Navigation – Plan du site
Traductions singulières

Traduire Flaubert : Madame Bovary en version roumaine

Florica Courriol

Résumés

Cette communication est le résultat d'une analyse traductionnelle visant à réévaluer une version roumaine de Madame Bovary des années soixante-dix (Doamna Bovary traduit par Demostene Botez) à travers le travail concret sur le texte avec les étudiants d'un mastère. De multiples anomalies ayant été ainsi décelées, j'ai été amenée à retraduire ce grand classique. Il m'a semblé profitable à la recherche flaubertienne d'exposer les difficultés et leurs résolutions, d'ordre purement linguistique ou civilisationnel, que l'on se place sur le plan de la lecture (compréhension) du texte ou sur celui du rendu dans la langue d'arrivée. Le choix des points litigieux ne se limite pas au simple discours mais touche aussi à la problématique des noms propres (peut-on les traduire ? faut-il avoir recours aux fameuses notes de traducteur ?) et, en conséquence logique, à celle du titre. Les exemples concrets viennent étayer une pratique traduisante et la mettre en relation avec la critique, l'histoire littéraire et la création flaubertienne dans son ensemble.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert, Madame Bovary Moravuri de provincie, Traducere din limba franceza, notà bibliogra (...)

1Nous voudrions, dans cet article, rendre compte des problèmes concrets que nous avons rencontrés en traduisant en roumain le chef d’œuvre de Flaubert, Madame Bovary1. Au préalable, il nous faut signaler que notre traduction est une retraduction, puisqu’une version publiée dans les années 1960 et signée d’un poète roumain (Demostene Botez) était disponible lorsque nous nous sommes penchés sur le texte original. Depuis cette première traduction, dont plusieurs ruptures de rythme suggèrent qu’elle fut probablement le résultat d’un travail collectif, d’autres éditeurs ont cru bon d’en faire imprimer de nouvelles en grande hâte. Toutefois, un simple examen des passages problématiques suffit pour se convaincre que les auteurs de ces versions « nouvelles » se sont bornés à reprendre l’ancienne. Ils améliorèrent ici et là le texte, actualisèrent quelques expressions tombées en désuétude, tout en reconduisant les erreurs manifestes que présentaient la traduction de Botez (à laquelle désormais nous nous référerons par l’abréviation DB).

2Au risque de pratiquer la tautologie, nous voudrions également préciser que traduire un roman de Flaubert revient à le récrire dans une autre langue selon un schéma très précis et une fidélité absolue et qu'il faut faire table rase de toute considération « cibliste » ou « sourciste ». Le traducteur littéraire s'implique dans une dynamique dont la recherche de l'équivalence est le moteur principal, en partant de la bonne compréhension du texte original pour aboutir au polissage du texte d'arrivée, dans le souci permanent de rendre autant le contenu que l'expressivité. Avec ses propres stratégies de traduction et, surtout, dans notre cas, avec cela au dessus de la tête : le regard perçant de Gustave qui ne vous quitte plus tout au long de votre travail ! Comme dans toute activité traduisante, les difficultés rencontrées sont d'ordre linguistique et civilisationnel, mais décuplées, s'agissant d'un grand styliste comme l’est l’auteur de Madame Bovary.

  • 2 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert, une manière spéciale de vivre, Paris, Grasset, 2009, p. 209

3Dans notre optique traductive, le traducteur doit se placer en relais de l'auteur, relire son roman avec un regard neuf, mais aussi en appliquant un décryptage offert par le co-texte. Un commentateur récent de Flaubert, remarque pertinemment qu’à « la manière dont une infime anomalie du tissage peut arrêter le regard sur une étoffe parfaitement lisse, Flaubert s’amuse à disposer dans son texte d’infimes signes propres à déclencher circonspection et zèle herméneutique chez les lecteurs les plus curieux »2. Le premier volet de notre opération consiste en une lecture correcte du texte flaubertien ; la compréhension parfaite du message permettra ensuite l'équivalence adéquate, c'est la base de toute pratique traduisante. Prenons, par exemple, la description du cortège nuptial qui se déplace dans la campagne :

  • 3 Gustave Flaubert, Madame Bovary, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2001, p. 76.

