Skip to navigation – Site map
Enjeux linguistiques et politiques

Les traductions de Flaubert en Espagne : esquisse d’un tableau

Marta Giné Janer

Abstracts

Works on the impact of Flaubert’s oeuvre, while abundant, give only a mere glimpse of the French writer’s influence in Spanish literature, and a comprehensive account of such influence would be impossible for a single researcher. Flaubert’s influence is so abundant that any such account would likely merit the efforts of an entire research team. Our goal is, thus, necessarily modest, yet innovative : to contribute to the knowledge of Flaubert in Spain by cataloguing the translations of his oeuvre from its origins to 2009.

Top of page

Full text

  • 1 Il n’existe à ce jour que l’article d’A. Camps, « Per a una història de la traducció de la narrativ (...)
  • 2 Nous n'avons pas tenu compte, toutefois, des éditions abrégées et simplifiées destinées aux étudian (...)
  • 3 Nous avons uniquement catalogué les traductions en espagnol éditées dans la péninsule ibérique : à (...)

1Les travaux sur la réception de Flaubert, même abondants, restent encore insuffisants pour donner un aperçu complet de la réception de Flaubert dans la péninsule ibérique. Celle-ci a été considérable : Flaubert a exercé une influence très importante sur l’imaginaire et la création des Espagnols. Les études existantes sont surtout centrées sur l’influence de Flaubert sur tel ou tel écrivain espagnol. Il manque encore un travail d’ensemble1, travail, toutefois, impossible pour un unique chercheur car il faut signaler que cette influence est si abondante que l’analyse dépasse l’effort d’une thèse ou d’un seul livre et qu’il faudrait qu’y soit consacrée, probablement, toute une vie intellectuelle ou bien qu’un groupe de recherche s’attelle à cette tâche. Notre but est donc nécessairement modeste mais aussi novateur : contribuer à la connaissance de Flaubert en Espagne en cataloguant les traductions en volume de ses œuvres2 et en lançant une hypothèse d’interprétation3.

  • 4 Dans son catalogue, Pilar Celma n’a rien trouvé de lui : Literatura y periodismo en las revistas de (...)

2Constatons que notre première ambition – étudier les traductions de Flaubert dans la presse hispanique du XIXe siècle – a dû être abandonné après avoir constaté leur faible présence4 : de Balzac on passe directement à Zola ! Il faudra expliquer cette absence, mais cela pourra faire l’objet d’une autre publication.

3La traduction des œuvres de Flaubert en Espagne, en volume, apparaît dès la fin du XIXe siècle. Le premier tiers du XXe siècle n’est pas non plus à négliger du point de vue des volumes traduits. Rappelons que cette période est connue en tant que « La Edad de Plata » de la littérature espagnole (dans un désir tout à fait conscient de mettre en parallèle cette éclosion littéraire avec l’éclosion de « El Siglo de Oro »). Les traductions abondent et les écrivains et les spécialistes prestigieux qui se consacrent aussi à la traduction. Nous découvrons ainsi des faits significatifs. Flaubert est traduit par l’imprimerie valencienne « El Pueblo », maison d’éditions créée à partir du journal républicain du même nom, créée a son tour par le célèbre écrivain Vicente Blasco Ibáñez, et qui se prolongea (malgré des arrêts à cause de la censure) depuis 1904 et jusqu’en 1939. Blasco Ibáñez voulait se servir du journal pour faire progresser, améliorer (but formateur) les classes populaires. De son côté, le traducteur choisi est aussi exceptionnel : Emeterio Mazorriaga, professeur des Universités (philosophie), a été aussi le traducteur de Platon, Condillac, Elizabeth Gaskell, Oscar Wilde.

  • 5 Cada oveja. Costumbres madrileñas, Madrid, M. P. Montoya, 1885. Los cantos de la aurora, Madrid, Im (...)
  • 6 Antología de poetas extranjeros antiguos y contemporáneos.
  • 7 Nous renvoyons à l’entrée “Amancio Peratoner y Almirall” du Diccionario de la traducción en España,(...)

4Un autre traducteur de Flaubert, José Pablo Rivas, fut lui-même auteur de romans historiques, mais sans grande ampleur5 ; il fut aussi traducteur de l’allemand (Heine). Mentionnons spécialement sa tâche en tant que traducteur de poésie6. Du français, il traduit également Atala. Il faut citer aussi Amancio Peratoner, traducteur très important du français pendant plus de trois décennies. Il s’employa à divulguer la physiologie et à traduire des œuvres qu’on pourrait qualifier de provocatrices. Du point de vue de Flaubert, remarquons le titre bien expressif qu’il adopta pour Madame Bovary : ¡Adúltera!7

5Plus important est le traducteur Hermenegildo Giner de los Ríos, le frère de Francisco, fondateur de la « Institución Libre de Enseñanza », à laquelle il collabora aussi ; Hermenegildo fut professeur de lycée, défenseur de la République (il dut abandonner le lycée lors de la Restauration en l875). Il a traduit aussi Hegel et Tiberghien.

  • 8 Alcolea, Iberia, Barcelone, 1928. Espartero. Ramón Costa, Barcelona, s. d. Bismarck, Ramón Costa, B (...)

6Augusto Riera, également écrivain, très engagé dans la diffusion du savoir, auteur de romans historiques et biographiques8, a traduit aussi nombre d’ouvrages en plusieurs langues : Gorki, Tolstoï, Dostoïevski, H. Sienkiewicz, de Amicis, D’Annunzio, Eça de Queiros. Du français, il a traduit La religieuse de Diderot, Les Misérables d’Hugo, ainsi que nombre d’ouvrages de Maupassant, Zola, et J. H. Rosny, Clément Vautel. La maison d’édition où il publie Por los campos y las playas (Par les champs et par les grèves), Maucci, est l’une des plus prestigieuses au cours des premières décennies du XXe siècle. On peut dire la même chose de la maison d’édition Viuda de Luis Tasso, de Barcelone, de la maison d’édition Sempere, de Valence, ou de Calpe.

7Quant à Tomas de M. Graells, Tomas Durán ou Alberto Carrasco, ce sont aussi des traducteurs mais moins significatifs que les précédents. Le premier a traduit également Carolina Invernizio, Tolstoï et H. Sienkiewicz. Luis Bello est quelqu’un de plus caractéristique : avocat et journaliste, il dirigea Los Lunes de El Imparcial, La Crítica, Europa, El Liberal. Il développa un énorme travail en faveur de l’enseignement public et s’adressant aux enfants (de fait, nombre d’écoles primaires portent aujourd’hui son nom en Espagne). En tant qu’écrivain, citons son premier ouvrage, El tributo a París (sa première tâche, en tant que journaliste, fut d’être correspondant à Paris), et le plus célèbre : Viaje por las escuelas de España (1926-1929). Les autres traducteurs de la période sont aussi représentatifs : Pedro Vances, traducteur infatigable, non seulement de Flaubert, mais de Marivaux, Nodier, Balzac, Mérimée, Stendhal, Nerval, Fromentin, George Sand, Sandeau, Gobineau. Il en va de même pour Ciro Bayo, écrivain encore peu connu, mais auteur de nombreux ouvrages ainsi que d’éditions et monographies d’écrivains réputés. Citons encore le travail, exercé en tant que traducteur, de Orts-Ramos : Sienkewicz, Invernizio, Wells, Zola, Daudet.

  • 9 Nous renvoyons à quelques-uns des travaux existants sur cette revue : R. Asún, El proyecto cultural (...)

8Mentionnons aussi le fait que Flaubert est traduit par la maison d’édition « La España Moderna », créée à partir de la revue La España Moderna, afin de publier les feuilletons insérés dans le périodique. La revue est l’une des plus importantes, en Espagne, à la fin du XIXe siècle9. II en va de même pour la maison d’édition « El Imparcial », elle aussi créée afin de publier les feuilletons insérés dans El Imparcial, l’un des journaux les plus importants de l’Espagne dans la seconde moitié du XIXe siècle.

