Navigation – Plan du site
Ponctuation et ordonnancement des unités discursives

Ponctuation, édition, interprétation : l’exemple du point-virgule dans Bouvard et Pécuchet

Anne Herschberg Pierrot

Résumés

Le manuscrit autographe de Bouvard et Pécuchet, inachevé, présente un système privé de signes, en attente de relecture pour l’édition, qui constitue un champ de réflexion intéressant pour l’étude de la ponctuation flaubertienne. Le manuscrit présente en effet une ponctuation partiellement suspensive, à valeur principalement rythmique, qui ne peut être imprimée telle quelle. Mais sur quels critères fonder les choix éditoriaux ? L’article s’interroge sur le statut d’un élément spécifique : le point-virgule, et tente d’expliciter ces choix, qui impliquent toujours, dans le cas de l’inachèvement, interprétation et décision singulière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paul Valéry, cité dans Cahiers, édition de Judith Robinson-Valéry, Paris, Gallimard, « Bibliothèque (...)

— Pourquoi pas des signes comme en musique ? (où il en manque aussi).
Signes de vitesse, de fortement articulé — des arrêts de différente durée. Des « vivace », « solenne », staccato, scherzando.
Paul Valéry, Cahiers1.

  • 2 Je remercie Jacques Neefs pour sa relecture de cet article, qui a pour point de départ les discussi (...)

1Bouvard et Pécuchet offre matière à réflexion pour qui s’intéresse à la ponctuation flaubertienne. La ponctuation de Bouvard et Pécuchet participe du style de l’œuvre et contribue notamment à rendre sensible la modulation des voix dans l’exposé des savoirs. Mais elle se caractérise surtout par son inachèvement. Flaubert a laissé à sa mort un manuscrit inachevé, publié en 1881 par sa nièce Caroline, rectifié d’ailleurs à certains endroits par ses soins. Si le « second volume » du sottisier est bien un véritable chantier, le manuscrit des dix premiers chapitres est lui aussi encore en travail, un travail inégalement lissé. Le chapitre dix, très tourmenté, est proche du brouillon, tandis que les chapitres précédents portent des corrections à l’encre, et diverses marques de suspens de l’écriture, telles que des interventions au crayon, des variantes ouvertes, des ratures suspensives entre crochets, ou des chiffres interlinéaires proposant des inversions de mots. De ce système privé de signes, encore ouvert, participe la ponctuation, souvent suspensive, du manuscrit qui pose des problèmes d’édition. Comment se présente cette ponctuation suspensive ? Comment passer de l’usage privé, vocal, bien que très écrit, de la phrase à l’édition ? quels enjeux de rythme et de sens impliquent les différents choix éditoriaux ? J’aimerais souligner certaines de ces questions, à propos d’un signe marqué chez Flaubert : le point-virgule2.

Une ponctuation suspensive

  • 3 Ces analyses doivent beaucoup aux travaux de Gérard Dessons sur la ponctuation : voir en particulie (...)

2La ponctuation du manuscrit flaubertien est une ponctuation de phrase, mais aussi de discours et de page, qui inscrit un phrasé rythmique, dans la continuité de la page autographe3. C’est une ponctuation privée, qui n’entre pas dans la considération d’un autre lecteur que Flaubert, au moment où il écrit, et qui forme un système en partie autonome du code typographique. Elle note un rythme, une voix écrite, qui peut être oralisée, passée au filtre du « gueuloir », dans la continuité d’une diction.

3Cette ponctuation privée, qui prend pour une grande part la forme d’une ponctuation suspensive, en attente d’une décision pour l’édition, caractérise de façon particulière le manuscrit de Bouvard et Pécuchet, si on le compare aux manuscrits contemporains de Trois contes. Ces derniers comprennent, en plus des scénarios et des brouillons, et ce de façon exceptionnelle, probablement en raison de leur brièveté, trois états de finition : d’abord une « mise au net » corrigée complète — tout à fait comparable au « manuscrit autographe » des neuf premiers chapitres de Bouvard et Pécuchet —, puis le « manuscrit autographe », qui est la copie autographe de la mise au net avec des corrections (le « manuscrit autographe »), puis, enfin, la copie du copiste, destinée à l’édition de 1877. La comparaison de ces trois états et de l’édition imprimée, apporte de précieuses indications sur les choix de ponctuation, mais elle révèle aussi que Flaubert, dans ces trois états, n’a que peu recours à une ponctuation suspensive comparable à celle de Bouvard et Pécuchet, bien que les décisions de ponctuation puissent se modifier d’une version à l’autre. Cela tient peut-être de nouveau au ciselage de la forme brève.

4La ponctuation du manuscrit de Bouvard et Pécuchet pose, en revanche, de sérieux problèmes d’édition en raison de son inachèvement. Flaubert utilise tous les signes de ponctuation qui divisent la phrase et la clôturent (la virgule, le point-virgule, le deux points, et le point), de même que les signes qui marquent les modalités intonatives autres que l’assertion : le point d’interrogation et le point d’exclamation. Mais il recourt aussi à une ponctuation personnelle, non conforme aux normes typographiques, qui maintient en suspens la décision définitive de structuration de la phrase, et qui répond à la continuité et au rythme de la diction.

5La configuration principale de cette ponctuation personnelle de Flaubert est le point suivi de minuscule. Ce point peut correspondre à une simple pause de la plume, comme certains petits tirets. Mais il coïncide souvent aussi avec une pause dans la diction, dans la continuité du discours. Ainsi, au chapitre 2, le point suivi d’une minuscule relie deux énoncés, deux voix, dans une seule unité de diction et un seul phrasé :

  • 4 Les manuscrits et dossiers de Bouvard et Pécuchet sont conservés à la Bibliothèque municipale de Ro (...)

Le Comte demanda d’où venait cet enfant. on n’en savait rien
(Ms g 224, f° 204)

6La ponctuation crée une modulation énonciative continue de la question et de la réponse qui sont ainsi intégrées à la voix narrative. Comment éditer une telle phrase ? L’édition impose de choisir entre plusieurs signes disponibles qui sont autant de choix d’interprétation.

7Peut-on recourir à la virgule ?

Le Comte demanda d’où venait cet enfant, on n’en savait rien.

8Le choix est intéressant, car il maintient la continuité énonciative. Il oriente cependant le texte vers un roman des voix à la Pinget. N’est-ce pas procéder à un anachronisme ? En même temps, il est vain de faire abstraction de la situation historique de l’éditeur, de sa mémoire culturelle, ni de celle du lecteur d’aujourd’hui. On édite un texte avec son temps.

9Que dire du point ?

Le Comte demanda d’où venait cet enfant. On n’en savait rien.

10Il sépare la question de la réponse, mais le choix correspond à un usage courant de la syntaxe, et il arrive que Flaubert écrive l’initiale de « on » en minuscule, alors que le contexte, la syntaxe, indiquent un début de phrase. Signe de pause forte, le point est aujourd’hui d’un emploi plus « neutre » que les signes de ponctuation moyenne, tels que le point-virgule, le deux-points ou le tiret. Ces trois signes impliquent en effet une intervention d’éditeur notable, pour des raisons différentes. Le point-virgule, dont on va reparler, est une ponctuation de compromis qui assure une pause semi-forte dans la continuité de la phrase. Appartient-il à l’éditeur de l’ajouter aujourd’hui, alors que Flaubert sait l’employer ailleurs dans son manuscrit ? Le deux-points établit de manière ici trop insistante la relation de question et de réponse. Quant au tiret, il est chez Flaubert d’un usage rythmique particulier — outil de séparation et de relance accentuelle. Dans ce cas précis, il pourrait se confondre avec un tiret de dialogue.

