Navigation – Plan du site
Ethnocritique de la (dé-)raison graphique

Un huis clos de papier. Du « Livret des Enfants-Assistés » à La Légende dorée.

Véronique Cnockaert

Résumés

Cet article s'intéresse au dossier préparatoire du Rêve et plus particulièrement au dossier sur « Les Enfants Assistés » et aux quelques folios tirés de la lecture qu'a faite Zola de La Légende dorée de Jacques de Voragine (et plus latéralement sa connaissance des articles « Enfant » et « Adoption » du Grand Dictionnaire Universel de Pierre Larousse). L'identité d'Angélique est ainsi fortement soutenue par un ordre administratif (un livret d’élèves) qui va lentement se muer en ordre spirituel et fictionnel puisque la jeune fille se détachant (au sens propre et figuré du terme) de plus en plus de son carnet d'identité rêve sa destinée à travers celle de sainte Agnès. Il s'agit ainsi pour nous de démêler les tensions esthétiques et poétiques que crée au sein du dossier préparatoire d'une part et au sein du roman d'autre part, ce passage de l'administratif au légendaire et qui tire le roman naturaliste vers le scénario hagiographique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Évelyne Bloch-Dano, Madame Zola, Grasset, Paris, 1997, 368 p.
  • 2 Voir Le Rêve, édité par Henri Mitterand, Gallimard, « Pléiade », t. IV, « Étude : Les origines », p (...)
  • 3 Ibid, p. 19.

1Quand Évelyne Bloch-Dano a révélé dans sa biographie d’Alexandrine Zola1, née Meley, que cette dernière, en 1859, et donc bien avant sa rencontre avec le romancier, avait mis au monde une petite fille et l’avait abandonnée quelques jours plus tard à l’Hôpital des Enfants-Trouvés, rue d’Enfer à Paris, Le Rêve a pris une coloration particulière. Rappelons que le 16e roman du cycle des Rougon-Macquart, est l'histoire d'une jeune orpheline, Angélique, recueillie par une famille de brodeurs, les Hubert, qui se perd dans l'imaginaire de La Légende Dorée, et « rêve » d'un devenir édifiant et glorieux à l'image des saintes qu'elle vénère, notamment sainte Agnès. Elle tombe amoureuse d'un jeune noble et réussit à s'en faire épouser — comme dans les contes. Finalement, son rêve se réalise, elle meurt sous la fulgurance de leur premier baiser à la sortie de leurs noces pour rejoindre son époux céleste — comme dans les légendes hagiographiques. La critique avait depuis longtemps osé des rapprochements entre le couple sans enfant des Hubert et le couple « stérile » que forment Alexandrine et Émile Zola2 ; aussi la révélation de cette naissance, qui rendait tout à coup cette stérilité caduque, accentuait davantage les analogies entre les Hubert et les Zola, à savoir que les deux couples portaient le lourd fardeau du souvenir d’un enfant mort. L’acte de naissance de l’enfant, Caroline Meley, ayant été rétabli en 1877, alors que seule la mère était en droit de l’exiger, laisse supposer, comme l’écrit É. Bloch-Dano, que les recherches des Zola pour retrouver l’enfant datent de cette époque ; ce serait du même coup, toujours selon l’auteur, à ce moment qu’Alexandrine aurait pris connaissance du décès de la petite fille survenu à l’âge de trois semaines3. Dix ans plus tard, Zola entamait la rédaction du Rêve.

  • 4 Ce dossier dont la première page indique le contenu (« Enfants assistés ; Tutelle officieuse ; Adop (...)
  • 5 Article « Enfant », Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, vol. 7, pp. 532 (...)

2Tout ceci invitait donc à la relecture du dossier préparatoire du Rêve et plus particulièrement à celle du dossier sur « Les Enfants Assistés »4, même si à la lumière de cet événement traumatique de la jeunesse d’Alexandrine, aucun des documents sur les Enfants Assistés ne laisse percer un investissement plus personnel de Zola. Ce n’est pourtant pas faute de s’être particulièrement livré dans le dossier préparatoire du Rêve ; en effet, ceux qui l’ont lu savent qu’il contient, entre tous les dossiers préparatoires des Rougon-Macquart, une des confidences les plus intimes de l’écrivain ; n’hésitons pas à la lire ou à la relire encore une fois : « Moi, le travail, la littérature qui a mangé ma vie, et le bouleversement, la crise, le besoin d’être aimé, tout cela à étudier psychologiquement » (Ms, NAF, 10.323, f˚ 221-222). Un regard sur ces folios montre clairement que la grande partie des recherches sur le sujet a été menée par Gabriel Thyébaut qui conseillait régulièrement l'écrivain sur des questions juridiques et administratives (10.324, f˚ 167 à 183), alors que celles de Zola (10.324, f˚ 159 à 160) se limitent presque essentiellement à la lecture des articles « Enfant » et « Adoption » du Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse5. Aucune note ne fait référence de près ou de loin aux aléas administratifs qu’ont dû rencontrer les Zola lors de leurs recherches au sujet de la petite Caroline Meley, au point de se demander si Émile Zola, comme le suppose Évelyne Bloch-Dano, y a vraiment participé.

  • 6 Jean-Marie Privat, « Un habitus littératien ? », La littératie autour de Jack Goody dans Pratiques, (...)

3Notre lecture, à partir d'une analyse ethnocritique du dossier sur « les Enfants Assistés » et sur les folios qui résument La Légende dorée de J. de Voragine (10.324, f˚ 1 à 101), veut mettre au jour la place de la lecture et de l'écrit et ses implications esthétiques et poétiques dans Le Rêve. Nous montrerons comment Zola élabore au sein du dossier préparatoire, à partir d'un matériel culturel (administratif et religieux), les habitus « littératiens »6 de la jeune Angélique et comment ceux-ci dirigent sa pensée et forgent son identité.

Première lecture : Le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse

  • 7 Notes tirées des colonnes 3 et 4, ibid., p. 541.
  • 8 Le Rêve, op. cit., p. 820. Notons aussi que Sainte Agnès à laquelle s'identifiera Angélique est fêt (...)

4Ces folios, souvent cités, assez peu commentés, méritent qu’on s’y attarde. Les notes prises par Zola à partir de l’article du Grand Dictionnaire Universel sont rapides, l’écrivain fait une synthèse du décret du 19 janvier 1811, ainsi que des dispositions et prescriptions du Code civil en matière d’abandon d’enfant (10.324, f˚ 159-160)7 ; sur l’adoption et la tutelle officieuse, il retient les questions de législation qui entourent l’âge de l’adopté et de l’adoptant. C’est que ces dernières ont toute leur importance, à preuve ce passage : « Ceux qui adoptent doivent avoir 50 ans passés. Deux époux / pas d’enfants peuvent adopter. Il faut avoir quinze ans de plus que l’adopté et lui avoir, dans sa minorité, pendant 6 ans au moins, fourni du secours. [...] Il faut que le pupille ait moins de quinze ans » (10. 324, f˚ 161) ; ainsi un folio plus loin, nous pouvons lire : « Donc je ne donnerai que 16 ans à Angélique. Hubert, dès qu’il aura eu 50 ans, de concert avec Hubertine, il sera fait nommer tuteur officieux, alors que la jeune fille n’aura pas encore 15 ans révolu. » (324, f˚ 162). Toute la puissance du document sur la fiction est inscrite dans ces quelques lignes. En effet, le texte juridique infléchit ici la chronologie du roman et l’âge des protagonistes ; ainsi nous pouvons remarquer sur la fiche relative au personnage d’Angélique une correction apportée à l’âge de la jeune fille (10.323, f˚ 198) ; pareillement, dans les notes tirées d’un « Livret d’élève des Enfants-Assistés », Zola raie la date de naissance et la date d’admission à l’Assistance publique d’Angélique : le 22 décembre 1850 devient le 22 janvier 1851 et le 24 décembre 1850 devient le 24 janvier 1851 (10.324, f˚ 153). Notons que dans le roman, Zola fait une légère « erreur » de transcription, l’admission d’Angélique est inscrite en date du 23 janvier8.

