Navigation – Plan du site
Traductions comparées

Les traductions russes de La Légende de Saint Julien L’Hospitalier

Svetlana Maire

Résumés

Les œuvres de Gustave Flaubert étaient et restent toujours populaires auprès du lectorat russe. La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, parue en 1876, a suscité l’intérêt d’un grand nombre de traducteurs. Ivan Turgenev fut le premier à réaliser une traduction officielle en russe de la Légende en 1877. Par la suite, d’autres versions ont suivi. Cet article propose l’analyse de trois traductions réalisées à trois périodes différentes par trois grandes personnalités de la littérature russe, Ivan Turgenev, Alexandr Blok et Maximilian Vološin. Chacun d’eux a sa propre méthode de traduction, utilise ses propres procédés afin de restituer au mieux l’effet de stylisation créé par Gustave Flaubert. La distance temporelle qui existe entre les trois traductions suppose que chacune d’elles suive les tendances littéraires propres à son époque. Ainsi, l’analyse comparative des traductions sera menée sous un angle diachronique. Par ailleurs, la traduction de chacun d’eux reflète les tendances dominantes dans le développement des différentes conceptions du métier du traducteur et plus particulièrement sur le travail de stylisation historique.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’occidentalisation entreprise par Pierre le Grand, la culture française a toujours eu un impact considérable sur la culture russe. Nombre d’artistes, et parmi eux des écrivains, partaient pour la France et notamment pour Paris dans le but d’apprendre « le métier », de s’inspirer des dernières tendances. Les œuvres des écrivains et des poètes français sont particulièrement prisées en Russie ; les plus grands hommes de lettres russes s’essayaient à la traduction des œuvres littéraires, non seulement pour les faire connaître au lecteur russe mais aussi à titre d’exercice purement littéraire. Les œuvres de Gustave Flaubert, particulièrement travaillées stylistiquement et d’une grande qualité littéraire, convenaient parfaitement à cet usage.

  • 1 Lettre à Madame Roger des Genettes daté du 3 octobre 1875.

2La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, écrite par Flaubert à la fin de sa vie en 1876, s’inspire de la « Légende dorée », d’un vitrail de l’église de Caudebec et d’un autre de la cathédrale de Rouen. Flaubert a écrit modestement à propos de la rédaction de ce conte : « En attendant, je vais me mettre à écrire la légende de Saint Julien l’Hospitalier, uniquement pour m’occuper à quelque chose, pour voir si je peux faire encore une phrase, ce dont je doute. »1 Finalement, on sait que ce conte médiéval est tout sauf un simple passe-temps. Malgré sa brièveté, il a demandé à l’écrivain un travail minutieux de stylisation.

3La Légende de Saint Julien est donc davantage qu’un texte à traduire, elle représente un exercice difficile et d’autant plus passionnant pour les traducteurs. Les traducteurs doivent véhiculer non seulement toutes les particularités de la narration stylisant le récit médiéval mais aussi le style personnel de Flaubert tout en se pliant aux règles internes de la langue d’arrivée. Sans oublier que le traducteur a droit à une perception spécifique du texte à recoder : il peut avoir une affection particulière pour tels ou tels mots ou telles ou telles constructions.

  • 2 La traduction de Turgenev ayant été très critiquée, d’autres versions n’ont pas tardé de faire leur (...)

4L’écriture de Flaubert est un objet d’art et le défi est de taille : c’est pour cette raison que le traducteur lui-même devait être avant tout un grand artiste. Plusieurs personnes passionnées par les œuvres de Flaubert et pas forcément des traducteurs professionnels, ont tenté de traduire le célèbre conte de l’écrivain français2. Pour cet article, j’ai choisi les trois versions les plus connues, réalisées par trois hommes de lettres russes d’égale renommée, à savoir Ivan Turgenev (1818-1883), Alexandr Blok (1880-1921) et Maximilian Vološin (1877-1932). Chacun d’eux a sa propre méthode de traduction, utilise ses propres procédés afin de restituer au mieux l’effet de stylisation créé par Gustave Flaubert. Par ailleurs, la traduction de chacun d’entre eux reflète les tendances dominantes dans le développement des différentes conceptions du métier de traducteur et plus particulièrement pour ce qui concerne le travail de stylisation historique.

  • 3 A. Zviguilsky, « Introduction », in Gustave Flaubert-Ivan Tourguéniev. Correspondance, Paris, Flamm (...)

5Le nombre croissant de lecteurs amateurs d’œuvres étrangères, à partir des années 1860, a donné de l’attrait au métier de traducteur en Russie. En effet, si la haute société de Saint-Pétersbourg ou de Moscou parlait à cette époque mieux le français que la langue maternelle russe, la province avait beaucoup de retard dans l’apprentissage et la maîtrise des langues étrangères. Ivan Turgenev fut un ambassadeur culturel dans les pays occidentaux et en Amérique, intermédiaire entre la Russie et l’Occident, conseiller et rédacteur des traducteurs étrangers. Ayant une parfaite maîtrise du français et de l’allemand, il fut lui-même traducteur d’œuvres occidentales. Il a trouvé en Flaubert « une nature complète, un esprit érudit et universel, ouvert à tous les arts, chez qui l’expérience était confortée par les lectures les plus variées, le talent par la spontanéité, le style par sa bonté »3 et il était en admiration devant les œuvres de l’écrivain français.

  • 4 La lettre de Flaubert du 25 juin 1876 in Gustave Flaubert-Ivan Tourguéniev, op. cit.
  • 5 Voir les lettres de Flaubert du 25 juin 1876, 28 octobre 1976 in Gustave Flaubert – Ivan Tourguénie (...)
  • 6 Voir les lettres de Turgenev du 8 novembre 1976, 19 décembre 1976 in Gustave Flaubert – Ivan Tourgu (...)

6La Légende de Saint Julien l’Hospitalier produit un tel effet sur Ivan Turgenev qu’il entreprend sa traduction immédiatement après avoir lu le livre. Flaubert est impatient de faire découvrir son petit chef-d’œuvre au lecteur russe via Turgenev: « C’est bête comme tout, ce que je vais vous dire, mais j’ai envie de voir ça imprimé en russe ! »4 Dans ses lettres adressées à Turguenev, il le questionne sur l’avancement de la traduction5. Cependant, malgré l’admiration et la passion de l’écrivain russe, le travail de traduction lui a pris plus d’un an. La publication de la traduction a été repoussée à maintes reprises et Turgenev a même été obligé d’inventer des prétextes pour expliquer le retard à son ami français6. Dans l’introduction de sa traduction, sortie dans le numéro d’avril 1877 de la revue Vestnik Evropy / Le Message de l’Europe, Turgenev a écrit :

  • 7 I. S. Turgenev, « Predislovie k perevodam povestej G. Flobera “Legenda o Svjatom Juliane Milostivom (...)

