Navigation – Plan du site
Traductions singulières

Le plurilinguisme du perroquet

La traduction allemande des Trois Contes par André Stoll et Cora van Kleffens
Manuel Mühlbacher

Résumés

La figure du perroquet occupe une position ambiguë face à la question de la traduction. Il est capable d’imiter des paroles en toutes les langues, mais il n’est capable d’en comprendre aucune — il ne peut que répéter des sons, c’est-à-dire des signifiants. Le traducteur semble faire le contraire quand il passe d’une langue à une autre en tâchant de transmettre une signification semblable par d’autres signes. L’article vise à discuter le rôle du traducteur et sa relation, éventuellement équivoque, au perroquet, en analysant la traduction allemande de Trois Contes par André Stoll et Cora van Kleffens. Un décalage au niveau sémantique peut éclairer l’interprétation du texte, par exemple en explicitant des allusions sous-jacentes, tandis que le transfert de la syntaxe française en allemand pose souvent des problèmes considérables. Comment le traducteur peut-il reproduire des structures syntaxiques qui n’existent pas en allemand, mais qui ne cessent de revenir dans le texte français ? Que faire si le texte se met à jouer au perroquet et finit par se singer lui-même ? André Stoll et Cora van Kleffens ont su trouver des stratégies pour affronter ces difficultés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Salammbô, éd. Gisèle Séginger, Paris, GF-Flammarion, 2001, p. 122. Par ailleurs, je profite de cett (...)

« Apparaissait ensuite la légion des Interprètes, coiffés comme des sphinx, et portant un perroquet tatoué sur la poitrine. »1

En guise d’introduction : un projet d’édition bilingue

  • 2 Il en existe, bien entendu, des traductions, et l’on en trouvera plusieurs ci-après dans l’article, (...)
  • 3 Gustave Flaubert, Trois Contes / Drei Erzählungen, éd. et trad. André Stoll et Cora van Kleffens, F (...)

1Malgré l’importance généralement reconnue au recueil en Allemagne comme en France, Trois Contes ne connaît à ce jour aucune édition critique en langue allemande2. C’est pour combler cette lacune que le Centre Flaubert de l’Université de Munich a lancé, sous la direction de Barbara Vinken, un projet d’édition bilingue, comportant un appareil de notes et de commentaires visant à offrir au lecteur un premier aperçu de la poétique flaubertienne à l’œuvre dans les Trois Contes, avec un accent mis sur leur intertextualité. Ce projet, auquel j’ai le plaisir de participer, verra le jour en 2013 chez l’éditeur Dietrichsche Verlagsbuchhandlung. La traduction qui a été retenue est celle, épuisée depuis longtemps, que firent paraître en 1982 André Stoll et Cora van Kleffens dans une première édition bilingue publiée chez Insel3. C’est sur ce texte traduit que je voudrais revenir ici, en nous concentrant sur Un Cœur simple et en privilégiant la figure emblématique du perroquet.

***

2Qu’y a-t-il de commun entre un traducteur et un perroquet ? Beaucoup, si l’on veut prêter foi à l’insigne que portent, sous la plume de Flaubert, les interprètes de Carthage. Le perroquet, ne répétant que le pur matériel linguistique qu’il entend, parle possiblement toutes les langues et semble ainsi se qualifier comme interprète idéal. En outre, le perroquet d’Un Cœur simple, Loulou, étant assimilé au Saint-Esprit dans l’imagination de Félicité, la connotation plurilingue de cet oiseau devient encore plus manifeste. C’est le Saint-Esprit qui descend sur les apôtres à la Pentecôte et les rend maîtres de toutes les langues :

  • 4 La Bible de Jérusalem, Ac 2, 2-4.

tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d’un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. Ils virent apparaître des langues qu’on eût dites de feu ; elles se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer4.

3Les apôtres deviennent interprètes, ils surmontent la confusion des langues. À l’instar des interprètes carthaginois, ils se trouvent désormais sous le signe du perroquet.

  • 5 Le jeu de mot, que Pierre-Marc de Biasi rappelle dans son introduction à Trois Contes (Paris, GF-Fl (...)

4Assurément les choses ne sont pas si simples. Le domaine du paraclet, comme celui du perroquet5, est la langue parlée, alors que celui du traducteur, comme celui du romancier, est la langue écrite. On pourrait même caractériser le traducteur comme un anti-perroquet : au contraire du perroquet qui reste lié au signifiant, le traducteur doit le dépasser et saisir le signifié afin de le rendre dans une autre langue, donc aussi par d’autres signifiés. Conserver le signifié, échanger le signifiant – en simplifiant beaucoup, c’est peut-être le principe d’une traduction. Rien n’est plus loin d’un perroquet, avec ses répétitions interminables des mêmes mots.

5À l’évidence, le perroquet occupe une position ambiguë face au langage et à la question de la traduction. D’un côté, il est doué de la capacité de parler en toutes langues, de l’autre il n’y comprend jamais rien. C’est pourquoi les Trois Contes, et particulièrement Un Cœur simple, sont un texte privilégié pour discuter le rôle du traducteur. Où se situe-t-il face au modèle linguistique que propose le perroquet ? Comment parvient-il à rendre le psittacisme de la langue même ?

André Stoll et Cora van Kleffens : chercheurs et traducteurs de Flaubert

6J’ai choisi, pour mener ma démonstration, la traduction allemande des Trois Contes par André Stoll et Cora van Kleffens. Mon choix fut guidé par les mêmes raisons que celles qui font l’actualité éditoriale du Centre Flaubert : s’il fallait porter un jugement de valeur et comparer les traductions de cette œuvre en langue allemande, ce serait sans aucun doute à celle-ci qu’irait ma préférence, pour sa qualité, son élégance et sa précision. Avant d’entamer l’analyse du texte, il sera peut-être utile de présenter les traducteurs.

  • 6 Gustave Flaubert, Reise in den Orient. Ägypten, Nubien, Palestina, Syrien, Libanon, éd. André Stoll (...)
  • 7 Gustave Flaubert, Salammbô, éd. et postface Monika Bosse et André Stoll, trad. Georg Brustgi, Franc (...)
  • 8 Voir André Stoll et Cora van Kleffens , « Nachwort », in TC/DE, p. 297-396. Voir la page 328 pour l (...)

7André Stoll n’est pas seulement traducteur. Professeur de littératures romanes à Bielefeld de 1979 à 2007, il s’est également consacré comme chercheur à l’œuvre de Flaubert. Les résultats de cette recherche culminent dans ses postfaces pour les éditions allemandes du Voyage en Orient6, de Salammbô7 et des Trois Contes, où il met en lumière le « Flaubert oriental », à la fois influencé par les clichés de l’orientalisme et les déconstruisant. L’approche d’André Stoll est toujours hautement intertextuelle, visant à reconstruire le contexte littéraire et iconographique de l’œuvre. Cora van Kleffens et lui proposent ainsi une lecture de la scène finale d’Un Cœur simple en la comparant à des images du genre « femme et perroquet ». À travers des tableaux de Courbet, de Deverell et de Delacroix, ils montrent que la promesse érotique de la « femme au perroquet » est successivement détruite par les artistes ; le perroquet n’est plus la métaphore phallique d’un désir sexuel assouvi, mais précisément l’absence de tout amour8. Flaubert, selon André Stoll et Cora van Kleffens, s’inscrit dans cette tradition désillusionnante et fait apparaître les connotations effrayantes de l’oiseau planant au-dessus d’une mortelle : l’agonie de Félicité au-dessous du perroquet n’est pas qu’une imitation des tableaux de l’Annonciation ; dans ses dimensions « gigantesques », le perroquet est aussi le successeur des dieux païens qui descendent sur les mortelles sous la forme d’un oiseau. Dans cette tradition, cependant, la visite du dieu entraîne la mort, non plus la petite, dans un sens sexuel figuré, mais la grande, dans sa matérialité pure et simple. En montrant comment le Cœur simple de Flaubert dévoile les idéaux féminins de l’époque, en analysant d’une façon pertinente l’usage des hypotextes comme Paul et Virginie, André Stoll a grandement contribué à l’interprétation des Trois Contes. C’est la femme figée et emprisonnée qui émerge derrière les lieux communs de l’orientalisme ou derrière les promesses de bonheur dans le cas de l’Annonciation.