  • 5 Voir Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique par Alberto Cento, Paris, Nizet- Naple (...)
  • 6 Voir le Ms g 2252, f° 89.

11Sur la ponctuation de cette phrase, les éditions de Bouvard et Pécuchet sont partagées. L’édition de Claudine Gothot-Mersch (« Folio », 1979) et celle de Pierre-Marc de Biasi au Livre de Poche (1999) adoptent le point-virgule. Alberto Cento (1964) et Stéphanie Dord-Crouslé (« GF-Flammarion », 1999/2008) choisissent le point5. Si l’on remonte aux brouillons, il semble bien que Flaubert ait eu recours au point suivi de majuscule6, ce qui donne une indication sur la coupe de la phrase — sans garantie du choix définitif de Flaubert.

12Ceci pose la question du rôle de l’éditeur d’un texte, tout particulièrement lorsque le texte n’en est pas encore un, et correspond à un manuscrit inachevé. L’édition s’inscrit inévitablement dans une historicité, ou, plus précisément, dans la relation entre deux historicités, celle de l’écriture et celle de sa lecture. Éditer un texte inachevé tel que Bouvard et Pécuchet ne peut consister à reconstituer la ponctuation telle que Flaubert l’aurait écrite. On ne peut penser la ponctuation à sa place. Mais on peut tenter de se replacer dans le rythme du discours flaubertien, écouter ce rythme qui prévaut sur la grammaire.

  • 7 Voir, par exemple sur l’édition des cours au Collège de France de Roland Barthes et Michel Foucault (...)

13Éditer Bouvard et Pécuchet, c’est aussi prendre en considération les usages de la ponctuation au temps de Flaubert, et l’évolution des pratiques de la ponctuation aujourd’hui, qui transforme notre horizon de lecture des textes — sans pour autant projeter rétrospectivement sur Flaubert des styles de phrase qui ne sont pas les siens. Il faut donc être conscient de l’historicité de son édition, de toute édition. Cela a été mis en valeur pour l’édition des textes classiques, ou de l’œuvre proustienne. Cela vaut tout particulièrement de l’édition des manuscrits inachevés7.

  • 8 Jacques Dürrenmatt, « Héritage des traités sur la ponctuation de la Renaissance au siècle suivant » (...)

14Dans sa pratique privée du point suivi d’une minuscule, Flaubert rejoint un usage de la ponctuation qui a été proposé au XVIe siècle par le grammairien Jean Bosquet dans son Traicte de l’office et collocation des points et accens de la langue françoise. Au XVIe siècle, commente Jacques Dürrenmatt, « la dimension de marquage prosodique devient essentielle, les signes servant à reproduire correctement les silences et les schémas intonatifs à respecter lors d’une lecture du texte à haute voix. Le point suivi d’une minuscule doit être ainsi utilisé pour marquer “une nouvelle modulation, varieté et inflexion de la voix ; selon que requierent les sentences, figures et affections de l’oraison, ou devis” »8. Il n’est pas étonnant que Flaubert retrouve cet usage, étant donné l’importance de la diction oralisée de son texte, et la nécessité, dans le mouvement de sa prose, de la continuité, mais aussi de la coupe et de la reprise accentuée.

  • 9 Voir Henri Meschonnic, op. cit., et Gérard Dessons, chapitre « Ponctuation et typographie », Le Poè (...)

15Mais il est un autre signe de la ponctuation flaubertienne dans les manuscrits, qui échappe à l’imprimé, c’est le blanc de pause entre le point et le mot ou le signe de ponctuation qui le suit. Ce blanc peut intervenir entre un point et l’initiale en minuscule du mot suivant, et — ce qui nous intéresse plus précisément — entre un point et le « et » de mouvement, précédé ou non d’un tiret. Flaubert note presque toujours dans ses brouillons et manuscrits le « et » par le signe grec « alpha », qui est sa transcription de l’esperluette. Dans la configuration particulière (et répétée) « point blanc & » ou « point blanc tiret & », le blanc est à la fois la trace d’une pause de la main et l’indice d’un silence précédant la reprise de la phrase. Le blanc a la valeur d’un silence graphique qui renforce la dynamique de la pause et de la reprise accentuelle. Il redouble dans le manuscrit l’effet du tiret, et c’est un outil du rythme, articulant l’interruption et la reprise, dans la continuité de la phrase9.

  • 10 Yvan Leclerc note cette ponctuation du bord de la page dans « Ponctuation de Flaubert », Flaubert, (...)

16De même, la fin de ligne au bord de la page peut être l’équivalent d’un silence, et d’une virgule, non matérialisée par le signe de ponctuation10. Flaubert entend le rythme de la phrase au moment où il l’écrit, et le point suivi de minuscule ou d’un « blanc tiret et » vaut pour une pause, plus ou moins forte, avant une relance du mouvement de la phrase. La ponctuation y exerce une notation en partie musicale. La liberté du manuscrit de travail permet de laisser encore irrésolus les choix de ponctuation, qui dépendent de l’harmonie des paragraphes de la page, et nécessitent une relecture de l’ensemble — avant de fixer définitivement la ponctuation qui rendra audibles et lisibles pour un lecteur tiers ces phrases d’abord écrites pour soi seul.

17La ponctuation flaubertienne est une ponctuation de discours et de page, la phrase s’intégrant à l’unité du paragraphe et de la page d’écriture. De ce point de vue, les blancs marqués entre les alinéas – non pas les simples retour de ligne, mais les blancs ajoutés entre deux unités d’écriture, s’ils ne sont pas toujours faciles à distinguer d’un simple blanc de paragraphe, méritent d’être pris en compte dans une édition de Bouvard et Pécuchet, ce qui n’a pas été fait encore jusqu’à présent. Ils sont, au plan de la page, des signes de ponctuation, semblables aux blancs de ligne. Ils sont des organisateurs rythmiques du discours. Ils séparent et relient des temps de prose, qui sont des temps du récit. Ils découpent des temps de silence, avant l’attaque de l’unité rédactionnelle.

18Il y a ainsi une ponctuation privée du manuscrit de Bouvard et Pécuchet et des manuscrits de Flaubert, qui est en attente de relecture-réécriture en vue de la textualisation finale, pour l’édition. L’étape pré-éditoriale peut alors prendre la forme de la seule copie du copiste corrigée par Flaubert. Tel est le cas de la copie de Madame Bovary, où sont apportées des transformations décisives, comme l’invention de l’incipit. Mais pour Trois contes, on l’a mentionné plus haut, Flaubert a établi une première copie autographe (dite « manuscrit autographe »), avant la copie du copiste. Et chaque copie comprend des transformations importantes, la copie du copiste essayant, pour ce qui concerne la ponctuation, de conformer le manuscrit aux usages normés de la grammaire.

19Dès lors se pose pour l’éditeur la question du choix des signes de ponctuation transposant les formes laissées inachevées sur le manuscrit, tels que le point suivi de minuscule, qui ne possède pas d’équivalent simple dans la typographie contemporaine. Comment décider ? Dans tous les cas, il ne peut s’agir de l’application d’une règle uniforme, mais d’une interprétation contextuelle en discours des signes rythmiques de la prose, dont il convient d’exposer et de discuter quelques critères. Je prendrai l’exemple d’un signe qui exerce un rôle important dans la phrase flaubertienne, notamment dans les clausules amorcées par le « et de mouvement », le point-virgule.

Éditer la ponctuation inachevée : le point-virgule

Histoire du point-virgule

  • 11 Jacques Dürrenmatt, op. cit., p. 178, citant le traité de Bosquet.