De mon côté j’ai accordé à ce travail tous mes efforts et tout mon savoir-faire. Ç’a été justement « love’s labour », un ouvrage d’amour ; que ce ne soit pas peine perdue « love’s labour lost ».7

7En analysant la traduction russe réalisée par Ivan Turgenev, nous remarquons d’emblée que sa version russe est plus volumineuse que l’original. Turgenev n’a pas hésité en effet à insérer ses propres commentaires pour expliquer des passages difficiles pour le lecteur. L’auteur du recueil Mémoires d’un chasseur s’est particulièrement donné pour tâche d’expliquer et de commenter ce qui relevait du domaine de la chasse dans l’œuvre originale. Cette pratique était dans l’air du temps : on avait en effet une vision assez large du rôle du traducteur. À cette époque, nous trouvons dans la littérature russe un grand nombre de traductions d’ouvrages de Balzac, de Dickens, réalisées entre autres par I. I. Vvedenskij, F. M. Dostoevskij, contenant des amplifications, des remplacements libres voire des passages revus et corrigés par le traducteur. Par ailleurs, Ivan Turgenev a accentué consciemment l’archaïsme du langage dans La Légende de Saint-Julien l’Hospitalier, dans le but de rapprocher au maximum cet ouvrage des contes chrétiens anciens à caractère didactique. Une telle liberté dans la traduction s’explique en partie par les relations d’amitié qui existaient entre Flaubert et l’écrivain russe. En effet, Turgenev, qui a passé la majeure partie de sa vie en France, a commencé à fréquenter Flaubert dans les années 1860. Leur amitié, leur respect mutuel, qui transparaissent notamment dans leur correspondance, ont certainement conditionné le travail de Turgenev en tant que traducteur. L’écrivain russe a même dédié à la mémoire de Flaubert son Chant de l’amour triomphant / Pesn’ toržestvujuŝej ljubvi (1881).

  • 8 N. A. Berdjaev, « Predislovie », in Istoki i smysl russkogo kommunizma, [en ligne]. La position de (...)
  • 9 Jeanne Gucker et al., La Russie. Des idées et des hommes, ouvrage dirigé par Jeanne Gucker, Édition (...)
  • 10 I. Prixod’ko, « “Legenda” Flobera v russkix perevodax », in G. Flober, Legenda o svjatom Juliane Mi (...)

8La traduction de La Légende fut la première expérience de Turgenev en la matière. Sa version, certes, a quelques défauts. De plus, au début du XXe siècle, la traduction de Turgenev, qui datait de 1877, ne répondait plus aux critères littéraires de la nouvelle génération, à l’origine de la naissance d’un nouveau courant culturel. La fin du XIXe et le début du XXe siècle correspondent à la renaissance de la culture russe, la dernière période de « la quatrième Russie » selon le schéma de N. Berdjaev8. Le renouveau radical qui touche conjointement tous les domaines artistiques à partir de la fin du XIXe siècle se développe surtout dans la littérature avec l’arrivée du mouvement connu sous le nom de symbolisme. Les symbolistes réagissent contre le relâchement de la forme, notamment chez les écrivains réalistes et naturalistes. Enfin, le point qui nous intéresse plus particulièrement dans ce mouvement, c’est leur envie de forger un nouveau langage en renouvelant la syntaxe aussi bien que le vocabulaire. Par ailleurs, chez les symbolistes le mot devient la pierre angulaire de l’œuvre littéraire, « l’instrument sacré de la connaissance »9. Nombre de défauts, notamment une transmission approximative, caractérisent les traductions du milieu du XIXe siècle. Des traductions considérées comme exemplaires à leur époque subissent désormais des critiques. Le symbolisme met en avant de nouvelles exigences envers les traducteurs. Cependant, il ne faut pas nier l’importance du travail réalisé par Turgenev, car « il a préparé une pratique de stylisation formidable chez les symbolistes »10.

  • 11 H. Meschonnic, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999, p. 16.
  • 12 A. A. Blok, « Avtobiografija », 1911 – juin 1915, [en ligne].

9Au XXe siècle, les préceptes et les objectifs de la traduction changent considérablement. Selon le témoignage de H. Meschonnic, les traducteurs ont enfin conscience du fait qu’« une traduction d’un texte littéraire doit faire ce que fait un texte littéraire, par sa prosodie, par son rythme, sa signifiance, comme une des formes de l’individuation, comme une forme-sujet »11. Alexandr Blok, un des chefs de file du mouvement symboliste en Russie, s’attaque donc à son tour à la traduction de la Légende en 1914 en mettant en œuvre ces nouvelles stratégies. Blok se sent d’autant plus « destiné » à traduire la Légende de Saint-Julien que son père, Alexandre L’vovič, « un grand musicien et un fin lettré, se considérait comme un disciple de Flaubert »12.

  • 13 La maison d’édition a été fondée en 1906 par Z. I. Grežbin (1877 – 1929) et S. Ju. Kopel’man (1881  (...)
  • 14 G. Flober, « Legenda o Svjatom Juliane Strannopriimce », perevod A. Bloka, publikacija I. N. Prixod (...)

10La traduction d’Alexandr Blok devait faire partie du recueil des œuvres complètes de l’Édition de Grežbin, Šipovnik13. La mère du poète-symboliste, Alexandra Andreevna Blok, fut chargée de traduire la correspondance de l’écrivain français sous la direction de son fils. Dans sa traduction de la Légende, Blok privilégie l’expressivité du style afin de tendre à un effet dramatique proche de celui de l’original. Mettant en relief les propriétés intérieures du mot, le grand poète russe du début du XXe siècle rend les phrases plus laconiques sans perdre pour autant l’effet recherché par Flaubert. Or, Blok n’était pas satisfait des extraits traduits, la tâche s’est révélée plus difficile qu’il ne le pensait, il finit par se décourager et n’a jamais achevé sa traduction. De ce fait, le lecteur n’a découvert la version blokienne de la Légende de Saint-Julien que plusieurs décennies après la mort du poète, en 199414.

