Navigation – Plan du site

Flaubert lecteur de romans historiques

Bernard Gendrel

Résumés

Les notes de lectures de Flaubert dans sa correspondance permettent de dégager deux types de romans historiques : le roman à sujet ancien, qui se doit, pour être vraisemblable, d'éloigner les personnages en réduisant la part d'explications psychologiques, et le roman à sujet contemporain, qui au contraire allie prise de distance (historique ou sociale) et rapprochement (psychologique). Victor Hugo excellerait dans le premier mais pas dans le second. Quant à Flaubert, son obsession sera de réussir dans les deux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lettre du 28 février 1874 à George Sand : « Je viens de finir La Gaule poétique du sieur Marchangy (...)
  • 2  Pour l’aspect biographique de la relation Hugo-Flaubert, voir Thierry Poyet, Pour une esthétique d (...)

1Flaubert, grand dévoreur de livres, n’est pas passé à côté des romans historiques, qui ont inondé le monde de l’édition de la Restauration à la fin de la Monarchie de Juillet. Ses premiers écrits se placent d’ailleurs sous le signe de l’histoire, qu’il s’agisse de la Mort du duc de Guise, de Rome et les Césars ou de la pièce Loys XI. Cette inspiration ne le quittera guère alliée soit à son goût pour l’Orient – et ce sera Salammbô – soit à son (dé)goût pour l’univers contemporain – et ce sera L’Éducation sentimentale. Si la Correspondance nous montre un Flaubert raillant un genre susceptible de tomber dans le ridicule (avec des auteurs comme Marchangy1) ou de plaire tout simplement au bourgeois (avec Delavigne ou Dumas), elle nous montre aussi un Flaubert lisant Scott ou Hugo et commentant leurs forces et leurs faiblesses. C’est d’ailleurs autour de la figure de Hugo, le « grand crocodile »2, que se dessinent les remarques les plus intéressantes sur le genre historique. Rien d’étonnant à cela : Hugo fait alors figure de grand maître de la littérature et Flaubert aime à se comparer à lui, voire à rivaliser avec lui. Le poète romantique s’étant adonné au roman historique ancien – avec Notre-Dame-de-Paris – et au roman historique moderne – avec Les Misérables et Quatrevingt-Treize – il est normal que Flaubert projette sur ces œuvres ses propres préoccupations esthétiques, celles qui le font peiner sur Salammbô et sur L’Éducation sentimentale.

2Flaubert distingue deux éléments dans les œuvres historiques hugoliennes : l’un positif – l’art de la scène – et l’autre négatif – le schématisme des personnages. Au delà des problèmes de rivalités – notamment à l’occasion de la parution retardée de Salammbô pour cause de sortie des Misérables – le romancier s’avère ici un lecteur averti et repère un problème presque inévitable du genre historique, qui s’il veut peindre une fresque est souvent obligé d’en sacrifier les acteurs ; mais si Flaubert distingue cette dichotomie entre la force des scènes et la faiblesse des personnages, c’est parce que lui-même tente de la surmonter dans son œuvre et que cette question posée par le roman historique, il la règlera dans le roman réaliste.

Forces et faiblesses du roman historique

3Le genre historique, qu’il s’agisse de romans, drames ou poèmes, a connu une vogue tout au long du xixe siècle, principalement dans les années 1820 et 1830, après la traduction des œuvres de Walter Scott. Flaubert, comme tous ses contemporains, est donc au contact de ce phénomène littéraire. Il dénonce tout d’abord, dans de nombreux passages de la correspondance, l’aspect bourgeois et facile de cette mode. L’auteur presque officiel de ces années, le dramaturge Casimir Delavigne, est ainsi épinglé comme flattant par trop le public :

  • 3  Lettre du 29 mai 1852 à Louise Colet, Correspondance, t. II, op. cit., p. 96.

Mais en revanche nous avons, immédiatement après, l’éloge inattendu de Casimir Delavigne, qui savait que l’estime vaut mieux que le bruit et qui, en conséquence, s’est toujours traîné à la remorque de l’opinion, faisant Les Messéniennes après 1815, Le Paria dans le temps du libéralisme, Marino Faliero lors de la vogue de Byron, Les Enfants d’Édouard quand on raffolait de drame moyen âge. Delavigne était un médiocre monsieur. Mais Normand rusé qui épiait le goût du jour et s’y conformait, conciliant tous les partis et n’en satisfaisant aucun, un bourgeois s’il en fut, un Louis-Philippe en littérature3.

