Navigation – Plan du site
Épilogue : du sphinx de Guizeh aux statues de Chavignolles

Du muséum à l’église : la statue dans Bouvard et Pécuchet

Bernard Gendrel

Résumés

La « statue » apparaît principalement sous sa forme religieuse dans Bouvard et Pécuchet avec la statue de saint Pierre des chapitres IV et VIII, et les statues de Marie du chapitre IX. Motif comique et signe de la bêtise, elle représente aussi un moment-clé du roman familial des personnages.

Haut de page

Texte intégral

Saint PierreAfficher l’image
Crédits : Creative Commons
  • 1 Voir l’article de Ion Pop-Curseu, « La chair, la statue et les mouches : une obsession de Flaubert  (...)
  • 2 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet [1881], « GF », Flammarion, Paris, 1999, p. 385.

1La statue est un motif récurrent de l’univers flaubertien, chargé d’affects et de projections1. Si l’on écarte les bustes des anciens rois2 – des demi-statues – trouvés dans le grenier de la mairie de Chavignolles et semblant indiquer ironiquement au buste officiel (celui de Napoléon III) sa place à venir, le roman, lorsqu’il parle de statues, parle presque uniquement de statues de saints : celle de saint Pierre aux chapitres IV et VIII, celles de la Vierge au chapitre IX (la seule exception notable étant la « dame en plâtre » du chapitre II).

  • 3 Lettre du 14 février 1869 à Edmond et Jules de Goncourt, dans Correspondance, t. IV, « Bibliothèque (...)
  • 4 Loc. cit.
  • 5 Loc.cit.

2Avant de regarder précisément la place de ce motif dans le fonctionnement de l’œuvre, peut-être n’est-il pas inutile de revenir sur sa présence dans la production contemporaine, voire dans l’œuvre de Flaubert lui-même. L’une des sources, certainement, du pèlerinage de Bouvard et Pécuchet à Douvres-la-Délivrande est à chercher dans Madame Gervaisais, dernier roman publié par les frères Goncourt avant la mort de Jules. On sait, par sa correspondance, combien Flaubert avait apprécié cette œuvre anticléricale qui dépeignait la conversion d’une femme philosophe dans la Rome catholique du xixe siècle (« Mais encore un coup, c’est raide ! J’en suis stomaché3 »). Dans sa lettre aux Goncourt, Flaubert relève deux éléments que nous retrouverons dans le petit roman de conversion de Bouvard et Pécuchet (chapitre IX) : l’épisode de la statue miraculeuse de la Vierge dans l’église San Agostino, qui permet la guérison du fils de Mme Gervaisais et enclenche sa conversion (« Jusqu’à l’église San-Agostino, je vous ai cherché des chicanes, mais à partir de cet endroit-là, je n’ai eu qu’une admiration sans le moindre mélange4 »), et la lecture de l’Imitation de Jésus-Christ, lieu commun de tout récit de conversion, au chapitre LXXXI (« Quelle page que celle sur l’imitation5 »). Autres sources avérées de Bouvard et Pécuchet, cette fois-ci pour la statue de saint Pierre : les visites de Flaubert au Musée archéologique de Caen en 1874 et 1877, qu’il retranscrit dans ses carnets :

  • 6 Carnet 18 bis, f° 12 v°, 1874, p. 804, cité par Jacques Neefs dans « Carnets de romanciers (Flauber (...)

Musée archéologique de Caen. Saint Pierre, statue, trapu, assis, clef verte monstrueuse, jupe rouge. Étole gauche, gants, anneaux. Au bras droit, manipule. Tiare jaune. Face carrée, œil de crapaud, fard, favoris, moustaches, air ahuri et mauvais bougre, nez en pointe6.

  • 7 Carnet 11, f° 6, p. 860, cité par Jacques Neefs, art. cit., p. 63.