  • 15 Voir C. Balliu, « Clefs pour une histoire de la traductologie soviétique », in Le Prisme de l’histo (...)
  • 16 M. Vološin, Avtobiografija, [en ligne]

11Les années qui ont suivi la révolution de 1917 furent également une période intense pour la traduction. Entre 1918 et 1928, le nombre de traductions d’œuvres occidentales et orientales n’a cessé de croître. En 1919, la nouvelle maison d’édition Vsemirnaja literatura / la Littérature mondiale, spécialisée dans l’édition des chefs-d’œuvre de la littérature mondiale du XVIIIe au XXe siècles, a vu le jour sur l’initiative de Maxime Gorky15. Or il y eut une nette tendance à préférer la quantité à la qualité ; le marché du livre a fini par être envahi de traductions de mauvaise qualité. C’est pourquoi, à partir des années trente, la politique éditoriale est devenue plus exigeante et il a été fait appel aux meilleurs hommes de lettres soviétiques de cette époque. La traduction de Blok n’ayant jamais été terminée, la Gosizdat s’est vue dans l’obligation de trouver une autre personne capable de traduire Flaubert et dans les 1930, les regards se tournent vers Maximilian Vološin qui a déjà fait ses preuves dans la traduction d’ouvrages francophones, appartenant majoritairement au mouvement symboliste. Sa version russe de la Légende de Saint-Julien ainsi que celle de Un Cœur simple sont publiées dans le cinquième volume des Œuvres complètes de Gustave Flaubert en 1934. Maximilian Vološin fut également une grande figure de la culture russe du début du siècle. Il a joué un rôle considérable dans l’histoire de la traduction d’œuvres littéraires. Un autre fait mérite d’être mentionné : la culture française fut le socle de sa formation culturelle et littéraire. Poète, peintre, traducteur et critique littéraire, il vécut à Paris en 1901 et 1906. Ainsi qu’il le rapporte dans ses mémoires, il fit le voyage afin d’apprendre « la forme artistique en France, la sensibilité des couleurs à Paris, la logique auprès des cathédrales gothiques, […], la prose chez Flaubert, […] »16. Vološin reproche principalement à l’auteur de la première traduction de la Légende de se mettre trop en avant au détriment de l’ouvrage. En effet, il trouve qu’au lieu de corriger les erreurs ou les inexactitudes commises par Flaubert, Turgenev se rengorge devant le lecteur de sa profonde connaissance des termes de chasse.

12Ainsi, nous sommes en présence de trois versions de la traduction du célèbre conte de Flaubert, très différentes les unes des autres. En comparant les traductions de Turgenev, Blok et de Vološin, nous pouvons remarquer d’emblée une chose frappante : l’absence totale de phrases identiques. La traduction même du titre de la Légende varie d’un traducteur à l’autre. Turgenev opte pour Legenda Sv. Juliane Milostivom, Blok propose Legenda o Svjatom Juliane Strannopriimce alors que Vološin considère qu’il sera plus juste de l’appeler Legenda o Sv. Juliane Gostepriimce. Les critiques modernes russes s’accordent à penser que c’est l’épithète de Blok, « strannopriimec » qui semble le plus adapté pour deux raisons. Premièrement, le mot proposé par Blok exprime le fait d’accueillir des pèlerins, en insistant sur les origines religieuses de la Légende, et, deuxièmement, il fait penser à un ordre de Malte du même nom, en limitant ainsi les frontières temporelles des événements décrits. Les appellations « milostivyj » et « gostepriimec », qui ont un sens plus large en russe, ont été fortement critiquées. Leur emploi éloigne, en effet, le lecteur de l’époque de référence, le Moyen Âge.

  • 17 Notons au passage la différence que nous faisions dans les définitions des synonymes et des doublet (...)

13Quant au nombre de synonymes et de doublets à tous les niveaux, phonétique, morphologique, syntaxique et plus spécialement au niveau lexical, il est considérable dans les trois versions17. Leur emploi s’explique en premier lieu par les mécanismes de la langue.

  • 18 V. G. Gak, op.cit.

La variété des moyens linguistiques est propre à la langue. Dans la plupart des cas, le choix entre les synonymes n’est pas explicable et il est difficile ici de chercher des critères objectifs d’appréciation.18

  • 19 Id.

14Les synonymes stylistiques sont des mots ou des expressions qui appartiennent à des registres ou à des sous-registres différents, mais dont le sens reste relativement similaire. Dans les classifications avancées par de nombreux spécialistes de synonymie, « les questions les plus intéressantes seront des questions de hiérarchie », car « l’atout des approches synonymiques est celui des mesures différentielles, plus fines que les mesures absolues »19. L’opposition dans les trois traductions se fait entre les éléments du registre archaïque tirés le plus souvent de la traduction de Turgenev et ceux de Blok et Vološin, appartenant au registre neutre : une accouchée – rodil’nica (arch.) / roženica / roženica ; un enfant – ditja / rebёnok / rebёnok ; bon – znatnyj (arch.) / xorošij / xorošij ; près de – podle (arch.) / rjadom / rjadom.

15Les différences d’approche stylistique jouent aussi un rôle dans le choix du lexique. Alors que Turguenev et Vološin font le choix d’employer des mots faisant penser à des réalités russes, Blok, dans sa tâche d’assigner des traits plus généraux à la traduction, préfère les noms neutres.

une lampe en forme de colombe brûlait dessus, continuellement ; trois nourrices le berçaient
над ней постоянно горела лампада в виде голубя; три мамки укачивали его (Turgenev)
над ней бессменно горели светильники в виде голубя; ребенка баюкали три кормилицы (Blok)
над нею теплилась неугасимая лампадка в виде голубя. Три кормилицы ходили за ним. (Vološin)

16Ici, une fois de plus, la version de Turgenev se révèle la plus rapprochée de la réalité russe et la plus archaïque en raison de l’emploi des noms lampada / une lampe et njan’ki / des nourrices. Vološin garde le substantif lampadka pour traduire le mot lampe mais il préfère un mot moins archaïque, kormilicy, pour désigner les nourrices. Blok remplace le mot slavon lampada par le mot en provenance du russe svetil’niki et il désigne également les nourrices par kormilicy.