20Apparu au Moyen Age comme une marque d’ « achèvement de discours » (J. Dürrenmatt), le point-virgule devient au XVIe siècle un signe de ponctuation moyenne, en concurrence avec le deux-points, non reconnu par tous les traités. La Renaissance entend la valeur prosodique de la ponctuation. Voici comment Jean Bosquet distingue le point-virgule (« demi-point ») du deux-points (« comma ») : « le premier s’emploie en cas d’usage par ailleurs de la virgule pour donner “plus de force au prononcer”, et les seconds pour “un petit davantage arrester la parolle et fléchir la voix qu’au precedent” »11. Il accorde ainsi au demi-point ou point-virgule une force prosodique qui se retrouve chez Flaubert. En oralisant sa prose, pourtant « très prose », et très écrite, Flaubert donne au point-virgule une valeur d’accentuation prosodique, qui double son rôle de séparateur syntaxique.

  • 12 Jacques Dürrenmatt, « Grandeur et décadence du point-virgule », Langue française, n° 172, 2011/4, p (...)

21Aux siècles classiques, la vertu prosodique de la ponctuation tend à s’effacer au profit d’une fonction logico-syntaxique, selon des critères morpho-syntaxiques et sémantiques, décidés par les rhétoriciens et les grammairiens. Le XVIIIe siècle impose une hiérarchie des signes, de la virgule au point, qui essaie de faire coïncider l’articulation logique avec les pauses de la respiration. Au siècle suivant, domine l’« idée de complétude syntaxique dans un cadre de dépendance sémantique »12.

22Dans la lignée de la Grammaire générale de Nicolas Beauzée (1767), la Grammaire des grammaires de Girault-Duvivier (1811) — grammaire de référence de Flaubert — définit en effet le point-virgule comme marquant « une pause plus forte que la virgule », dans une gradation de la ponctuation qui comprend encore le deux-points, puis le point. Girault-Duvivier reprend les quatre critères énoncés par Beauzée pour l’utilisation du point-virgule, en les adaptant à l’usage contemporain.

23Le premier critère définit l’usage du point-virgule entre les membres d’une phrase dont les constituants sont séparés par des virgules : « Lorsque les parties semblables d’une proposition, ou les membres d’une période, ont d’autres parties subdivisées par la virgule […] ces parties semblables ou ces membres doivent être séparés les uns des autres par un point-Virgule ». L’un des exemples donnés, extrait d’un poème de Racan, comprend une phrase coordonnée par « et » :

  • 13 Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires, Paris, Janet et Cotelle, 1830, t. II, p. 1094. Les autr (...)

Les grands pins sont en butte aux coups de la tempête ;
Et la rage des vents brise plutôt le faîte
Du palais de nos rois, que du toit des bergers13.

24Une telle règle, illustrée ici par un exemple en vers, est applicable non plus seulement à la période classique, mais à l’usage moderne de la prose.

  • 14 Ibid., p. 1095.

25Le deuxième critère concerne la séparation des propositions relatives s’appliquant à un même antécédent : « Lorsque plusieurs propositions incidentes sont accumulées sur le même antécédent, et que toutes ou quelques-unes d’entre elles sont subdivisées par des virgules, il faut les séparer les unes des autres par un Point-Virgule. »14

  • 15 Ibid.

26Le troisième critère détermine l’usage du point-virgule pour séparer, mais aussi pour relier des propositions de style coupé, et pour marquer leur dépendance sémantique par rapport au tout de la période ou de la phrase. Si le premier critère distingue le point-virgule de la virgule, ce troisième critère le différencie du point, qui sépare les phrases : « Dans le style coupé, si quelqu’une des propositions détachées, qui forment le sens total est divisée, par quelque cause que ce soit, en parties subalternes distinguées par des virgules, il faut séparer par un Point-Virgule les propositions partielles du sens total ; c’est-à-dire celles qui concourent de la même manière à l’intégrité de ce sens total »15. Défini par Beauzée au XVIIIe siècle, cet usage du point-virgule s’applique à la syntaxe de la prose du dix-neuvième siècle, qui s’éloigne de la période oratoire. L’exemple donné par Girault-Duvivier est cependant toujours en vers. Il est extrait de la traduction du Livre III des Géorgiques par l’abbé Delille :

L’étalon généreux a le port plein d’audace ;
Sur ses jarrets pliants se balance avec grâce.
Aucun bruit ne l’émeut ; le premier du troupeau,
Il fend l’onde écumante, affronte un pont nouveau.
Il a le ventre court, l’encolure hardie,
Une tête effilée, une croupe arrondie ;
On voit sur son poitrail ses muscles se gonfler,
Et ses nerfs tressaillir, et ses veines s’enfler. […]

27Le quatrième et dernier critère associe l’usage du point-virgule à « l’énumération de plusieurs choses opposées ou seulement différentes, que l’on compare deux à deux », le point-virgule séparant « les membres de l’énumération qui renferment une comparaison », et la virgule étant réservée à la séparation des « parties subalternes de ces membres comparatifs » :

  • 16 Ibid., p. 1096.

On a dit de La Motte : Il vouloit rire comme La Fontaine ; mais il n’avoit pas la bouche faite comme lui : il faisoit la grimace16.

28De ces préceptes il ressort bien que le point-virgule est envisagé comme un outil de séparation syntaxique et de dépendance et complétude sémantique, comme le marquent plus spécifiquement les deux derniers critères.

  • 17 « La conjonction “et” n’a nullement dans Flaubert l’objet que la grammaire lui assigne. Elle marque (...)
  • 18 Cité par Jacques Dürrenmatt, « Grandeur et décadence du point-virgule », op. cit., p. 45.
  • 19 Voir Gérard Dessons, « Noir et blanc… », art. cit.

29Nul doute que Flaubert avait connaissance de ces modèles de ponctuation, issus de la grammaire du XVIIIe siècle, et que son usage de la ponctuation et de la phrase en porte la mémoire, se différenciant dans chaque roman. Nul doute également que la révolution de la prose flaubertienne, comme Proust l’a bien mis en lumière, a consisté à assujettir la syntaxe à la rythmique du phrasé17. La phrase est pensée non en termes de division grammaticale, mais de mouvement rythmique. Elle est une unité, qui possède son rythme différencié des autres phrases, dans l’unité immédiate du paragraphe et de la page, et dans la mémoire de la totalité de l’œuvre. « Seul celui qui perçoit dans la forme musicale la différence de poids des phrasés forts et faibles pourra sentir avec justesse la différence qui existe entre la virgule et le point-virgule »18. Cette phrase d’Adorno s’applique bien à Flaubert. Si, comme le souligne Gérard Dessons, la ponctuation au dix-neuvième siècle est, pour longtemps encore, aux mains des grammairiens, alors que la mise en page est l’affaire des typographes19, chez Flaubert, la ponctuation devient une affaire de rythme, qui unit la ponctuation de phrase et la ponctuation de page.

Usages du point-virgule dans Bouvard et Pécuchet

30Qu’en est-il du point-virgule dans Bouvard et Pécuchet ?

31Commençons par regarder son emploi par Flaubert dans son manuscrit. Nous prendrons nos exemples dans les deux premiers chapitres.

32Flaubert emploie le point-virgule pour relier des propositions en asyndète, qui forment les unités d’un récit de style coupé :

Le garçon qui se levait toutes les fois pour les chercher à quatre pattes sous les banquettes finit par se plaindre. Pécuchet eut une querelle avec lui ; le limonadier survint, il n'écouta pas ses excuses & même chicana sur la consommation.
(Ms g 224, f° 4)

  • 20 « Et Flaubert était ravi quand il retrouvait dans les écrivains du passé une anticipation de Flaube (...)