4Tout est dit ici – et le portrait vaut pour nombre d’écrivains de l’époque – Delavigne est un « Louis-Philippe » des lettres, un bourgeois. Flaubert lui concède la ruse, mais aucune œuvre de valeur ne peut sortir d’un tel asservissement aux modes du temps. Le genre historique est donc avant tout un genre galvaudé, dont il faut se méfier parce qu’il a trop tendance à flatter le médiocre et le vulgaire. Des remarques semblables se retrouvent à propos de Dumas, grand pourvoyeur de littérature populaire :

  • 4  Lettre du 20 juin 1853 à Louise Colet, Correspondance, t. II, op. cit., p. 358.

Qu’est-ce que ça fout à la masse, l’Art, la poésie, le style ? Elle n’a pas besoin de tout ça. Faites-lui des vaudevilles, des traités sur le travail des prisons, sur les cités ouvrières et les intérêts matériels du moment, encore. Il y a conjuration permanente contre l’original, voilà ce qu’il faut se fourrer dans la cervelle. Plus vous aurez de couleur, de relief, plus vous heurterez. D’où vient le prodigieux succès des romans de Dumas ? C’est qu’il ne faut pour les lire aucune initiation, l’action en est amusante. On se distrait donc pendant qu’on les lit. Puis, le livre fermé, comme aucune impression ne vous reste et que tout cela a passé comme de l’eau claire, on retourne à ses affaires. Charmant ! La même critique est applicable à l’opéra-comique (genre françois) et à la peinture de genre, comme l’entend M. Biard, et aux délicieuses Revues de la semaine de Môsieur Eugène Guinot4.

5Le roman historique à la Dumas, en favorisant l’« action », flatte lui aussi le public et ne propose rien d’autre pour être « original », c’est-à-dire pour « heurter » cette bonne conscience du lecteur contemporain, pour le sortir de ses habitudes et lui laisser des « impressions ».

  • 5  Voir Correspondance, t. III, op. cit., p. 599.
  • 6  Voir Correspondance, t. IV, op. cit., p. 547.
  • 7  Voir Correspondance, t. II, op. cit., p. 564.
  • 8  Sur ces deux Flaubert, voir Marthe Robert, En haine du roman, Paris, Balland, 1982.

6Ce que le genre a contre lui, c’est donc d’abord une tendance naturelle à l’embourgeoisement et à la facilité – ce qui est pour Flaubert le contraire de l’art. Cela ne l’empêche pas d’estimer certains grands romanciers historiques comme Scott ou Hugo. Walter Scott apparaît à plusieurs reprises dans sa correspondance et à des dates diverses. On sait combien l’auteur écossais était considéré comme un maître du roman au xixe siècle et comment Bouvard et Pécuchet se lanceront dans l’étude de la littérature par son intermédiaire. Flaubert célèbre volontiers l’« imagination »5 de Scott et son souci du « plan »6. Dans une lettre du 7 août 1854 à Louis Bouilhet il note que malgré les longueurs, Scott excite son imagination : « je pensais énormément au conte oriental, tout en bavachant »7. L’imagination avec tout ce que cela peut comporter de recréations orientales dans l’esprit de Flaubert s’allie donc au souci rigoureux du plan. Nous avons déjà, qui se reflète dans ces quelques réflexions sur Scott, l’image des deux Flaubert, le romantique et le réaliste, l’Enfant trouvé et le Bâtard8.

  • 9  Voir M. Haloche, « Victor Hugo vu par Flaubert », dans Les Amis de Flaubert, 6, 1955.
  • 10  Lettre du 15 juillet 1853 à Victor Hugo, Correspondance, t. II, op. cit., p. 383.

7Ces deux Flaubert, nous les retrouvons également dans l’ensemble des remarques liées à un autre monument de la littérature du xixe siècle, Victor Hugo. Entre admiration et rivalité littéraires, la correspondance nous offre une autre vision de l’amitié des deux hommes que celle transmise par la tradition littéraire9. Un sentiment qui semble perdurer tout au long des années est son admiration pour Notre-Dame-de-Paris, qu’il s’agisse de la correspondance directe avec Hugo : « puisque vous me tendez votre main par-dessus l’Océan je la saisis et je la serre. Je la serre avec orgueil, cette main qui a écrit Notre-Dame et Napoléon le Petit […] »10, ou de la correspondance avec Louise Colet :

  • 11  Lettre du 15 juillet 1853 à Louise Colet, Correspondance, t. II, op. cit., p. 385.

