Navigation – Plan du site

Histoire des idées politiques et sources littéraires : L'Éducation sentimentale dans le contexte des jugements historiques sur Juin 1848

Fausto Proietti

Résumés

Dans cet article, le roman flaubertien L'Éducation sentimentale est pris en compte en tant que texte politique, par rapport au contexte idéologique où son écriture eut lieu. L'auteur, qui travaille dans le domaine de l'histoire des idées politiques, retrace dans les modalités employées par Flaubert pour sa description de l'émeute parisienne de Juin 1848 la raison principale d'une réception de la part des contemporains qui virent dans L’Éducation sentimentale un roman presque « subversif ». Pour se documenter à ce sujet, en effet, Flaubert utilisa principalement quatre récits historiques, qui relèvent tous d'une interprétation « gauchiste » des événements : ceux de Hippolyte Castille, Daniel Stern, Marc Caussidière et Louis Blanc. Des extraits de ces textes sont confrontés à certains passages de L'Éducation sentimentale, afin de vérifier les similitudes qui existent entre ces descriptions. Finalement, il apparaît que le roman de Flaubert a donné une contribution importante à la diffusion d'une interprétation « anti-bourgeoise » des événements politiques qui conduisirent à la fin de la Seconde République et à la naissance du Second Empire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, parmi les études plus récentes : Dolf Oehler, Le Spleen contre l'oubli, juin 1848. Baudelaire (...)

1La dimension politique de L'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert a été assez souvent affirmée et explorée par l'histoire littéraire1 ; la même chose toutefois, et bien que cela puisse paraître étonnant, n'est pas arrivée dans l'histoire des idées politiques. Dans ce domaine, à ma connaissance, aucune sérieuse tentative d'analyser le roman flaubertien en tant que texte politique, c'est-à-dire en le plaçant dans son contexte idéologique d'origine, n'a été faite. C'est ce genre d'analyse que je me propose d'essayer dans cet article.

2Comme il existe, je trouve, un problème plus général qui concerne l'utilisation des textes littéraires en tant que sources pour l'histoire des idées politiques, je proposerai, dans la première partie de mon essai, quelques considérations à ce sujet. Dans la deuxième partie, je m'interrogerai au sujet de l'attitude politique de Flaubert ; dans la troisième, j'analyserai les sources qu'il utilise pour la composition de L'Éducation sentimentale, en les confrontant, dans la quatrième partie, à quelques extraits choisis du texte flaubertien. Dans la cinquième partie, je hasarderai quelques considérations finales.

1- Histoire des idées politiques et sources littéraires

  • 2 Par le nom collectif d’« école de Cambridge », on fait normalement référence aux historiens anglais (...)
  • 3 Voir Meaning and Context: Quentin Skinner and his Critics, ed. by J. Tully, Princeton University Pr (...)

3La méfiance envers l'utilisation des textes littéraires comme sources à part entière pour l'histoire des idées politiques doit être considérée désormais comme rien de plus qu'une idée reçue ; néanmoins, ce préjugé a la vie dure. Depuis longtemps, et notamment à la suite de la révolution méthodologique opérée par l'« école de Cambridge » dans les années 19702, l'histoire des idées politiques n'est plus censée, comme elle l'était auparavant, se borner à étudier les œuvres des « grands philosophes » ou des penseurs consacrés par la tradition ; de plus en plus, même la structure des textes destinés aux étudiants des universités a commencé à se métamorphoser. Il est devenu assez rare, de nos jours, de rencontrer une narration historique dans ce domaine qui soit bâtie à partir d'une simple liste chronologique de « grands auteurs », de Platon à Marx, de Machiavel à Hegel. On prête, au contraire, une attention toujours croissante à ce qu'on appelle les contextes idéologiques : les langages, les croyances, les mots-clés qui caractérisèrent une époque donnée. Le regard des historiens se déplace donc des grands ouvrages, des textes « classiques » de la pensée politique occidentale — que l'on ne cesse pas, bien sûr, d'étudier — aux textes, beaucoup plus nombreux, qui exercèrent une influence réelle dans le débat politique du temps auquel ils appartinrent. Dans ce cadre, l'historien ne doit pas faire référence aux seuls ouvrages ouvertement « politiques » au sens technique du mot ; il lui faudra partir en quête du « politique » dans la totalité du débat culturel qui caractérisa l'époque qu'il souhaite étudier. L'histoire des idées politiques se configure donc, de plus en plus, et suivant les très célèbres formules de Quentin Skinner3, comme histoire du discours d'une part, et comme histoire des actes linguistiques qui le composent de l'autre ; et, toujours, comme histoire culturelle. Bien évidemment, dans cette perspective les textes que l'on qualifie traditionnellement de « littéraires » ne peuvent pas être négligés par l'historien.

4Certes, on ne doit pas trop généraliser : le choix des sources dépend des différents contextes historiques et sociaux, aussi bien que des différents moyens de propagation des idées. Si l'on choisit pour sujet d'étude, comme c’est mon cas, la France du XIXesiècle, toutefois, il est essentiel d'inclure parmi les sources à analyser les textes littéraires, et surtout certains parmi les romans de l'école du réalisme, qui, dans le but de reconstruire la réalité dans toute sa complexité, s'intéressèrent de près aux aspects politiques de leur époque. De plus, normalement les textes littéraires ne se limitent pas à explorer les lieux communs du débat politique contemporain : ils contribuent puissamment à les construire et à les répandre dans la société, grâce à l'ampleur de leur diffusion, qui est d'ordinaire infiniment plus grande que celle des textes qu'on pourrait qualifier de politiques au sens strict du terme (textes philosophiques, juridiques, etc.).

  • 4 Voir Françoise Mélonio, Tocqueville et les Français, Aubier, Paris, 1993, p. 44.

