Navigation – Plan du site
Enjeux linguistiques et politiques

Comment traduire en japonais les styles indirect et indirect libre de Madame Bovary ?

Hisaki Sawasaki

Résumés

Parmi les difficultés rencontrées lors de la traduction des textes littéraires occidentaux, en japonais, nous examinons le problème des styles indirect et indirect libre. Pour cela, en effectuant une petite mise au point grammaticale, nous comparons sept traductions de Madame Bovary de Gustave Flaubert, dont les dates de parution s’étendent sur une cinquantaine d’années. Cette période s’apparente, de notre point de vue, à un long itinéraire pour assimiler la notion occidentale des styles direct et indirect, tout en la conciliant avec les particularités du japonais. D’un autre côté, ce travail acharné des traducteurs a influencé quelque peu la langue japonaise. On trouve dans l’annexe tous les textes en japonais examinés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On compte en tout pas moins de 56 éditions traduites. Sur le sujet, voir Tomoko Mihara, « Histoire (...)

1À partir de la fin du dix-neuvième siècle, les Japonais ne cessent de traduire les œuvres françaises, avec un zèle remarquable. Madame Bovary de Gustave Flaubert est incontestablement l’un de leurs textes de prédilection : 12 traducteurs se sont attelés à la tâche de traduire ce seul roman, sans compter les nombreuses révisions/rééditions1. Or, traduire un texte littéraire dans une autre langue est d’autant plus difficile qu’il existe un écart important entre les deux langues et entre les deux cultures, encore davantage quand il s’agit d’un auteur qui avait pour but d’amener la prose à la perfection de la poésie.

  • 2 Nous citerons dans cet article le moins de mots japonais possible, pour ne pas ennuyer le lecteur f (...)

2L’une de ces difficultés est celle de la restitution de la parole rapportée2. Comment a-t-on traduit le style indirect et le style indirect libre dans le premier grand roman de Flaubert ? Et, libre ou non, le style indirect existe-t-il dans la langue japonaise ?

  • 3 Entre crochets, nous signalerons l’année de la première version des traducteurs, car chacun des tra (...)

3Nous nous contenterons, pour la facilité de la démonstration, d’examiner quelques unes de ces 56 traductions parmi les plus remarquables :
– NAKAMURA Seiko, in Sekai Bungaku Zenshu (Œuvres complètes des littératures du monde), t.20, 1929, Tokyo, Shincho [1920]
3
– IBUKI Takehiko, nouvelle édition, 1960, Tokyo, Iwanami, « Livres de poches Iwanami », 2 vol. [1935]
– MURAKAMI Kikuichiro, nouvelle édition, 1966, Tokyo, Kadokawa, « Livres de poche Kadokawa » [1949]
– IKUSHIMA Ryoichi, 1965, Tokyo, Shinchô, « Livres de poche Shincho » [1958]
– YAMADA Jaku, 2009, Tokyo, Kawade, « Livres de poche Kawade », édition originale : in
Sekai no bungaku (Littératures du monde), t.15, 1965, Tokyo, Chuo-koron [1965]
– SUGI Toshio, in
Chikuma Sekai Bungaku Taikei (Bibliothèque complète des littératures du monde), t. 45, 1971, Tokyo, Chikumas [1971]
– KANNO Akimasa, 1990, in
Shuei-sha Galerie, Sekai no Bungaku (Littératures du monde), t.7 (France II), Tokyo, Shuei [1976]

4Comme il n’entre pas dans notre propos d’étudier la grammaire japonaise pour elle-même, nous tenterons de résumer le plus brièvement possible ce qui concerne les styles direct et indirect.

  • 4 Les signes ressemblent plutôt aux crochets ([...]) français, mais nous les appelons « guillemets » (...)

5Pour citer un discours parlé, pensé ou écrit, on le met entre guillemets4 et on le fait précéder d’une phrase comme : « Il dit » (kare ha itta). On peut y ajouter une particule qui correspondrait au « que » du style indirect en français (to), mais quand il s’agit d’une citation entre guillemets, ce n’est pas obligatoire. Le discours ainsi cité est présumé être une reproduction plus ou moins fidèle de l’original. Voilà ce qu’on pourrait appeler « le style direct » dans la langue japonaise. Et dans les traductions que nous examinons, les discours directs dans le texte original sont régulièrement traduits de cette manière.

  • 5 Pour le discours indirect, nous avons consulté parmi d’autres : KAMADA Osamu Nihongo no In-yo (La c (...)