33La seconde phrase enchaîne sur la première phrase par un « arceau » à la Montesquieu20. Elle se distingue par une construction en deux temps, qui correspondent à deux moments successifs du récit reliés par le point-virgule. Le second temps est divisé lui-même en deux groupes au passé simple. Le premier note un événement de parole, le second allie dans un rythme à deux temps un récit d’événement (« le limonadier survint ») et un récit de paroles. Flaubert utilise ici les ressources syntaxiques et rythmiques de ce mode de liaison intermédiaire (le point-virgule), qui permet de relier et de diviser rythmiquement les parties d’une même phrase, elles-mêmes subdivisées par des virgules. Mais il transforme le précepte grammatical de Beauzée ou Girault-Duvivier en un outil de liaison rythmique, alliant la coupe de l’asyndète et la « continuité » du style.

34On trouve ainsi dans la prose de Bouvard et Pécuchet de mini-unités de récit caractérisées par leur brièveté, de rythme ternaire, binaire, ou combinant les deux. Telle cette phrase du premier chapitre :

Dans les galeries du Muséum, ils passèrent avec ébahissement devant les quadrupèdes empaillés, avec plaisir devant les papillons, avec indifférence devant les métaux; les fossiles les firent rêver, la conchyliologie les ennuya.
(Ms g 224, f° 7)

  • 21 Albert Thibaudet remarque, dans son article en réponse à celui de Proust, la signification particul (...)

35Un autre emploi du point-virgule est celui qui précède une proposition introduite par « et », qui peut introduire le mouvement d’une clausule de phrase et/ou de paragraphe, et que Thibaudet a précisément nommé le « et de mouvement » (par contraste avec le simple « et de liaison statique»)21.

36Il faut alors distinguer les cas d’emploi du « et », selon qu’il est précédé ou non du tiret après le point-virgule. Commençons par le « et » simple :

Un bureau de sapin placé juste dans le milieu incommodait par ses angles; & tout autour, sur des planchettes, sur les trois chaises, sur le vieux fauteuil et dans les coins se trouvaient pêle-mêle plusieurs volumes de l’Encyclopédie Roret, le Manuel du magnétiseur, un Fénelon, d’autres bouquins, — avec des tas de paperasses, deux noix de coco, diverses médailles, un bonnet turc — & des coquilles, rapportées du Havre par Dumouchel.
(Ms g 224, f° 4)

  • 22 L’énumération hétéroclite des objets se clôt sur un détail anecdotique, ajouté comme en hyperbate, (...)

37Nous sommes dans le cadre d’une phrase complexe, dont la seconde proposition coordonnée par « et » à la première, est subdivisée par des virgules. Le point-virgule divise le tableau et ouvre un nouveau mouvement rythmique en cadence majeure. Il sépare et relie les deux parties inégales de la phrase, accentuant le « et » à l’initiale du nouveau mouvement22.

38La phrase peut aussi comprendre un récit complexe, d’événements et de paroles, composé de plusieurs propositions :

Pécuchet avait sermonné Bouvard ; ils allaient fléchir ; Gouy demanda une diminution de fermage ; & comme les autres se récriaient, il se mit à beugler plutôt qu'à parler, attestant le Bon Dieu, énumérant ses peines, vantant ses mérites.
(Ms g 224, f° 45)

  • 23 Sur l’asyndète et le « contre-temps » du « et », ainsi que l’entrechoquement des temps verbaux, voi (...)

39Un premier mouvement ternaire réunit subtilement trois temps du récit, reliés en asyndète par le point-virgule. La progression est presque uniquement fondée sur l’enchaînement des temps verbaux et sur le passage d’un sujet et d’un point de vue à l’autre. On glisse de la rétrospection des personnages à la prospective dans le passé (« ils allaient fléchir ») — une prospective subjective, qui réverbère aussi le point de vue de Gouy, et motive à la suite le récit de parole au passé simple23. Ce mouvement est coordonné par « et » à un second mouvement qui développe les protestations du personnage en un rythme ternaire. Plus forte que la pause de la virgule, la pause du point-virgule hiérarchise la syntaxe de la phrase et dynamise l’accentuation du dernier mouvement de la phrase. À la différence du point, qui sépare deux phrases, le point-virgule articule des propositions en un seul ensemble sémantique, syntaxique et rythmique.

  • 24 Voir Henri Meschonnic et Gérard Dessons, Traité du rythme, Paris, Dunod, 1998, p. 143. Voir aussi G (...)

40Quelle différence y a-t-il alors entre la configuration : « ; et », et cette autre configuration rythmique : « ; – et » ? Le tiret ajoute un silence et renforce l’attaque initiale vocalique qui suit le point-virgule24. Le point-virgule marque une pause syntaxique dans la continuité d’une phrase, alors que le tiret n’introduit pas de rupture syntaxique : il marque un espacement dans la phrase, introduit une pause dans la temporalité de la phrase et ajoute un élan rythmique.

41L’unité syntaxique de la phrase s’intègre à des unités de discours plus larges, celle des paragraphes et de la page, où elle trouve sa différence. Ainsi de la description de l’incendie des meules, au chapitre 2 du roman :

La chaleur des meules devint si forte qu’on ne pouvait plus en approcher. Sous les flammes dévorantes la paille se tordait avec des crépitations, les grains de blé vous cinglaient la figure comme des grains de plomb. Puis, la meule s’écroulait par terre en un large brasier, d’où s’envolaient des étincelles ; — et des moires ondulaient sur cette masse rouge, qui offrait dans les alternances de sa couleur, des parties roses comme du vermillon, & d’autres brunes comme du sang caillé. La nuit était venue ; le vent soufflait ; des tourbillons de fumée enveloppaient la foule ; — une flammèche, de temps à autre, passait sur le ciel noir.
(Ms g 224, f° 30)

42Le désastre agricole, vu par les deux protagonistes, laisse entrevoir comme l’écho d’un univers héroïque déplacé dans le monde prosaïque de Chavignolles. Les deux chutes de phrases, marquées en parallèle par le « point-virgule tiret », portent chacune une dynamique et un point de vue spécifiques. La première, introduite par un « et » de mouvement, déploie des comparaisons qui construisent un paysage fantastique d’angoisse (« comme du sang caillé »). La seconde, très brève, forme la clausule du paragraphe, qui contraste avec la vision précédente. Elle se clôt sur la notation très flaubertienne d’un élément discontinu — ici le vol intermittent d’une flammèche « sur le ciel noir », dont le caractère aérien se détachant sur le « ciel noir » contrastent avec la consistance et la couleur du « sang caillé ». Le « point-virgule tiret » ouvre ainsi sur un nouveau mouvement rythmique, qui peut être associé à un changement de perception, de point de vue ou de voix.

Usages d’Un cœur simple

43À côté de ces emplois définis du point-virgule, Flaubert laisse une part importante du manuscrit de Bouvard et Pécuchet avec une ponctuation inachevée. La question est de savoir comment l’éditer. À quel moment décider de mettre une virgule, un point-virgule, ou un point ? Avant d’aborder quelques exemples de cet inachèvement, il peut être utile de consulter le travail de Flaubert dans les manuscrits de Trois contes, dont la rédaction s’intercale entre deux campagnes de rédaction de Bouvard et Pécuchet. Deux rédactions autographes continues (« mise au net corrigée » et « manuscrit autographe »), suivies de la copie du copiste puis de l’édition imprimée témoignent des transformations de la ponctuation.

44À lire les manuscrits d’Un cœur simple, on constate que la mise au net corrigée ne comporte pas autant de signes d’inachèvement que le manuscrit de Bouvard et Pécuchet, mises à part la fin de ligne non ponctuée, et la graphie du « et », banale chez Flaubert. La présence d’un point suivi de minuscule est très rare, mais significative. Flaubert modifie toutefois la ponctuation, d’un état à l’autre, et le copiste la normalise.