Quelle belle chose que Notre-Dame ! J’en ai relu dernièrement trois chapitres, le sac des Truands entre autres. C’est cela qui est fort ! Je crois que le plus grand caractère du génie est, avant tout, la force. Donc ce que je déteste le plus dans les arts, ce qui me crispe, c’est l’ingénieux, l’esprit11.

  • 12  Lettre du 1er mai 1874 à Edma Roger des Genettes, Correspondance, t. IV, op. cit., p. 793.

8Deux choses sont à remarquer ici : la promotion de la force par rapport à l’ingénieux et la promotion, par la même occasion, de la scène ou de l’épisode (comme le sac des Truands), qui permet à l’écrivain de faire montre de cette force. On retrouve les mêmes louanges, vingt ans plus tard, à la parution de Quatrevingt-Treize : « Le Quatre-vingt-treize du père Hugo me paraît au-dessus de ses derniers romans ; j’aime beaucoup la moitié du premier volume, la marche dans le bois, le débarquement du marquis, et le massacre de la Saint-Barthélemy, ainsi que tous les paysages […]. »12 Sont mis en valeur ici, comme précédemment, des scènes particulières qui font tableaux au sein de l’œuvre : marche dans les bois, débarquement du marquis… On peut imaginer que c’est encore la force de ces scènes qui retient l’attention de Flaubert. Après les éloges, néanmoins, viennent les récriminations et notamment celle, récurrente sous la plume du Normand, contre les personnages inventés par Hugo : « mais quels bonshommes en pain d’épice que ses bonshommes ! Tous parlent comme des acteurs. Le don de faire des êtres humains manque à ce génie. S’il avait eu ce don-là, Hugo aurait dépassé Shakespeare. » Des personnages schématiques auxquels on ne croit pas un instant, voilà ce que nous proposerait Hugo dans ses romans historiques. La même critique revient à propos des Misérables :

  • 13  Lettre de juillet 1862 à Edma Roger des Genettes, Correspondance, t. III, op. cit., p. 236.

Où y a-t-il des prostituées comme Fantine, des forçats comme Valjean et des hommes politiques comme les stupides cocos de l’A, B, C ? Pas une fois on ne les voit souffrir, dans le fond de leur âme. Ce sont des mannequins, des bonshommes en sucre, à commencer par Mgr Bienvenu. […] L’observation est une qualité seconde en littérature, mais il n’est pas permis de peindre si faussement la société, quand on est le contemporain de Balzac et de Dickens13.

9La référence à Balzac et Dickens est intéressante ici et nous met sur la voie d’une compréhension plus approfondie de ces critiques à l’égard du poète romantique. Notre-Dame-de-Paris offrait des personnages tout aussi schématiques que ceux des Misérables et de Quatrevingt-Treize, mais Flaubert ne connaissant pas la société du xve siècle et tout étant affaire de reconstitutions plus ou moins précises, peu importait finalement et seule ressortait la force de la fresque. Dans les romans historiques à sujet contemporain, la situation est différente : là Flaubert ne peut accepter ce laxisme de l’observation. Qu’il s’agisse de la France de la Restauration ou de la Révolution, les documents, les témoignages, les souvenirs même empêchent l’illusion d’opérer. On ne peut traiter de la même manière le roman historique antique et le roman historique quasi contemporain.

Le lecteur-écrivain

10Cette position de Flaubert à l’égard du roman historique n’est pas sans rappeler les commentaires de certains critiques eux-mêmes à l’égard de l’œuvre flaubertienne. Dans Les Contemporains, Jules Lemaître, étudiant les romans antiques de Flaubert, note la beauté des reconstitutions jusque dans leur monstruosité et leur horreur :

  • 14  Jules Lemaître, Les Contemporains. Études et portraits, VIII, Paris, Furne, 1924, p. 101.

Pourtant le spectacle est sublime par la puissance des instincts déployés, par la quantité de force dépensée et de sang versé, par le déchaînement de la bête humaine, par les fauchées que fait la mort, par l’aspect inclément des architectures et des paysages, et toujours par la tristesse du soleil brûlant qui pèse sur les massacres. Horreurs splendides évoquées avec autant de sang-froid et de précision que naguère le comice d’Yonville14.