6On peut citer aussi un discours en l’intégrant dans la narration, sans le mettre entre guillemets, mais l’absence de guillemets dans la langue japonaise ne veut pas toujours dire qu’il s’agisse d’un style indirect identique à celui des langues européennes. Les règles grammaticales concernant les citations sans guillemets sont les suivantes5 :
1. D’abord, il n’existe pas de concordance des temps : même si le verbe de la proposition principale est au passé, celui du discours rapporté n’en subit pas l’influence.
2. Les pronoms personnels et autres déictiques peuvent rester inchangés. La citation sans guillemets peut soit garder le point de vue du premier locuteur, soit intégrer le point de vue de la narration.
3. On supprime très souvent les pronoms quand on peut savoir par le contexte de qui ou de quoi il s’agit.
4. Certains mots, qu’on emploie au lieu du pronom personnel, peuvent désigner des personnes : par exemple « 
Sensei » dans l’exemple ci-dessous pour les deuxième et troisième personnes, ou « Jibun », mot qui signifie à l’origine le sujet de la phrase, équivalent de « soi-même » en français, pour les première et troisième personnes. Par exemple, quand le père Rouault console Charles devenu veuf :

  • 6 Toutes les citations de Madame Bovary sont empruntées à l’édition de Jacques Neefs, Paris, Librairi (...)

[...] ma fille pense à vous de temps à autre, savez-vous bien, et elle dit comme ça que vous l’oubliez. (p.79)6

7Le premier traducteur japonais de Madame Bovary conserve le pronom personnel de la deuxième personne du texte original et écrit (nous le retraduisons en français en respectant les pronoms choisis par le traducteur) : « ma fille pense à VOUS, [...] dit que VOUS oubliez », en passant sous silence l’objet du verbe « oublier ». Mais selon la grammaire japonaise, les lecteurs pourraient prendre le deuxième « vous » pour le père Rouault, comme si Emma accusait son père d’oublier quelque chose. C’est sans doute pour éviter un tel malentendu que d’autres traducteurs reprennent par la suite le style « plus direct » en adoptant le point de vue d’Emma dans sa parole : « ma fille pense à SENSEI, [...] dit que SENSEI M’oublie. » Ce « Sensei » est un titre pour les personnes exerçant certains métiers tels que professeur, médecin, avocat, etc., et désigne ici bien sûr Charles, l’officier de santé. Mais dans cette traduction, le premier « Sensei » est utilisé comme un pronom personnel de la deuxième personne (le père Rouault parle à Charles) et le deuxième comme celui de la troisième personne (Emma parle de Charles à son père).

8Dans la grammaire japonaise, il n’y a donc pas de distinction explicite entre le discours direct et le discours indirect, mais d’un côté une reproduction plus ou moins fidèle du discours d’origine, avec toutes sortes de signes de la langue parlée quand il s’agit d’une parole, avec ou sans guillemets ; et de l’autre côté, une citation entièrement intégrée dans la narration, qui correspondrait au style indirect occidental. Entre ces deux extrémités, il existe plusieurs degrés de distance du discours cité que l’écrivain ou le narrateur peut utiliser à volonté.
Ainsi, la parole au discours indirect du roman français est parfois reconstituée à l’aide de termes de politesse, qui sont obligatoires au Japon quand on parle à quelqu’un de peu familier (phrases terminées par
desu, masu, etc.) Dans ce cas, soit ils changent les pronoms personnels, ou bien ils miment le langage qui peut identifier le locuteur d’origine.

  • 7 Sur le langage féminin japonais, voir Kobayashi Chigusa, Onna-Kotoba ha doko he kietaka ? [Où est p (...)

9Le langage féminin est une caractéristique assez connue de la langue japonaise7. Or celui-ci est particulièrement présent dans la traduction, celle des romans classiques comme celle des versions japonaises de films étrangers. Dans la langue japonaise, les hommes et les femmes, les personnes âgées et les jeunes sont censés parler de manière différente. La différence porte particulièrement sur deux points : d’abord le choix du pronom personnel de la première personne : « watashi », le plus neutre, pour tout le monde sauf les hommes jeunes, « boku » pour ces derniers (certains traducteurs l’adoptent pour les « nous » du début de Madame Bovary, ainsi que pour Léon et Justin), « ore » pour les hommes, « atashi » ou « atakushi » pour les femmes, « washi » pour les personnes âgées. Les particules finales (ajoutées en fin de phrase) varient aussi en fonction du sexe et de l’âge : « wa », « no », « yo », etc. pour les femmes, « ja » pour les anciens, « ze », « zo », etc. pour les hommes. Les variantes sont encore plus nombreuses si l’on prend en compte les particularités dialectales, mais la traduction recourt le plus souvent au japonais « standard ».