Une statue de saint Pierre. Sa tiare est jaune, clef énorme, verte. Il a des yeux écarquillés et très saillants, le nez de côté. Des fleurs de lys sur les épaules. Châsse bleue bordée d’un galon jaune, jupe rouge, gants, anneau décoré d’une pierre précieuse, l’index en l’air. Les joues fardées. L’air d’un ivrogne et d’un cuistre. Est assis et présente naïvement sa face bête et impudente. À ses pieds un petit diacre. C’est l’œuvre d’un maçon de la fin du xviiie siècle ? Provenance inconnue7 ?

  • 8 Gustave Flaubert, Madame Bovary [1857], « Folio », Gallimard, Paris, 1972, p. 110.
  • 9 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale [1869], « Folio », Gallimard, Paris, 1969, p. 426.

3La statue religieuse n’est pas non plus absente de l’œuvre flaubertienne antérieure à Bouvard et Pécuchet. Sans aller jusqu’à évoquer la statue de Moloch dans Salammbô, on trouve ici ou là des références aux statues religieuses, qu’il s’agisse de la statue de la Vierge dans l’église d’Yonville « vêtue d’une robe de satin, coiffée d’un voile de tulle semé d’étoiles d’argent, et tout empourprée aux pommettes comme une idole des îles Sandwich8 », du curé en plâtre du jardin de Tostes, qui perd le pied droit, a comme de la gale sur la figure et finit brisé en « mille morceaux », ou des statuettes vendues par M. Arnoux à la fin de sa vie : « Aux deux coins de la vitrine s’élevaient deux statues en bois, bariolées d’or, de cinabre et d’azur ; un saint Jean-Baptiste avec sa peau de mouton, et une sainte Geneviève, des roses dans son tablier et une quenouille sous son bras9. » Il n’est pas étonnant non plus que le Voyage en Bretagne présente quelques exemples de ces statues, souvent laides d’un point de vue esthétique, qui occupent une place de choix dans les églises : ainsi, à Carnac, la statue de saint Corneille est-elle comparée à un saucisson ; à Quimperlé, la Vierge à un acteur et le Christ à un coiffeur. Et la Vierge de Pont-l’Abbé, que les pauvres parent richement, n’est pas sans rappeler celle de Douvres-la Délivrande.

Des statues pour rire

4On le voit, la plupart des statues religieuses qui figurent dans l’œuvre de Flaubert sont traitées de manière comique. Le procédé couramment employé est celui du grand décalage entre la laideur de la statue et l’attachement qu’on lui porte. Cette situation se retrouve dans Bouvard et Pécuchet, par exemple lors de la première description de la statue de saint Pierre dans le nouveau muséum (chapitre IV) :

  • 10 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 155.

Mais le plus beau, c’était, dans l’embrasure de la fenêtre, une statue de saint Pierre ! Sa main droite couverte d’un gant serrait la clef du Paradis, de couleur vert-pomme. Sa chasuble, que des fleurs de lis agrémentaient, était bleu-ciel, et sa tiare, très jaune, pointue comme une pagode. Il avait les joues fardées, de gros yeux ronds, la bouche béante, le nez de travers et en trompette. Au-dessus pendait un baldaquin fait d’un vieux tapis où l’on distinguait deux Amours dans un cercle de roses, et à ses pieds, comme une colonne, se levait un pot à beurre, portant ces mots en lettres blanches sur un fond chocolat : « Exécuté devant S. A. R. Monseigneur le duc d’Angoulême, à Noron, le 3 octobre 181710 ».