8André Stoll, en plus de ses traductions et de ses interprétations de Flaubert, est l’éditeur allemand de ses Œuvres complètes (Sämtliche Werke in Einzelausgaben), parues chez Insel. Il a été nommé Directeur de Recherche à l’EHESS en 1989, et a toujours maintenu un contact étroit avec la recherche littéraire en France. Cora van Kleffens est la co-auteur de la postface et a collaboré à la traduction des Trois Contes.

  • 9 Notamment celle de Claus Sprick et de Cornelia Hasting (Flaubert, Drei Erzählungen, Munich, Piper, (...)

9Traducteurs et exégètes des Trois Contes, André Stoll et Cora van Kleffens ont donc abordé Flaubert de deux façons différentes. Comme chercheurs, ils avaient la possibilité d’analyser les subtilités du texte français ; étant traducteurs, ils se sont proposés de rendre ces particularités linguistiques en allemand. Il sera donc intéressant de voir comment interprétation et traduction convergent ou divergent, où elles se renforcent mutuellement et où elles se distinguent, voire s’opposent. Dans les analyses suivantes, je tâcherai donc d’établir des rapports entre le domaine de la traduction et celui de l’interprétation en me rapportant à la postface d’André Stoll et de Cora van Kleffens, mais aussi à d’autres exégètes des Trois Contes. Pour faire apparaître la précision et l’originalité de la traduction de Stoll et de van Kleffens, d’autres traductions allemandes seront également prises en considération9.

Décalages sémantiques : paille pourrie, et vol plané

10Nous nous intéresserons en premier lieu aux passages qui posent des difficultés particulières à la traduction. Commençons alors par l’analyse d’un extrait tiré de la Première Communion de Virginie :

  • 10 TC/DE, p. 36.

Le prêtre fit d’abord l’abrégé de l’Histoire Sainte. Elle croyait voir le paradis, le déluge, la tour de Babel, des villes tout en flammes, des peuples qui mouraient, des idoles renversées ; et elle garda de cet éblouissement le respect du Très-Haut et la crainte de sa colère. Puis elle pleura en écoutant la Passion. Pourquoi l’avaient-ils crucifié, lui qui chérissait les enfants, nourrissait les foules, guérissait les aveugles, et avait voulu, par douceur, naître au milieu des pauvres, sur le fumier d’une étable ?

Der Priester gab zuerst einen Abriß der biblischen Geschichte. Sie glaubte das Paradies zu sehen, die Sintflut, den Turm von Babel, lodernde Städte, sterbende Völker, umgestürzte Götzenbilder; und sie bewahrte von dieser Bilderflut die Ehrfurcht vor dem Allerhöchsten und die Angst vor seinem Zorn. Dann, als sie die Leidensgeschichte hörte, weinte sie. Warum hatten sie ihn gekreuzigt, ihn, der die Kinder so liebte, die Menge speiste, die Blinden heilte, und der aus lauter Sanftmut inmitten der Armen, auf faulendem Stroh im Stall geboren werden wollte?10

  • 11 Le petit Jésus naît littéralement « sur la paille ».
  • 12 Voir la note de Raymond Decesse sur ce passage (Gustave Flaubert, Trois Contes, éd. Raymond Decesse (...)
  • 13 Trad. Fischer, éd. cit., p. 23. La re-traduction d’un mot allemand en français est à l’unique inten (...)
  • 14 Trad. Sprick/Hasting, éd. cit., p. 24.
  • 15 Trad. Wolde, éd. cit., p. 27.
  • 16 Qui se prononcent respectivement [ʃtroː] et [ʃtrɔɪ].

11La traduction de « respect » par « Ehrfurcht », plus fort que le mot allemand « Respekt » qui correspond également au français « respect », amplifie encore la position soumise de Félicité face aux histoires bibliques et aux images qu’elle regarde dans l’église. Dans le texte français, le « fumier » flaubertien s’oppose à la « paille » d’Épinal11, et lui ajoute un caractère rural et prosaïque dans lequel on n’a pas manqué pas de reconnaître la projection d’une servante bien au fait des étables et des litières normandes12. D’une manière ou d’une autre, tous les traducteurs allemands maintiennent la différence entre « paille » (Stroh) et « fumier » : « Mist » (fumier)13, « Streu » (litière)14, « elende[r] Stall[…] » (étable misérable)15, et, dans la traduction d’André Stoll et de Cora van Kleffens, « faulendes Stroh » (paille pourrie). Si « l’étable misérable » et synecdochique paraît un peu éloignée du texte flaubertien, les deux premières solutions sont en revanche tout à fait recevables. La première a l’avantage de la littéralité, et la seconde semble même vouloir transposer la substitution allusive paille/fumier du texte flaubertien en un jeu paronymique entre la paille (Stroh) et la litière (Streu)16. Toutefois, c’est sur celle de Stoll et van Kleffens qu’il convient de s’attarder.

  • 17 Il suffit de songer, dans Madame Bovary, à la jambe d’Hippolyte ou à cette « pourriture instantanée (...)
  • 18 « Deinde vero totius humilitatis sanctus amator se transtulit ad leprosos, eratque cum eis, diligen (...)
  • 19 TC/DE, p. 164.

12La paille sous-jacente y est explicite, mais elle y est surtout « pourrie ». Or, la pourriture n’est pas seulement un thème flaubertien17, c’est aussi – La Légende de saint Julien en offre un exemple éclatant – un thème hagiographique. Elle joue un rôle central dans la vie de ceux d’entre les saints qui accèdent à leur sainteté en s’approchant de ces hommes dont les corps pourrissent vivants : en s’approchant des lépreux. Saint François d’Assise en est le modèle18, et Julien marche sur ses pas : surmontant son dégoût, il réchauffera le lépreux avec la chaleur de son corps19.

13Or, Félicité – qui, dans la traduction de Stoll et van Kleffens, imagine Jésus né « sur de la paille pourrie » – s’inscrit aussi dans cette tradition de sainteté, en faisant ses adieux à Loulou de la façon qu’on sait :

  • 20 TC/DE, p. 90.

Bien qu’il ne fût pas un cadavre, les vers le dévoraient […]. Mais, aveugle à présent, elle le baisa au front, pour le mettre sur le reposoir20.

14Félicité s’approche de la pourriture à la manière des saints, et finalement devient sainte elle-même. De même, la Passion de ce cœur simple – sa « Pâque » – est annoncée par un pourrissement :

  • 21 TC/DE, p. 88. Il y a deux autres récurrences du moment de la pourriture ou du dégoût dans Un Cœur s (...)

Les lattes du toit pourrissaient [‘verfaulten’ dans la version allemande de Stoll et de van Kleffens] ; pendant tout un hiver son traversin fut mouillé. Après Pâques, elle cracha du sang21.

15Enfin, pour revenir au point de départ de notre commentaire, il faut noter que les vers qui rongent Loulou après sa mort, rongent en réalité un Loulou empaillé :

  • 22 TC/DE, p. 76. Stoll et van Kleffens traduisent ainsi le conseil de Mme Aubain : « So lassen Sie ihn (...)

[à la mort de l’oiseau, Félicité] pleura tellement que sa maîtresse lui dit : – « Eh bien ! faites-le empailler ! » […] Un certain Fellacher se chargea de cette besogne22.