  • 8 Sauf Nakamura et Yamada. Le premier la traduit en langage neutre et l’autre l’attribue à Rodolphe d (...)

10De nos jours, ces conventions un peu archaïques ne s’accordent pas toujours à la réalité, et l’emploi de ces langages est limité à certains milieux sociaux ou culturels, ou à certaines générations, et l’on parle, homme ou femme, jeune ou vieux, d’une manière plus ou moins neutre. Pourtant, dans la traduction, on a très nettement tendance à accentuer la féminité ou la vieillesse en traduisant les paroles des personnages. Cela s’expliquerait sans doute d’une part par la facilité de la compréhension (pour savoir qui parle). D’autre part, cette tradition chez les traducteurs s’est établie aux périodes où l’on a introduit avec ferveur la culture occidentale, au tournant des XIXe et XXe siècles et après la deuxième guerre mondiale, deux époques où ces langages de femmes ou de vieillards étaient encore très vivants (du moins autour de Tokyo). Ainsi, la grande majorité des traducteurs8 japonais attribuent à Emma cette réplique lors des comices agricoles : « Mais vous m’oublierez, j’aurai passé comme une ombre. » (p.249), en traduisant la phrase en langage féminin. Il semble que le contexte culturel suffise au lecteur français pour qu’il attribue sans hésitation le propos à Rodolphe. Mais l’écriture flaubertienne est suffisamment elliptique pour occasionner ce flottement du sens.

11Ce qui nous intéresse à propos de la citation d’un discours, c’est que les particules finales féminines, masculines etc., et aussi les termes de politesse « desu » ou « masu » sont les marqueurs d’une reproduction plus ou moins fidèle de la parole, et qu’ils ne permettent plus la concordance des pronoms ou des déictiques du point de vue du rapporteur. Ils sont aussi les signes de ce qu’il faudrait appeler un style « très direct ». Nous pouvons ainsi examiner la distance que le narrateur (le traducteur japonais) prend vis-à-vis de la parole des personnages, dans les traductions du style indirect français, en étudiant les pronoms personnels et les signes de la langue parlée à la fin de la phrase. Voici un exemple du style indirect dans Madame Bovary. Il se trouve juste avant la fin de la première partie du roman.

  • 9 Nous soulignons et nous numérotons.

Elle répétait (1) qu’il fallait économiser, puisqu’ils n’étaient pas riches, ajoutant (2) qu’elle était contente, très heureuse, (3) que Tostes lui plaisait beaucoup, [...]9 (p.138)

12Nakamura traduit la phrase au style indirect en employant le pronom personnel de la troisième personne. Ibuki, Yamada et Murakami, au contraire, reconstituent la parole d’Emma à l’aide de « uchi » (= nous), « watashi » (= moi), et « desu » à chaque fin de proposition. Ikushima traduit la proposition (2) au style direct, mais les autres sont au style « moins direct », sans signes de féminité ni de politesse, et en supprimant les pronoms. Kanno et Sugi traduisent toutes les phrases au style indirect, en intégrant la parole d’Emma dans la narration, sans aucun signe de langue parlée, et le pronom qui désigne l’héroïne est « Jibun » (la première ou troisième personne).

13Nous retraduisons en français quelques uns des textes japonais, le premier rédigé au style « le plus direct », le second au style « le moins direct », et le dernier dans un style intermédiaire. Nous respectons les pronoms japonais, comme plus haut, et remplaçons par un X au cas où le pronom est supprimé. Nous ajoutons des astérisques pour signaler la présence, dans le texte japonais, de signes de langue parlée (marques de politesse et de féminité).