45Comparons les quatre états de deux paragraphes, qui prennent place vers la fin du conte :

  • 25 Les manuscrits de Trois contes sont conservés au département des manuscrits de la Bibliothèque nati (...)

Mise au net corrigée
Mais le Curé accorda cette permission ; — & elle en fut tellement heureuse qu’elle le pria d’accepter, quand elle serait morte, Loulou, sa seule richesse.
Du mardi au samedi, veille de la Fête-Dieu, elle toussa plus fréquemment. Le soir, son visage était grippé. Ses lèvres se collaient à ses gencives [fin de ligne] des vomissements parurent — & le lendemain, au petit jour, se sentant très bas, elle fit appeler un prêtre.
(NAF 23663, f° 26625)

Manuscrit autographe
Mais le Curé accorda cette permission — & elle en fut tellement heureuse qu’elle le pria d’accepter, quand elle serait morte, Loulou, sa seule richesse.
Du mardi au samedi, veille de la Fête-Dieu, elle toussa fréquemment. Le soir, son visage était grippé. Ses lèvres se collaient à ses gencives, des vomissements parurent ; — & le lendemain, au petit jour, se sentant très bas, elle fit appeler un prêtre.
(NAF 23663, f° 135-136)

Copie du copiste
Mais le Curé accorda cette permission ; et elle en fut tellement heureuse qu’elle le pria d’accepter, quand elle serait morte, Loulou, sa seule richesse.
Du mardi au samedi, veille de la Fête-Dieu, elle toussa plus fréquemment. Le soir son visage était grippé, ses lèvres se collaient à ses gencives, des vomissements parurent, et le lendemain, au petit jour, se sentant très bas, elle fit appeler un prêtre.
(NAF 23663, f° 28)

Texte publié (1877)
Mais le curé accorda cette permission ; elle en fut tellement heureuse qu’elle le pria d’accepter, quand elle serait morte, Loulou, sa seule richesse.
Du mardi au samedi, veille de la Fête-Dieu, elle toussa plus fréquemment. Le soir son visage était grippé, ses lèvres se collaient à ses gencives, des vomissements parurent ; et le lendemain, au petit jour, se sentant très bas, elle fit appeler un prêtre.
(éd. cit., p. 86)

46Les deux clausules des paragraphes sont travaillées en système, aboutissant dans les deux cas à un récit de paroles.

47Sur la mise au net, les deux phrases comprennent un tiret qui détache le dernier mouvement, mais dans la première phrase, binaire, ce mouvement est séparé par un point-virgule (« ; – & elle en fut tellement heureuse »), alors que dans la phrase de clôture du paragraphe, le dernier temps de la phrase s’ouvre par le seul tiret.

48Sur le manuscrit, la ponctuation s’inverse. Flaubert choisit de ponctuer avec le point-virgule la phrase la plus longue, détachant ainsi la décision de Félicité : « ; — & le lendemain, au petit jour, se sentant très bas, elle fit appeler un prêtre ».

49Le copiste supprime tous les tirets, rétablit le premier point-virgule, et ponctue d’une simple virgule la clausule du second paragraphe.

50Nouveau changement dans le texte publié : probablement sur épreuves, Flaubert restitue le point-virgule de la deuxième phrase, mais différencie la première clausule en supprimant le « et ». Il y a bien symétrie de la ponctuation entre les deux finales de phrase. Mais la première se construit par juxtaposition, la seconde comprend un « et » de mouvement.

51Ceci conduit à revenir encore sur le rôle de l’éditeur d’un manuscrit inachevé. S’il est tenu de « compléter » le processus interrompu de l’édition, et de conformer la ponctuation à la liste des signes typographiques existants, il ne peut se donner pour objectif d’établir une « vraie » ponctuation, ni de retrouver les intentions de l’écrivain qui peuvent se modifier d’un état à l’autre. Il lui appartient en revanche de fixer une ponctuation au plus près de ce qu’il entend du rythme de la phrase. Dans l’exemple précédent, si Flaubert modifie la place du point-virgule avant le tiret, il rétablit une ponctuation semi forte au lieu de la simple virgule que met le copiste, pour séparer le dernier temps de la phrase — un rythme présent dès la mise au net.

52Dans la phrase suivante, la fin de ligne sur la mise au net peut être lue a posteriori comme une ponctuation, que remplace sur le manuscrit le « point-virgule tiret ». Voici les différents états :

Mise au net corrigée
Le clergé parut dans la cour. La Simonne grimpa sur une chaise pr atteindre à l’œil de bœuf [fin de ligne] & de cette manière dominait le reposoir.
(NAF 23663, f° 268)

Manuscrit autographe
Le clergé parut dans la cour. La Simonne grimpa sur une chaise pr atteindre à l’œil de bœuf ; – & de cette manière dominait le reposoir.
(NAF 23663, f° 30)

53La copie du copiste transforme la ponctuation en virgule, maintenue dans le texte publié :

Le clergé parut dans la cour. La Simonne grimpa sur une chaise pr atteindre à l’œil de bœuf, et de cette manière dominait le reposoir.
(NAF 23663, f° 139, et éd. cit., p. 88-89)

54La première ponctuation détachait le point de vue de la Simonne, qui, dans le dernier état, apparaît dans la continuité de son mouvement d’ascension.

  • 26 Raymonde Debray Genette, « Comment faire une fin », Métamorphoses du récit, op. cit., p. 85-112.

55La ponctuation de la clausule du conte a été très travaillée, comme l’a montré Raymonde Debray Genette, qui a commenté les transformations établies par le copiste26. Cette dernière phrase mérite d’être de nouveau citée dans ses différents états, car elle porte une rare ponctuation suspensive dans la mise au net :  

Les mouvements de son cœur se ralentirent — un à un — plus vagues chaque fois, plus doux — comme une fontaine s’épuise, comme un écho disparaît. [blanc] — & quand elle exhala son dernier souffle, elle crut voir dans les cieux entr’ouverts [blanc] un perroquet gigantesque [blanc] planant au-dessus de sa tête.
(NAF 23663, f° 268)

56Sur le manuscrit autographe, la configuration « point blanc tiret & » se transforme en « point-virgule tiret & », ce qui accrédite l’idée que le blanc après le point peut valoir un silence. Le premier blanc laisse place à un point-virgule. Au lieu du second et du troisième blancs, qui détachaient « un perroquet gigantesque », un tiret double encadre l’expression :

Les mouvements de son cœur se ralentirent — un à un — plus vagues chaque fois, plus doux — comme une fontaine s’épuise, comme un écho disparaît ; — & quand elle exhala son dernier souffle, elle crut voir dans les cieux entr’ouverts un perroquet gigantesque — planant au-dessus de sa tête.
(NAF 23663, f° 30)

57Le copiste, une fois de plus, simplifie et normalise la ponctuation de la phrase, changeant ainsi considérablement le rythme de la clausule du conte. Il supprime tous les tirets encadrant les groupes de mots, qu’il remplace partiellement par des virgules, et il maintient deux tirets séparant les deux propositions comparatives, à défaut du point-virgule marquant le dernier mouvement :

Les mouvements de son cœur se ralentirent un à un, plus vagues chaque fois, plus doux — comme une fontaine s’épuise, comme un écho disparaît — et quand elle exhala son dernier souffle, elle crut voir, dans les cieux entr’ouverts, un perroquet gigantesque planant au-dessus de sa tête.
(NAF 23663, f° 140-141)

58Du texte publié, disparaissent tous les tirets. Toutefois, Flaubert rétablit en partie le rythme de sa phrase. Il détache par le point-virgule le dernier mouvement portant la vision de Félicité, et, à l’intérieur de ce mouvement, l’expression : « un perroquet gigantesque », désormais placée entre virgules :

Les mouvements de son cœur se ralentirent un à un, plus vagues chaque fois, plus doux, comme une fontaine s’épuise, comme un écho disparaît ; et quand elle exhala son dernier souffle, elle crut voir, dans les cieux entr’ouverts, un perroquet gigantesque, planant au-dessus de sa tête.
(éd. cit., p. 89)

59Ces quelques exemples nous montrent que, si Flaubert modifie encore la ponctuation sur épreuves, il prévoit ses coupes et ses « chutes de phrase », comme le rapportent les Goncourt à propos de Salammbô.