Le cortège, d'abord uni comme une seule écharpe de couleur qui ondulait dans la campagne, le long de l'étroit sentier serpentant entre les blés verts, s'allongea bientôt et se coupa en groupes différents, qui s'attardaient à causer. Le ménétrier allait en tête avec son violon empanaché de rubans à la coquille ; les mariés, venaient ensuite, les parents, les amis tout au hasard [...] La robe d'Emma, trop longue, traînait un peu par le bas ; de temps à autre, elle s'arrêtait pour la tirer, et alors, délicatement, de ses doigts gantés, elle enlevait les herbes rudes avec les petits dards des chardons, pendant que Charles, les mains vides, attendait qu'elle eût fini3.

  • 4 Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade  (...)

4Le lecteur français a sous les yeux le tableau assez banal d'un couple où la jeune mariée s’applique à nettoyer sa robe blanche pendant que l'homme ne sait pas quelle contenance se donner en attendant patiemment que la femme en finisse avec sa délicate opération. Charles a « les mains vides ». Vides de ne plus garder la main d'Emma ? Peut-être. Mais on est tenté de les imaginer ballantes. Car il ne sait que faire de ses mains, quelle attitude prendre. Il est en décalage par rapport à Emma comme il le sera toute sa vie d'homme marié. Flaubert suggère ici que, dès les premiers instants de leur vie commune, les époux Bovary seront en désaccord sur des trajectoires qui au lieu de se rapprocher, s'écarteront de plus en plus, jusqu'à la fin tragique que l'on connaît. C'est une scène qui positionne chaque acteur dans une logique qui va creuser, par la suite, leur incompatibilité. Emma s'adonne aux futilités de la vie, est préoccupée par les apparences, Charles ne fait rien d'autre qu'attendre, débordant d'amour, sans se soucier d'autre chose. L'interprétation du texte flaubertien est validée par l'explication de l'auteur de Madame Bovary : « Ce sera, je crois, la première fois que l'on verra un livre qui se moque de sa jeune première et de son jeune premier »4. Comment décrire plus fidèlement une réalité médiocre, puisque tel est le principe de notre auteur ? Ici : présenter une jeune mariée non pas transportée de bonheur, en ce jour qui devrait être extraordinaire (puisqu'il est unique) mais au contraire, s'adonnant à une tâche qui contraste avec le moment solennel du mariage.

5Une mauvaise lecture de ce passage a donné en traduction roumaine (la version DB) un Charles Bovary qui attend tranquillement « les mains dégantées ». Même pas « nues », terme qui aurait été tentant pour un locuteur roumain, puisque pour traduire vide, la langue roumaine possède un adjectif qui recouvre également le sens de nu : « gol ». On dira, par exemple, « cu capul gol » pour « tête nue » ou bien « cu mâinile goale » (littéralement les mains nues mais aussi vides). Le sens de nu/découvert qu'englobe l'épithète roumain « gol/goala » peut pousser effectivement (malheureusement ?) un traducteur roumain qui aurait fait une lecture superficielle du texte français à une interprétation erronée où le personnage flaubertien a les mains dégantées. Simple détail, mais combien riche : il est évident que si l'on procède ainsi nous nous trouvons dans une réécriture qui sera doublement faussée, une fois au niveau strictement linguistique, ensuite au niveau de l'intention auctoriale.

Stratégies traductionnelles

  • 5 C’est l’interprétation de Pierre-Marc de Biasi, op. cit.

