Navigation – Plan du site
Genèses de l’écriture

Jean-Baptiste, « une voix lointaine »

Sylvie Giraud

Résumés

Dans Hérodias de Gustave Flaubert, Jean-Baptiste intègre la trame du conte bien avant son incursion tonitruante dans le chapitre II, puisque dès le début de l’histoire il est amené à jouer un rôle déterminant, même s’il demeure invisible et anonyme. C’est cette première intervention du prêcheur qui fait l’objet d’une analyse génétique. La recherche menée au sein de l’avant-texte restitue dans son intégralité la chronologie rédactionnelle de l’épisode, depuis le plan jusqu’au manuscrit final, révélant ainsi l’ensemble de la construction dans ses détails de conception, de structuration et d’organisation.

Haut de page

Texte intégral

Saint Jean-Baptiste, RodinAfficher l’image
Crédits : muma-lehavre.fr
  • 1 Gustave Flaubert, Trois contes, Hérodias, « coll. Classiques », « Le Livre de Poche », Paris, 1999, (...)

1C’est au moyen d’un triple dispositif – sur le mode sonore, d’une manière invisible et sous anonymat – que Jean-Baptiste intègre le chapitre I d’Hérodias : « Tout à coup, une voix lointaine, comme échappée des profondeurs de la terre, fit pâlir le Tétrarque. »1 Bien qu’éclatante, l’introduction n’en est pas moins modeste pour une personne sacrée ; elle va cependant déclencher l’action au moment précis où s’achève la scène d’exposition : « Il se pencha pour écouter ; elle avait disparu. Elle reprit ; et en claquant dans ses mains, il cria : – « Mannaeï ! Mannaeï ! »

  • 2 En 1983, Philippe Willemart a analysé « l’apparition de Jean-Baptiste » selon la méthode d’une inve (...)
  • 3 Maintenant nous parlerions plus volontiers de scénario ; bien qu’en usage depuis le XVIIe siècle et (...)
  • 4 Deux écrits évangéliques relatent le fait historique, Saint Matthieu, 14 et Saint Marc, 6. Mais Fla (...)

2Du seul point de vue de la dramaturgie2, l’appel lointain relève d’un type d’intrusion qui joue habilement sur la gamme des ressorts expressifs, l’effet de surprise stimulant la ligne des événements. Toutefois, aussi puissante soit-elle, l’intervention n’a de force qu’appréciée au sein de l’ensemble de la machine dramatique mise en mouvement qui, à bien l’étudier, s’avère un mécanisme très structuré, efficacement servi par des conventions empruntées à la dramaturgie classique. Il faut dire que Flaubert possédait une très nette conscience de l’alchimie fondatrice du « plan »3 ; si précise, qu’il n’a jamais négligé cette étape préparatoire et primordiale de la construction globale et initiale de l’histoire qui mène l’idée de départ vers sa résolution finale. Aussi, est-il intéressant d’étudier toute cette partie complexe et fonctionnelle de la création qui consiste à transformer un fait historique4 en une intrigue habilement construite et agréable à lire. Plus précisément, à propos des modalités d’entrée de Jean-Baptiste dans le récit : ont-elles été posées d’emblée comme une causalité fondamentale de la narration, ou bien au contraire ont-elles été traitées à l’égal des autres éléments qui ont évolué au fil de la recherche d’un scénario équilibré et cohérent ?

  • 5 Notes, plans, scénarios, brouillons, manuscrit final et manuscrit du copiste d’Hérodias sont conser (...)
  • 6 Pierre-Marc de Biasi, Génétique des textes, CNRS Éditions, « coll. Biblis », Paris, 2011, p. 69.

3Le dossier génétique présenté ici repose sur une sélection préalable, au sein de l’épais manuscrit d’Hérodias conservé à la Bibliothèque nationale de France5, de tous les feuillets avant-textuels concernés par la première évocation de Jean-Baptiste ; un tri par prélèvement en profondeur en quelque sorte qui n’a ignoré aucune des étapes d’écriture, notes de lecture, notes documentaires, plans, scénarios, brouillons, mises au net et manuscrit final. Puis une reconstitution de l’ordre virtuel de rédaction a été réalisée, afin de suivre au plus près l’évolution des différents moments d’écriture attachés à l’épisode. Il va sans dire que la série obtenue ne reproduit pas la matérialité chronologique de la création, puisque Flaubert organisait généralement son travail de composition par grandes suites narratives enveloppant plusieurs paragraphes. Mais à procéder ainsi, par une « remise en ordre artificielle »6 des feuillets, il devient plus facile de suivre l’évolution génétique intégrale de la séquence où retentit « une voix lointaine ».

Le plan-f° 708

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f°708, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

  • 7 « Hier, à 1 heure de nuit, j’ai terminé mon Cœur simple et je le recopie. [...] Maintenant que j’en (...)

4Sur le tout premier écrit consacré à Hérodias, plan-f° 708, le conte s’ouvre avec les Hérode en discussion au sommet de la forteresse7. Jean-Baptiste, en tant qu’élément central du fait historique, est également présent dans la ligne dramatique, donc bien avant ses malédictions tonitruantes du chapitre II, mais son implication est complètement différente de celle que nous connaissons, c’est-à-dire celle d’« une voix lointaine ». Elle est dissemblable autant dans le cours de l’intrigue que dans sa manifestation scénique ; d’une part, le prédicateur est mêlé tardivement au récit, après la séquence de la jeune fille sur la terrasse qui vient clore la querelle conjugale, et d’autre part il est présenté indirectement au cours d’un échange verbal entre époux, où Hérodias le met en cause à demi-mot.