5Les tirages en disent long à ce sujet : prenons, à titre d'exemple, l'an 1835. S'il est vrai que la première partie du grand ouvrage de Tocqueville, La Démocratie en Amérique, connut cette année-là un succès auprès du public tout à fait extraordinaire pour un texte politique — trois éditions pour un total de 2000 exemplaires diffusés —4, il faut néanmoins souligner que la même année Le Père Goriot, un des chefs-d'œuvre de Balzac, fut publié en deux éditions pour un total de 2200 exemplaires diffusés, et cela sans compter les tirages, bien évidemment encore plus importants, de la Revue de Paris, où ce roman fut l’objet d’une prépublication sous forme de feuilleton. Pour saisir l'état exact du débat culturel et les mots-clés du langage qui était répandu en France en 1835, même au point de vue politique, l'historien devrait donc étudier ces deux ouvrages fondamentaux ; mais il devrait aussi bien être conscient du fait que, dans la même période, il y avait d'autres textes, presque oubliés aujourd'hui, et qui connurent pourtant une diffusion encore plus large à l'époque : pensons aux romans-vaudevilles de Paul de Kock, qui était alors l'écrivain le plus populaire (en 1835 sortit des presses, entre autres, son roman Ni jamais, ni toujours), ou bien aux Mémoires de Pierre-François Lacenaire, le poète-assassin qui fut exécuté en 1836.

6Cette remarque nous amène très directement à un autre problème : il est assez rare, à vrai dire, que les textes littéraires que nous considérons aujourd'hui comme des chefs-d'œuvre, c'est-à-dire ceux qui ont eu la chance d'être retenus par la tradition et la critique culturelle et littéraire, aient joué un rôle central dans la formation de la pensée sociale et politique au moment de leur première publication. Il arrive souvent que d'autres textes, plus populaires — et pour ce qui est du XIXe siècle, par exemple, les chansons populaires, les pièces de théâtre, etc. — exercèrent une influence plus large. Par contre, les chefs-d'œuvre littéraires, les textes « canonisés », transmettent, au fil des générations, des images et des interprétations qui finissent par se fixer dans l'imaginaire collectif de toute une société. Tel est le cas de L’Éducation sentimentale pour ce qui est de ce grand phénomène politique et social que fut la Révolution de 1848 ; et cela, bien que dans son roman Flaubert donne de cet événement une interprétation très éloignée de celle qui était courante à son époque dans son milieu social, comme j'essaierai de le montrer par la suite.

2- Flaubert, 1848 et l'apprentissage du politique

  • 5 Lettre à Louise Colet, 30 août 1846 ; Gustave Flaubert, Correspondance, Gallimard, « La Pléiade », (...)
  • 6 Lettre du 3 février 1873 ; ibid., t. IV, p. 642.

7On a beaucoup insisté — et pour cause — sur l'attitude anti-politique de Flaubert : l'art « engagé », plus que tout le reste, le dégoûtait. Voyons, par exemple, ce passage d'une lettre qu'il écrivit en 1846, où, en parlant de James Pradier, surnommé Phidias en référence au légendaire sculpteur de la Grèce classique, c'est au prototype même de l'artiste qu'il songeait : « Un homme qui ne se préoccupe de rien, ni de la politique, ni du socialisme, ni de Fourier, ni des jésuites, ni de l'Université et qui comme le bon ouvrier, les bras retroussés, est là à faire sa tâche du matin au soir avec l'envie de la bien faire et l'amour de son art. Tout est là, l'amour de l'Art »5. Au-delà de ce parti pris en faveur de l'indépendance absolue de l'art, Flaubert adopte une attitude dédaigneuse envers la politique, qui est, pour lui, le domaine où s'exercent les pires des qualités humaines : l'idiotie, surtout. Il affiche souvent, dans sa correspondance, un grand mépris pour l'égalité, qu’elle soit l'égalité des démocrates, celle des socialistes ou bien celle qui existe entre des hommes qui sont également assujettis à un pouvoir absolu. Dans une lettre à George Sand, en 1873, il résumera son attitude politique en se définissant « une vieille ganache romantique et libérale »6.

8Pourtant, paradoxalement peut-être, Flaubert dans son œuvre fut obsédé par la politique : non seulement L'Éducation sentimentale, mais aussi d'autres romans de lui, tels que Madame Bovary et, surtout, Bouvard et Pécuchet, regorgent littéralement de politique. C'est que Flaubert aspirait, dans son œuvre, à recréer la réalité de son temps ; et la réalité de la France entre 1830 et 1880, c'était une réalité très politisée. Quatre différents régimes politiques (Restauration, Monarchie de Juillet, République, Empire), deux révolutions majeures (1830 et 1848), et, parmi tout cela, la naissance de questions sociales nouvelles, celle de « l'organisation du travail » surtout : voilà qui suffit, je trouve, à expliquer pourquoi la politique ne pouvait pas être absente de l'œuvre de Flaubert. 1848, en particulier, le hantait : car la génération des quarante-huitards, c'était sa génération.

  • 7 Voir, notamment, Pierre-Joseph Proudhon, Les Malthusiens, Boulé, Paris, 1849. Voir aussi, à ce suje (...)

9Après la révolution qui, au mois de février 1848, chassa Louis-Philippe et établit la République, les mots-clés autour desquels se confrontaient les partis étaient d'ordre politique — le suffrage universel — et d'ordre social — le droit au travail, un travail dont on réclamait l'« organisation », afin de soustraire les ouvriers au joug des patrons et de limiter l'influence des économistes « malthusiens », comme furent nommés à l'époque les adeptes du laissez-faire7. Les plus célèbres parmi les porte-paroles du socialisme naissant — de Louis Blanc à Pierre Leroux, du fouriériste Victor Considérant à Pierre-Joseph Proudhon — présentèrent leurs systèmes au public. Le Gouvernement provisoire, qui comptait parmi ses membres Louis Blanc, établit les ateliers nationaux, afin de garantir le droit au travail : les ouvriers — dans un nombre qui atteignit, en mai 1848, les 120000 unités — y étaient employés par l'État. En avril, l'Assemblée Nationale Constituante était élue au suffrage universel masculin ; en juin, la fermeture des ateliers nationaux amena aux journées sanglantes de la guerre civile. Finalement, en décembre, les Français élisaient Louis Napoléon, le futur Napoléon III, Président de la République avec presque 75% des voix.

  • 8 Maxime Du Camp, Souvenirs de l'année 1848 : la révolution de février, le 15 mai, l'insurrection de (...)
  • 9 Elle publia un remarquable compte rendu du voyage en Italie qu'elle avait fait au moment où l'unité (...)
  • 10 Voir Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., t. I, p. 492-493.