  • 23 De même, Julien, lorsqu’il se couche sur le Lépreux avant de mourir, est « nu comme au jour de sa n (...)

16Or, cet empaillage-là est nécessairement perdu non seulement par les traducteurs, mais par la langue allemande en général, qui traduit « empailler » par « ausstopfen », un terme dont le sème renvoie au geste qui bourre, non à la paille dont on bourre. Ainsi, en traduisant « fumier » par « faulendes Stroh », Stoll et van Kleffens troquent un écho lointain du texte français par un écho plus appuyé. Ce faisant, ils mettent en lumière des connexions textuelles autrement moins évidentes et la « paille pourrie » dont ils grèvent leur natalité annonce celle d’un Saint-Esprit empaillé, pourrissant. De même, soulignant le caractère dégoûtant de la crèche de Jésus, ils le déclarent fondateur de toute une tradition de sainteté, à la fin de laquelle se trouve Félicité, gisant sur un lit « pourri » comme Jésus à sa naissance et embrassant le perroquet « dévoré de vers » comme les saints embrassent les lépreux23.

17On pourrait également fonder cette lecture sur le « fumier » du texte français, mais Stoll et van Kleffens la proposent explicitement par l’introduction de la « pourriture » dans leur traduction.

  • 24 Les scènes de l’Annonciation et du lépreux sont étroitement associées à la figure du perroquet pour (...)

18Cependant, l’imitation plus ou moins consciente d’une vie sainte comme celle de Marie ou de François d’Assise24 n’aboutit pas à un épanouissement du personnage. André Stoll et Cora van Kleffens insistent au contraire sur le caractère illusoire de cette promesse de bonheur qui contribue à emprisonner la femme dans un mécanisme compensateur de l’époque de l’industrialisation :

  • 25 Stoll/van Kleffens, « Nachwort », op. cit., p. 340 [« L’œuvre d’art ne dévoile sa capacité de conna (...)

Das Kunstwerk gibt seine eigene Erkenntnisleistung nur demjenigen preis, der bereit ist, den idyllischen Schein zu durchbrechen, den es aus der dogmatischen Glückpropaganda des Kollektivs ironisch zitiert, und der die diesem widersprechenden Zeichen nicht übersieht, da sie die Instrumente der Aufklärung sind25.

  • 26 Trad. Fischer, éd. cit., p. 23.
  • 27 Trad. Sprick/Hasting, éd. cit., p. 24.
  • 28 Trad. Wolde, éd. cit., p. 26.

19Tandis que la traduction de « fumier » n’est difficile qu’en ce qu’elle engage un choix interprétatif, un autre substantif du passage pose des problèmes plus importants. Je veux parler de cet « éblouissement » qui saisit Félicité au spectacle de toutes ces merveilles étalées devant elle. Un « éblouissement », que l’on comprenne par ce mot l’acte d’éblouir ou le fait d’être ébloui, a pour équivalent littéral une « Blendung », qui n’aurait pas de sens dans le contexte donné. Par conséquent, les traductions allemandes divergent considérablement : Fischer propose « Vision »26, Hasting et Sprick s’accordent sur « von diesem Unfasslichen » (de cette chose inconcevable)27, Wolde traduit par « von diesen Eindrücken » (de ces impressions)28. Le lien de cet « éblouissement » à la vue est conservé dans le cas de « Vision » et « Eindrücke », alors qu’il se perd dans le cas de « Unfasslichen ». « L’inconcevable » transfère l’éblouissement de Félicité dans le domaine de l’abstraction, étant ce qui ne peut pas être assimilé aux lois de la raison. Cependant, le problème de Félicité, « éblouie » par un véritable spectacle, gît ailleurs. Dans sa simplicité elle confond la chose et le signe, elle croit voir « le paradis, le déluge, la tour de Babel » — au lieu d’écouter un discours, elle croit voir des choses ; elle passe de l’ouïe à la vue et de « l’abrégé » à « l’éblouissement ». Pour cette auditrice au cœur simple, tout est hypotypose.

  • 29 Stoll/van Kleffens : « Nachwort », op. cit., S. 325.

20En traduisant par « Bilderflut » (flot, flux d’images), André Stoll et Cora van Kleffens marquent davantage encore ce passage dans le champ du visuel. De plus, la « Bilderflut » souligne l’attitude passive de Félicité face au discours du prêtre ; c’est un courant irrésistible qui submerge et entraîne la pauvre servante. Par l’image d’un « flux », voire d’un « flot », la traduction révèle le caractère violent, impérieux et quasiment physique des signes circulant en société, « [der] irreführende[ ] Charakter der öffentlich zirkulierenden Symbolsysteme »29. Enfin, cette « Bilderflut » fait en allemand écho à die Sintflut : le Déluge, et cette paronymie en creux ajoute à ce flot d’images une connotation sensible de catastrophe biblique.

  • 30 TC/DE, p. 36.
  • 31 « Servante du Seigneur » (Lc 1, 38).

21Contrairement aux cas du « fumier » et de « l’éblouissement », dont Stoll et van Kleffens proposent une traduction élégante et originale, une phrase fameuse et très discutée semble perdre sa singularité dans toutes les traductions allemandes. Il s’agit de « le Saint-Esprit dominait la Vierge »30, unanimement rendu par « schwebte der Heilige Geist über der Jungfrau » (le Saint-Esprit planait au-dessus de la Vierge). À l’évidence, ce « schwebte » est tiré de l’excipit français, de ce « planant au-dessus » que tous traduisent au moyen du même verbe « schweben », planer. Les traducteurs font planer l’esprit saint au-dessus de la sainte Vierge, par anticipation du vol plané de Loulou au-dessus de son ancilla domini31.

22Il ne s’agit pas ici de proposer de meilleures solutions, mais il ne faut que se rapporter à la postface de Stoll et de van Kleffens pour se rendre compte des connotations sexuelles, effrayantes, du verbe choisi par Flaubert :

  • 32 Stoll/van Kleffens : « Nachwort », op. cit., p. 337 [« L’art de Caron, d’Ingres et de Moreau contie (...)

Die Kunst eines Caron, Inges und Moreau hält den Schlüssel zur Enträtselung der Todesvision Félicités bereit. Gleich jenen Künstlern inszeniert Flaubert seine ‘Frau mit Papagei’ als Sterbende, die in einer Vision sich selbst als Daliegende und über sich eine gigantische Vogelfiguration Gottes erblickt32.

  • 33 Stoll et van Kleffens parlent de la dernière scène d’Un Cœur simple, mais il est évident que le tab (...)
  • 34 Il s’agit de « L’apothéose de Sémélé » par Antoine Caron, de « Jupiter et Sémélé » par Gustave More (...)
  • 35 Je fais référence à un courriel de M. Stoll du 10 octobre 2011. Je le remercie vivement de son aide (...)

23Pour Stoll et van Kleffens, la « femme au perroquet »33 est une héritière des mythes de Sémélé et de Léda, toutes deux visitées par Jupiter ayant pris la forme d’un oiseau. Les tableaux de Caron, d’Ingres et de Moreau34 suggèrent que l’expression de la mortelle « dominée » par le dieu n’est pas tant une extase amoureuse, qu’un signe physique de mort. Dans le tableau de Moreau, l’ambiance terrifiante est particulièrement manifeste. Autre rencontre entre un dieu et une femme, la « domination » du Saint-Esprit sur la Vierge dans l’image de l’Annonciation que Félicité contemple à l’église est donc beaucoup plus forte qu’un simple vol plané (schweben über). André Stoll explique ainsi leur choix de traduction35 : il s’agissait pour eux de rendre le point de vue naïf de Félicité qui ne s’aperçoit pas du trait angoissant de cette scène en contemplant les images. C’est la raison pour laquelle, après avoir considéré des équivalents allemands au mot « dominer » dans le sens de « surplomber », comme le mot « überragen », ils ont finalement opté pour une version plus « simple », et par là, peut-être, plus « fidèle ».