5Les différents détails physiques (« joues fardées », « gros yeux ronds », « bouche béante », « nez de travers et en trompette »), les couleurs « vert-pomme » ou « très jaune », l’ajout du baldaquin ridicule et du pot à beurre disent assez le grotesque de cette statue et l’ironie qui entoure l’ouverture du paragraphe (« Mais le plus beau, c’était […] une statue de saint Pierre ! »). Ajoutons également le nécessaire rapprochement qui s’opère avec l’objet précédent du muséum : « une carafe d’eau-de-vie » qui contient « une poire de bon chrétien ». Flaubert suit d’ailleurs de près sa propre description, déjà haute en couleur, de la statue de Caen dans ses carnets. Point question ici de religion : Bouvard et Pécuchet se font archéologues et se montrent peu avisés dans leurs choix. La statue figure la bêtise et la prétention des deux compères, et Flaubert ne cesse de la réintroduire par la suite, notamment lorsque Marescot vient visiter le muséum et trouve le saint Pierre « lamentable avec sa face d’ivrogne » (comme si l’eau-de-vie toute proche avait eu une influence sur la statue). L’irrévérence n’est pas loin, bien sûr, avec ce rapprochement burlesque qui frappe la représentation du premier apôtre. On la retrouve lorsque Bouvard et Pécuchet, devenus philosophes, ne peuvent plus supporter la statue :

  • 11 Ibid., p. 298.

Les flambeaux et les bassines contre les murs posaient sur le sol des ombres obliques ; et le saint Pierre, vu de profil, étalait, au plafond, la silhouette de son nez, pareille à un monstrueux cor de chasse.
On avait peine à circuler entre les objets, et souvent Bouvard, n’y prenant garde, se cognait à la statue. Avec ses gros yeux, sa lippe tombante, et son air d’ivrogne, elle gênait aussi Pécuchet. Depuis longtemps, ils voulaient s’en défaire, mais, par négligence, remettaient cela de jour en jour.
Un soir, au milieu d’une dispute sur la monade, Bouvard se frappa l’orteil au pouce de saint Pierre, et tournant contre lui son irritation.
– Il m’embête, ce coco-là : flanquons-le dehors !
C’était difficile par l’escalier. Ils ouvrirent la fenêtre, et l’inclinèrent sur le bord, doucement. Pécuchet à genoux tâcha de soulever ses talons, pendant que Bouvard pesait sur ses épaules. Le bonhomme de pierre ne branlait pas ; ils durent recourir à la hallebarde, comme levier, et arrivèrent enfin à l’étendre tout droit. Alors, ayant basculé, il piqua dans le vide, la tiare en avant, un bruit mat retentit, et, le lendemain, ils le trouvèrent, cassé en douze morceaux, dans l’ancien trou aux composts11.

6La statue est toujours aussi laide : la comparaison avec le « cor de chasse » a remplacé celle avec la « trompette », et la « lippe tombante » la « bouche béante ». Le rapprochement avec l’ivrogne reparaît, mais cette fois assumé par les deux compères qui se chargent de se débarrasser de cette pièce de musée devenue encombrante (le choc de l’orteil de Bouvard sur le pouce de saint Pierre indique qu’il s’agit bien, comme dans le musée de Caen, d’un personnage assis). Le saint Pierre de Bouvard et Pécuchet suit ainsi le même sort que le curé en plâtre de Madame Bovary, et finit par se briser en « douze » morceaux (ironique référence, sans doute, aux douze apôtres). Le « coco-là » achève d’enlever toute valeur à cette œuvre qui, depuis le début pour le lecteur, n’en avait pas. Le même procédé comique se retrouve au chapitre IX lorsque Bouvard et Pécuchet sont sur la voie de la conversion. Avant même l’épisode du pèlerinage, la maison des deux compères est envahie par des statuettes religieuses vendues par Goutman – un avatar de l’Arnoux de la fin de L’Éducation sentimentale – en échange d’objets du muséum :

  • 12 Ibid., p. 316.

Leurs acquisitions furent distribuées dans tous les appartements. Une crèche remplie de foin et une cathédrale de liège décorèrent le muséum. Il y eut sur la cheminée de Pécuchet un saint Jean-Baptiste en cire, le long du corridor les portraits des gloires épiscopales, et au bas de l’escalier, sous une lampe à chaînettes, une sainte Vierge en manteau d’azur et couronnée d’étoiles. Marcel nettoyait ces splendeurs, n’imaginant au paradis rien de plus beau12.

