Navigation – Plan du site
Traductions singulières

Traduire la bêtise. Entretien avec Hans-Horst Henschen

Hans-Horst Henschen

Notes de la rédaction

Propos recueillis par Agnès Bouvier et Loïc Windels

Texte intégral

  • 1 Mais aussi Umberto Eco, Maurice Godelier, Philippe Ariès, et, dans le domaine anglosaxon : Aldous H (...)
  • 2 Une biographie de Foucault, un roman de Robbe-Grillet, le Mishima de Yourcenar.
  • 3 Monteverdi, Prokofiev, Jean Clair, Paul Virilio, etc.
  • 4 Selon le mot de Burkhard Müller, dans une recension des traductions de Flaubert par Henschen parue (...)

Quand il entreprend de traduire l’ensemble du corpus Bouvard et Pécuchet, Hans-Horst Henschen est déjà un traducteur reconnu. Ses traductions et/ou éditions de Barthes, Lévi-Strauss, Lyotard, Althusser, Michel Serres ou Jean Starobinski1 font de lui en Allemagne un relais important de la pensée française. Et à ces traductions d’auteurs ou de courants critiques, s’ajoutent celles qui s’y rattachent par raccroc2 ; celles qui semblent au contraire quitter les champs de l’anthropologie, de la psychanalyse ou de la « Gesellschaftkritik » pour se tourner vers la critique d’art3, tandis que d’autres, enfin, semblent marquer plus nettement le choix d’une critique tournée en art : Barthes et ses Fragments en 1984, Fontenelle et ses Dialogues en 1990, Bloy et ses Lieux communs en 1995… et à partir de 2003 : Flaubert et son Anti-Dummheitsprojekt4, trilogie en quatre volumes :

  • 5 Pour ces quatre volumes, nous adopterons dans les notes de l’entrevue proprement dite les abréviati (...)

1. Le roman :
– Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, aus dem Französischen neu übersetzt, annotiert und mit einem Nachwort versehen von Hans-Horst Henschen, Frankfurt am Main, Eichborn Verlag, 2003
2. Le « second volume » (en deux volumes) :
– Gustave Flaubert, Universalenzyklopädie der menschlichen Dummheit. Ein Sottisier. Herausgegeben, übersetzt und annotiert von Hans-Horst Henschen, Frankfurt am Main, Eichborn-Berlin, 2004
– Gustave Flaubert, Universalenzyklopädie der menschlichen Dummheit. Transkribierte Handschriften und Kommentare, Herausgegeben, übersetzt und annotiert von Hans-Horst Henschen, Frankfurt am Main, Eichborn-Berlin, 2004
3. Le Dictionnaire :
– Gustave Flaubert, Wörterbuch der gemeinen Phrasen, Herausgegeben, übersetzt und annotiert von Hans-Horst Henschen, Frankfurt am Main, Eichborn-Berlin, 20055

  • 6 Alberto Cento et Lea Caminiti avaient fait paraître en 1981 une « reconstitution conjecturale » de (...)

On le sait, Bouvard et Pécuchet pose, du fait de son statut inachevé des problèmes d’édition particuliers. Le roman que nous lisons devait constituer le premier volume d’un ensemble dont le « second volume » n’existe que sous la forme de dossiers monumentaux conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen, et dont seuls surnagent – dans la conscience du lectorat français – le Dictionnaire des Idées reçues et quelques sous-ensembles, albums, ou extraits popularisés par des éditions ayant pris l’habitude de les placer en annexe au roman. Pour le reste, c’est-à-dire pour l’immensité des notes lapidaires, des tracts publicitaires, des sottises de grands et de moins grands auteurs entre autres citations hétéroclites destinées à nourrir la « copie » de Bouvard et de Pécuchet, le lecteur pouvait s’adresser aux publications d’Alberto Cento et Lea Caminiti6, ou se rendre à Rouen, et consulter les manuscrits.

Hans-Horst Henschen fit l’un et l’autre : il s’appuya sur les travaux des chercheurs italiens, et les approfondit sur place par une fréquentation directe des notes de Flaubert, qu’il traduisit et reclassa, à mesure qu’il enrichissait le tout par des recherches personnelles, dont l’ampleur et l’encyclopédisme se révèlent à quiconque parcourt les notes, transcriptions, commentaires, planches et fac-similés accompagnant les dites traductions. Le travail s’étendit sur plusieurs années, et ne s’est d’ailleurs pas arrêté en 2005 puisqu’une seconde édition, enrichie, viendra bientôt remplacer la première largement épuisée7.

  • 8 On trouve d’ores et déjà une présentation de ce projet sur une page hébergée par le site de l’Insti (...)
  • 9 Dans sa revue en ligne de « culture politique », le même Burkhard Müller va jusqu’à parler d’une œu (...)