6Les spécialistes s'accordent à dire que la traduction se heurte souvent à des difficultés générées par le fait que les langues ne découpent pas la réalité selon des grilles d'analyse analogues, se heurte, en pratique, à tout un système d'ordre civilisationnel, à des désignateurs de référents culturels ou culturèmes (comme les appelle Michel Ballard). Parmi eux, les plus difficiles à rendre sont évidemment les désignateurs qui renvoient à une spécificité culturelle : mœurs, habits, faits historiques, mentalités. En habillant le roman de Flaubert de paroles roumaines, devrions-nous habiller aussi ses personnages de costumes populaires d'une quelconque contrée de Roumanie ? L'équivalence directe entre termes qui renvoient au vêtement – et qui sont des désignateurs de référents culturels par excellence puisqu'ils en disent long sur la culture matérielle d'une nation, sur le passé d'un pays, sur ses traditions – est, à notre avis, à proscrire. La vieille paysanne du pays de Caux porte un tablier, la coiffe normande, chausse des sabots en bois ; elle ne pourra pas se présenter en « pestelci » (jupe roumaine, partie intégrante du costume traditionnel roumain, tenue obligatoire – aujourd’hui – de toute chanteuse de textes folkloriques qui passe à la télévision roumaine), un fichu roumain sur la tête et, aux pieds, les « opinci » (chaussures rudimentaires confectionnées en peau de porc). Ajoutons, pour comprendre qu’une fois de plus la fidélité absolue au texte flaubertien s’avère nécessaire pour la traduction, que si on applique le décryptage déjà évoqué, il est aisé de remarquer que la vieille paysanne dont l’auteur dit, de manière symbolique : « Ainsi se tenait, devant ces bourgeois épanouis, ce demi-siècle de servitude », que ses habits, tablier bleu et camisole rouge sont là pour compléter (avec le blanc supposé du « béguin » entourant son visage) le drapeau tricolore républicain5. Par contre, les comices trouveront un équivalent parfait dans « întrecere agricolà », ces assemblées des cultivateurs qui ont pour but l'amélioration des cultures de toutes sortes avec, en prime, un certain nombre de prix ou de distinctions.

7Le choix des termes qui ont trait à la civilisation peut partager les traducteurs en fidèles à tout prix et en adaptateurs. Si l’on prend par exemple : « Canivet s’essuyait le front avec son foulard », il nous serait difficile de le traduire en roumain par « îsi stergea fruntea cu basmaua », car la basma est le carré de tissu utilisé strictement par les femmes ! Historiquement parlant, on sait qu'à l'époque qui sert de cadre au roman de Flaubert, les hommes portaient un foulard en soie, ou en tissu léger. Or la basma est, en réalité, un carré en coton ou en laine, de qualité assez ordinaire et, qui plus est, portée notamment par les paysannes, en Roumanie. En ville on portera le batic qui, lui, est obligatoirement en soie. Le Robert historique, (Alain Rey, édition 2000) donne la définition suivante : « Foulard désigne une étoffe (de soie, etc) très légère et couramment (1832), par métonymie, une pièce d’étoffe servant d’écharpe ». Le Petit Robert donne une définition déjà assez complète, à côté de l’acception d’étoffe, celle qui nous intéresse, car courante : « Pièce d’étoffe (en foulard, etc) servant d’écharpe ». Lorsque l’on a un doute, on se doit de consulter toutes les interprétations du mot qui suscite l’interrogation. Pourquoi ne pas avoir recours ici au mot roumain « fular » pris directement au français ? Dans les dictionnaires bilingues roumain-français, on trouvera pour le mot roumain « fular » les équivalents français suivants :

1 : foulard, mouchoir de cou, cache-nez, cache-col
2 : tissu léger en soie.

Le problème vient du fait qu’en roumain il y a eu une utilisation du mot foulard uniquement pour « cache-nez ». Comme le montre cette définition d’un dictionnaire « de la langue roumaine contemporaine » (Vasile Breban, édition 1980) : « 1) fâsie dintr-o tesàturà sau împletiturà de lânà care se poartà iarna în jurul gâtului = bande de tissu ou de tricot en laine qui est portée en hiver autour du cou ». En hiver ! Evidemment notre chirurgien, Canivet, transpire sous le soleil et le traducteur s’est dit (sans se tromper) qu’il ne s’agit pas d’un cache-nez. Mais il aurait dû chercher à savoir si un « fular » roumain ne couvrait pas d’autres sens, d'écharpe, par exemple. De toute façon, en aucun cas basma, même si le personnage est un original. Le traducteur que je suis peut se demander s’il ne se trompe pas aussi. Est-ce que ma subjectivité linguistique n’est pas déformée par les souvenirs d’enfance dans la campagne roumaine où l’on faisait une distinction aussi nette entre fular, batic et basma qu’entre amer et sucré ? Mais les hommes élégants ont des goûts semblables, qu'ils vivent en Normandie ou à Bucarest, ce « petit Paris des Balkans » comme on nommait au XIXe siècle la capitale roumaine. Ils portaient aussi autour du cou cet objet français dont le nom était à peine roumanisé : fular !

