maintenant nous sommes livrés à l'anarchie des gnaffs. Nous avons eu les jambarts, les mocassins et les souliers à la poulaine.

19Outre que la modernité de son « système de la mode » est troublante, Flaubert sémiologue va chercher dans un objet couvrant (un « moule » dit-il plus haut dans la lettre) le signe d’autre chose : le style peut être considéré comme la forme spectaculaire d’une société, ainsi que les bottes, métonymies flagrantes, révélatrices du degré de maintien d’une langue, d’une période historique, d’une pensée. Mode vestimentaire et style boivent dans la même rivière, se repaissent du même sang ; c’est dire que le style ne serait pas exactement ici la représentation de l’absolu dont il était question plus haut. Il s’agit plutôt dans ce cas d’une première manière d’envisager le style, comme figuration d’un modèle de société : le moule de la chaussure, ou le moule de la langue tiennent de la même façon un contenu, qui ne serait pas alors strictement un contenu de pensée, mais plutôt un contenu plus global, historique ou social. Le style n’est pas ici une intention, mais un reflet : esprit, épistémè, idéologie, selon les niveaux d’analyse que l’on souhaite adopter. L’intérêt me semble-t-il de la vision flaubertienne tient à cette intuition saisissante de la prise en compte de la forme dans son sens général et plastique, comme actualisation d’un ensemble de contraintes sociales, souterraines mais dominantes. Lorsque la bêtise s’impose, c’est le règne des gnaffs pour Flaubert, de la novlangue ou du style éclectique pour Manchette. Dans cette perspective, la langue, le style est une émanation, même s’il peut être le fruit d’un travail : il n’est en effet pas question pour Flaubert de considérer des auteurs tels que La Bruyère comme de simples produits inconscients d’eux-mêmes — simplement, le cadre est fourni par autre chose. L’analyse sémiologique n’est qu’une manière d’envisager l’histoire de la littérature, donc ici pour Flaubert l’histoire des cadres stylistiques.

20Ceci dit, la correspondance fait état d’un degré supérieur sur l’échelle de l’histoire du style, qui serait alors dégagée du moment, comme une ligne qui ferait se rejoindre de lointaines époques, ou des auteurs qui a priori ne présentent pas d’affinités :

Je m'en vais ainsi, d'ici deux ou trois ans, relire attentivement tous les classiques français et les annoter, travail qui me servira pour mes Préfaces (mon ouvrage de critique littéraire, tu sais). J'y veux prouver l'insuffisance des écoles, quelles qu'elles soient, et bien déclarer que nous n'avons pas la prétention, nous autres, d'en faire une et qu'il n'en faut pas faire. Nous sommes au contraire dans la tradition. Cela me semble, à moi, strictement exact. Cela me rassure et m'encourage. Ce que j'admire dans Boileau, c'est ce que j'admire dans Hugo, et où l'un a été bon, l'autre est excellent. Il n'y a qu'un beau. C'est le même partout,mais il a des aspects différents ; il est plus ou moins coloré par les reflets qui dominent. Voltaire et Chateaubriand, par exemple, ont été médiocres par les mêmes causes, etc. (à Louise Colet, 7 septembre 1853)

  • 13 Règles identiques chez Boileau, dans son Art poétique.
  • 14 Œuvres complètes, III, Forgeries.
  • 15 2 juillet 1853, à Louise Colet.

21Le désir de relire « tous les classiques français » amène Flaubert à penser une ligne transcendante, celle de la valeur morale, dont il n’était pas question dans la citation précédente. La littérature, lorsqu’elle est « bonne », s’inscrit dans la tradition, par cela même qu’elle participe du Beau, valeur absolue qui ne s’atteint que par un travail acharné, associé à une volonté farouche de se régler sur les principes, en cherchant la mesure13. Si le point de départ de la réflexion est celui de la critique des « écoles », sorte de communautarisme littéraire dont Flaubert ne cesse de se moquer, cette observation aboutit à une ferme mise en place de l’idée de permanence du Beau : joint au Vrai, il constitue dès lors une qualité (une force, une vertu) qui parvient à soumettre de manière non troublée un sens, un contenu. Le style, la langue classiques ne sont plus alors pris seulement comme l’actualisation d’une époque, mais comme un véritable modèle ayant atteint son « degré de perfection », comme aurait dit l’Académie française en 1694. À cela près que l’Académie, ainsi que les remarqueurs de l’époque classique, avait d’abord en tête une forme de langue, avant les principes. Or, la nouveauté de Flaubert, dans l’histoire du bon usage, naît de ce glissement sensible qui consiste à s’inquiéter essentiellement de l’intention. C’est ainsi que, selon lui, Hugo peut côtoyer Boileau ; c’est ainsi qu’on retrouve la filiation avec un Manchette qui appelle à la lecture du XVIIe ; c’est aussi peut-être ce qui meut Roland Barthes quand il affirme : « j’écris classique »14. Sans trop s’avancer, il y a fort à parier que l’idée de « belle littérature », telle que certaines instructions officielles ou que quelques parangons de la tradition littéraire la définissent, déclencherait chez Flaubert, pour reprendre l’étonnant néologisme dont il use pour décrire son sentiment à la lecture d’Auguste Comte, des « californies de rire »15. Soustraite de toute idée de valeur platonicienne, la « belle littérature » n’est plus qu’une image déformée, difforme et mensongère, de ce que Flaubert semble appeler la tradition, une idée de pion. La difficulté est d’ailleurs là, lorsqu’on parle de Flaubert face aux classiques : les écrans d’une histoire ultérieure peuvent fausser notre interprétation et l’orienter vers un quasi contresens. Contrairement à ce que la critique moderne s’emploie à défendre, c’est-à-dire la « belle langue » qui aurait une valeur en soi, objet de dévotion un peu folle, Flaubert n’entend pas retrouver ou restituer un état de langue ancien, n’entend pas se situer dans la tradition au sens mécanique du terme. Il pense la tradition comme une ligne de crête que n’atteint pas le brouhaha du monde, et qui peut bien changer d’aspect : il ne s’agit pas de fixer la langue, ni de geler le style, mais de saisir dans les œuvres de quoi alimenter la vie de l’esprit en s’abreuvant d’eau claire.

