Navigation – Plan du site
Traductions comparées

Dites 33. Les huit incipit allemands de Bouvard et Pécuchet (1)

Des Brouillons aux Traductions
Loïc Windels

Résumé

« L’incipit d’un roman est un lieu stratégique primordial » – et cela vaut pour le roman traduit. C’est par lui que le lecteur étranger entre dans « l’univers diégétique » de l’œuvre originelle, qu’il passe le seuil « où se marquent les codes d’écriture et le pacte de lecture », et c’est par lui que le traducteur essaie de reconduire les promesses du titre et de l’attente. De l’incipit source, l’incipit cible hérite ainsi son importance stratégique, mais il y ajoute les enjeux propres à son activité, puisque c’est encore par lui que s’inaugure cette diglossie ambiguë où la voix du traducteur continue – dans le discours « autoritaire » – de faire entendre sa petite musique, sa façon bien à lui de parler la langue d’un auteur, et d’un auteur qu’il introduit non seulement dans une langue, mais parmi les livres écrits en cette langue, voire parmi ceux qui, comme lui, y furent depuis versés. L’incipit traduit étant bientôt retraduit, ce premier carrefour entre auteur, lecteur et traducteur devient vite un forum où ce beau monde discute, « le lieu d’une prise de position à l’égard des modèles possibles, d’un dialogue intertextuel avec d’autres débuts de romans [et d’autres traductions] avec lesquels et contre lesquels s’écrit le nouvel incipit » nouvellement traduit. Ces phrases que nous détournons au profit du transfert linguistique sont tirées d’une « étude génétique » d’Anne Herschberg Pierrot consacrée à la célèbre phrase inaugurale de Bouvard et Pécuchet, laquelle fait aussi l’objet de cet article triparti. Mais c’est en allemand que nous écouterons ses « combinaisons prosodiques » et tâcherons de surprendre « le travail de la signifiance ».

Haut de page

Dédicace

À Mme Renée Bécart,
À sa mémoire défaillante, aux thébaïdes d’oubli où désertent ses souvenirs et ses dictons
Au rire avec lequel elle parle de ses proches partis vivre outre-Rhin (là, ils vivent dans une langue dont elle même n’a connu que l’âpre écume des guerres et le disque rayé des films et des stéréotypes)
À la paix qu’elle signe dans ce rire avec les descendants des Boches
Et à l’accent de Beauce qui, vaille que vaille, reste suspendu à ses lèvres quand elle dit « trente-trois »

Texte intégral

  • 1 Bouvard et Pécuchet, éd. Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, « GF Flammarion », Flammarion, 1999, p. 45.

Comme il faisait une chaleur de trente-trois degré, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert1.

  • 2 Nous renvoyons à l’entrevue qu’il nous a accordée.

1Si Hans-Horst Henschen est le premier à avoir traduit en allemand l’ensemble complexe que constitue Bouvard et Pécuchet2, il n’est ni le premier, ni le dernier à avoir traduit le roman. Voici la liste de ses traducteurs successifs :

  • 3 Dans la suite de l’article, nous désignerons indifféremment éditions et traductions par le nom du t (...)

– Eduard Wilhelm Fischer, Minden in Westfallen, 1909
– Georg Goyert, Munich, 1923
– Erich Marx, Leipzig (RDA), 1959
– Thomas Dobberkau, Berlin (RDA)
– Hans-Horst Henschen, Francfort, 2003
– Caroline Vollmann, Haffmans, Zürich, 2004 / Fischer, Francfort, 2009
– Erich Wolfgang Skwara, Suhrkamp-Insel, Berlin, 20103

Et voici les différentes versions de l’incipit :

Da eine Hitze von dreiunddreißig Grad herrschte, war der Boulevard Bourdon vollständig menschenleer. (Fischer, p. 1)
Es Herschte eine Hitze von dreiunddreißig Grad; der Boulevard Bourdon war vollständig menschenleer. (Goyert, p. 5)
Da eine Hitze von dreiunddreißig Grad herrschte, war der Boulevard Bourdon vollkommen menschenleer. (Marx, p. 5)
Es herschte eine Hitze von 33 Grad, und der Boulevard Bourdon war menschenleer. (Dobberkau, p. 5)
Bei dreiunddreißig Grad im Schatten lag der Boulevard Bourdon vollständig verlassen da. (Goyert revu, p. )
Da eine Hitze von dreidundreißig Grad herrschte, lag der Boulevard Bourdon völlig verödet da. (Henschen, p. 7)
Da dreiunddreißig Grad Hitze herrschten, lag der Boulevard Bourdon völlig ausgestorben da. (Vollmann, p. 7)
Bei einer Hitze von 33 Grad lag der Boulevard Bourdon völlig verlassen da. (Skwara, p. 7)

  • 4 Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Roman. Deutsch von Erich Marx, Mit Essays von Raymond Quene (...)
  • 5 Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Aus dem Französischen von Georg Goyert, Mit einem Vorwort v (...)
  • 6 Voici une partie de cette note d'édition : Zu dieser Ausgabe insel taschenbuch 1861 […] Der Text de (...)
  • 7 La même note précise qu'une première édition de cette réédition est parue dans la même collection e (...)

2Le lecteur perspicace aura noté qu’il y a, pour sept traducteurs, huit traductions. La raison en est simple. Plusieurs traductions anciennes sont reconduites par des éditeurs modernes, qui les font revoir pour l’occasion. Ainsi peut-on lire chez Diogène la version d’Erich Marx, revue par les soins de Gerd Haffmans4. Si nous ne l’avons pas fait apparaître ici, c’est que la leçon de l’incipit donnée par le « re-traducteur » suit celle du traducteur originel. Tel en revanche n’est pas le cas de l’édition de poche d’Insel qu’on trouve encore dans les librairies allemandes, bien qu’à terme la nouvelle traduction de Skwara soit probablement destinée à la remplacer5.
Le péritexte précise en effet que « le texte de la traduction suit l’édition : Gustave Flaubert, Boulevard und Pécuchet. Deutsch von Georg Goyert. Georg Müller Verlag, München 1923 »6. Mais Verleger Verberger, editore traditore : nous avons le livre ancien sous les yeux, et le roman commence tout autrement. Le texte aura donc été revue par une main anonyme, que nous appellerons Goyert revu7.

3Ces remarques préliminaires faites, nous pouvons procéder à l’analyse des huit solutions. Nous commencerons par une description à l’intention du lecteur non-germanophone, en décomposant la phrase source en unités minimales de sens. Puis nous les décrirons comme un ensemble diachronique, que nous regarderons au miroir de la genèse du roman. Après une courte pause théorique, nous ausculterons, dans le second volet de l’article, le 33 du texte français, relèverons quelques divergences significatives dans la manière de traduire le banal, avant, dans le dernier volet, d’assumer une préférence toute personnelle en analysant plus précisément encore la solution de Hans-Horst Henschen.