8L'acte de lire devrait se confondre avec celui de voir, en tout cas en ce qui concerne le traducteur. Et lorsque dans la version française on arrive au passage de l'opération pratiquée par Charles Bovary sur le garçon d'écurie et que Flaubert écrit :

Or, puisque c’était un équin, il fallait couper le tendon d’Achille, quitte à s’en prendre plus tard au muscle tibial antérieur pour se débarrasser du varus ; car le médecin n'osait d'un seul coup risquer deux opérations, et même il tremblait déjà, dans la peur d'attaquer quelque région importante qu'il ne connaissait pas. (p. 248)

9Il ne faudra surtout pas rester au sens premier du verbe « prendre », puisque, par chance, il est précédé de l'adverbe « en ». Un gallicisme qui est souvent sujet à confusion pour un locuteur étranger, preuve en est la traduction DB de cette phrase en :

Dar fiindcà era un equin, trebuia tàiat tendonul lui Achile, ràmânând sà fie prins mai pe urmà de muschiul tibial anterior

  • 6 Doamna Bovary, Traducere de Demostene Botez, Prefata de Henri Zalis, Bucarest, 1970, Editura Minerv (...)

(« Mais puisque c'était un équin, il fallait couper le tendon d'Achille, puis l'attacher, par la suite, au muscle tibial... » serait la traduction littérale de cette traduction à contresens)6

Alors qu'il aurait fallu dire :

or, fiincà era un equin, trebuia tàiat tendonul lui Achile, chit a interveni mai târziu si la muschiul tibial anterior pentru a scàpa de varus

  • 7 Gustave Flaubert, Madame Bovary, moravuri de provincie, trad. Florica Courriol, éd. cit., p. 211.

(où nous avons traduit « quitte à s'en prendre à » par « quitte à intervenir plus tard sur le muscle tibial antérieur pour se débarrasser du varus »)7.

  • 8 Florica Courriol, « Quand madame Bovary se fait roumaine », in Language and literature, European la (...)
  • 9 Faut-il rappeler que l’église majoritaire roumaine est orthodoxe ? (NDLR)

10Madame Bovary est aussi le roman d'une France provinciale du XIXe siècle. Par conséquent, le traducteur devra installer un cadre historique, opération mentale qui consiste à positionner historiquement les faits narrés par Flaubert comme on s'accorde à le faire, de manière générale, dans la critique littéraire française et chercher à les rapprocher d'un monde littéraire roumain analogue, comme nous l'avons montré ailleurs8. L'historicité est, en réalité, un des aspects les plus redoutables pour un traducteur de notre époque et c'est surtout à ce niveau que l'on mesure la distance qui nous sépare du texte flaubertien. On constate un vieillissement (osons le mot !) des termes, des déplacements/glissements de sens ou, carrément, la disparition de certaines notions. Un exemple : l'enterrement d'Emma Bovary avec la description d'un rituel chargé de mots et d'objets propres à la religion catholique – mais étranger même à un traducteur catholique puisque nous savons que la scène a créé des difficultés à un confrère polonais9… Comment traduire en effet le passage : « Lestiboudois circulait dans l'église avec sa latte de baleine ; près du lutrin, la bière reposait entre quatre rangs de cierges » ? (p. 431). Une « latte de baleine » semble un groupe nominal au moins incongru ; pourtant, vérifications faites, nous avons appris qu'au temps de Flaubert on ouvrait la voie à travers la foule rassemblée à l'intérieur de l'église à l'aide d'une latte (confectionnée initialement en os de baleine, peut-être pour souligner la rareté de la chose, la distance avec le monde profane, et, implicitement, imposer le respect) pour laisser passer les prêtres chargés du service religieux.