10Or, quel était le sentiment de Flaubert, qui en 1848 était âgé de 27 ans, à l'égard de tout ce qui se passait dans cette année mémorable ? Il n'est pas facile de le déterminer, car il nous en reste très peu de témoignages : on sait qu'il était à Paris, avec ses amis Louis Bouilhet et Maxime Du Camp, pendant les journées de février, quand la révolution s'accomplit8 ; à part cela, on connaît un seul document de sa main à contenu politique daté de 1848, soit la lettre qu'il écrivit au début de mars à sa maîtresse, la femme poète et mémorialiste engagée Louise Colet9, dans laquelle on peut saisir une suspension du jugement de la part de Flaubert au sujet de la nouvelle République10.

  • 11 Ibid., p. 679. Il faut souligner qu'il n'y a pas d'ouvrage de Comte intitulé Essai de philosophie p (...)

11À s'en tenir aux affirmations qu'on peut trouver dans plusieurs lieux de ses écrits privés, comme la correspondance avec ses amis, Flaubert ne sympathisa pas du tout avec les idées nouvelles du socialisme et de la réforme démocratique et sociale qui se diffusèrent en France pendant sa jeunesse, et notamment autour de 1848. Il se trouve à Jérusalem, lors de son voyage en Orient, quand il fait sa première rencontre avec les idées socialistes ; dans une lettre à Louis Bouilhet, datée de Damas, 4 septembre 1850, il écrit à ce sujet : « J'ai lu à Jérusalem un livre socialiste (Essai de Philosophie positive, par Aug. Comte). [...] J'en ai feuilleté quelques pages : c'est assommant de bêtise. [...] Il y a là-dedans des mines de comique immenses, des Californies de grotesque. [...] Une des premières études auxquelles je me livrerai à mon retour sera certainement celle de toutes ces déplorables utopies qui agitent notre société et menacent de la couvrir de ruines”11. »

  • 12 Lettre du 7 octobre 1852 ; Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 168.
  • 13 Lettre du 11 janvier 1859 ; ibid., t. III, p. 4.
  • 14 Ibid., p. 451.
  • 15 Lettre du 2 août 1865, qui contient aussi bien une furieuse invective contre le même Proudhon ; ibi (...)

12Le jugement très négatif de la part de Flaubert sur les différentes écoles du socialisme français ne changera jamais vraiment, même s'il ne se posera la question de lire et étudier effectivement les textes des socialistes qu'au début des années 1860, quand il commencera à se documenter pour L'Éducation sentimentale, qui sera publiée en 1869. Avant cette période, on peut même trouver çà et là, dans sa correspondance, des observations favorables aux socialistes. Le cas de Proudhon est assez emblématique : en 1852, à la publication du livre de celui-ci La Révolution sociale démontrée par le coup d'État du 2 décembre, où il justifiait le coup d'État de Louis Napoléon comme une étape nécessaire vers le socialisme, les républicains furent scandalisés. Flaubert, par contre, écrivit à Louise Colet : « Les voilà maintenant qui gueulent comme des bourgeois contre Proudhon, sans en comprendre un seul mot12. » Dans une autre lettre, à Ernest Feydeau cette fois-ci, Flaubert, en 1859, exprimait son admiration pour un aphorisme misogyne de Proudhon (« La femme est la désolation du juste »), qu'il arrivait à qualifier de « pensée de Génie »13. Mais tout change en 1865, quand Flaubert a commencé à lire, entre autres, les essais de Proudhon pour préparer L'Éducation sentimentale : dans une lettre à Amélie Bosquet, le 2 août, il qualifie le penseur socialiste de « Pignouf »14; après quelques jours, s'adressant aux frères Goncourt, il précisera encore mieux son opinion, en définissant l'écrit de Proudhon Du principe de l'art et de sa destination sociale, publié en 1865 après la mort de l'écrivain, « le maximum de la Pignouferie socialiste »15.

  • 16 Par l'intermédiaire de George Sand, Flaubert entra même en correspondance avec Barbès. Voir la lett (...)
  • 17 Lettre de Sand à Flaubert du 31 juillet 1868, ibid., p. 783: « Il faut se dire que tous ceux qui av (...)

13L'épisode du « Club de l'Intelligence », dans le premier chapitre de la troisième partie de L'Éducation sentimentale, représente l'aboutissement de l'attitude anti-socialiste de Flaubert ; mais dans son roman, il ne fait pas de références trop spécifiques contre l'un ou l'autre des chefs d'école socialistes, en suivant le conseil que lui avait donné George Sand, laquelle avait un lien d'amitié avec beaucoup d'entre les républicains socialistes, et notamment avec Barbès et Louis Blanc16. Elle avait prié Flaubert de ne pas se montrer trop méchant, dans L'Éducation sentimentale, envers tous ceux qui, en 1848, figuraient parmi les rangs des vaincus17.

  • 18 À commencer par Adolphe Thiers, le grand défenseur, en 1848, du droit de propriété contre les attaq (...)
  • 19 Ibid., p. 770.

14L'intention avouée de Flaubert, en écrivant ce roman, c'était de fouetter les conservateurs18, tout comme les socialistes. Il en donne une synthèse dans la lettre à George Sand du 5 juillet 1868 : « Les patriotes ne me pardonneront pas ce livre, ni les réactionnaires non plus ! Tant pis ; j'écris les choses comme je les sens, c'est-à dire comme je crois qu'elles existent19. »

