Navigation – Plan du site

Bouvard et Pécuchet et le désir amoureux

Anne Herschberg Pierrot

Résumés

L’article propose une étude de genèse du chapitre 7 de Bouvard et Pécuchet, consacré à l’amour, qui forme une étape encyclopédique a priori un peu surprenante. Flaubert s’amuse à écrire ces aventures de Bouvard et Pécuchet, dans un pays qui n’est pas si tendre. L’étude de genèse porte sur le travail de l’écriture de plusieurs temps forts du chapitre (dans l’incipit, et les scènes de duos, notamment la scène entre Mme Castillon et Gorgu). Elle permet de montrer l’effacement de détails érotiques, mais aussi du politique et de l’histoire, qui se trouvent condensés dans le texte final. Elle révèle aussi le rôle concerté de ce chapitre dans la construction du roman et l’itinéraire des personnages. Anodin en apparence, ce chapitre est emblématique d’une poétique fondée sur l’ellipse, et qui mêle le jeu et le sérieux.

Haut de page

Texte intégral

1L’amour occupe le septième chapitre du parcours encyclopédique de Bouvard et Pécuchet, ce qui peut paraître a priori étrange. Bien qu’il soit placé entre le chapitre de la politique et le chapitre de la gymnastique, des pseudosciences et de la philosophie – soit, notons-le, entre deux domaines, la politique et la gymnastique qui impliquent une expérience pratique, ou physique – l’amour ne requiert pas une connaissance du même ordre que les savoirs spéculatifs. La préparation du chapitre ne repose pas sur les abondantes lectures requises par les autres matières encyclopédiques. La seule lecture mentionnée par Flaubert, et dont on n’est pas sûr qu’il l’a vraiment utilisée, est un livre de lieux communs sur les femmes, dont il gardait probablement le souvenir : le savoir de l’amour est réduit en effet à la formulation de lieux communs sur l’art de séduire, et sur les qualités et les défauts des femmes. Mais précisément, c’est en réaction à l’ennui qui les tient après les échecs antérieurs, que les deux amis en viennent à la réaction sentimentale. L’objet du chapitre est en effet l’expérience du sentiment, qui entraîne de nouvelles déceptions pour les bonshommes, ensorcelés de façon éphémère par de modernes Calypso.

  • 1 Correspondance, tome V, édition établie par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, annotée par Yvan Leclerc, (...)
  • 2 V, p. 475.

2Flaubert rédige le chapitre assez vite, en un mois, comme une transition allègre entre les chapitres précédents (littérature, politique) et les trois suivants (philosophie, religion, éducation), alourdis de lectures et plus longs à écrire. En juin-juillet, Flaubert écrit la littérature (deux mois, 16 pages du manuscrit). D’août à novembre, il se consacre à la politique (quatre mois, inégalement occupés par l’écriture, 21 pages). Le 20 novembre au soir, il a fini de recopier ce chapitre. Le lendemain, il dit se mettre à la « copie », et une semaine plus tard il présente son travail en ces termes : « le chapitre que je commence – un chapitre lubrique ! »1. La correspondance ne donne que peu de détails sur les débuts de ce chapitre 7, sinon que l’écriture compense l’humeur noire de l’écrivain, liée à sa situation matérielle désastreuse. Il en parle dans une lettre prémonitoire, adressée le 13 décembre 1878 à la Princesse Mathilde : « C’est pour oublier tout cela que je travaille le plus possible, tâchant de me griser avec de l’encre comme d’autres avec de l’eau-de-vie. Mon bouquin avance.  – Dans un an je serai près de la fin. »2

3Le 16 décembre, Flaubert a presque fini son chapitre :

  • 3 V, p. 476.

Pécuchet vient de perdre son pucelage, dans sa cave (avant huit jours mon chapitre « de Amore » sera fini).
Je vais maintenant lui foutre une belle vérole ! Après quoi, mes bonshommes dissertent sur la Femme3.

  • 4 Le manuscrit autographe, dernier état du texte, laissé inachevé à la mort de Flaubert, est conservé (...)
  • 5 V, p. 477. Les références à Bouvard et Pécuchet renvoient à l’édition du Livre de Poche classique, (...)