  • 8 La numérotation autographe exacte du f° 708 est : « I Plan1 ». La transcription diplomatique intégr (...)

5Linéarisation du plan-f° 708 : « Ce qui lui deplait c’est explication de ce qu’etait Jean (1) Jean baptiste. il prêchait le la venue du royaume règne de dieu, du royaume des cieux. – tonnait contre Herodias – D’abord en parlent en sous entendus – silence »8.

  • 9 « Des gens s’étaient rassemblés autour de lui [Jean surnommé Baptiste], car ils étaient très exalté (...)

6Le choix d’un traitement aussi retenu et pondéré de l’homme-clé de la narration est justifié par les deux contraintes imposées par les circonstances : l’existence du prisonnier, ainsi que sa mise au secret. Le gouverneur de Machærous, effrayé de l’influence du prêcheur sur la population, l’avait fait emprisonner, et ne tenait pas à ce que cela soit su9.

7Par ailleurs, dans le cadre des perspectives conflictuelles, il est particulièrement efficace qu’Hérodias soit l’instigatrice d’un propos sur Jean-Baptiste, même sur le mode de l’implicite. En effet, le baptiseur est son principal ennemi, tant sur le plan privé – il a dénoncé son union incestueuse avec Hérode Antipas, à la fois son oncle et son beau-frère – que du point de vue politique – il entravait ses projets ambitieux par des sermons au peuple juif. L’évocation d’un personnage par son adversaire majeur relève d’une technique introductrice très conventionnelle parmi toutes les ressources représentatives, mais elle présente le mérite de désigner efficacement les figures divergentes et d’établir nettement les situations de crise : Jean-Baptiste et Hérodias sont dans le rapport de tension par excellence, où le premier figure la force adverse que le second doit vaincre.

8D’ores et déjà, sur le plan-f° 708, un bon équilibre est trouvé entre les contraintes contextelles, historiques et politiques, et les quelques pièces nécessaires à la mécanique dramatique : des personnages fortement caractérisés, des motivations profondes, des obstacles potentiels, des conditions de dissensions, ainsi qu’une part de mystère.

Le premier scénario f° 722

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f°722, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

9La deuxième version de l’épisode et premier scénario, f° 722, reprend les modalités du conflit établies sur le plan-f° 708.

  • 10 La transcription diplomatique intégrale du f° 722 peut être mise en affichage parallèle avec l’imag (...)

10Linéarisation du scénario 1-f° 72210 : « [...] Elle ce qui une seule chose l’inquiète : (Herodias) : Jean Baptiste. A 2 Ce n’est pas tant cela qui m’inquiète Mais l’Homme = Il [Il prêche la veng venue d’abord il avait l’insurrection du royaume des dieu cieux, le règne de dieu] il l’invectivait Puis l’avait attaqué comm insecte. – X. cela detruisait les) ideal et plans d’Herodias – son ideal Jean detruisait cela l’entravait. puis et haine par orgueil de femm blessé [...] ».

  • 11 Lorsqu’Hérode le Grand (73 av. J.-C./4 av. J.-C.) meurt, son royaume est partagé entre trois fils p (...)
  • 12 « Un des caractères le plus fortement marqués de cette tragique famille des Hérodes, était Hérodiad (...)

11Jean-Baptiste reste la prérogative d’Hérodias qui affirme ainsi, à travers lui, son envergure politique d’une manière ferme et précise. Pour atteindre son objectif – conserver et augmenter son pouvoir à la tête de la Galilée et de la Pérée11 – elle n’hésitera pas, en femme monolithique, à recourir à des actes forts12. Si Hérodias se retrouve éponyme en lieu et place d’Hérode Antipas, présent à tout instant, ou de Jean-Baptiste, au cœur des circonstances historiques, c’est pour des raisons de logique narrative ; non seulement, elle est le rôle principal autour duquel se bâtit l’histoire, ce que le tétrarque et le prêcheur sont également, mais avant tout, elle est la personne dont le dessein représente l’épicentre du drame : autour d’elle, vont se façonner les rebondissements de l’intrigue. Sa motivation est inébranlable et les conflits qu’elle va créer détermineront le déroulement des péripéties. D’ailleurs, les forces physique et morale du personnage sont si solides qu’il n’est secondé par aucun adjuvant, Salomé et la vieille servante ne sont que des êtres manipulés.

Le deuxième scénario, f° 724 et f° 723

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f°724, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

  • 13 « Dans sept ou huit jours (enfin) je commence mon Hérodias. Mes notes sont terminées, et maintenant (...)

12Mais Flaubert ne semble pas entièrement convaincu d’avoir développé au mieux l’argument13, car le deuxième scénario élaboré sur deux pages, f° 724 et f° 723, modifie notablement la construction de la trame.

  • 14 La transcription diplomatique intégrale du f° 724 peut être mise en affichage parallèle avec l’imag (...)

13Linéarisation du scénario 2-f° 72414 : « [...] viendraient-ils ? (1) (2) il pensait aussi à autre sujet d’inquietud : Jean. – – – indecis sur ce qu’il en devait faire. impatient de savoir – en demande des nouvelles au Samaritain N. C’est à tout cela qu’il songeait en regardant l’horizon rappel du paysage – Sa pose attentive contemplative [...] ».

14À la suite d’un changement non négligeable de la stratégie dramatique, Hérodias n’est plus aux côtés de son époux lorsque commence le conte ; Hérode Antipas se retrouve désormais seul sur la terrasse du palais, dans une disposition définitive.