  • 13 Loc. cit.
  • 14 Ibid., p. 324.
  • 15 Ibid., p. 354.

7Vu le portrait précédent de Goutman (« individu replet, ayant de petits yeux à la chinoise, un nez en bec de vautour ») et la quasi oxymorique expression « négociant en articles de piété », il est évident que ces objets ont une faible qualité esthétique. La comparaison hyperbolique avec le paradis n’en est que plus comique, voire grotesque. Il n’est d’ailleurs pas indifférent que, dans le prolongement de cet enthousiasme du naïf Marcel, Pécuchet regrette la statue de saint Pierre : « Quel dommage que le saint Pierre fut brisé et comme il aurait bien fait dans le vestibule ! Pécuchet s’arrêtait parfois devant l’ancienne fosse aux composts, où l’on reconnaissait la tiare, une sandale, un bout d’oreille, lâchait des soupirs puis continuait à jardiner13. » Toute cette séquence prépare le pèlerinage à Douvres-la-Délivrande, où, à l’instar de Mme Gervaisais dans l’église San Agostino de Rome, ils doivent rendre visite à une statue miraculeuse. Mais, contrairement aux frères Goncourt, Flaubert ne décrit pas ladite statue. Il s’étend au contraire sur son histoire, donnant une liste de miracles qui laisse percer l’ironie (rats éloignés pour accéder à la prière d’un avare, endurance dans la chasteté accordée à des époux…). Même sa parure est à peine évoquée alors que celle de Rome donnait lieu à une description foisonnante. Flaubert ne cherche pas, comme les Goncourt, à prouver que la beauté peut conduire à la conversion. Si la laideur ou l’absence d’intérêt artistique donnent un aspect comique à ce nouvel engouement des deux hommes, il a le mérite aussi de rendre les choses plus claires : la conversion n’est pas imputable au sentiment esthétique et pourrait donc sembler plus ferme que celle de Mme Gervaisais ; mais Flaubert, comme les frères Goncourt, insiste sur le renoncement à la raison qu’implique la foi. La « conversion » de Bouvard se fait « dans une sorte d’engourdissement14 », et son achat d’une statuette de la Vierge « en pâte bleue » à Douvres-la-Délivrande en constitue la prémisse. Ladite statuette manque d’ailleurs de tomber lorsqu’ils sont à table avec Barberou, annonçant par là un sort similaire à celui de saint Pierre – et donc un déclin de leur foi comme ils connurent un déclin de leur fièvre archéologique. C’est encore une statuette qui clôt le chapitre et consacre la déconversion : ils aperçoivent Marcel en prière face à la madone de l’escalier : « il avait l’air d’un fakir en extase ». Et Bouvard de conclure « Quelle brute15 ! ».

Statues de la déraison

8Il y a des statues de saints dans Bouvard et Pécuchet, et elles font rire par le décalage entre leur valeur propre et l’enthousiasme qu’elles provoquent. Elles offrent aussi à Flaubert l’occasion de montrer, sur un même objet, l’action de la raison – ou de la déraison – des deux hommes.

  • 16 Voir Vilfredo Pareto, Traité de sociologie générale [1916], Droz, Genève-Paris, 1968, § 889-1088, p (...)
  • 17 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 319.
  • 18 Ibid., p. 320.