9Ainsi donc, le premier tiers du XXe siècle est favorable, en Espagne, à l’éclosion d’une vague d’écrivains et de poètes, qui voudront changer l’homme grâce au développement d’un humanisme authentique. Cette brillante cohorte de poètes et de professeurs d’université va se disperser dans l’exil après le coup d’Etat de Franco et le brutal arrêt de toute activité littéraire et scientifique.

  • 10 Nous n'avons pas catalogué les traductions latino-américaines de Flaubert.

10Flaubert disparaît de la scène espagnole, mais le monde latino-américain ne le néglige pas10. Et nombre de ces traductions seront reprises plus tard en Espagne (ainsi en est-il pour la collection Austral de Espasa-Calpe Argentina, qui veut diffuser les œuvres des grands écrivains de tous les temps).

11Le catalogue montre comment Flaubert disparaît du monde éditorial. En fait, c’est tout le monde culturel qui disparaît de même pendant la dictature. Il faudra attendre les années soixante pour constater que le régime franquiste évolue peu à peu vers un libéralisme doctrinaire. Quoique timide, cette évolution a des conséquences favorables pour la littérature et particulièrement pour Flaubert. La société franquiste conserve ses structures autoritaires mais – sous la pression d’événements essentiellement économiques (émigration et tourisme) – elle ne peut plus empêcher la circulation des idées d’une manière aussi radicale qu’auparavant. Les années 60 (qu’il nous soit permis d’insister) constituent une date charnière dans l’histoire de l’Espagne et de sa littérature. Des brèches plus larges commencent à s’ouvrir dans les structures franquistes : une nouvelle génération d’écrivains apparaît, qui annonce un renouveau de la création littéraire. A l’Université, la jeunesse a quelques maîtres ouverts aux formes d’expression nouvelles, aux productions littéraires d’autres pays. Au début des années 70, la censure s’est considérablement assouplie et va disparaître à la mort du général (1975) ; on a le sentiment que les conditions sont réunies pour que la littérature puisse à nouveau s’épanouir ; d’ailleurs l’Espagne est désormais ouverte à toutes les influences culturelles. C’est un moment particulièrement favorable pour Flaubert. Les traductions deviennent abondantes et cela continue toujours.

12Distinguons, dans la période démocratique, quelques-unes des traductions, en volume, de Flaubert. Tout d’abord, nous pouvons constater une double direction dans ces traductions.

  • 11 Le volume concernant Flaubert – comme tous ceux de la même collection – s’accompagne d’un appareil (...)

13D’un côté, Flaubert est un écrivain « classique », il est donc concerné par les collections dites « scientifiques » ou « critiques ». Ainsi, Flaubert est publié dans les maisons d’édition les plus réputées : Bruguera, Plaza & Janés, dans les années soixante ; Labor, Seix Barral dans les années soixante-dix ; Cátedra11, Alianza, Espasa-Calpe, Alba, Laertes, Siruela (qui choisit une préface de M. Foucault pour son édition de La tentation de Saint Antoine), Destino, Tusquets, Muchnik, Círculo de lectores, à partir des années quatre-vingts.

14D’un autre côté, en tant que classique, dans une civilisation comme celle de l’Espagne, consciente de sa faiblesse culturelle, Flaubert est perçu comme un véritable recours pour échapper à l’indigence en matière d’instruction endurée pendant la dictature ; c’est-à-dire que, à notre avis, le connaître, le lire devient, dans l’Espagne des années 60 et au-delà, un moyen d’échapper à ce manque culturel. Son nom, connu de tout le monde (c’est-à-dire, de toutes les classes sociales), devient un bon argument de vente pour ces livres que l’on trouve dans les kiosques à journaux ou bien pour ces collections dont on achète un volume chaque semaine, à des prix bon marché et qui prétendent réunir ce qu’il y a de mieux, le meilleur du canon littéraire occidental (même si les éditions sont peu soignées). Ainsi nous trouvons les ouvrages de Flaubert chez Altaya, Promoción y Ediciones, Valdemar, Orbis, Club Internacional del libro, RB, qui reproduisent quelquefois des traductions anciennes et libres de droits. Nous trouvons un essai d’édition d’œuvres complètes, aussi bien dans le premier que le deuxième rang de ces maisons (scientifiques/populaires), et presque à la même date : Obras completas, RBA, en 2004 et Obras, Cátedra, en 2005 (ce dernier titre étant plus exact que le premier).

  • 12 Voir l’entrée « Flaubert », de Juan Bravo, dans Diccionario de traducción en España, Madrid, Gredos (...)

15Quant aux ouvrages traduits, Madame Bovary occupe de loin le premier rang. On observera que, mis à part les titres choisis par Peratoner et la maison d’édition Cooper (et les premières traductions qui écrivent La señora Bovary), on garde le titre en français, « madame » étant un mot bien connu dans la péninsule ibérique. La traduction de Madame Bovary la plus connue pendant longtemps fut celle de Pedro Vances12. Mais on ne peut qu’être surpris du fait qu’une traduction réalisée en 1923 se publie jusqu’à 1981 ! Cette dernière édition fut préfacée par Tierno Galván, professeur des universités (il dut abandonner et s’exiler en 1965 pour avoir appuyé les révoltes des étudiants contre Franco) et célèbre maire socialiste de Madrid entre 1979 et 1986.

  • 13 Voir l’entrée « Consuelo Berges », de Inmaculada Ballano, dans le Diccionario de traducción en Espa (...)
  • 14 Et qui fut publié, auparavant, en un volume indépendant : M. Vargas Llosa, La orgía perpetua, Madri (...)

16Un renouveau dans la traduction de Madame Bovary fut apporté par Consuelo Berges, un grand nom dans le monde de la traduction en Espagne. De la littérature française, elle a traduit Descartes, Rousseau, Stendhal, Balzac, Comte, Proust, Bernanos, Breton. Ce fut elle qui créa, en 1954, l’« Asociación Profesional Española de Traductores et Intérpretes ». Selon I. Ballano, Berges disait que la traduction de Madame Bovary était la plus satisfaisante à ses yeux13. Il faut remarquer aussi que Consuelo Berges réussit à convaincre Vargas Llosa de préfacer sa traduction : ce fut le célèbre essai La orgía perpetua, publié dans l’édition de 198414.

17Remarquons de même la traduction réalisée par la célèbre écrivaine Carmen Martín Gaite, pour Bruguera, en 1982. Pourtant, un bon nombre des traductions de la période dite démocratique (et même quelques-unes des plus importantes) sont bien faibles du point de vue de la qualité. Juan Bravo a analysé les traductions de Madame Bovary réalisées par Pedro Vances, Julio C. Acerete, Consuelo Berges, Joan Sales, Carmen Martín Gaite et Germán Palacios et il conclut :

  • 15 Juan Bravo, « Madame Bovary et ses versions à l’espagnol », F. Lafarga et al. (éds.), La traducción (...)

Ma première impression a été de surprise sinon d’indignation. Laissant de côté par respect celle de Consuelo Berges qui m’a enseigné tant de choses sur l’univers compliqué de la traduction et qui a travaillé – je peux en témoigner – dans des conditions extraordinairement difficiles, et naturellement, celle de Carmen Martín Gaite, inspirée de l’antérieure, et qui est l’œuvre d’une professionnelle de la littérature et d’une admiratrice de Flaubert, bien que le texte soit saturé de surtraductions, les autres ne dépassaient pas ce minimum de rigueur qu’on doit exiger d’un travail aussi délicat pour qu’il voie le jour. Inutile d’avancer un jugement sur l’aspect artistique de ces textes, puisque toutes ces versions – notamment celle de Joan Sales – étaient un galimatias bon à être jeté au feu ipso facto – pour employer les mêmes paroles de Bouilhet après avoir écouté patiemment la lecture de La tentation de Saint Antoine de son ami Flaubert. Inutile aussi de dire que j’ai été scandalisé de voir que quelques-unes de ces versions – celle de Cátedra et celle de Planeta notamment – se trouvent habituellement dans les librairies et servent par conséquent de lecture à bien des lecteurs qui, en toute naïveté, croient connaître ainsi ce roman immortel de Flaubert. Le sacrifice artistique de six ans de travail acharné ne méritait pas cet outrage15.