15En revanche, l’intervention de Jean-Baptiste est maintenue dans le temps de l’histoire, c’est-à-dire dès la mise en place de l’intrigue ; mais son introduction est complètement remaniée dans un ajout marginal : « (2) il pensait aussi à autre sujet d’inquietud : Jean. – – – », qui bouleverse ses modalités d’apparition. Maintenant, ce n’est plus Hérodias qui évoque son ennemi, puisqu’elle est absente de la scène, c’est Hérode Antipas qui s’approprie le prêcheur sur le mode de la réflexion intérieure. Le prisonnier ne justifie plus le comportement de la politicienne, il motive désormais le regard du tétrarque. Certes, il n’intègre la sphère conflictuelle du gouverneur qu’à titre secondaire, car il ne figure dans ses préoccupations qu’en ultime position, après les tracas de chef d’État ; mais il rejoint la nouvelle organisation des épisodes qui, loin de réduire les moments de tension, va au contraire servir plus efficacement l’enjeu dramaturgique.

16Associer étroitement le captif au maître de Machærous enrichit inévitablement le second personnage, seul responsable de la détention du premier ; Hérode Antipas, déjà face à des conflits politiques et religieux externes, se mesure désormais à une difficulté supplémentaire, plus insidieuse peut-être, car elle relève de la morale individuelle.

17En effet, et bien malgré lui, Jean-Baptiste accentue le mécanisme antagonique entre les conjoints : quand le mari ravale le baptiseur de Jésus au rang d’une inquiétude subalterne, l’épouse continue de l’estimer comme une menace essentielle pour ses ambitions personnelles.

  • 15 Hérodias (ibid., p. 133).
  • 16 Hérodias (ibid., p. 138).
  • 17 Hérodias (ibid., p. 142).

18Au contraire d’Hérodias campée dans un rôle sans concession, son époux devient un être plus ambigu, donc plus dramatiquement exploitable. Sa relation avec Jean-Baptiste sera vécue tantôt comme une peur négative – « Garde-le ! garde-le ! Et ne laisse entrer personne ! Ferme bien la porte ! Couvre la fosse ! On ne doit pas même soupçonner qu’il vit ! »15 – , tantôt comme une réussite positive – « Antipas objecta qu’il pouvait un jour servir. Ses attaques contre Jérusalem gagnaient à eux le reste des Juifs. »16 L’homme est cependant moins en lutte avec le reclus qu’avec lui-même, tant il est obligé de démêler ses impressions privées de ses décisions publiques qui semblent incompatibles – « Sa puissance est forte !... Malgré moi, je l’aime ! »17

  • 18 Au scénario 2-f° 724, l’incipit d’Hérodias se trouve encore à l’état télégraphique : « Macherous. f (...)

19À son insu également, Jean-Baptiste participe à la « pose attentive contemplative » d’Hérode Antipas face au panorama, qui est en même temps une pause dans le cours de l’action avant l’arrivée d’Hérodias, une digression bien venue pour rythmer la scène. Un ajout en interligne supérieure « rappel du paysage. » planifie d’une certaine façon un énoncé descriptif ; malheureusement, la note de régie est ici trop embryonnaire pour la relier dès à présent à une partie du texte final. Tout au plus peut-on affirmer que cette deuxième description du paysage, prise en charge par le regard inquiet du tétrarque, ne doublerait pas exactement l’ouverture d’Hérodias18, conçue plutôt comme une représentation en focalisation externe réalisée par un observateur anonyme depuis un point de vue indéterminé.

Le troisième scénario, f° 725 et f° 728

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f°725, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

20On peut dire que, sur le troisième scénario construit sur deux pages, f° 725 et f° 728, l’introduction du premier acte semble structuré dans ses grandes lignes ; mais dans sa seule globalité, car Flaubert enrichit encore le rythme de la scène au moyen de détails, dont certains sont loin d’être anodins, notamment par l’introduction d’un incident motivant le regard d’Hérode Antipas.

  • 19 La transcription diplomatique intégrale du f° 725 peut être mise en affichage parallèle avec l’imag (...)

21Linéarisation du scénario 3-f° 72519 : « [...] Mais viendront-ils ? |un fait naturel,) tout a coup un bruit sourd comm sorti des entrailles de la terre, le fait tressaillir. Il cela lui rappelle qqu’un un autre sujet d’inquietude : Jean plus gd que » [...] « Dans le chateau, sa presence inspirait une terreur vague – les troubles d’Antipas sur son compte. on ne savait pas qu’il y etait dans son cachot profond et cependant, il obsedait Ant. – Il le voyait com s’il eut ete devant lui. – en contemplant l’horizon il l’y retrouvait. mêler sa figure aux details de l’horizon du paysage – debout il dominait sur les pics. les colli sur les gradins des collines . . [...] ».

  • 20 Sur le f° 732v°, lorsque Flaubert en est à la géologie minérale, les critères descriptifs et qualit (...)
  • 21 Évangile Saint Luc, 1, 42 : « Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressai (...)

22L’auxiliaire sonore venant perturber, modifier ou ponctuer les événements – « |un fait naturel,) tout a coup un bruit sourd comm sorti des entrailles de la terre, le fait tressaillir. » – est souvent utilisé dans l’univers théâtral comme incursion percutante à un moment opportun du fil dramatique. Il ne s’agit pour le moment que d’un vacarme non clairement identifié – « bruit sourd comm sorti des entrailles de la terre » – qui peut fort bien provenir d’un phénomène naturel tel qu’une éruption volcanique ou un tremblement de terre, tout à fait plausibles dans cette zone géographique au point de jonction de plaques tectoniques20. Mais la valeur messianique du substantif « entrailles »21, ainsi que l’impact acoustique immédiat sur la mémoire du tétrarque, conduisent de toute évidence à l’homme enfermé dans le souterrain.