En un mot, et en attendant l’ouverture du site d’édition électronique des dossiers sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé8 et la parution du tome Bouvard et Pécuchet de la Pléiade par Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs, qui offriront bientôt au lecteur français un accès massif aux dossiers et une édition de référence, la trilogie de Hans-Horst Henschen n’est pas seulement un événement dans l’histoire des traductions de ce roman en Allemagne9, c’est aussi un événement dans l’histoire de son édition, partout où Flaubert continuera de susciter des lecteurs soucieux de comprendre son œuvre.

Il était naturel que nous ayons souhaité interroger son auteur.

***

Hans-Horst Henschen, vous avez reçu en 1997 le prestigieux prix Voss que l’Académie allemande décerne à un traducteur chaque année. À cette occasion le jury vous récompensait, d’une part pour vos traductions de textes théoriques, et, d’autre part, pour celle des Nouveaux dialogues des morts. Traduire Barthes ou Lévi-Strauss, traduire Flaubert ou Fontenelle, en quoi est-ce semblable, en quoi est-ce différent ?

Ressemblances – différences : la question est (probablement) insoluble et me décourage. Essayons néanmoins une réponse qui ne fait pas violence à ces deux sortes de textes (Textsorten : en allemand une expression linguistique pour désigner et classer des textes de tout genre, même hors-littérature). Supposons en outre qu’on a toujours le choix libre des textes à traduire (qu’on n’a point en réalité : le marché éditorial va vous ouvrir les yeux).

Je voudrais dire : pour tous les textes scientifiques et philosophiques on a besoin de l’« effort du concept » (Anstrengung des Begriffs) de Hegel, c’est-à-dire de la mobilisation des réserves de l’abstraction ; pour tous les autres textes ‒ narratifs, poétiques ‒ il faut être opifex dans le sens ancien, c’est-à-dire artisan langagier, avec un grand vocabulaire (tendance : infini, en ce qui concerne la « mémoire » du dictionnaire). Je ne sais pas si j’ai réussi dans ces grands « genres de discours » dans le sens de Lyotard chez qui il y a en effet deux genres analogues : le « genre narratif » et le « genre théorique » avec leurs divers « enjeux ». Mais je n’ose pas dire davantage à ce moment.

En 1972, vous publiez une critique sociologique des Jeux Olympiques et autres billevesées (Narreteien) ; en 1990, vous insistez dans votre postface aux Dialogues de Fontenelle sur ce que vous appelez des « vérités, valeurs d’autorité et hiérarchies reconduites sans questionne­ment depuis des siècles » ; en 1995, vous traduisez L’Exégèse des lieux communs de Léon Bloy : tout cela semble dénoter un certain intérêt pour la « bêtise » et les « idées reçues », ces phénomènes de figement de la pensée et du langage que Barthes avait rebaptisés « mythologies » : est-ce cet intérêt qui vous a amené à Flaubert ?

  • 10 Cf. « „Im „Jockey-Club“. Turf: Dictionnaire (ca. 1853) », in Copie II, p. 160-167 (NDLR).

Ce qui semble être un « fil conducteur » ou « fil d’Ariane » dans mes passe-temps ‒ : cette impression n’a pu naître qu’après-coup (nachträglich : un des mots-clés de Freud). Mais, d’accord, les billevesées des Jeux Olympiques – à mon avis une des conceptions idéologiques les plus « visqueuses » du vingtième siècle – étaient en 1972 (avec les Jeux Olympiques à Munich) seulement l’objet d’un petit pamphlet furieux parce que le sport « écrit » (dans les média : print-média et TV) – à l’opposé du sport « réel » ‒ appartenait encore au cadre d’une mythologie du « héros » et était traité en tant que tel. C’est seulement vers 1980 que le sport de compétition (olympique) a quitté cette sphère pour entrer dans le champ de la marchandise – avec de considérables taux de croissance. Les billevesées ont cédé le pas au business. Et c’est peut-être le même développement qui s’annonce chez Flaubert ‒ dans ses scénarios du « turf » et « au jockey-club »10. On ne sait pas s’il aurait réagi d’une façon semblable aux Jeux Olympiques – mais je l’espère.

  • 11 Dans une lettre à Louise Colet, le 4 septembre 1846. (NDLR)

Ce qui m’est resté de toute cette « tempête dans un verre d’eau », c’est en effet un goût particulier pour la perspective que Flaubert a nommée « le sublime d’en bas »11, et je sors de mes gonds (de joie) quand je lis ou traduis des textes comme « Le Tour de France comme épopée » (Barthes dans ses Mythologies), le dialogue de Milon de Crotone avec Smindiride le Sibarite (Fontenelle dans ses Nouvelles dialogues des morts, I, II) ou quelques extraits de Bloy comme « Porter bonheur. Porter malheur » (Exégèse des lieux communs, II, XII).

Votre traduction d’un Bouvard et Pécuchet « intégral » s’étend sur plusieurs années de votre vie. Nous serions curieux d’en savoir davantage sur cette aventure intellectuelle...