Point-virgule et ponctuation inachevée dans Bouvard et Pécuchet

60Qu’en est-il de la ponctuation inachevée de Bouvard et Pécuchet ?

61Flaubert utilise le point-virgule à des fins rythmiques précises, dont on a vu quelques exemples, en place ou en complément du tiret, en alternance avec la coupe forte du point. Il n’est pas souhaitable cependant de considérer ce signe comme le correspondant typographique du point suivi de minuscule — comme une sorte de formation de compromis entre le point et la virgule, permettant à la fois de relier et de séparer deux propositions, ce qui est l’usage prédominant de l’édition « Folio ». Du moins, la question mérite-t-elle d’être discutée, et il convient d’expliciter les critères des choix éditoriaux de la ponctuation, en raison de l’interprétation du contexte.

62Nous prendrons principalement l’exemple de configurations où le point est suivi d’un « et » de mouvement (précédé ou non du tiret, mais aussi du blanc), dans des contextes syntaxiques et rythmiques différents.

Un dimanche ils se mirent en marche dès le matin. [blanc] & passant par Meudon, Bellevue, Suresnes, Auteuil, tout le long du jour ils vagabondèrent entre les vignes, arrachèrent des coquelicots au bord des champs, dormirent sur l'herbe, burent du lait, mangèrent sous les acacias des guinguettes, et rentrèrent fort tard, poudreux, exténués, ravis.
(Ms g 224, f° 8)

63L’édition Cento ponctue par une virgule :

Un dimanche ils se mirent en marche dès le matin, et passant par Meudon, Bellevue, Suresnes, Auteuil, tout le long du jour ils vagabondèrent entre les vignes, arrachèrent des coquelicots au bord des champs, dormirent sur l’herbe, burent du lait, mangèrent sous les acacias des guinguettes, et rentrèrent fort tard, poudreux, exténués, ravis. (p. 279)

64L’édition « Folio » met un point-virgule, les autres éditions de même :

Un dimanche ils se mirent en marche dès le matin ; et passant par Meudon, Bellevue, Suresnes, Auteuil, tout le long du jour ils vagabondèrent entre les vignes, arrachèrent des coquelicots au bord des champs, dormirent sur l'herbe, burent du lait, mangèrent sous les acacias des guinguettes, et rentrèrent fort tard, poudreux, exténués, ravis. (p. 62)

65La virgule, ici, ne suffit pas à restituer la pause notée par le blanc du manuscrit avant le « et ». Elle marque un rythme en un seul mouvement. La structure de la phrase coordonne deux temps, dont le second est composé d’une suite énumérative de verbes juxtaposés, et coordonnés par « et » : la syntaxe et la rythmique du discours nous orientent vers la décision du point-virgule.

66Que penser à présent des exemples suivants ?

Ils se transportèrent dans le Calvados. [blanc] & ils furent enthousiasmés.
(Ms g 224, f° 12)

Des maux d’entrailles se déclarèrent. Les enfants pleuraient ; les femmes geignaient. Les hommes étaient furieux. Ils menaçaient tous de partir [fin de ligne] & Bouvard leur céda.
(Ms g 224, f° 28)

  • 27 Voir le Ms g 2252, f° 67 v°.

67La phrase du folio 12 comprend un léger blanc avant le point. Est-ce seulement une pause de plume, ou bien également une pause de rythme ? Toutes les éditions mettent un point-virgule avant le « et », ce qui détache la seconde proposition. Cependant « & ils furent enthousiasmés » se trouve sémantiquement dans la continuité de la proposition précédente. La virgule n’est-elle pas une pause suffisante entre la cause et la conséquence dans cette phrase courte ? Un argument supplémentaire serait le brouillon qui ne marque aucune ponctuation avant le « et »27. Mais l’état du brouillon ne dit pas quel serait le choix de l’étape ultérieure.

68Dans l’exemple du f° 28, la fin de ligne n’est pas ponctuée. Elle peut valoir pour une ponctuation, mais laquelle ? Les précédentes versions n’indiquent pas de ponctuation, ou notent un point avant l’esperluette. Toutes les éditions mettent un point-virgule :

Ils menaçaient tous de partir ; et Bouvard leur céda.

69sauf celle de Cento :

Des maux d’entrailles se déclarèrent. Les enfants pleuraient ; les femmes geignaient. Les hommes étaient furieux. Ils menaçaient tous de partir, et Bouvard leur céda. (p. 302)

70Cento choisit la virgule, qui semble une meilleure décision, étant donné le rythme des phrases précédentes : une phrase de récit, trois propositions à l’imparfait, avec la ponctuation subtile du point-virgule qui place en symétrie les femmes et les enfants, d’un côté, les hommes de l’autre, avant la reprise au pluriel (« Ils »). La dernière proposition énonce une relation argumentative en continuité.

71Qu’en est-il encore de ce paragraphe au rythme complexe, vers la fin du chapitre 1, dont l’avant-dernière phrase présente une ponctuation suspensive ?

Ensuite, ils inspectèrent les espaliers. Pécuchet tâcha de découvrir des bourgeons. Quelquefois une araignée, fuyait tout à coup sur le mur ; — & les deux ombres de leur corps s’y dessinaient agrandies, en répétant leurs gestes. Les pointes des herbes dégouttelaient de rosée. La nuit était complètement noire. & tout se tenait immobile dans un grand silence, une grande douceur. Au loin, un coq chanta.
(Ms g 224, f° 15)

  • 28 Ms g 2252, f° 111 v°.

72Toutes les éditions mettent un point-virgule avant le « & ». Il n’y a pas de blanc marqué après le point. Le brouillon précédent comprend une virgule avant « & », au lieu du point28.

73Si l’on prend pour point de comparaison l’organisation de la phrase ponctuée par « ; — & », l’on voit que la configuration « point-virgule tiret et » ouvre sur un nouveau point de vue, sur une fantasmagorie des ombres qui se développe à l’imparfait, en contraste avec la discontinuité marquée dans la proposition précédente par le lexique (« Quelquefois », « tout à coup », « fuyait »), la présence de la virgule séparant le sujet du verbe, et l’emploi de l’article indéfini (« une araignée »). En revanche, dans la phrase dont nous commentons la ponctuation suspensive (« La nuit était complètement noire… »), une relation sémantique continue s’établit entre les deux propositions qui la composent, ce qui justifie la ponctuation par la virgule (« La nuit était complètement noire, et tout se tenait immobile dans un grand silence, une grande douceur »).

74Enfin, l’argument le plus fort en faveur de ce choix est le rythme du paragraphe, la variation du continu et du discontinu, et la différenciation des deux mouvements de phrase se terminant par « et », le premier (« ; — et les deux ombres de leurs corps ») trouvant un écho dans la clausule du chapitre (« ; et tous les deux ronflaient sous le clair de la lune qui entrait par les fenêtres »).

