Navigation – Plan du site

Présentation

Agnès Bouvier, Ildikó Lőrinszky et Loïc Windels

Texte intégral

  • 1 Correspondance, tome I, éd. Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p (...)
  • 2 Id., p. 487.

Le 7 juin 1844, Flaubert écrit à Louis de Cormenin : « J’ai lu Candide vingt fois, je l’ai traduit en anglais et je l’ai encore relu de temps à autre. »1 Quel que soit le degré de sérieux de cette affirmation, elle témoigne d’un intérêt précoce de Flaubert pour l’acte de traduire. De même, l’écrivain attachait de l’importance aux traductions qu’il lisait : « Je relis maintenant Don Quichotte dans la nouvelle traduction de Damas Hinard » écrit-il à Louise Colet en novembre 18472. Il lui arrivait même de décrire ses difficultés d’écrivain en termes de traducteur :

  • 3 Correspondance, tome II, éd. Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, (...)

Pour être entendu, d’ailleurs, il faut faire une sorte de traduction permanente, et quel abîme cela creuse entre l’absolu et l’œuvre !3

La traduction est ainsi « présente partout » dans la Correspondance, dans les dossiers documentaires et dans certaines œuvres du romancier, mais les études sérieuses sur la question ne sont « visibles nulle part ». Le propos de ce dossier est d’abord d’explorer ce double rapport de Flaubert à la traduction : comme lecteur de textes traduits et traducteur lui-même. Mais Flaubert et la traduction, ce n’est pas seulement l’homme qui traduit, c’est aussi l’œuvre qu’on traduit. Le dossier réunit donc des études historiques sur les traductions successives des œuvres de l’écrivain, et témoigne d’expériences actuelles de traduction.

1Dans la première section, intitulée Histoires de traduction, Agnès Bouvier propose un essai biographique en envisageant la traduction comme une expérience de vie d’écrivain avec les textes et les hommes. Traduire et être traduit, pour Flaubert, semble avoir été un véritable engagement. Publiée à Strasbourg en 1874, la traduction allemande de La Tentation de Saint Antoine paraît quelques mois à peine après sa publication française, dans un contexte géographique et historique particulièrement sensible. Cette traduction signée par Bernhard Endrulat était accompagnée d’une préface polémique traduite et présentée ici par Pascale Roure et Loïc Windels.

2Ces enjeux linguistiques et politiques sont au cœur de la deuxième section. On y envisage l’impact de la traduction de l’œuvre flaubertienne dans les pays et les langues qui l’accueillent. Il est ainsi question, aux deux sens du terme, de l’élargissement occasionné par le travail du traducteur. Hisaki Sawasaki montre comment la traduction de Madame Bovary a contribué à reconfigurer le système discursif japonais en lui adjoignant les moyens d’un style indirect libre à la française. Le catalogue des traductions espagnoles de Flaubert établi par Marta Giné Janer suggère une concordance entre la productivité traductive et l’alternance des périodes d’oppression et de liberté en Espagne. Devant les centaines de titres recensés dans cet article, l’unique traduction galicienne de Madame Bovary semble attester d’un mouvement d’émancipation linguistique dans un contexte diglossique. Cette traduction fait l’objet d’une analyse écrite en castillan par Cecilia Fernández Santomé. De son côté, Magdalena Cámpora nous fait traverser l’Atlantique et s’intéresse spécifiquement aux traductions argentines de Flaubert en étudiant les équivalents problématiques du mot « bêtise ».

3La troisième section s’attache plus particulièrement à la comparaison entre différentes versions d’une même œuvre. Madame Bovary fait l’objet de l’article de Sharon Deane, qui propose, en anglais, un panorama des retraductions anglaises du roman, depuis la première publiée en volume par Eleanor Marx en 1886, jusqu’à celle de Margaret Mauldon en 20084. Parmi les nombreuses traductions russes de La Légende de Saint Julien L’Hospitalier, Svetlana Maire en a choisi trois qui ont marqué l’histoire de ce Conte dans ce pays, trois traductions d’écrivains : celle d’Yvan Tourgueniev en 1877, celle (inachevée) d’Alexandre Blok en 1914 et celle de Maximilian Volochine en 1934. L’article de Loïc Windels analyse la première phrase de Bouvard et Pécuchet dans ses différentes versions allemandes. Il comporte trois volets : le premier confronte le travail des traducteurs et celui de l’écrivain dans les brouillons ; le second propose une herméneutique à mi-chemin des textes français et allemands ; le troisième privilégie la traduction de Hans-Horst Henschen et revient sur la question de la présence de Saint Antoine dans Bouvard et Pécuchet.

4Dans la dernière section, on rassemble quatre cas singuliers de traduction. Florica Courriol – traductologue et traductrice – présente sa traduction en roumain de Madame Bovary, publiée en 2010 et réalisée au plus près des études flaubertiennes, et en particulier des recherches en génétique textuelle. Hans-Horst Henschen – traducteur et critique – a passé cinq ans de sa vie à traduire et commenter les deux volumes de Bouvard et Pécuchet en allemand. Il nous a fait le plaisir de répondre aux questions que nous lui avons posées sur cette expérience. André Stoll et Cora van Kleffens ont également fait œuvre de critique et de traducteur. Leur traduction allemande des Trois contes a été choisie par le Centre Flaubert de Munich pour l’établissement d’une édition bilingue de référence. Manuel Mülhbacher revient sur cette traduction en la confrontant au texte flaubertien. Enfin, Agnès Bouvier invite à voir dans le tissu narratif même de Salammbô l’inscription de la figure du traducteur-interprète.

Haut de page

Notes

1 Correspondance, tome I, éd. Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 210.

2 Id., p. 487.

3 Correspondance, tome II, éd. Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 783. Lettre de fin novembre 1857 à Ernest Feydeau.

4 L’appel à contributions pour ce dossier datant de juillet 2009 et cet article ayant été envoyé peu après, on n’y trouvera pas d’éventuelles traductions plus récentes, et en particulier celle de la nouvelliste américaine Lydia Davis, commercialisée en Angleterre en novembre 2010 et qui a retenu l’attention des critiques (Madame Bovary: Provincial Ways by Gustave Flaubert, translated by Lydia Davis, Penguin, 2010). Sur cette traduction et ce sujet des traductions de Madame Bovary en anglais, signalons aussi l’article de Julian Barnes paru le 18 novembre 2010 dans le London Review of Books et consultable en ligne : « Writer’s Writer and Writer’s Writer’s Writer » (London Review of Books, Vol. 32, N. 22, p. 7-11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Bouvier, Ildikó Lőrinszky et Loïc Windels, « Présentation », Flaubert [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 22 février 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1678

Haut de page

Auteurs

Agnès Bouvier

Articles du même auteur

Ildikó Lőrinszky

Articles du même auteur

Loïc Windels

Articles du même auteur

Haut de page