11Beauté des scènes aussi poussée donc que dans Madame Bovary, avec peut-être une force supplémentaire que donne l’éloignement dans le temps et dans l’espace (personne ne connaissant vraiment la Carthage d’Hamilcar, Flaubert peut laisser libre cours à sa pente lyrique et orientalisante). Par contre, au niveau des personnages, la différence semble de taille au critique : on ne retrouve guère ici en effet l’attention portée à l’histoire individuelle des personnages :

  • 15 Ibid., p. 101.

Les personnages disparaissent un peu dans le milieu, s’en dégagent à peine. Ils participent de sa dureté, de sa rigidité, de son mystère. Nous voyons agir des masses plus souvent que des individus, et on en conçoit la raison : à trop expliquer le caractère de ses personnages, Flaubert risquait de les faire trop humains, trop pareils à nous et pas assez carthaginois15.

12Le vraisemblable demande donc pour le roman historique ancien un schématisme dans le traitement des personnages. À trop expliquer leurs actions, on risque d’encourir la critique d’avoir modernisé les personnages et partant de n’être pas vrai. C’est pour cela que Flaubert apprécie Notre-Dame-de-Paris et ne reproche pas à Hugo, en cette occasion, son traitement des personnages. Le paradoxe est que ce qui aide au vraisemblable dans les romans historiques anciens est justement ce qui lui fait obstacle dans le roman historique contemporain : si les actions des personnages ne sont pas motivées alors par tout un ensemble de facteurs psychologiques, le personnage semble uniquement un jouet dans la main de l’auteur. Emma n’est pas seulement une jeune Normande du xixe siècle, elle est avant tout une rêveuse impénitente, une imaginative dont les penchants sont accentués par ce vice impuni, la lecture. Frédéric Moreau est tout autant un jeune homme de la Monarchie de Juillet qu’un velléitaire allant de désillusion en désillusion. Ce que reproche donc Flaubert à Hugo c’est d’écrire toujours le même type de roman quelle que soit l’époque en question, c’est de croire ingénument qu’un roman historique qu’il soit médiéval ou contemporain s’écrit de la même manière. Notre-Dame-de-Paris avec son roi caricatural, avec ses oppositions dramatiques et tranchées, avec ses peintures de foules dont Hugo a le secret est conforme au vraisemblable du genre – et Flaubert ne suivra pas vraiment une autre voie dans Salammbô. Quatrevingt-Treize par contre ou Les Misérables pèchent contre le vraisemblable avec leurs personnages impossibles, trop bons ou trop méchants : les Valjean, Bienvenu, Fantine et Javert.

  • 16 Ibid., p. 102.
  • 17  Voir Correspondance, t. II, p.837 ; à Ernest Feydeau (mi-octobre 1858).
  • 18  Jules Lemaître, op. cit., p. 103.
  • 19  Ibid., p. 103.
  • 20  Ibid., p. 83.

