Navigation – Plan du site

Gustave Flaubert, Salammbô, édition préfacée, annotée et commentée par Jacques Neefs

« Classiques », Le Livre de Poche, 2011
Philippe Dufour
Référence(s) :

Gustave Flaubert, Salammbô, édition préfacée, annotée et commentée par Jacques Neefs, « Classiques », Le Livre de Poche, 2011

Texte intégral

  • 1 Lettre à Ernest Duplan, 12 juin 1862.

1Voici, pour la modique somme de cinq euros cinquante, une riche édition de Salammbô, procurée par un grand spécialiste de Flaubert, Jacques Neefs. Le texte choisi est non celui de 1862, mais celui de la dernière édition parue du vivant de Flaubert chez Alphonse Lemerre en 1879. La Correspondance en témoigne, Flaubert apporta un soin minutieux à la relecture des épreuves : c’est bien là la version qu’il a autorisée pour la postérité. Le respect du texte est poussé jusqu’à conserver des graphies d’époque : « On n’entendait que le murmure du vent par la porte entr’ouverte » (p. 142), « et quarante-trois Samnites, tout un printemps sacré, s’entr’égorgèrent comme des gladiateurs » (p. 310). Précieux conservatisme, là où tant d’éditeurs contemporains modernisent fâcheusement l’orthographe : l’homme du gueuloir sait aussi parler à l’œil. Dans l’apostrophe qui sépare le préfixe entre- du radical verbal se glisse ici un petit courant d’air, se dessine là une plaie béante. « On s’entr’égorgea » (p. 373), « on aurait dit des tombeaux entr’ouverts, des sépulcres vivants » (p. 391). C’est une graphie-thème : l’apostrophe emblématise le monde de la déchirure. Le français contemporain qui soude le préfixe ou met un trait d’union ferait contresens. Alors que le préfixe entre- amorce l’idée d’une réciprocité, l’apostrophe dit la séparation irrémédiable. La qualité de l’édition se marque aussi dans le refus, sans doute âprement négocié, d’y adjoindre conformément aux habitudes de la collection un cahier d’illustrations. Si Jacques Neefs avait reproduit naguère quelques gravures dans son édition de Madame Bovary (également au Livre de Poche), cette fois, excepté la couverture, nous sommes plongés dans un monde sans images autres que celles que nous rêvons à la lecture : « Jamais, moi vivant, on ne m’illustrera, parce que la plus belle description littéraire est dévorée par le plus piètre dessin. Du moment qu’un type est fixé par le crayon, il perd ce caractère de généralité, cette concordance avec mille objets connus qui font dire au lecteur : “J’ai vu cela” ou “Cela doit être”. Une femme dessinée ressemble à une femme, voilà tout. L’idée est dès lors fermée, complète, et toutes les phrases sont inutiles, tandis qu’une femme écrite fait rêver à mille femmes. »1 C’est une question d’esthétique, conclut Flaubert.

2La préface de Jacques Neefs, outre qu’elle fournit toutes les informations souhaitables, donne au lecteur de nombreuses pistes de lecture. Elle insiste particulièrement sur deux aspects de l’œuvre : Salammbô, roman de la violence (les massacres de masse organisés qui font de ce roman archéologique un roman de sinistre prospective) et Salammbô, roman de « l’imagination scientifique » (suivant la formule d’un critique contemporain de Flaubert, Alcide Dusolier). Jacques Neefs analyse le travail de mise en texte du document, l’étrange mixage opéré par Flaubert, mêlant aux sources directes pour ainsi dire (Polybe et Michelet, historiens de la guerre des Mercenaires ; Dureau de la Malle, auteur des Recherches sur la topographie de Carthage) tout ce qui peut concourir à la restitution d’un Orient sémitique, comme la Bible de Cahen que l’ermite de Croisset lit attentivement, pour construire une archéologie probable. Froehner lui reprochera cet éclectisme de dilettante, mais c’est que le document, effectivement, est au service de l’imagination scientifique. Dans ce jeu intertextuel, Jacques Neefs n’omet pas de faire toute sa place à l’important Périple d’Hannon (dont il faudra dire quelque jour qu’il fut un diapason stylistique). La préface est d’ailleurs comme nourrie ensuite par les nombreuses notes au fil du texte qui permettent de mesurer tantôt l’intégration du document à la fiction (pour Diodore de Sicile par exemple), tantôt au contraire la façon dont l’œuvre se démarque de ses sources (par exemple, Mâtho et Spendius interviennent beaucoup plus tôt dans le roman que dans le récit de Polybe). Toutes ces notes sont précieuses pour le spécialiste, pour « l’honnête homme » comme pour l’enseignant qui veut faire un cours sur Salammbô : ce n’est pas le moindre mérite de l’édition de Jacques Neefs que de pouvoir s’adresser simultanément à ces différents publics. Tout au plus pourrait-on regretter l’absence de quelques notes philologiques à destination des lycéens, des étudiants de premier cycle ou de ceux qui nous font l’honneur de lire notre littérature dans le texte original sans être des native speakers : ainsi pour l’adjectif formidable dont le sens latin (et épique, dirait-on) risque de n’être pas perçu, ou encore pour splendeur et splendide particulièrement récurrents dans ce récit qui tourne autour d’un mythe solaire, ou enfin pour l’acception religieuse du mot indifférence (celle de Spendius scandalise Mâtho). Mais c’est bien histoire de trouver à redire quelque chose…