Description littérale

Comme

4Les traductions hésitent entre une traduction littérale de la subordonnée ou la juxtaposition de deux phrases indépendantes (Goyert) ou liées (Dobberkau). Goyert revu et Skwara après lui se distinguent par l’emploi d’une construction nominale qui change la subordonnée en complément circonstanciel.

il faisait

5„Herrschen“ signifie « régner », possible aussi en français. Certes, Flaubert n’a pas écrit « il régnait une chaleur ». Toutefois, l’usage est plus extensif en allemand qu’en français8. Par ailleurs, Goyert revu évacue le problème (si problème il y a) avec sa construction nominale, mais il escamote la « chaleur » et introduit une « ombre » (Schatten) au tableau flaubertien, qui n’y était pas, et sur laquelle nous reviendrons.

une chaleur de

  • 9 Un peu à la façon de l’ancien français « vertu dieu » pour « vertu de dieu », qu’on trouve encore ç (...)

6Seuls Goyert revu et Vollmann se distinguent d’une solution littérale et unanime : eine Hitze von. Nous venons d’évoquer la substitution de Goyert revu. Quant à Vollmann, elle opte pour une construction synthétique, sans préposition et parfaitement idiomatique9.

trente-trois degrés

  • 10 « Dans les éditions Charpentier et Conard, il y a 33, mais dans le manuscrit, il y a bien trente-tr (...)

7La traduction du numéral est littérale. Dobberkau et Skwara se distinguent par l’usage de la numérotation arabe. Comme le rappelle Raymond Queneau, ce choix avait été celui des premiers éditeurs10. En ce qui concerne nos traducteurs, on peut hésiter à mettre leur choix en rapport avec le projet éditorial dans lequel ils s’inscrivent : une édition d’inspiration marxiste pour le premier, et, pour le second, un désir explicite de donner de Flaubert une traduction dégagée de sa réception savante, dans un geste vaguement démythificateur. L’écriture numérique relèverait donc ici d’une rhétorique du pragmatique, là d’une rhétorique du casual. Toutefois, seule une étude plus poussée du paratexte permettrait de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse.
Quant aux degrés, ils ne font, comme le boulevard après eux, que prendre la majuscule normative du substantif allemand.

le boulevard Bourdon

  • 11 « une rumeur confuse bourdonnait dans l'atmosphère lourde » lit-on dans la marge d’un brouillon (Br (...)
  • 12 Rappelons que, plus généralement, le nom propre est un faux invariant de traduction, au point qu’en (...)

8Rien à signaler, sinon l’inévitable disparition des connotations sémantiques du boulevard (la chaleur bourdonnante)11, et le non moins inévitable gain de ses connotations exotiques12.

se trouvait

  • 13 Nous utilisons l’édition en ligne du dictionnaire allemand. À cet égard, la version Goyert revu (qu (...)
  • 14 Daliegen signifie littéralement « être en position horizontale (liegen) là (da) ». Toutefois, il ne (...)
  • 15 Madame Bovary, éd. Jacques Neefs, Paris, Librairie Générale Française, coll « Livre de poche », 199 (...)

9Exemple intéressant, pendant exact du verbe subordonné. L’allemand avait tendance à sur-traduire « il faisait », il a d’abord eu tendance ici à sous-traduire « se trouvait » en lui substituant le verbe « être » („war“). C’est Goyert revu qui introduit la variante daliegen, adoptée ensuite par tous les autres traducteurs. Il est du reste parfaitement idiomatique dans cet emploi, comme le confirme le Duden, qui donne en exemple général d’usage du mot verlassen la phrase das Dorf lag verlassen da (le village « était » désert)13. Par rapport au français, il n’est pas impossible que le verbe procède à une très légère personnification de la rue, traitée comme un être qui peut (bien trop littéralement) être couché là14. Du reste, si cela est, cela se passe au niveau des connotations lointaines et n’a rien de comparable avec une prairie s’allongeant «  sous un bourrelet de collines basses pour se rattacher par derrière aux pâturages du pays de Bray »15.

absolument

10Vollständig, vollkommen et völlig sont à peu près interchangeables. L’unanimité des trois dernières traductions semblerait indiquer que völlig est à présent ressenti comme le plus neutre.
Du point de vue des connotations, „vollkommen”, qui peut s’appliquer à une phrase ou à un style, ajoute par ricochet le sème de la « perfection » et la possibilité d’une lecture réflexive, ce qui, pour un incipit si longtemps poursuivi et si souvent récrit, ne serait pas si mal venu. En revanche, la solution de Dobberkau, qui ne traduit pas l’adverbe, semble difficilement soutenable.

désert.

11Toutes les propositions – menschenleer, verlassen, verödet, ausgestorben – sont parfaitement à même de rendre l’état d’un boulevard « désert » aux heures chaudes de l’été. Seules les connotations, voire l’intensité, diffèrent. Pour les premières, on peut en rendre compte par les mauvais équivalents suivants, qu’on « entend » dans les mots allemands (il ne s’agit pas de définition) : « vide d’hommes », « délaissé », « déserté », « mort, sans vie ». Pour le premier et le dernier, il est clair qu’il n’y a dans ce boulevard « pas âme qui vive ». Pour verlassen, l’exemple de Duden cité précédemment semble indiquer sa neutralité idiomatique. Au contraire, verödet semble se distinguer, du moins si je me fie à l’écho d’avis glanés çà et là auprès de locuteurs allemands, d’où il ressortirait que le mot produirait à l’oreille attentive une toute autre impression que les autres para-synonymes plus neutres, un « tout autre paysage », fait de sécheresse et d’étendue...