4Pécuchet « perd son pucelage » au folio 146 du manuscrit4. Il reste à Flaubert deux pages à écrire sur les neuf consacrées à l’amour. Flaubert écrit encore à Laporte le 17 décembre : « Je suis au milieu des amours de B[ouvard] et P[écuchet] qui n’auront pas plus de douze pages et j’espère commencer la philosophie au mois de janvier. »5. Ce sont bien douze pages qu’occupe le chapitre dans l’édition du Livre de Poche.

  • 6 Lettre à Guy de Maupassant, jeudi 28 novembre 1878, V, p. 469.

5Nous allons nous intéresser à la genèse de ce chapitre « lubrique », voire « archi-lubrique »6, à la présence accordée dans les brouillons au désir amoureux, notamment à l’importance de la scène, prévue tardivement, entre Gorgu et Mme Castillon, et nous soulignerons le rôle du chapitre dans l’ensemble du roman.

Les scénarios et la genèse du chapitre

  • 7 Le scénario du Carnet 19 est publié par Pierre-Marc de Biasi dans son édition des Carnets de travai (...)

6L’amour n’apparaît pas comme un chapitre dans le premier scénario du Carnet 19, écrit en 1863, et laissé provisoirement de côté. Il devient une expérience et un chapitre dans les scénarios contemporains de la reprise du roman, en 18727. Le Carnet 19 permet cependant de lire cette note : « Leur petite bonne », à laquelle Flaubert associe une addition qui est une amorce narrative : « Ville de garnison aux environs. Culottes rouges dans les blés » (f° 40v°, Carnets de travail, p. 300). Le premier puis le second scénario d’ensemble, conservés à la Bibliothèque de Rouen, reprennent et développent les éléments de l’intrigue :

7Sur le sixième et dernier scénario, Flaubert invente une autre motivation qui éveille la jalousie et le désir de Pécuchet pour Mélie : la scène entre Gorgu et Mme Castillon. Cette scène, sur laquelle nous allons revenir, est la plus forte du chapitre. Son ajout coïncide avec la suppression du motif de la ville de garnison et du lancier. Dans le texte définitif, disparaissent, entre autres, la ville de garnison, et l’épisode d’un voyage à Paris, prévu après le chapitre 7, pour « se mettre au courant des idées modernes » (ibid.).

8Le chapitre 7 est motivé par l’ennui et la mélancolie de Bouvard et Pécuchet, nés des déceptions intellectuelles et politiques, qui leur ôtent l’envie d’entreprendre autre chose, et de la lassitude de leur couple. L’ennui revient dans tous les scénarios. Flaubert construit un enchaînement d’épisodes symétriques concernant les deux bonshommes. Dans leur désir d’ailleurs, Bouvard et Pécuchet sont parfaitement coordonnés et mettent dans leurs entreprises de séduction la même simultanéité que dans leur coup de foudre initial. Flaubert s’attache à souligner, dans les brouillons et dans le texte, la simultanéité des expériences amoureuses en contraste, aboutissant à une double déception : « Passion simultanée de Pécuchet pr Mélie & de Bouvard pr Me Bordin », dit le résumé que Flaubert écrit en 1880 (Ms gg 10, f° 65, Cento, p. 121). Le premier scénario énonçait déjà :

9Il continuait par un parallèle, repris sur les scénarios suivants, entre les amours de Pécuchet (alors nommé Becuchet), jaloux de Mélie, et les amours de Bouvard (alors nommé Bolard) :

10Les projets des deux amis sont simultanés et symétriques : une maîtresse/une famille. Les expérimentations prévues sont complémentaires. Dans la suite des scénarios, Flaubert renforce la simultanéité des événements. Voici l’état du quatrième scénario :

11La symétrie des expériences se lit dans la mise en regard des paragraphes, l’expression temporelle de la simultanéité, et dans la juxtaposition syntaxique. Le portrait des deux femmes est construit, de même, en opposition. Il apparaît en marge du deuxième scénario de Rouen :

12Après la mise à l’épreuve, Bouvard et Pécuchet reforment l’unité de leur couple, à l’unisson de leurs dépréciations des femmes, et dans la joie réciproque de l’hydrothérapie. Le chapitre 7 est ainsi construit, de manière parfaitement démonstrative et antiréaliste, comme un jeu – comique – sur les aventures des deux personnages, nées pourtant de leur mélancolie et de leur ennui.