18Du point de vue du style citons les traductions réalisées par J. Bravo (professeur des universités), J. Carrier, l’écrivaine Mª. I. Barreno, A. Izquierdo, R. Sopena.

19Comparativement, L’Éducation sentimentale est bien moins traduite et la plupart des maisons d’éditions et des traducteurs de Madame Bovary (Giner de los Ríos, Palacios, Vances) se chargent aussi de cette œuvre. (Quant à La primera educación sentimental, on dispose d’une seule édition).

  • 16 Antología de la poesía surrealista, Madrid, Visor, 1971 (Prix National de traduction en 1971) et An (...)
  • 17 Voir l’entrée « Mauro Armiño », de M. Fernández Sánchez, dans Diccionario de traducción en España, (...)

20Les traductions de Salammbô apparaissent très tôt (l896) : il se peut que ce roman historique ne provoque pas aussi facilement le scandale que Madame Bovary. Citons la première version, celle de Giner de los Ríos, publiée à nouveau en 1962 et corrigée par A. Lorca. Une raison semblable (en plus du sujet religieux) doit expliquer les traductions précoces (et assez abondantes) de La tentation de Saint Antoine (quelquefois on traduit le titre au singulier, quelquefois au pluriel : « las tentaciones ») et des Trois contes, que ce soit une traduction d’ensemble ou bien isolée de Un cœur simple (dont la traduction du titre suppose un enjeu : si le plus courant est le littéral Un corazón sencillo, le plus réussi est celui de C. Berges, Un alma de Dios), Hérodias ou La légende de Saint Julien l’Hospitalier. Parmi les traducteurs célèbres de Trois contes, citons Mauro Armiño, écrivain et traducteur très apprécié dans le domaine du français à l’espagnol ; il est l’auteur de traductions de poésie16, de théâtre (Molière, Corneille, Marivaux, Genet), de philosophie des Lumières (Rousseau, Voltaire, Diderot) et de romans du XIXe siècle (Balzac, Dumas, Maupassant, Zola)17.

21Quant au dernier grand roman de Flaubert, Bouvard et Pécuchet, on ne l’a traduit qu’à partir de la période démocratique. Parmi ses traducteurs, il faut faire une place de choix à l’argentine Aurora Bernárdez, épouse de Julio Cortázar entre 1953 et 1967 et traductrice réputée de Flaubert, mais aussi de Sartre, Simone de Beauvoir, Paul Bowles, Albert Camus et Italo Calvino.

22Enfin, mentionnons, pour terminer, l’existence de traductions de Par les champs et par les grèves, de la correspondance (choix ; surtout des lettres à Louise Colet ; une seule édition pour les lettres du voyage en Orient), une seule traduction de Novembre et quelques traductions de Mémoires d’un fou (dans les années quatre-vingt-dix, coïncidant avec la mode de l’étrange et du rare propre à la fin du siècle ; soulignons ainsi le titre choisi par la maison d’éditions Valdemar, en 1996, Cuentos negros y románticos) et quelques traductions du Dictionnaire des idées reçues.

***

Nous avons préparé un catalogue utile, nous semble-t-il, pour se repérer. Nous avons suivi l’ordre chronologique (les œuvres non datées se trouvent en début de catalogue). Nous indiquons le titre, la maison d’édition (et, le cas échéant, la collection entre parenthèses), le lieu d’édition, la date, le nombre de pages et le traducteur, si on le connaît (de même pour les préfacier, éditeur, etc.) Lorsqu’une même date concerne plusieurs titres, l’ordre choisi est le même que celui indiqué pour la chronologie de l’édition française de Flaubert. Quand une donnée manque, c’est, évidemment, parce qu’elle est inconnue.

Madame Bovary. Costumbres de provincia, Imprenta Popular, Madrid, s. d., 263 p.

  • 18 Exemplaire non trouvé. Cité dans A. Palau, Manual del librero hispano-americano, Barcelona, Llibrer (...)

La mujer adúltera. Adaptación de la famosa novela de La Señora Bovary18, Cooper, Barcelone, s. d., 270 p.

Por los campos y las playas [Par les champs et par les grèves], Sempere, Valencia, s. d. [192?], 195p., traduit par Emeterio Mazorriaga.

Salammbo, Maucci, Barcelone, s. d., 270 p., traduit par Augusto Riera.

La señora Bovary: Costumbres provincianas, Viuda de Luis Tasso, Barcelone, s. d. [195?], 384 p., traduit par T. de V.

Por los campos y las playas. La tentación de San Antonio, Sempere y Cía., Valencia, s. d., 232 p., traduit par “un Bachiller de Madrid”.

Las tentaciones de San Antonio,Tarascó y Cuesta, Barcelone, s. d. [1901], 240 p., Ramón Orts-Ramos.

— 1875. ¡Adúltera! [=Madame Bovary], José Miret, Barcelone, traduit “libremente al castellano por” Amancio Peratoner.

— 1891. La educación sentimental. Historia de un joven, J. Jorro, Madrid, 2 volumes, traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 1891. Tres cuentos, La España Moderna (Libros escogidos), Madrid, traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 1892. Salammbo, Madrid, traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 1900. La señora Bovary, Mancis, Barcelone, 2 volumes, traduit par Tomás de C. Durán.

— 1900. Un corazón sencillo. Herodías, Ramón Sopena (Regente), Barcelone, 121 p., traduit par Alberto Carrasco.

— 1901. Madame Bovary. Costumbres de provincia, Alejandro Martínez, Barcelone, 304 p., traduit par Miguel-Ángel Orts-Ramos.

1901. Salammbo, Maucci, Barcelone, 317 p., traduit par Augusto Riera.

  • 19 Exemplaire non trouvé. Cité dans A. Palau, Manual del librero hispano-americano, Llibreria Palau, B (...)

1901. Salammbo19, Manent, Barcelone, 400 p.

1901. Herodías. Un corazón sencillo, Manent, Barcelone, 127 p., traduit par Ramón Sempau & Enrique Díaz-Reig.

— 1903? Madame Bovary, Maucci, Barcelone, traduit par Tomás de M. Graells.

  • 20 Exemplaire non trouvé. Cité dans A. Palau, Manual del librero hispano-americano, Llibreria Palau, B (...)

— 1910. Un corazón sencillo20, La novela breve, Barcelone, 32 p.

— 1910. Herodías, Sociedad General de Publicaciones (Oro fino), Barcelone, 135 p.

— 1919. Tres cuentos (Un corazón sencillo. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías), Calpe, Madrid, 154p., traduit par Luis Bello.

— 1920. Madame Bovary, Prensa Moderna (La novela famosa, nº 9), Madrid, 192 p.

— 1920. Madame Bovary, Viuda de Sanz Calleja, Madrid, 190p., traduit par José Pablo Rivas.

— 1921. La educación sentimental, Espasa-Calpe (Universal), Madrid, 2 volumes, traduit par Pedro Vances.

— 1921. Salammbo, Rivadeneyra (Ediciones selectas), Madrid, 610 p., traduit par Ciro Bayo.

— 1922. Tres cuentos, Espasa-Calpe, Madrid.

— 1923. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Universal), Madrid, 2 volumes, traduit par Pedro Vances.

— 1924. Madame Bovary, Viuda de Sanz Calleja, Madrid, 248 p., traduit par José Pablo Rivas.

— 1924. La leyenda de San Julián, Cervantes, Barcelone, 134 p., traduit par Isabel Dusay.

— 1925. Un corazón sencillo, Pegaso, Barcelone, 96 p., traduit par Gazel.