15L'équidistance entre le champ des bourgeois et celui des socialistes et démocrates dans L'Éducation sentimentale, pourtant, bien que recherchée par Flaubert, fut loin d'être évidente à ses contemporains, lorsqu'ils lurent le livre à la fin de 1869. Le roman attira tout de suite le mépris de la presse gouvernementale et conservatrice, et cela précisément par son côté politique. Dans Le Figaro du 20 novembre 1869, Amédée de Cesena faisait la comparaison entre l'écriture de Flaubert et la peinture du « rouge » Gustave Courbet, maître du réalisme social en peinture et ami de Proudhon : une comparaison qui n'était pas faite pour flatter l'écrivain rouennais. Le compte rendu du livre s'achevait sur ces mots : « Mais ce qui est moins drôle encore, ce sont les fréquentes excursions de l'auteur dans le domaine de la politique. Voilà surtout ce qui tuera l'œuvre de M. Gustave Flaubert. Ce n'est pas pour y retrouver les déclamations des réunions publiques que les femmes ouvrent un roman20. » Cette peur que le roman de Flaubert puisse troubler les esprits d'un public féminin que, dans la société bourgeoise du XIXe siècle, on plaçait au dehors de la sphère du politique, n'est pas sans rappeler le réquisitoire du procureur Ernest Pinard, lors du procès contre Flaubert à cause du roman Madame Bovary, en 1857, lorsqu'il affirmait : « Qui est-ce qui lit le roman de M. Flaubert ? Sont-ce des hommes qui s'occupent d'économie politique ou sociale ? Non ! Les pages légères de Madame Bovary tombent en des mains plus légères, dans des mains de jeunes filles, quelquefois de femmes mariées21. » Jules Barbey d'Aurevilly, dans Le Constitutionnel du 29 novembre, faisait lui aussi le rapprochement entre Flaubert et Courbet, et, pour ce qui est du point de vue politique sur 1848 dans le roman, écrivait : « Je sais et je sens que l'auteur de L'Éducation sentimentale est un matérialiste et que le matérialisme doit nécessairement engendrer de certaines opinions politiques et non d'autres22. »

16De l'autre côté, ce furent presque seulement les critiques de l'école socialiste et républicaine qui louèrent L'Éducation sentimentale, à commencer par George Sand (La Liberté, 21 décembre), selon laquelle le roman aurait prouvé que « cet état social est arrivé à sa décomposition et qu'il faudra le changer très radicalement23. » Camille Pelletan (Le Rappel, 7 février 1870) ajouta : « Il était impossible de mieux peindre cette race haïssable, mais éternelle, du bourgeois très riche, grand personnage, qui a gouverné sous Louis-Philippe, et qui gouverne encore aujourd'hui [...]. Et quand on arrive au Deux-Décembre, on ne peut s'empêcher de penser à cette génération sans caractère, sans idéal, sans volonté, sans moralité, que l'auteur vous a montrée : on voit alors comment cette chose invraisemblable, - le silence devant une violation avouée de tous les droits, - a été possible en France24. »

17Au delà même des intentions de l'écrivain, le roman de Flaubert fut ressenti par ses contemporains comme un roman « de gauche », un roman de critique sociale contre la bourgeoisie de 1848, qui, en 1869, était toujours au pouvoir. Pourquoi cela ? La clé de ce fait se trouve, à mon sens, dans la reconstruction opérée par Flaubert des événements de 1848 dans L'Éducation sentimentale ; et dans les sources qu'il choisit d'utiliser à cette fin, parmi celles qui existaient à l'époque.

3- Les sources de L'Éducation sentimentale

  • 25 Gilbert Guisan, « Flaubert et la Révolution de 1848 », Revue d'Histoire littéraire de la France, nº (...)
  • 26 Alberto Cento, Il Realismo documentario nell'Éducation sentimentale, Liguori, Naples, 1967.
  • 27 Ibid., p. 42.

18Dans son souci de réalisme, Flaubert avait l'habitude de se documenter soigneusement sur les sujets qu'il traitait avant d'écrire ; et il prenait un grand nombre de notes de travail et de notes documentaires. Tous ces matériaux — carnets de travail, brouillons, scénarios, notes documentaires — qui constituent ce qu'on appelle « l'avant-texte » du roman, dans le cas de L'Éducation sentimentale ont largement survécu, même si, malheureusement, pas dans leur intégralité. Beaucoup d'historiens dans ces dernières décennies, à commencer par Gilbert Guisan25 et Alberto Cento26, ont essayé de dénicher dans le texte flaubertien les innombrables citations extraites des sources historiques qu'il avait consultées. Cento, notamment, a fait à ce propos un travail très minutieux. Dans son étude, il arrive à affirmer que, dans le roman de Flaubert, « pas une seule syllabe n’a été inventée, […] tout est “historique”, “authentique”, documenté »27. L'exagération d'une remarque pareille est évidente, car il n'est pas superflu de rappeler que des événements documentés (par tel ou tel autre historien) ne sont pas, de ce simple fait, « vrais ». Les historiens, au XIXe siècle comme dans toutes les époques, ne sont point des témoins impartiaux : dès qu'il s'agit de traiter une matière incandescente comme la révolution de 1848, ils deviennent forcément des militants. En effet, les différentes écoles historiques — celles des conservateurs, des libéraux, des aristocrates, des bonapartistes, des démocrates, des républicains et des socialistes — offrent, dans leurs récits, des interprétations des événements très différenciées.

19Beaucoup de ces historiens — excepté les royalistes et les bonapartistes les plus conservateurs — concordaient dans la description de la révolution de février comme une révolution « belle et juste ». Un exemple très éloquent de cette rhétorique se trouve dans le livre du républicain modéré Louis-Antoine Garnier-Pagès, membre du Gouvernement provisoire en 1848, ouvrage qui connut trois éditions de 1862 à 1870, et qui figure certainement parmi les textes consultés par Flaubert pendant l'écriture de L'Éducation sentimentale. Dans cet extrait, les barricades de février — les bonnes barricades, les barricades de la fraternité entre bourgeois et prolétaires, entre gardes nationaux et ouvriers — sont chargées d'une signification aussi bien esthétique que morale :

  • 28 Louis-Antoine Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, Degorce-Cadot, Paris, 1868, t. I, p (...)

Ces ouvriers d'élite que le monde nous envie, ces maçons, ces charpentiers, ces forgerons, ces mécaniciens, [...] avaient construit de véritables ouvrages d'art. Crénelées, ouvertes pour la sortie, fermées à l'assaillant, la plupart des barricades s'élevaient jusqu'au premier étage des maisons, quelques-unes jusqu'au second. Celles que leur position rendait plus importantes étaient à l'épreuve du canon. Et le nombre en était plus prodigieux encore que la construction28.

  • 29 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, dans Œuvres, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, (...)

20Dans le premier chapitre de la troisième partie de L'Éducation sentimentale, Flaubert s'amuse à renverser le lieu commun du « beau peuple » de février : placés dans un contexte qui ressemble plus à un « spectacle », à une mise en scène de théâtre qu'à une vraie révolution, les insurgés sont, à maintes reprises, qualifiés de « canaille », de « populace » composée par des « galériens », des « voyous », des « prostituées » ; les occupations auxquelles ils se livrent sont exemplifiées par l'usage des verbes « voler », « violer », « détruire »29.