9Reprenons l’exemple de saint Pierre : Bouvard et Pécuchet sont persuadés de la grande valeur de la statue et ce sont eux qui parlent ou qui pensent à travers le superlatif « le plus beau ». D’où vient ce sentiment ? Du fait qu’il s’agit d’une statue et que, pour eux, les statues sont exposées dans les musées ; du fait que cette statue est un peu ancienne et que, pour eux, tout ce qui appartient au passé est historique ; du sujet de l’œuvre enfin : le premier apôtre – et l’on remarque que très vite ils en viennent à appeler la statue simplement « saint Pierre », comme si l’œuvre était devenue ce qu’elle représentait. On pourrait également ajouter la proximité avec les autres pièces « archéologiques » du muséum qui donne sa caution à la valeur historique de l’objet. Dans tous ces pseudo-raisonnements, l’on peut reconnaître deux instincts de l’homme bien étudiés par le sociologue Vilfredo Pareto16 : l’« instinct des combinaisons », qui vise à associer des réalités, et la « persistance des agrégats », qui vise à rendre certaines de ces associations pérennes. Ce sont les deux principaux « résidus » mis en avant par Pareto, et que l’on peut retrouver tout au long de l’histoire. Si nous reprenons le chapitre IX (statues de la Vierge), nous constatons la présence de ces mêmes processus. Les statuettes vendues par Goutman – et notamment la madone de l’escalier – sont vues comme des « splendeurs » par rapprochement avec leur sujet noble et religieux. Comme pour saint Pierre, la confusion est constamment entretenue entre la Vierge réelle et sa représentation (voir par exemple le « Elle pourra […] te convertir aussi17 » de Pécuchet lorsqu’ils sont à Douvres-la-Délivrande). Cette confusion est d’ailleurs inscrite dans la pratique même du pèlerinage. S’y ajoute l’agrégat de tous les miracles passés, si bien que la description importe peu par rapport à tous les hauts faits qui restent dans la mémoire populaire et qui marquent les deux hommes. Lors de la messe, Bouvard en vient même à rêver de la Vierge, et, une représentation en amenant une autre, il la voit comme elle résulte de toutes les combinaisons passées : « mère des tendresses que réclament toutes les afflictions de la terre », « idéal de la femme transportée dans le ciel18 ».

  • 19 Vilfredo Pareto, op. cit., § 115-1132, p. 590-599.
  • 20 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 310.
  • 21 Vilfredo Pareto, op. cit., § 1229-1239, p. 658-664.
  • 22 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 310.
  • 23 Vilfredo Pareto, op. cit., § 1094-1112, p. 579-589.
  • 24 Ibid., § 1324-1396, p. 719-784.
  • 25 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 314-315.
  • 26 Vilfredo Pareto, op. cit., § 1371, p. 756.

10La fin du chapitre VIII et l’ensemble du chapitre IX fournissent d’ailleurs des exemples de tous les autres résidus constitutifs, selon Pareto, des discours non logiques. Le « besoin d’uniformité19 » (lié à la sociabilité) atteint Bouvard et Pécuchet lorsqu’ils sont à la messe de Minuit : « Cette foi des autres touchait Bouvard en dépit de sa raison, et Pécuchet malgré la dureté de son cœur20. » Cela se mêle à un désir de « rétablissement de l’intégrité21 » puisque les deux hommes se sont disputés, ont manqué de se suicider et ont terminé en sanglotant : « leurs pensées, orageuses tout à l’heure, se faisaient douces, comme des vagues qui s’apaisent22 ». S’ensuivent une confession de Pécuchet et un désir de perfection. Nous retrouvons également le « besoin de manifestation extérieure des sentiments23 » avec l’accumulation de cérémonies auxquelles ils s’astreignent, et même le « résidu sexuel24 », qui transparaît paradoxalement derrière la volonté de le chasser : « Tant de soins autour de la luxure la développèrent. Le matin principalement il avait à subir de grands combats – comme en eurent saint Paul, saint Benoît et saint Jérôme, dans un âge fort avancé25. » Ce dernier trait est typique de la tradition chrétienne et Pareto cite justement le cas de saint Jérôme, « tourmenté par l’idée de la femme ; idée rendue dominante par les désirs inassouvis, et qui résistait à la macération26 ».

  • 27 Voir la lettre du 16 décembre 1879 à Mme Tennant, Correspondance, t. V, « Bibliothèque de la Pléiad (...)