17Il y a par ailleurs des synonymes contextuels, il s’agit des mots ou des tournures qui pris hors contexte ne sont pas interchangeables. Ces synonymes contextuels appartiennent en général chez Turgenev, Blok et Vološin au même registre : le maîtresostavitel’ ètoj tetradi / nastavnik / učitel’ ; une pierre – plita / kamen’ / kamen’ ; un gros cheval širokobedrennyj kon’ / bol’šoj kon’ / roslaja lošad’ ; compter bien – nadejat’sja / ne somnevat’sja. Or, si dans les occurrences présentées ci-dessus le choix de la traduction du mot de l’original est adéquat dans les deux cas, il est possible d’énumérer les cas où une version est plus précise que l’autre. Notre analyse de ce type de synonymes contextuels démontre que c’est la traduction de Vološin qui se révèle être plus fidèle à l’original.

  • 20 I. Prixod’ko, op. cit., p. 160.

18Par contre, dans la traduction des noms propres, c’est la version de Blok qui se révèle la plus proche de l’original. Ainsi, il choisit d’écrire les noms des peuples ou des lieux avec une majuscule, comme en français, allant à contre-courant de la norme de la langue russe. De même, il traduit les noms des pays littéralement et ne cherche pas à trouver des équivalents des pays réels. I. Prixod’ko relève, par exemple, que Turgenev traduit Occitanie par Akvitanija / l’Aquitaine donnant ainsi le nom d’une région existante alors que Blok et Vološin traduisent par Oksitanija préservant ainsi l’ambiance flaubertienne d’un pays imaginaire20. Troisièmement, Blok n’hésite pas à rajouter des informations supplémentaires concernant les noms propres. Dans l’exemple ci-dessous nous voyons que le toponyme sirijskij / de la Syrie est écrit avec une majuscule dans la version de Blok et que le nom jasli / la Crèche est complété d’indication de lieu, Vifleem / Bethléem.

et, quand ils étaient repus, ils racontaient leurs voyages : […] les cavernes de la Syrie, la Crèche et le Sépulcre.
они рассказывали о своих путешествиях, […], о сирийских пещерах, о священных яслях и гробнице Христовой. (Turgenev)
они пускались в рассказы о своих странствиях, […], о Сирийских пещерах, о яслях Вифлеема и гробе Господнем. (Blok)
они рассказывали о своих странствиях: о сирийских пещерах, яслях и гробе господнем; […]. (Vološin)

  • 21 Contrairement au bilinguisme, la situation de diglossie est caractérisée par un équilibre stable et (...)

19En ce qui concerne les doublets, leur présence dans les traductions est due avant tout à la particularité de la langue russe marquée par le phénomène de la diglossie21. Au niveau phonétique, nous aurons essentiellement affaire aux doublets stylistiques qui vont opposer les unités langagières archaïques à celles du russe moderne. Le phénomène de diglossie au niveau phonétique se manifeste par la présence des deux versions du mot, slavonne et russe. Il s’agit essentiellement d’éléments dont les caractéristiques principales sont l’absence du vocalisme plein à l’intérieur des mots d’origine slavonne. Ce phénomène phonétique était caractérisé par la présence des morphèmes /ra/, /la/, /re/, /le/ dans les racines situées entre deux consonnes. Ces morphèmes slavons avaient leurs doublets russes /oro/, /olo/, /ere/, /ele/. On trouve ainsi une longue série de doublets dans la langue écrite où les mots d’origine russe (vocalisme plein) concurrençaient les mots slavons (absence du vocalisme plein). Ainsi, si Turgenev affectionne particulièrement les slavonismes (pred), Blok et Vološin optent pour la version plus moderne du mot (pered). À leur avis, trop de slavonismes risquent d’alourdir considérablement le texte en trahissant de la sorte la légèreté de l’original. En outre, nous trouvons chez Turgenev le pluriel archaïque qui n’est plus normé dans le russe moderne : želoby au lieu de želoba. Une autre flexion archaïque, employée par l’auteur de la première traduction de la Légende, est -ije. Cette flexion, qui caractérisait dans la plupart des cas les noms neutres à sens abstrait, a été remplacée par une version contractée, -’e. Ce remplacement a donc suivi la tendance générale de la langue vers l’économie des moyens linguistiques. Ainsi, en utilisant les mêmes noms, les traductions de Turgenev, d’un côté, et celles de Blok et Vološin, de l’autre, se distinguent par leur positionnement par rapport au registre stylistique.

20Toujours à cause du phénomène de diglossie, deux sortes de terminaisons dans les noms au féminin singulier existent en russe. Le processus d’unification des terminaisons à l’instrumental n’étant pas encore terminé, deux formes parallèles, l’une d’origine slavonne et l’autre du russe parlé, se côtoient. Turgenev, registre de langue oblige, utilise exclusivement la forme slavonne. Cela s’explique par le fait que, dans les années 1870, la terminaison en -oju / -eju soit plus usitée que sa forme d’origine russe. Or, dès le début du XXe siècle, le rapport de forces change. La flexion en -oju / -eju s’éloigne de plus en plus du centre alors que la flexion en -oj / -ej fait un mouvement inverse en se dirigent de la périphérie du langage vers le centre. C’est donc pour cette raison que Blok et Vološin choisissent d’utiliser uniquement la terminaison d’origine russe.

21Les deux versions de Blok et Vološin nous donnent par ailleurs des exemples de doublets à la formation desquels participent les suffixes diminutifs. Ces suffixes diminutifs sont peu présents chez Turgenev probablement en raison de leur appartenance stylistique : ils ont en effet été longtemps associés au langage parlé. Or, au début du XXe siècle, en raison d’une forte pénétration des éléments du langage parlé dans le langage littéraire, ces suffixes s’affirment de plus en plus dans les textes littéraires. Les suffixes diminutifs russes correspondent en théorie au suffixe -ette. Cependant, la construction avec l’adjectif « petit » étant plus répandue, ils sont beaucoup plus utilisés en russe qu’en français. Ainsi si Turgenev et Blok préfèrent calquer la construction grammaticale française, à savoir « adjectif petit + nom », Vološin opte pour la greffe d’un suffixe hypocoristique sur le nom : une petite souris blanche – malen’kaja belaja myš’ / belaja muška (le suffixe -k).