75La configuration « ; — et » est dominante dans le manuscrit de Bouvard et Pécuchet, en complément de l’emploi du tiret seul (« — et ») détachant une partie de phrase, à la différence de la configuration de la virgule et du tiret (« , — et »), plus rare. Celle-ci implique un prolongement de l’action ou de l’événement exprimés dans la proposition précédente. Ainsi :

Ils ne sortaient pas sans leur louchet, — & coupaient en deux les vers blancs d’une telle force que le fer de l’outil s’en enfonçait de trois pouces.
(Ms g 224, f° 17)

Ils furent stupéfaits d’apprendre qu’il existait sur des pierres des empreintes de libellules, de pattes d’oiseaux, — & ayant feuilleté un des manuels Roret, ils cherchèrent des fossiles.
(Ms g 224, f° 65)

Bouvard observait le visage de ses hôtes, — & impatient de connaître leur opinion : — « Qu’en dites-vous ? »
(Ms g 224, f° 40)

76Dans ce dernier énoncé aussi, le choix de la ponctuation (virgule et non point-virgule) conduit à lire le mouvement de dialogue introduit par « — et » en continuité avec la notation précédente. Un point-virgule (qui aurait été possible) aurait détaché la prise de parole.

77Aussi sommes-nous conduits à choisir le point-virgule (comme le font toutes les éditions) pour transcrire la configuration : « point blanc tiret & minuscule » dans la phrase suivante, où le tiret seul suffit déjà à détacher la dernière partie de la phrase :

Autrefois, ils se trouvaient presque heureux. Mais leur métier les humiliait depuis qu’ils s'estimaient davantage. [blanc] & ils se renforçaient dans ce dégoût, s’exaltaient mutuellement, se gâtaient. Pécuchet contracta la brusquerie de Bouvard, Bouvard prit quelque chose de la morosité de Pécuchet.
(Ms g 224, f° 8)

78Comme on l’a lu sur les manuscrits d’Un cœur simple, le point-virgule détache l’élan de la clausule, insistant ici sur le changement à l’œuvre dans les personnages, qu’exprime le sens réciproque des trois verbes pronominaux : d’individus réfléchissant séparément sur eux-mêmes, Bouvard et Pécuchet s’influencent l’un l’autre, puis deviennent mimétiques l’un de l’autre.

79Enfin, à côté de la ponctuation associée au « et » dynamique flaubertien, il convient de souligner un autre emploi du point suivi de minuscule, dans la construction en asyndète d’un groupe ternaire de trois propositions brèves. Ainsi :

Les commis se précipitèrent. on lui ôta sa cravate. on envoya chercher un médecin.
(Ms g 224, f° 9)

80Les éditions, ici, se partagent. L’édition Cento (p. 280), et « GF » (p. 56) ponctuent par le point :

Les commis se précipitèrent. On lui ôta sa cravate. On envoya chercher un médecin.

81L’édition « Folio » (p. 63), et celle du Livre de Poche (p. 40) préfèrent le point-virgule :

Les commis se précipitèrent ; on lui ôta sa cravate ; on envoya chercher un médecin.

  • 29 Ms g 2252, f° 123 v°.

82Cette seconde solution revient à réunir trois propositions en une seule phrase, tandis que le point sépare et relie trois phrases en asyndète. Nous préférons ce dernier choix, probablement parce que la ponctuation du point nous est plus proche aujourd’hui que celle du point-virgule, mais bien aussi pour des raisons de rythme, pour l’articulation de ces trois temps nettement détachés. À cela s’ajoute la graphie flaubertienne du « o » qui ne distingue pas toujours la minuscule de la majuscule, et l’argument du brouillon, qui ponctue par le point29.

83On peut rapprocher cette configuration rythmique de celle-ci, au chapitre 2 :

Les tranches de veau ressemblaient à des semelles bouillies. un liquide fangeux remplaçait le homard. on ne reconnaissait plus la matelotte. des champignons avaient poussé sur le potage — et une intolérable odeur empestait le laboratoire.
(Ms g 224, f° 45)

84La graphie des initiales après le point est plutôt identifiable comme une minuscule. Mais le rythme implique un enchaînement de phrases indépendantes. C’est le choix des éditions Cento (p. 323) et « GF » (p. 105) :

Les tranches de veau ressemblaient à des semelles bouillies. Un liquide fangeux remplaçait le homard. On ne reconnaissait plus la matelotte. Des champignons avaient poussé sur le potage — et une intolérable odeur empestait le laboratoire.

85En revanche, l’édition « Folio » (p. 115) et « Le Livre de Poche » (p. 95) remplacent la configuration « point minuscule » par un point-virgule dans tous les cas, sauf dans la dernière phrase.

86La ponctuation mérite toute notre attention de lecteurs et d’éditeurs, car elle engage le rythme du discours et l’interprétation de l’œuvre. Et ce d’autant plus qu’il s’agit d’un manuscrit inachevé où la ponctuation est encore suspensive.

87Ponctuer un texte ne relève pas d’une science exacte. S’il est possible de mettre en lumière des régularités du style flaubertien, il n’existe pas de modèle absolument prévisible. L’édition du manuscrit doit néanmoins se fonder sur une réflexion qui permette de prendre des décisions : chaque phrase est un événement de discours, mais elle fait partie d’un système d’ensemble. Le recours aux états génétiques antérieurs est aussi une aide à l’interprétation, dans la mesure où Flaubert compose des phrases dont il entend très tôt le rythme. Il ne s’agit pas pour autant de retrouver une intention antérieure, liée à une configuration discursive qui a pu se différencier dans le temps de l’écriture.

88Le manuscrit révèle une notation privée qui complète les signes typographiques, ou s’y substitue provisoirement, créant une notation rythmique du discours. Certains des signes prennent en effet une valeur spécifique dans le manuscrit, comme le blanc, ou même la minuscule après le point (contrepoint de la majuscule après le point), qui modifient la valeur des signes de ponctuation voisins. Ils entrent ainsi avec d’autres signes dans des configurations ponctuantes, dont ils rendent visibles l’existence. Le manuscrit fait apparaître la présence de figures rythmiques de ponctuation, alors que la typographie énumère les signes isolément : dans le texte imprimé, de même, on ne lit pas un tiret seul, mais une figure rythmique « virgule tiret » ou « point-virgule tiret » ou « espace tiret ». La liberté du manuscrit rend sensible la présence d’une voix, indissociablement sonore et graphique.

89Si le rôle de l’éditeur est de fixer la ponctuation encore mouvante du manuscrit, il lui appartient d’écouter le rythme de la phrase et du discours. Dans cette œuvre en mouvement, son geste peut être rapproché de celui de l’interprète musical, qui accomplit une partition, à cette différence près qu’en littérature, le lecteur doit tenir compte des effets sémantiques du rythme dans le temps de la phrase, dans la singularité du contexte.

Haut de page

Notes

1 Paul Valéry, cité dans Cahiers, édition de Judith Robinson-Valéry, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, 1973, p. XXXIII.

2 Je remercie Jacques Neefs pour sa relecture de cet article, qui a pour point de départ les discussions que nous menons en vue de l’édition de Bouvard et Pécuchet dans la « Bibliothèque de la Pléiade » chez Gallimard. Les exemples cités ici ont fait partie de débats en commun.

3 Ces analyses doivent beaucoup aux travaux de Gérard Dessons sur la ponctuation : voir en particulier Gérard Dessons, « La ponctuation suspensive dans Charmes de Valéry », Revue de littérature française et comparée, 1, 1992 (sur l’emploi spécifique des points de suspension), p. 135-140, « Noir et blanc. La scène graphique de l’écriture », La Licorne, n° 23, 2005, « La ponctuation de page dans Cent phrases pour éventails de Paul Claudel », La Licorne, n° 52, 2000, p. 235-243 (et l’ensemble du numéro, notamment Henri Meschonnic : « La ponctuation, graphie du temps et de la voix », p. 289-293). Elles doivent aussi aux essais de Jean-Paul Goux, La Fabrique du continu. Essai sur la prose. Seyssel, éd. Champvallon, et La Voix sans repos, Monaco, éd du Rocher, 2003. Voir aussi le récent volume d’Isabelle Serça, Esthétique de la ponctuation, Paris, Gallimard, 2012.