23Un scénariste averti sait qu’un début de premier chapitre, dévolu à l’exposition, risque de se scléroser sans une ponctuation forte pour rompre la fonction informative. Le cri ou le choc constitue en cela une suspension parfaite, apte à provoquer des changements importants dans la trame et dans le rythme de l’histoire. Mais dans ce troisième scénario, c’est par une voie détournée qu’est évoqué le personnage central.

24D’une part, le niveau d’analyse se modifie, car un discours explicatif, jusqu’ici inexistant, apporte quelques éléments biographiques concernant l’homme religieux : « Ses antecedents – un cet homm là d’abord nazir. – avait declamé contre le sacerdoce, l’esprit de Jerusalem [...] ».

25D’autre part, tout un jeu sur l’atmosphère affective du moment s’organise, où la simple existence du prêcheur accentue une inquiétude du maître de Machærous déjà manifeste : « il obsedait Ant. – Il le voyait com s’il eut ete devant lui. – en contemplant l’horizon il l’y retrouvait. mêler sa figure aux details de l’horizon du paysage ». La valeur psychologique de l’horizon est ici nettement envisagée où l’espace deviendra la projection des peurs d’Hérode Antipas ; dans une correspondance analogique, le prédicateur et les détails topographiques conjugueront leurs isotopies.

26Outre l’avantage d’animer le contenu explicatif du récit, le phénomène acoustique en présente un autre, et non des moindres, celui d’apporter un trait conclusif sur le mode d’une fin de scène sonore très traditionnelle, où le personnage présent lance un appel provoquant l’arrivée d’un autre personnage : « Antipas n’y tenant plus il appelle : le Samaritain ».

  • 22 Hérodias (ibid., p. 134).

27Par ailleurs, ce scénario 3-f° 725 dénoue plusieurs points de genèse intriqués. Le premier concerne la note de régie déjà évoquée plus haut – « rappel du paysage. » – qui, en raison de la masse d’informations apportées sur Jean-Baptiste, est décalée plus loin dans l’histoire et n’est donc plus associée, comme dans le scénario 2-f° 724, au regard inquiet du gouverneur, mais rattachée désormais à son attitude pensive avant l’arrivée de sa femme. À l’évidence maintenant, le syntagme – « rappel du paysage. » – est l’embryon du paragraphe : « Tous ces monts autour de lui, comme des étages de grands flots pétrifiés [...] »22.

28La clarification de ce premier point de genèse élucide de fait le second : « il obsedait Ant. – Il le voyait com s’il eut ete devant lui. – en contemplant l’horizon il l’y retrouvait. mêler sa figure aux details de l’horizon du paysage – debout il dominait sur les pics. les colli sur les gradins des collines . . » Cet ajout interlinéaire déclare bien ici une deuxième description, après celle de l’incipit et avant la troisième sur les « villes maudites ». Le nouvel énoncé descriptif, sous la triple thématique d’un horizon soumis à la vision inquiète d’Hérode Antipas – vaste étendue, focalisation interne unique, anxiété du regard – contient un motif psychologique puissant, propre à donner à la situation un effet angoissant.

Le quatrième scénario, f° 721, f° 750v°-f° 752 et f° 730

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f°721, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

29Le quatrième scénario étendu sur trois pages, f° 721, f° 750v°-f° 752 et f° 730, apporte peu de modifications quant à la ligne dramatique précédente, peu ou prou établie. En revanche, des précisions sont apportées sur l’incident déclencheur. Même inséré dans une scène logique et solide, ce petit événement imprévisible n’est pas à négliger : s’il vient perturber l’enchaînement de l’action, il en représente néanmoins un pivot déterminant.

  • 23 La transcription diplomatique intégrale du f° 721 peut être mise en affichage parallèle avec l’imag (...)

30Linéarisation du scénario 4-f° 72123 : « [...] – tout à coup, un bruit sourd α lointain comme une voix sortie des entrailles de la terre le fait tressaillir. Cela lui rappelle qqu’un, un lui remet en tête un sujet d’inquietude pire que tous les autres, à savoir Jean Baptiste D’abord Nazir, elevé dans le temple et de race sacerdotale [...] Cependant il obsedait Antipas, comme s’il l’avait eu sous ses yeux, constamment. et le en contemplant le paysage, il l’y trouve mêlé, il le voit debout sur les le pics des collines, sur les gradins des montagnes [...] ».

31Pour évoquer Jean-Baptiste, Flaubert ne renonce pas encore complètement à emprunter la voie détournée du précédent scénario, celle du « bruit sourd α lointain comme sorti des entrailles de la terre ». Même si, à la faveur de l’ajout interlinéaire supérieur – « une voix » – , le grondement est précisé comme ressemblant à un cri d’homme, il n’en demeure pas moins qu’il n’est pour le moment qu’assimilé à un cri, et n’est pas encore l’appel direct du manuscrit définitif.

32C’est donc au quatrième scénario que les modalités de l’intervention de Jean-Baptiste sont arrêtées, selon un dispositif en « off » qui dissocie la voix du corps.