Transformations syntaxiques : à la recherche du perroquet

24J’ai jusqu’ici analysé trois détails lexicaux. Chaque expression traduite en allemand déclenche toute une suite de conséquences sémantiques qui donnent une autre direction à l’interprétation. Cependant, un petit phénomène syntaxique doit, dans le paragraphe cité ci-dessus, retenir également l’attention : la relative (« des peuples qui mouraient ») est devenue un participe présent (« sterbende Völker »). En effet, l’usage des participes en français et en allemand coïncide rarement. Normalement, c’est le participe présent français qui se traduit par une subordonnée, qu’elle soit causale, temporale ou modale. Et cela vaut pour le gérondif qui n’existe pas du tout en allemand. Ainsi, dans le passage cité, le gérondif « en écoutant la Passion » est rendu par une subordonnée temporelle : « als sie die Leidensgeschichte hörte ».

  • 36 TC/DE, p. 28.
  • 37 TC/DE, p. 30.

25Dans Un Cœur simple, les formes en -ant (participes et gérondifs mêlés) semblent avoir échappé à la chasse flaubertienne à l’assonance, et leur rythme uniforme scande littéralement la vie de Mme Aubain et de Félicité. Quand les Aubain et leur servante arrivent chez les Liébard, par exemple, ces formes prolifèrent : « en apercevant sa maîtresse », « accompagnant le tout de politesses », « étant au service de la famille »36. La récurrence du « ant », [ã], introduit une certaine monotonie grammaticale et sonore dans le texte, monotonie du discours correspondant à l’absence d’événements au niveau de l’histoire. De même, peu après, deux participes – « ayant Deauville à gauche » et « ayant passé la Toucques »37 – apparaissent successivement en début de paragraphes et semblent souligner, par la récurrence des formes et l’absence de « nouveautés » syntaxiques, la récurrence du même et l’absence de nouveaux incidents à Trouville. En un mot, l’insistance morpho-phonétique du « -ant » dans le conte finit par induire un effet de « monotonie imitative », voire même de psittacisme imitatif…

  • 38 Barbara Vinken, « L’abandon de Félicité – Un Cœur simple de Flaubert », in Le Flaubert réel, éd. Ba (...)
  • 39 TC/DE, p. 68.
  • 40 TC/DE, p. 12. L’occurrence est renforcée par un premier [ã] atone, dans la préposition « en ».

26En effet, sur un autre niveau, on pourrait être tenté d’entendre dans les [ã] réitérés comme un écho nasal au « langage mécanique du perroquet »38 répétant sans trêve les mêmes paroles : une manière de style indirect libre, diffusant sourdement dans le texte la voix nasillarde de Loulou. De fait, et par deux fois, le texte met en rapport étroit la forme et l’animal : parmi les rares phrases qu’il sait par cœur se trouve « charmant garçon »39. Et quand il apparaît pour la dernière fois, Félicité croit le voir « planant au-dessus de sa tête ». Un autre exemple suggère enfin que le participe présent est bien, virtuellement, l’incarnation d’un automatisme répétitif, « perroquesque » : « [elle] semblait une femme en bois, fonctionnant d’une manière automatique. »40

27Certes, tout texte français comporte son lot de gérondifs et de participes présents. Mais ce n’est pas tant la fréquence statistique des occurrences que leur agencement stratégique qui finit par attirer l’attention du lecteur, et en particulier du lecteur traducteur. En effet, outre que les exemples précédents restent frappants par leur insistance en contexte, il semble qu’il faille également intégrer cette insistance particulière dans une stratégie d’ensemble, qui vise à travailler, derrière la figure du perroquet, les dysfonctionnements de la langue dans son épaisseur même :

Il devint malade, ne pouvant plus parler ni manger. C'était sous sa langue une épaisseur, comme en ont les poules quelquefois. Elle le guérit, en arrachant cette pellicule avec ses ongles.

28Comme en ont les poules… et les hommes, quelquefois, puisque la maladie du perroquet humain, c’est la pétrification de sa langue dans les formes figées.

  • 41 Évidemment je ne suis pas le premier à attirer l’attention sur ce phénomène. P.-M. Wetherill a par (...)
  • 42 Vinken, art. cit., p. 161.

29Ainsi, la récurrence des formes en « -ant » dans le texte donne peut-être à entendre non seulement le psittacisme du perroquet, mais celui de la langue, qui consiste, malgré qu’on en ait, à répéter des paroles déjà dites41, avec le risque permanent de se laisser guider par le signifiant, voire de rendre les sons sans les interroger. À plusieurs reprises dans le conte, le langage mime cette « aveugle répétition figée »42, et les participes présents n’en sont qu’un exemple. Une dernière occurrence fera sentir cela.

  • 43 TC/DE, p. 58

Le corps fut ramené à Pont-l’Évêque, suivant les intentions de Mme Aubain, qui suivait le corbillard, dans une voiture fermée43.

  • 44 Flaubert, Trois Contes, éd. Wetherill, éd. cit., p. 264.

30Sans s’intéresser aux formes gérondives et participiales, Peter Michael Wetherill remarque à propos de ce passage que « Flaubert ne craint pas toujours les répétitions »44. Et sans doute cette répétition-ci est-elle à mettre en rapport avec ce qui précède. Mais elle permet également de souligner d’autres propriétés intrinsèques de ces formes verbales aussi idiomatiques que problématiques pour le traducteur allemand, et plus encore quand ces formes s’intègrent à une poétique de la répétition.

31« Suivant […] suivait » : participes et gérondifs n’ayant pas de statut temporel indépendant et ne recevant leur « lieu » dans le temps que par référence au verbe conjugué de la phrase principale, les activités désignées par ces formes deviennent vite anhistoriques et se trouvent comme perdues dans l’immensité du temps :

  • 45 Victor Brombert, « La chambre de Félicité : bazar ou chapelle ? », in George Sand et son temps I, é (...)

temps indifférenciés, histoire en marge de l’Histoire. Flaubert s’amuse même à souligner cette anachronicité du temps apparentée à la platitude des champs et de la grève45.

  • 46 Id., p. 78.
  • 47 TC/DE, p. 62.

32Les participes contribuent à communiquer cette « absence du sens historique »46. De même, Félicité et Mme Aubain n’ont comme points fixes dans l’histoire que « le retour des grandes fêtes »47 sur lesquelles elle s’appuient comme les participes présents sur les verbes conjugués.

  • 48 Des conjonctions comme « parce que » ou « quand » rendraient le rapport entre deux « événements » b (...)
  • 49 Debray-Genette, op. cit., p. 357.
  • 50 « Cela nous prouve, reprit l’autre [= Homais] en souriant avec un air de suffisance bénigne, les ir (...)

33Cette remarque et les précédentes tendent à faire de l’usage de ces formes verbales un des traits caractéristiques de l’écriture flaubertienne, aux côtés du plus fameux imparfait. Le refus délibéré d’expliciter les liens causaux, modaux et temporels48 entre les événements dans Un Cœur simple mène à un discours « décausalisé »49, flottant, qui ne permet plus d’attribuer une certaine conséquence à un incident précédent et d’identifier un agent particulier. C’est un discours qui rejette les explications du type « bourgeois éclairé »50. « Suivait », « suivant » : on suit ou l’on est suivi. Successions et processions remplacent les causalités discursives.

  • 51 Voici leur solution : « gemäß den Anweisungen von Madame Aubain, die dem Leichenwagen in einer gesc (...)
  • 52 TC/DE, p. 31.
  • 53 TC/DE, p. 95.