22Dans la langue russe, les verbes ont deux aspects : imperfectif et perfectif ce qui correspond partiellement à l’imparfait et au passé simple en français. Il se trouve que lorsque l’on compare les traductions, on remarque que Turgenev, Blok et Vološin choisissent parfois les aspects différents du même verbe.

Les dents lui poussèrent sans qu’il pleurât une seule fois.
Зубы прорезались у него так легко, что он ни разу от них не плакал. (Turgenev, forme perfective ; forme imperfective)
Когда у него прорезались зубы, он ни разу не заплакал. (Blok, forme perfective ; forme perfective)
Когда у него прорезывались зубы, он ни разу не плакал. (Vološin, forme imperfective ; forme imperfective)

23Cet exemple illustre la différence de la perception de l’original à travers la traduction des formes verbales. Turgenev insiste sur le résultat dans la première partie de la phrase, cet effet est renforcé par l’emploi de l’adverbe legko / facilement. Par contre, il choisit la forme imperfective pour le verbe pleurer afin de souligner la répétition de l’action. Blok emploie les deux verbes au perfectif pour conserver le dynamisme de la narration. En mettant les deux verbes à l’imparfait, Vološin insiste, à son tour, sur la description. Nous trouvons également des exemples où les traducteurs choisissent une des deux formes possibles du même verbe. Il existe en effet, dans la langue russe, un groupe de verbes dont les deux formes sont utilisées conjointement dans la langue, mais souvent marquées différemment d’un point de vue stylistique. C’est le cas, par exemple, du verbe russe siffler. Tourgenev opte pour la forme svistat’ qui est utilisée dans le langage poétique et qui fait partie du registre soutenu, alors que les deux autres versions présentent la forme svistet’, en provenance du registre neutre.

24Le rôle particulier des affixes et des suffixes russes dans la formation des nouvelles nuances, dans les verbes notamment, a été déjà évoqué. Au niveau des doublets grammaticaux, on note des cas où le couple est composé d’infinitifs du premier et du deuxième degrés. Prenons comme exemple le verbe attendre : Turgenev et Blok le traduisent par l’infinitif de base à l’imparfait ždat’ alors que Vološin recourt à l’infinitif du deuxième degré, formé à partir du verbe ždat’ auquel se greffent les affixes : il l’attendait – ždal eё / ždal eё / on ožidal ёe. Ces formes imperfectives du deuxième degré portent en elles une nuance d’affaiblissement de l’intensité de l’action. Dans le cas présent, l’infinitif ožidat’ apparaît plus soutenu, il est souvent employé dans le langage poétique.

25La syntaxe est également un point important de divergence entre les trois traducteurs. La traduction de Blok est la moins « descriptive » : contrairement aux deux autres traductions, elle contient peu d’épithètes et reflète de cette manière le style de Flaubert où l’accent est mis davantage sur les objets et les actions que sur les descriptions. Ce faisant, Blok restitue précieusement l’idée de l’auteur qui a voulu que la pauvreté descriptive recrée l’ambiance austère du Moyen Âge.

des tapisseries dans les chambres protégeaient du froid
шитые обои оберегали комнаты от холода (Turgenev)
ковры служили защитой от холодов (Blok)
тканые ковры по стенам защищали от холода (Vološin).

26On voit ici que Turgenev et Vološin considèrent qu’il est plus juste de compléter le nom oboï / de la tapisserie ou kovry / des tapis par des épithètes šityj / cousu ou tkanyj / tissé. Or, Blok n’en voit pas la nécessité.

27On remarque de plus que l’adjectif attribut est au nominatif chez Turgenev et à l’instrumental chez Vološin. L’usage moderne peut hésiter entre ces deux cas ; or, le nominatif insiste davantage sur un état définitif chez une personne ou un objet :

Elle était toute mignonne et potelée, avec la taille fine.
Вся она была нежненькая, пухленькая, тоненькая. (Turgenev)
Вся она была нежной, пухленькой, стройной. (Vološin)

28Quant à Blok, il s’accorde beaucoup de liberté, beaucoup plus que Turgenev ou Vološin, dans la traduction du point de vue syntaxique. Cette démarche a été de toute évidence influencée par les postulats du symbolisme russe selon lesquels l’écrivain devait rechercher avant tout la mélodie et le rythme. Il propose une solution originale à ce dilemme, auquel chaque traducteur est confronté, à savoir, la nécessité de choisir entre la syntaxe et le rythme. Il privilégie la fidélité au rythme au détriment de la fidélité à la syntaxe. Pour Blok, la concordance avec l’original est une question de rythme. De ce fait, Blok élabore même ses propres procédés afin d’essayer de rendre sa version aussi dynamique et rythmée que l’original. D’un côté, il segmente les phrases longues de l’original en plusieurs phrases. De l’autre, il regroupe deux ou plusieurs phrases de l’original en une seule. C’est donc pour la même raison que l’on trouve peu de constructions de subordination, Blok considérant que les constructions reliées par les conjonctions de coordination ou même sans conjonction sont plus justifiées.

Elle allait crier ; mais, glissant sur les rais de la lune, il s’éleva dans l’air doucement, puis disparut.
Она хотела вскрикнуть — но, скользнув по верхней черте лунного луча, старец тихо поднялся на воздух и исчез. (Turgenev)
Она хотела вскрикнуть; старик скользнул по лунному лучу, тихонько поднялся на воздух и пропал. (Blok)
Она хотела закричать, но, скользнув по лунному лучу, он тихо поднялся в воздухе и исчез. (Vološin)

29Ici, Turgenev et Vološin calquent la construction sur l’original, alors que Blok préfère omettre la conjonction mais et remplacer le participe présent par le verbe au perfectif passé. En proposant une série de formes perfectives, skol’znul / glissa, podnjalsja / se leva, propal / disparut, il parvient à rendre sa phrase plus dynamique et plus légère. Ainsi, un phénomène paradoxal se produit : en passant par des chemins de traverse qui, à première vue seulement, semblent éloigner l’original de sa traduction, Blok, en vérité, parvient à mieux s’en rapprocher.

30Le point suivant qui mérite d’être analysé est la ponctuation et l’impact expressif et stylistique de sa modification. Ainsi, la première chose que le lecteur remarque est l’engouement de Turgenev pour le tiret. Déjà plus fréquent en russe qu’en français, ce signe de ponctuation devient polyvalent chez lui. Il joue le rôle d’une conjonction d’énumération ou encore d’une conjonction causale, il sert même à introduire les effets de l’action ou sa description.

