Navigation – Plan du site

Génétique des textes, Pierre-Marc de Biasi

Paris, « Biblis », CNRS éditions, 2011
Anne Herschberg Pierrot
Référence(s) :

Génétique des textes, Pierre-Marc de Biasi, Paris, « Biblis », CNRS éditions, 319 p., 2011

Texte intégral

1En 2000, Pierre-Marc de Biasi publiait dans la collection « 128 » chez Nathan La Génétique des textes (128 pages), un ouvrage qui est vite devenu une introduction indispensable à la génétique, mais qui est aujourd’hui introuvable en librairie. Sous le nouveau titre Génétique des textes, ce n’est pas le même texte qui ressort en collection de poche chez CNRS Editions, mais bien une édition considérablement augmentée et mise à jour. Celle-ci tient compte des développements importants de la génétique, intervenus en une dizaine d’années – dont témoigne la bibliographie en fin de volume.

2Génétique des textes est un manuel très clair destiné aux chercheurs, aux étudiants ou à qui veut s’informer de cette nouvelle approche des manuscrits modernes et des processus de la création qu’on appelle génétique et qui n’est pas la biologie. Mais c’est aussi un essai personnel qui porte des propositions conceptuelles.

3Son premier apport est d’ordre définitionnel et il exprime l’état de reconfiguration du champ de la génétique depuis la naissance de la discipline. Le terme génétique, porté par le titre de l’ouvrage, tend en effet à se substituer comme expression générique à la critique génétique, officialisée dans les Essais de critique génétique, ensemble théorique fondateur sur les manuscrits littéraires modernes, publié en 1979 par Louis Hay.

4La raison tient d’abord aux métamorphoses du domaine d’étude. L’ouverture des recherches génétiques à des manuscrits de textes non littéraires, comme les écrits des sciences de l’homme et de la société (écrits de philosophie, de linguistique, d’histoire, discours politiques…), mais aussi au domaine des arts visuels ou de la musique, conduit Pierre-Marc de Biasi à redéfinir la terminologie et à reconfigurer le champ disciplinaire : « Si la recherche porte sur des archives écrites en langage naturel, on parlera de “génétique des textes ”, ou de “génétique textuelle”, qu’il s’agisse d’ailleurs de littérature (et dans ce cas, on dira “ génétique littéraire ” en spécifiant éventuellement le genre : “génétique romanesque”, “théâtrale”, “poétique”, etc.) ou de n’importe quel autre objet de la production écrite de pour peu qu’il soit, en tant que matériau textuel, accessible à la même approche. » (p. 252). À l’intérieur même de la littérature, la génétique s’étend à de nouveaux corpus, du XVIIIe siècle aux XXe et XXIe siècles (manuscrits dits francophones, et corpus contemporains : Barthes par exemple). La reconfiguration concerne d’autre part la distinction du verbal et du visuel. La génétique textuelle ou génétique des textes se distingue ainsi par la nature de ses archives, de la génétique des formes, qui porte sur des corpus ayant trait à « un travail sur l’image ou le visible et sur la production d’artefacts visuels ou plastiques » (p. 253) : peinture, sculpture, architecture, bande dessinée, photographie, cinéma – tous domaines qui impliquent une approche spécifique liée à la complexité du medium. Il existe aussi une génétique musicale et une génétique des sciences, à construire. L’un des intérêts du livre est précisément de développer les perspectives de ces nouvelles avenues de la génétique.

5L’ouvrage revient sur une autre distinction, de fond, qui différencie la génétique des textes de la critique génétique. Pour Pierre-Marc de Biasi, le geste premier de la génétique textuelle porte sur la constitution, l’analyse, le classement et le déchiffrement d’un dossier d’archives, que complète la critique génétique « qui interprète les résultats de cette analyse » (p. 12) : la nouveauté de la génétique est précisément de ne pas se situer sur le même plan que la critique du texte, mais d’ouvrir à une compréhension des processus de création par la prise en compte de la richesse des archives, qui contiennent la réserve, les « résidus », « le fonds géologique ou archéologique associé à l’œuvre » (p. 261).

6En second lieu, le livre de Pierre-Marc de Biasi approfondit la réflexion de la publication précédente sur la génétique des textes : en particulier sur la variante, sur la notion de texte et la génétique de l’imprimé, sur les limites du champ historique des manuscrits modernes, et sur la question du numérique. Cette question, qui est au centre des recherches actuelles, traverse l’ensemble du volume. Si les « nouvelles technologies » ont changé le rapport des écrivains à l’écriture, leur offrant une liberté de réécrire, tout en supprimant en partie les manuscrits, elles ouvrent la voie à une nouvelle « génétique numérique », qui peut explorer, à l’aide de logiciels appropriés, la mémoire de l’ordinateur et restituer la genèse des différents gestes d’écriture. Ceci s’applique tout particulièrement à la genèse du cinéma d’aujourd’hui. Seul l’ordinateur peut « associer, dans un même mouvement de genèse, des éléments par nature aussi hétérogènes que des textes, des notes autographes, des voix, du bruitage, de la musique et des rushs » (p. 268-269). Mais pour en rester à la génétique des textes, l’ère numérique, qui coïncide avec les premiers développements de la génétique au début des années 1980, a bouleversé l’approche de l’édition, en ouvrant la possibilité d’éditer des milliers de pages, et à l’aide des techniques d’encodage, de construire des instruments d’indexation et de recherche, avec des liens hypertextuels permettant « de rendre intelligible la synergie d’un environnement de travail à composantes multiples : par exemple, la table de l’écrivain où une page s’écrit en prélevant alternativement des éléments dans quatre ou cinq sources » (p. 268) – texte, image et son. Optimiste sur les relations de la génétique et de l’informatique, l’auteur exprime toutefois ses inquiétudes sur la non pérennité des supports numériques actuels, actuellement moins durables que le bon vieux papier.

7Qu’en est-il cependant de Flaubert ? Il n’est jamais loin. On perçoit déjà sa présence dans la citation précédente, qui fait référence au travail d’une écriture érudite. L’écrivain, souvent cité, est au centre de la belle étude microgénétique de l’incipit de Saint-Julien, et il est bien aussi à la source de la réflexion théorique de Pierre-Marc de Biasi. La richesse des documents de genèse flaubertiens, qui offrent un parcours complet de genèse scénarique et rédactionnelle, lui permet d’abstraire une modélisation contrastive de la genèse, qui ne se limite pas à Flaubert et s’étend à d’autres corpus d’écrivains (voir les chapitres 2 et 3 sur les phases de la genèse et sur la rature). Les « aventures génétiques » ayant trait à la publication Madame Bovary ouvrent notamment une réflexion sur la genèse éditoriale qui relie la création et la réception.

8On lira avec intérêt le dernier chapitre, entièrement inédit, « Vers une génétique de la création », qui ouvre les frontières de la génétique et trace les perspectives de la discipline, proposant ce défi : « Faire de la génétique une science transversale des processus, pour l’ensemble des archives de la création » (p. 280).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot, « Génétique des textes, Pierre-Marc de Biasi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 16 septembre 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://flaubert.revues.org/1761

Haut de page

Auteur

Anne Herschberg Pierrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page