12On peut maintenant rassembler les remarques précédentes dans un mauvais français et transposer ainsi la matière verbale des différentes solutions :

Fischer : Da eine Hitze von dreiunddreißig Grad herrschte, war der Boulevard Bourdon vollständig menschenleer.
*Comme une chaleur de trente-trois degrés régnait, était le Boulevard Bourdon complètement vide d’hommes.
Goyert : Es Herschte eine Hitze von dreiunddreißig Grad; der Boulevard Bourdon war vollständig menschenleer.
*Il régnait une chaleur de trente-trois degrés ; le Boulevard Bourdon était complètement vide d’hommes.
Marx : Da eine Hitze von dreiunddreißig Grad herrschte, war der Boulevard Bourdon vollkommen menschenleer.
*Comme une chaleur de trente-trois degrés régnait, était le boulevard Bourdon parfaitement vide d’hommes.
Dobberkau : Es herschte eine Hitze von 33 Grad, und der Boulevard Bourdon war menschenleer.
*Il régnait une chaleur de 33 degrés, et le boulevard Bourdon était vide d’hommes.
Goyert revu : Bei dreiunddreißig Grad im Schatten lag der Boulevard Bourdon vollständig verlassen da.
*Par trente-trois degrés à l’ombre, le boulevard Bourdon s’étendait complètement abandonné (là).
Henschen : Da eine Hitze von dreidundreißig Grad herrschte, lag der Boulevard Bourdon völlig verödet da.
*Comme une chaleur de trente-trois degrés régnait, s’étendait le boulevard Bourdon complètement désert (là).
Vollmann : Da dreiunddreißig Grad Hitze herrschten, lag der Boulevard Bourdon völlig ausgestorben da.
*Comme trente-trois degrés (de) chaleur régnaient, s’étendait le boulevard Bourdon complètement mort (là).
Skwara : Bei einer Hitze von 33 Grad lag der Boulevard Bourdon völlig verlassen da.
*Par une chaleur de 33 degrés, se tenait le boulevard Bourdon complètement abandonné (là).

Description diachronique

13Après avoir donné les outils linguistiques pour comprendre la lettre de ces traductions, essayons de les comparer dans leur ensemble, en commençant par les décrire en diachronie.
La traduction de Fischer est remarquable par son « classicisme » littéral. À chaque terme français correspond un terme équivalent et la construction syntaxique est elle-même parfaitement reconduite, à l’ajustement syntaxique près : les verbes devant rejoindre les places que la grammaire allemande leur attribue dans la phrase (à la fin de la subordonnée, et en seconde position de la principale, juste après la première, occupée par la subordonnée). Cette fidélité semble avoir destiné Fischer à jouer son rôle de « première traduction » : celle à partir de laquelle – consciemment ou non – les traductions successives auront à se confronter, en sus du texte original.
Cela est particulièrement clair pour la suivante, qui joue quant à elle parfaitement son rôle de « seconde » traduction : en s’éloignant de la première solution littérale dont elle prend le contre-pied et en ajoutant ainsi, au modèle que celle-ci constitue, son propre « contre-modèle ».
Pour qui la regarde sans la lire, la version de Goyert ressemble en effet à une permutation de la phrase de Fischer : ce sont les mêmes mots redistribués, à deux petites lettres près, qui sont considérables. Par ce Da (« comme », « alors que ») devenu Es (« il » impersonnel) Goyert s’éloigne du texte flaubertien. Pas dans le choix des termes équivalents : dans la construction phrastique. À la subordination de Flaubert et Fischer se substitue la juxtaposition de deux propositions indépendantes. Indubitablement, ce choix se fait dans un désir de s’éloigner de la « lettre », pour se rapprocher de « l’esprit » de Bouvard, à savoir un démarrage en platitudes. Mais nous y reviendrons.

14Sur ces deux patrons initiaux, les traductions suivantes semblent avoir brodé leurs motifs et leurs variations. En 1956, Marx, qui suit Goyert dans les chronologies, retrouve Fischer presque mot pour mot, le « parfaisant » seulement d’un vollkommen, en remplacement du plus neutre vollständig, commun aux deux premières traductions.
Dans les années 1970-1980, lors de la troisième vague de traduction, c’est Goyert qui semble avoir servi de base aux deux éditions, l’une à l’ouest, l’autre à l’est du mur.
Dobberkau paraît ainsi le suivre, et là encore à deux mots près : cassant la parataxe (il ajoute un und de liaison), et supprimant purement et simplement ce même adverbe vollständig, au détriment de la fidélité au texte d’origine. À ces deux faits (lissage d’un effet paratactique et appauvrissement de la forme allant jusqu’à un appauvrissement explicite du fond), il faut ajouter le choix de l’écriture arrabe du nombre, le tout conférant à cette version un caractère extrêmement factuel. D’emblée, le traducteur semble refuser soigneusement tout effet littéraire, non seulement par rapport à son texte source, mais par rapport à cette traduction Goyert qui avait déjà fait le choix du banal dans la syntaxe même.
À l’inverse, cette sécheresse syntaxique semble avoir gêné le réviseur de Goyert, qui change profondément l’aspect de la phrase, en transformant la subordonnée initiale en complément circonstanciel nominal et en fondant la chaleur en „Schatten“. Il ne s’arrête pas là, mais remanie également la principale, où il innove sur deux points : il introduit la variante „daliegen“ pour traduire « se trouvait », et s’il reconduit l’adverbe „vollständig“, il change l’adjectif „menschenleer“, qui ne sera plus repris. En un mot, la révision s’avère une refonte complète. Sans rien dire ni se rapprocher pour autant de Fischer, Goyert revu s’écarte sensiblement de Goyert. En réalité, il ne retient de sa version originelle que les invariants (chiffre, nom de mesure, toponyme) et cet adverbe « vollständig » qui disparaîtra des solutions suivantes. Il constitue donc une proposition entièrement nouvelle, à côté des anciennes et semble, au vu des traductions ultérieures, avoir remplacé Goyert dans son rôle de contre-modèle à Fischer.

15Il est en effet remarquable que ses principales innovations se retrouvent dans l’une ou l’autre des suivantes, et parfois dans les trois : ainsi, pour la principale, „daliegen“ est unanimement reconduit, „menschenleer“ unanimement éconduit, et la construction nominale est reprise une fois, à côté de la construction en Da adoptée par Henschen et Vollmann après Marx et Fischer. En fait, les traductions des années 2000 n’innovent plus – en apparence – que sur deux points : en trouvant des alternatives aux adjectifs „menschenleer“, puis „verlassen“ des versions précédentes, et en convergeant dans le choix de „völlig“, qui supplante le plus long „vollständig“ et déplace ainsi l’accent de l’adverbe à l’adjectif. Pour le reste, ces traductions semblent s’être réparties les solutions présentées par les deux traditions impulsées par Fischer et (via sa révision éditoriale) par Goyert.
Pour nous en tenir à la subordonnée, Henschen et Vollmann suivent ou retrouvent la version littérale de Fischer. Henschen coïncide mot à mot. Vollmann s’en écarte dans la façon d’énoncer la température, où elle trouve une alternative élégante aux „dreiunddreißig Grad im Schatten“ de Goyert revu, par le recours à une construction génitive sans préposition : „dreiunddreißig Grad Hitze“. À l’inverse, Skwara reprend la construction littérale de Fischer („eine Hitze von 33 Grad“), mais il l’insère dans une construction nominale à la Goyert revu, dont il retrouve également l’adjectif „verlassen“, après l’abandon général du premier „menschenleer“.