L’ennui

13L’épisode de l’amour est motivé par l’ennui des personnages. Le résumé de 1880 donne pour premier énoncé, seul sur la ligne : « Désœuvrement et tristesse » (Ms gg 10, f° 65, Cento, p. 121). Le désœuvrement vient en partie de la déception réitérée de leurs études, que les brouillons récapitulent à plusieurs reprises, pour finir par les passer sous silence. Sur le sixième scénario (1877), sur un folio intitulé « VII L’amour », Flaubert ajoute une phrase d’incipit, qu’il travaille, probablement au moment où il rédige le chapitre 7. On la retrouve mise au net et développée dans un brouillon :

14On notera l’emploi de l’adjectif « absolu », qui semble issu de l’adverbe initial du roman (« absolument désert »). Flaubert précise sur l’état suivant l’énumération des études :

  • 8 Ms g 2256, f° 723. Voir la transcription ci-dessous.

15Puis il renonce progressivement à ce rappel8. Le résumé des études était une virtualité de la narration propre à relier le chapitre aux précédents et à marquer une mémoire du récit. Flaubert choisit la juxtaposition, renvoyant son lecteur à sa propre mémoire du texte. Sur le folio 726, l’incipit définitif du chapitre apparaît : « Des jours tristes commencèrent ». Flaubert travaille aussi, à travers ces brouillons, une seconde raison, majeure, de la tristesse : « la tristesse publique », en des termes de plus en plus fort.

16La mélancolie profonde de Bouvard et Pécuchet tient à la situation politique de la France après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851, dont les lendemains, évoqués à la fin du chapitre 6, leur « serrent le cœur ». La « compression qui tenait la France » se dit ensuite en termes plus violents : la « maquerellerie qui tenait la France» :

17Cet état, proche du texte définitif ne garde que des énoncés négatifs qui disent le vide. La motivation politique ne se dit plus qu’en oblique, dans un énoncé qui fait porter l’assertion non plus sur la suppression de la presse, mais sur l’ennui résultant des journaux autorisés :

18Restent la solitude et le désœuvrement, et l’« ennui d’hiver de la campagne » (Ms g 2256, f° 723), qui laissent place au sentiment amoureux. Le désœuvrement fait souvenir le lecteur d’un autre emploi du mot, dans l’incipit du roman, le « désœuvrement du dimanche» en plein été sur le pavé parisien. Il nous renvoie au désert initial du boulevard Bourdon, avec cette différence qu’au début du chapitre 7, le désœuvrement se charge de la mémoire des espoirs déçus, des tentatives vaines de combler le vide initial.

  • 9 Résumé, ms gg 10, f° 65.

19Le chapitre tisse des « attaches narratives » avec d’autres parties du roman, grâce au dialogue entre Mme Castillon et Gorgu, qui est une invention tardive de Flaubert. Cette scène diffère du ton général du chapitre, qui traite du désir amoureux avec une relative légèreté. Dans ce chapitre enlevé en à peine un mois, Flaubert s’amuse des avanies parallèles des deux bonshommes, surtout de celles de Pécuchet (« Mélie succombe dans la cave ! »9). Il construit son chapitre comme une démonstration renouvelée de leurs échecs, et comme un retour à l’union après l’épreuve. Mais l’invention de la scène avec Gorgu, qui se substitue sur le sixième scénario au personnage du lancier, dans l’éveil de la jalousie de Pécuchet, permet de resserrer l’intrigue sur le monde de Chavignolles (Gorgu est à la fois l’amant de Mme Castillon et celui de Mélie), d’inscrire l’histoire et la politique dans le chapitre, mais aussi d’insérer l’image d’une passion sensuelle, qui fait rêver Pécuchet.

Amour, politique et Histoire

  • 10 Stéphanie Dord-Crouslé, « Les métamorphoses de Gorgu dans Bouvard et Pécuchet – Une critique flaube (...)