  • 9 Dans un mot adressé à Gabriel Thyébaut, Zola écrit : « Voici, mon cher Thyébaut, le petit questionn (...)

5Mais si le document possède une force et une influence puissantes sur le devenir du roman, il sert d'abord et toujours la vision de l’œuvre en cours d’élaboration : « Voici donc toute l’histoire. » sont les premiers mots du f° 164 (10.324) ; celui-ci avec les suivants (f˚ 165 à 166) indiquent, avant même que l'écrivain ne reçoive de la part de Thyébaut les réponses à ces questions, les étapes importantes du récit en fonction de la stricte application des quelques notes prises dans le Grand Dictionnaire Universel. Ce premier scénario légal va d'ailleurs servir de matière au dialogue qui va s’établir entre Zola et Thyébaut9.

Dialogue préparatoire

  • 10 Ibid., col. 4.
  • 11 Voir infra, note 16.

6Les différentes interrogations d'ordre administratif et légal que se pose Zola sur les modalités d'adoption et les conditions de placement d'un orphelin de l'Assistance publique seront levées à l'intérieur d'un dialogue préparatoire à la rédaction du manuscrit qu'entretient l'écrivain avec son ami Thyébaut. Par exemple, à la question sur l’abolition des « tours » en 1850 (« Voici donc toute l’histoire. Nous sommes en 1850. Sidonie accouche, ne veut pas garder l’enfant, et envoie la sage-femme, une de ses amies alors, porter la petite fille aux Enfants-Assistés. Par un tour / étaient-ils abolis? » [10.324, f˚ 164]), Thyébaut répond : « En 1850, les tours existaient encore (ils n’ont été supprimés qu’en 1860) ; mais, en même temps qu’eux, fonctionnaient les bureaux d’admission, seuls en usage aujourd’hui. Rien n’empêche donc, le 25 novembre 1850, une sage-femme de présenter un nouveau-né à l’hospice des Enfants-Assistés à Paris, alors rue d’Enfer (aujourd’hui rue Denfer-Rochereau) » (10.324, f˚ 167). Zola était en droit de se poser la question, car le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle ne donne aucune date précise sur le sujet : « Depuis quelques années, un grand nombre de tours ayant été supprimés par suite de la latitude laissée à cet égard aux autorités locales et bien qu’aucune disposition législative n’ait abrogé la loi de 1811, la réception par les tours est remplacée, dans presque toute la France, par la réception des bureaux d’admission, où la personne qui apporte un enfant est questionnée et doit justifier de la nécessité où se trouve la mère ou la famille d’abandonner cet enfant »10. Les quelques folios cités au début révèlent également que Gabriel Thyébaut ne sert pas uniquement d'informateur, il n'hésite pas à reprendre dans ses notes, pas à pas (c'est en quoi nous pouvons parler de « dialogue préparatoire »), le scénario de Zola, peaufinant par le détail chaque étape envisagée par l’écrivain : « Abandon et dépôt » — « Envoi et nourrice » — « Apprentissage à Paris » — Abandon par suite de mort des fleuristes » — « Tutelle officieuse » — « Renseignements pris par le futur tuteur officieux » — « Formalités pour arriver à la tutelle officieuse » — « Mariage » (10.324, f˚ 167 à 168). Suivent des « Notes supplémentaires » sur les procédures d’admission d’un enfant à l’hôpital des Enfants-Assistés, envoyées à l'écrivain en même temps que le livret qu'il réclamait11. Outre cette acquisition, ces « Notes supplémentaires » rectifient certains points donnés dans les notes précédentes : « L’administration peut d’ailleurs être parfaitement fixée sur la condition, légitime ou non, de sa pupille. Et ceci nous amène à rectifier une hypothèse des notes précédentes. "L’enfant, avions-nous supposé, est apporté à l’hospice aussitôt après l’accouchement de la mère, sans que la naissance ait été, au préalable, déclarée à la mairie". Il résulte de nouveaux renseignements recueillis à l’Assistance publique, qu’en 1850, l’enfant n’aurait pas — très vraisemblablement — été reçue aux Enfants-Assistés sans que la sage-femme présentât un acte de naissance. Le motif en est qu’à ce moment, les tours fonctionnaient en même temps que le bureau d’admission, seul en vigueur aujourd’hui. » (10.324, f˚ 180 à 181).

  • 12 Dans son ouvrage sur Le Rêve, Marie Scarpa note que le livret qu'Angélique porte sur elle au début (...)
  • 13 « Premier Plan détaillé », Ms. NAF 10.323, f˚ 7.

7Thyébaut, dans l’ensemble de ses notes, souligne attentivement et avec beaucoup de précaution le caractère exceptionnel ou peu probable de certaines propositions faites par Zola, comme la possession par Angélique de son livret de l’Assistance publique malgré de nombreuses « pérégrinations » d'une famille d'accueil à une autre : « Ces braves gens désirent faire régulariser la situation : on pourra supposer qu’à travers toutes ses pérégrinations la petite fille a conservé le livret dont il a été question plus haut. » (10.324, f˚ 173). Malgré les réserves de Thyébaut, Zola tient à garder cette « invraisemblance » ; c'est que la possession du carnet que l'enfant porte littéralement sur son corps octroie à cet objet un poids symbolique puissant, il suffit pour s'en convaincre de lire ces notes tirées du « Plan » : « j'en arrive au livret qu'Angélique contre sa petite peau12, très grand pour elle — serre de son petit bras engourdi encore. — Enfin <elle l'emporte comme un trésor, comme tout ce qui la rattache au monde> faire que les Hubert aient le livret, qui leur explique tout : nom, date du dépôt, numéro <pas d'acte de naissance, pas de nom> matricule, <père et mère inconnus sans doute> envoi chez la nourrice <certificat>, chez <l'enfant apporté le lendemain seulement de sa naissance. […] »13.

  • 14 Ce dialogue entre Zola et son informateur redit à quel point, au sein du travail zolien, fiction et (...)

8Toutes ces notes vont donc servir, premièrement, à établir le passé d’Angélique, deuxièmement, à circonscrire les procédures à suivre par Hubert, son père adoptif, pour l’établissement de sa tutelle officieuse ; et Zola de profiter de ces recherches menées par son protagoniste pour révéler au lecteur la véritable origine d’Angélique — elle est la fille naturelle de Sidonie Rougon — et d’inscrire, par le fait même, la jeune fille dans l’Arbre généalogique des Rougon-Macquart. Ainsi, dès la fin du second chapitre, le mystère sur sa naissance est levé14.