La leçon terminée, ils descendaient dans le jardin, où, se promenant pas à pas, ils étudiaient les fleurs.
После обеда они сходили в сад — и, степенно гуляя, изучали цветы. (Turgenev)
Когда кончался урок, они спускались в сад и, тихо прогуливаясь, изучали цветы. (Blok)
После урока они спускались в сад и, прогуливаясь, изучали цветы. (Vološin )

31En introduisant les tirets, Turgenev ralentit volontairement le rythme de la phrase dans le but de mettre en relief une description de l’action. Le tiret, parfois combiné avec la postposition des adverbes ou encore l’ajout d’un adverbe synonyme, signale clairement son goût pour la description. Dans l’exemple ci-dessous, alors que Blok et Vološin choisissent de mettre l’adverbe qualificatif spokojno / tranquillement avant le verbe, Turgenev la place en fin de la phrase en ajoutant l’adverbe mirno / paisiblement et en les mettant en relief par le biais d’un tiret.

Elle se tenait dans son lit, tranquillement.
Она лежала в постели — спокойно и мирно. (Turgenev)
она спокойно лежала в постели. (Blok)
Она спокойно лежала в постели. (Vološin)

32La ponctuation reste très subjective dans les trois versions russes, chacun des traducteurs n’hésitant pas à la modifier en fonction de sa propre perception du contenu de l’énoncé. La version de Turgenev véhicule davantage d’expressivité que l’original ou les versions de ses successeurs. Au niveau de la ponctuation, cela se traduit par l’introduction de points d’exclamation ou de points de suspension.

Et, se baissant pour ramasser son aumône, il se perdit dans l’herbe, s’évanouit.
И, нагнувшись, чтобы поднять подаяние, он исчез в траве, сгинул ! (Turgenev)
И, наклонившись, чтобы поднять милостыню, он затерялся в траве, исчез.(Blok)
И, наклонившись, чтобы поднять милостыню, он изник в траве, сгинул. (Vološin )

Le bon châtelain regarda de droite et de gauche, appela tant qu’il put.
Добрый господин посмотрел направо, налево, позвал людей громким голосом… (Turgenev)
Милостивый сеньор поглядел направо, потом налево, долго кричал и звал. (Blok)
Добрый хозяин замка глядел направо, налево и громко звал. (Vološin)

33Arrêtons-nous maintenant sur les rajouts et les omissions des traducteurs, deux des principaux écueils de la traduction. Il ne s’agit pas ici des ajouts ou des omissions indispensables du point de vue grammatical, mais des ajouts d’auteur, tout à fait subjectifs. Comme cela a été signalé ci-dessus, c’est la version d’Ivan Turgenev qui en compte le plus. Il y en a de deux sortes : ceux qui servent à augmenter l’expressivité par rapport à l’original et ceux qui contiennent une information supplémentaire.

34Selon V. G. Gak, qui compare les textes français et russe, les verbes russes décrivant une position ou un mouvement de la personne sont souvent accompagnés de compléments de lieu, « les localisateurs, comme le siège, le lit, la pièce, la maison, la rue etc. » En guise d’exemple, il cite même dans son article une phrase extraite d’une œuvre de Gustave Flaubert traduite par Ivan Turgenev. V. G. Gak considère que ce type d’ajout est propre à la langue russe, il est tout à fait judicieux et, par conséquent, ne doit pas être vu comme élément en trop. Le phénomène d’ajout de localisateurs existe dans la traduction de la Légende par Turgenev, alors que Vološin et Blok, eux, essaient de préserver la construction de l’original.

Elle se pencha pour les entendre.
Госпожа выпрямилась на постели, готовясь их выслушать. = se dressa sur le lit (Turgenev)
Она насторожилась. (Blok)
Она приподнялась, чтобы их выслушать. (Vološin)

35Dans cet exemple, nous pouvons voir que Turgenev est seul à employer un localisateur. Il utilise le localisateur postel’ / un lit en remplaçant le verbe se pencher par le verbe vyprjamit’sja / se dresser. Quant à Vološin, influencé probablement par la traduction de Turgenev, il opte aussi pour le verbe proche pripodnjat’sja / se redresser alors que Blok préfère traduire l’état du personnage par le verbe nastorožit’sja / prêter l’oreille.

36Parmi les procédés d’ajouts servant à augmenter l’expressivité d’une phrase on peut noter la redondance par synonymes, insistant sur une image ou une idée. Dans ce cas précis, ce sont surtout les noms qui sont concernés (rendre la justice – tvorit’ sud i raspravu, litt. rendre la justice et faire justice ; donner des conseils – davat’ nastavlenija i sovety, litt. donner des sermons et des conseils ; des pèlerins – bogomol’cy-palomniki, litt. des pèlerins-pèlerins) mais on peut également trouver ce procédé avec les adverbes (tranquillement – spokojno i mirno, litt. tranquillement et paisiblement). Le rajout d’adjectifs épithètes vise le même but : la cour – obširnyj (spacieux) dvor ; les tonnes de vin – bočki s cennymi (précieux) vinami ; un pâté – bol’šoj (grand) pirog ; un cadre – bogataja (riche) oprava ; des passages – dolgie (long) stranstvija peškom ; leurs prunelles – krovavye (sanglant) zrački. L’expressivité peut être augmentée par le biais de mots d’introduction (un museau rose parut – pokazalas’ nakonec (enfin) mordočka).

37Le deuxième type d’ajouts recensés dans la traduction de Turgenev sont ceux qui visent à compléter ou à expliquer des informations contenues dans l’original. Il peut s’agir aussi bien d’un simple mot que d’une phrase entière.