— 1928. Salammbo, Cervantes, Barcelone, 320 p., traduit par Vicente Díez de Tejada. Préface de Vicente Clavel.

— 1929. Madame Bovary, El Imparcial (Novelas populares), Madrid.

— 1930. Un corazón sencillo. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías, Madrid.

— 1940. Madame Bovary, Sopena, Barcelone, traduit par J. A. Gigena.

— 1941. Herodías, Grano de Arena, Madrid / Barcelona, 109 p.

— 1944. Salammbo, Maucci, Barcelone, 476 p., traduit par J. Z. Barragán. Dessins de Castro.

— 1945. Herodías, Arimany, Barcelone, 155 p., traduit par Montserrat Casamada.

— 1962. La educación sentimental, Edaf, Madrid, traduit par H. Giner de los Ríos. Revue par Armando Lorca Gómez.

— 1962. La tentación de San Antonio, Edaf, Madrid, traduit par H. Giner de los Ríos. Revue par Armando Lorca Gómez.

— 1963. Madame Bovary, Gallardo (Bolíbar, nº 2), Barcelone, 311 p.

— 1963. Madame Bovary, Vergara/Círculo de Lectores, Barcelone, 334 p., traduit par Joan Sales.

— 1964. Madame Bovary, Zeus, Barcelone, 400 p., traduit par José Mª. Claramunda.

— 1964. Madame Bovary, Delos-Aymá (Delos, nº 9), Barcelone, traduit par Carmen J. Ortinez.

— 1964. Salammbo, Edaf, Madrid, 356 p., traduit par Aníbal Froufe.

— 1965. Madame Bovary. Salammbo, Vergara (Clásicos), Barcelone, 959 p., traduit, préfacé et annoté par Joan Sales.

— 1965. Madame Bovary, Plaza & Janés (Clásicos, nº 43), Barcelone, 316 p., traduit par Juan Rius Vila.

— 1965. Madame Bovary, Edaf (Biblioteca, nº 44), Madrid, 406p., traduit par Ramón Ledesma Miranda.

— 1966. Madame Bovary, Círculo de Lectores, Barcelone, 313 p., traduit par Joan Sales.

1967. Madame Bovary, Ramón Sopena (Biblioteca Sopena), Barcelone, 272 p.

1967. Madame Bovary, Bruguera (Joyas literarias), Barcelone, 350 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1968. Madame Bovary. Salambo. Un corazón sencillo. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías, Credsa (Obras maestras de la literatura universal), Barcelone, 924 p., préfacé par Fernando Gutiérrez. Traduit par Mª. Dolores Gutiérrez.

— 1969. Madame Bovary, Edaf (Biblioteca, nº 4), Madrid, 406 p., traduit par Ramón Ledesma Miranda.

— 1969. Salammbo, Bruguera (Joyas literarias), Barcelone, 284 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1970. Madame Bovary, Labor, Barcelone, 406 p., traduit par Salvador Clotas.

— 1970. Madame Bovary, Libra (Púrpura, nº 18-19), Madrid.

— 1970. La educación sentimental, Bruguera (Libro amigo, nº 143), Barcelone, 558 p.

— 1970. Salammbo, Círculo de Amigos de la Historia (Grandes novelas históricas), Madrid, 348 p.

— 1970. Salammbo, Bruguera (Libro amigo, nº 163), Barcelone, 443 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1970. Salammbo, Edaf (Biblioteca, nº 29), Madrid, 356 p., traduit par Aníbal Froufe.

— 1970. Salammbo, Rodegar, Barcelone, 286 p., traduit par Manuel Araquistain.

— 1971. Madame Bovary, Bruguera (Clásicos), Barcelone, 446 p., dessins par Antonio Bosch Peñalva. Préface et bibliographie par Mª. Teresa Suero. Traduit par Julio. C. Acerate.

— 1971. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Austral, nº 1449), Madrid, 292p., traduit par Pedro Vances Cuevas.

— 1971. Madame Bovary, Producciones editoriales (Joyas literarias), Barcelone, 390 p., traduit par J. Ribera.

1972. Madame Bovary, C. Rochal, Madrid, 406 p.

— 1972. Madame Bovary, Plaza & Janés (Obras perennes), Barcelone, 431 p., traduit par Juan Rius Vila.

— 1972. Madame Bovary, Bruguera, Barcelone, 446 p., traduit et préfacé par Julio C. Acerete.

1972. Madame Bovary. Salammbo. Un corazón sencillo. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías, Credsa, Barcelone, 924 p., préfacé par Fernando Gutiérrez. Traduit par Mª. Dolores Gutiérrez.

— 1972. Salammbo, G. Riesco, Madrid, 357 p.

— 1972. Salammbo, Rodegar, Barcelone, 286 p., traduit par Manuel Araquistain.

— 1972. Tres cuentos, Salvat (General, nº 47), Barcelone, 140 p., traduit par Francisco Ferrer Lerin.

— 1972. Salammbo, Bruguera, Barcelone, 443 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1973. Bouvard y Pécuchet, Seix Barral (Bolsillo /Literatura), Barcelone, 334 p., traduit par Aurora Bernárdez.

— 1973. Madame Bovary, Bruguera, Barcelone, 446 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1973. Madame Bovary, Moretón (Clásicos Asuri), Bilbao, 439 p., préfacé par Manuel Ruiz Lagos. Traduit par Claudio Gancho.

— 1973. Tres cuentos. Diccionario de tópicos, Seix Barral (Bolsillo, nº 121), Barcelone, 211p., traduit par Consuelo Berges.

— 1974. Madame Bovary, Círculo de Amigos de la Historia, Madrid, 2 volumes.

— 1974. Memorias de un loco [Mémoires d’un fou]. [Correspondencia], Felmar (La fontana literaria, nº 15), Madrid, 175 p., choix, préfacé et traduit par José Lasaga Medina.

— 1975. Madame Bovary, Bruguera (Obras inmortales, nº 47), Barcelone, 446 p., traduit et préfacé par Julio C. Acerete.

— 1975. Madame Bovary, Ramón Sopena (Biblioteca Sopena, nº 576), Barcelone, 272 p.

— 1975, Madame Bovary, Bruguera (Joyas literarias), Barcelone, 350 p., préfacé et traduit par Julio C. Acerate.

— 1975. Madame Bovary, Alonsos (Biblioteca de Obras Famosas, nº 24), Madrid 287 p., adapté par Juan Alarcón Benito.

— 1975. Madame Bovary, Alianza (Libro de bolsillo, nº 549), Madrid, 494 p., préfacé par Mario Vargas Llosa. Traduit par Consuelo Berges.

— 1975. Salammbo, Bruguera, Barcelone, 443 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1975. La tentación de San Antonio, Cuadernos para el diálogo, Madrid, 320 p., traduit par Elena del Amo.

— 1975. La tentación de San Antonio. Un corazón sencillo. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías, Bruguera (Libro amigo, nº 321), Barcelona, 347 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1976. Madame Bovary, Bruguera (Libro amigo, nº 74), Barcelone, 446 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1976. Salammbo, Rodegar, Barcelone, 286 p., traduit par Manuel Araquistain.

— 1977. Madame Bovary, Plaza & Janés (Obras perennes), Barcelone, 431 p., traduit par Joan Rius Vila.

— 1978. Madame Bovary, Círculo de Amigos de la historia, Madrid, 2 volumes.

— 1978. Madame Bovary, Club Internacional del Libro (Grandes maestros de la literatura clásica universal, nº 5), Madrid, 351 p.

— 1978. Madame Bovary, Plaza & Janés (Obras perennes), Barcelone, 431 p., traduit par Joan Rius Vila.

— 1978. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Austral, nº 1449), Madrid, 292 p., traduit par Pedro Vances.

— 1978. Bouvard y Pécuchet, Bruguera (Libro amigo), Barcelone, 349 p., traduit par Juan Carlos Silvi.