Du livret de l’Assistance publique à La Légende dorée

9Si le livret d’élève a, dès la lecture des notes de Thyébaut, piqué la curiosité de Zola, c'est que ce document joue un rôle capital dans le roman. En effet, dans une lettre du 17 décembre 1887, que nous retranscrivons dans sa totalité, Zola écrit :

  • 15 Les orphelines recevaient des boucles d'oreilles ou un collier sur lesquels étaient gravées « les i (...)
  • 16 Correspondance, op. cit., lettre 183, p. 223. Thyébaut répond le 19 décembre 1887 : « Je vais me me (...)

« Merci, mon cher Thyébaut, de vos excellentes notes, si complètes, si claires. Et c’est encore moi, pour un autre renseignement.
Vous me parlez d’un livret, qui va m’éviter les boucles d’oreilles15. J’aime mieux l’enfant complètement abandonnée, sans un signe, nue. Le livret, rien autre, c’est administratif et terrible. Mais comment est-il, ce livret, qui va devenir important ? Quel aspect a-t-il, quelle couleur, quelle grandeur ? Et que contient-il au juste ? Ne pourrait-on en avoir un, ce qui serait répondre à toutes mes questions ? Ou, à défaut, ne pourriez-vous vous le faire décrire minutieusement ? L’adresse de la sage-femme dépositaire y est, n’est-ce pas ? L’enfant y est-elle déclarée de père et de mère inconnus ? Dans le cas contraire, je pourrais joindre au livret un extrait de l’acte de naissance. Mais je préférerais n’avoir que le livret, le livret tout seul. — La petite l’aura comme un trésor, et le brodeur n’aura même pas besoin d’aller à l’Assistance pour demander l’adresse de la sage-femme, puisqu’elle sera à la première page. Cela m’évitera une complication, sans parler d’autres avantages, qu’il serait trop long d’expliquer.
Et je mets le comble à mon importunité, en vous demandant une réponse la plus prompte possible, jeudi si vous pouvez venir. Le livret aura sa place dans le premier chapitre. Merci, et bien cordialement à vous. »16

10Pour l'écrivain, le document légal s'avère particulièrement efficace, car il offre ici un raccourci romanesque extraordinaire en condensant en quelques lignes tout le passé de l'enfant, ainsi que le prouve le f° 14 du « Plan » :

Livret d'élève. Description. Ce qu'il contient, et les renseignements qu'il donne. Angélique. Marie La nourrice. Commune <Certificat de baptème (sic) et de vaccine> (2) de la Nièvre. arrond. Les deux changements de placement. [illisible] (2) Devoirs des
patrons — Payements aux nourrices et aux patrons, les Hubert refusent (5). L'acte pour stipulé pour la condition de placement (5) — Visites du Sous-Inspecteur et du médecin, journal pour Angélique, une maladie, le collier rompu, et. (6) — Notes Thyébaut. L'enfant ne peut être apporté que le lendemain, quand la sage-femme peut apporter un acte de naissance — Il est impossible que le nom de la sage-femme soit sur le livret.
Relire les notes de Thyébaut, pour <sur> les Enfants assistés.

  • 17 Le Rêve, op.cit, p. 956.

11Par ailleurs, le livret ne sert pas seulement de carte d'identité, mais aussi de douloureux stigmate de papier, puisque, chaque lecture ramène invariablement Angélique à son origine, à son statut d'enfant abandonné. Le dossier préparatoire montre que Zola tient à cet autoritarisme du livret qui en est un de la loi, mais aussi de l'écriture : « Rappeler le livret, qui est la marque de l'abandon, de la bassesse < ? > d'Angélique. Cela La vue peut l'en ramener à l'humilité. Chaque fois qu'elle le voit, le coup. Hubertine l'a mis dans une armoire de la chambre. » (10.323, f˚ 38). Domination que le roman met largement en scène. Zola n'écrit-il pas : « les boucles d'oreilles sont inutiles, le livret suffit. C'est bien plus administratif » (10.323, f˚ 12) ? Et alors que les parents adoptifs d'Angélique multiplient les efforts pour que le passé de l'enfant s’estompe, le livret, preuve écrite de son malheur, revivifie à ses yeux son origine honteuse : « Un soir, au moment de quitter la maison pour aller rejoindre Félicien, elle songea brusquement à son livret d’enfant assistée, dans la détresse où elle était de ne plus résister à sa passion. Elle le prit au fond du bahut, le feuilleta, se souffleta à chaque page de la bassesse de sa naissance, affamée d’un ardent besoin d’humilité. Père et mère inconnus, pas de nom, rien qu’une date et un numéro, l’abandon de la plante sauvage qui pousse au bord du chemin. [...] C’était le journal de sa misère »17. Cette citation confirme que plus qu'un document légal, le livret est un grimoire qui possède sur la jeune fille le pouvoir de lui dire qui elle est ou n'est pas.

  • 18 Arlette Farge, Le Bracelet de parchemin. L'Écrit sur soi au XVIIIe siècle, Paris, Bayard, « Le rayo (...)
  • 19 Roger Chartier, Au bord de la falaise, Albin Michel, 1990, p. 12. Cité par Arlette Farge, ibid., p. (...)

12Cette vive réaction d'Angélique nous permet de souscrire aux propos d'Arlette Farge qui remarque, au sujet des bracelets de parchemin qui permettaient d'identifier des individus pour la plupart illettrés, que ces documents d'identité (qu'il s'agisse de boucles d'oreilles, de colliers, de bracelets ou de livrets) sont « des aveux de leur vie »18, mais aussi à ceux de Roger Chartier qui note que ces objets ou documents fonctionnent comme une « forme d'exhibition de l'identité »19, l'exemple de la jeune brodeuse en est un probant.

  • 20 Jack Goody entend par là les outils et systèmes qui se rapportent fortement aux activités d'écritur (...)
  • 21 Arlette Farge, op. cit., p. 45.
  • 22 Michel de Certeau, La Fable mystique, Paris, Gallimard, « Tel », 1982, p. 250.
  • 23 François Dagognet, Écriture et iconographie, Paris, Vrin, 1973, p. 108. À cet égard, rappelons que (...)