21Si Flaubert, au sujet de la révolution de février, renverse dans son roman des lieux communs que les mémorialistes de l'époque proposaient d'une façon presque unanime, il faut remarquer que le soulèvement des ouvriers au mois de juin partageait cette même historiographie en deux champs nettement opposés. Les historiens démocrates et socialistes soulignaient les responsabilités de l'Assemblée, et notamment des royalistes, qui avaient enflammé les âmes des prolétaires en décrétant la dissolution des ateliers nationaux ; les historiens conservateurs — qu'ils fussent royalistes ou bonapartistes —, au contraire, attribuaient la responsabilité des massacres à l'influence exercée auprès du peuple par les funestes utopies des socialistes. Ces interprétations étaient antinomiques ; il fallait donc à Flaubert en choisir une seule pour son roman.

  • 30 À ces sources, il faudrait ajouter le compte rendu de Louis Ménard, que Flaubert ne lit pas dans l' (...)

22Voyons, donc, quelles étaient les sources choisies par l'écrivain normand pour l'épisode du roman qui se passe pendant les journées de juin : je limiterai mon analyse aux ouvrages dont on peut prouver l'utilisation de la part de Flaubert, car on les trouve cités dans ses notes de travail. Il s'agit, essentiellement, de quatre textes : celui d’Hippolyte Castille, Histoire de la Seconde République Française (1854-1856) ; celui de Daniel Stern (nom de plume de Mme D'Agoult), Histoire de la Révolution de 1848 (1850-1853) ; celui de Marc Caussidière, Mémoires de Caussidière, ex-préfet de police et représentant du peuple (1849) ; et finalement, celui de Louis Blanc, Pages d'histoire de la Révolution de février 1848 (1850)30.

  • 31 Hippolyte Castille, Histoire de la Seconde République Française, Lecou, Paris, 1855, t. III, p. 20.
  • 32 Ibid., p. 89-90.
  • 33 Ibid., p. 221 et suivantes.

23Ces sources sont très concordantes dans l'indication des responsabilités de l'émeute de juin et des massacres qui s’ensuivirent : Castille, par exemple, affirme que l'Assemblée avait été capable, à cette occasion, « de laisser la Garde Nationale furieuse se baigner dans le sang des vaincus »31; le combat, suivant son opinion, s'était engagé à cause de « l'habileté des dynastiques », de « l'audace du parti jésuite » et de « la couardise du pouvoir exécutif »32. Le général Cavaignac, auquel l'Assemblée avait confié les plus amples pouvoirs pour rétablir l'ordre dans Paris, était qualifié par lui de « boucher » ; les massacres commis par les Gardes Nationaux étaient évoqués dans leurs détails33.

  • 34 Daniel Stern, Histoire de la Révolution de 1848, deuxième édition, Charpentier, Paris, 1862, t. II, (...)
  • 35 Ibid., p. 357.
  • 36 Ibid., p. 370.
  • 37 Ibid., p. 435.

24Stern, quant à elle, raconte certaines des calomnies diffusées par la presse royaliste au sujet des insurgés : on disait qu'ils étaient presque tous des forçats, « comparables à tout ce que les bagnes vomissent de plus abject », qui « attendent en frémissant le signal du meurtre, de l'incendie, du pillage34. » Alors que, en réalité, la conduite des ouvriers aurait été des plus responsables : « Pendant que l'on parlait ainsi des ateliers nationaux, ils envoyaient incessamment au ministère des travaux publics des députations qui apportaient les propositions les plus justes et les plus raisonnables35. » Selon l'historienne, « Ce qui fit la puissance de l'insurrection de juin et son incroyable durée, bien qu'elle n'eût jamais ni plan, ni chef, c'est qu'elle avait à son origine, et qu'elle conserva jusqu'à la fin, dans l'esprit d'un grand nombre, le caractère d'une juste protestation contre la violation d'un droit36. » Elle aussi stigmatise les massacres des ouvriers, déjà vaincus, par la Garde Nationale : « Ce furent surtout les enfants de la garde mobile qui parurent avides de sang, emportés par “L'enthousiasme du carnage”37. »

  • 38 Marc Caussidière, Mémoires de Caussidière, ex-préfet de police et représentant du peuple, troisième (...)
  • 39 Ibid., p. 68-69.
  • 40 Ibid., p. 223-224.

25Caussidière, dans son récit des événements, souligne que la réaction avait été, sans doute, soigneusement préparée pendant des mois, et l'émeute habilement provoquée afin de servir de prétexte : « Pendant trois heures, le pouvoir abandonna Paris à la révolte, sans qu'aucun ordre fît mouvoir les troupes dont il disposait. Aucune proclamation n'avait été affichée pour calmer le Peuple. Voulait-on donc laisser grandir l'émeute pour anéantir d'un seul coup les travailleurs insurgés ?38 » Au mois d'avril, déjà, les réactionnaires « découvrirent cette fameuse trinité nouvelle, destinée à remplacer la formule : liberté, égalité, fraternité. - L'ordre, la famille, la propriété furent censés menacés par la République et défendus par les hommes de l'ancien régime39. » Lui aussi dénonce la diffusion de mensonges par la presse réactionnaire : « Le bruit courait que la République était menacée ; que l'or de l'étranger fomentait ces troubles ; qu'une quantité de forçats occupaient les barricades ; que le pillage et l'incendie seraient les inévitables conséquences de leur succès. Les gardes mobiles, qui sortaient des barricades de Février, tournèrent leurs armes contre les barricades de Juin, et ensanglantèrent les faubourgs du sang de leurs familles ! [...] La boucherie d'hommes se continua après la victoire », alors que le peuple se battait « seulement pour avoir la réalité d'une République démocratique et sociale40. »

  • 41 Louis Blanc, Pages d'histoire de la Révolution de février 1848, Au bureau du Nouveau Monde, Paris, (...)

26On trouve des remarques très similaires dans l'écrit de Louis Blanc, qui souligne l'état de terreur dans lequel se trouvait l'opinion publique bourgeoisie à Paris pendant les jours qui précédèrent le combat et dans les jours qui les suivirent : « Un moment Paris appartint à des fous furieux41. »

  • 42 Hippolyte Castille, op. cit., p. 72-73.
  • 43 Daniel Stern, op. cit., p. 359.
  • 44 Marc Caussidière, op. cit., p. 222-223.
  • 45 Louis Blanc, op. cit., p. 178-179.