33Le fracas souterrain, maintenant nettement identifié par le seul personnage présent dans le récit – et par conséquent, par le lecteur –, propose un artifice narratif qui fait basculer l’énonciation vers une prise en charge par Hérode Antipas : « Cela lui rappelle qqu’un, un lui remet en tête un sujet d’inquietude pire que tous les autres, à savoir Jean Baptiste ». La nouvelle orientation énonciative justifie ainsi mieux le portrait détaillé de Jean-Baptiste introduit au scénario 3-f° 725, et accrédite d’autant le supplément d’informations apporté : éléments biographiques puisés dans les textes évangéliques, réalités religieuses et politiques à valeur historique et conjectures politiciennes fictionnelles.

  • 24 Le principe aristotélicien structurel de la causalité « où les épisodes s’enchaînent avec vraisembl (...)

34Le processus rationnel de causalité24 est alors parfaitement respecté, où l’appel du prisonnier entraîne le souvenir de l’homme dont le déroulé biographique transforme l’angoisse du tétrarque en une telle névrose que l’épisode atteint son plus haut degré d’intensité et se clôt.

Le cinquième scénario, f° 706v°-f° 755, f° 709, f° 710 et f° 711

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f° 706v°-755, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f° 709, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

35C’est au cinquième scénario écrit sur quatre pages, f° 706v°-f° 755, f° 709, f° 710 et f° 711, que l’enchaînement argumentaire de l’ensemble de la scène est arrêté fermement ; ci-dessus, la première image reproduit le bas du f° 706v°-755, et la seconde le haut du f° 709, les deux feuillets étant écrits l’un à la suite de l’autre.

  • 25 La numérotation double (f° 706v°-f° 755) de la première page du scénario 5 est la conséquence d’une (...)

36Linéarisation du scénario 5-f° 706v°-75525 : « – Tout à coup un bruit sourd et lointain, comme une voix sortie des profondeurs de la terre le fait trassaillir – Il Il pâlit se retourne, regarde, va très vite au bout de la terrasse rien – c’est une illusion sans doute, ? mais elle a cru lui a remis en tete un autre sujet d’inquietude, et le plus gd qu’il ait : Jean Baptiste. reprend ses reflexions – puis à force tout à coup de penser il voit, là devant lui, – (dans une hallucination) il parait dire (nl) – un homm en peau de chameau sous des palmiers – puis et (nl) au bord d’un fleuve fleuve au mil baptême baptisant une foule. a peur il a peur et claque dans ses mains et en criant : Amasaï ! [...] ».

37Conformément à ses habitudes de recopie, Flaubert reprend sur les f° 706v°-f° 755 et f° 709 le scénario tel qu’il l’avait établi précédemment, où la voix lointaine – plus exactement, le son indistinct semblable à un cri humain – a une triple incidence ; d’une part, elle renforce la crédibilité de la longue présentation historique de Jean-Baptiste : « nazir de race sacerdotale, descendant d’Aaron, au lieu de vivre avec comme les prêtres il s’etait réfugué au déser, à Bethabara puis à Ennon près de Salim [...] », d’autre part elle fournit un motif sérieux à la description métaphorique du paysage : « En contemplant le paysage il l’y trouve mêlé, il occupe le sommet des pics, ht le bord des torrents, les gradins des collines. », et enfin elle provoque la convocation du Samaritain.

38Mais de nombreuses marques scripturales révèlent que des corrections sévères sont apportées à l’énoncé, des traits de plume qui sont le signal d’un profond bouleversement de tout ce pan descriptif, de l’ordre de la suspension, de l’abandon, du report, de l’éclatement, voire du déplacement. Il n’est malheureusement pas possible de rétablir la chronologie de ces modifications qui génèrent de profonds changements ; il faut se satisfaire d’en dresser le constat :

– sur le f° 706v°-755, une biffure supprime la proposition où Jean-Baptiste est nommé directement : « mais elle a cru lui a remis en tete un autre sujet. d’inquietude, α le plus gd qu’il ait : Jean Baptiste. »,

– également sur le f° 706v°-755, un trait de liaison rejoint un ajout marginal dans lequel la disposition confuse du maître de Machærous est exploitée et intensifiée au point de provoquer une hallucination visuelle : « reprend ses reflexions – puis à force tout à coup de penser il voit, là devant lui, – (dans une hallucination) il parait dire (nl) – un homm en peau de chameau sous des palmiers – puis α (nl) au bord d’un fleuve fleuve baptême au mil baptisant une foule. ». Logiquement, on peut penser que l’énoncé dans la marge gauche remplace la phrase centrale barrée,

  • 26 La transcription diplomatique intégrale du f° 709 peut être mise en affichage parallèle avec l’imag (...)

– un crochet suspensif ouvrant sur le f° 706v°-755 et un encadrement doublé de hachures transversales sur le feuillet suivant f° 70926 (concomitants à la biffure et au trait de liaison précédents ?) sélectionnent un énoncé d’une vingtaine de lignes environ relatives aux éléments biographiques du prédicateur et au paysage angoissant. Selon toute vraisemblance, ces tracés précis signifient une amputation sévère du texte, comme si l’image du phénomène hallucinatoire d’« un homm en peau de chameau sous des palmiers » allait remplacer tout à la fois la désignation directe du prêcheur et la longue description du personnage.

39Quelle que soit leur chronologie, ces transformations affinent manifestement le mécanisme dramatique, le resserrent, l’enrichissent :

– la disparition du nom même de Jean-Baptiste prolonge d’une certaine manière le secret qui entoure l’emprisonnement, évoqué dès le plan-f° 708,

– le stratagème de la vision hallucinatoire d’Hérode Antipas intensifie l’état psychologique et physiologique du personnage, et conduit la sensation oppressante de la fin de scène à sa limite extrême,

– la coupe sévère dans la somme d’informations biographiques sur le prêcheur soulage la narration d’un copieux passage explicatif qui risquait de ralentir l’allure dramatique de l’ensemble et de saturer la capacité d’assimilation du lecteur.