16Avant d’en tirer les enseignements, visualisons dans un tableau les résultats de ce premier balayage diachronique.

17La répartition de l’incipit de part et d’autre de sa ponctuation découle de ce qui précède : c’est d’abord la traduction de la syntaxe qui doit retenir notre attention. Les deux membres de phrase sont, au miroir de la traduction, tout à fait indépendants, voire dissymétriques dans leurs hésitations.
De son côté, la principale n’est le lieu que d’un essai de solutions lexicales portant :
1. sur le verbe, avec l’oscillation entre „war“ et „lag…da“
2. sur l’adverbe, avec la substitution de „vollständig“ par „vollkommen“, puis „völlig“
3. sur l’adjectif, enfin, avec quatre solutions différentes sur un total de huit.
À ces commutations parasynonymiques près, la principale est d’emblée stable, et semble même se stabiliser au niveau lexical, en n’admettant, dans les trois dernières traductions, de divergence qu’au niveau de l’adjectif « désert ».
La subordonnée, quant à elle, est d’emblée l’objet d’une hésitation syntaxique qui engage l’ensemble de l’incipit, et qui ne semble pas s’être stabilisée le moins du monde. De même, la micro-variation autour de la façon d’exprimer la température reproduit cette instabilité structurelle à un niveau inférieur. En conséquence de quoi, les variations lexicales relèvent ici de la permutation, et moins de la commutation. Si l’on excepte le mot « Schatten » introduit par Goyert revu, le lexique mobilisé ne diffère que par le petit mot clef situé à l’attaque du texte : DA/ES/BEI. C’est par ces trois monosyllabes – trois incipit superlatifs – que les traductions allemandes divergent en profondeur et proposent trois façons d’envisager ce tout début de roman. Et c’est à ces trois façons d’envisager Flaubert que nous voudrions à présent nous attacher, en privilégiant leurs trois instigateurs, et les échos de ces derniers dans les trois traditions récentes. Pour cela, nous commencerons par réfléchir les traductions de l’incipit au miroir de sa genèse : en plongeant dans les brouillons.

Ut translatio genesis ?

  • 16 Anne Herschberg Pierrot, « Étude génétique de l’incipit de Bouvard et Pécuchet », Item [En ligne]. (...)

18Dans l’étude de genèse qu’elle a consacrée à l’incipit de Bouvard et Pécuchet, Anne Herschberg Pierrot dénombre « six états de l’incipit »16. Voici la transcription qu’elle donne du premier :

<Comme> <Comme> Il faisait une chaleur de trente-trois degrés – & comme
c’était un dimanche <en plein après-midi> le boulevard Bourdon se trouvait com
absolument désert.

  • 17 Le site de l’Université de Rouen a commencé, sous la direction d’Yvan Leclerc, à mettre en ligne un (...)

19On voit que les traducteurs ne sont pas les seuls à avoir hésité sur la syntaxe et le tout premier mot… La rature de la proposition interne commençant par « comme » est suivie d’un double ajout en marge. « comme », « com », puis « Comme » et « Comme »17 : le mot semble vouloir forcer la plume. Flaubert l’ôte de l’intérieur de la phrase, où il voulait proliférer, pour en essayer l’effet à la marge : « Comme », « Comme »... Comme s’il voulait se convaincre du bien fondé de ce nouveau début. Et dès l’état suivant, quand il aura abandonné un nouveau feuillet surchargé de ratures, l’information thermométrique entrera définitivement sous la dépendance syntaxique du boulevard désert :

Comme il faisait une chaleur de trente trois degrés, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert.

  • 18 Quant au dimanche, il est repoussé dans les marges, puis dans les paragraphes suivants : dans « le (...)

Flaubert pourra encore hésiter sur le bien fondé de ce « trois » accolé au « trente », l’attaque de la phrase, elle, ne changera plus : le lecteur entamera sa lecture en recevant dans les oreilles comme un grand coup de hache qu’il ne percevra peut-être pas comme tel, mais qui aura quand même déboisé tout un boulevard de ses arbres humains18.
Plus sérieusement, l’insistance avec laquelle Flaubert est revenu sur ce début nous invite à considérer les traductions sous ce jour. Et sitôt qu’on s’adonne à la comparaison, les folios des brouillons et les versions allemandes multiplient les similitudes. Non seulement on observe la même dissymétrie de traitement entre les deux membres de phrases, mais l’écrivain semble avoir préfiguré dans ces pages manuscrites le travail de ses traducteurs.

  • 19 Et Dobberkau après lui.

20En effet, si l’on tente de reconstituer – sous les ratures et les ajouts – le premier jet de ce folio 4 v° du manuscrit g 2251, on s’aperçoit que Flaubert a commencé par écrire : « Il faisait une chaleur de trente‑trois degrés ». Es herrschte eine Hitze von dreiunddreißig Grad : c’est mot pour mot la solution proposée par Goyert19 qui s’éloignait de la lettre du texte… pour suivre un avant-texte à la lettre. Cela ne prétend bien sûr pas l’invalider : les langues humaines sont suffisamment emplies de pièges idiomatiques pour que l’on puisse imaginer une phrase éconduite dans une, et dont la traduction littérale dans une autre traduise parfaitement la phrase finalement choisie. Mais on a l’impression d’un retour en arrière, qui nous incite à évaluer ce que, rebroussant le chemin de l’écrivain, le traducteur ne traduit plus. Autrement dit : en passant d’une forme à l’autre, qu’est ce faisait Flaubert que Goyert a défait ? Et plus généralement : que perdent et que gagnent da, es, bei en traduisant ce premier « comme » ?

  • 20 Ce qui mérite d’être noté, la règle étant, en la matière, bien souvent la transposition, presque ja (...)

21On l’a vu, le romancier paraît avoir voulu faire résonner ce « comme » à force d’insistance. Mais là, les pertes sont générales : dans tous les cas, l’attaque en gueuloir du [k] disparaît dans l’allemand et son coup de cisaille s’y émousse, à ceci près, toutefois, que dentale et implosive en paraissent plus proches que la voyelle sifflée du « Es », tout en s’intégrant davantage au système phonétique de la phrase, que le « Boulevard Bourdon » invite à maintenir d’une langue à l’autre20. Mais sculptés dans les sons, les mots sculptent du sens et c’est sur ce plan sémantique que nous voudrions ici insister.
Que se passe-t-il lorsque Flaubert transforme la phrase

Il faisait une chaleur de trente trois degrés & comme c’était un dimanche en plein après-midi, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert.

en celle-ci :

Comme il faisait une chaleur de trente trois degrés, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert.