27Finalement, tous ces observateurs concordaient dans la dénonciation du mot d'ordre que les bourgeois parisiens s'étaient donné avant la répression de juin : Il faut en finir. Voici le souvenir de Castille à ce sujet : « Aux vastes interrogations du XIXe siècle, l'égoïsme des hautes classes n'avait pas d'autre réponse que : Il faut en finir 42 ! » ; celui de Stern : « Ces partis voulaient en finir ; et ce n'était pas uniquement avec les ateliers nationaux qu'ils voulaient en finir, c'était avec la révolution, avec la liberté, avec la République43. » Pour en finir une fois pour toutes, rappelle Caussidière, certains proposèrent de faire sauter le faubourg Saint-Antoine : « Il fallait, disaient les plus exaltés, détruire cet arrondissement pour sauver les onze autres44. » Finalement, selon Louis Blanc : « Ayant compté le nombre de soldats dont regorgeait la ville, quelques-uns désiraient le combat, dans l'espoir du triomphe. Leur mot était : “Il faut en finir45 !" »

28Tous ces propos relèvent d'un point de vue commun sur les événements de juin 1848 de la part de ces quatre mémorialistes. Mais ce point de vue n'était pas, bien évidemment, le seul possible : comme on l’a vu, différents courants idéologiques donnèrent lieu à une tout autre interprétation, qui jetait la responsabilité des atrocités de juin sur les agitateurs socialistes et républicains. Parmi les ouvrages de cette tendance dont la diffusion était plus répandue, on peut citer, à titre d'exemple, les écrits du Vicomte de Beaumont-Vassy, de tendance royaliste bien que rallié au bonapartisme, Histoire de mon temps (1855-1858) ; de François Rittiez, Histoire du gouvernement provisoire (1867), tout à fait défavorable aux républicains et aux socialistes ; du conservateur Charles Dunoyer, La Révolution du 24 février (1849). Tous ces textes, et bien d'autres, existaient à l'époque et Flaubert aurait pu aisément les consulter pour ses recherches documentaires. Il l'a fait, peut-être : mais il a choisi de ne pas s'en servir pour ses notes à propos de juin 1848. Au contraire, il utilisa des récits qui étaient liés à une interprétation « de gauche » de ces événements ; cela faisant, il fit sienne — d'une façon plus ou moins consciente — cette interprétation, et, avec son roman, la véhicula ultérieurement.

4- Juin 1848 dans L'Éducation sentimentale

  • 46 Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, op. cit., p. 327.
  • 47 Ibid.
  • 48 Lettre du 29 mai 1852 ; Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 100. Voici la citatio (...)
  • 49 Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, op. cit., p. 345.

29Pour avoir une confirmation de cela, revenons au texte de L'Éducation sentimentale : comme on sait, les journées de juin n'y sont pas directement traitées. Flaubert a choisi de le faire d'une façon elliptique, car le héros du roman, Frédéric Moreau, pendant les jours de l'émeute quitte Paris pour se rendre à Fontainebleau avec sa maîtresse Rosanette. Néanmoins, l'écrivain parsème son texte de références à la montée de la réaction bourgeoise après la révolution de février ; je me bornerai ici à rappeler celles qui sont, à mon avis, les plus saillantes. Avant tout, l'idolâtrie bourgeoise envers la propriété — mise en cause par les socialistes — est présentée par l'écrivain dans ce très célèbre passage : « Alors, la Propriété monta dans les respects au niveau de la Religion et se confondit avec Dieu. Les attaques qu'on lui portait parurent du sacrilège, presque de l'anthropophagie » ; et cela, souligne l'écrivain, « malgré la législation la plus humaine qui fut jamais46 » : singulière appréciation que celle-ci, par quelqu'un comme Flaubert, qui affichait son mépris à l'égard de toute forme de gouvernement. Et il continue : « La France, ne sentant plus de maître, se mit à crier d'effarement, comme un aveugle sans bâton, comme un marmot qui a perdu sa bonne47. » Au printemps de 1848, suivant Flaubert, la bourgeoisie française était déjà prête à se jeter « sous la semelle des bottes » d'un dictateur, pour reprendre l'expression qu'il utilise au lendemain du coup d'état de Napoléon III dans une lettre à Louise Colet48. À la veille de juin, Frédéric, en se trouvant par hasard parmi des gardes nationaux, entend l'un d'entre eux affirmer : « ça ne peut pas durer ! Il faut en finir49 ! » Plus loin dans le texte, Flaubert présente la dissolution des ateliers nationaux, prologue à l'insurrection, de cette façon :

  • 50 Ibid., p. 350.

Ne sachant comment nourrir les cent trente mille hommes des ateliers nationaux, le ministre des Travaux publics avait […] signé un arrêté qui invitait tous les citoyens entre dix-huit et vingt ans à prendre du service comme soldats, ou bien à partir vers les provinces, pour y remuer la terre. Cette alternative les indigna, persuadés qu'on voulait détruire la République. L'existence loin de la capitale les affligeait comme un exil ; ils se voyaient mourant par les fièvres, dans des régions farouches. Pour beaucoup, d'ailleurs, accoutumés à des travaux délicats, l'agriculture semblait un avilissement ; c'était un leurre enfin, une dérision, le déni formel de toutes les promesses. S'ils restaient, on emploierait la force ; ils n'en doutaient pas et se disposaient à la prévenir50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid., p. 370-380.

30À l'exception, bien entendu, de la référence ironique aux « travaux délicats » des ouvriers, dans ce passage du texte Flaubert synthétise l'interprétation donnée à l'émeute par les historiens « démoc-soc » qui étaient ses sources. Par contre, il montre le banquier Dambreuse, qui avait hypocritement adhéré à la république après février, bien soulagé par la nouvelle de l'expulsion de Paris des ouvriers : « Bon voyage ! — dit-il — qu'ils s'en aillent51 ! » Dans le deuxième chapitre de la troisième partie du roman, l'épisode du dîner chez le même banquier offre à Flaubert l'occasion de récapituler bon nombre des lieux communs du discours réactionnaire après juin 1848, tels qu'ils avaient été dénoncés par les mémorialistes démocrates52.