40On peut cependant s’interroger sur le sort réservé à la description métaphorique du paysage, celle qui assujettit les éléments de l’horizon à la subjectivité du souverain-spectateur, à ses craintes et à ses espoirs : « En contemplant le paysage il l’y trouve mêlé, occupe le sommet des pics, ht le bord des torrents, les gradins des collines. » Est-elle compromise par le geste de biffure sur le f° 709 ? ou remplacée par le phénomène hallucinatoire introduit f° 706v°-755 ?

41Les sixième, septième et huitième scénarios, construits sans la scène d’exposition, tendent à prouver que Flaubert a réglé définitivement l’organisation du début du récit, et qu’il s’emploie désormais à agencer la suite du chapitre à partir de l’entrée du serviteur.

Le neuvième scénario, f° 720, f° 727, f° 731, f° 759-f° 753

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f° 720, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

42Il faut donc attendre le neuvième scénario déroulé sur quatre pages, f° 720, f° 727, f° 731 et f° 759-f°753, pour infirmer ou confirmer l’évolution du cinquième scénario.

  • 27 La transcription diplomatique intégrale du f° 720 peut être mise en affichage parallèle avec l’imag (...)

43Linéarisation du scénario 9-f° 72027 : « Tout à coup, un bruit sourd, et comm serait une voix sortie des profondeurs de la terre le fait tressaillir – Il pâlit et se retourne, personne, – ecoute encore une fois rien – Il s’est trompé. Cependant il a peur – et claque dans ses mains en criant « M’annaï. ».

44L’éclat sourd, semblable à une voix, entendu par Hérode Antipas est maintenu, mais le portrait du prêcheur ainsi que le paysage métaphorique ont bel et bien disparu. En revanche, les éléments plastiques de l’hallucination ne figurent plus dans la trame narrative, sans que rien ne le signale dans le f° 706v°-755.

  • 28 Hérodias (ibid., p. 138).

45Certaines des précisions éliminées seront disséminées dans le récit ; ainsi l’image visuelle de « Jean sous les palmiers » est déplacée plus loin dans ce même scénario 9-f° 731 pour illustrer la scène d’affront racontée par Hérodias : « Et elle redit son humiliation, un jour qu’elle allait vers Galaad, pour la récolte du baume »28. Ou encore, l’assimilation de Jean-Baptiste à Élie est déportée dans le chapitre III pour nourrir la discussion théologique : « Jacob répliqua : " Mais il est venu, Élie ! " [...] – "Son nom ? " Alors il cria de toutes ses forces : –"Iaokanam! " »

  • 29 Le renseignement nécessaire et suffisant dans la forme courte du conte faisait partie des soucis de (...)

46Mais la plupart des détails biographiques du personnage religieux sont purement et simplement supprimés. Le bruit lointain et incertain comparable à une plainte devient un simple élément modificateur ; mais ne nous y trompons pas : certes, il est introduit pour animer et clore la première scène, mais il est avant tout l’incident déclencheur, c’est-à-dire le point majeur qui va lancer l’intrigue. La brièveté du genre littéraire qu’est le conte imposait de conduire la scène d’exposition rapidement et clairement29, et Flaubert a préféré l’efficacité dramatique à la fonction informative. Pour apporter de la puissance et de la richesse à un texte, il n’est guère de procédé plus infaillible que la création d’un état d’attente angoisée ; la séquence gagne ainsi en rythme, sans que soit affaiblie la ligne de l’intrigue. C’est sans doute cette intensité dramatique recherchée, cet effet de suspens voulu, qui motivent le choix du mode opératoire en deux temps : « Tout à coup, une voix lointaine, comme échappée des profondeurs de la terre, fit pâlir le Tétrarque. », puis « Il se pencha pour écouter ; elle avait disparu. Elle reprit ; »

La phase de textualisation à partir du f° 745

Hérodias

Hérodias

BnF, NAF 23 663-II, f° 745, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

47Sur le feuillet suivant f° 745, l’étape rédactionnelle s’engage dans la phase de textualisation, validant ainsi la construction scénarique arrêtée au neuvième scénario.

  • 30 La transcription diplomatique intégrale du f° 745 peut être mise en affichage parallèle avec l’imag (...)

48Linéarisation du f° 74530 : « Tout à coup un bruit sourd et lointain, voix lointaine comm serait une voix sortant et comm sortant echappé des profondeurs de la terre le fit tressaillir – Il pâlit devint il ecouta – très pâle et tendit, se redressa α tendit l’oreille. Ce n’était rien. il s’etait trompé. une seconde fois il l’entendit et il Il avait peur, il claqua dans ses mains, en criant il cria en « M’annaï. M’annaï. »

49Condensant encore l’énoncé, resserrant encore le mécanisme dramaturgique, Flaubert parvient à la formulation définitive, où l’identification du bruit par le personnage sur scène est instantanée : l’incident déclencheur sera une voix humaine. Conclure ainsi la situation délicate dans laquelle se trouve Hérode Antipas emprunte plus à l’aire de jeu théâtral qu’au monologue intérieur propre au discours littéraire, mais favorise chez le lecteur une représentation mentale convaincante.

50Puis se succèdent les brouillons f° 540v° et f° 542v°, la mise au net f° 538, et le manuscrit final f° 59.