13Cela ne veut pas dire qu’il ne faut aucun système de motivation des personnages dans le roman historique ancien. Depuis Walter Scott, il s’agit de donner aux personnages et à l’action un aspect historique, en conformité avec leur époque. Flaubert n’opère pas autrement en faisant des recherches poussées sur la Carthage historique ou même en s’inspirant d’atmosphères orientalo-bibliques (car l’important ici n’est pas d’être vrai coûte que coûte mais de faire vrai). Ses personnages, il les intègre dans un cadre historique et les fait réagir en adéquation avec ce milieu ; mais les (ré)actions des personnages en restent à ce niveau sommaire de motivation. C’est ce que remarque Jules Lemaître à propos d’Hamilcar : « Celui qui fait dans sa maison le terrible retour que l’on sait, qui ne prend le commandement de l’armée que sur une injure personnelle, qui fiance si habilement sa fille souillée à Narr’Havas, qui crucifie les dix envoyés, assassine contre la foi jurée les mercenaires survivants et consent au supplice de Mâtho, est bien décidément d’une autre race que nous et n’est grand que par l’orgueil, la force et l’impassibilité, tout comme l’architecture de son lourd et somptueux palais. »16 En cela Flaubert est bien plus que Victor Hugo à l’école de Walter Scott : il s’agit de montrer la différence d’époque pour faire croire à la vérité de la reconstitution. Mais une fois cet aspect historique donné aux actions et aux personnages, la palette des motivations se trouve beaucoup moins développée que dans le roman historique contemporain. L’autre aspect explicatif majeur, l’aspect psychologique, ne peut être employé de manière trop appuyée sous peine de faire passer les personnages pour des êtres anachroniques (« C'est une œuvre hérissée de difficultés. Donner aux gens un langage dans lequel ils n'ont pas pensé », se tourmente Flaubert, pendant la rédaction du roman carthaginois17). Donner un aspect historique c’est montrer en quoi des personnages agissent différemment de nous, donner un aspect psychologique c’est essayer de comprendre leurs motivations par rapport à nos propres schémas de pensée, en d’autres termes ce n’est plus éloigner mais rapprocher. Si cela fonctionne évidemment pour un roman qui prendrait comme sujet des événements récents du xixe siècle, cela ne peut fonctionner pour des événements se rapportant à l’Antiquité. C’est ainsi que Salammbô est dotée d’une psychologie plutôt primaire et que Flaubert entoure ses actions d’un halo de mystère : « Sa psychologie reste vague et à dessein. Elle marche et agit comme dans un rêve. C’est avec une sorte de sérénité inconsciente et de l’air d’une somnambule  qu’elle se livre à Mâtho : et ce n’est qu’en voyant le Lybien mourir qu’elle comprend pourquoi le souvenir de ses baisers la poursuit. »18 Et Jules Lemaître d’ajouter : « Je ne m’explique pas qu’on l’ait rapprochée de Velléda et de Mme Bovary. Adorable dans son rayon de lune, vivante d’ailleurs, car elle est femme et le pressent sous l’étreinte du python, est-elle Carthaginoise ? je ne sais : elle est exotique à coup sûr, orientale, et infiniment lointaine. »19 Pour être Carthaginoise à nos yeux, l’héroïne doit être motivée mais de manière lointaine et différenciée. Flaubert ne dit pas autre chose en reprochant à Hugo ses personnages des Misérables et de Quatre-Vingt-Treize et en épargnant ceux de Notre-Dame-de-Paris, tout aussi schématiques. On pourrait même dire que le poète romantique n’utilise pas la distanciation historique des personnages avec la même attention que Flaubert et qu’il accumule les anachronismes. Mais de toute façon cette manière désinvolte importe moins dans un roman moyen-âgeux et l’ensemble est sauvé par les grandes scènes que nous offre Hugo. Cette technique transposée dans le roman historique contemporain, de vraisemblable devient invraisemblable. Ce que réclame le roman contemporain pour Flaubert ce n’est plus une distanciation mais au contraire un rapprochement, une compréhension, qui passe par l’utilisation renforcée de l’aspect psychologique. Les modes de figuration, de description et de motivation ne peuvent plus être les mêmes et les lecteurs, qui souvent ont vécu les périodes décrites ne peuvent se reconnaître dans des personnages sans véritable profondeur. Frédéric Moreau, certes, est « un jeune homme d’intelligence, d’honnêteté et de fortune moyennes, vivant à Paris sous Louis Philippe et sous la République de 1848 »20 : toutes ces données sociales et historiques sont essentielles à la compréhension du héros et réinstituent dans le roman contemporain la distanciation-différenciation du roman historique, mais à ces caractéristiques se joignent tout un travail de compréhension psychologique, de peinture de l’indécision qui nous rapprochent du personnage. Flaubert est alors l’élève de Balzac, lui qui bâtit ses romans sur des situations sociales précises (la faillite d’un marchand parfumeur de la rue Saint Honoré) alliées à des considérations psychologiques exemplaires (César Birotteau comme martyr de la probité), lui qui greffe le roman de mœurs sur le roman psychologique. La manière flaubertienne est différente, plus critique et ironique face au monde et à la possibilité d’en rendre compte, mais le principe romanesque reste le même.

14C’est peut-être là la limite des remarques flaubertiennes sur Victor Hugo. Flaubert établit une différence entre roman historique ancien et roman historique contemporain, il projette sa propre situation d’écrivain sur celle de Hugo, mais il ne voit pas que les exigences qu’il s’impose lors de l’écriture de L’Éducation sentimentale ne peuvent être une norme pour juger les romans historiques. En fait Hugo est tout à fait conséquent avec lui-même et avec le genre historique en ne s’appesantissant pas sur les motivations des personnages. Si cela choque Flaubert et s’il en appelle à Balzac et à Dickens c’est qu’il est sorti du genre historique pour penser le genre réaliste. Quoi qu’en dise Lukács, le roman réaliste ne naît pas directement du roman historique et n’est pas son application à la réalité contemporaine. Roman historique et roman réaliste suivent deux logiques différentes : l’un fonde son vraisemblable sur une différenciation et une distanciation, l’autre transpose cette distanciation-différenciation dans la sphère sociale et assure un rapprochement grâce à l’aspect psychologique. Partant, les deux romans ne peuvent traiter leurs personnages de la même manière.