34Malheureusement la reprise stratégique à l’imparfait de la forme participiale est éliminée dans la traduction allemande de Stoll et van Kleffens51. Et de façon générale, la « reproduction » de ces phénomènes paraît d’abord presque impossible dans une traduction. Étant donné que l’usage du participe présent est beaucoup plus restreint en allemand qu’en français et qu’on doit souvent avoir recours à différents types de subordonnées, la diversité linguistique est inévitablement plus grande dans la traduction. Au lieu de l’uniformité des participes présents et du gérondif, on arrive à une multiplicité de structures syntaxiques : « ayant Deauville à gauche » devient « von wo aus man Deauville zur Linken hat » (d’où l’on avait Deauville à la gauche), « ayant passé la Toucques en bateau, ils cherchaient des coquilles » se transforme en « andere Male setzte man über die Toucques und suchte nach Muscheln » (d’autres fois on traversait la Toucques et cherchait des coquilles)52. Enfin, « planant au-dessus de sa tête » est rendu par une subordonnée relative : « der über ihrem Haupte schwebte » (qui planait au-dessus de sa tête)53.

  • 54 Perroquet se dit en allemand « Papagei », et se prononce peu ou prou comme le français « pagaille » (...)

35Mais les structures de ses langues cible et source étant trop divergentes, le traducteur n’est pas — et ne peut être — « assez perroquet » pour traduire littéralement gérondifs et participes présents. Il ne peut pas, s’il veut rendre sa traduction lisible pour un lecteur allemand, conserver la « monotonie imitative » de ces formes. Mais il peut essayer de transposer le phénomène, c’est-à-dire d’acclimater dans sa langue ce perroquet phonologique. C’est, me semble-t-il, ce qu’André Stoll et Cora van Kleffens ont tenté : trouver, dans la langue allemande, ce qui constituerait le psittacisme de l’œuvre ainsi traduite, ce que l’on pourrait appeler sa « Papageientum », ou « perroqué-ité »54.

36Commençons par rappeler un invariant de traduction : le nom propre. En allemand, comme en français,

  • 55 TC/DE, p. 68.

Il s'appelait Loulou […] et plusieurs s'étonnaient qu'il ne répondît pas au nom de Jacquot, puisque tous les perroquets s'appellent Jacquot55.

37Et que tous les perroquets humains le répètent… Si Flaubert choisit de baptiser son perroquet Loulou au grand étonnement reçu des bourgeois de Pont-l’Êvêque, c’est probablement au nom du psittacisme inhérent au langage pétrifié : le mot « Jacquot » est, comme la syllabe « lou » de Loulou, dupliquée parce que la répétition bête est au fondement même de l’idée reçue. Or, par un hasard heureux, la langue allemande transpose dans le nom générique le principe de répétition présent dans le nom propre : le désuet « papegai » survit dans l’allemand Papagei (perroquet) où il contient une réitération semblable à celle de « Loulou ».

38De même, si l’on peut constater que la langue allemande ne peut pas imiter l’usage du participe présent et du gérondif, elle compense ce manque d’un autre côté.

  • 56 TC/DE, p. 80 sq.
  • 57 TC/DE, p. 77.
  • 58 TC/DE, p. 79.
  • 59 TC/DE, p. 77.

39André Stoll et Cora van Kleffens traduisent toujours le participe présent, utilisé dans un sens causal, par une subordonnée causale introduite par « da ». « Ne communiquant avec personne, elle vivait dans une torpeur somnambule », par exemple, est rendu par « Da sie sich niemandem mitteilen konnte, lebte sie in einem Zustand der Starre wie ein Schlafwandler. »56 Comme la traduction reste très fidèle à ce principe, le caractère répétitif du participe présent est reproduit pour une certaine partie, du moins. Mais l’usage de la conjonction « da » n’est pas limitée à la traduction du participe présent ayant une valeur causale ; beaucoup de conjonctions causales comme « puisque » ou « comme » se traduisent aussi par « da » : « comme la diligence égarait parfois les colis » correspond ainsi à « Da aber der Postkutsche zuweilen die Pakete abhanden kamen »57. D’autres cas s’y ajoutent, le plus fréquent étant celui d’un « alors » consécutif, introduisant une phrase : « Alors une faiblesse l’arrêta » : « Da ließ ein Schwächeanfall sie innhalten »58 ; et même des relatives sont parfois rendues par une subordonnée commençant par « da » : « qui avait toujours été bon pour le perroquet » : « da er immer gut zu dem Papagei gewesen war »59. Étant donné que, cette fois, une multiplicité de structures françaises se réduisent à une en allemand, on arrive au phénomène inverse de celui de la traduction des formes verbales françaises en « -ant ». La fréquence considérable du « da » aboutit parfois à une coïncidence de plusieurs occurrences dans le même passage, voire le même paragraphe :

  • 60 TC/DE, p. 89.

Da wandte sich Mutter Simon an einen Arzt ; Félicité wollte wissen, was sie hatte. Da sie aber zu taub war, um zu verstehen, drang nur ein einziges Wort zu ihr: ‘Lungenentzündung’.60
Alors la mère Simon eut recours à un docteur. Félicité voulut savoir ce qu’elle avait, mais, trop sourde pour entendre, un seul mot lui parvint : « Pneumonie. »

  • 61 Ibid.
  • 62 Ibid.
  • 63 Ainsi, pour ce même passage, Sprick et Hasting n’utilisent que deux fois le mot « da » (trad. Spric (...)

40Quelques lignes plus loin, un nouveau « da » est étroitement associé au perroquet : « Da fiel ihr der Papagei ein. » (« Alors elle songea au perroquet. »)61 Et cette longue série s’achève avec « da sie sich sehr schwach fühlte » (« se sentant très bas »)62. Que cette profusion relève d’un choix de traduction, on s’en convainc en consultant d’autres traductions : les alternatives existent63.

  • 64 TC/DE, p. 89.
  • 65 Il s’agit de « da er immer gut zu dem Papagei gewesen war » et de « Da aber die Postkutsche » (TC/D (...)

41Tout comme le participe présent, le « da » exprime un certain nombre de liens logiques (ici, causaux et consécutifs), qui convergent dans la répétition grammaticale d’un même élément linguistique. La monotonie sonore s’amplifie encore par d’autres mots contenant un « da » et qui sont d’un usage commun, comme « Das » (cela) ou « Darauf » (puis)64. Ce passage, d’ailleurs, n’est pas une exception ; deux exemples déjà cités se suivent aussi directement dans le texte65.

  • 66 TC/DE, p. 34.
  • 67 TC/DE, p. 39.
  • 68 TC/DE, p. 53. Il resterait à distinguer les différents types de répétition (cf. Raymonde Debray-Gen (...)

42On pourrait pousser beaucoup plus loin la « recherche du perroquet » dans la traduction d’André Stoll et de Cora van Kleffens, mais je me contenterai de citer une autre classe d’exemples. Par une particularité de la langue allemande, il se trouve parfois qu’un mot bref est répété deux fois, un peu comme dans le cas des syllabes de « Loulou » ou du mot « Papagei » : « es war ganz offensichtliche, daß sie sie ausnutzten » (« évidemment ils l’exploitaient »)66. Les deux « sie » sont des pronoms, le premier étant le sujet de la phrase (« ils ») et portant sur la sœur de Félicité et ses enfants, le deuxième étant l’objet (« l’ »), Félicité. Ce type de coïncidence se rencontre assez souvent dans la traduction des Trois Contes par Stoll et van Kleffens, comme en allemand en général : « danke jener Einbildungskraft, die die wahre Zärtlichkeit verleiht » (« avec l’imagination que donnent les vraies tendresses »)67, ou bien en combinaison avec « da » : « da sie sie am Vorabend eingeweicht hatte » (« l’ayant coulée la veille »)68. Et comme dans le cas des formes françaises en « -ant », c’est l’effet cumulatif de ces éléments de répétition qui à la longue finit par faire soupçonner un texte « perroquant ».