Elle répétait qu’il faut économiser* puisque NOUS ne sommes pas riches, ajoutant que JE suis contente, très heureuse*, que X aime beaucoup Tostes*, [...] (Ibuki)
Elle répétait qu’il faut économiser, puisque X n’est pas riche, ajoutant que
Jibun est contente, très heureuse, X aime beaucoup Tostes, [...] (Kanno)
Elle répétait qu’il faut économiser, puisque X n’est pas riche*, JE suis contente, très heureuse*, Tostes est un lieu plaisant. [...] (Ikushima)

14Quand il s’agit du style indirect libre, les règles sont à peu près les mêmes que celles que nous venons d’expliquer à propos du style indirect, et l’on peut supprimer, même dans notre langue, une expression comme « il dit que », etc. Les Japonais le traduisent assez librement, par une formule écrite dans un équivalent du style direct libre, ou indirect libre, voire mêlant les deux styles. Il arrive parfois qu’ils ajoutent un « dit-il » ou « dit-elle ». Dans tous les cas, le temps du verbe doit garder le point du vue du locuteur du discours cité. Observons le passage de la troisième partie du roman où Léon déclare enfin son amour :

Le clerc se récria (1) que les natures idéales étaient difficiles à comprendre. (2) Lui, du premier coup d’œil, il l’avait aimée. (p. 361-362)

15Ibuki et Murakami traduisent les deux phrases dans un style direct chargé d’éléments de langage de politesse, et avec les pronoms « boku » (= moi pour de jeunes hommes) et « anata » (= vous). La traduction d’Ikushima est au style « moins direct ». La phrase (1) est à peu près la même que chez les deux précédents, mais la phrase (2), tout en utilisant « watashi » (= moi) et « anata », se termine au style neutre sans politesse. Yamada traduit la phrase (2) au style « tout indirect » avec les pronoms de la troisième personne. Mais dans ce cas-là, il n’y a pas moyen de distinguer le temps des deux verbes « se récrier » et « aimer », puisque le temps du plus-que-parfait n’existe pas dans la langue japonaise. Il serait donc moins évident de savoir s’il s’agit de la parole de Léon ou d’une narration. Yamada, pour éviter cette ambigüité sans doute, ajoute un « dit-il » supplémentaire. Nakmura et Kanno au contraire respectent le style indirect du texte original.

16Dans l’exemple ci-dessous, le travail des traducteurs est plus compliqué.

Elle [...] lui montra dans le jardin la plate-bande (1) dont elle cueillait les fleurs, tous les premiers vendredis de chaque mois, pour les aller mettre sur sa tombe. (2) Mais le jardinier qu’ils avaient n’y entendait rien ; on était si mal servi ! (3) Elle eût bien voulu, ne fût-ce au moins que pendant l’hiver, habiter en ville, [...] (p.81)

  • 10 Ibuki, Yamada, Murakami, Sugi.

17Plusieurs traducteurs10 reconstituent la parole d’Emma, non seulement les phrases (2) et (3) mais aussi la proposition relative (1), en langage féminin (avec le pronom « atashi » chez Ikushima, avec les particules finales « no » chez Yamada, « wa », « no », « yo » chez Murakami). De surcroît, la plupart des traducteurs, excepté Kanno, ajoutent un « dit-elle » supplémentaire. Ils traduisent donc comme si le texte original était :

[...] lui montra dans le jardin la plate-bande et lui dit : J’y cueille les fleurs tous les premiers vendredis de chaque mois, pour les aller mettre sur la tombe de MA MÈRE. Mais NOTRE jardinier n’y entend rien, on est si mal servi ! JE voudrais bien, [...]

18Au Japon, où il est entendu qu’un traducteur doit s’éloigner le moins possible du texte qu’il traduit, tous ces changements de pronoms, de syntaxe et de style ne seraient pas loin de passer pour une trahison du texte original. Mais traiter une longue proposition relative est un autre grand problème qui se pose pour la traduction japonaise, à cause de la différence de syntaxe. Et dans l’exemple qui nous occupe, les traducteurs réussissent assez bien à reproduire la syntaxe française.

  • 11 Excepté Kanno. Ce dernier traduit presque toujours les pensées de l’héroïne au style direct en lang (...)

19Or, quand il s’agit d’une pensée, ou d’un monologue intérieur, on a coutume d’écrire, même au style direct, sans les signes de politesse ni ceux de sexe et d’âge. C’est que ces signes-là ont un but dans la société japonaise, celui de montrer au destinataire sa politesse ou sa modestie, sa féminité ou sa virilité, etc. Ainsi, le soliloque d’Emma : « Pourquoi, mon Dieu, me suis-je mariée ? » (p.111) est traduit par tous les traducteurs11 en langage très neutre, proche du style de la narration. Dans les passages où la narration et la pensée d’Emma se mêlent, deux voix se superposent. Ainsi dans cet extrait :

(1) Comment donc avait-elle fait (elle qui était si intelligente !) pour se méprendre encore une fois ? [...] (2) Elle fronça les sourcils d’un geste nerveux, puis continua. (3) C’était pour lui cependant, pour cet être, pour cet homme qui ne comprenait rien, qui ne sentait rien ! (pp.292-293)

  • 12 Excepté celle de Nakamura, qui met tous les verbes au passé et traduit tous les « elle » comme « el (...)