Dans la précision des assemblages, la rareté des éléments, le poli de la surface, l’harmonie de l’ensemble, n’y a-t-il pas une Vertu intrinsèque, une espèce de force divine, quelque chose d’éternel, comme un principe ? (je parle en platonicien). (à George Sand, 3 avril 1876)

  • 16 Magazine littéraire 108, janvier 1976.
  • 17  Boileau, Art poétique, chant I.

22Si Barthes16 peut dire de Flaubert qu’il est le « dernier écrivain classique », c’est que son travail dit « névrotique » sur la langue (la mode, alors, était à la psychanalyse) est tendu vers la fabrication d’une prose qui retient les principes du plus pur classicisme : « Qui ne sut se borner ne sut jamais écrire17 ». Plus qu’en termes de névrose, c’est en termes d’imaginaire que j’orienterais ma lecture du classicisme de Flaubert, non pas imaginaire réactionnaire, Manchette lui-même bloque cette interprétation, mais moral : peu importe le bon usage — ne peut-on pas être immoral au subjonctif imparfait ? — seule compte l’offensive contre le mal, la bêtise, le dégueulasse.

Haut de page

Notes

1  Manchette d’ailleurs est un grand lecteur de Flaubert : « Saviez-vous que le deuxième volume de la correspondance de Flaubert (couvrant 1851-1858), dans l’édition de la Pléiade, était sorti à l’automne dernier ? Et je viens seulement de m’en aviser ! J’ai ça à lire, et vous voudriez que je commente l’actualité de l’art industriel ? Vous êtes complètement fou ». (8 avril 1981, Les yeux de la Momie, Chroniques de cinéma, 1997, Rivages)

2  Je laisse sciemment de côté les auteurs de langue étrangère, comme Shakespeare ou Byron par exemple, ou les auteurs de l’antiquité grecque et latine.

3  « Il y a en moi, littérairement parlant, deux bonshommes distincts : un qui est épris de gueulades, de lyrisme, de grands vols d'aigle, de toutes les sonorités de la phrase et des sommets de l'idée ; un autre qui fouille et creuse le vrai tant qu'il peut, qui aime à accuser le petit fait aussi puissamment que le grand, qui voudrait vous faire sentir presque matériellement les choses qu' il reproduit […]. » (à Louise Colet, 16 janvier 1852)

4 « Le Beau langage ressemble à une eau pure & nette qui n’a point de goust, qui coule de source, qui va va où sa pente naturelle la porte […]. Car la langue française hait encore tous les ornemens excessifs : elle voudroit presque que ses paroles fussent nuës, pour s’exprimer plus simplement ; elle ne se pare qu’autant que la necessité & la bienseance le demandent ». (Bouhours, 1671, Entretiens d’Ariste & d’Eugène)

5  Ce qui rapproche Flaubert des rhéteurs, lorsqu’ils opposent la « boursouflure » du style asianiste, perversion du bon goût attique, au muscle et aux nerfs. Vois notamment Cicéron De optimo genere oratorum (merci à Stéphane Macé pour cette référence).

6  Au sens de « réduite à des principes ».

7 Voir la citation plus bas sur la « justesse de l’expression ».

8 C’est sans doute pour cette raison qu’il juge Bossuet en mauvaise part : « Ce qui m'avait indigné dans votre article, c'était la comparaison que vous en faisiez avec Bossuet et Chateaubriand, qui sont cependant loin d'être des dieux pour moi. Je maintiens que le premier écrivait mal, quoi qu'on dise ». (à Amélie Bosquet, 9 août1864)

9 1919.

10 « Ce qui me semble beau, ce que je voudrais faire, c’est un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la force interne de son style. […] La forme, en devenant habile, s’atténue ; elle quitte toute liturgie, toute règle, toute mesure ». (à Louise Colet, 16 janvier 1852)

11 À Louis Bonenfant, 12 décembre 1856.

12 « […] Ma Bovary est tirée au cordeau, lacée, corsée et ficelée à l’étrangler ». (Lettre à Louise Colet, 1853, 29 janvier). Pierre Michon (2007) commente, en se donnant des airs d’expert : « Dans Bovary, tout est bondagé, à commencer par la phrase elle-même ».

13 Règles identiques chez Boileau, dans son Art poétique.

14 Œuvres complètes, III, Forgeries.

15 2 juillet 1853, à Louise Colet.

16 Magazine littéraire 108, janvier 1976.

17  Boileau, Art poétique, chant I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Wionet, « Flaubert et ses classiques : leçon de maintien », Flaubert [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 12 décembre 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/851

Haut de page

Auteur

Chantal Wionet

Université d’Avignon — SYLED

Articles du même auteur

Haut de page