— 1979. Madame Bovary, Bruguera (Joyas literarias), Barcelone, 2 volumes, 349 et 283 p., traduit par Julio C. Acerete.

— 1979. Madame Bovary, Alianza (Libro de bolsillo), Madrid, 494 p., préfacé par Mario Vargas Llosa. Contient des lettres de Flaubert à Louise Colet. Traduit par Consuelo Berges.

— 1979. Madame Bovary, Plaza & Janés (Obras perennes), Barcelone, 431 p., traduit par Joan Rius Vila.

— 1980. Madame Bovary, Edaf (Edaf de bolsillo, nº 44), Madrid, 404 p., traduit par Ramón Ledesma Miranda.

— 1980. Madame Bovary, Alianza (bolsillo, nº 549), Madrid, 495 p., préfacé par Mario Vargas Llosa. Traduit par Consuelo Berges.

— 1980. Madame Bovary, Plaza & Janés (El arca de papel, nº 172), Barcelone, 430 p., traduit par Juan Rius Vila.

— 1980. Madame Bovary, Moretón (Clásicos Asuri), Bilbao, 439 p., préfacé par Manuel Ruiz Lagos, traduit par Claudio Gancho.

— 1980. Tres cuentos. Diccionario de tópicos, Bruguera (libro amigo, nº 741), Barcelone, 220 p., traduit par Consuelo Berges.

— 1981. Madame Bovary, Alianza (bolsillo, nº 549), Madrid, 495 p., préfacé par Mario Vargas Llosa, traduit par Consuelo Berges.

— 1981. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Austral, nº 92), Madrid, 311 p., préfacé par Enrique Tierno Galván. Traduit par Pedro Vances.

— 1981. Madame Bovary, Castell y Moretón (Clásicos), Barcelone, 439 p., préfacé par Manuel Ruiz Lagos. Traduit par Claudio Gancho.

— 1981. Madame Bovary, Océano (Novelas inmortales), Barcelone, 414 p., traduit par Juan Paredes.

— 1981. La educación sentimental, Alianza editorial (El libro de bolsillo), Madrid, 2 volumes, traduit, préfacé et annoté par Miguel Salabert.

— 1981. Tres cuentos. Diccionario de tópicos, Bruguera (Club, nº 97), Barcelone, 220 p., traduit par Consuelo Berges.

— 1982. Madame Bovary, Orbis, Barcelone, 412 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1982. Madame Bovary. Costumbres provincianas, Planeta, Barcelone, 343 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 1982. Madame Bovary, Asuri (Clásicos Asuri), Bilbao, 439 p., traduit par Claudio Gancho.

— 1982. Madame Bovary, Plaza & Janés (Raíz y Rama), Barcelone, 431 p., traduit par Juan Rius Vila.

— 1982. Madame Bovary, Océano, Barcelone, 414 p.

— 1982. Un corazón sencillo, Legasa (El arca perdida), Madrid, 94 p., traduit par Alberto Carrasco.

— 1983. Madame Bovary, Promoción y Ediciones (Grandes genios de la literatura universal, nº 28), Madrid, 351 p.

— 1983. Madame Bovary, Sociedad General Española de Librería (Clásicos universales, nº 11), Madrid, 414 p., edité, préfacé et annoté par Javier del Prado.

— 1983. Madame Bovary, Bruguera (Libro amigo, nº 900), Barcelone, 411 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1983. Madame Bovary, Nájera (Clásicos universales), Madrid, 439 p., traduit par Claudio Gancho. Préfacé par Manuel Ruiz Lagos.

— 1983. La educación sentimental, Alianza editorial (El libro de bolsillo), Madrid, 2 volumes, traduit par Miguel Salabert.

— 1984. Madame Bovary, Sarpe (Novelas inmortales, nº 18), Madrid, 301 p., traduit par Ramón Ledesma Miranda.

— 1984. Madame Bovary, Alba, Barcelone, 416 p., traduit par Luisa Salomone.

— 1984. Salammbo, Sarpe (Novelas inmortales, nº 7), Madrid, 247 p., traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 1985. Madame Bovary, Promoción y Ediciones, Madrid, 351 p.

— 1985. Madame Bovary, Sarpe (Novelas inmortales, nº 18), Madrid, 301 p., traduit par Ramón Ledesma Miranda.

— 1985. La educación sentimental, Alianza editorial (Biblioteca fundamental de nuestro tiempo), Madrid, 2 volumes, traduit, préfacé et annoté par Miguel Salabert.

— 1985. Las tentaciones de San Antonio, Hyspamérica (Biblioteca personal, nº 34), Madrid, 259 p., traduit par Emma Calatayud.

— 1985. Tres cuentos (Un corazón simple. La leyenda de san Julián el Hospitalario. Herodías), Promoción y Ediciones (Grandes genios de la literatura universal, nº 103), Madrid, 160 p., traduit par Elena Agüero.

— 1986. Madame Bovary, Cátedra (Letras universales, nº 44), Madrid, 432 p., traduit par Germán Palacios.

— 1986. Madame Bovary. Costumbres provincianas, Planeta, Barcelone, traduit et préfacé par Joan Sales.

— 1986. Madame Bovary, Promoción y Ediciones (Grandes genios de la literatura universal, nº 28), Madrid, 351 p.

— 1986. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Colección austral, nº1449), Madrid, 311 p., préfacé par Enrique Tierno Galván.

— 1986. Madame Bovary, Bruguera (Libro amigo, nº 900), Barcelone, 411 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1986. Salammbo, Montesinos (Clásicos), Barcelone, 275 p., traduit par Mauricio Wácquez.

— 1986. Las tentaciones de San Antonio, Hyspamérica (Biblioteca personal, nº 7), Madrid, 259 p., traduit par Emma Calatayud.

— 1986. Tres cuentos, Salvat (Básica, nº 56), Barcelone, 139 p., traduit par Francisco Ferrer Lerin.

— 1986. Correspondencia, L. Romay, Oviedo, choix de L. Romay.

— 1986. Noviembre. Fragmentos de un estilo cualquiera, Muchnik, Barcelone, 182 p., traduit par Ricardo Cano Gaviria.

— 1987. Madame Bovary, Nájera (Clásicos universales), Madrid, 439 p.

— 1987. Madame Bovary, La Papelera Española, Bilbao, 414 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1987. Cartas del viaje a Oriente, Laertes, Barcelone, 327 p., préfacé, traduit et annoté par Ricardo Cano Garivia.

— 1988. Correspondencia íntima [Lettres à Louise Colet], Ediciones Barcelone, 234 p., traduit et préfacé par Emma Calatayud.

— 1988. Madame Bovary, Espa-Credit, Madrid, 439 p.

— 1988. Madame Bovary, Orbis, Barcelone, 411 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1989. La tentación de San Antonio, Siruela (El ojo sin párpado, nº 21), Madrid, 228 p., préfacé par Michel Foucault. Traduit par Elena del Amo.

— 1990. La educación sentimental, Cátedra (Letras universales, nº 139), Madrid, 518 p., traduit par Germán Palacios.

— 1990. La primera educación sentimental, Destino (Cuadernos de bitácora, nº 11), Barcelone, 351 p., préfacé par Rafael Conte. Traduit par Javier Albiñana.

— 1990. Memorias de un loco [Mémoires d’un fou], Juventud, Barcelone, 125 p., traduit par Christiane Scheurer y Aglae Masini.

— 1991. Madame Bovary, Rueda (Literatura universal, nº 1), Madrid, 411 p.

— 1991. Madame Bovary, RBA (Historia de la literatura, nº 9), Barcelone, 299 p., traduit par Joan Sales.

— 1991. Salammbo, Edaf (Biblioteca, nº 29), Madrid, 383 p., préfacé par Xavier Gisbert. Traduit par Aníbal Froufe.

— 1991. Memorias de un loco [Mémoires d’un fou], Compañía europea de comunicación e información (Biblioteca El sol, nº 206), Madrid, 94 p., préfacé par Horacio Vázquez Rial. Traduit par Christian Scheurer.