13Tout ceci par ailleurs indique bien que, dès le départ, l'identité d'Angélique est fortement soutenue par un ordre juridique et administratif qui appartient à ce que l'anthropologue Jack Goody nomme « la raison graphique »20 ; en effet « être identifié, appartenir à un système légitime et en donner la preuve par les papiers que l'on porte, c'est marquer que le corps social est saisi par le droit. »21 Néanmoins, cet ordre juridique et légal va lentement, à partir de la lecture que fera Angélique de La Légende dorée de J. de Voragine, être doublé par un ordre spirituel — et fictionnel, mais toujours scripturaire — puisque la jeune fille, se détachant (au sens propre et au sens figuré du terme) de plus en plus de son livret, rêvera tout d'abord, puis forgera ensuite, sa destinée à travers celle de sainte Agnès, patronne de la chasteté. Ainsi projettera-t-elle, dans sa lecture de La Légende, tout son désir de devenir une autre, mieux, « quelqu'un », le texte hagiographique servant à la jeune brodeuse, pour reprendre la belle expression de Michel de Certeau, d'« "ouvrage" de couture entre le passé et le présent »22. L'écrit est donc à la base de cette étonnante transsubstantation naturaliste. Mais faut-il s'étonner qu'un individu si attaché à son identité légale — identité de papier s'il en est une —, se retourne vers une autre identité, de papier également, bien que mystique ? Livrée toute jeune aux volontés des uns et des autres, Angélique trouve dans l'encadré des pages, un lieu qui circonscrit solidement en premier lieu son origine, en second lieu son devenir, aussi est-elle véritablement un corps d'écriture. En effet si au début du roman, elle porte la lettre sur son corps, nous pouvons dire qu'elle devient avec sa lecture de La Légende « le corps de la lettre ». C'est pourquoi nous reprenons à notre compte l'expression du philosophe et médecin François Dagognet, qui sied parfaitement à la jeune Angélique, que « le corps [est] comme [un] tissu alphabétique »23.

  • 24 Rappelons que l'étymologie du substantif « matricule » appartient à la famille de matrix. Littré pr (...)

14Ainsi, quoique le document légal semble imposer un destin sans éclat, la lecture hagiographique donne les moyens à Angélique de s'en détacher et du même coup de se poser en délinquante face à ce fatum. En effet, à mesure qu'elle lit la vie des Saints et Saintes — qu'elle brode sur les vêtements lithurgiques (notamment la vie de sainte Agnès) —, le livret si influent sur sa manière de se percevoir perd en efficacité symbolique. En se représentant et en s'évertuant à devenir une sainte Agnès contemporaine, la jeune fille s'impose un nouveau cahier des charges, car La Légende dorée se présente comme la nouvelle instance de légitimation. Dès lors, elle se recrée une origine en adoptant une famille spirituelle. En se rapportant à un temps antérieur (le Moyen-âge de La Légende), la jeune fille dilue les marques du présent, mais surtout noie sa propre origine dans les profondeurs d'une autre, plus lointaine encore. Sans autre souche ou matrice qu'un matricule24 sur un livret d'élève des Enfants Assistés, elle intègre à force de lecture et de conviction une lignée dont la naissance se perd dans les profondeurs de l'histoire (mais depuis Balzac, on le sait, les destinées se forgent à coup de « vouloir » et de « pouvoir » à l'intérieur desquelles le dire engage le faire).

15Cette manière de faire n'est pas sans rappeler la définition inspirée des travaux de Freud sur le « roman familial » que donne Marthe Robert de l'« Enfant trouvé » qu'elle différencie, on s'en souvient, du « Bâtard » :

  • 25 Marthe Robert, En haine du roman. Étude sur Flaubert, Paris, Livre de poche, « biblio essais », 198 (...)

L'enfant trouvé « a tout le loisir de se choisir une famille digne de ses ambitions effrénées, il peut à son gré se dire fils d'un seigneur, d'un roi ou de n'importe quel personnage éminent qui viendra un jour lui restituer sa fortune et son rang. Dès l'instant que rien ne le retient plus dans le cercle étroit de sa parenté, celui qui se qualifie lui-même d'enfant trouvé voit s'ouvrir devant lui des possibilités infinies, il a la liberté totale qui caractérise les héros de légende et les demi-dieux des mythologies »25.

  • 26 Soulignons que lorsque la jeune fille apprend par son père adoptif que sa mère biologique est morte (...)

16Dans le cas d'Angélique, la mutation d'enfant abandonné en avatar de sainte Agnès est certainement rendue possible par le fait que le livret qui n'offre que date et matricule, délivre en grande partie — quoique en l'accablant au départ — la jeune fille de la tyrannie d'un scénario héréditaire dont on connaît en régime zolien le poids en termes de fatalité26. Les nombres, codes et dates possèdent une neutralité qui, si elle peut tuer l'identité, peut également favoriser l'abandon du sens que ces structures non discursives sont censées détenir, et devenir, en tant que réceptacles impersonnels au départ, celui du rêve. L'absence d'affect inscrit au cœur de cette neutralité numérale autorise, pour celle qui cherche un autre sens que celui inscrit, un déploiement de l'imagination afin de combler ce vide.

17Par ailleurs, si Zola abandonne le collier et les boucles d'oreilles au profit du livret comme marque de la déréliction d'Angélique, c'est que le livret par la nature commune qu'il partage avec le livre (papier, écriture) facilite la mutation « scripturaire » d'enfant trouvée en sainte. Ajoutons que si, comme nous l'avons vu plus haut, le livret s'associe métonymiquement à une seconde « peau », alors le geste de s'en délivrer (c'est-à-dire ne plus être dominé par la loi qu'il incarne) évoque celui sacrificiel que joue symboliquement les pénitentes lors de leurs vœux religieux :

  • 27 Religieuses de Sainte-Marie-Madelaine, [31], 1832, p. 59. Cité par Odile Arnold, Le Corps et l'âme. (...)

[…] comme dans l'ancienne loi la victime qui devait être immolée était premièrement dépouillée de sa peau, ainsi les sœurs qui désirent offrir et vouer leur personne à Dieu dans la sainte profession doivent dépouiller leur cœur de toute affection pour le monde, se souvenant que Notre Seigneur voulut s'offrir pour nous à Dieu son Père sur l'arbre de la croix, nu et dépouillée de tout27.

  • 28 Nous faisons nôtre l'expression de P. Bourdieu (Choses dites, « Lectures, lecteurs, lettrés », Pari (...)

18Angélique se « dépouille » donc du livret — et par ricochet de son passé — pour embrasser un nouveau destin légendaire ; il ne faut cependant pas se leurrer, elle passe d'un « dressage littératien »28 à un autre et Le Rêve et la correspondance entre Zola et Thyébaut ne cessent de souligner que le travail identitaire obéit implacablement à une logique et une économie scripturaire.

La Légende dorée : un « roman » d'éducation

  • 29 Ms, NAF, 10.324, f˚ 1 à 101.

19La lecture des notes tirées de La Légende29 donne quelques éléments de réponse sur le pouvoir tout à fait fulgurant, mais aussi particulier que ce texte a eu sur la jeune brodeuse. Zola écrit :

La Légende dorée, doit être intimement liée à l'éducation d'Angélique. Elle emplit donc le chapitre II. Pour l'ordre je prendrai : 1˚ Les saints et les saintes, naissance, ‹abst› abstinence, ensemble / 2˚ Les diables, pour leurs opposer et établir la lutte du bien et du mal, (hérédité chez Angélique et du milieu.) / 3˚ les supplices des martyrs et les miracles qui en proviennent. / 5˚ — les bêtes, pour l'amusement 4˚ les Comiques, pour faire rire Angélique enfant. (10.324, f˚ 2).

20Dans le « Plan détaillé », on peut lire ce programme quasi à l'identique, avec en plus l'indication fondamentale pour nous sur le rapport d'équivalence établi entre La Légende et le roman :

  • 30 Ibid., f˚ 22.