20Tous les traducteurs évitent d’employer le pronom personnel de la première personne, et traduisent les deux « elle » de la phrase (1) par « Jibun » (Kanno supprime le premier des deux pronoms). Donc la pensée d’Emma s’intègre dans la narration. La différence entre deux styles est d’abord marquée par les temps des verbes. Dans les traductions japonaises12, le verbe « être » dans la phrase (1) et tous les verbes de la phrase (3) sont au présent ; le premier verbe « faire » est au passé, du point de vue d’Emma, mais au même temps que les verbes de la phrase (2). Un autre changement intervient : la substitution du pronom « Elle » de la narration, phrase (2), par « Emma ». En somme, ce monologue intérieur est traduit au style « le moins direct possible ».

21Paradoxalement, même si le monologue intérieur est dépourvu des signes de la langue parlée, il se rapproche davantage du style direct. Nous avons alors l’impression de lire un roman à la première personne. Le choix du pronom ambigu : « Jibun » (la première ou la troisième personne), et pas de « elle » (kanojo) ni de « je » (watashi), ou sa suppression pure et simple, contribuent aussi à produire cet effet. Ce n’est pas un effet créé volontairement par les traducteurs (ils ne pouvaient guère s’y prendre autrement), mais il n’en reste pas moins que nous entendons la voix intérieure de l’héroïne plus directement et plus intimement que la parole traduite au style direct avec le langage féminin caduc, et peut-être davantage que l’auteur du roman ne l’aurait souhaité – mais on se plaît à penser que, de l’autre côté du globe, les lecteurs japonais sont ceux qui entendent de plus près la voix d’Emma.

22Nous n’avons pris en compte que sept traductions sur plus de cinquante, et nous n’en avons examiné que quelques passages. Mais nous pouvons risquer une analyse de l’évolution de la traduction du style indirect et du style indirect libre au Japon.

  • 13 Homme de lettres japonais (1884-1974). Il a traduit aussi Trois contes de Flaubert, ainsi que des œ (...)

23Le premier traducteur de Madame Bovary, Seiko Nakamura13, traduit mot à mot tous les temps verbaux et les pronoms du style indirect, sans trop s’occuper de la facilité de compréhension ou de la lisibilité du texte japonais. La notion de style direct ou indirect, ou la nécessité de distinguer deux styles (qu’il faut distinguer de l’emploi spontané de la parole rapportée, que les Japonais pratiquent évidemment depuis longtemps) est arrivée avec la littérature occidentale, ou plutôt elle a été conçue petit à petit, au fil des traductions vers le japonais. À l’époque de Nakamura, nous semble-t-il, on n’avait pas encore une idée claire du style indirect.

24On ne peut pas dire que la traduction de Nakamura soit une bonne traduction, bien qu’elle ait une valeur historique, celle d’avoir inauguré la longue série de traductions de Madame Bovary qui allait s’étendre sur près de cinquante ans. Sa traduction un peu forcée et maladroite du style indirect a certainement provoqué des malentendus chez les lecteurs japonais. C’est sans doute pour corriger ce défaut que les traducteurs qui le suivent, d’Ibuki à Yamada, ont tendance à traduire le style indirect au style direct. Les lecteurs comprennent alors mieux qui parle et de quoi.

25Quant à Sugi et Kanno, ils nous semblent accorder de l’importance au respect du style de Flaubert. Dans les années 1970, les lecteurs japonais s’habituent déjà assez au style indirect et ils ont pu transposer le style indirect français tout en conservant la lisibilité du japonais. Au bout d’une cinquantaine d’années, la manière de traduire le style indirect français en japonais était enfin mise au point.