  • 21 Le solécisme est à mettre au compte – et à l’indirect libre – d’un Tite-Live revu.

qu’il adoptera finalement ? D’un fait suivi d’une causalité d’ordre sociologique (le dimanche, les rues sont vides), on passe à ce qu’Anne Herschberg Pierrot appelle « une causalité parodique ». Ce qui devient premier, ce n’est pas seulement le couperet sonore d’une préposition, c’est un principe de causalité et sa mise en œuvre dérisoire. Avant même que les deux hommes ne se rencontrent et s’aiment, avant qu’on ne les fasse asseoir « à la même minute, sur le même banc », les destins flaubertiens sont en ordre de marche. Avec son « comme » inaugural, Bouvard et Pécuchet commence in medium fas21.

  • 22 Même dans ce premier jet, il y avait un « comme » à l’intérieur de la phrase, qui plaçait la rue dé (...)

22Cela, Goyert le perd. Il troque l’effet de causalité contre un pur effet de banalité par juxtaposition, qui à son tour peut constituer un gain, bien que Flaubert ne l’ait jamais vraiment envisagé sous cette forme22. Au contraire, la version littérale en „da“ le reconduit, mais peut-être pousse-t-elle à son tour le curseur de la causalité un peu plus loin que le français.
Les principaux dictionnaires bilingues font correspondre les deux mots. « Comme », toutefois, exprime la causalité mais il l’exprime, pourrait-on dire, par le biais de la concomitance : s’il peut commuter avec « étant donné que », il le peut aussi avec « alors que ». La première version de l’incipit distribuait sans ambiguïté les fonctions concomitantes et causatives entre les deux premiers membres de phrase : une proposition principale posait le contexte, et la subordonnée l’entraînait par raccroc sur la pente de la causalité :

*Il faisait chaud et comme c’était dimanche, il n’y avait personne.

Par la vertu de ce « et » de liaison, ce premier « comme » était purement causal.
Au contraire, le second est plus ambigu, et s’il hérite de son prédécesseur sa valeur causative, sa nouvelle place le recharge en valeur de simultanéité, et notre incipit se situe quelque part entre :

*Tandis qu’il faisait une chaleur de trente-trois degrés, le boulevard Bourdon était absolument désert.

Et :

*Puisqu’il faisait une chaleur de trente-trois degrés, le boulevard Bourdon était absolument désert.

  • 23 Le Trésor de la langue française informatisé (TLFi, en ligne) indique la construction anté-posée co (...)
  • 24 Cf. Deutsches Wörterbuch von Jacob und Wilhelm Grimm. 16 Bde. in 32 Teilbänden. Leipzig 1854-1961, (...)
  • 25 Le TLFi continue quant à lui de donner le sème de simultanéité avant celui de la causalité, même s’ (...)
  • 26 Signalons cependant des exemples où ce « da » semble parfaitement identique en concomitance au « co (...)

Plus près, sans doute, du second que du premier23, il mêle toutefois les eaux de la causalité à celles du contexte temporel : au temps qu’il fait sur le boulevard, Flaubert ajoute un temps qui stagne.
„Da“, par lequel il arriva à Luther de traduire le « cum » latin, possède également une valeur temporelle, mais moins de simultanéité que de circonstance, et il fut à cet égard très tôt concurrencé par un terme beaucoup plus courant : „als“ dont Grimm signalait déjà la nette prévalence24. Quant à Duden, il ne donne plus cette acception que seconde, soutenue et vieillie25. „Da“ correspond donc à « comme » dans son atténuation du sens causal, mais il semblerait y associer moins que lui cette idée de concomitance stricte, propre au morphème français26.
À l’inverse, la juxtaposition de Goyert semble vouloir en donner l’idée. Mais c’est Goyert revu qui en fait le choix interprétatif le plus clair en transformant le „da“ en „bei“ et la subordonnée en complément circonstanciel. Ainsi, Goyert revu s’éloignait de ses prédecesseurs pour relire Flaubert à l’aune de la circonstance. Or, l’écrivain avait aussi essayé cette aune-là.

  • 27 Anne Herschberg Pierrot, « Un scénario‑brouillon détaillé de la rencontre (ms g 2251, f° 1) », art. (...)

23Il faut pour s’en rendre compte remonter plus haut dans les chronologies, et reculer dans la genèse de ce début. Le folio ms g 2251, f° 4v° consigne le premier état de l’incipit, mais pas le premier incipit : Flaubert en avait imaginé deux autres. Celui dont le nôtre découle se trouve dans un « scénario-brouillon de la rencontre » et ce folio ms g 2251, f° 1 « commence par des points de suspension, qui semblent indiquer que l’incipit est encore à trouver. »27 Mais avant de passer à la phase de rédaction proprement dite (au folio 4v°), Flaubert paraît vouloir déjà combler les pointillés en produisant, « dans la marge supérieure gauche de sa feuille », un premier essai d’incipit :

Par un dimanche d’été sur le bd Bourdon, à Paris, deux hommes se rencontrèrent.
Quel fut celui des deux qui vit l’autre d’abord. impossible de le savoir car leurs
regards se heurtèrent en même temps.
l’un (Bouvard) était assis.

Ce « comme c’était un dimanche » d’où provenait le « comme il faisait » de l’incipit provenait donc lui-même d’un complément circonstanciel semblable à celui de Goyert revu, et il fut vite abandonné. La raison paraît résider principalement dans ce constat : ça n’était pas du Flaubert. Ou en termes plus mesurés :

  • 28 Ibid.

Flaubert rédige [là] un début étonnamment romanesque, de type ponctuel, qui fait penser à Balzac28.

24Le « défaut » de ce choix de traduction, ça ne serait donc pas tant le troc de la causalité contre la circonstance, que l’échange de Flaubert pour Balzac.
Là encore, nuançons : bien évidemment, Goyert revu ne parle pas de dimanche d’été, ni de rencontre anonyme, ni à plus forte raison n’adopte un point de vue explicitement déficient, traits qui sont sans doute pour beaucoup dans la perception d’un début à la Balzac. Néanmoins, il est remarquable que syntaxiquement, cette révision d’une traduction qui elle-même refusait le mot à mot retombe sur le premier réflexe d’écriture de Flaubert, et le plus éloigné de sa version définitive. Les traductions successives finissent ainsi par ressembler à une machine à remonter le temps de l’écriture, et il semble que l’on puisse reprendre notre tableau comparatif en le complétant par le haut :

  • 29 Un date de 1863 (Carnet 19, f° 41). Trois sont « repris ou rédigés au moment de la préparation » du (...)