Un B & P « intégral » : ne soyez pas étonné si je vous confie de quelle cellule germinale cette aventure est née. Comme tout lecteur allemand j’avais le pressentiment vague qu’il y avait une deuxième partie, pour la plupart inédite et, en ce qui concernait l’histoire des mentalités du dix-neuvième siècle, une sorte de sphinx bicéphale (ou polycéphale).

  • 12 Maupassant : Lettres de Gustave Flaubert à George Sand, précédées d'une étude par Guy de Maupassant(...)
  • 13 Cf. « Die Gründe Robins », in B&P, p. 465-471. Le texte français est désormais consultable en ligne(...)

Donc, je m’étais proposé d’approfondir ma connaissance de cette deuxième partie légendaire que je connaissais seulement par les fragments de Maupassant (1884), de Geneviève Bollème (1966) et par l’édition d’Alberto Cento et Lea Caminiti (1981), et cela par autopsie (à Paris et Rouen)12. Mon étoile fixe à cet égard a été une petite remarque énigmatique dans le chapitre X du roman inachevé : les « raisons de Robin ». Des raisons pour quoi et de qui ? Les raisons d’un certain Charles-Philippe Robin (1821-85) – de son métier histologue, physiologiste et anatomiste – en faveur de la fondation et de l’établissement d’un bordel à Chavignolles, d’un bordel pour la jeunesse adolescente (et Bouvard, y devient-il habitué ?). Cette étoile fixe m’a guidé ensuite à travers l’entière deuxième partie de Bouvard et Pécuchet jusqu’à ce que j’aie trouvé ce que j’avais cherché si opiniâtrement : « L’instruction et l’éducation » (II, fol. 169 r° et v°) de 1877 – un petit manifeste d’hygiène populaire en matière sexuelle (en annexe de ma traduction de B & P)13.

Mais chemin faisant j’avais à examiner et vérifier des centaines et des centaines de pages manuscrites. Le résultat existe maintenant – sous le titre Universalenzyklopädie der menschlichen Dummheit ; il s’appuie sur l’édition d’Alberto Cento, mais comporte beaucoup de restitutions et d’augmentations, de sorte qu’on peut parler aujourd’hui à bon droit d’un vrai corpus Bouvard et Pécuchet intégral.

Mais il semble qu’un premier projet ait existé dès l’an 2000 sous le titre : Aus den Annalen des menschlichen Schwachsinns. Ein Sottisier. Pouvez-vous nous expliquer votre choix de titre définitif ?

Aus den Annalen des menschlichen Schwachsinns était seulement un titre de travail. Dans la mesure où le projet s’agrandissait et se ramifiait, je l’ai senti de plus en plus inapproprié, et enfin je l’ai complètement abandonné. La bêtise humaine n’a pas d’annales, elle est ‒ évidemment – perpétuelle ; celle du vingtième siècle par exemple reste à écrire – par quel auteur ?

De même, Le Dictionnaire des Idées reçues est traditionnellement connu en allemand sous le titre de Wörterbuch der Gemeinplätze (mot à mot : Dictionnaire des lieux communs). Vous avez, en 2005, choisi de le traduire par Wörterbuch der gemeinen Phrasen, ce qui oblige le lecteur allemand à questionner le concept même d’idée reçue. Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette solution originale ?

Comme vous le savez, le Dictionnaire des idées reçues (Mss g 227 et 228) – environ mille lemmes classés par ordre alphabétique ‒ devait être incorporé, avec le Catalogue des idées chic, dans le second volume, le Sottisier – à quel endroit, on ne le sait pas (j’ai préféré en faire un volume séparé, pour des raisons pratiques).

Dès le début de mon travail, j’ai traduit le mot-clé – idée reçue – dans le sens usuel du dictionnaire, comme „Gemeinplatz“, mais ça m’a gêné un peu, et enfin j’ai écrit „gemeine Phrase“.

La „gemeine Phrase“ a deux niveaux de sens ; d’un côté „geläufig“, „verbreitet“, „ landläufig“, „althergebracht“ (en fr. : banal ; bot. et zool. : vulgaris) ; d’autre côté „niederträchtig“, „hämisch“, „böse“ (en fr. : méchant). Ces deux niveaux de sens ou d’acception s’enchevêtrent constamment, le deuxième l’emportant souvent sur le premier. Laissons de côté le fait qu’il y a, chez Flaubert, un coupable principal, le bourgeois qui enduit tout avec le mucilage de sa bêtise. Mais ce bourgeois n’est pas resté le seul coupable ; aujourd’hui on est convenu que c’est le monde entier (c’est-à-dire : surtout les média) qui empoisonne tout avec des éléments préfabriqués linguistiques ou visuels.

Revenons au Sottisier. Nous l’avons dit : vous avez publié deux tomes. Le premier se compose de la traduction de la copie proprement dite. Quant au second, il s’agit d’un volume bilingue d’annexes comportant pour partie des « commentaires », pour partie des notes de lecture de Flaubert assorties de leur traduction allemande. Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette composition et le choix du bilinguisme ?

  • 14 « Bouvard et Pécuchet sont séparés du monde, dans une sorte d’eau dormante » (« James Joyce et Pécu (...)