Alors les grandes divisions faites par moi de la légende : — Les saints — Les diables — Et la bataille entre eux, dans les supplices des martyrs et les miracles qui en résultent — les bêtes et le comique — Spécialement pour l'animer comme des romans, la légende des Sept Dormants et de Saint Clément. Là j'interromps la légende pour la 1ere communion » (10.323, f˚ 21-22), puis plus loin « Et la voici pubère, indiquer qu'elle est femme. Et les vierges alors : Sainte Élisabeth pour l'humilité, Sainte Agnès pour la chasteté — Citation en vieux langage — Et Sainte Catherine, la sage, et toutes les autres vierges en un morceau. Excellence de la virginité.30 (10.323, f˚ 22).

  • 31 Le Rêve, op. cit., p. 827.
  • 32 Ibid., p. 868.
  • 33 Jean Bellemin-Noël, op. cit., p. 153.
  • 34 Le Rêve, op. cit., p. 828.
  • 35 Ibid., p. 835.

21La lecture de La Légende dorée transformée à la manière d'un roman, offre donc à l'écrivain le canevas éducatif d'Angélique ; aussi le texte hagiographique servira-t-il, au sens fort du terme, à la jeune fille de « roman » d'éducation, mais quelle éducation ! Et alors que les Hubert font le choix de ne pas envoyer l'enfant à l'école par crainte des mauvaises fréquentations31, le chapitre II donne à lire un étonnant programme mystique qui déporte la jeune fille dans un monde de passion charnelle et d'atrocités : « N'était-ce pas la grâce, ce milieu fait des contes qu'elle savait pas cœur, de la foi qu'elle y avait bue, de l'au-delà mystique où elle baignait […] ? Il l'armait pour le combat de la vie, comme la grâce armait les martyrs. Et elle le créait elle-même à son insu : il naissait de son imagination échauffée de fables, des désirs inconscients de sa puberté »32. Ce chapitre livre ce que retient la jeune fille de La Légende, ses préférences et ses vierges de prédilection, il laisse cependant perplexe quant au message pédagogique délivré, tant les miracles, mais surtout les supplices s'accumulent. Les f˚ 35 à 65 (10.324) qui récapitulent les notes de lecture faites par Zola de La Légende ne montrent pas autre chose, tortures et horreurs rivalisant de cruauté, alors que La Légende comme le projette Zola dans le « Plan » doit servir à redresser l'âme de l'enfant. On se demande néanmoins — hormis, comme le souligne Jean Bellemin-Noël, la satisfaction « d'un érotisme qui associe perversions et perversité »33 — ce qu'Angélique pourra bien tirer de cette exploitation répétée de la barbarie humaine, si ce n'est en effet une exaspération de sa « soif du châtiment »34 : « À ces lectures, Angélique s'émerveillait. Tant d'abominations et cette joie triomphale la ravissaient d'aise, au-dessus du réel. »35

  • 36 Ibid., p. 834.
  • 37 Dans le roman, une phrase mentionne l'égalité des saints entre eux : « il y a des évêques et des mo (...)
  • 38 Jack Goody, « Que contient une liste ? », op. cit., p. 140-196.
  • 39 François Dagognet, op. cit.
  • 40 Michel de Certeau, L'Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, « folio essais », (...)
  • 41 Zola rejoue ou pousse encore plus loin la logique du récit hagiographique qui coupe « les saintes d (...)
  • 42 Pierre Mabille, Thérèse de Lisieux, Paris, Éditions Allia, 1996, p. 32.
  • 43 Sur la construction identitaire d'Angélique, voir notre article, « De la légende moderne à La Légen (...)
  • 44 Ce qui permet à Angélique de dire à sa mère adoptive qui la trouve folle de prétendre à un mariage (...)

22Dans le dossier, afin de résumer La Légende, Zola établit une liste des saints et saintes, qui suit l'ordre proposé dans le livre, sa lecture s'attachant essentiellement aux tortures qu'ils et elles subissent. L'organisation de la liste se fait donc en fonction d'un dénominateur commun : la souffrance charnelle par l'épreuve qui promet une rédemption totale (« Et la souffrance ne compte pas, les saints restent pleins de mépris, ont une hâte, une allégresse à souffrir davantage »36). On pourrait se questionner sur la fascination quelque peu morbide que les supplices opèrent sur l'écrivain, néanmoins on notera que l'intérêt de ce critère de sélection, celui de la douleur, estompe — voire élude — d'autres particularités, notamment celles de classes sociales (à deux exceptions près)37. On le sait, le corps d'un individu, aussi sanctifié soit-il, est toujours un corps socialement inscrit, les récits hagiographiques insistent d'ailleurs sur le fait qu'un tel ou une telle a quitté son rang social et abandonné le confort de sa vie matérielle pour une plus austère, faite de prières, d'abnégation et de pauvreté. Les notes en forme de liste que prend Zola disloquent les récits hagiographiques (linéaires) produisant dès lors un cadrage particulier qui donne la primauté aux tortures. Ce pouvoir de la prise de notes, ou de la liste comme manière de transformation et de création, a été longuement développé par J. Goody38, mais aussi F. Dagognet39. Michel de Certeau a plusieurs fois souligné l'aspect profondément créateur de la lecture — et les folios qui résument La Légende sont le résultat visible d'une lecture particulière et personnelle —, selon lui, le lecteur « invente dans les textes autre chose que ce qui était leur « intention ». Il les détache de leur origine (perdue ou accessoire). Il en combine les fragments et il crée de l'in-su dans l'espace qu'organise leur capacité à permettre une pluralité indéfinie de significations. »40 En éradiquant l'origine sociale des saints, Zola réécrit le récit hagiographique, mais surtout facilite chez l'enfant trouvée l'oubli de sa propre origine, si trouble et si honteuse. Ce système classificatoire qui propose un aplatissement du corps social41 au profit d'une souffrance extatique comme passeport pour rejoindre la famille des saintes, donne la possibilité à Angélique de se rêver « autre », de quitter la loi des hommes pour celle de Dieu. Ainsi, la lecture de ces supplices corporels, véritable théâtre de la cruauté avant l'heure, ne cessera pas de rappeler à Angélique (mais aussi au lecteur qui en sait davantage sur les origines de l'enfant que l'enfant elle-même) qu'elle n'est en rien dominée par un destin biologique, chaque miracle prouvant que l'esprit l'emporte invariablement sur le corps. Pour reprendre une formule radicale de Pierre Mabille à propos des jeunes filles qui se tournent vers la vie religieuse, nous pourrions dire qu'effectivement dans le cas d'Angélique « L'espèce échoue au profit du mythe »42, plus précisément de la légende. C'est redire à quel point le personnage principal obéit essentiellement à une logique littératienne, l'appropriation de son identité se faisant par la lecture43. Et quoique la lecture du livret, puis celle de La Légende sont génératrices d'une manière de désordre (masquage des origines et sentiment de déréliction s'agissant du livret, saut dans le « rêve » et refus de croire au fatum social s'agissant de La Légende)44, elles « réordonnent » le destin d'Angélique.