20La scène entre Gorgu et Mme Castillon inscrit l’Histoire et la politique dans le chapitre, comme l’a montré Stéphanie Dord-Crouslé10. Ce dialogue complète l’information narrative du chapitre précédent. L’épisode remonte au moins trois ans en arrière, au début de juin 1848, avant les journées de juin parisiennes. Dans le texte, il est situé de façon floue, par rapport à un repère de la diégèse : « deux jours après l’émeute de Chavignolles ». En revanche, dans les brouillons, la scène est située très précisément dans le temps et présentée d’abord comme un souvenir halluciné de Pécuchet :

21Flaubert hésite entre la datation absolue et la datation relative, par rapport à un événement de la fiction. C’est la deuxième solution qui l’emporte dans le texte, où la scène n’est plus présentée comme un souvenir explicite, mais comme une rétrospection, au plus-que-parfait, d’un événement qui n’est plus daté, mais situé de façon imprécise, relativement à un épisode antérieur du récit, l’émeute de Chavignolles, menée par Gorgu et marquée par l’insuccès de Pécuchet à imiter Lamartine au balcon de la mairie. Flaubert y fait allusion avec humour :

Un événement avait bouleversé Pécuchet.
Deux jours après l’émeute de Chavignolles, comme il promenait son déboire politique, il arriva dans un chemin couvert par des ormes touffus ; (p. 259).

22Le dialogue entre Mme Castillon et Gorgu permet ensuite de comprendre des énigmes du chapitre 6 : la disparition de Gorgu après l’« émeute de Chavignolles », au début du mois de juin 1848 (« Les ateliers de charité durèrent une semaine. Aucun trouble n’advint. Gorgu avait quitté le pays », p. 231) et le silence de Pécuchet, lors du retour à Chavignolles d’un Gorgu famélique, arrêté par la garde nationale (« Pécuchet baissa la tête, comme s’il eût douté de son innocence », p. 233). Les brouillons de la scène en rendent raison dans une note encadrée et biffée :

  • 11 Art. cit.

23La référence à la chronologie et à l’Histoire était ainsi plus nette dans les brouillons. Pour Stéphanie Dord-Crouslé, la représentation, assurément négative, de Gorgu en combattant de juin est une critique indirecte de 184811. De fait, les motivations politiques de Gorgu ne sont pas assurées. Les brouillons manifestent l’ambiguïté du personnage dans son désir de partir pour Paris :

24Le chapitre de l’amour inscrit ainsi doublement la dimension politique de l’intrigue : par la mélancolie politique de Bouvard et Pécuchet, qui se traduira aux chapitres suivants, par une révolte contre les idées reçues et des interrogations jugées de plus en plus subversives par les notables ; par ce retour en arrière sur l’année 1848, présenté comme la véritable initiation de Pécuchet au monde de la passion.

Annonces et rétrospection

25Le chapitre de l’amour contribue à la constitution d’« attaches narratives » dans le roman. Les lieux communs sur les femmes font écho au premier chapitre, comme l’inconduite de Mélie :

La vue de cette noce amena Bouvard et Pécuchet à parler des femmes,  – qu’ils déclarèrent frivoles, acariâtres, têtues. Malgré cela, elles étaient souvent meilleures que les hommes ; d’autres fois elles étaient pires. Bref, il valait mieux vivre sans elles ; aussi Pécuchet était resté célibataire.
– « Moi, je suis veuf » dit Bouvard « et sans enfants ! »
– « C’est peut-être un bonheur pour vous ? » mais la solitude à la longue était bien triste. 
Puis, au bord du quai, parut une fille de joie, avec un soldat. Blême, les cheveux noirs et marquée de petite vérole, elle s’appuyait sur les bras du militaire, en traînant ses savates et balançant les hanches.
Quand elle fut plus loin, Bouvard se permit une réflexion obscène. Pécuchet devint très rouge, et sans doute pour s’éviter de répondre, lui désigna du regard un prêtre qui s’avançait. (p. 30)

26Ce fragment de dialogue joue le rôle d’un bref scénario du chapitre 7. Il annonce la situation croisée des deux amis, laisse entendre la virginité de Pécuchet, tandis que la « petite vérole » de la fille de joie inclut le nom du mal que Mélie transmettra.

27L’incipit du chapitre 7 est encore relié à l’incipit du roman par ce « désœuvrement » qui prélude à la vie amoureuse de Bouvard et Pécuchet. Il l’est aussi par le climat torride de la rencontre des deux personnages dans le désert du boulevard Bourdon, le « plein midi » de juin à la campagne, et le silence entourant le dialogue de Mme Castillon et Gorgu (« Plein midi. Campagne. Silence », f° 729). En écho possible au « grand ciel pur » qui, dans les premières lignes du roman, « se découpait en plaques d’outremer », Flaubert indique, pour le chapitre 7 : « les 2 personnages debout se détachent sur le fond bleu » (f° 733). La notation marginale est liée dans ce cas à la présence de Pécuchet dont le point de vue, signalé au début de la scène dans les brouillons (« Péc. dans le fossé les observe », ibid..), n’apparaît que plus tard dans le texte. La torpeur de la scène évoque alors directement l’engourdissement et l’atmosphère enchantée de conte qui accompagne l’ouverture du roman, jusqu’au bourdonnement, donné dans une description négative :