Le Sottisier est la seconde et majeure partie d’un roman dont le lecteur allemand ne connaissait jusqu’à présent que la première partie qui ressemble, quant à elle, d’une façon indécise à un roman traditionnel – sans l’élément le plus important : le temps narratif. Elle est – avec le mot heureux d’Ezra Pound – « une sorte d’eau dormante »14.

Or, le second volume ne devait consister que de citations que Flaubert – pour son copiste – a marqué de croix (et avec le mot souvent souligné de copie). Le grand complexe des matériaux en huit « volumes » (collationnés entre 1951 et 1963 et conservés à la « Bibliothèque municipale de Rouen ») ne montre des « sections » cohérentes que dans les trois premiers volumes – comme « Histoire et idées scientifiques », « Littérature de Jocrisses », « Philosophie », « Exaltation du Bas », « Esthétique et critique », « Grands hommes » etc. Tout le reste devait être déduit ‒ même pour une editio minor allemande – des extraits qu’a laissés Flaubert en bon ordre (ou presque). J’espère avoir eu la main heureuse en ce qui concerne le choix de matériaux tellement hétérogènes – d’auteurs progressistes ou révolutionnaires (Fourier), conservateurs (Montesquieu, de Bonald, de Maistre), de « naturalistes » (Bonnet), de philosophes (Spinoza, Schopenhauer), de médecins (Moreau de la Sarthe), de psychologues (von Reichenbach), de « professeurs de gymnastique » (Amoros, Schreber) et de rigoleurs (Lalanne) etc. etc.

  • 15 Dans la deuxième édition entièrement revue et corrigée que je prépare (à paraître dès 2012). (NDLA)

Le bilinguisme va de soi : les quinze [dix-sept15] textes – parmi eux l’extrait court de l’Essai sur le libre arbitre de Schopenhauer, fragment tellement influent et mentionné plusieurs fois – devaient d’abord être présentés dans une transcription diplomatique française avant qu’ils puissent être traduits.

Passons au roman. Quand vous proposez votre traduction de Bouvard et Pécuchet, il en existe déjà quatre. Comment vous êtes-vous situé par rapport à ces travaux précédents ?

  • 16 Pour comparaison : on compte 29 traductions allemandes de Mme Bovary, et une trentième est en train (...)

Depuis 1909 il y a eu environ 6 éditions allemandes de Bouvard et Pécuchet16. La traduction la plus importante me semble être celle de Georg Goyert (1923), traducteur dont le chef-d’œuvre est une traduction (la première et, pendant longtemps, unique) du Ulysses de James Joyce qui avait pendant des dizaines d’années la réputation d’être un « modèle ». Goyert avait eu plusieurs fois l’occasion de coopérer directement avec Joyce ‒ ce qui évidemment m’était refusé. Seul Maupassant – et Tourgeniev peut-être – ont pu y voir clair ; mais…
Goyert lui-même a abandonné son travail en vue de la phrase avec laquelle s’inachève le premier volume du roman et qui est, en vérité, de la nièce de Flaubert : « Ici s’arrête le manuscrit de Gustave Flaubert. Nous publions un extrait du plan, trouvé dans ses papiers, et qui indique la conclusion de l’ouvrage. »
A partir d’ici il fallait défricher du terrain vierge.

Et par rapport à la littérature et à la langue allemandes ? Aviez-vous des « modèles » de prose pour guider votre travail ? Vouliez-vous restituer un état particulier de la langue ?

Non, je n’avais pas de « modèles ». Le seul trait qui m’ait impressionné – c’est le style même de Flaubert ; un style musculeux, comme « dégraissé », bien au-delà la fameuse impartialité, avec une précision et une acuité sèches et analytiques qui étaient seulement à imiter, pas à amplifier. « On prend les idées des choses pour les choses elles-mêmes. On explique ce qu’on entend fort peu, au moyen de mots qu’on n’entend pas du tout ! » Dans ma traduction : „Man hält die Ideen der Dinge für die Dinge selbst. Man erklärt etwas, wovon man sehr wenig versteht, mit Worten, die man überhaupt nicht versteht !“ ‒ le commencement du linguistic turn dans la bouche de Bouvard qui se détourne de la philosophie, profondément désillusionné.

  • 17 Cf. «  Die Waagschalen der Motive. Arthur Schopenhauer: Ueber die Freiheit des Willens (1841) », in (...)