11Le chapitre IX – on ne s’en étonnera pas – met au jour les actions et discours non logiques de Bouvard et Pécuchet, mais c’est le motif de la statue qui assure le lien avec d’autres chapitres, et nous invite à relire le chapitre IV en y retrouvant le même type de sophismes. Qu’il s’agisse de religion ou d’archéologie, les deux hommes raisonnent de la même manière, c’est-à-dire laissent leurs pensées être guidées par leurs instincts. Ils font certes l’expérience de l’inadéquation de leurs théories avec la réalité, mais non, comme dans la méthode expérimentale, pour amender leurs raisonnements mais pour rejeter la discipline qui ne les satisfait plus. Les mêmes processus se trouvent chez les savants et les érudits eux-mêmes (on n’ose dire les scientifiques – car il est finalement peu question de sciences exactes dans l’œuvre), et l’on comprend que Flaubert ait pensé à sous-titrer son roman « Du défaut de méthode dans les sciences27 ».

12Est-ce à dire que cette statue récurrente symboliserait la science ou l’esprit humain, dont l’auteur se moquerait, appelant à la jeter par la fenêtre comme le saint Pierre du chapitre VIII ? Nous serions tentés de le penser puisque le motif est associé, dans notre imaginaire, à la solidité – et donc à un possible dogmatisme – , et que Flaubert le convie pour la religion et l’archéologie, semblant dire que l’une et l’autre fonctionnent de même (et, par contamination, toutes les disciplines passées en revue par les deux compères). Mais aller sur cette voie serait sans doute forcer le texte à adopter un fonctionnement qu’il nie par ailleurs : l’auteur peut-il nous demander de combiner plusieurs éléments et de généraliser à partir de cette combinaison, alors que c’est justement ce mécanisme qui conduit Bouvard et Pécuchet à leurs sophismes ? La statue ne vaut-elle d’ailleurs pas plus par son retour que par son possible symbolisme, la répétition du même motif permettant au lecteur de saisir le processus nécessairement itératif des actions non logiques, la reprise incessante de l’erreur et de la bêtise ?

La statue dans le roman familial

  • 28 Marthe Robert, En haine du roman. Étude sur Flaubert, Balland, Paris, 1982, p. 138.
  • 29 Jean-Pierre Richard, Pages Paysages. Microlectures II, « Poétique », Seuil, Paris, 1984, p. 66-68.
  • 30 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 307.
  • 31 Ibid., p 68 et 98.
  • 32 Ibid., p. 307.

13La bêtise et l’engouement des deux hommes proviennent sans doute de mécanismes de combinaisons et de généralisations courants dans la société, mais aussi peut-être de résidus plus profonds, liés à leur roman familial. Marthe Robert, qui a donné de féconds développements à la théorie freudienne du Familienroman, et qui a abondamment écrit sur Flaubert, n’hésite pas à classer son dernier roman du côté de l’Enfant trouvé, même si là, dit-elle, « la folie encyclopédique remplace totalement le lyrisme28 ». Le lecteur est effectivement dérouté par ce roman, mais s’il voit bien le caractère extravagant et donquichottesque de ces deux hommes, il demeure malgré tout étonné qu’un ouvrage dégonflant ainsi toutes les illusions humaines ne soit pas rangé du côté plus réaliste du Bâtard. Peut-être y aurait-il une distinction à faire ici (comme dans le cas de Don Quichotte étudié par Marthe Robert) entre les personnages qui se construisent un type de roman familial et l’auteur qui en construit un autre. Mais l’ambiguïté est certainement plus profonde, et se retrouve également au seul niveau des personnages. Comme le rappelle Jean-Pierre Richard dans Pages Paysages29, Bouvard, d’après les indications données dans le chapitre I, est un « bâtard » et Pécuchet une sorte d’« enfant trouvé ». Cela se confirme dans les caractères des deux hommes, l’un volontiers prêt à tomber dans le mysticisme (Pécuchet) et l’autre plus terre-à-terre et réaliste (Bouvard). Les désirs de Bouvard sont d’ailleurs caractéristiques : « des chevaux, des équipages, les grands crus de Bourgogne, et de belles femmes complaisantes dans une habitation splendide30 ». Ses sous-entendus grivois31, au chapitre II, chaque fois qu’il croise la provocante « dame de plâtre » vont aussi dans ce sens. Pécuchet, pour sa part, aspire au « savoir encyclopédique32 » : c’est de ce côté-là que se tourne l’ensemble du roman avec la décision de quitter Paris et d’explorer toutes les connaissances humaines. Cela ne veut pas dire, pour autant, que le Bâtard a définitivement laissé la place à l’Enfant trouvé : il n’est que de relire, pour s’en convaincre, les chapitres IV, VIII et IX où se rejoue, sous l’impulsion de Bouvard, le complexe d’Œdipe.