25En haut de ce tableau où les lignes se correspondent une à une de part et d’autre de l’incipit définitif, on retrouve les deux folios analysés. Quant à celui de la troisième ligne (ms g 2251 f° 135 v°), il représente l’avant dernier état de la phrase, alors que la ponctuation balance encore entre la virgule et l’absence. La virgule de Fischer se situe quelque part entre les deux : purement grammaticale (la syntaxe allemande l’exige), elle est moins chargée sémantiquement que son homologue française, que Goyert grossit en point-virgule, et que Dobberkau lisse en conjonction de coordination, un peu à la manière du premier état de l’incipit qui portait quant à lui « et comme » (ms g 2251 f° 4 v°) : on voit que l’on pourrait s’amuser à compléter le tableau.
Vers le haut, il faudrait ajouter un dernier incipit provenant de quatre scénarios d’ensemble29 qui tous prévoyaient un même début, dont l’incipit final n’a pas gardé de trace :

Ils s’appelaient Bouvard & Pécuchet.

  • 30 Entre 1863 et la reprise au début des années 1870, les deux héros « s’appelèrent » aussi Dumolard, (...)

Et au vu des nombreuses hésitations onomastiques30, ce premier tâtonnement semble avoir moins eu pour fonction d’engendrer un récit que deux noms, destinés à porter le récit. Genèse triplement éponyme : une fois ces deux noms fixés, l’« incipit » provisoire disparaît du texte par le haut pour finir sa course dans le titre français et dans ses traductions allemandes, l’esperluette connaissant même, à l’instar du chiffre arabe ou du gosier de Baudelaire, « toutes les langues » sans distinction ni changement.
Vers le bas, on verrait la solution de Fischer revenir deux fois (Henschen, Vollmann), avant de retrouver Goyert revu avec Skwara.

26À l’évidence, une part de hasard entre dans ce bel ordonnancement symétrique qu’il ne saurait être question de systématiser. Loin d’être normatif, notre propos se veut plutôt pragmatique : à l’heure où, pour certains corpus, la mise en ligne des manuscrits facilite leur consultation, un traducteur peut avoir intérêt à se changer, sauvage ou éminent, en exégète des brouillons. Pas plus que l’écriture, le travail de traduction n’est « une progression linéaire »31, mais il n’est peut-être pas nécessaire qu’il devienne, à force de démarquage et d’originalité, une « régression linéaire » : telle serait la mise en garde de ce beau hasard allemand. De cette utilité des brouillons pour traduire, Hisaki Sawasaki nous offre d’ailleurs un exemple plus probant dans son article. S’occupant des Madame Bovary japonais, l’auteur y consigne une « trahison » collégiale du texte flaubertien, vraisemblablement due à la pression du contexte culturel sur le lecteur-traducteur. Or, dans un échange privé, elle nous expliqua avoir soupçonné le problème après avoir non seulement pratiqué le texte français (elle avait d’abord lu le livre en traduction), mais vérifié le passage concerné dans les brouillons, disponibles en ligne sur le site de l’Université de Rouen.

  • 32 Les défauts de ses qualités.

27À l’inverse, il est bien évident qu’une traduction d’un texte parfaitement informée de ses avant-textes n’est en rien le gage d’une réussite en tant que traduction. Nous verrons bientôt quel prix nous attachons à celle de Hans-Horst Henschen, indépendamment de ses commentaires, encore que sa connaissance des dossiers de genèse, qui paraît sans faille, lui aura permis de lever des difficultés de traduction autrement plus complexes que celles posées par l’incipit. Mais l’on se doute que la qualité de ses gloses ne font pas celle de sa prose, de même que les qualités du scoliaste ne font pas celles du métaphraste, voire en créent les défauts possibles (s’il est vrai que l’on a toujours die Fehler seiner Vorzüge)32. Ainsi, on ne peut que saluer le travail immense de défrichage intertextuel et critique de l’exégète Henschen, et en particulier la mise en évidence de fragments traduits de l’allemand dans le tissu narratif de Bouvard et Pécuchet, mais on peut, si l’on veut, critiquer le choix du traducteur Henschen quand il décide, plutôt que de repartir des simplifications flaubertiennes, de réinjecter dans l’œuvre traduite un peu de l’original allemand. Le choix se défend, mais il doit se défendre. Et gageons pour clore ce chapitre qu’il serait, quoique tentant, risqué de suivre un érudit traductore qui pousserait l’hybris généticienne jusqu’à faire commencer le roman par ces mots :

  • 33 Sauf dieux contraires, nous reviendrons sur ce problème de la traduction et de la génétique et insé (...)

Si chiamavano Bouvard & Pécuchet33.

(suite de l’article)

Haut de page

Notes

1 Bouvard et Pécuchet, éd. Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, « GF Flammarion », Flammarion, 1999, p. 45.