En outre, il y avait beaucoup de fautes à corriger, surtout dans le champ philosophique. Par exemple, dans la discussion sur le libre arbitre (ch. VIII) que Bouvard nie explicitement, un membre de la compagnie villageoise, le capitaine, lui reproche : « Cependant je peux faire ce que je veux ! je suis libre, par exemple… de remuer la jambe. » ‒ « Non ! monsieur, car vous avez un motif pour la remuer ! » : „einen Grund, es zu bewegen“ (Erich Marx, 1959) ; „einen Grund, es zu bewegen“ (Georg Goyert, 1923) ; „einen Beweggrund, es zu bewegen“ (E. W. Fischer, 1909) : Or, on trouve en plusieurs endroits de la copie le susnommé fragment de l’Essai sur le libre arbitre de Schopenhauer17. Donc, dans ce cas il y a une solution univoque, maintenant et à jamais : l’extrait de Schopenhauer que Flaubert a lu dans ses dernières années est absolument sûr : « Le motif est la cause propre de l’action » ‒ „Das Motiv ist die eigentliche Ursache des Handelns“. En conséquence, le pauvre capitaine a « un motif pour remuer la jambe » ‒ en français comme en allemand („Nein, mein Herr, denn Sie haben ein Motiv, es zu bewegen !“). Ce n’est pas du pédantisme, mais un rapprochement du langage scientifique (philosophique) du temps – et un rapprochement par détours.

Entrons pour finir dans l’atelier du traducteur. Pourriez-vous nous donner un exemple de difficulté dont la résolution ne vous satisfait pas et, au contraire, un exemple d’obstacle que vous avez été particulièrement heureux de surmonter ?

Pour le premier cas – une résolution qui ne me satisfait pas ‒ il y a des douzaines d’exemples (gardons le silence !). Mais je voudrais au moins mentionner un cas difficile : Dans le chapitre X de Bouvard et Pécuchet il y a la petite scène avec le leitmotiv : « …et on aborda l’écriture. » Victorine et Victor apprennent à déchiffrer un texte. « Victorine posait des questions. D’où vient que ch dans orchestre a le son d’un q et celui d’un k dans archéologie ? […] Tout cela n’est pas juste. Elle s’indignait. »

Il est juste, indubitablement juste, que ch dans orchestre et k dans archéologie sont identiques en ce qui concerne leur prononciation. J’ai fait une longue note linguistique en bas de page (une note en bas de page – dans un roman !!! les beaux esprits s’écrieront). Mais je ne trouve pas de solution. Flaubert, l’« incorruptible », l’intègre styliste ‒ s’est-il trompé à cet endroit ? Un moment d’inattention dans une mer d’attention et de précision ? Ou une dernière et sublime forme de la mystification, de la duperie ?

Pour le deuxième cas – des solutions qui me satisfont – deux exemples significatifs : « L’échafaud est un autel » ‒ phrase de sa bête noire, Joseph de Maistre (dans la section « Philosophie » du Sottisier) ; phrase qu’on voudrait compléter par « …sur lequel la Révolution célèbre ses triomphes sanglants » etc. etc. Mais c’est faux, c’est absolument faux. Si l’on cherche le passage original chez de Maistre – dans ses Soirées de Saint-Pétersbourg (dixième entretien) ‒, on trouve ce texte authentique : « Sous l’empire de la loi mahométane, l’autorité punit et même de mort l’homme qu’elle en juge digne au moment et sur le lieu même où elle le saisit. […] Parmi nous, l’ordre est tout différent : il faut que le coupable soit accusé ; il faut qu’il se défende ; […] il faut enfin un certain temps pour le conduire au lieu du châtiment, qui est fixe. L’échafaud est un autel : il ne peut donc être placé et déplacé que par l’autorité… ». Donc, l’échafaud est un tréteau réel, mais pour des fins correctionnelles. Et Flaubert ? Il extrait ce passage et le cite décontextualisé, c’est-à-dire qu’il le plie à ses propres fins polémiques pour ridiculiser son adversaire en faisant éclater dans une formule tronquée l’absurdité de ses thèses (au lieu de présenter seulement un texte ridicule par soi-même). Et de même dans des douzaines de cas. Il en résulte que la traduction – et la lecture – doit être extrêmement vigilante pour ne pas tomber dans des pièges tendus par l’auteur (Flaubert, pas sa victime).

Un autre exemple, dans la section « Histoire et idées scientifiques » du Sottisier, avec le lemme « Cause de la décadence des Empires » ‒ une citation de la Lettre à d’Alembert de Rousseau : « Jamais peuple n’a péri par l’excès du vin, tous périssent par celui des femmes ». Or, Rousseau avait écrit : « …tous périssent par le désordre des femmes » etc. etc. ‒ une petite (grande ?) malignité envers un auteur qui n’a pas beaucoup de réputation chez Flaubert bien que de telles malignités soient proportionnellement rares.

  • 18 En allemand : „Drei Hypothesen. [1.] Siegt der pantheistische Radikalismus, so wird das Band mit de (...)
  • 19 Un esprit confus. (NDLR)
  • 20 Cf. « Königsmörder », in B&P, p. 472-478. (NDLR)

Un dernier exemple : Dans le résumé du dernier chapitre – les deux protagonistes voient le progrès de l’humanité dans des couleurs différentes – apparaît quelque chose comme une perspective sombre de l’avenir : « Trois hypothèses. Le radicalisme panthéiste rompra tout lien avec le passé, et un despotisme inhumain s’en suivra… »18, etc. etc. J’ai réussi à localiser ce galimatias (dans sa forme originale) dans un petit pamphlet du « philosophe » allemand Friedrich Rohmer (1814-56) qui avait, de son vivant même, la réputation d’être un „Wirrkopf “19. Mais c’est drôle de voir Flaubert, dans ses dernières années, étudier le matérialisme allemand auquel il a trouvé accès par Louis (Ludwig) Büchner, frère cadet de l’écrivain Georg Büchner20.