Il était midi. Le soleil brillait sur la campagne, couverte de blés jaunes. Tout au loin, la bâche d’une voiture glissait lentement. Une torpeur s’étalait dans l’air – pas un cri d’oiseau, pas un bourdonnement d’insecte. (p. 260)

  • 12 Stéphanie Dord-Crouslé, art. cit.

28Un autre lien entre les chapitres, est la relation de travestissement parodique de l’aveu de Phèdre, à la scène 5 de l’acte II. Au chapitre 5 de Bouvard et Pécuchet, Bouvard présente un résumé trivial de Phèdre, qu’il joue avec Pécuchet devant Mme Bordin, alors qu’ils sont épiés par Mélie, derrière la porte, et par Gorgu, derrière la fenêtre. Stéphanie Dord-Crouslé a souligné le parallèle avec la scène entre Mme Castillon et Gorgu, sous le regard de Pécuchet12. Mme Castillon rejoue Phèdre dans un contexte trivial, celui de l’aveu d’une fermière normande à un « gigolo », mais son dialogue se fait dans un style noble, et prend des accents tragiques. La scène vécue par Mme Castillon et Gorgu devient pour Pécuchet le miroir en abyme d’une relation passionnée dont il garde le fantasme, en secret, pendant trois ans. Les brouillons en disent à ce sujet un peu plus que le texte définitif.

La surprise de l’amour

29La présence de Pécuchet est soulignée dès les scénarios comme un témoin malgré lui d’une scène de passion :

  • 13 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, GF Flammarion, 1987, p. 270.

30La scène évoque l’épisode transgressif de Montjouvain dans Du côté de chez Swann. À Montjouvain, l’observateur est sur un talus qui domine la scène, tandis qu’à Chavignolles, Pécuchet se trouve dans un fossé en contrebas du champ. Mais les deux textes mettent en œuvre une même scénographie de voyeurisme : le témoin malgré lui (dans la Recherche, le jeune garçon s’est endormi sur le talus ; dans les premières formulations, Pécuchet croit assister à une discussion politique), immobile et silencieux pour ne pas trahir sa présence, surprend un entretien érotique, où l’amour se lie à la violence (Proust parle de « sadisme »). La scène est, dans les deux cas, une initiation sexuelle. « On verra plus tard, dit le narrateur proustien, que, pour de toutes autres raisons, le souvenir de cette impression devait jouer un rôle important dans ma vie »13. Pécuchet en est bouleversé : « Ce qu’il venait de surprendre fut pour Pécuchet comme la découverte d’un monde – tout un monde ! qui avait des lueurs éblouissantes, des floraisons désordonnées […] » (p. 262). À la différence du récit proustien, la version flaubertienne du voyeur est cependant burlesque (« la terre du fossé à la hauteur de son menton »), et le récit d’apprentissage concerne l’initiation d’un vieux garçon encore vierge. Si Pécuchet, dans les premières versions, est « pantelant », puis « haletant », ce n’est plus seulement, comme au chapitre 5, dans Phèdre, « pour marquer de l’émotion ». C’est bien que ses sens sont émus par la scène entre Gorgu et Mme Castillon, plus sensuelle dans les brouillons :

31Puis Flaubert supprime le geste de Mme Castillon, et transforme la caresse en une « récompense » de son amant, dont elle le remercie. Le passage est travaillé à plusieurs reprises :

32Pécuchet paraît dans l’histoire une figure substitutive du lecteur, qui doit croire (« Qu’on croie qu’il va la baiser»). Mais ce que doit croire le lecteur n’est plus aussi clair dans le texte. Les détails du spectacle initial sont élidés en partie et condensés. La lecture des brouillons permet de lire uniment l’envie érotique dans ces mots : « Pas de faiblesse ! », précédés f° 727, de « Allons, assez batifolé. Cette fois, adieu. » Dans le texte, le dialogue est plus allusif et l’expression prend une portée plus générale, d’autant que la scène est dominée ensuite par la dépréciation physique de Mme Castillon.