23Toute cette question de la lecture et de la réécriture de La Légende par Zola en soulève une autre. En soulignant dans ses notes, avec force détails, le calvaire enduré par les saints et leur capacité à s'en réjouir, l'écrivain mime-t-il la posture que lui et nombre de ses contemporains pensaient inévitable chez les jeunes lectrices qui semblaient ne retenir de leurs lectures religieuses que la suavité latente qui s'en dégage pour s'en servir comme d'un tremplin à leurs aspirations sexuelles, ou voit-il réellement dans l'étalage de ce masochisme exalté (et exaltant) l'élaboration d'un programme éducatif ? Difficile de répondre, mais cette suspension interrogative permet cependant d'interroger la figure de l'auteur en « pédagogue », car les notes, faut-il le redire, ne cessent d'insister sur le fait que La Légende « doit être intimement liée à l'éducation d'Angélique » (10.324, f˚ 2). Zola établit donc dans le dossier préparatoire ce que la jeune brodeuse doit en lire, du même coup il contrôle la lecture que fera son personnage et se pose en « maître d'école » invisible, mais oh ! combien présent. La connaissance des notes nous instruit sur le texte lu par la jeune fille, qui est moins La Légende dorée, que La Légende dorée lue par Zola. Le texte auquel a accès Angélique en est un parcellaire, tronqué, découpé par une première lecture, celle du « maître » de Médan. À partir du texte hagiographique, Zola en construit un autre, définitivement plus naturaliste tant le corps y domine, afin d'induire des conduites et des réactions chez Angélique.

La jouissance comme mode d'emploi

  • 45 « Angélique, raidie de colère autrefois, lorsqu'on lui faisait laver la cuisine, s'ingéniait mainte (...)
  • 46 Michel de Certeau, La Fable mystique, Paris, Gallimard, « tel », 1982, p. 271.
  • 47 Daniel Fabre, « Lettrés et illettrés. Perspectives anthropologiques » dans Illettrismes, sous la di (...)
  • 48 Le Rêve, op. cit., p. 831.

24Car dans ce roman, la puissance du livre mystique ne procède pas que du pouvoir de l'esprit sur le corps. Revenons sur cette fascination proprement érotique que la lecture des supplices a sur la jeune fille — et sur Zola ; le découpage qu'il réalise reflète aussi ses fascinations. Nous avons vu que cette lecture accentue chez la jeune brodeuse, tout au moins au début, les troubles charnels propres à l'époque de la puberté. Aussi la jouissance que semble procurer la douleur à chaque sainte qui en fait l'expérience est-elle puissamment espérée par Angélique qui, dès lors, se soumet à toutes les taches domestiques jusque-là détestées45. Faible délectation morose, on en conviendra, mais geste performatif qui permet à la jeune fille de se rapprocher de ces héroïnes livresques. Comme le soutient Michel de Certeau, « le plaisir (comme la douleur) est une marque de l'autre […]. Écriture illisible puisqu'elle ne se détache pas de qui la sent, mais écriture qui certifie par le plaisir l'altération en quoi consiste l'ex-istence. »46 Angélique est possédée par toutes ces « autres » que sont les saintes rencontrées durant ses lectures, et par sainte Agnès en particulier. Aussi, la remarque de l'anthropologue Daniel Fabre qui soutient que la lecture d'un livre s'apparente peu ou prou à une « invasion du corps par un "autre" »47 nous semble tout à fait pertinente. Toute cette mise en scène de l'extase mystique octroie à La Légende un pouvoir particulier sur la jeune fille, car il réveille ses sens, c'est pourquoi « [s]es quelques livres classiques, si secs et si froids, n'existaient plus. Seule La Légende la passionnait, la tenait penchée, le front entre les mains, prise toute, au point de ne plus vivre de la vie quotidienne, sans conscience du temps regardant monter, du fond de l'inconnu, le grand épanouissement du rêve. »48 « Prise toute » : l'expression est éloquente ; La Légende est à la fois un livre d'encre et de chair. Zola, en ne retenant de sa propre lecture de cet ouvrage que les supplices et les miracles, a bien deviné le poids que pourrait avoir cette jouissance sur la transformation identitaire de son personnage : puisque les saintes sont métamorphosées par la douleur, Angélique le sera par l'écriture de celle-ci. Et c'est bien ce qui différencie la seconde des premières, la seule pointe qui la transpercera sera celle de l'écriture, qui — Zola le sait — est très certainement celle qui marque le mieux le corps et l'âme à la fois.

  • 49 Pour reprendre le titre de l'ouvrage de Marie Scarpa, op. cit.

25Si effectivement le ravissement et l'extase dus aux supplices et à la souffrance, sont largement affichés dans le roman, force est de constater que dans la litanie des tortures exposées « à froid » par Zola dans les notes, aucune mention n'en est faite. C'est donc bien le roman qui prend en charge la « jouissance », celle des saintes et celle de la jeune fille, et c'est aussi à partir de celle-ci qu'est recomposée — « comme un roman » — La Légende. L'ensemble du chapitre II témoigne que l'extase, par et dans la douleur, est un des liens qui unit puissamment Angélique aux saintes. Cette union fantasmée dans une souffrance commune, qui procède par identification imaginaire, est un des moteurs de la construction de son identité. Néanmoins, d'un point de vue pédagogique, il faut admettre à la suite de Marie Scarpa qui en fait la large démonstration dans son ouvrage, que si la jeune Angélique se rapproche sensiblement des saintes qu'elle admire, elle ne deviendra par contre jamais « femme » au sens culturel du terme, qui est pourtant le programme narratif premier du roman : « Je prends une jeune fille et je raconte ses amours et son mariage. » C'est un fait que du point de vue narratif, le programme est complété, mais du point de vue du scénario culturel, c'est un fiasco, puisque Angélique meurt le jour de ses noces, restant à jamais « une éternelle jeune fille »49. En revanche, du point de vue fantasmatique et onirique, la jeune brodeuse atteint son objectif, elle rejoint (du moins le croit-elle) dans la mort la famille des saintes. Ainsi, vue sous l'angle de l'initiation et de l'efficacité rituelle, Angélique ne passe pas, elle reste vierge, elle n'est pas agrégée en tant que « femme » ; cependant par une volonté hors du commun, elle a réussi à agir sur son environnement, plus encore elle a eu la mort qu'elle espérait, une mort légendaire, digne d'une sainte, une mort rêvée ! Le lien entre lecture et jouissance nous apparaît central dans ce devenir clivé d'Angélique. En effet, la lecture de La Légende offre à la jeune fille une enveloppe culturelle nouvelle, arme puissante qui l'éloigne de ses origines, mais en même temps la plonge dans un monde d'extase et de plaisir individuel qu'elle fera sien, à sa manière. On le sait, « la carte n'est pas le territoire » et l'inscription du texte hagiographique chez Angélique se fera à travers une recherche perpétuelle de jouissance tout à fait personnelle, mais bien ordonnée (travaux divers, charité, quête d'un prince, maladie). L'imaginaire symbolique (religieux et social) et le plaisir individuel, prennent appui ici sur le texte hagiographique, garant de la coutume et de la culture (même après révision zolienne), et aussi de la jouissance de la jeune fille (qui pour elle est une forme de déjà-là de la mort à venir et espérée). Dans tous les cas, Angélique est invariablement sous influence textuelle…

  • 50 http://gallica.bnf.fr/dossiers/html/dossiers/Zola/

26Et Zola également. Chantal Pierre a noté que la lecture de La Légende avait été essentielle dans l'élaboration du roman et des personnages. « Zola, après s'[y]être plongé […], décida in extremis de redonner aux personnages et au décor de son roman une configuration religieuse »50, alors qu'il envisageait plus tôt un milieu laïc. Méthode pédagogique pour Angélique, La Légende organise aussi la pensée du romancier, c'est en quoi le texte hagiographique donne au Rêve sa tournure particulière À certains égards, il n'y a pas à s'étonner de cette influence de La Légende sur la facture du roman, ne sont-ils pas l'un et l'autre mus par la volonté de faire croire ?