Tout ça veut dire : éventer (un peu) les ruses d’un auteur. D’ailleurs, ces exemples – et beaucoup d’autres qui exigent des commentaires minutieux – mènent sur le champ d’une des stratégies textuelles les plus efficaces de Flaubert dans cet amas de manuscrits : ce qu’Umberto Eco a appelé la « non-univocité ». Mais c’est un champ trop vaste pour que nous l’arpentions ici !

Vos traductions du « dictionnaire » et du « second volume » montrent une connaissance approfondie des dossiers de Bouvard et Pécuchet, que vous citez souvent en appui à un commentaire ou une note. Vous-êtes vous également appuyé sur les brouillons pour traduire le roman ? Et plus généralement, en quoi l’examen des manuscrits put-il interférer avec votre activité de traducteur ? Quelle a été, matériellement, votre rapport aux brouillons pour le roman ?

  • 21 Par le terme général de « brouillons », Hans-Horst Henschen désigne des documents de nature différe (...)
  • 22 Hans-Horst Henschen se réfère ici à la première grande édition de Cento : Bouvard et Pécuchet. Édit (...)
  • 23 Gustave Flaubert, Carnets de travail, édition critique et génétique établie par Pierre-Marc de Bias (...)

Pour les brouillons du roman (Mss g 10, 224 et 225)21 il y avait l’édition historique et critique de Cento22, et en outre j’ai examiné les Carnets de lecture dans la « Bibliothèque historique de la ville de Paris » et l’édition de P.-M. de Biasi ‒ carnets dont la lecture et l’étude approfondies étaient indispensables pour moi23. J’ai cité, dans mes propres commentaires du roman, quelques passages qui peuvent contribuer pour mieux faire comprendre le texte authentique – par exemple : l’énigmatique « mons Phaunus » ou « Faunus » [sic !] et le « veau d’or » près de Bayeux (ch. IV) etc. – une scène d’un comique homérique (si le mot n’était pas « interdit » ; cf. le Dictionnaire des idées reçues, s.v. « Homère »).

En ce qui concerne les matériaux préparatifs pour le Sottisier (Mss g 226) qui ont été mon « pain quotidien » pour longtemps ‒ : je ne peux m’imaginer aucune constellation où critique de texte et traduction seraient plus étroitement liées, même entrelacées, que dans ce cas (à l’exception des manuscrits du moyen âge – peut-être).

Quiconque a côtoyé des traducteurs sait combien cette activité nécessite l’accumulation de savoirs précis, nombreux et variés. À cet égard, il faut rappeler que votre traduction du corpus Bouvard et Pécuchet est aussi une édition impressionnante par son érudition et son intérêt scientifique. Seriez-vous d’accord pour considérer la traduction de Bouvard comme une manière d’aller jusqu’au bout de l’acte même de traduire ?

Bouvard et Pécuchet : c’est un roman encyclopédique ou plutôt : l’encyclopédie comme roman – de Spinoza jusqu’à la gymnastique de chambre, du droit des gens au spiritisme, de la chimie au turf et aux turfistes. J’avais à parcourir toute cette envergure, à mon propre regret, et je n’ai pas peur d’admettre que le lecteur doit la plupart du vaste commentaire du volume à mon « ignorance » initiale. J’avais, pour confirmer ou annuler le « soupçon de bêtise » de Flaubert (qui est analogue au « soupçon d’idéologie » du marxisme entièrement disparu), à examiner des centaines et des centaines de sources lointaines et en vérifier la solidité ou non-solidité.

  • 24 Copie II, p. 18-29. Schrift signifie tantôt l’« écriture » au sens matériel (écriture cursive, lati (...)
  • 25 « Quae si omnia recte perpendantur, facile, ostendent, Deum nullum habere stylum peculiarem dicendi (...)

Il y a une petite phrase simple dans un des appendices que j’ai édités ; c’est l’appendice avec le titre „Schrift und Buchstabe“ qui traite du Tractatus theologico-politicus de Spinoza24 ; en voici la teneur : Dieu parle par la bouche des prophètes, parfois élégamment par celle d’Isaïe et Nahum, parfois rudement par celle d’Ezéchiel et Amos. Et le commentaire de Spinoza – et de Flaubert : « Donc [!] Dieu n’a aucun style particulier25. » Je n’hésite pas à donner au mot « style » son sens fort de mot-clé – à l’image du romancier lui-même, qui renonce au rôle d’auteur traditionnel au profit d’un concert de voix humaines (bêtes).