43Ainsi, cette transformation syntaxique particulière est un bon exemple de la façon dont un problème linguistique qui se rencontre d’un côté, peut être résolu d’un autre. Il est impossible de traduire les gérondifs et la plupart des participes présents d’une façon satisfaisante et on perd complètement leur caractère itératif en allemand, mais le traducteur peut contourner cet obstacle en transférant le même principe dans une autre partie de sa traduction. On pourrait, en simplifiant un peu, résumer le dilemme ainsi : ce qu’on risque de perdre en traduisant deux « ayant » par deux structures complètement diverses, on peut le compenser en rendant un « alors » et un « puisque » par deux « da ». C’est précisément de ce dilemme que naît l’originalité du texte allemand. Grâce à la sensibilité de leur traduction, André Stoll et Cora van Kleffens, d’abord trop infidèles à la littéralité du texte, restituent l’empire du signifiant par d’autres moyens.

  • 69 Tout cela est bien connu, les signifiés ne sont pas des unités éternelles et immuables, mais n’exis (...)

44L’obscure clarté d’Un Cœur simple, ce récit d’apparence limpide, mais structuré en profondeur par une série de reprises textuelles et d’obscurcissements sémantiques, semble résister à tout effort de traduction. Sa « Papageientum » s’oppose diamétralement au principe le plus simple d’une traduction, à savoir de rendre un signifié par un autre signifiant69. Le traducteur ne peut pas être aussi littéral que la langue elle-même. Nous l’avons vu, pourtant, André Stoll et Cora van Kleffens trouvent des stratégies pour remédier à ce problème. Tout en respectant le « sens » du texte, le signifié, ils se souviennent du « perroquet » au cœur de la langue et font résonner sa voix dans le texte allemand.

***

45Restitution du psittacisme langagier et de ses traces disséminées dans la matière sonore du texte ; prise en compte du point de vue de Félicité perdue dans la contemplation de l’Esprit saint dominant la Vierge ; volonté de maintenir la visualité débordante de l’éblouissement flaubertien ; souci de mettre en lumière les réseaux sous-jacents du texte, les réminiscences bibliques et leur dégradation ; saint pourrissement des pailles… la liste est loin d’être exhaustive, mais elle montre déjà combien André Stoll et Cora van Kleffens se sont, traducteurs et chercheurs, attachés à traduire non seulement le texte mais la poétique de Trois Contes. C’est à ce double titre que leur travail a retenu naguère l’attention du public lettré, et à présent celle du Centre Flaubert. Car il importe que soit à nouveau disponible, pour le lecteur de langue allemande, cette traduction qui, si nous étions en Phénicie, aurait fait mérité à ses auteurs de porter sans rougir le « perroquet tatoué » des interprètes flaubertiens.

Haut de page

Bibliographie

Traductions allemandes des Trois Contes (sélection) :
– Drei Erzählungen, trad. Ludwig Wolde, Munich, Kurt Desch éditeur, 1947.
– Drei Geschichten, trad. E. W. Fischer, Zurich, Diogenes, 1979.
– Drei Erzählungen / Trois Contes, éd. et trad. André Stoll et Cora van Kleffens, Fancfort-sur-le-Main, Insel, « Insel Taschenbuch », 1982 (abrégée TC / DE).
– Drei Erzählungen, trad. Claus Sprick et Cornelia Hasting, Munich, Piper, 2002.

D’autres traductions de Flaubert :
– Reise in den Orient. Ägypten, Nubien, Palestina, Syrien, Libanon, trad. Reinhold Werner et André Stoll, éd. André Stoll, Francfort-sur-le-Main, Insel, « Insel Taschenbuch », 1985.
– Salammbô, trad. Georg Brustgi, éd. et postface Monika Bosse et André Stoll, Francfort-sur-le-Main, Insel, « Insel Taschenbuch », 1979.

Éditions françaises de Flaubert :
Trois Contes, éd. P.-M. de Biasi, Paris, GF-Flammarion, 1986.
– Trois Contes, éd. P.-M. Wetherill, Paris, Garnier, « Classiques Garnier », 1988.
– Trois Contes, éd. Raymond Decesse, Paris, Bordas, 1965.
Madame Bovary, éd. Jacques Neefs, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », 1999.
Salammbô, éd. Gisèle Séginger, Paris, GF-Flammarion, 2001.
La Tentation de Saint Antoine, éd. Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, « folio classique », 1983.

Ouvrages d’autres auteurs :
– de Biasi, Pierre-Marc, « Introduction », in Gustave Flaubert, Trois Contes, éd. P.-M. de Biasi, Paris, GF-Flammarion, 1986.
– Brombert, Victor, « La chambre de Félicité : bazar ou chapelle ? », in George Sand et son temps I, éd. Elio Mosele, Genève, Slatkine, 1994, p. 73-86.
– Thomas de Celano, Vita prima S. Francisci Assisiensis, Florence, Quaracchi, 1926.
– Chambers, Ross, « Simplicité de cœur et duplicité textuelle. Étude d’Un Cœur simple », MLN 96.4, 1981, p. 771-791.
– Cronk, Nicholas, « Reading Un Cœur simple. The Pleasures of the Intertext », Nineteenth Century French Studies 24, 1995-1996, p. 155-161.
– Debray-Genette, Raymonde, « Les figures du récit dans ‘Un cœur simple’, Poétique 3, 1970, p. 348-364.
– Dünne, Jörg, Asketisches Schreiben. Rousseau und Flaubert als Paradigmen literarischer Selbstpraxis in der Moderne, Tubingue, Gunter Narr, 2003.
– Haig, Stirling, « The Substance of Illusion in Flaubert’s Un Cœur simple », Stanford French Review 7, 1983, p. 301-315.
– Schulz-Buschhaus, Ulrich, « Die Sprachlosigkeit der Félicité », Zeitschrift für Sprache und Literatur 93, 1983, p. 113-130.
– Stoll, André et Cora van Kleffens , « Nachwort », in Drei Erzählungen/Trois Contes, éd. et trad. André Stoll et Cora van Kleffens, Fancfort-sur-le-Main, Insel, « Insel Taschenbuch », 1982., p. 297-402.
– Stoltzfus, Ben, « Point of View in ‘Un Cœur simple’ », The French Review 35.1, 1961, p. 19-25.
– Vinken, Barbara, « Aussatz geküsst », in Olivier : Saint François d’Assise [programme], Munich, Bayerische Staatsoper, 2011, p. 180-187.
– Vinken, Barbara, « L’abandon de Félicité – Un Cœur simple de Flaubert », in Le Flaubert réel, éd. Barbara Vinken et Peter Fröhlicher, Tubingue, Max Niemeyer, 2009, p. 141-163.
– Wetherill, P.-M.: « Introduction générale des Trois Contes », in Gustave Flaubert, Trois Contes, éd. P.-M. Wetherill, Paris, Garnier, « Classiques Garnier », 1988, p. 19-143.

Haut de page

Notes

1 Salammbô, éd. Gisèle Séginger, Paris, GF-Flammarion, 2001, p. 122. Par ailleurs, je profite de cette première note pour remercier personnellement Loïc Windels, relecteur bienveillant et actif.

2 Il en existe, bien entendu, des traductions, et l’on en trouvera plusieurs ci-après dans l’article, et dans la bibliographie.

3 Gustave Flaubert, Trois Contes / Drei Erzählungen, éd. et trad. André Stoll et Cora van Kleffens, Fancfort-sur-le-Main, Insel, « Insel Taschenbuch », 1982. Avec une postface d’André Stoll et de Cora can Kleffens. Je citerai le texte français des Trois Contes et la traduction allemande de Stoll et de van Kleffens d’après cette édition où la version française se trouve toujours directement en face de l’allemand. (Edition abréviée en TC/DE dans la suite de l’article).

