Navigation – Plan du site

Gustave Flaubert. Une manière spéciale de vivre, Pierre-Marc de Biasi

Paris, « Références », Le Livre de Poche, 2011
Jeanne Bem
Référence(s) :

Gustave Flaubert. Une manière spéciale de vivre, Pierre-Marc de Biasi, Paris, « Références », Le Livre de Poche, 2011, 576 pages

Texte intégral

  • 1 Une voix « radiophonique », comme le rappelle le prologue, extrait d’un entretien avec Pierre Dumay (...)

1Ce Flaubert de Pierre-Marc de Biasi, publié d’abord chez Grasset et maintenant en format poche, est un livre destiné à tous les publics, d’un abord facile, et qui informe. C’est aussi un essai, d’une conception originale. L’essayiste reprend – mais pour la réinventer à sa façon – l’ancienne formule de « l’homme et l’œuvre ». Son Flaubert. Une manière spéciale de vivre est beaucoup plus, et autre chose, qu’une biographie d’écrivain. Optant pour une démarche à la fois libre et contrôlée, combinant la ligne chronologique avec des arrêts sur thème ou sur œuvre, s’abandonnant au goût de l’anecdote selon une pente presque romanesque pour revenir soudain à l’archive ou à la réflexion théorique, Pierre-Marc de Biasi charme même le lecteur qui connaît son Flaubert, car il ménage constamment des surprises. Dans un texte préliminaire, il souligne le paradoxe qu’il y a à s’intéresser à la vie d’un romancier qui a posé en principe esthétique l’impersonnalité de l’auteur. On peut ajouter que la personnalité de l’essayiste n’est pas absente non plus de ce livre – sa voix1 accompagne le lecteur ; son empathie, sa « vision avec » (comme disaient les narratologues au siècle dernier) humanisent le sujet biographique, Gustave Flaubert.

2Vingt-trois chapitres découpent et distribuent cette matière polymorphe. Certains titres de chapitres s’emploient à jalonner, par tranches d’années, la vie de l’écrivain, mais cela ne préjuge pas de leur affectation principale. Voici par exemple aux p. 269-308 le chapitre 11, « L’invention du flou (1857-1863) ». Il s’agit de couvrir le moment de Salammbô (un roman dont le lecteur peut se faire rapidement une idée aux p. 305-307). Une des lignes de ce chapitre concerne le voyage que Flaubert fit en Afrique du Nord en 1858. À partir des carnets de voyage et des lettres, l’accent est mis sur l’expérience du désert, les horizons, la météorologie. Mais la ligne principale consiste à recueillir, isoler, fonder une catégorie existentielle jusque là peu explorée par la critique flaubertienne : le flou. Une théorie s’élabore, à savoir que la « vision brouillée » structure chez Flaubert sa perception du monde et contribue à ce qu’on peut appeler « une conversion du regard » (p. 281). De la passion avérée de l’écrivain pour « les formes en mouvement » (p. 282, p. 482), on glisse vers une posture d’observateur particulière qui favorise sa nouvelle écriture : c’est « une observation rêveuse, qui installe le principe d’indétermination à la source même des images » (p. 294). Et Pierre-Marc de Biasi fait des trouvailles dans les carnets, comme quand il cite ce passage véritablement proustien, une chose vue par Flaubert dans la plaine de Mez el-Bab. Il s’agit d’un groupe de montagnes basses. Selon que le voyageur avance (note l’écrivain dans son carnet), les montagnes sont « tantôt à droite, tantôt à gauche : on dirait qu’elles se déplacent » (p. 295).

  • 2 Un chapitre dérivé d’un article publié en 2007 dans MLN, n° 122.

3Pierre-Marc de Biasi nous fait participer en quelque sorte à sa « manière spéciale de vivre » avec Flaubert. Il l’a scruté sur tous les plans, il a élucidé ses secrets de vie qu’il a mis en communication avec ses secrets d’écriture. Le chapitre 9 (« Crypter le secret »)2 fait appel aux célèbres « fonctions » de Jakobson pour mettre au jour chez Flaubert cette « écriture du secret » (p. 234). La nouveauté de l’apport critique de Flaubert. Une manière spéciale de vivre tient à cela : il ne faut pas y chercher de l’inconnu, mais plutôt de légers déplacements d’éclairage, des infléchissements théoriques, des effets de zoom. La métaphore optique, s’agissant de « Flaubert le visuel » (p. 272), ne doit pas choquer. Justement, l’essai prend en compte la question de la visualité. L’essayiste convoque surtout le cinéma pour parler des romans en termes de repérages, effets spéciaux, plan-séquence, projection, rushes… Il ne fait pas de synthèse sur cette question, ce qui est normal car c’est une question qui fait débat actuellement dans la critique flaubertienne et qui reste encore largement ouverte.

  • 3 Claude Duchet, France Culture, émission Tire ta langue, 4 mars 2012.