— 1992. Madame Bovary, Promoción y Ediciones (grandes genios de la literatura universal), Madrid, 351 p.

— 1992. Madame Bovary, Círculo de Lectores, Barcelone, 494 p., préfacé par Mario Vargas Llosa. Traduit et annoté par Consuelo Berges.

— 1992. Madame Bovary, SARPE (Universo literario), Barcelone, 301 p.

— 1992. Madame Bovary, Planeta (Clásicos universales), Barcelone, 343 p., traduit par Joan Sales.

— 1992. Un corazón simple, Compañía Europea de Comunicación e Información (Biblioteca de El sol, nº. 235), Madrid, 93 p., traduit par Mauro Armiño.

— 1992. Correspondencia, Mondadori, Barcelone, traduit par Danielle Lacascade et Francisco Díez del Corral.

— 1993. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Austral, nº 327), Madrid, 445 p., édité et traduit par Juan Bravo.

— 1993. Madame Bovary, Tusquets (Fábula, nº 8), Barcelone, 349 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1993. Madame Bovary, Edicomunicación (Cultura, nº 46), Barcelone, 313 p., traduit et annoté par Jorge Carrier.

— 1993. Viaje a Oriente, Cátedra (Letras universales, nº 176), Madrid, 573 p., édité et traduit par Menene Gras Balaguer.

— 1994. Madame Bovary, Promoción y Ediciones (grandes genios de la literatura universal), Madrid, 351 p.

— 1994. Madame Bovary, Orbis (Clásicos de la literatura universal), Barcelone, 411 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1994. Madame Bovary, Edicomunicación (Grandes autores literatura universal), Barcelone, 313 p., traduit par Jorge Carrier Vélez.

— 1994. Madame Bovary, Saepa, Madrid, traduit par Mª. Isabel Barreno.

— 1994. Noviembre. Fragmentos de un estilo cualquiera, Muchnik (Atajos), Barcelone, 73 p., traduit par Ricardo Cano Gaviria.

— 1994. Viaje a los Pirineos y Córcega. Viaje a Bretaña. Por campos y arenales, Valdemar (Avatares, nº 14), Madrid, 222 p., traduit par María Badiola.

— 1995. Madame Bovary, Planeta-De Agostini, Barcelone, 343 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 1995. La educación sentimental, Alianza editorial (El libro de bolsillo), Madrid, 541 p., traduit par Miguel Salabert.

— 1995. Madame Bovary, Altaya (Clásicos de la literatura universal, nº 1), Barcelone, 1995, 412 p.

— 1995. Madame Bovary, Salvat (Grandes obras de la literatura universal), Barcelone, 1995, 382 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1995. Salammbo, Lípari (Escritores e intérpretes, nº 10), Madrid, 340 p., traduit et annoté par Hermenegildo Giner de los Ríos. Préfacé par Rosario López Gregoris.

— 1995. Salammbo, Juventud (Biblioteca de narradores), Barcelone, 340 p., traduit par Mireia Porta Arnau.

— 1995. Diccionario de prejuicios, Valdemar, Madrid, traduit par Agustín Izquierdo.

— 1995. Madame Bovary, Círculo de Lectores, Barcelone, 526 p., préfacé par Mario Vargas Llosa. Traduit et annoté par Consuelo Berges.

— 1996. Madame Bovary, Alba (Novelas inmortales), Barcelone, 301 p.

— 1996. Madame Bovary, Cátedra (Letras universales, nº 44), Madrid, 432 p., traduit par Germán Palacios.

— 1996. Madame Bovary, Edaf (Biblioteca, nº 3), Madrid, 404 p., préfacé par Vintila Horia. Traduit par Ramón Ledesma.

— 1996. Madame Bovary, Océano (Grandes autores, nº 6), Barcelone, 326 p., traduit par Juan Paredes.

— 1996. Salammbo, Edhasa (Narrativas históricas), Barcelone, 318 p., traduit par Aníbal Froufe.

— 1996. La tentación de San Antonio, D. L. (Clásicos de siempre, nº 83), Madrid, 192 p., traduit par Beatriz Vitar.

— 1996. Cuentos negros y románticos, Valdemar (El club Diógenes, nº 55), Madrid, 283 p., traduit par María Badiola.

— 1997. Madame Bovary [avec Diccionario de prejuicios], Óptima, Barcelone, 383 p., traduit par Agustín Izquierdo.

— 1997. Madame Bovary, Orbis (Grandes pasiones de la literatura), Barcelone, 411 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1997. Madame Bovary, Club Internacional del libro (Coleccionables), Madrid, 351 p.

— 1997. Diccionario de lugares comunes, Ediciones Canarias (Taller de Traducción Literaria, nº 5), Las Palmas de Gran Canaria, 102 p., traduit par Ángel Mollá y Fátima Sainz.

— 1998. Madame Bovary, Alba, Barcelona, 416 p.

— 1998. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Colección Centenario), Madrid, 445 p., édité et traduit par Juan Bravo.

— 1998. Madame Bovary, Edicomunicación (Fontana, nº 55), Barcelone, 313 p., traduit et annoté par Jorge Carrier. Préfacé par Francesc Cardona.

— 1998. La educación sentimental, Alianza editorial (El libro de bolsillo), Madrid, 578 p., traduit par Miguel Salabert.

— 1998. La tentación de San Antonio, Edimat (Clásicos de siempre, nº 83), Madrid, 191 p., traduit par Beatriz Vitar.

— 1998. Tres cuentos, Muchnik, Barcelone, 184 p., annoté par Pierre-Marc de Biasi. Traduit par Maurio Wacquez.

— 1998. Tres cuentos: Un corazón simple. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías, Alianza (Bolsillo, nº 5519), Madrid, 159 p., préfacé, traduit et annoté par Mauro Armiño

— 1998. Un alma de Dios [Un cœur simple], Plaza y Janés, Barcelone, 102 p., traduit par Consuelo Berges.

— 1998. Sobre la creación literaria. Correspondencia escogida, Ediciones y Talleres de Escritura creativa (El oficio de escritor, nº 2), Madrid, 261 p., préfacé et traduit par Cecilia Yepes.

— 1999. Madame Bovary, Folio (grandes obras de la literatura universal), Barcelone, 411 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 1999. Madame Bovary, Alianza (Libro de bolsillo, literatura, nº 5537), Madrid, 526 p., préfacé par Mario Vargas Llosa, traduit par Consuelo Berges.

— 1999. Madame Bovary. Costumbres provincianas, Planeta, Barcelone, 343 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 1999. Madame Bovary, RBA (Coleccionables), Barcelone, 304 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 1999. Madame Bovary, Edicomunicación (cultura, nº 55), Barcelone, 316 p., traduit et annoté par Jorge Carrier. Préfacé par Francesc Cardona.

— 1999. Madame Bovary, Servilibro (Grandes obras), Madrid, 444 p.

— 1999. Madame Bovary, S. A. de Promoción y Ediciones (Grandes genios de la literatura universal), Madrid, 359 p.

— 1999. La educación sentimental, Cátedra (Letras universales, nº 139), Madrid, 518 p., traduit par Germán Palacios.

— 1999. Salammbo, Edaf (Biblioteca, nº 242), Madrid, 403 p., préfacé par Xavier Gisbert. Traduit par Aníbal Froufe.

— 1999. Bouvard y Pécuchet, Cátedra (Letras universales, nº 275), Madrid, 367 p., traduit par Germán Palacios.

— 1999. Bouvard y Pécuchet, Tusquets, Barcelone, 287 p., traduit par Aurora Bernárdez.

— 1999. Cuentos, Edicomunicación (Fontana, nº 174), Barcelone, 127 p., traduit par Jorge Carrier.

— 1999. Tres cuentos: Un corazón sencillo. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías, Cátedra (Letras universales, nº 284), Madrid, 121 p., édité et traduit par Germán Palacios.