3Le dossier apporte d’utiles documents, tant sur la genèse que sur la réception de l’œuvre. On y trouve d’abord l’ « Appendice » préparé par Flaubert pour la réédition de Salammbô en 1874 et qu’il maintint dans l’édition ultime de 1879) : il s’agit de l’échange épistolaire avec Sainte-Beuve à la suite des trois articles que celui-ci avait consacrés à Salammbô (quel Ego que celui de Gustave ! Trois longs articles : comment pouvait-il encore se plaindre après pareil traitement de faveur ?), ainsi que la lettre ouverte faisant assaut d’érudition avec l’archéologue allemand Froehner. On trouvera également la publication du « chapitre explicatif », ce chapitre d’exposition à la manière de Walter Scott, dressant un tableau de la civilisation carthaginoise, mais que Flaubert préféra finalement écarter, jetant ainsi le lecteur au milieu d’un monde étrange qui ne se découvrirait qu’au fil des pages (Flaubert redistribue à mesure certains paragraphes de ce chapitre éliminé). Le chapitre explicatif est longtemps resté inédit : c’est Gisèle Séginger qui la première réussit ce coup de maître éditorial de publier intégralement le manuscrit de la Fondation Bodmer dans son édition de Salammbô (Garnier-Flammarion, 2001). Jacques Neefs, en généticien, retranscrit visuellement les ratures que Gisèle Séginger signalait en note à titre de variantes. En lisant ce chapitre, avec des détails destinés à disparaître, on comprend pourquoi Flaubert est un si grand écrivain. Sa formidable imagination n’est pas à une trouvaille près. Contemplez cette silhouette qu’on ne reverra pas dans le texte définitif : « Un homme parfois se tenait devant eux, debout, tout en marmottant quelques prières dans un langage que l’on ne comprenait pas, dernier fidèle d’une religion disparue » (p. 486). Quel écrivain médiocre ayant dans un moment de grâce trouvé pareil motif serait capable de le supprimer ?

4Le dossier comporte encore le premier et le dernier scénario d’ensemble : on peut ainsi appréhender la maturation de l’œuvre, la façon dont à partir d’un canevas initial très sommaire vont se tisser subtilement les fils de l’intrigue amoureuse, du monde politique, de la sphère religieuse. On y perçoit aussi le potentiel allégorique de l’œuvre ramenant du troisième siècle avant Jésus-Christ vers l’histoire récente de 1848 : « épouvante des bourgeois » (p.501). Enfin, on trouvera dans ce volume quelques lectures critiques, depuis le Journal des Goncourt (quels grincheux que ces deux-là !) jusqu’au Gustave Flaubert de Thibaudet. Et pour qui en redemanderait, une bibliographie sélective mais particulièrement bien choisie oriente le lecteur notamment vers des sites comme celui de la Bibliothèque nationale, « Gallica », sur lequel on peut consulter le dossier « Sources et méthodes ».

5Plaisir de relire Salammbô. C’est véritablement le roman du détail. On a beau l’avoir lu et relu, on en retrouve toujours d’inédits pour ainsi dire, comme pour moi cette fois la présence de la neige (comment se fait-il que je l’aie jamais remarquée auparavant ?) : « Les ivrognes emportaient des outres, les voraces des quartiers de viande, des gâteaux, des fruits, du beurre dans des feuilles de figuier, de la neige dans des sacs de toile. » (p. 72) On n’en croit pas ses yeux.

Haut de page

Notes

1 Lettre à Ernest Duplan, 12 juin 1862.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dufour, « Gustave Flaubert, Salammbô, édition préfacée, annotée et commentée par Jacques Neefs », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 29 septembre 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1329

Haut de page

Auteur

Philippe Dufour

Université François Rabelais, Tours

Articles du même auteur

Haut de page