Conclusion

51Ne pouvant amener sur scène le disciple de Jésus retenu captif dans un cachot souterrain du château, c’est par un subterfuge que Flaubert parvient à donner vie au personnage. La modalité d’entrée retenue, sur la seule qualité sonore, ne nuit ni à la force du personnage lui-même ni à l’enjeu dramatique du conte. L’intervention directe de Jean-Baptiste dès le début du conte, même sous une forme brutale, inopinée et invisible, répond au principe organisateur du drame, celui d’un projet mené par des hommes : le prisonnier concentre les événements, représente l’obstacle à franchir et détermine les objectifs de chacun. En outre, l’expédient phonique rythme opportunément la scène d’exposition menée ainsi dans les règles de l’art : après une présentation informative du contexte, l’accumulation des tracas politiques du tétrarque accroît l’intensité de la situation qui doit trouver une résolution finale.

52On peut seulement s’interroger sur le sacrifice de la note de régie apparue au scénario 3-f° 725 : « il obsedait Ant. – Il le voyait com s’il eut ete devant lui. – en contemplant l’horizon il l’y retrouvait. mêler sa figure aux details de l’horizon du paysage », développée au scénario 4-f° 721 : « Cependant il obsedait Antipas, comme s’il l’avait eu sous ses yeux, constamment. et le en contemplant le paysage, il l’y trouve mêlé, il le voit debout sur les le pics des collines, sur les gradins des montagnes [...] », reprise au scénario 5-f° 709, mais absorbée dans un grand bloc de texte raturé : « et il obsedait Antipas de près ou de loin il le voyait. En contemplant le paysage il l’y trouve mêlé, il occupe le sommet des pics, ht le bord des torrents, les gradins des collines. – n’y tenant plus, il frappe dans ses mains appelle : » L’énoncé promettait bel et bien une nouvelle description, après celle de l’introduction et avant celle des « villes maudites ».

53Comment Flaubert a-t-il pu renoncer à la richesse potentielle d’un tel procédé analogique qui aurait mis en valeur le thème dramatique de l’intrigue ? Parions qu’il a quand même tiré parti du dispositif narratif sans pour autant, dans l’avant-texte, l’attribuer clairement au passage concerné, sans doute celui des « villes maudites ».

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Trois contes, Hérodias, « coll. Classiques », « Le Livre de Poche », Paris, 1999, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, p. 132.

2 En 1983, Philippe Willemart a analysé « l’apparition de Jean-Baptiste » selon la méthode d’une investigation du processus psychique inconscient (« Le Désir du narrateur et l’apparition de Jean-Baptiste dans le manuscrit d’Hérodias », Littérature, « L’Inconscient dans l’avant-texte », n° 52, décembre 1983, Larousse, pp. 112-122).

3 Maintenant nous parlerions plus volontiers de scénario ; bien qu’en usage depuis le XVIIe siècle et répertorié dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse (article « Théâtre. Mise en scène. »), Flaubert préférait le mot plan pour désigner le canevas d’un récit : « Ce conte d’Hérodias me cause une venette abominable. Le plan s’en éclaircit, un peu – mais rien qu’un [peu]. » lettre à Ivan Tourgueneff, Croisset, mercredi 27 septembre 1876 (Correspondance, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, « Bibliothèque de La Pléiade », t. V, Gallimard, Paris, 2007, p. 121). La construction d’Hérodias a nécessité : 1 plan (f° 708) suivi de 9 versions scénariques réparties sur 29 feuillets pour le chapitre I, 1 plan (f° 726) suivi de 6 versions scénariques réparties sur 11 feuillets pour le chapitre II, et 2 plans (f° 735, f° 726) suivis de 9 versions scénariques réparties sur 21 feuillets pour le chapitre III. Le scénario du dernier des Trois contes a particulièrement été travaillé ; en comparaison, pour La Légende de saint Julien l’Hospitalier, il n’existe qu’une seule page de plan ou de scénario par chapitre (f° 492, f° 493 et f° 494).

4 Deux écrits évangéliques relatent le fait historique, Saint Matthieu, 14 et Saint Marc, 6. Mais Flaubert a lu également Joseph Derenbourg, Flavius Josèphe, Auguste Parent, Michel Nicolas, Pline, Plutarque, Ernest Renan, Tacite, etc.

5 Notes, plans, scénarios, brouillons, manuscrit final et manuscrit du copiste d’Hérodias sont conservés à la Bibliothèque nationale de France dans le volume coté NAF 23 663-II.

6 Pierre-Marc de Biasi, Génétique des textes, CNRS Éditions, « coll. Biblis », Paris, 2011, p. 69.

7 « Hier, à 1 heure de nuit, j’ai terminé mon Cœur simple et je le recopie. [...] Maintenant que j’en ai fini avec Félicité, Hérodias se présente et je vois (nettement, comme je vois la Seine) la surface de la mer Morte scintiller au soleil. Hérode et sa femme sont sur un balcon d’où l’on découvre les tuiles dorées du Temple. », lettre à Caroline, Croisset, jeudi 17 août 1876 (ibid., p. 100).

8 La numérotation autographe exacte du f° 708 est : « I Plan1 ». La transcription diplomatique intégrale du f° 708 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f614.image

9 « Des gens s’étaient rassemblés autour de lui [Jean surnommé Baptiste], car ils étaient très exaltés en l’entendant parler. Hérode craignait qu’une telle faculté de persuader ne suscitât une révolte, la foule semblant prête à suivre en tout les conseils de cet homme. Il aima donc mieux s’emparer de lui avant que quelque trouble se fût produit à son sujet, que d’avoir à se repentir plus tard, si un mouvement avait lieu, de s’être exposé à des périls. À cause de ces soupçons d’Hérode, Jean fut envoyé à Machaeron, la forteresse dont nous avons parlé plus haut, et y fut tué. » Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, livre XVIII, § V-2.