Un vieux moine très savant lui enseigna l’Ecriture sainte.
Turgenev : Старый, очень ученый монах, нарочно выписанный из Калабрии (litt : que l’on fit venir exprès de la région de Calabre), обучил его Священному писани (ajout d’une tournure avec un participe)

Au dernier roidissement, il se sentit défaillir.
Turgenev : При последнем содрогании голубя он вдруг почувствовал, что силы его покидают... Он едва не упал в обморок. (litt. : Au dernier roidissement du pigeon, il sentit que les forces l’abandonnent… Il faillit s’évanouir : rajout d’une phrase)

38La question majeure est celle de la légitimité de ces ajouts. Nous rejoignons l’avis des spécialistes qui pensent qu’ils ne sont pas toujours justifiés : les exemples cités montrent que des passages de la traduction ne figurent pas dans l’original ; ce faisant, Ivan Turgenev s’éloigne de la mission du traducteur, il y a une certaine confusion des rôles entre le traducteur et l’écrivain. Il prend la responsabilité d’aller au-delà de ce que l’auteur de l’original aurait voulu. C’est le deuxième type d’ajouts faits par Ivan Turgenev qui sont particulièrement critiqués par les spécialistes. En effet, sachant l’importance que Gustave Flaubert attachait à chaque mot, à chaque signe de ponctuation, nous pouvons comprendre la recevabilité des reproches faits à la traduction de Turgenev.

39Les rajouts dans la traduction de Blok ou de Vološin sont extrêmement rares ; ils visent principalement à augmenter l’expressivité de la phrase.

Des mâtins de Tartarie, presque aussi hauts que des ânes, […] le jarret droit
Vološin : Татарские псы, величиной почти с осла, […] с прямыми, как стрелы, нoгами

40Ici Vološin considère légitime d’introduire une comparaison en donnant la description des jarrets. À son avis, la simple traduction en russe prjamye nogi / les jarrets droits ne paraît pas suffisante, il choisit par conséquent d’augmenter l’expressivité de la description par le biais de la comparaison métaphorique kak strely / comme des flèches.

41Un procédé inverse utilisé par les traducteurs est celui de l’omission d’un ou plusieurs éléments langagiers dans le but de compresser le texte original. Vološin et Turgenev y ont tous deux recours, mais dans des passages différents du texte. Si Turgenev a tendance à omettre les adjectifs qualificatifs (dans l’exemple ci-dessous, il omet l’adjectif bol’šoj / grand), Vološin fait des omissions « logiques », c’est-à-dire là où une simple déduction permet de comprendre le sens (dans le deuxième extrait, il omet le numéral ordinal pervyj/premier).

C’était presque toujours un grand tartaret de Scythie, blanc comme la neige.
Обыкновенно то был скифский кречет, белый как снег. (Turgenev)
Чаще всего с ним был большой татарский сокол из Скифии, белый как снег. (Blok)
Это был почти всегда большой скифский кречет, белый, как снег. (Vološin)

Elle trottina sur la première marche de l’autel
Она побегала немножко по первой ступени алтаря (Turgenev)
вскочила на первую ступеньку алтаря (Blok)
Она просеменила по ступеньке алтаря (Vološin)

42Quant à Blok, comme nous l’avons déjà mentionné, il affectionne tout particulièrement les phrases incomplètes, sans verbe. Dans l’exemple ci-dessous, alors que Vološin et Turgenev décident de traduire par golos povtoril / la voix a répété, Blok considère qu’une phrase nominale reflètera mieux la résonance acoustique d’une voix appelant dans la nuit :

Mais la même voix reprit : « Julien ! »
Однако тот же голос повторил : «Юлиан!» (litt. : De nouveau, la même voix répéta ; Turgenev)
И опять голос :
– Юлиан! (
litt. Et de nouveau, la voix ; Blok)
Но тот же голос повторил :
– Юлиан! (
litt. : Mais la même voix répéta ; Vološin)

43Le paradoxe, c’est que malgré les ajouts et les phrases en général plus longues en général, la traduction de Turgenev paraisse moins précise. C’est que l’imprécision de sa traduction est due aussi à des omissions, souvent peu judicieuses.

  • 22 H. Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 18.
  • 23 N. A. Kuz’mina, « Fenomen xudožestvennogo perevoda v svete teorii interteksta », in Tekst. Intertek (...)
  • 24 H. Meschonnic, « Pour que l’avenir du traduire ne soit pas son passé », in Traduire : un métier d’a (...)
  • 25 C. Balliu, « La traductologie russe au XXe siècle : de la linguistique à la littérature », in La tr (...)
  • 26 Voir A. Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentai (...)

44Nous espérons avoir dégagé, en examinant les trois versions de la Légende de Flaubert, certaines particularités de chacune d’elles. À cette occasion, nous avons montré comment les différents aspects de la traduction changent d’une traduction à l’autre et quelles sont les divergences stylistiques et grammaticales qui les séparent. En effet, bien que seules quelques décennies séparent les traductions de Turgenev, Blok et Vološin, celles-ci révèlent l’évolution de la perception des objectifs de la traduction d’une œuvre littéraire et illustrent les principaux mouvements littéraires de chaque époque. Certes, « une traduction ne peut passer, se faire passer pour l’original »22, cependant, Turgenev, Blok et Vološin, étant eux-mêmes des hommes de lettres reconnus, ont essayé d’atténuer au mieux la distance qui sépare une œuvre originale de sa traduction. Turgenev tenait avant tout à faire connaître ou à faire aimer, admirer Flaubert, d’où une surenchère esthétique, une expressivité accrue par rapport au texte original. C’est chez lui que la perception subjective est la plus manifeste. Une telle approche s’explique par les méthodes de traduction de son époque et, sans aucun doute, par ses relations privilégiées avec l’auteur de la Légende. Blok a voulu imiter Flaubert avec le souci constant d’une objectivité absolue. Les solutions de traduction qu’il propose reflètent avant tout les préceptes développés par ses contemporains : une affection particulière pour le rythme, la musicalité et une nouvelle perception du mot. Par ailleurs, se sentant extrêmement proche des idées de Flaubert sur l’art, Blok se trouve dans un état de « résonance énergétique »23 avec l’écrivain français. Cette fusion permet à Blok d’adopter une approche plus libre tout en assurant une fidélité au sens et au style de l’original. Sa version visait à traduire « non ce que le texte dit, mais ce que le texte fait »24. À travers elle, en proposant un style le plus proche de l’œuvre originale, il a essayé de faire oublier au lecteur qu’il s’agissait d’une traduction. Pari, à notre avis, réussi, dans la mesure où il parvient mieux que ses confrères à donner l’illusion du naturel. En ce qui concerne Vološin, il a essayé avant tout de faire une traduction fidèle, de jouer avec les mots aussi bien que l’écrivain français. Il a ramené le souci de l’exactitude à la forme et au sens. Sa traduction est relative à la politique de la traduction de son époque : une traduction « destinée, sinon à supplanter, du moins à concurrencer la préemption de la linguistique sur l’acte de traduction »25 et une traduction sans sujet, vouée à l’effacement de la « marque » du traducteur26. Nous avons pu voir enfin que les particularités de chaque traduction ne sont pas liées à la maîtrise ou à la connaissance de la langue, mais plus à la capacité du traducteur à trouver des équivalents adéquats dans les systèmes linguistiques de sa propre langue – et que chaque traduction, aussi fidèle qu’elle soit, véhicule la vision subjective du traducteur, sa perception de l’œuvre et ses idées.