11Si l’on pose des limites historiques, on en arrive vite à vérifier leur efficacité en termes de traduisibilité ; ainsi, la « masure » du père Rouault ne sera pas transformée en une habitation misérable, traduite par « bicoque » – comme on serait tenté de faire en lui donnant le sens actuel – puisque le terme utilisé par Flaubert se trouve souligné en italiques, indice qu'il n'est pas d'un emploi commun, mais bien spécial, voire régional, de « demeure ». D’ailleurs, le père d'Emma n'est pas un paysan pauvre (ni un pauvre paysan !), vu la description de ses biens. Flaubert est assez explicite sur la fortune du père d'Emma qui est loin d'être un démuni. M. Rouault est à l'aise et prend ses aises ; il se permet le luxe d'investir à perte et de bien vivre :

le bonhomme y [l'agriculture] perdait tous les ans ; car s'il excellait dans les marchés, où il se plaisait aux ruses du métier, en revanche, la culture proprement dite, avec le gouvernement intérieur de la ferme, lui convenait moins qu'à personne. Il ne retirait pas volontiers ses mains de dedans ses poches, et n'épargnait point la dépense pour tout ce qui regardait sa vie, voulant être bien nourri, bien chauffé, bien couché. Il aimait le gros cidre, les gigots saignants, les glorias longuement battus. Il prenait ses repas dans la cuisine, seul, en face du feu, sur une petite table qu'on lui apportait toute servie, comme au théâtre. (p. 72).

12Il ne regarde donc pas à la dépense et vit selon un certain rituel. La séquence « il ne retirait pas volontiers ses mains de dedans ses poches » est à prendre au sens de « ne pas se montrer trop pressé pour aller travailler », préférer l'inactivité et la contemplation à la besogne, au labeur ! Décoder cette phrase au sens premier, comme on peut lire dans la version DB où « ne pas sortir les mains de dedans ses poches » a été interprété comme « ne pas vouloir sortir de l'argent de ses poches », c'est créer un faux sens, même un contresens, puisqu'on présente le père Rouault en avare ! Il est vrai que l'on se trouve ici devant deux expressions assez rapprochées sur le plan sémantique, aimantées par les deux noms « poches » et « mains », et qu'une confusion est vite faite. En consultant le dictionnaire historique, on apprend que Furetière avait enregistré la locution « les mains dans les poches » ou « dans ses poches » dès 1690, avec le sens figuré de « sans rien faire, nonchalamment ». Et il est tout aussi vrai que l'on peut dire d'une personne avare qu'elle « ne met pas la main à la poche » pour payer, pour donner de l'argent (qui se trouve généralement dans une poche) mais l'élément lexical qui prêterait à interprétation est, dans ce dernier cas, au singulier et précédé de l'article défini et non pas de l'adjectif possessif au pluriel, sans oublier la préposition « à » qui fait la différence. Tout indice est à prendre en considération : la conjonction copulative « et », ne se trouve pas là par hasard, même si elle est précédée par une virgule. « Et » n'est pas coupé du discours qui le précède et ne le coupe pas non plus pour mieux s'en détacher, il renforce, par accumulation, la suggestion flaubertienne. Dans le pire des cas, une traduction mot à mot aurait été souhaitable au lieu de celle qui a été donnée dans la verion DB : nu ducea mâna la chimir (littéralement : « ne mettait pas la main à la bourse » ; chimirul est en réalité une large ceinture portée par les hommes pourvue de poches destinées à garder l'argent).

Texte et contexte

13S'attaquer à un styliste comme Flaubert – à travers la traduction – est un acte de courage qu'il faut assumer consciencieusement. On ne traduit pas une œuvre de Flaubert comme on le ferait d'un roman léger ou d'un article de journal. Un classique étudié depuis l'école est enveloppé de couches successives de savoir, de détails qui, loin de le momifier, le mythifient. Et vous le rend aussi, dans une certaine mesure, plus proche : il n'est plus un inconnu, on sait comment il écrivait, comment il pensait, comment il aurait fait ou aurait dit. On reconnaît son style et sa logique, parfois même en dépit du texte écrit, comme cela nous est arrivé en traduisant le passage du bal auquel sont invités les Bovary :

La musique du bal bourdonnait encore à ses oreilles, et elle faisait des efforts pour se tenir éveillée, afin de prolonger l'illusion de cette vie luxueuse qu'il lui faudrait tout à l'heure abandonner. Le petit jour parut. Elle regarda les fenêtres du château, longuement, tâchant de deviner, quelles étaient les chambres de tous ceux qu'elle avait remarqués la veille. Elle aurait voulu savoir leur existence, y pénétrer, s'y confondre.