33Le portrait de Mme Castillon se modifie lui aussi au fil des scénarios et des brouillons. Cette nouvelle Phèdre campagnarde, présentée comme un personnage tragique, dépasse sa condition pour devenir aux yeux de Pécuchet, l’image de la passion. Les brouillons suggèrent qu’elle apparaît vieille à la fin de la scène, quand elle est repoussée : « devenue vieille tout à coup » (f° 727), « bien qu’elle eût 40 ans, en paraissait soixante » (f° 728). Le texte final rapporte ce point de vue à Gorgu, exprimé dans la brutalité de ses paroles : « – “ Arrière la vieille ! Bonsoir ! ” » (p. 261). Cette scène en prose, devenue fantasmatique dans la mémoire de Pécuchet, par son intensité et sa violence, est ainsi tendue entre le grotesque et le sublime : « Un effroi s’en dégageait ; qu’importe ! il rêva l’amour, ambitionnait de le sentir comme elle, de l’inspirer comme lui » (p. 262).

Les amours de Bouvard et Pécuchet

34Le ton change avec les amours de Bouvard et Pécuchet. Les réactions des deux bonshommes sont prévues en symétrie :

35On a noté la simultanéité programmée des scènes. Un scénario précise les parallèles :

36Le dialogue à la fin de la scène est aussi construit en miroir :

37Le récit parallèle de leurs aventures amoureuses est l’exemplum d’une démonstration négative. Les scénarios et les brouillons sont, comme souvent, plus détaillés que le texte final. Flaubert souligne l’attitude calculée de Mme Bordin, pour obtenir le mariage : « C’est ce qu’elle désirait, ce qu’elle avait longuement & habilement préparé » (f° 746). Elle calcule ses faveurs amoureuses : « Elle lui tient la dragée haute. pas de baisers » (ibid.), jusqu’à la demande en mariage de Bouvard et la promesse d’accorder à l’avance une faveur. Les scénarios évoquent alors une esquisse de libertinage qui s’atténue ensuite et disparaît du texte :

38Dans une ambiguïté significative, les faveurs sexuelles de Mme Bordin disparaissent au profit de la faveur économique demandée à Bouvard :

Il voulut la saisir dans ses bras, elle le repoussa. « Quel homme ! » – puis devenue sérieuse, l’avertit que bientôt, elle lui demanderait une faveur.
– « Je vous l’accorde ! »
Ils fixèrent la signature de leur contrat à jeudi prochain.
Personne jusqu’au dernier moment n’en devait rien savoir.
– « Convenu ! »
Et il sortit les yeux au ciel, léger comme un chevreuil. » (p. 266)

39Mélie, de même, calcule sa soumission, comme le laisse entendre le texte (« un autre eût compris qu’elle ne manquait pas d’expérience », p. 267). Les scénarios présentent sa passivité, détaillent plus concrètement la vision de la scène, les effets de lumière, le point de vue du désir et son contrepoint ironique :

40Le texte dans son dernier état est plus abstrait, les effets de lumière et les détails portent désormais sur le visage et le haut du corps ; et Mélie se laisse tomber :

Elle se trouvait en face de lui, sous la lumière du soupirail, droite, les paupières basses, le coin de la bouche un peu relevé. […]
Un tas de fagots se trouvait derrière. Elle s’y laissa tomber, les seins hors de la chemise, la tête renversée ;  – puis se cacha la figure sous un bras – et un autre eût compris qu’elle ne manquait pas d’expérience » (p. 267).

41Le scénario des deux échecs est lui-même conforme aux lieux communs sur les femmes énoncés par les deux bonshommes dès le premier chapitre, repris et développés en conclusion de l’amour.