— 1999. Tres cuentos, Espasa-Calpe (Biblioteca clásica), Madrid, 134 p., traduit par Luis Bello.

— 2000. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Las mejores novelas de amor, nº5), Madrid, 385 p., préfacé par Carmen Posadas. Traduit par Juan Bravo.

— 2000. Madame Bovary, Edimat (Clásicos selección, nº 62), Madrid, 384 p.

— 2000. Madame Bovary, Páramo (clásicos universales, nº 12), Madrid, 439 p.

— 2000. Madame Bovary, Mondadori (Letra grande), Barcelone, 512 p.

— 2000. Madame Bovary. Costumbres provincianas, Planeta, Barcelone, 343 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 2000. Madame Bovary, Edaf (Narrativa bolsillo, nº 3), Madrid, 429 p., préfacé par Vintila Horia. Traduit par Ramón Ledesma.

— 2000. Madame Bovary, Andrés Bello, Barcelone, 450 p., traduit par Juan Ruiz Vila.

— 2000. La tentación de San Antonio, Edimat (Clásicos de siempre, nº 83), Madrid, 191 p., traduit par Beatriz Vitar.

— 2000. Tres cuentos, Espasa-Calpe (Clásicos breves), Madrid, 134 p., traduit par Luis Bello.

— 2000. Viaje por Bretaña (por los campos y por las playas), Abraxas (Milenio), Barcelone, 222 p., édité et postfacé par Jordi Groh. Traduit par Juan Godó Costa.

— 2001. Madame Bovary, Promoción y Ediciones (Grandes genios de la literatura universal), Madrid, 368 p.

— 2001. Madame Bovary, Planeta-De Agostini (Biblioteca austral), Barcelone, 445 p., édité et traduit par Juan Bravo.

— 2001. Madame Bovary. La tentación de San Antonio, Edimat (Obras selectas), Madrid, 463 p., traduit par Beatriz Vitar, préfacé par Francisco Caudet.

— 2001. La primera educación sentimental, Alba (Clásica, nº 54), Barcelone, 391 p., traduit par Javier Albiñana.

— 2001. Salammbo, RBA (Coleccionables), Barcelone, 299 p., traduit par Aníbal Froufe.

— 2001. Salammbo, Edicomunicación (Crisol, nº 7), Barcelone, 223 p., traduit par Elizabeth Shelley. Préfacé par Francesc Ll. Cardona.

— 2001. Memorias de un loco y Correspondencia [Mémoires d’un fou], MCA (La nave de los locos, nº 10), Valencia, 137 p., traduit, préfacé et choix de la correspondance par José Lasaga.

— 2002. Madame Bovary. Costumbres provincianas, RBA (Historia de la literatura), Barcelone, 304 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 2002. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Austral, selección), Madrid, 445 p., édité et traduit par Juan Bravo.

— 2002. Madame Bovary, Algete (clásicos universales, nº 80), Madrid, 380 p., traduit par José Cubero.

— 2002. Salammbo, Cátedra (Letras universales, nº 335), Madrid, 329 p., traduit par Germán Palacios.

— 2002? 2003? Tres cuentos [Recurso electrónico: CD-Rom], Multimedia Ediciones (Clásicos de la literatura universal, nº 26), Madrid.

— 2003. Madame Bovary. Costumbres provincianas, Planeta (Grandes obras clásicas), Barcelone, 343 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 2003. Madame Bovary. Costumbres de provincia, Torres de Goyanes (Biblioteca Leyes y letras, nº 27), Madrid, 425 p., traduit, préfacé et annoté par Luis Blanco Vila.

— 2003. Tres cuentos, Espasa-Calpe (Grandes clásicos universales), Madrid, 134 p., traduit par Luis Bello.

— 2003. Tres cuentos: Un corazón simple. La leyenda de San Julián el Hospitalario. Herodías, Espasa-Calpe (Austral selección), Madrid, 134 p., traduit par Luis Bello.

— 2003. Cartas a Louise Colet, Siruela (Libros del tiempo, nº 165), Madrid, 407 p., traduit par Ignacio Malaxecheve.

— 2004. Obras completas, RBA, Barcelone, 3 volumes, traduit par Ricardo Cano Gaviria et al.

— 2004. La educación sentimental, RBA, Barcelone, 411 p., traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 2004. Madame Bovary. Costumbres provincianas, Altaya (Grandes escritores), Barcelone, 2004, 343 p., préfacé et traduit par Joan Sales.

— 2004. Madame Bovary, RBA, Barcelone, 318 p., traduit par Ramón Ledesma Miranda.

— 2004. La tentación de San Antonio, Cátedra (Letras universales, nº 361), Madrid, 221 p., édité et traduit par Germán Palacios.

— 2005. Obras, Cátedra, Madrid, 1467 p., traduit, préfacé et annoté par Germán Palacios.

— 2005. Madame Bovary, Tusquets (Fábula, nº 8), Barcelone, 394 p., traduit par Carmen Martín Gaite.

— 2005. Madame Bovary, Edimat (Clásicos de la literatura, nº 87), Madrid, 411 p., préfacé par Ivana Mollo. Traduit par Ramón Sopena.

— 2005. Madame Bovary, Alba Libros (Grandes obras de la literatura y del pensamiento), Barcelone, 302 p.

— 2005. Salammbo, Cátedra (Letras universales, nº 335), Madrid, 329 p., traduit par Germán Palacios.

— 2005. Diccionario de lugares comunes, Edaf, Madrid, 125 p., traduit par Tomás Onaindia.

— 2006. Madame Bovary, Alianza, Madrid, 424 p., traduit par Consuelo Berges.

— 2006. Salammbo, Comunicación y Publicaciones, Barcelone, 278 p., traduit par Aníbal Froufe.

— 2007. Madame Bovary, Akal (Akal de bolsillo. Clásicos de la literatura francesa), Madrid, 381 p., traduit par Pilar Ruiz Ortega.

— 2007. Madame Bovary, Espasa-Calpe (Austral, nº 327), Madrid, 448 p., édité et traduit par Juan Bravo.

— 2007. Madame Bovary, SAPE, Madrid, 351 p., dessins par Wilhelm M. Busch.

— 2007. Memorias de un loco [Mémoires d’un fou], El País (Relatos breves, nº 14), Madrid, 79 p., traduit par María Badiola Dorronsoro.

— 2007. Noviembre, Impedimenta, Madrid, 140 p., traduit par Olalla García. Préfacé par Lluís Mª. Todó.

— 2007. Sobre la creación literaria. Correspondencia escogida, Ediciones y Talleres de Escritura creativa (El oficio de escritor, nº 2), Madrid, 261 p., préfacé et traduit par Cecilia Yepes.

— 2008. Madame Bovary, Cátedra (Mil letras), Madrid, 432 p., traduit par Germán Palacios.

— 2008. Salammbo, Barcelone, 391 p., traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos et José Ramón Monreal.

—2008. Bouvard y Pécuchet, Losada / Safrafric, Buenos Aires (Argentina) / Barcelona 348 p., traduit par Luis Echávarri.

— 2008. Bouvard y Pécuchet, Backlist (Backlist clásicos), Barcelone, 374 p., traduit par Aurora Bernárdez. Préfacé par Carlos Pujol.

— 2009. Madame Bovary, Autopublish, Madrid, 331 p.

— 2009. Madame Bovary, Simancas (El parnasillo), Palencia, 2 volumes.

— 2009. Salammbo, Alianza, Madrid, 393 p., traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 2009. Bouvard y Pécuchet, Mondadori (Grandes clásicos), Barcelone, 733 p., traduit par José Ramón Monreal, édité par Jordi Llovet.

— 2010. Un alma de Dios [Un cœur simple], Nórdica Libros, Madrid, 92 p., traduit par Consuelo Berges.

— 2010. Bouvart y Pécuchet, Debolsillo, Barcelona, 733 p., traduit par José Ramón Monreal, édité par Jordi Llovet.