Mais elle grelottait de froid. Elle se déshabilla et se blottit entre les draps, contre Charles qui dormait.

Il y eut beaucoup de monde au déjeuner. Le repas dura dix minutes ; on ne servit aucune liqueur, ce qui étonna le médecin. Ensuite mademoiselle d'Andervilliers ramassa des morceaux de brioche dans une banette, pour les porter aux cygnes sur la pièce d'eau. (p. 107)

  • 10 Notre doute sur ce sujet a été dissipé par la chercheuse Stéphanie Dord-Crouslé, lors d’une confére (...)

14On remarque au milieu du passage le brusque changement de style, la brièveté des phrases qui tombe un peu comme un couperet : c'est le réveil après la fête. Le repas est court, on ne sert pas de liqueur, etc. Pourtant, le texte dit clairement « il y eut beaucoup de monde » ! C'est une contradiction évidente entre le nombre de personnes et la durée du repas. Intrigué, le traducteur ne peut passer son chemin sans éclaircir le mystère. De nos jours et grâce à un collectif de chercheurs qui ont mis sur Internet les manuscrits de Flaubert, il est aisé d'aller consulter l'original. On découvre alors que dans le texte publié s'est glissé une erreur : on a copié « beaucoup » à la place de « peu » que l'on a pris, trop vite, pour une abréviation de son contraire, « bcp ». La logique du sens est ainsi rétablie10.

15Le co-texte s'avère à maintes reprises utile au traducteur qui est aussi, et doit être avant tout, un interprète du texte au même titre que l'est le critique littéraire et plus profondément encore que ce dernier ; il permet de faire face aux doutes, de faire le choix et d'en finir avec les hésitations. Et elles furent nombreuses. Ainsi, la page (264) où Rodolphe qui trouve Emma, une fois conquise, « tyrannique et envahissante », reste insensible à ses preuves et déclarations d'amour, puisque ayant eu beaucoup d’autres maîtresses avant elle, et s’étant « tant de fois entendu dire ces choses, qu'elles n'avaient pour lui rien d'original ». Il nous semble que le passage qui commence ici n'est plus à mettre sous le signe de l'ironie flaubertienne tant invoquée par ses commentateurs, mais devrait plutôt être interprété comme une empathie avec son héroïne.

Emma ressemblait à toutes les maîtresses ; et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l'éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage. Il ne distinguait pas, cet homme si plein de pratique, la dissemblance des sentiments sous la parité des expressions. Parce que des lèvres libertines ou vénales lui avaient murmuré des phrases pareilles, il ne croyait que faiblement à la candeur de celles-là, on en devait rabattre, pensait-il, les discours exagérés cachant les affections médiocres.

16Le pensait-il nous aide précisément à penser le texte. Flaubert montre du doigt le coupable : c'est Rodolphe qui a ces pensées, ce n'est pas moi ; moi, je serais davantage du côté d'Emma qui possède « la candeur » de ces choses, qui prononce pour la première fois ces paroles d'amour, et dont les « sentiments » sont, de toute évidence, « dissemblants » des sentiments des autres amantes, coutumières, elles, de ces pratiques. Outre ces termes que nous avons soulignés, la suite du texte, et en particulier la locution conjonctive « comme si », identifient clairement l'attitude auctoriale, écartant toute hésitation interprétative : « comme si la plénitude de l'âme ne débordait pas quelquefois par les métaphores les plus vides. »

17Ainsi, tout détail dans le texte a son importance pour déchiffrer et pénétrer le sens, pour profiter de la suggestion de l’auteur, à commencer par la pratique des italiques, manière de rendre, habituellement, les propos d'un personnage, comme dans le passage qui concerne la visite de Lheureux, « le marchand d'étoffes », chez le docteur, lors du décès du père Bovary, mais qui participe ici de l'attitude ironique de l'auteur :

Il venait offrir ses services, eu égard à la fatale circonstance. Emma répondit qu'elle croyait pouvoir s'en passer. Dès qu'ils furent seuls, M. Lheureux se mit, en termes assez nets, à féliciter Emma sur la succession, puis à causer des choses indifférentes, des espaliers, de la récolte et de sa santé à lui, qui allait toujours couci-couci, entre le zist et le zest. En effet, il se donnait un mal de cinq cents diables, bien qu'il ne fit pas, malgré les propos du monde, de quoi avoir seulement du beurre sur son pain.