  • 53 Ibid., p. 368.
  • 54 Ibid., p. 368-369.

31Pour ce qui est des massacres commis par les gardes nationaux à la suite de la capitulation des insurgés, après avoir précisé que, dans ces jours-là, « La raison publique était troublée comme après les grands bouleversements de la nature », au point que « des gens d'esprit en restèrent idiots pour toute leur vie53 », Flaubert raconte l'épisode, emblématique en cela, de M. Roque. Après s'être rendu à Paris le 26 juin — c'est-à-dire au moment où désormais l'émeute avait été écrasée par les troupes du général Cavaignac — avec les gardes nationaux de Nogent-sur-Seine, ce prototype du héros-bourgeois de juin 48 avait tiré un coup de fusil sur un prisonnier qui demandait du pain, en le tuant. Revenu à son foyer familial avec l'âme en paix, en y trouvant sa fille Louise bouleversée il éprouvera une forte émotion. « Et comme sa fille le grondait de s'être rendu malade en se tourmentant pour elle, il répliqua : - Oui ! Tu as raison ! Mais c'est plus fort que moi ! Je suis trop sensible54 ! »

5- Conclusions

32Un texte, qu'il soit politique ou littéraire, n'a pas une seule histoire, mais, au moins, deux. Pour cerner la première, il faudrait retracer, comme le recommande Quentin Skinner, les « intentions » de son auteur. De ce point de vue, la signification politique de L'Éducation sentimentale ne peut être saisie que très partiellement ; il faut faire confiance à Flaubert, quand il dit avoir eu l'intention de se montrer équidistant, et également critique, à l'envers des bourgeois et des démocrates de 48. La seconde — et multiple — histoire d'un texte c'est celle de sa réception auprès des contemporains ; et l'on a vu que L'Éducation sentimentale fut interprété par eux comme un roman « subversif », une attaque contre la bourgeoisie française, et cela à cause de la manière dont Flaubert y traite les journées de juin et la réaction qui les suivit — jusqu'au coup d'état de Louis Bonaparte.

  • 55 La première édition allemande complète de ce texte, dont une partie avait été publiée une première (...)

33De ce point de vue on peut affirmer, je crois, que L'Éducation sentimentale prend position au sujet de 48, et ce faisant contribue sinon à former, du moins à perpétuer une certaine image de la Seconde République. Une image dans laquelle ce régime aurait cessé d'exister, au vrai sens du mot, bien avant le coup d'état de 1851 ; la république aurait succombé en juin 1848, quand les bourgeois et les réactionnaires massacrèrent les ouvriers, qui s'étaient insurgés pour de justes raisons. Juin 48 présente sans aucun doute, dans ce grand roman, toutes les caractéristiques d'une « guerre des classes » ; une interprétation des événements qui se rapprochait étrangement de celle qu'avait donnée en 1850 un autre très célèbre témoin de l'époque, Karl Marx, dans l'ouvrage que nous connaissons aujourd'hui sous le titre de La Lutte des classes en France, mais que Flaubert, bien évidemment, ne pouvait pas connaître55.

Haut de page

Notes

1 Voir, parmi les études plus récentes : Dolf Oehler, Le Spleen contre l'oubli, juin 1848. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Payot, Paris, 1996 ; Tanya Winkler, « Le langage politique de Flaubert ou l'Art de la citation », Revue Flaubert, n° 5, 2005, http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue5/winkler.php ; Philippe Dufour, « Flaubert, Tocqueville, la rue », Les Temps modernes, n° 642, février-mars 2007, p. 18-35 ; Savoirs en récits 1. Flaubert : la politique, l'art, l'histoire, sous la direction de Anne Herschberg Pierrot, Presses Universitaires de Vincennes, Vincennes, 2010. Pour une plus ample bibliographie, je me permets de renvoyer à Fausto Proietti, « L'Éducation sentimentale di Gustave Flaubert come testo politico », Storia e Politica, n° 3, septembre-décembre 2012, p. 453-473.

2 Par le nom collectif d’« école de Cambridge », on fait normalement référence aux historiens anglais Quentin Skinner et John G.A. Pocock, dont les grands ouvrages parus dans la décennie 1970 représentent la mise en place d'une méthodologie « contextuelle » pour l'étude de l'histoire des idées politiques. Voir Quentin Skinner, Les Fondements de la pensée politique moderne, Albin Michel, Paris, 2009 (éd. or. 1978) ; John Greville Agard Pocock, Le Moment machiavélien, Presses Universitaires de France, Paris, 1998 (éd. or. 1975).

3 Voir Meaning and Context: Quentin Skinner and his Critics, ed. by J. Tully, Princeton University Press, Princeton, 1989; voir également, en français, Quentin Skinner, La Vérité et l'Historien, Éditions de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2012.

4 Voir Françoise Mélonio, Tocqueville et les Français, Aubier, Paris, 1993, p. 44.

5 Lettre à Louise Colet, 30 août 1846 ; Gustave Flaubert, Correspondance, Gallimard, « La Pléiade », Paris, 1973-2007, t. I, p. 320-321.

6 Lettre du 3 février 1873 ; ibid., t. IV, p. 642.

7 Voir, notamment, Pierre-Joseph Proudhon, Les Malthusiens, Boulé, Paris, 1849. Voir aussi, à ce sujet, Yves Charbití, « Proudhon et le piège malthusien », Cahiers internationaux de sociologie, n° 1, 2004, p. 5-33.

8 Maxime Du Camp, Souvenirs de l'année 1848 : la révolution de février, le 15 mai, l'insurrection de juin, Hachette, Paris, 1876, p. 51.

9 Elle publia un remarquable compte rendu du voyage en Italie qu'elle avait fait au moment où l'unité italienne venait de s'accomplir, en 1861, sous le titre L'Italie des Italiens (Dentu, Paris, 1862).

10 Voir Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., t. I, p. 492-493.

11 Ibid., p. 679. Il faut souligner qu'il n'y a pas d'ouvrage de Comte intitulé Essai de philosophie positive. Par contre, on peut citer au moins deux livres avec ce même titre, et que Flaubert aurait pu connaître : celui du botaniste Louis-Athanase Chaubard (1841), et celui du philosophe Louis Pinel (1845). Cela dit, il me paraît fort probable que ce soit effectivement à un texte de Comte que Flaubert se réfère ici: le Cours de philosophie positive, sans doute.