Lieux communs sur les femmes

42Les stéréotypes et les lieux communs ouvrent et ferment les scènes d’amour de Bouvard et de Pécuchet. Si Mélie ne répond pas aux scénarios libertins décrits par Bouvard, les mésaventures amoureuses des deux comparses confirment en revanche les idées reçues exprimées, dès le premier chapitre, sur la duplicité des femmes. Flaubert joue et se joue d’un intertexte de sottisiers, qui font partie des livres de divertissement du XIXe siècle. Le projet, abandonné, pour le « second volume », de l’« Album de la Marquise », présente un catalogue de citations élogieuses empruntées à des auteurs réels, du même genre que l’anthologie publiée par Émile Deschanel, Tout le bien qu’on a dit des femmes, et, à l’inverse, de Tout le mal qu’on a dit des femmes, petits ouvrages publiés peu avant Madame Bovary (1855). Fort du succès de ses livres, Émile Deschanel revient à la charge en 1867 avec une anthologie en un volume : Le Mal et le bien qu’on a dit des femmes. Anthologie nouvelle par Émile Deschanel (1867, 7e éd.). C’est probablement ce volume que Flaubert souhaite relire en décembre 1878 pour la fin de son chapitre :

  • 14 À Guy de Maupassant, 15-16 décembre 1878, V, p. 476.

Après quoi, mes bonshommes dissertent sur la Femme, et c'est alors que j'aurai besoin de textes moroso-moraux touchant cette espèce. Le livre en question (un petit bouquin) est, je crois, une collection de passages y relatifs14.

43Mais Flaubert a fini son chapitre avant de recevoir le livre. Il écrit le 19 décembre à Maupassant :

  • 15 V, p. 477.

Vous êtes gentil de vous être occupé de mon bouquin. Jusqu’à présent, je ne l’ai pas reçu. Peut-être l’aurai-je, à 4 H[eures] par la seconde distribution ?  – Tout en l’attendant j’ai fini mon chapitre15.

44Le passage sur les femmes souligne les clichés de façon ironique en associant les métaphores et les jugements contradictoires, de même que Deschanel rapporte dans son livre les contradictions de la Bible sur les femmes. Les lieux communs du premier chapitre sur les femmes reçoivent une confirmation, après l’expérience, au chapitre 7 :

et ils dissertaient sur les femmes.
– Étrange besoin, est-ce un besoin ?  – elles poussent au crime, à l’héroïsme, et à l’abrutissement ! L’enfer sous un jupon, le paradis dans un baiser – ramage de tourterelle, ondulations de serpent, griffe de chat ;  – perfidie de la mer, variété de la lune – ils dirent tous les lieux communs qu’elles ont fait répandre. (p. 269)

45Le texte dit en même temps la séduction et la peur, le fantasme et le cliché. La conclusion du chapitre, notons-le, se ferme sur des lieux communs, énoncés par les deux bonshommes, qui retrouvent l’union de leur couple, après le désordre amoureux. Mais aucun jugement de vérité n’est porté par le récit. À l’instar des autres chapitres, la conclusion passe par le dialogue des personnages, qui renoncent au discours misogyne. Le mot de la fin est laissé, de façon significative, aux idées reçues du groupe, au discours du « on », scandalisé devant le naturisme hydrothérapique des deux amis :

Les deux bonshommes, nus comme des sauvages, se lançaient de grands seaux d’eau ;  – puis ils couraient pour rejoindre leurs chambres.  – On les vit par la claire-voie ;  – et des personnes furent scandalisées. (Ibid.)

46Flaubert s’est probablement amusé à écrire cet épisode de l’amour, qui comprend, comme d’autres chapitres, un trait d’humour en clausule. Le divertissement n’empêche pas le sérieux du texte. La fin du chapitre porte l’écho d’un discours du parti de l’ordre, qui monte en sourdine. Il se déchaînera par la suite contre les deux naïfs, qui portent offense aux bases de la société. Flaubert prévoit dans les scénarios les conséquences de l’épisode amoureux :

[Cependant ils se sont fait des ennemis de Me Bordin, dont Bouvard n’a pas voulu, du notaire – qui a manqué l’acte, & de tous ceux qui s’intéressent à Mélie, Mr de Faverges, & Gorgu dont Pécuchet a pris la vérole.] Cela au ch. suivant.  (Ms gg10, f° 29, Cento, p. 300)

47Le chapitre marque le poids de l’Histoire : comme dans L’Éducation sentimentale, l’Histoire s’inscrit moins dans le récit des événements, élidés, escamotés, que dans les allusions, et la présence grandissante dans la vie quotidienne d’un discours de l’ordre moral et de l’autorité politique et religieuse.

  • 16 V, p. 767.