Emma le laissait parler. Elle s'ennuyait si prodigieusement depuis deux jours ! (p. 336-337).

18L'auteur aurait bien pu mettre en italique également « il se donnait un mal de cinq cents diables », « bien qu'il ne fit pas, malgré les propos du monde, de quoi avoir seulement du beurre sur son pain », paroles, de toute évidence, rapportées, donc exprimées par le marchand. Mais le contraste entre la fatale circonstance évoquée en début du paragraphe et le bavardage insignifiant (couci-couci, etc.) aurait été, à nos yeux, moins frappant et la scène moins savoureuse ; car elle prête à sourire, cette scène, puisqu'elle réveille en Emma la curiosité de la spectatrice qui y trouve un moyen de chasser l'ennui qu'elle éprouve depuis... deux jours, depuis la mort de son beau père. Le traducteur se doit de respecter ici, comme ailleurs, le sens et la forme, de remettre donc les italiques à leur place. Tout comme il doit, par ailleurs, faire transparaître en roumain le langage redondant de Homais pour le portrait duquel l'auteur met en jeu les moyens les plus sophistiqués. Le langage du personnage, son histoire, ses manières, le contraste entre la parole et la pensée, entre les principes affichés et la conduite quotidienne de l'homme, entre l'être et le paraître au fond, génèrent un mixte humain qui servirait de parangon. Tout prête à rire chez Homais à commencer par son nom où l'on distingue une part du mot homme sur laquelle se greffe une terminaison à consonance provinciale ; il n'est pas interdit non plus d'y voir un composite de Ho ! + mais... puisque l'apothicaire a toujours une remarque à faire, qu’il sait tout sur tout, qu’il est aussi manipulateur que tyrannique.

19Cela nous conduit aux difficultés générées par les noms propres du roman. Leur traduction pose de véritables problèmes techniques aux traducteurs tout aussi terribles que les termes désignant des notions inexistantes dans la langue d'arrivée. On serait tenté, dans ce cas par l'incrémentation (introduire dans le texte un mot qui explique le terme étranger repris) ou bien, par la note. Car, comment rendre le côté « bovin » de notre roman traversé par les Bovary, Tuvache, Lebœuf, etc. ? L'ironie subtile suggérée par les noms de Lheureux, Binet, Bournisien ou les noms des enfants du pharmacien qui suscitent l'hilarité par l'inadéquation ? Les roumaniser ? Rien n'est moins aléatoire chez Flaubert que le choix du nom de ses personnages ! Et les hésitations en face de tel ou tel prénom au moment de la naissance de la fille des Bovary montrent, en creux, l'importance que l'écrivain accordait au sujet. Nous avons fini par les garder en donnant une note explicative en bas de page au moment de l'entrée en scène de chaque nouveau personnage. L'onomastique en traduction est soumise à la plus forte subjectivité, (on sait qu'un nom évoque des images complètement différentes d'un lecteur/locuteur à l'autre), d'où les risques majeurs qu'implique leur traduction.

20Flaubert est un styliste de la rature, c'est connu, il a éliminé plusieurs scènes sur lesquelles il avait travaillé pendant des jours, chose qui ne facilite pas la tâche du traducteur qui devra peser chaque mot et chaque virgule. Ainsi à l'intérieur d'une séquence du genre : « tout l’irritait maintenant [...], son existence enfin » (p 259) enfin ne doit pas être interprété comme un « în sfârsit » (connotation de « bref ! » en roumain), car ce n'est pas au sens de « finalement » qu'il est utilisé ici, mais bien dans le sens de même (roum : chiar si, pânà si). Sans parler des termes très rapprochés qui relèvent de la catégorie des faux amis : « humiliation » n’est pas umilinţă, mais umilire, ce qui blesse l’amour-propre, qui humilie, alors que « umilinţă » est un renoncement à l’orgueil, c'est de l'humilité. De même que le mot sacerdoce lancé à propos d'un médecin peut se traduire par sacerdoţiu qui veut dire vocation, et non pas har sfânt = grâce divine ! Le docteur Canivet étant un individu « pratique », dynamique, aux habitudes constantes, bien enracinées, connues et appréciées de tous ses patients, et non pas un rêveur ou un saint…