  • 33 Jean-Pierre Richard, op. cit., p. 97.
  • 34 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 160.
  • 35 Ibid., p. 319.
  • 36 Jacques Lacan, Les Complexes familiaux [1938], Navarin Éditeur, Paris, 1984, p. 73.
  • 37 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 393.

14Dans la deuxième pièce du muséum, où figurent tant de motifs liés au roman familial (portrait du père de Bouvard, arbre généalogique des Croixmare, ancêtres supposés de Flaubert), le saint Pierre semble prendre une dimension paternelle, coiffé de sa tiare pointue et flanqué du pot à beurre en forme de colonne phallique. Il devient véritablement le « saint Père » (par une quasi-homonymie et par l’histoire – il est le premier des Papes), mais un père à la virilité malgré tout dégradée (il est assis et non debout, et la colonne est, comme le dit Jean-Pierre Richard, « affectée d’une mollesse, quelque peu inquiétante, beurre ou chocolat33 », qui se répercute aussi sur la tiare « très jaune »). Si saint Pierre est le père détenteur du phallus, la mère ne peut être que l’Église, et c’est bien elle que les deux compères vont épouser après l’attendu parricide. Le meurtre a lieu, comme nous l’avons vu, au chapitre VIII, grâce à une hallebarde, symbole phallique s’il en est, que Bouvard aime à manier dans le muséum (ce qui fait de lui, selon Mme Bordin, « un rude gaillard34 »). C’est Bouvard qui en a l’initiative, irrité, blessé (menacé de castration ?) par la statue. Et la mort du père semble, comme dans une parodie de l’histoire d’Œdipe, les jeter dans les bras de leur mère l’Église et de sa représentante, la mère du Seigneur. Cela s’accomplit dès la fin du chapitre VIII puis au chapitre IX. Le retour de la « hallebarde » lors de l’échange entre objets du muséum et objets de piété est révélateur. Les deux hommes – et notamment Bouvard – donnent le phallus a l’Église et à la Vierge (madone de l’escalier). Ce transfert symbolique est rappelé plus loin par la présence autour de la statue de Douvres-la-Délivrande d’une « herse » et d’une « balustrade35 », dont les sonorités recomposent la « hallebarde » du muséum. Ils ne possèdent plus le phallus, et c’est l’Église (le bedeau) qui leur en donne un substitut à travers les « cierges » (virilité là aussi dégradée puisque ceux-ci sont voués à la détumescence et à la disparition). Malgré le sursaut de Bouvard au chapitre VIII, qui aurait pu déboucher sur une résurgence du roman du Bâtard, les deux amis s’enlisent pour un temps dans le mysticisme, synonyme pour Freud et Lacan d’un retour aux phases les plus archaïques du développement. Le complexe d’Œdipe n’a pu être résolu, laissant Bouvard et Pécuchet avec ces « marraines sinistres installées au berceau du névrosé, l’impuissance et l’utopie36 ». Même s’ils repoussent finalement l’Église (le cierge étant consumé) et se jettent dans un rôle de pères et d’éducateurs, l’échec est assuré. Ils remplacent une utopie par une autre et se perdent finalement dans l’ambiguïté de leur fonction : à la remarque de Pécuchet sur le fait que Victor et Victorine ont manqué des soins d’une mère, Bouvard rétorque « J’en étais une37 ! », semblant révéler par là l’impossibilité où il était d’assumer la figure paternelle.