— 2010. Correspondencia [Gustave Flaubert et George Sand], Marbot, Barcelone, 283 p., préfacé par André Compte-Sponville, traduit, annoté et postfacé par Albert Julibert.

— 2010. La educación sentimental, Simancas (El parnasillo), Palencia, 3 volumes: 159, 158, 158 p.

— 2010. Egipto: Viaje a Oriente, Cabaret Voltaire, Barcelone, 314 p., traduit par Dolores Bermúdez.

—2010. Madame Bovary: costumbres provincianas, Planeta DeAgostini, Barcelone, 397 p., traduit par Joan Sales.

—2010. Madame Bovary, Espasa (Austral, nº 327), Madrid, traduit par Juan Bravo.

—2010. Madame Bovary, Punto de Lectura (Clásicos, nº 21), Madrid, traduit par Ramón Ledesma.

— 2010. Salambó, Paréntesis (Colección Orfeo, nº 29), Sevilla, traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 2011. Bibliomanía, [avec La leyenda del librero asesino de Barcelona par Ramón Miquel i Planas], Olañeta, Palma de Mallorca, 124 p., traduit par Víctor Inglada.

— 2011. La educación sentimental, Alianza editorial, Madrid, 615 p., traduit par Miguel Salabert.

— 2011. La educación sentimental, Debolsillo (Clásica), Barcelone, 517 p., traduit par Hermenegildo Giner de los Ríos.

— 2011. Líbano-Palestina, Rodas, Asia Menor, Constantinopla: Viaje a Oriente, Barcelone, Cabaret Voltaire, Barcelone, 278 p., traduit par Dolores Bermúdez.

— 2011. El Nilo: cartas de Egipto, Gadir, Madrid, 96 p., traduit par Elisabeth Falomir.

Top of page

Notes

1 Il n’existe à ce jour que l’article d’A. Camps, « Per a una història de la traducció de la narrativa del s. XIX en el món hispànic » in Professor Joaquim Molas. Memòria, escriptura, història. P. U. Barcelona, 2003, p. 277-284.

2 Nous n'avons pas tenu compte, toutefois, des éditions abrégées et simplifiées destinées aux étudiants de français...

3 Nous avons uniquement catalogué les traductions en espagnol éditées dans la péninsule ibérique : à un autre moment, il faudra étudier aussi les traductions latino-américaines. On laisse pour un autre travail l'effort de cataloguer les traductions en catalan, galicien et basque.

4 Dans son catalogue, Pilar Celma n’a rien trouvé de lui : Literatura y periodismo en las revistas de Fin de Siglo. Estudio e índices (1888-1907), Madrid, Júcar, 1991.

5 Cada oveja. Costumbres madrileñas, Madrid, M. P. Montoya, 1885. Los cantos de la aurora, Madrid, Imprenta artística de José Blas y Cía., 1908. Napoleón. Drama histórico en cinco actos y en prosa, Barcelona, Sociedad de Autores Españoles, 1915. Il adapta aussi pour le théâtre Germinal. Melodrama en siete actos y once cuadros inspirado en la famosa novela del mismo nombre de E. Zola, Madrid, R. Velasco, 1910.

6 Antología de poetas extranjeros antiguos y contemporáneos.

7 Nous renvoyons à l’entrée “Amancio Peratoner y Almirall” du Diccionario de la traducción en España, éd. F. Lafarga & L. Pegenaute, Madrid, Gredos, 2009, p. 882-884.

8 Alcolea, Iberia, Barcelone, 1928. Espartero. Ramón Costa, Barcelona, s. d. Bismarck, Ramón Costa, Barcelona, s. d. Cánovas del Castillo. Ramón Costa, Barcelona, s. d. Son point de vue est très engagé dans : El comunismo en action. Jason, Barcelone, 1931; Historia ilustrada de la Revolución rusa. Vecchi, Barcelone, 1930.

9 Nous renvoyons à quelques-uns des travaux existants sur cette revue : R. Asún, El proyecto cultural de “La España Moderna” y la literatura (1889-1914). Análisis de la revista y editorial, Barcelona, Secretariado de Publicaciones, Universidad de Barcelona, Resumen de tesis doctoral, 1980 ; R. Asún, “La editorial La España Moderna, Archivum, XXXI-XXXII (1981-1982), p. 133-199 ; R. Asún, “El Europeísmo de La España Moderna”, M. Tuñón de Lara (ed.), La España de la Restauración. Política, economía, legislación y cultura, Siglo XXI, Madrid, 1985, p. 469-487 ; R. Asún, “Las revistas culturales y la novela: elementos para un estudio del Realismo en España”, Y. Lissorgues (ed.), Realismo y naturalismo en España en la segunda mitad del siglo XIX, Barcelona, Anthropos, 1988, p. 75-89 ; Ma. P. Celma Valero, Literatura y periodismo en las Revistas de/fin de siglo. Estudio e índices (1888-1907), Madrid, Júcar, 1991 ; F. J. Sánchez Cantón, “D. José Lázaro y su legado a España”, Arbor, IX (1948), p. 215-231 ; M. Villapadierna, “José Lázaro Galdiano et La España Moderna”, Culture et société en Espagne et en Amérique latine au XIXe siècle, Lille, 1980, p. 93-106 ; C. Palacios, “Crítica literaria y narradores franceses en La España Moderna, M. Giné & Y. Domínguez (ed.), Prensa hispánica y literatura francesa. Pequeñas y grandes ciudades, Lleida, P. U. de Lleida, 2004, p. 109-125 ; C. Palacios, “Francia en La España Moderna, E. Medina (ed.), Jaén, La prensa / La presse, P. U. Jaén & Diputación de Jaén, 2009, p. 149-165.

10 Nous n'avons pas catalogué les traductions latino-américaines de Flaubert.

11 Le volume concernant Flaubert – comme tous ceux de la même collection – s’accompagne d’un appareil critique abondant, qui comprend une longue introduction, des notes de bas de page ainsi qu’une bibliographie. C’est la collection la plus importante, en Espagne, du point de vue de la critique.

12 Voir l’entrée « Flaubert », de Juan Bravo, dans Diccionario de traducción en España, Madrid, Gredos, 2009, p. 393.

13 Voir l’entrée « Consuelo Berges », de Inmaculada Ballano, dans le Diccionario de traducción en España, Madrid, Gredos, 2009, p. 111.

14 Et qui fut publié, auparavant, en un volume indépendant : M. Vargas Llosa, La orgía perpetua, Madrid, Taurus, 1975.

15 Juan Bravo, « Madame Bovary et ses versions à l’espagnol », F. Lafarga et al. (éds.), La traducción. Metodología / Historia / Literatura. Ambito hispanofrancés, Barcelone, P.P.U., 1995, p. 398-399.

16 Antología de la poesía surrealista, Madrid, Visor, 1971 (Prix National de traduction en 1971) et Antología esencial de la poesía francesa, Madrid, Espasa-Calpe, 2006.

17 Voir l’entrée « Mauro Armiño », de M. Fernández Sánchez, dans Diccionario de traducción en España, Gredos, Madrid, 2009, p. 68.

18 Exemplaire non trouvé. Cité dans A. Palau, Manual del librero hispano-americano, Barcelona, Llibreria Palau, 1948-1977.

19 Exemplaire non trouvé. Cité dans A. Palau, Manual del librero hispano-americano, Llibreria Palau, Barcelona, 1948-1977.

20 Exemplaire non trouvé. Cité dans A. Palau, Manual del librero hispano-americano, Llibreria Palau, Barcelona, 1948-1977.

Top of page

References

Electronic reference

Marta Giné Janer, « Les traductions de Flaubert en Espagne : esquisse d’un tableau », Flaubert [Online], 6 | 2011, Online since 20 February 2012, connection on 23 July 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1654

Top of page

About the author

Marta Giné Janer

Universitat de Lleida

Top of page