12 Lettre du 7 octobre 1852 ; Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 168.

13 Lettre du 11 janvier 1859 ; ibid., t. III, p. 4.

14 Ibid., p. 451.

15 Lettre du 2 août 1865, qui contient aussi bien une furieuse invective contre le même Proudhon ; ibid., p. 454.

16 Par l'intermédiaire de George Sand, Flaubert entra même en correspondance avec Barbès. Voir la lettre à George Sand du 6 février 1867 (ibid., p. 603) : « Je vous renvoie la page de ce bon Barbès, dont je connais la vraie biographie, fort imparfaitement. Tout ce que je sais de lui, c'est qu'il est honnête et héroïque. Donnez-lui une poignée de main de ma part, pour le remercier de sa sympathie. »

17 Lettre de Sand à Flaubert du 31 juillet 1868, ibid., p. 783: « Il faut se dire que tous ceux qui avaient une intelligence, ont terriblement marché depuis vingt ans et qu'il ne serait pas généreux de leur reprocher ce qu'ils se reprochent probablement à eux-mêmes […]. Je me fie à toi pour le sentiment du généreux. Avec un mot de plus ou de moins, on peut donner le coup de fouet sans blessure, quand la main est douce dans la force. Tu es si bon que tu ne peux pas être méchant. »

18 À commencer par Adolphe Thiers, le grand défenseur, en 1848, du droit de propriété contre les attaques de Proudhon. Voir ibid., p. 708 (lettre à Jules Duplan, 15 décembre 1867) : « je me réjouis, quant à moi, du triomphe de M. Thiers. Cela me confirme dans le dégoût de ma patrie et la haine que je porte à ce Prudhomme. […] Je me propose, du reste, de l'arranger dans mon roman, quand j'en serai à la Réaction qui a suivi les Journées de juin. J'aurai (dans le second chapitre de ma 3e partie) un dîner où on exaltera son livre sur la Propriété ». Le jugement sur Thiers est encore plus net dans la lettre à George Sand du 18 décembre 1867 (ibid., p. 711) : « rugissons contre M. Thiers ! Peut-on voir un plus triomphant imbécile, un croûtard plus abject, un plus étroniforme bourgeois ! Non ! rien ne peut donner l'idée du vomissement que m'inspire ce vieux melon diplomatique, arrondissant sa bêtise sur le fumier de la Bourgeoisie ! […] Il me semble éternel comme la Médiocrité ! Il m'écrase. […] Les prostituées, comme la France, ont toujours un faible pour les vieux farceurs. »

19 Ibid., p. 770.

20 En ligne: http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/education/es_ces.php.

21 Voir le texte complet du réquisitoire en ligne : http://flaubert.univ-rouen.fr/oeuvres/mb_pinard.php.

22 En ligne: http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/education/es_bar.php.

23 En ligne: http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/education/es_san.php

24 En ligne : http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/education/es_pel.php.

25 Gilbert Guisan, « Flaubert et la Révolution de 1848 », Revue d'Histoire littéraire de la France, nº 2, 1958, p. 183-204.

26 Alberto Cento, Il Realismo documentario nell'Éducation sentimentale, Liguori, Naples, 1967.

27 Ibid., p. 42.

28 Louis-Antoine Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, Degorce-Cadot, Paris, 1868, t. I, p. 174.

29 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, dans Œuvres, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1936, t. II, p. 320-322.

30 À ces sources, il faudrait ajouter le compte rendu de Louis Ménard, que Flaubert ne lit pas dans l'édition en brochure (Prologue d'une révolution, février-juin 1848, Au bureau du Peuple, Paris, 1849), mais dans sa première parution en feuilleton, dans les pages du périodique de Proudhon, Le Peuple, entre 1848 et 1849.

31 Hippolyte Castille, Histoire de la Seconde République Française, Lecou, Paris, 1855, t. III, p. 20.

32 Ibid., p. 89-90.

33 Ibid., p. 221 et suivantes.

34 Daniel Stern, Histoire de la Révolution de 1848, deuxième édition, Charpentier, Paris, 1862, t. II, p. 357.

35 Ibid., p. 357.

36 Ibid., p. 370.

37 Ibid., p. 435.

38 Marc Caussidière, Mémoires de Caussidière, ex-préfet de police et représentant du peuple, troisième édition, Michel Lévy Frères, Paris, 1849, t. II, p. 222.

39 Ibid., p. 68-69.

40 Ibid., p. 223-224.

41 Louis Blanc, Pages d'histoire de la Révolution de février 1848, Au bureau du Nouveau Monde, Paris, 1850, p. 185.

42 Hippolyte Castille, op. cit., p. 72-73.

43 Daniel Stern, op. cit., p. 359.

44 Marc Caussidière, op. cit., p. 222-223.

45 Louis Blanc, op. cit., p. 178-179.

46 Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, op. cit., p. 327.

47 Ibid.

48 Lettre du 29 mai 1852 ; Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 100. Voici la citation dans son intégralité : « je commence sérieusement à admirer le prince-président qui ravale sous la semelle de ses bottes cette noble France. J'irais même lui baiser le derrière, pour l'en remercier personnellement, s'il n'y avait une telle foule que la place est prise ».

49 Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, op. cit., p. 345.

50 Ibid., p. 350.

51 Ibid.

52 Ibid., p. 370-380.

53 Ibid., p. 368.

54 Ibid., p. 368-369.

55 La première édition allemande complète de ce texte, dont une partie avait été publiée une première fois sous forme d'articles en 1850, parut en 1895, après la mort de l'auteur ; la traduction française fut publiée cinq ans plus tard. Voir Karl Marx, La Lutte des classes en France : 1848-1850. Le XVIII Brumaire de Louis Bonaparte, traduit de l'allemand par Léon Rémy, Schleicher Frères, Paris, 1900.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fausto Proietti, « Histoire des idées politiques et sources littéraires : L'Éducation sentimentale dans le contexte des jugements historiques sur Juin 1848 », Flaubert [En ligne], Histoire/Politique/Société, mis en ligne le 18 mai 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1921

Haut de page

Auteur

Fausto Proietti

Università degli Studi di Perugia

Haut de page