  • 26 Martin Mosebach « Gehirnzermanschmaschine: Gustave Flauberts Sammlung von Dummheiten, Fatalitäten u (...)

Dans l’effort du lecteur – et dans mon propre effort : celui du traducteur – de discerner et de distinguer le vrai et le faux, le juste et l’injuste, le banal et l’absurde (le bizarre, le chic) réside le défi de ce grand roman au seuil de notre modernité, roman qui a trouvé en Allemagne plus d’admirateurs parmi les auteurs proprement dits que parmi les « romanistes de métier » (qui sont – peut-être – encore aujourd’hui sous le charme de la mimèsis ou du mimétisme : un roman qui « ne sera composé que de citations » !!!). Un des premiers, le romancier Martin Mosebach, en 2007 lauréat de notre prestigieux prix Büchner, a appelé le corpus Bouvard et Pécuchet une sorte de « trou noir » dans lequel tout ce qui vole dans l’air est absorbé et disparaît, une « machine à écraser le cerveau » (Gehirnzermanschmaschine)26. Vrai ! Moi, je l’appelle un « moulin à gruau », eine Schrotmühle.

Haut de page

Notes

1 Mais aussi Umberto Eco, Maurice Godelier, Philippe Ariès, et, dans le domaine anglosaxon : Aldous Huxley, Lionel Trilling, Michael Walzer, Edward Saïd, ou les biographes de Freud et de Karl Abraham.

2 Une biographie de Foucault, un roman de Robbe-Grillet, le Mishima de Yourcenar.

3 Monteverdi, Prokofiev, Jean Clair, Paul Virilio, etc.

4 Selon le mot de Burkhard Müller, dans une recension des traductions de Flaubert par Henschen parue sur Cicero, une revue grand public spécialisée dans les implications politiques de l’actualité culturelle : « Spaß in Wallfischformat. Wie Hans-Horst Henschen uns ein monomanisches Werk von Flaubert schenkt, das bisher niemand kannte », in Cicero. Online Magazin für politische Kultur, le 29 octobre 2009 [en ligne au 20 janvier 2012]. Littéralement : le « projet anti-bêtise ».

5 Pour ces quatre volumes, nous adopterons dans les notes de l’entrevue proprement dite les abréviations suivantes : B&P, Copie I, Copie II, et DIR. Par ailleurs, les notes dues à l’auteur seront suivies de la mention (NDLA), et la mention (NDLR) suivra celles dues à la rédaction de la revue.

6 Alberto Cento et Lea Caminiti avaient fait paraître en 1981 une « reconstitution conjecturale » de la copie (Le Second volume de Bouvard et Pécuchet, le projet du Sottisier, reconstitution conjecturale de la « copie » des deux bonshommes d’après le dossier de Rouen, éd. d’Alberto Cento et Lea Caminiti Pennarola, Naples, Liguori, 1981), que Lea Caminiti a reprise dix ans plus tard, dans une édition italienne corrigée (Sciocchezzaio. Dizionario dei luoghi comuni. Catalogo delle idee chic, T 2, a cura di L. Caminiti Pennarola ; trad. di G. Angiolillo Zannino, Milano, Rizzoli, 1992). Pour l’importance des travaux génétiques de ces deux auteurs, voir Anne Herschberg Pierrot, « Où en est la génétique flaubertienne ? », Item [En ligne].

7 En ce début de 2012, seul le « roman » figure encore au catalogue de l’éditeur.

8 On trouve d’ores et déjà une présentation de ce projet sur une page hébergée par le site de l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH) de Lyon, et tandis que nous préparions la publication de cet entretien, les premiers folios ont été mis en ligne [janvier 2012]. Quant aux brouillons du roman proprement dit, ils font eux aussi l’objet d’une numérisation électronique progressive sur le site de l’Université de Rouen [en ligne].

9 Dans sa revue en ligne de « culture politique », le même Burkhard Müller va jusqu’à parler d’une œuvre de Flaubert dont personne n’a jamais entendu parler, ce qui est quelque peu excessif ! Mais les suppléments culturels des grands quotidiens saluèrent la parution de l’ouvrage à sa sortie, et dans un ouvrage collectif sur les recherches allemandes récentes sur Flaubert, Aurélie Barjonet rappelait naguère l’importance qu’a eue outre-Rhin la quadruple publication de Henschen (Aurélie Barjonet, « Flaubert dans la recherche, la presse et l’édition allemandes (1985-2005) », in Nouvelles lectures de Flaubert. Recherches allemandes. Textes réunis par Jeanne Bem et Uwe Dethloff avec la collaboration d’Aurélie Barjonet, Tübingen, Günter Narr Verlag, 2006, p. 162-163.)