48Le chapitre 7 est peut-être, de tout Bouvard et Pécuchet, celui qui dessine le mieux la configuration complexe de l’œuvre : comique et philosophique (ou encyclopédique), le chapitre prend le contrepied du romanesque, ou du roman d’action. L’amour devient une matière d’expérimentation, et le chapitre permet de resserrer les liens d’une intrigue qui se réverbère surtout dans les discours, tout en construisant une écriture condensée, fondée sur l’ellipse. On a vu Flaubert jouer dans les brouillons avec l’attente du lecteur sur les scénarios de l’action amoureuse, pour mieux le désorienter. Le 16 décembre 1879, alors qu’il a presque terminé la première partie de son œuvre, il la présente à Mme Tennant. L’absence du récit amoureux y devient l’emblème d’une poétique : « Le sous-titre serait : « Du défaut de méthode dans les sciences ». Bref, j'ai la prétention de faire une revue de toutes les idées modernes. Les femmes y tiennent peu de place et l'amour aucune. Votre Américain a été fort mal renseigné. Je crois que le public n'y comprendra pas grand-chose. Ceux qui lisent un livre pour savoir si la baronne épousera le vicomte seront dupés, mais j'écris à l'intention de quelques raffinés. Peut-être sera-ce une lourde sottise ? À moins que ce ne soit quelque chose de très fort ? Je n'en sais rien ! et je suis rongé de doutes, accablé de fatigue »16.

Haut de page

Notes

1 Correspondance, tome V, édition établie par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, annotée par Yvan Leclerc, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2007 (notée V), p. 467.

2 V, p. 475.

3 V, p. 476.

4 Le manuscrit autographe, dernier état du texte, laissé inachevé à la mort de Flaubert, est conservé à la Bibliothèque de Rouen sous la cote g 224.

5 V, p. 477. Les références à Bouvard et Pécuchet renvoient à l’édition du Livre de Poche classique, Paris, 1999, par Pierre-Marc de Biasi.

6 Lettre à Guy de Maupassant, jeudi 28 novembre 1878, V, p. 469.

7 Le scénario du Carnet 19 est publié par Pierre-Marc de Biasi dans son édition des Carnets de travail de Flaubert, Paris, Balland, 1988. Les six scénarios d’ensemble du roman (1872-1877), et un résumé de Bouvard et Pécuchet (1880) sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen sous la cote gg 10. Ils ont été publiés par Alberto Cento dans son édition de Bouvard et Pécuchet, Paris, Nizet, 1964 (notée Cento). Sur les six scénarios, cinq comprennent une partie consacrée au chapitre 7 (1er, 2e, 3e, 4e, 6e scénarios). Je retranscris le manuscrit de façon linéaire. En corps plus petit sont les additions.

8 Ms g 2256, f° 723. Voir la transcription ci-dessous.

9 Résumé, ms gg 10, f° 65.

10 Stéphanie Dord-Crouslé, « Les métamorphoses de Gorgu dans Bouvard et Pécuchet – Une critique flaubertienne rusée de 1848 », dans Hélène Millot et Corinne Saminadayar-Perrin (dir.), 1848, une révolution du discours, Saint-Étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2001.

11 Art. cit.

12 Stéphanie Dord-Crouslé, art. cit.

13 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, GF Flammarion, 1987, p. 270.

14 À Guy de Maupassant, 15-16 décembre 1878, V, p. 476.

15 V, p. 477.

16 V, p. 767.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-1.png
Fichier image/png, 35k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-2.png
Fichier image/png, 28k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-3.png
Fichier image/png, 42k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-4.png
Fichier image/png, 114k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-5.png
Fichier image/png, 26k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-6.png
Fichier image/png, 46k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-7.png
Fichier image/png, 47k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-8.png
Fichier image/png, 42k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-9.png
Fichier image/png, 83k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-10.png
Fichier image/png, 51k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-11.png
Fichier image/png, 117k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-12.png
Fichier image/png, 22k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-13.png
Fichier image/png, 30k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-14.png
Fichier image/png, 25k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-15.png
Fichier image/png, 49k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-16.png
Fichier image/png, 190k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-17.png
Fichier image/png, 34k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-18.png
Fichier image/png, 25k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-19.png
Fichier image/png, 15k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-20.png
Fichier image/png, 49k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/953/img-21.png
Fichier image/png, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot, « Bouvard et Pécuchet et le désir amoureux », Flaubert [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 26 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/953

Haut de page

Auteur

Anne Herschberg Pierrot

Université Paris 8, ITEM/ENS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page