Haut de page

Notes

1 Lettre à Madame Roger des Genettes daté du 3 octobre 1875.

2 La traduction de Turgenev ayant été très critiquée, d’autres versions n’ont pas tardé de faire leur apparition. La première, après celle de Turgenev, est sortie en 1883 et elle fut anonyme. La deuxième fut proposée par I. I. Jasinskij cinq ans plus tard. La suivante fut probablement rédigée par V. I. Gubinskij, propriétaire d’une maison d’édition. Le livre a vu le jour en 1899. Puis au début du XXe siècle le lecteur russe a pu prendre connaissance des versions effectuées par N. Sobolevskij et A. Annenskij.

3 A. Zviguilsky, « Introduction », in Gustave Flaubert-Ivan Tourguéniev. Correspondance, Paris, Flammarion, 1989.

4 La lettre de Flaubert du 25 juin 1876 in Gustave Flaubert-Ivan Tourguéniev, op. cit.

5 Voir les lettres de Flaubert du 25 juin 1876, 28 octobre 1976 in Gustave Flaubert – Ivan Tourguéniev, op. cit.

6 Voir les lettres de Turgenev du 8 novembre 1976, 19 décembre 1976 in Gustave Flaubert – Ivan Tourguéniev, op. cit.

7 I. S. Turgenev, « Predislovie k perevodam povestej G. Flobera “Legenda o Svjatom Juliane Milostivom” i “Irodiada” », in I. S. Turgenev, Polnoe sobranie sočinenij en 12 volumes, Moscou, 1982, volume 10, p. 198.

8 N. A. Berdjaev, « Predislovie », in Istoki i smysl russkogo kommunizma, [en ligne]. La position de l’auteur est la suivante : « dans l’histoire nous voyons cinq Russies différentes : une Russie de Kiev [Xe – début du XIIIe], une Russie de tatares [début du XIIIe – fin du XIVe], une Russie moscovite [fin du XIVe – XVIIe], une Russie de Pierre, d’empereur [XVIIe – 1917] et, enfin, une nouvelle Russie soviétique [après 1917] ».

9 Jeanne Gucker et al., La Russie. Des idées et des hommes, ouvrage dirigé par Jeanne Gucker, Édition du CRDP de Lorraine, 1999, p. 169.

10 I. Prixod’ko, « “Legenda” Flobera v russkix perevodax », in G. Flober, Legenda o svjatom Juliane Milostivom, Moscou, Progress-Plejada, 2007, p. 146.

11 H. Meschonnic, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999, p. 16.

12 A. A. Blok, « Avtobiografija », 1911 – juin 1915, [en ligne].

13 La maison d’édition a été fondée en 1906 par Z. I. Grežbin (1877 – 1929) et S. Ju. Kopel’man (1881 – 1944) à Saint-Pétersbourg, entre 1917 et 1922 la Maison d’édition était installée à Moscou. Elle publiait principalement les œuvres de poètes et écrivains symbolistes russes ainsi que les œuvres d’écrivains étrangers.

14 G. Flober, « Legenda o Svjatom Juliane Strannopriimce », perevod A. Bloka, publikacija I. N. Prixod’ko, Ežegodnik rukopisnogo otdela Puškinskogo doma 1991, Saint-Pétersbourg, 1994, p. 171-201.

15 Voir C. Balliu, « Clefs pour une histoire de la traductologie soviétique », in Le Prisme de l’histoire, Meta, vol. 50, n° 3, pp. 934-948.

16 M. Vološin, Avtobiografija, [en ligne]

17 Notons au passage la différence que nous faisions dans les définitions des synonymes et des doublets : si l’appartenance à la même catégorie grammaticale n’est pas le premier critère de synonymie, elle est obligatoire pour le groupe de doublets.

18 V. G. Gak, op.cit.

19 Id.

20 I. Prixod’ko, op. cit., p. 160.

21 Contrairement au bilinguisme, la situation de diglossie est caractérisée par un équilibre stable et fonctionnel. Si nous nous en tenons à la définition du terme de diglossie, nous pouvons dire qu’il s’agit d’une situation où deux langues, au sein d’une même société, remplissent des fonctions différentes sans se croiser, la collectivité linguistique restant perçue comme une entité. B. A. Uspenskij suppose que cette situation de diglossie en Russie de Kiev et plus tard en Russie est due au fait que le slavon d’église a été introduit volontairement en tant que langage d’éducation et par conséquent, opposé dès le début au langage oral des Russes de l’époque. Voir B. A. Uspenskij, Kratkij očerk istorii russkogo literaturnogo jazyka (XI-XIX vv.), Moscou, Progress, 1994.

22 H. Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 18.

23 N. A. Kuz’mina, « Fenomen xudožestvennogo perevoda v svete teorii interteksta », in Tekst. Intertekst. Kul’tura, Moscou, Azbukovnik, 2001, p. 98.

24 H. Meschonnic, « Pour que l’avenir du traduire ne soit pas son passé », in Traduire : un métier d’avenir, Actes du colloque du 50ième anniversaire de l’ISTI, Ch. Ballieu (dir.), Bruxelles, les Éditions du Hazard, vol. I, p. 110.

25 C. Balliu, « La traductologie russe au XXe siècle : de la linguistique à la littérature », in La traduction : philosophie, linguistique, didactique, T. Milliaressi (éd.), Lille, Editions du conseil scientifique, 2009, p. 266.

26 Voir A. Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2008, p. 36-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Svetlana Maire, « Les traductions russes de La Légende de Saint Julien L’Hospitalier », Flaubert [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1649

Haut de page

Auteur

Svetlana Maire

Université Nancy 2

Haut de page