26Le problème du style indirect n’est qu’une difficulté de la traduction japonaise parmi beaucoup d’autres. Même dans les dernières traductions de Madame Bovary, plusieurs points restent à améliorer : comment traduire les propositions relatives en japonais naturel et courant ? Comment traduire les mots à double sens ? Faut-il faire parler les personnages comme nous parlons aujourd’hui ? Sans parler des fautes de traduction pures et simples... Depuis quelques années, un grand chantier de retraduction des œuvres classiques occidentales s’est ouvert au Japon. L’œuvre qui a déclenché ce mouvement a été Les frères Karamazov de Dostoïevski. Les dernières vagues de traductions, réalisées pendant la période de croissance économique, ont déjà vieilli. Dans ce contexte, on attend pour bientôt une nouvelle traduction de Madame Bovary.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 On compte en tout pas moins de 56 éditions traduites. Sur le sujet, voir Tomoko Mihara, « Histoire de la traduction des œuvres de Flaubert au Japon », consultable en ligne sur le site de l’université de Rouen, à la page suivante.

2 Nous citerons dans cet article le moins de mots japonais possible, pour ne pas ennuyer le lecteur français. Mais, pour ceux qui comprennent le japonais, nous présentons en annexe les traductions japonaises des passages que nous examinerons.

3 Entre crochets, nous signalerons l’année de la première version des traducteurs, car chacun des traducteurs a publié plusieurs traductions du même roman, avec ou sans révision.

4 Les signes ressemblent plutôt aux crochets ([...]) français, mais nous les appelons « guillemets » par commodité. Ils sont parfois aussi utilisés pour souligner un ou des mots ou une ou des phrases. Certains de nos traducteurs s’en servent pour marquer l’italique du texte original (Nakamura, Ibuki, Yamada, Sugi), tandis que d’autres le soulignent avec le pointillé, ou bien le mettent entre des doubles crochets (Murakami, Ikushima).

5 Pour le discours indirect, nous avons consulté parmi d’autres : KAMADA Osamu Nihongo no In-yo (La citation dans la langue japonaise), Hitsuji-Shobo, 2000.

6 Toutes les citations de Madame Bovary sont empruntées à l’édition de Jacques Neefs, Paris, Librairie générale française, « Le Livre de poche classique », 1999.

7 Sur le langage féminin japonais, voir Kobayashi Chigusa, Onna-Kotoba ha doko he kietaka ? [Où est parti le langage féminin ?], Kobun-sha, 2007, « Kobun-sha-shinsho ».

8 Sauf Nakamura et Yamada. Le premier la traduit en langage neutre et l’autre l’attribue à Rodolphe d’après le pronom utilisé.

9 Nous soulignons et nous numérotons.

10 Ibuki, Yamada, Murakami, Sugi.

11 Excepté Kanno. Ce dernier traduit presque toujours les pensées de l’héroïne au style direct en langage féminin. Il veut sans doute les distinguer de celles de style indirect.

12 Excepté celle de Nakamura, qui met tous les verbes au passé et traduit tous les « elle » comme « elle » (kanojo).

13 Homme de lettres japonais (1884-1974). Il a traduit aussi Trois contes de Flaubert, ainsi que des œuvres de Maupassant et Balzac. Avec les droits de traduction de Madame Bovary, il alla en France et rendit visite à la nièce de Flaubert. Nous signalerons en passant que cette traduction fut censurée (par l’éditeur, par crainte de l’intervention de l’autorité). Les passages coupés sont :
– « [Alors, souriant d’un sourire étrange et la prunelle fixe,] les dents serrés, [il s’avança] en écartant les bras. » (p.263)
– « ... elle s’abandonna. » (p.264)
« Elle s’échappait en retenant son haleine, souriante, palpitante, déshabillée. » (p.273)
« ... les soupirs de leurs lèvres leur semblaient plus forts ; leurs yeux, qu’ils entrevoyaient à peine, leur paraissaient plus grands ... » (Ibid.)
– « ... et jeta des déchirures de papier, qui se dispersèrent au vent et s’abattirent plus loin, ... » (p.373)
– « Elle se déshabillait brutalement, arrachant le lacet mince de son corset, qui sifflait autour de ses hanches comme une couleuvre qui glisse. Elle allait sur la pointe de ses pieds nus regarder encore une fois si la porte était fermée, puis elle faisait d’un seul geste tomber ensemble tous ses vêtements ; – et, pâle, sans parler, sérieuse, elle s’abattait contre sa poitrine, avec un long soupir. » (p.419)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hisaki Sawasaki, « Comment traduire en japonais les styles indirect et indirect libre de Madame Bovary ? », Flaubert [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1541

Haut de page