2 Nous renvoyons à l’entrevue qu’il nous a accordée.

3 Dans la suite de l’article, nous désignerons indifféremment éditions et traductions par le nom du traducteur en italique : Fischer, Goyert, Marx, Dobberkau, Henschen, Vollmann, Skwara. Quant aux éditions concernées,
voici leurs informations paratextuelles complètes :
1. Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Ins Deutsche übertragen und eingeleitet von Dr. E. W. Fischer, Autorisierte Ausgabe, J. C. C. Bruns' Verlag, Minden in Westf, [1909]. Elle constitue le tome 6 des premières Œuvres complètes autorisées par les ayant-droit de l'écrivain : Gustave Flauberts Gesammelte Werke, Erste deutsche, von den Rechtsnachfolgern Flauberts autorisierte Gesamt=Ausgabe, herausgegeben von Dr. E. W. Fischer, Sechster Band, Bouvard und Pécuchet. Longue introduction de E. W. Fischer (« Einleitung von D. E. W. Fischer », p. VII-XXX). Pas de notes.
2. Flaubert, Bouvard und Pécuchet, ins Deutsche übertgragen von Georg Goyert, München bei Georg Müller, 1923. Pas de notes. Postface d'Arthur Schering « Zur Entstehungsgeschichte des Werkes », id., p. 372-377.
3. Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Sammlung Dieterich Band 225, in der Dieterich'schen Verlagsbuchandlung zu Leipzig, Deutsch und mit Nachwort von Erich Marx, Copyright 1959, [1967 : 2e éd.], Leipzig. Pas de notes. Postface d’Erich Marx : « Nachwort » (id., p. 413-446). Et un index des personnages secondaires (« Alphabetisches Verzeichnis der Nebenpersonen », p. 447-448).
4. Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Aus dem Französischen übersetzt von Thomas Dobberkau, in Gustave Flaubert, Gesammelte Werke in Einzelbänden, Herausgegeben von Christa Bevernis. Rütten & Loening, Berlin [RDA], 1980. Edition annotée (« Anmerkungen », p. 359-365), avec une postface de Christa Bevernis (« Nachwort », p. 351-358).
5. Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, coll. « Die Andere Bibliothek », Herausgegeben von Hans Magnus Enzensberger, Aus dem Französischen neu übersetzt, annotiert und mit einem Nachwort versehen von Hans-Horst Henschen, Eichborn Verlag, Frankfurt am Main, 2003. Annexes : « Anmerkungen » (notes) ; Appendix A : Die »Gründe Robins« (transcription bilingue de notes prises par Flaubert sur un ouvrage d’éduction) ; Appendix B : Königsmörder (litt. « Régicides » ; extrait commenté d’un texte intertexte allemand) ; Ideenfriedhof. Flauberts »Bouvard und Pécuchet« (postface)
6. Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Roman & Das Wörterbuch der Gemeinplätze, trad. Caroline Vollmann, Gerd Haffmans bei Zweitausendundeins, Frankfurt am Main, 2004 (nous n’avons pu consulter cette première édition) ; Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet. Roman & Das Wörterbuch der Gemeinplätze. Aus dem Französischen neu überzetzt von Caroline Vollmann, coll. « Klassik Fischer », Fischer Taschenbuch Verlag, Frankfurt am Main, 2009. « Mit dem Werkbeitrag aus dem Neuen Kindlers Lexikon. Mit Daten zu Leben und Werk, exklusiv verfasst von der Redaktion der Zeitschrift für Literatur TEXT + KRITIK ».
7. Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Roman, Aus dem Französischen von Erich Wolfgang Skwara, Mit einer Nachbemerkung des Übersetzers, Suhrkamp, Insel Verlag, Berlin, 2010. Avec une note du traducteur en guise de post-face (« Zur Übersetzung », p. 405-407).
Caractériser ces différentes éditions, rendre compte des post-faces et des préfaces qui, le plus souvent, les accompagnent aiderait sans doute à mieux saisir la réception de Flaubert dans les « cinq Allemagnes » recensées par Fritz Stern (Five Germanys I have known, New York, 2006. Les cinq Allemagnes en question sont l'Allemagne réunifiée, la RFA, la RDA, l'Allemagne d'Hitler et celle de Weimar.) Sur le sujet de la réception allemande récente de Flaubert, voir la mise au point d’Aurélie Barjonet : « Flaubert dans la recherche, la presse et l’édition allemandes (1985-2005) », in Nouvelles lectures de Flaubert. Recherches allemandes. Textes réunis par Jeanne Bem et Uwe Dethloff avec la collaboration d’Aurélie Barjonet, Günter Narr Verlag Tübingen, 2006, p. 162-163.

4 Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Roman. Deutsch von Erich Marx, Mit Essays von Raymond Queneau, Lionel Trilling und Jorge Luis Borges sowie einem Glossar im Anhang, coll. « Diogenes Taschenbuch 20725 », Diogenes Verlag, Zürich, 1979. Voici la partie de la note éditoriale concernant la traduction : « Die vorliegende letzte Neuübersetzung stammt aus dem Jahre 1959, si wurde für diese Ausgabe neu durchgesehen und behutsam revidiert von Gerd Haffmanns » (« La nouvelle traduction ici proposée, la dernière en date, remonte à l’année 1959, elle a été entièrement revue et soigneusement révisée par Gerd Haffmanns pour la présente édition. ») Les rééditions récentes disponibles en librairie maintiennent la note, et la mettent à jour en supprimant les mentions « nouvelle » et « la dernière en date » : « Die vorliegende Übersetzung... »

5 Gustave Flaubert, Bouvard und Pécuchet, Aus dem Französischen von Georg Goyert, Mit einem Vorwort von Victor Brombert und einem Nachwort von Uwe Japp, Coll. « Insel Taschenbuch n° 1861 », Suhrkamp-Insel Verlag, Berlin, 1996 : abrégé en Goyert revu. Le lecteur actuel dispose donc, en Allemagne, de cinq Bouvard et Pécuchet différents : Goyert revu chez Insel Poche, Marx-Haffmans chez Diogenes, Henschen chez Eichborn / Die andere Bibliothek, Vollmann chez Fischer Klassik et Skwara chez Insel tout court.

6 Voici une partie de cette note d'édition : Zu dieser Ausgabe insel taschenbuch 1861 […] Der Text der Übersetzung folgt der Ausgabe: Gustave Flaubert, Boulevard und Pécuchet. Deutsch von Georg Goyert. Georg Müller Verlag, München 1923 », Goyert revu, p. 435.

7 La même note précise qu'une première édition de cette réédition est parue dans la même collection en 1979, sous un autre numéro : « Die vorliegende Ausgabe […] erschien erstmals 1979 als insel taschenbuch 373 » (idid.) Nous n’avons pu consulter cette édition, mais la date exclut une révision par Georg Goyert lui-même, et l'anonymat est établi pour la réédition de 1996 (soit : « insel taschenbuch 1871 »).

8 Ainsi, le dictionnaire bilingue PONS, consultable en ligne, donne quatre exemples d'emplois idiomatiques du verbe « herrschen », dont un seul est traduit par « régner », les autres étant rendus par « il plane » (une menace), voire par des tournures tout à fait neutres comme « il y a » ou « il subsiste » (du danger).

9 Un peu à la façon de l’ancien français « vertu dieu » pour « vertu de dieu », qu’on trouve encore çà et là par figement ou archaïsme. Ce tour est répandu en allemand, où l’on dira par exemple « un verre eau » ou une bouteille vin » pour « un verre d’eau » et « une bouteille de vin » (resp. „ein Glas Wasser“ et „eine Flasche Wein“).

10 « Dans les éditions Charpentier et Conard, il y a 33, mais dans le manuscrit, il y a bien trente-trois en lettres – ce qui n’autorise pas les considérations que l’emploi de chiffres proposait. » (Raymond Queneau, « Bouvard et Pécuchet, de Gustave Flaubert », préface reprise dans Bâtons, chiffres et lettres, éd. revue et augmentée, Paris, Gallimard, « Collection Idées », 1965, p. 106-107. Nous avons opté pour des considérations illicites.)

11 « une rumeur confuse bourdonnait dans l'atmosphère lourde » lit-on dans la marge d’un brouillon (Brouillons, vol 1, f° 2, en ligne sur le site de Rouen, transcription de Jean-Christophe Portalis).