15Dans Bouvard et Pécuchet les deux compères abandonnent l’étude de l’histoire parce qu’ils ne peuvent savoir grâce à elle qui est vraiment le duc d’Angoulême :

  • 21  Gustave Flaubert, Œuvres II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade, 1952, p. 826.

– « Nous ne savons pas » dit Bouvard, « ce qui se passe dans notre ménage, et nous prétendons découvrir quels étaient les cheveux et les amours du duc d’Angoulême ! »
Pécuchet ajouta : – « Combien de questions autrement considérables, et encore plus difficiles ! »
D’où ils conclurent que les faits extérieurs ne sont pas tout. Il faut les compléter par la psychologie. Sans l’imagination, l’Histoire est défectueuse. – « Faisons venir quelques romans historiques ! »21

16Ils en appellent à la psychologie mais le chapitre suivant consacré à la littérature s’ouvre sur Walter Scott et ses vérités d’époque. À la demande de compréhension et de rapprochement on répond donc par la distanciation : le malentendu est évident dès le départ et les deux hommes ne peuvent être que déçus au bout du compte. Le roman historique ne peut les éclairer en profondeur sur les hommes du passé sous peine d’être invraisemblable et anachronique. Les deux compères se jettent bientôt dans la littérature psychologique : La Nouvelle Héloïse, Delphine, Adolphe, Ourika. Mais c’est alors la vérité d’époque qui manque : « Ils reprochaient à tous ceux-là de ne rien dire sur le milieu, l’époque, le costume des personnages. Le cœur seul est traité ; toujours du sentiment ! comme si le monde ne contenait pas autre chose ! » La seule manière efficace d’écrire un roman est donc d’unir l’étude du « milieu » et la psychologie. C’est ce que fera Balzac (mais d’une manière encore trop romanesque pour nos deux lecteurs) ; c’est ce que fera Flaubert, en instituant en prime une distance à l’égard du monde et des personnages.

Haut de page

Notes

1  Lettre du 28 février 1874 à George Sand : « Je viens de finir La Gaule poétique du sieur Marchangy (l’ennemi de Béranger !). Ce bouquin m’a donné des accès de rire. » (Correspondance, t.IV, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1998, p. 774)

2  Pour l’aspect biographique de la relation Hugo-Flaubert, voir Thierry Poyet, Pour une esthétique de Flaubert d’après sa correspondance, Saint-Pierre-du-Mont, eurédit, 2000.

3  Lettre du 29 mai 1852 à Louise Colet, Correspondance, t. II, op. cit., p. 96.

4  Lettre du 20 juin 1853 à Louise Colet, Correspondance, t. II, op. cit., p. 358.

5  Voir Correspondance, t. III, op. cit., p. 599.

6  Voir Correspondance, t. IV, op. cit., p. 547.

7  Voir Correspondance, t. II, op. cit., p. 564.

8  Sur ces deux Flaubert, voir Marthe Robert, En haine du roman, Paris, Balland, 1982.

9  Voir M. Haloche, « Victor Hugo vu par Flaubert », dans Les Amis de Flaubert, 6, 1955.

10  Lettre du 15 juillet 1853 à Victor Hugo, Correspondance, t. II, op. cit., p. 383.

11  Lettre du 15 juillet 1853 à Louise Colet, Correspondance, t. II, op. cit., p. 385.

12  Lettre du 1er mai 1874 à Edma Roger des Genettes, Correspondance, t. IV, op. cit., p. 793.

13  Lettre de juillet 1862 à Edma Roger des Genettes, Correspondance, t. III, op. cit., p. 236.

14  Jules Lemaître, Les Contemporains. Études et portraits, VIII, Paris, Furne, 1924, p. 101.

15 Ibid., p. 101.

16 Ibid., p. 102.

17  Voir Correspondance, t. II, p.837 ; à Ernest Feydeau (mi-octobre 1858).

18  Jules Lemaître, op. cit., p. 103.

19  Ibid., p. 103.

20  Ibid., p. 83.

21  Gustave Flaubert, Œuvres II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade, 1952, p. 826.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gendrel, « Flaubert lecteur de romans historiques », Flaubert [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 12 décembre 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/860

Haut de page

Auteur

Bernard Gendrel

Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page