4À défaut de pouvoir rendre compte de tout, disons que la vie de Flaubert – amitiés, amours, maladies, voyages – est amplement traitée. Comment Flaubert lisait, comment il procédait pour écrire, quel était son rapport aux documents ou à ses manuscrits, comment il voyait le fait religieux – rien n’est oublié. Les crises décisives sont analysées dans leurs implications, les idées de l’écrivain sur son art saisies dans leur élaboration, les genèses des romans documentées. Certaines œuvres majeures (Madame Bovary, L’Éducation sentimentale) sont étudiées de manière si fouillée qu’il faut plusieurs chapitres, ou parties de chapitre, pour les épuiser. Dans le détail, il y a des formulations frappantes. Les deux postulations de Flaubert ? Le sale et le propre : « le sale (celui d’ici, maintenant, en France au XIXe siècle) et le propre (celui de l’ailleurs) » (p. 197). Bouvard et Pécuchet ? « Un roman qui revendique et construit un nouveau type de lecteur » (p. 520). Voici maintenant un exemple d’explication de texte : l’entrée de Frédéric dans Paris par la route d’Ivry, au début de la IIe partie de L’Éducation sentimentale. Pierre-Marc de Biasi est intrigué par le décalage de dates : le personnage se situe en décembre 1846, mais le paysage périurbain qu’il regarde défiler, le romancier vient tout juste d’en faire le repérage en février 1866. Il s’agit, avance le critique, « d’un anachronisme concerté », c’est « une irruption du futur dans le présent » (p. 409). Il repère dans la page des détails qui ont un sens symbolique pour le personnage, ce sont des préfigurations de ce qui va lui advenir. Ces choses vues par Frédéric ne contribuent donc pas à l’effet de réel mais plutôt à l’effet de mirage, « leur consistance virtuelle relève d’une sorte de vertige temporel » (p. 410). Je me demande si Pierre-Marc de Biasi ne met pas le doigt sur ce que Claude Duchet appelle un « sociogramme » : cette page témoigne bien de « cette difficulté à s’emparer du présent » dont Flaubert était conscient plus que tout autre3.

  • 4 P.-M. de Biasi propose de véritables enquêtes lexicales, par exemple pour l’adjectif « sentimental  (...)

5Dans Flaubert. Une manière spéciale de vivre, tel mot4, tel motif inscrit dans les fictions est soudain épinglé, des occurrences sont rapprochées, un réseau est constitué. Il en va ainsi pour les deux occurrences du mot « baquet » dans L’Éducation sentimentale (p. 400-405). Mais à côté des fictions, Pierre-Marc de Biasi explore aussi l’autre texte flaubertien, celui des carnets et des lettres. Il se concentre sur des biographèmes significatifs, par exemple celui qu’il appelle avec humour la main de momie (p. 99-106). On sait qu’en soignant son fils pendant la crise de 1844, le docteur Flaubert lui a accidentellement ébouillanté la main droite. L’essayiste montre, textes à l’appui, comment cette main droite, la main à plume, appartient désormais au royaume des morts et en vient à symboliser l’expérience extrême qui a été essentielle pour le devenir-écrivain de Flaubert.

6De tous les motifs structurants, c’est certainement le cheval qui occupe la première place. Flaubert était bon cavalier. Monter à cheval semble même avoir été pour lui comme une drogue. Cette figure du cheval accueille le lecteur au seuil de Flaubert. Une manière spéciale de vivre. D’autres critiques s’étaient déjà intéressés au cheval dans l’imaginaire de Flaubert. Mais ici le motif est haussé au niveau d’un mythe personnel ou d’une idée fixe : le chapitre 1 s’intitule « Dada de l’écriture » ! Il est vrai que Flaubert a inlassablement décliné cette figure dans ses romans, il l’a variée à l’infini, dans ses lettres il en a fait systématiquement la métaphore de son travail, il s’est imaginé chevauchant sa plume. Son biographe n’a eu qu’à puiser dans ce riche répertoire pour en faire à son tour le leitmotiv de son livre.

  • 5 La ville natale de Bouilhet (p. 169) n’est pas Ry, mais Cany. Pour le nom Flobert/Flaubert (p. 41), (...)

7Ce discours critique qui procède parfois par sauts et par gambades a nécessairement son envers : il y a des redites, des citations réutilisées. En l’absence d’index, et à moins d’avoir pris des notes, le lecteur aura du mal à raccorder des morceaux d’analyses dispersés dans des chapitres parfois assez distants. On peut chicaner l’essayiste sur de minuscules détails5. L’analyse de certaines œuvres a été un peu négligée (c’est le cas de Par les champs et par les grèves, ou encore de Un cœur simple). Il reste que Gustave Flaubert. Une manière spéciale de vivre est un livre à la hauteur de son ambition : tout dire de cet écrivain capital pour notre modernité et qui apparaît ici presque comme notre contemporain, et le dire de manière constamment stimulante et jamais ennuyeuse.

Haut de page

Notes

1 Une voix « radiophonique », comme le rappelle le prologue, extrait d’un entretien avec Pierre Dumayet sur France Culture.

2 Un chapitre dérivé d’un article publié en 2007 dans MLN, n° 122.

3 Claude Duchet, France Culture, émission Tire ta langue, 4 mars 2012.

4 P.-M. de Biasi propose de véritables enquêtes lexicales, par exemple pour l’adjectif « sentimental », venu de l’anglais (p. 332-333).

5 La ville natale de Bouilhet (p. 169) n’est pas Ry, mais Cany. Pour le nom Flobert/Flaubert (p. 41), on peut être sceptique sur l’ours ; en revanche le suffixe germanique –bert (« brillant », mais le romancier ne le savait pas nécessairement) est disséminé dans les noms de Berthe et des Bertaux, dans Madame Bovary. Pour Du Camp photographe (p. 119), il faudrait préciser qu’il produisait des calotypes : des images en négatif sur papier, qui permettaient le tirage d’images en positif de même dimension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Bem, « Gustave Flaubert. Une manière spéciale de vivre, Pierre-Marc de Biasi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 11 mars 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1710

Haut de page