12 Rappelons que, plus généralement, le nom propre est un faux invariant de traduction, au point qu’en de nombreux pays, il arrivait (et arrive encore) qu’on tentât de les traduire.

13 Nous utilisons l’édition en ligne du dictionnaire allemand. À cet égard, la version Goyert revu (qui emploie verlassen) est une sorte d’hyper-idiomatisme.

14 Daliegen signifie littéralement « être en position horizontale (liegen) là (da) ». Toutefois, il ne comporte pas tant l'idée d'étendue (« le village s'étendait »), que d'état (« le village se trouvait »). D'un point de vue morphologique, enfin, ce verbe est « à particule séparable », ce qui signifie qu'il voit son préfixe rejeté en fin de phrase lorsqu'il est conjugué : lag... da.

15 Madame Bovary, éd. Jacques Neefs, Paris, Librairie Générale Française, coll « Livre de poche », 1999, p. 145.

16 Anne Herschberg Pierrot, « Étude génétique de l’incipit de Bouvard et Pécuchet », Item [En ligne]. Mis en ligne en 2007, l’article avait d’abord paru en 1999 dans la revue Équinoxe (n°16, p. 83-95). Nous commençons par considérer le « Brouillon 1 » : ms g 2251, f° 4 v°.

17 Le site de l’Université de Rouen a commencé, sous la direction d’Yvan Leclerc, à mettre en ligne un nouveau programme de transcriptions des brouillons de Bouvard et Pécuchet. Signée par Jean-Marie Portalis, la transcription de ce passage précis du folio 4 v° coïncide avec celle donnée par Anne Herschberg Pierrot dans son article, sauf pour les deux ajouts marginaux, que le transcripteur de Rouen lit comme des formes apocopées : « Comm » « Comm », ce qui renforcerait encore cette impression d’un mot s’imposant par la seule force de sa matière sonore, revenant à la charge comme une ritournelle. Par ailleurs, en ce qui concerne le dernier « com », Anne Herschberg Pierrot a probablement raison de l’interpréter comme le début de l’adverbe « complètement », auquel se serait aussitôt substitué un « absolument » définitif. Toutefois, on ne peut exclure un « comme » surnuméraire : *le boulevard Bourdon se trouvait comme désert, quoiqu’il serait un peu étrange, voire légèrement oxymorique si l’on suppose la rature postérieure à l’adverbe : *comme absolument désert. Mais dans tous les cas, le « com » s’associait par les sons à la litanie des prépositions essayées sans succès.

18 Quant au dimanche, il est repoussé dans les marges, puis dans les paragraphes suivants : dans « le désoeuvrement du dimanche et la tristesse des jours d’été. »

19 Et Dobberkau après lui.

20 Ce qui mérite d’être noté, la règle étant, en la matière, bien souvent la transposition, presque jamais l’équivalence.

21 Le solécisme est à mettre au compte – et à l’indirect libre – d’un Tite-Live revu.

22 Même dans ce premier jet, il y avait un « comme » à l’intérieur de la phrase, qui plaçait la rue déserte sous l’autorité explicative d’un dimanche après-midi.

23 Le Trésor de la langue française informatisé (TLFi, en ligne) indique la construction anté-posée comme plus souvent causale, et la construction post-posée comme plus souvent temporelle.

24 Cf. Deutsches Wörterbuch von Jacob und Wilhelm Grimm. 16 Bde. in 32 Teilbänden. Leipzig 1854-1961, édition disponible en ligne sur le site Wörterbuchnetz de l’Université de Trier. Nous faisons ici référence à ce passage de l’entrée « Da » : « für cum, relativisch. Luther gebraucht daneben auch als, das hernach vorherschend ward ».

25 Le TLFi continue quant à lui de donner le sème de simultanéité avant celui de la causalité, même s’il note que « cet emploi […] est de plus en plus réservé au style soutenu et légèrement teinté d'arch. ou de recherche d'expressivité littér. »

26 Signalons cependant des exemples où ce « da » semble parfaitement identique en concomitance au « comme » français, par exemple chez Goethe.

27 Anne Herschberg Pierrot, « Un scénario‑brouillon détaillé de la rencontre (ms g 2251, f° 1) », art. cit.

28 Ibid.

29 Un date de 1863 (Carnet 19, f° 41). Trois sont « repris ou rédigés au moment de la préparation » du roman et constituent les scénarios dits « de Rouen » : ms gg 10, f° 2, 33 et 6 (Anne Herschberg Pierrot, « Les scénarios d’ensemble : “Ils s’appelaient…” », art. cit.)

30 Entre 1863 et la reprise au début des années 1870, les deux héros « s’appelèrent » aussi Dumolard, Dubolard, Bolard et Pecuchet, Becuchet, Manichet. (Cf. Anne Herschberg Pierrot, art. cit.)

31 Anne Herschberg Pierrot, art. cit.

32 Les défauts de ses qualités.

33 Sauf dieux contraires, nous reviendrons sur ce problème de la traduction et de la génétique et insérerons ici un dernier développement. Pour l’heure, nous nous contenterons, avant de passer au volet herméneutique de l’article, de faire remarquer au lecteur bénévole le parallèle entre nos incipit allemands et la proposition théorique de Sharon Deane, et de le renvoyer, pour plus amples informations aux travaux de Serge Bourgea (Génétique et traduction. Actes du colloque d'Arles. Textes réunis et présentés pour le Centre d'études valéryennes de l'Université de Montpellier III et le Collège international des traducteurs littéraires de Arles, dir. Serge Bourjea, L'Harmattan, 1995 et « La Génétique comme Traduction », Œuvres & Critiques, vol. XXV, no1, Numéro spécial : La critique génétique, 2000, pp. 49-62.) Pour un exemple d’étude de genèse d’une traduction, voir Marie-Hélène Parret Passos, « Critique génétique et traduction littéraire. Eric Nepomuceno traduit par Gabriel Garcia Márquez », Recto/Verso, numéro 2, 2007, en ligne. Sur un exemple particulièrement saisissant de réinjection d’une œuvre traduite dans son endogénèse, voir la notion d’antitexte proposée par Nicolas Cavaillès dans « L'Exogenèse : le cas du Précis de décomposition de Cioran », Recto/Verso, numéro 1, 2007, en ligne également. Enfin, signalons la parution prochaine du numéro 34 de la revue Genesis de l’ITEM, numéro consacré à la traduction.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/1656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/1656/img-2.png
Fichier image/png, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Windels, « Dites 33. Les huit incipit allemands de Bouvard et Pécuchet (1) », Flaubert [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1656

Haut de page

Auteur

Loïc Windels

Paris 8, ITEM-CNRS/ENS

Articles du même auteur

Haut de page