Navigation – Plan du site

La Ville-de-Montereau

Muriel Berthou Crestey

Résumés

L’Éducation sentimentale s’ouvre sur une scène d’embarquement à bord d’un bateau à aubes ; Frédéric Moreau part rejoindre sa mère à Nogent-sur-Seine. La Ville-de-Montereau est le premier nom propre de l’incipit. Longtemps pensée comme une invention de l’écrivain, cette appellation désigne une embarcation qui fut réellement en activité en 1840, comme en atteste une image récemment intégrée au champ des études flaubertiennes. En quoi cette représentation peut-elle enrichir notre compréhension de ce « lieu stratégique » ? L’étude iconographique sera mise en regard du contexte historique et de l’analyse génétique.

Haut de page

Texte intégral

Étude iconographique

La trace d’un référent réel

  • 1 Iconographie découverte dans le cadre de l’ANR FLIM (Dir. Anne Herschberg Pierrot).

1Le dessin aquarellé de facture documentaire1 datant de 1837 prouve l’existence de ce bateau dont le nom semblait avoir été imaginé par Flaubert tant il recouvre d’aspects symboliques. Il est conservé au Musée Carnavalet, dans un dossier appartenant à la série « Mœurs 68/2 », catégorie « Transports publics à longue distance – la navigation – bateaux de rivière, de mer, péniches » et répondant à la côte « PC 68-2 ». Il figure parmi d’autres bâtiments méthodiquement répertoriés aux mêmes dates et identifiés par des légendes qui donnent des éléments descriptifs et techniques. La planche est composée de deux encadrés horizontaux (28,2 x 6,2 cm) comportant chacun deux bateaux. La Ville-de-Montereau est située dans la partie supérieure droite de la feuille de papier format raisin, aux côtés de La Ville-de-Melun. Le dessinateur est anonyme. Il a opté pour une exécution la plus réaliste possible en utilisant des techniques mixtes (aquarelle, plume, rehauts à la mine graphite). Toutes les planches figurant dans la chemise dédiée aux bateaux proviennent de sources proches, car elles présentent de fortes analogies.

  • 2 Alexandre Blanc, responsable du pôle éditorial, Direction de la communication, Voies Navigables de (...)
  • 3 Bernard Le Sueur, Navigation intérieure, Paris, Glénat, 2013. 
  • 4 Marie-Louise Gauthier (dir.), Voyages en vapeur. À l’époque romantique sur la Seine et ses affluent (...)

2L’image de cette embarcation n’avait circulé jusqu’à présent que parmi des spécialistes de la batellerie propre à l’époque romantique. Si Jacques-Henri Semelle, conseiller municipal délégué au tourisme et à la promotion de la ville de Montereau mentionnait cette embarcation lors du discours d’ouverture de la Médiathèque Flaubert en 2010, certains archivistes de l’institution pensent encore que la dénomination de ce bateau est une invention lexicale de Flaubert rendant hommage au nom de leur ville. Les spécialistes de la batellerie s’intéressent généralement à des bateaux plus remarquables sur le plan technique. Ainsi, Alexandre Blanc2 me signale son absence dans l’ouvrage de référence Navigations intérieures3 où Bernard Le Sueur mène une analyse pourtant très complète sur les bateaux fluviaux à aubes. De même, Delphine Allanic n’indique pas la présence de référence bibliographique au centre de documentation du Musée de la Marine (Paris), privilégiant la piste du Musée de la Batellerie de Conflans-Sainte-Honorine. Effectivement, l’une des rares mentions de l’existence de La Ville-de-Montereau se trouve dans un numéro spécial des Cahiers de la Batellerie publié sous l’égide de Marie-Louise Gauthier en 19994. Ce document comporte de précieuses indications techniques complétant la légende de l’image :

  • 5 Idem, p. 23.

La « Ville de Montereau » apparaît sur la Haute Seine en juillet 1838. A cette date, le Sieur Guibert, propriétaire du « Luxor » et M. Tavenet propriétaire de la « Ville de Montereau » s’entendent pour exploiter conjointement la ligne Paris/Montereau.
Le « Ville de Montereau » est autorisé le 10 juillet 1838 à transporter 200 passagers : 33 m x 5 m, tirant d’eau 0 m 70, il jauge 35 tonneaux et transporte annuellement environ 35000 passagers. Machines à basse-pression, vitesse horaire 7 km/h à la remonte et 15 km/h à la descente, puissance 20 CV. Il part de Montereau les jours pairs et de Paris les jours impairs.5

Légende du dessin anonyme La Ville-de-Montereau, 1837, Musée Carnavalet.

Légende du dessin anonyme La Ville-de-Montereau, 1837, Musée Carnavalet.
  • 6 Ibid.
  • 7 P-G. Castex, Préface, Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Sedes, 1980, p. 137.