21La langue roumaine n'est pas limitative en termes de traductibilité, elle possède un vaste champ synonymique qui vient en aide à toute recherche de nuance. C'est une langue riche, par exemple, en verbes qui désignent l'acte oratoire : Parler/S’exprimer. Et pourtant, lorsque Flaubert dit d’un personnage (le chirurgien) qu’il « se répandit en paroles sur les exigence de son art », le traducteur roumain peut transposer cette séquence en une traduction très proche de la formule française : « se pierdu în vorbe despre cerintele artei sale », ou bien : « nu mai conteni cu vorbele », formule négative, mais qui a l'avantage de l'expression communément employée en roumain et non pas « adaptée » du français, comme la première. La fidélité est en rapport avec le sens (ici), non avec l'économie du texte, elle est finalement relative, puisque c'est la recherche de la signification qui prime.

  • 11 Tsvetan Todorov, La Littérature en péril, Paris, 2007, Flammarion, « Café Voltaire », p 74.

22On peut dire au terme de notre analyse qu'il faut dépasser dans la traduction d’une œuvre majeure, comme Madame Bovary, la notion de langue à traduire, et traduire plutôt un langage qui a ceci d'universel qu'il est compris par tout homme. On ne traduit finalement pas une langue, mais une œuvre, de toute évidence. La dynamique traductologique doit produire du sens, qui est l'apanage des grandes œuvres et doit en même temps rendre le lecteur actif. On terminera en citant ces mots de Tsvetan Todorov : « En figurant un objet, un événement, un caractère, l'écrivain n'assène pas une thèse, mais incite le lecteur à la formuler : il propose plutôt qu'il n'impose, il laisse donc son lecteur libre et en même temps l'incite à devenir plus actif. Par un usage évocateur des mots, par un recours aux histoires, aux cas particuliers, l'œuvre littéraire produit un tremblement de sens, elle met en branle notre appareil d'interprétation symbolique, réveille nos capacités d'associations et provoque un mouvement dont les ondes de choc se poursuivent longtemps après le contact initial.»11

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Madame Bovary Moravuri de provincie, Traducere din limba franceza, notà bibliograficà, note si nota traducàtorului de Florica Ciodaru-Courriol, Bucarest, Editura ART, 2010.

2 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert, une manière spéciale de vivre, Paris, Grasset, 2009, p. 209.

3 Gustave Flaubert, Madame Bovary, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2001, p. 76.

4 Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », tome II, 1980, p. 79.

5 C’est l’interprétation de Pierre-Marc de Biasi, op. cit.

6 Doamna Bovary, Traducere de Demostene Botez, Prefata de Henri Zalis, Bucarest, 1970, Editura Minerva, p. 197.

7 Gustave Flaubert, Madame Bovary, moravuri de provincie, trad. Florica Courriol, éd. cit., p. 211.

8 Florica Courriol, « Quand madame Bovary se fait roumaine », in Language and literature, European landmarks of identity, actes du colloque de l’Université de Pitesti (Roumanie), 2-4 juin 2006, vol. II, Editura Universitatii Pitesti, p. 161-167.

9 Faut-il rappeler que l’église majoritaire roumaine est orthodoxe ? (NDLR)

10 Notre doute sur ce sujet a été dissipé par la chercheuse Stéphanie Dord-Crouslé, lors d’une conférence à l’Université Lyon III.

11 Tsvetan Todorov, La Littérature en péril, Paris, 2007, Flammarion, « Café Voltaire », p 74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florica Courriol, « Traduire Flaubert : Madame Bovary en version roumaine », Flaubert [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1627

Haut de page

Auteur

Florica Courriol

Traductologue

Haut de page