  • 38 Sur l’influence réciproque de Flaubert sur Bouvard et Pécuchet et de Bouvard et Pécuchet sur Flaube (...)

15Tout à la fois motif comique, occasion de sophismes et projection parentale, la « statue » assure, par son retour dans le roman, des fonctions très diverses. La négativité qui l’entoure – car elle est avant tout ridicule – n’empêche pas un investissement fantasmatique fort. La présence même de l’arbre généalogique des Croixmare dans le muséum semble dire que le roman familial en jeu ici n’est pas tant celui des personnages que celui de l’auteur. Rien de vraiment étonnant à cela, puisque l’exploration du complexe d’Œdipe dans la dernière œuvre de Flaubert montre un Bouvard et un Pécuchet plus proches encore qu’on ne le pensait38 de leur créateur.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Ion Pop-Curseu, « La chair, la statue et les mouches : une obsession de Flaubert », Centre Flaubert CÉRÉdI, 2010, http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=10

2 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet [1881], « GF », Flammarion, Paris, 1999, p. 385.

3 Lettre du 14 février 1869 à Edmond et Jules de Goncourt, dans Correspondance, t. IV, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1998, p. 20.

4 Loc. cit.

5 Loc.cit.

6 Carnet 18 bis, f° 12 v°, 1874, p. 804, cité par Jacques Neefs dans « Carnets de romanciers (Flaubert, Zola, James) », Littérature, 1990, vol. 20, n° 4, p. 62.

7 Carnet 11, f° 6, p. 860, cité par Jacques Neefs, art. cit., p. 63.

8 Gustave Flaubert, Madame Bovary [1857], « Folio », Gallimard, Paris, 1972, p. 110.

9 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale [1869], « Folio », Gallimard, Paris, 1969, p. 426.

10 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 155.

11 Ibid., p. 298.

12 Ibid., p. 316.

13 Loc. cit.

14 Ibid., p. 324.

15 Ibid., p. 354.

16 Voir Vilfredo Pareto, Traité de sociologie générale [1916], Droz, Genève-Paris, 1968, § 889-1088, p. 468-577.

17 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 319.

18 Ibid., p. 320.

19 Vilfredo Pareto, op. cit., § 115-1132, p. 590-599.

20 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 310.

21 Vilfredo Pareto, op. cit., § 1229-1239, p. 658-664.

22 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 310.

23 Vilfredo Pareto, op. cit., § 1094-1112, p. 579-589.

24 Ibid., § 1324-1396, p. 719-784.

25 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 314-315.

26 Vilfredo Pareto, op. cit., § 1371, p. 756.

27 Voir la lettre du 16 décembre 1879 à Mme Tennant, Correspondance, t. V, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 2007, p. 767.

28 Marthe Robert, En haine du roman. Étude sur Flaubert, Balland, Paris, 1982, p. 138.

29 Jean-Pierre Richard, Pages Paysages. Microlectures II, « Poétique », Seuil, Paris, 1984, p. 66-68.

30 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 307.

31 Ibid., p 68 et 98.

32 Ibid., p. 307.

33 Jean-Pierre Richard, op. cit., p. 97.

34 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 160.

35 Ibid., p. 319.

36 Jacques Lacan, Les Complexes familiaux [1938], Navarin Éditeur, Paris, 1984, p. 73.

37 Bouvard et Pécuchet, éd. cit., p. 393.

38 Sur l’influence réciproque de Flaubert sur Bouvard et Pécuchet et de Bouvard et Pécuchet sur Flaubert, voir Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Paris, Gallimard, 1935, p. 206-214.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gendrel, « Du muséum à l’église : la statue dans Bouvard et Pécuchet », Flaubert [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2668

Haut de page

Auteur

Bernard Gendrel

Université Paris-Est, LIS (EA 4395), UPEC, F-94010, Créteil, France

Articles du même auteur

Haut de page