27Un indice. Les dispositifs génétique et romanesque en jeu ici, sont intimement liés dans une procédure particulière divisée en trois temps qui vise l'adhésion d'Angélique à la légende religieuse en tant que proposition formatrice, c'est-à-dire en tant que texte qui doit être lu (legenda) et su :

281. La coupure. Ou coupe opérée dans le texte de La Légende dorée par le romancier qui n'en retient que les éléments qui lui paraissent susceptibles de servir à l'éducation d'Angélique. Ce geste transforme les « Notes » en creuset originel (elle déclassent l'original), celui auquel se rapporte l'écrivain en cours de rédaction.

292. La liste. L'organisation des saints en liste révèle d'emblée le caractère systématique des supplices et des miracles. Dans La Légende dorée, c'est d'ailleurs cette « standardisation » qui permet de quitter le caractère individuel pour une forme d'universalité de l'expérience mystique, chaque saint, quel qu'il soit, se perdant dans l'Expérience divine. Une des clés de l'efficacité pédagogique de la liste zolienne se tient là : en déshabillant les récits hagiographiques de données trop personnelles et historiques pour n'en garder que les tortures et les miracles, la liste accentue encore davantage l'impression d'universalité qui finira par faire autorité sur Angélique.

303. La représentation. Plus que les récits hagiographiques réécrits à nouveaux frais par Zola dans le roman, c'est essentiellement Angélique qui incarne, au sens fort du terme, La Légende dorée. Par identification imaginaire, la jeune fille incorpore le texte et en devient la représentante. Sûrement est-ce la raison pour laquelle ses traits physiques, nets dans la fiche « personnage », s'estompent par dissémination dans le roman : Angélique est définitivement un texte plus qu'un visage. C'est que la description physique apparaît plus individuelle qu'une attitude. En revanche, Zola comprend que la jeune fille a besoin au milieu de tous ces saints et saintes d'un point d'identification, aussi donne-t-il la préférence à sainte Agnès qui deviendra, aux yeux de la jeune fille, le parangon absolu de la « Sainte ». Et pour cause, Patronne des vierges, sainte Agnès est, symboliquement et scripturairement parlant, la page blanche par excellence.

  • 51 Même la cathédrale qui domine la maison des Hubert apparaît comme un immense livre de pierre ; pens (...)

31Aussi est-il possible de dire que Le Rêve est un véritable huis clos de papier51. Entre le livret et le livre, tous deux représentants d'une institution et fournisseurs d'identité, et posés comme origine, Angélique est écrite et s'écrit. Entre les notes de Thyébaut et les « Notes » tirées de La Légende, le dossier préparatoire révèle que le roman s'écrit également à l'intérieur d'une double configuration institutionnelle et mystique qui sert à fonder l'identité de la jeune fille tout autant que la nature du Rêve. Notre analyse de quelques folios du dossier préparatoire qui s'est attachée à saisir la place qu'y occupe la lecture et l'écriture, permet de saisir à quel point Zola unit ici, par un syncrétisme propre au roman qui fabrique du réel en fabriquant du rêve, le laïc et le religieux.

32Et l'énoncé programmatique, « la vie n'est qu'un rêve » plusieurs fois répété par l'écrivain dans le dossier préparatoire, pourrait tout aussi bien se lire comme suit : « la vie n'est qu'un texte » ou pour reprendre le titre célèbre du film de Resnais, « la vie est un roman ». Le roman où, quoique le légal et le mystique paraissent à première vue concurrents (la loi des hommes contre la loi de Dieu), les deux instances, parce que soutenues par un médium identique — l'écriture —, réussissent néanmoins à occuper une place stratégiquement similaire (d'un pôle à l'autre), dans la construction du personnage d'Angélique.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Évelyne Bloch-Dano, Madame Zola, Grasset, Paris, 1997, 368 p.

2 Voir Le Rêve, édité par Henri Mitterand, Gallimard, « Pléiade », t. IV, « Étude : Les origines », p. 1630.

3 Ibid, p. 19.

4 Ce dossier dont la première page indique le contenu (« Enfants assistés ; Tutelle officieuse ; Adoption ; Notes Thyébaut », Ms, NAF 10.324, f˚ 152) se constitue en effet des Notes tirées d’un « Livret d’élève des Enfants-Assistés (Administration Générale de l’Assistance publique) » (10.324, f˚ 153 à 158), des notes sur les « Enfants trouvés ou assistés » (10.324, f˚ 159 à 163), suivies de leur application à l’histoire d’Angélique (10.324, f˚ 164 à 166) et des « Notes de Thyébaut » (10.324, f˚ 167 à 183). Sur le serveur Gallica de la Bibliothèque Nationale de France se trouve un dossier consacré entièrement à ce roman, où sont mis en ligne le dossier préparatoire intégral, le manuscrit, une étude de sa réception et une bibliographie (http://gallica.bnf.fr/zola/).

5 Article « Enfant », Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, vol. 7, pp. 532-556. Sur les Enfants assistés plus spécifiquement, voir p. 539, col. 4, p. 540, p. 541, col. 1. Voir également l'article « Adoption », Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, 1er supplément, t. XVI, p. 46, col. 1 et 2 (l’article « Adoption », assez succinct, du premier tome renvoie au supplément).

6 Jean-Marie Privat, « Un habitus littératien ? », La littératie autour de Jack Goody dans Pratiques, décembre 2000, no 131-132.

7 Notes tirées des colonnes 3 et 4, ibid., p. 541.

8 Le Rêve, op. cit., p. 820. Notons aussi que Sainte Agnès à laquelle s'identifiera Angélique est fêtée le 21 janvier.

9 Dans un mot adressé à Gabriel Thyébaut, Zola écrit : « Voici, mon cher Thyébaut, le petit questionnaire. Mille excuses pour la peine que vous allez vous donner, et mille remerciements à l’avance » (Paris, 9 décembre 1887), Correspondance, éditée sous la direction de B. H Bakker, Les Presses de l’Université de Montréal / CNRS, t. VI, 1987, lettre 177, p. 217. Gabriel Thyébaut (1854-1922) est docteur en droit. Il rencontre Zola en 1879 et devient rapidement le conseiller juridique des écrivains naturalistes (Zola, Huysmans, Céard). Il fait partie des intimes de la famille Zola.

10 Ibid., col. 4.

11 Voir infra, note 16.

12 Dans son ouvrage sur Le Rêve, Marie Scarpa note que le livret qu'Angélique porte sur elle au début du roman, étant de couleur rose « semble faire corps avec l'enfant, il est comme une seconde peau » (L'Éternelle jeune fille. Une ethnocritique du Rêve de Zola, Paris, Honoré Champion, 2009, p. 154).