4 Les manuscrits et dossiers de Bouvard et Pécuchet sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen, le manuscrit autographe sous la cote Ms g 224, les brouillons sous la cote Ms g 2251-9. Leur image numérique est accessible sur le site Flaubert de l’université de Rouen : http://flaubert.univ-rouen.fr/bouvard_et_pecuchet/index.php.

5 Voir Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique par Alberto Cento, Paris, Nizet- Naples, Istituto orientale Napoli, 1964 (édition pionnière) ; Bouvard et Pécuchet, édition par Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, « Folio », 1979 ; Bouvard et Pécuchet, édition de Pierre-Marc de Biasi, Paris, LGE, « Le Livre de Poche », 1999 ; Bouvard et Pécuchet, édition de Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, « GF-Flammarion », 1999, édition revue et corrigée, 2008.

6 Voir le Ms g 2252, f° 89.

7 Voir, par exemple sur l’édition des cours au Collège de France de Roland Barthes et Michel Foucault, Guillaume Bellon, Une parole inquiète. Barthes et Foucault au Collège de France, Grenoble, « La Fabrique de l’œuvre », ELLUG, 2012.

8 Jacques Dürrenmatt, « Héritage des traités sur la ponctuation de la Renaissance au siècle suivant », La Ponctuation à la Renaissance, Études réunies et présentées par Nathalie Dauvois et Jacques Dürrenmatt, Paris, Classiques Garnier, 2011, p. 178, citant Bosquet, Traicte de l’office et collocation des points et accens de la langue françoise, Paris, Champion, 2005, p. 131.

9 Voir Henri Meschonnic, op. cit., et Gérard Dessons, chapitre « Ponctuation et typographie », Le Poème, Paris, Colin, 2011, p. 57-73.

10 Yvan Leclerc note cette ponctuation du bord de la page dans « Ponctuation de Flaubert », Flaubert, l’autre. Pour Jean Bruneau, textes réunis par F. Lecercle et S. Messina, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1989, p. 145.

11 Jacques Dürrenmatt, op. cit., p. 178, citant le traité de Bosquet.

12 Jacques Dürrenmatt, « Grandeur et décadence du point-virgule », Langue française, n° 172, 2011/4, p. 41.

13 Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires, Paris, Janet et Cotelle, 1830, t. II, p. 1094. Les autres cas mettent tous en valeur le rôle de division du point-virgule lorsque des éléments de la phrase sont subdivisés par une virgule : éléments incidents au sujet, style coupé, énumération (ibid., p. 1095-1096).

14 Ibid., p. 1095.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 1096.

17 « La conjonction “et” n’a nullement dans Flaubert l’objet que la grammaire lui assigne. Elle marque une pause rythmique et divise un tableau. En effet partout où on mettrait “et”, Flaubert le supprime », « À propos du “style” de Flaubert » (1920), Sur Baudelaire, Flaubert et Morand, éd. établie par Antoine Compagnon, Bruxelles, éd. Complexe, 1987, p. 71-72. Voir aussi le dossier réuni par Gilles Philippe dans Flaubert savait-il écrire ? Une querelle grammaticale (1919-1921), Grenoble, ELLUG, 2004.

18 Cité par Jacques Dürrenmatt, « Grandeur et décadence du point-virgule », op. cit., p. 45.

19 Voir Gérard Dessons, « Noir et blanc… », art. cit.

20 « Et Flaubert était ravi quand il retrouvait dans les écrivains du passé une anticipation de Flaubert, dans Montesquieu par exemple : “Les vices d’Alexandre étaient extrêmes comme ses vertus ; il était terrible dans la colère ; elle le rendait cruel.” Mais si Flaubert faisait ses délices de telles phrases, ce n’était évidemment pas à cause de leur correction, mais parce qu’en permettant de faire jaillir du cœur d’une proposition l’arceau qui ne retombera qu’en plein milieu de la proposition suivante, elles assuraient l’étroite, l’hermétique continuité du style. », Marcel Proust, « À propos du “style” de Flaubert », op. cit., p. 66.

21 Albert Thibaudet remarque, dans son article en réponse à celui de Proust, la signification particulière « de liaison dynamique et de mouvement » de ce « et » flaubertien, mais il ne comprend pas la singularité de la phrase flaubertienne : « Le “et” est une pièce constante, un peu monotone, de la phrase-type de Flaubert, la phrase parfaite du gueuloir”. Il s’agit de la phrase à trois propositions de longueur variable, mais toujours équilibrées par le nombre. » (« Lettre à M. Marcel Proust », 1er mars 1920, Sur Baudelaire, Flaubert et Morand, op. cit., p. 186). Il voit dans cette structure rythmique un avatar de « la vieille phrase oratoire française, dont Balzac a transmis le type à Bossuet ». Toutefois il note à juste titre que « Flaubert est à la fois hanté par le nombre oratoire et en lutte perpétuelle contre lui pour le contenir, le briser, le couper. » (Ibid., p. 186). Il approfondit et nuance ces analyses dans son Gustave Flaubert, Paris, Gallimard, 1935, où il commente différents extraits de Flaubert, montrant que le et « accompagne ou signifie au cours d’une description ou d’une narration le passage à une tension plus haute, à un moment plus important ou plus dramatique, une progression » (p. 265). Il qualifie de façon intéressante ce « et » de « et de passage » : « passage dans le style, d’un mouvement à un autre, d’un temps à un autre » (Ibid., p. 268). Voir aussi à ce sujet Éric Bordas, « Et la conjonction resta tensive. Sur le et de relance rythmique », Le Français moderne, 2005, n° 1.

22 L’énumération hétéroclite des objets se clôt sur un détail anecdotique, ajouté comme en hyperbate, après un autre « et » précédé de tiret. Raymonde Debray Genette a montré l’importance du détail, et notamment du détail sur lequel se clôt la phrase flaubertienne, souvent « déceptif et minorisant », « Traversées de l’espace descriptif », Métamorphoses du récit, Paris, Seuil, 1988, p. 297-298.

23 Sur l’asyndète et le « contre-temps » du « et », ainsi que l’entrechoquement des temps verbaux, voir Gérard Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982, p. 123-124.

24 Voir Henri Meschonnic et Gérard Dessons, Traité du rythme, Paris, Dunod, 1998, p. 143. Voir aussi Gérard Dessons, « Rythme et Écriture : Le tiret entre ponctuation et typographie », Jacques-Philippe Saint-Gérand (éd.), Mutations et sclérose : la langue française, 1789-1848, Franz Steiner Verlag Stuttgart, 1993, p. 122-134.

25 Les manuscrits de Trois contes sont conservés au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote : NAF 23663. Nous nous référons pour le texte publié d’Un cœur simple à l’édition de Pierre-Marc de Biasi de Trois contes au « Livre de Poche », Paris, LGE, 1999.

26 Raymonde Debray Genette, « Comment faire une fin », Métamorphoses du récit, op. cit., p. 85-112.

27 Voir le Ms g 2252, f° 67 v°.

28 Ms g 2252, f° 111 v°.

29 Ms g 2252, f° 123 v°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot, « Ponctuation, édition, interprétation : l’exemple du point-virgule dans Bouvard et Pécuchet », Flaubert [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1865

Haut de page

Auteur

Anne Herschberg Pierrot

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page