4 La Bible de Jérusalem, Ac 2, 2-4.

5 Le jeu de mot, que Pierre-Marc de Biasi rappelle dans son introduction à Trois Contes (Paris, GF-Flammarion, 1986, p. 29), a été souvent relevé par la critique flaubertienne.

6 Gustave Flaubert, Reise in den Orient. Ägypten, Nubien, Palestina, Syrien, Libanon, éd. André Stoll, trad. Reinhold Werner et André Stoll, Francfort-sur-le-Main, Insel, « Insel Taschenbuch », 1985. Avec une postface d’André Stoll.

7 Gustave Flaubert, Salammbô, éd. et postface Monika Bosse et André Stoll, trad. Georg Brustgi, Francfort-sur-le-Main, Insel, « Insel Taschenbuch », 1979.

8 Voir André Stoll et Cora van Kleffens , « Nachwort », in TC/DE, p. 297-396. Voir la page 328 pour le caractère « anti-mythique » de ces images.

9 Notamment celle de Claus Sprick et de Cornelia Hasting (Flaubert, Drei Erzählungen, Munich, Piper, 2002), celle de E. W. Fischer (Flaubert, Drei Geschichten, Zurich, Diogenes, 1979) et celle de Ludwig Wolde (Flaubert, Drei Erzählungen, Munich, Kurt Desch éditeur, 1947).

10 TC/DE, p. 36.

11 Le petit Jésus naît littéralement « sur la paille ».

12 Voir la note de Raymond Decesse sur ce passage (Gustave Flaubert, Trois Contes, éd. Raymond Decesse, Paris, Bordas, 1965, p. 60).

13 Trad. Fischer, éd. cit., p. 23. La re-traduction d’un mot allemand en français est à l’unique intention du lecteur non-germanophone. Elle est, sauf mention contraire, littérale. De même, les traductions de citations allemandes sont miennes.

14 Trad. Sprick/Hasting, éd. cit., p. 24.

15 Trad. Wolde, éd. cit., p. 27.

16 Qui se prononcent respectivement [ʃtroː] et [ʃtrɔɪ].

17 Il suffit de songer, dans Madame Bovary, à la jambe d’Hippolyte ou à cette « pourriture instantanée des choses où [Emma] s’appuyait » et qui incarne à ses yeux la clef de son malheur ; dans Salammbô au supplice d’Hannon, au défilé de la Hache et à tant d’autres passages ; dans Saint Julien aux chairs du Lépreux ou à la perdrix « morte depuis longtemps, pourrie » que Julien trouve sur son chemin juste avant d’accomplir son geste parricide ; enfin dans La Tentation de Saint Antoine aux dernières paroles de la Luxure et de la Mort : « – Active ma puissance ! / – Féconde ma pourriture » (resp. Madame Bovary, éd. Jacques Neefs, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », 1999 p. 289 et 421 ; Salammbô, éd. cit., p. 357, 342 et passim ; Trois contes, éd. cit., p. 106 et 99 ; La Tentation de Saint Antoine, éd. Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, « folio classique », 1983, p. 224).

18 « Deinde vero totius humilitatis sanctus amator se transtulit ad leprosos, eratque cum eis, diligentissime serviens omnibus propter Deum, et lavans putredinem omnem ab eis, ulcerum etiam saniem extergebat, sicut ipse in testamento suo loquitur dicens: “Quia cum essem in peccatis, nimis amarum mihi videbatur videre leprosos, et Dominus conduxit me inter illos, et feci misericordiam cum illis”. In tantum namque, ut dicebat, aliquando amara ei leprosorum visio exsistebat ut, cum tempore vanitatis suae per duo fere milliaria eminus ipsorum domos respiceret, nares suas propriis manibus obturaret. Sed cum iam gratia et virtute Altissimi sancta et utilia inciperet cogitare, in saeculari adhuc habitu constitutus, leprosum unum obvium habuit die quadam, et semetipso fortior effectus accessit et osculatus est eum ». (« Alors, mû par un saint désir d’humilité la plus complète, il se rendit auprès des lépreux, demeura avec eux, les servant tous avec le plus grand zèle au nom de Dieu, allant jusqu'à laver et essuyer leurs plaies purulentes, ainsi qu'il le dit lui-même dans son Testament : “Parce que, lorsque j'étais encore dans le péché, voir des lépreux me paraissait une chose bien amère, Dieu me conduisit parmi eux, et j'y fis miséricorde”. Il avouait lui-même que la vue des lépreux lui était si révoltante que, au temps qu'il était encore sensible à la vanité de ce monde, il lui suffisait d'apercevoir à deux lieues leurs habitations pour qu'il portât ses mains à ses narines et les bouchât. Mais une fois qu'il eut, par la grâce et la vertu de Dieu, commencé à méditer de saintes et utiles choses, alors qu'il était encore revêtu de l'habit séculier, il rencontra un jour un lépreux en chemin et, s'étant vaincu lui-même, il s'approcha de lui et le baisa. » – Thomas de Celano, Vita prima S. Francisci Assisiensis, Florence, Quaracchi, 1926, p. 21 – le texte latin, et sa traduction italienne sont consultables en ligne sur le site Reti Medievali de l’Université de Florence). L’insistance flaubertienne sur les aspects repoussants des soins apportés au Christ Lépreux a été souvent remarquée. Mais le baiser au lépreux est, chez François lui-même, le lieu du dépassement d’un dégoût paradigmatique. Et les hagiographes avaient parfois enchéri dans l'explicite. Ainsi, dans un texte où le saint mange dans le même plat qu’un malade, on le voit aussi tirer le pus des plaies, y mettre la langue et lécher (Vie de S. François d'Assise, par le Père Candide Chalippe, Nouvelle édition, t. II, Avignon, 1824, p. 307 et 308). Sur le sujet, voir Maurice de Beer, « Le baiser au lépreux », in La Conversion de Saint François d’Assise selon son premier Biographe Thomas de Celano. Étude comparative des textes relatifs à la conversion en VITA I et VITA II, Thèse pour le Doctorat en Théologie, Strasbourg, 1963, p. 207-210 et Barbara Vinken, « Aussatz geküsst », dans : Olivier Messiaen : Saint François d’Assise [programme], Munich, Bayerische Staatsoper, 2011, p. 180-187.

19 TC/DE, p. 164.

20 TC/DE, p. 90.

21 TC/DE, p. 88. Il y a deux autres récurrences du moment de la pourriture ou du dégoût dans Un Cœur simple : Félicité réclame le petit chapeau de Virginie, « tout mangé de vermine » (TC/DE, p. 64), et elle soigne le père Colmiche, malade d’une tumeur « plus grosse que sa tête » (TC/DE, p. 66).

22 TC/DE, p. 76. Stoll et van Kleffens traduisent ainsi le conseil de Mme Aubain : « So lassen Sie ihn doch ausstopfen » (TC/DE, p. 77).

23 De même, Julien, lorsqu’il se couche sur le Lépreux avant de mourir, est « nu comme au jour de sa naissance » (et le lecteur se souvient qu’alors, il « ressemblait à un petit Jésus ») (TC/DE, resp. p. 164 et 102.)

24 Les scènes de l’Annonciation et du lépreux sont étroitement associées à la figure du perroquet pourri qui se caractérise donc par une double inscription hagiographique.

25 Stoll/van Kleffens, « Nachwort », op. cit., p. 340 [« L’œuvre d’art ne dévoile sa capacité de connaissance qu’à celui qui est prêt à percer l’apparence idyllique qu’elle cite de la propagande de bonheur du collectif, et qu’à celui qui ne laisse pas passer inaperçus les signes contradictoires puisqu’ils sont les instruments de l’élucidation »].