10 Cf. « „Im „Jockey-Club“. Turf: Dictionnaire (ca. 1853) », in Copie II, p. 160-167 (NDLR).

11 Dans une lettre à Louise Colet, le 4 septembre 1846. (NDLR)

12 Maupassant : Lettres de Gustave Flaubert à George Sand, précédées d'une étude par Guy de Maupassant, Paris, G. Charpentier, 1884
Geneviève Bollème : Le Second volume de Bouvard et Pécuchet, éd. de Geneviève Bollème, Paris, Denoël, « Dossier des Lettres Nouvelles », 1966
Alberto Cento et Lea Caminiti : Le Second volume de Bouvard et Pécuchet, le projet du Sottisier, reconstitution conjecturale de la « copie » des deux bonshommes d’après le dossier de Rouen, éd. d’Alberto Cento et Lea Caminiti Pennarola, Naples, Liguori, 1981
Paris et Rouen : Hans-Horst Henschen désigne ici l’Item, la Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), et la Bibliothèque Municipale de Rouen.
Par autopsie : au sens étymologique, que la langue allemande a conservé : « de ses propres yeux ». (NDLR)

13 Cf. « Die Gründe Robins », in B&P, p. 465-471. Le texte français est désormais consultable en ligne sur Gallica. (NDLR)

14 « Bouvard et Pécuchet sont séparés du monde, dans une sorte d’eau dormante » (« James Joyce et Pécuchet », dans : Mercure de France, vol. 33, 1er juin 1922, p. 307-20 ; ici p. 314 ; repris en volume dans Polite Essays, London : Faber & Faber, 1937 ; p. 91). (NDLR)

15 Dans la deuxième édition entièrement revue et corrigée que je prépare (à paraître dès 2012). (NDLA)

16 Pour comparaison : on compte 29 traductions allemandes de Mme Bovary, et une trentième est en train de naître qui doit paraître en 2012 – une vraie sensation ! (NDLA)

17 Cf. «  Die Waagschalen der Motive. Arthur Schopenhauer: Ueber die Freiheit des Willens (1841) », in Copie II, p. 10-17. (NDLR)

18 En allemand : „Drei Hypothesen. [1.] Siegt der pantheistische Radikalismus, so wird das Band mit der bisherigen Geschichte zerschnitten und die Menschheit einer moralischen Zerrüttung und socialen Anarchie überliefert, aus der sie sich im günstigsten Fall nur durch einen unmenschlichen Despotismus retten könnte… “ (in Friedrich Rohmer, Kritik des Gottesbegriffs in den gegenwärtigen Weltansichten. Nördlingen : C. H. Beck, 1856 ; p. 91). (NDLA)

Littéralement : « Trois hypothèses. [1.] Que le radicalisme panthéistique l’emporte, alors le lien qui nous relie à l’Histoire telle qu’elle s’est déroulée jusqu’aujourd’hui sera rompu et l’humanité sera livrée à une destruction morale et à une anarchie sociale, dont elle ne pourra, dans le meilleur des cas, être sauvée qu’au moyen d’un despotisme inhumain ». (NDLR)

19 Un esprit confus. (NDLR)

20 Cf. « Königsmörder », in B&P, p. 472-478. (NDLR)

21 Par le terme général de « brouillons », Hans-Horst Henschen désigne des documents de nature différente : la cote ms g 10 renvoie aux scénarios dits « de Rouen », ms g 224 au manuscrit autographe, et ms g 225 aux brouillons proprement dits. (NDLR)

22 Hans-Horst Henschen se réfère ici à la première grande édition de Cento : Bouvard et Pécuchet. Édition historique et critique, précédée de scénarios inédits, Naples-Paris, Istituto universitario orientale, G.-A. Nizet, 1964. (NDLR)

23 Gustave Flaubert, Carnets de travail, édition critique et génétique établie par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Balland, 1988. (NDLR)

24 Copie II, p. 18-29. Schrift signifie tantôt l’« écriture » au sens matériel (écriture cursive, latine), tantôt les caractères d’un texte dans son ensemble (italiques, etc.). Au contraire, Buchstabe désigne le caractère d’imprimerie singulier, la lettre. (NDLR)

25 « Quae si omnia recte perpendantur, facile, ostendent, Deum nullum habere stylum peculiarem dicendi, sed tantum pro eruditione, et capacitate Prophetae eatenus esse elegantem, compendiosum, severum, rudem, prolixum, et obscurum » (Tractatus theologico-politicus, ch. II). D’après l’édition utilisée par Flaubert : « Si l'on veut bien peser tout cela, on s'assurera que Dieu n'a aucun style particulier, et que, suivant le degré d'instruction et la portée d'esprit du prophète qu'il inspire, il est tour à tour élégant et grossier, précis et prolixe, sévère et confus » (Œuvres de Spinoza, traduites par Émile Saisset..., Paris : Charpentier, 1842 ; 2 vol. ; t. II, p. 40). (NDLA)

26 Martin Mosebach « Gehirnzermanschmaschine: Gustave Flauberts Sammlung von Dummheiten, Fatalitäten und Wundern », recension de Copie I parue dans le Frankfurter Allgemeine du 26 novembre 2004. (NDLR)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hans-Horst Henschen, « Traduire la bêtise. Entretien avec Hans-Horst Henschen », Flaubert [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1632

Haut de page