13 « Premier Plan détaillé », Ms. NAF 10.323, f˚ 7.

14 Ce dialogue entre Zola et son informateur redit à quel point, au sein du travail zolien, fiction et document s'épousent, comme cette remarque de Zola tirée du Roman expérimental le confirme : « [l]e plan de l’œuvre […] est apporté par ces documents eux-mêmes, car il arrive que les faits se classent logiquement, celui-ci avant celui-là ; une symétrie s’établit, l’histoire se compose de toutes les notes prises, l’une amenant l’autre, par l’enchaînement même de la vie des personnages, et le dénouement n’est plus qu’une conséquence naturelle et forcée. » (« Du roman » dans Le Roman expérimental dans Œuvres complètes, édition établie sous la direction d'Henri Mitterand, Cercle du livre précieux, 1962-1969, t. X, p. 1286).

15 Les orphelines recevaient des boucles d'oreilles ou un collier sur lesquels étaient gravées « les indications nécessaires pour faire reconnaître l'enfant » (10.324, f˚ 160) ; le f˚ 164 (10.324) donne l'indication suivante : « La sage-femme déclare père et mère inconnus, donne son nom pourtant, et laisse un signe : Angélique Marie et la date 25 novembre 1850. cela est grossièrement gravé sur les deux boucles d'oreilles d'argent, des sortes de sequins ». Zola, comme il en fait part à Thyébaut, va abandonner les boucles d'oreilles et le collier au profit du livret.

Sur l'emploi des « bijoux-identité », voir l'ouvrage d'Arlette Farge, Le Bracelet de parchemin. L'écrit sur soi au XVIIIe siècle, Bayard, 2003.

16 Correspondance, op. cit., lettre 183, p. 223. Thyébaut répond le 19 décembre 1887 : « Je vais me mettre immédiatement à l’œuvre pour avoir le petit renseignement que vous me faites l’honneur de me demander ; j’espère bien me procurer un livret. Nous causerons de tout cela jeudi prochain, si vous le voulez bien. » (Inédite. Collection Jean-Claude Leblond-Zola, cité par Henri Mitterand, dans Le Rêve, op. cit., p. 1664, note I de la page 821).

17 Le Rêve, op.cit, p. 956.

18 Arlette Farge, Le Bracelet de parchemin. L'Écrit sur soi au XVIIIe siècle, Paris, Bayard, « Le rayon des curiosités », 2003, p. 11.

19 Roger Chartier, Au bord de la falaise, Albin Michel, 1990, p. 12. Cité par Arlette Farge, ibid., p. 18.

20 Jack Goody entend par là les outils et systèmes qui se rapportent fortement aux activités d'écriture, de lecture et de calcul (La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, J. Bazin et A. Bensa, Paris, Minuit, 1979).

21 Arlette Farge, op. cit., p. 45.

22 Michel de Certeau, La Fable mystique, Paris, Gallimard, « Tel », 1982, p. 250.

23 François Dagognet, Écriture et iconographie, Paris, Vrin, 1973, p. 108. À cet égard, rappelons que la jeune fille brode — au sens propre — la vie des saints qui l'enchantent, et dans ce geste, aussi sa vie — au sens figuré.

24 Rappelons que l'étymologie du substantif « matricule » appartient à la famille de matrix. Littré précise =  Lat. matricula, registre, dérivé métaphorique de mater, mère.

25 Marthe Robert, En haine du roman. Étude sur Flaubert, Paris, Livre de poche, « biblio essais », 1982, p. 39-40. Sur Angélique et son « roman familial », voir aussi J. Bellemin-Noël, Interlignes. Essais de Textanalyse, Lille, Presses Universitaires de Lille, « Objet », 1988.

26 Soulignons que lorsque la jeune fille apprend par son père adoptif que sa mère biologique est morte, elle ressent un immense soulagement.

27 Religieuses de Sainte-Marie-Madelaine, [31], 1832, p. 59. Cité par Odile Arnold, Le Corps et l'âme. La vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, Seuil, « UH », 1984, p. 148.

28 Nous faisons nôtre l'expression de P. Bourdieu (Choses dites, « Lectures, lecteurs, lettrés », Paris, Éditions de Minuit).

29 Ms, NAF, 10.324, f˚ 1 à 101.

30 Ibid., f˚ 22.

31 Le Rêve, op. cit., p. 827.

32 Ibid., p. 868.

33 Jean Bellemin-Noël, op. cit., p. 153.

34 Le Rêve, op. cit., p. 828.

35 Ibid., p. 835.

36 Ibid., p. 834.

37 Dans le roman, une phrase mentionne l'égalité des saints entre eux : « il y a des évêques et des moines, des vierges et des prostituées, des mendiants et des seigneurs de race royale, des ermites nus mangeant des racines, des vieillards avec des biches dans des cavernes. », ibid., p. 831.

38 Jack Goody, « Que contient une liste ? », op. cit., p. 140-196.

39 François Dagognet, op. cit.

40 Michel de Certeau, L'Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, « folio essais », 1990, p. 245.

41 Zola rejoue ou pousse encore plus loin la logique du récit hagiographique qui coupe « les saintes de leurs origines "humaines" » (Marie Scarpa, op. cit. p. 155).

42 Pierre Mabille, Thérèse de Lisieux, Paris, Éditions Allia, 1996, p. 32.

43 Sur la construction identitaire d'Angélique, voir notre article, « De la légende moderne à La Légende dorée. Quand rêver c'est refaire », Études littéraires, vol. 37, 2, 2006, p. 151-167.

44 Ce qui permet à Angélique de dire à sa mère adoptive qui la trouve folle de prétendre à un mariage riche, étant donné sa condition : « Ah! Oui, je l'épouserais !… Puisqu'il aurait de l'argent, lui, à quoi bon en avoir, moi ? Je lui devrais tout, je l'aimerais bien plus. », Le Rêve, op. cit., p. 855.

45 « Angélique, raidie de colère autrefois, lorsqu'on lui faisait laver la cuisine, s'ingéniait maintenant à des besognes basses, quand elle se sentait tourmentée du besoin de domination. Enfin, plus que Catherine, plus qu'Elisabeth, plus que toutes, une sainte lui était chère, Agnès , l'enfant martyre. », Le Rêve, op. cit., p. 840.

46 Michel de Certeau, La Fable mystique, Paris, Gallimard, « tel », 1982, p. 271.

47 Daniel Fabre, « Lettrés et illettrés. Perspectives anthropologiques » dans Illettrismes, sous la direction de Béatrice Fraenkel, Centre Georges Pompidou, « Bibliothèque publique d'information », p. 175.

48 Le Rêve, op. cit., p. 831.

49 Pour reprendre le titre de l'ouvrage de Marie Scarpa, op. cit.

50 http://gallica.bnf.fr/dossiers/html/dossiers/Zola/

51 Même la cathédrale qui domine la maison des Hubert apparaît comme un immense livre de pierre ; pensons au récit sculpté de sainte Agnès, aux bas-reliefs et à toute la statuaire ornementale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Cnockaert, « Un huis clos de papier. Du « Livret des Enfants-Assistés » à La Légende dorée. », Flaubert [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2105

Haut de page

Auteur

Véronique Cnockaert

Université du Québec à Montréal

Haut de page