26 Trad. Fischer, éd. cit., p. 23.

27 Trad. Sprick/Hasting, éd. cit., p. 24.

28 Trad. Wolde, éd. cit., p. 26.

29 Stoll/van Kleffens : « Nachwort », op. cit., S. 325.

30 TC/DE, p. 36.

31 « Servante du Seigneur » (Lc 1, 38).

32 Stoll/van Kleffens : « Nachwort », op. cit., p. 337 [« L’art de Caron, d’Ingres et de Moreau contient la clé pour déchiffrer la vision de mort de Félicité. À l’instar de ces artistes, Flaubert met en scène sa « femme au perroquet » comme une femme mourante qui s’observe elle-même dans une vision, gisant sous la figuration gigantesque d’un dieu en forme d’oiseau »].

33 Stoll et van Kleffens parlent de la dernière scène d’Un Cœur simple, mais il est évident que le tableau de l’Annonciation en est la préfiguration.

34 Il s’agit de « L’apothéose de Sémélé » par Antoine Caron, de « Jupiter et Sémélé » par Gustave Moreau et de « Jupiter et Thétis » par J.-A.-D. Ingres. L’édition de Stoll et de van Kleffens contient une importante documentation iconographique sur Trois Contes (voir TC/DE, p. 251-296).

35 Je fais référence à un courriel de M. Stoll du 10 octobre 2011. Je le remercie vivement de son aide et de l’intérêt qu’il a pris à mon travail. Ses indications m’ont permis de mieux comprendre la logique de sa traduction et la rhétorique de Flaubert.

36 TC/DE, p. 28.

37 TC/DE, p. 30.

38 Barbara Vinken, « L’abandon de Félicité – Un Cœur simple de Flaubert », in Le Flaubert réel, éd. Barbara Vinken et Peter Fröhlicher, Max Niemeyer, Tubingue, 2009, p. 141-163, ici p. 159.

39 TC/DE, p. 68.

40 TC/DE, p. 12. L’occurrence est renforcée par un premier [ã] atone, dans la préposition « en ».

41 Évidemment je ne suis pas le premier à attirer l’attention sur ce phénomène. P.-M. Wetherill a par exemple remarqué le caractère itératif de Un Cœur simple : « Un Cœur simple est plein de mouvements répétés » (P.-M. Wetherill : « Introduction générale des Trois Contes », dans : Gustave Flaubert, Trois Contes, éd. P.-M. Wetherill, « Classiques Garnier », Garnier, Paris, 1988, p. 19-143, ici p. 138). Raymonde Debray-Genette analyse la figure de la répétition au niveau thématique et narratologique : « Si la figure générale de ce texte est celle de parallèles successives, sur lesquelles s’inscrivent des épisodes isolés et en même temps, pour une part, identiques, une figure de détail s’impose, celle de la répétition » (Raymonde Debray-Genette, « Les figures du récit dans ‘Un cœur simple’ », Poétique 3, 1970, p. 348-364, ici p. 358). Enfin, Brigitte Le Juez consacre dans sa monographie de nombreux développements à cette figure de la répétition, qu’elle rattache explicitement à celle du perroquet : « La répétition, qui jalonne le texte flaubertien et ouvre la question essentielle du langage, est représenté par le symbolisme pluriel du perroquet, dont le nom lui-même est une répétition (Lou-Lou) » (Le papegai et le papelard dans Un Cœur simple de Gustave Flaubert, Rodopi, Atlanta / Amsterdam, 1999, p. 95).

42 Vinken, art. cit., p. 161.

43 TC/DE, p. 58

44 Flaubert, Trois Contes, éd. Wetherill, éd. cit., p. 264.

45 Victor Brombert, « La chambre de Félicité : bazar ou chapelle ? », in George Sand et son temps I, éd. Elio Mosele, Slatkine, Genève, 1994, p. 73-86, ici p. 77 sq.

46 Id., p. 78.

47 TC/DE, p. 62.

48 Des conjonctions comme « parce que » ou « quand » rendraient le rapport entre deux « événements » beaucoup plus évident que ne le fait le participe présent. C’est précisément en raison de la valeur multiple du participe présent (valeur temporelle, causale ou relative) et du gérondif (valeur modale, conditionnelle ou temporelle) que le discours s’obscurcit. P.-M. Wetherill parle d’une « suppression massive de conjonctions » (« Introduction générale », op. cit., p. 135), et Raymonde Debray-Genette va jusqu’à affirmer que « [j]amais Flaubert n’indique, textuellement, un lien de causalité » (Debray-Genette, op. cit., p. 355). S’il y a des conjonctions, c’est plutôt pour exprimer les motifs d’un personnage : « Cette faiblesse agaçait Mme Aubain, qui d’ailleurs n’aimait pas les familiarités du neveu, — car il tutoyait son fils » ; « Mme Aubain se résigna à l’éloignement de son fils, parce qu’il était indispensable » (TC/DE, p. 34).

49 Debray-Genette, op. cit., p. 357.

50 « Cela nous prouve, reprit l’autre [= Homais] en souriant avec un air de suffisance bénigne, les irrégularités sans nombre du système nerveux [...] Aussi ne vous conseillerai-je point, mon bon ami, aucun de ces prétendus remèdes qui, sous prétexte d’attaquer les symptômes, attaquent le tempérament. Non, pas de médicamentation oiseuse ! Du régime, voilà tout ! Des sédatifs, des émollients, des dulcifiants. Puis, ne pensez-vous pas qu’il faudrait frapper l’imagination ? » (Gustave Flaubert, Madame Bovary, éd. cit., p. 323-324.) Homais, dans sa suffisance et son orgueil d’homme de (pseudo) science, est cependant loin de percevoir la vraie cause du malaise d’Emma.

51 Voici leur solution : « gemäß den Anweisungen von Madame Aubain, die dem Leichenwagen in einer geschlossenen Kutsche folgte » (TC/DE, p. 59.)

52 TC/DE, p. 31.

53 TC/DE, p. 95.

54 Perroquet se dit en allemand « Papagei », et se prononce peu ou prou comme le français « pagaille ». Le suffixe « tum » est quant à lui « essentialiste », il permet de forger des caractéristiques abstraites à partir d’adjectifs ou de noms concrets. La « Papageientum » serait en quelque sorte un « être perroquet ». Quant à « l’équivalent » français, il s’autorise en barbarisme d’une certaine « bouvard-et-pécuché-ité » barthésienne (« Le Mythe aujourd’hui », in Mythologies, Seuil, Paris, 1957, p. 244).

55 TC/DE, p. 68.

56 TC/DE, p. 80 sq.

57 TC/DE, p. 77.

58 TC/DE, p. 79.

59 TC/DE, p. 77.

60 TC/DE, p. 89.

61 Ibid.

62 Ibid.

63 Ainsi, pour ce même passage, Sprick et Hasting n’utilisent que deux fois le mot « da » (trad. Sprick/Hasting, éd. cit., p. 50 sq.)

64 TC/DE, p. 89.

65 Il s’agit de « da er immer gut zu dem Papagei gewesen war » et de « Da aber die Postkutsche » (TC/DE, p. 77). Un autre exemple de ce type se trouve à la page 61 de la traduction allemande.

66 TC/DE, p. 34.

67 TC/DE, p. 39.

68 TC/DE, p. 53. Il resterait à distinguer les différents types de répétition (cf. Raymonde Debray-Genette, op. cit., p. 359).

69 Tout cela est bien connu, les signifiés ne sont pas des unités éternelles et immuables, mais n’existent que par rapport à un réseau culturel multiple et hétérogène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Mühlbacher, « Le plurilinguisme du perroquet », Flaubert [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1557

Haut de page

Auteur

Manuel Mühlbacher

Université Ludwig-Maximilian, Munich

Haut de page