10 La transcription diplomatique intégrale du f° 722 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f642.image

11 Lorsqu’Hérode le Grand (73 av. J.-C./4 av. J.-C.) meurt, son royaume est partagé entre trois fils parmi une douzaine d’enfants. Hérode Antipas a 17 ans quand il en reçoit un quart environ (d’où sa qualité de tétrarque), la Galilée et la Pérée, deux provinces éloignées l’une de l’autre, d’une surface respective de 3 000 km2, la valeur d’un petit département français, mais aux caractères totalement différents. Autant la Pérée (où se trouve la forteresse de Machærous) est une zone désertique, autant la Galilée est une région fertile.

12 « Un des caractères le plus fortement marqués de cette tragique famille des Hérodes, était Hérodiade, petite-fille d’Hérode le Grand. Violente, ambitieuse, passionnée, elle détestait le judaïsme et méprisait ses lois. », Ernest Renan, La Vie de Jésus, chapitre VI.

13 « Dans sept ou huit jours (enfin) je commence mon Hérodias. Mes notes sont terminées, et maintenant je débrouille mon plan. Le difficile, là-dedans, c’est de se passer, autant que possible, d’explications indispensables. » lettre à Guy de Maupassant, Croisset, mercredi 25 octobre 1876 (ibid., p. 125).
« Mes notes pour Hérodias sont prises. Et je travaille mon plan. » lettre à Ivan Tourgueneff, Croisset, samedi 28 octobre 1876 (ibid., p. 127).
« Je n’ai pas encore commencé mon Hérodias. Je finis de développer mon plan. Mais je me suis juré que dimanche prochain je m’y mettrais. » lettre à Mme Roger des Genettes, Croisset, mardi 31 octobre 1876 (ibid., p. 129). Entre la première allusion au « plan » d’Hérodias du mercredi 27 septembre 1876 et la promesse du dimanche 5 novembre 1876, cinq semaines et demi se sont écoulées au cours desquelles Flaubert a imaginé, puis construit le scénario.

14 La transcription diplomatique intégrale du f° 724 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f646.image

15 Hérodias (ibid., p. 133).

16 Hérodias (ibid., p. 138).

17 Hérodias (ibid., p. 142).

18 Au scénario 2-f° 724, l’incipit d’Hérodias se trouve encore à l’état télégraphique : « Macherous. forteresse. palais. enceinte. La ville au dessous. panoram. horizon Le tetrarque Herode Antipas sur sa terrasse. le matin. »

19 La transcription diplomatique intégrale du f° 725 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f648.image

20 Sur le f° 732v°, lorsque Flaubert en est à la géologie minérale, les critères descriptifs et qualitatifs de la structure de la région signalent : « cendres volcaniques sur les plateaux. »

21 Évangile Saint Luc, 1, 42 : « Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit. Et elle s’écria à haute voix : « Vous êtes bénie entre les femmes, et le fruit de vos entrailles est béni. »

22 Hérodias (ibid., p. 134).

23 La transcription diplomatique intégrale du f° 721 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f640.image

24 Le principe aristotélicien structurel de la causalité « où les épisodes s’enchaînent avec vraisemblance et nécessité » a toujours servi de base à la création dramatique (Aristote, Poétique, « De la composition épique », § 23).

25 La numérotation double (f° 706v°-f° 755) de la première page du scénario 5 est la conséquence d’une manipulation du papier par Flaubert lui-même : après avoir recopié le contenu de cette première page sur le f° 720, l’écrivain a coupé proprement la feuille en deux, et en a utilisé le dos supérieur pour rédiger une note documentaire intermédiaire sur le « Sens du mot Messie » (f° 706v°), laissant vierge le dos inférieur. Au moment de relier le manuscrit, la BnF s’est contentée de monter sur onglet les feuillets tels qu’ils se présentaient sans chercher à associer les fragments ; il a donc fallu partir à la recherche de la demi-feuille dont le texte correspondait à cette première page du scénario 5. La transcription diplomatique intégrale du f° 706v°-755 peut être mise en affichage parallèle avec les images du manuscrit : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f611.image et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f708.image

26 La transcription diplomatique intégrale du f° 709 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f616.image

27 La transcription diplomatique intégrale du f° 720 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit visible : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f638.image

28 Hérodias (ibid., p. 138).

29 Le renseignement nécessaire et suffisant dans la forme courte du conte faisait partie des soucis de l’écrivain : « Car je me suis embarqué dans une petite œuvre qui n’est pas commode – à cause des explications – dont le lecteur français a besoin. Faire clair et vif avec des éléments aussi complexes offre des difficultés gigantesques. Mais s’il n’y avait pas de difficultés où serait l’amusement ? [...] » lettre à Yvan Tourgueneff, Croisset, samedi 28 octobre 1876 (ibid., p. 127).

30 La transcription diplomatique intégrale du f° 745 peut être mise en affichage parallèle avec l’image du manuscrit visible : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f688.image

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f°708, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f°722, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f°724, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f°725, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f°721, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f° 706v°-755, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f° 709, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-7.png
Fichier image/png, 478k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f° 720, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Hérodias
Légende BnF, NAF 23 663-II, f° 745, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Giraud, « Jean-Baptiste, « une voix lointaine » », Flaubert [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2583

Haut de page

Auteur

Sylvie Giraud

ITEM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page