3L’auteur précise en préambule de son texte que « les noms de bateaux conçus à partir de noms de ville (Ville de Sens, Ville de Montereau, Ville d’Auxerre, Ville de Melun…) n’ont jamais un genre bien défini. »6 L’article féminin devant le nom du bateau relève ici d’un choix de Flaubert plus que des usages du dix-neuvième siècle. L’écrivain choisit de souligner le nom du bateau dans son manuscrit plutôt que d’employer les guillemets. Il place des traits d’union : La Ville-de-Montereau. Ce bateau qui était préalablement destiné à circuler sur la Marne, avait d’abord été baptisé « La Brie ». De même, « La Ville de Meaux » est devenue « La Ville de Montereau n°2 ». Dédiée initialement aux transports des voyageurs, l’embarcation évolue entre 1860 et 1871 lorsqu’elle est affectée au service de remorquage, à l’instar des autres bateaux à aubes circulant sur la Haute-Seine. La légende de l’image stipule qu’il s’agit d’un bateau échoué. Cette précision fournirait-elle une clé de lecture annonçant symboliquement le naufrage des illusions du héros ? L’Éducation sentimentale est souvent considérée comme étant « le roman de l’échec »7. Les incidents sont nombreux sur les embarcations de ce type. Le 28 juillet 1839, un accident sur « La Ville de Montereau » a provoqué la noyade de trois personnes. Cet évènement a précipité la cessation de son exploitation en 1840. Flaubert immortalise cette dernière traversée de Paris à Montereau.

Plan de bateau à aubes, XIXe siècle.

Plan de bateau à aubes, XIXe siècle.

Critique des sources : les interprétations antérieures de La Ville-de-Montereau

  • 8 Maurice Nadeau, Préface, Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Cercle du bibliophile, (...)

4Sur Wikipédia, La Ville-de-Montereau est signalée comme appartenant à la catégorie « bateau fictif ». Dans l’inconscient collectif, le référent a disparu. Cette affirmation qui assimile La Ville-de-Montereau à une invention littéraire se retrouve dans de nombreuses études critiques de L’Éducation sentimentale. En 1936, René Dumesnil substitue le bateau de Flaubert à une navette intitulée « L’Abeille » qui assure le service de transports des voyageurs entre Paris et Montereau en 1840. Cette image est reprise par Maurice Nadeau, dans sa préface de l’édition annotée du roman en 1970 légendée comme suit : « L’Abeille, bateau à vapeur qui faisait le service des voyageurs Paris-Montereau en 1840. Flaubert le décrit dans "L’Éducation sentimentale" sous le nom "La Ville de Montereau". »8

Anonyme, L’Abeille, Service Paris-Melun, 1837 circa.

Anonyme, L’Abeille, Service Paris-Melun, 1837 circa.

5Une seconde hypothèse a été développée par Jean Bruneau et Jean A. Ducourneau au moment de la création de l’iconographie réunie dans L’Album Flaubert. Pour eux, le bateau apparaît comme la transposition d’une autre embarcation baptisée « L’Aigle ». Cette association iconographique est reprise dans l’édition des Œuvres complètes établie par la Société des études littéraires en 1971. Les illustrateurs (dont Dunoyer de Segonzac, Paul Baudier) ont privilégié l’anonymat du bateau en prenant parfois des libertés avec l’apparence des bâtiments d’origine. Dans l’adaptation cinématographique très personnelle de L’Éducation sentimentale (1961) qu’il réalise au Havre, Alexandre Astruc fait apparaître un autre bateau baptisé « Liberté ».

Anonyme, L’Aigle (Gâche constructeur), Service Paris-Melun, dessin, 1837 circa.

Anonyme, L’Aigle (Gâche constructeur), Service Paris-Melun, dessin, 1837 circa.

Modes de repérages

  • 9 Pierre-Marc de Biasi relève que « La Ville-de-Montereau » correspond à l’anagramme « La Vie lente d (...)
  • 10 Gustave Flaubert, Lettre à Jules Duplan 17 août 1864, dans Œuvres complètes, Correspondance, t. III (...)

6Gustave Flaubert a-t-il vu ce bateau ? Deux contextes doivent être pris en compte dans cette enquête : l’époque du roman (1840) et le temps de l’écriture (1864-1869). En 1840, une vingtaine d’embarcations de ce type sont en circulation sur la Seine. Plusieurs d’entre elles effectuent le trajet évoqué dans le roman. Lorsque l’écrivain entreprend ses repérages pour l’écriture de L’Éducation sentimentale vingt ans plus tard, les bateaux à vapeur à aubes ont peu ou prou disparu ; victime de sa lenteur9, ce mode de déplacement est progressivement supplanté par l’un des nouveaux symboles de la modernité : le chemin de fer. Dans une lettre à Jules Duplan datée du 17 août 1864, l’écrivain narre une expérience à la source de son roman : « ce matin, j’ai fait un voyage exquis de Melun à Montereau par le bord de la rivière, sous des roches couvertes de vignes, en plein soleil »10. Puisqu’il ne peut pas physiquement se trouver sur le bateau, il imagine la scène romanesque depuis la route. Nul doute que le trajet de cette embarcation ait pu faire l’objet de reconstitutions scrupuleuses à partir de cartes fluviales de l’époque. Dans Le Messager de l’Europe en 1875, Zola revient sur le procédé d’écriture dont l’incipit cristallise l’intensité :

  • 11 Emile Zola, Le Messager de l’Europe, 1875.

Gustave Flaubert a le travail d'un bénédictin. Il ne procède que sur des notes précises, dont il a pu vérifier lui-même l'exactitude. […] S'il s'agit d'une description, il se rendra sur les lieux, il y vivra. Ainsi, pour le premier chapitre de L'Éducation sentimentale, qui a, comme cadre, le voyage d'un bateau à vapeur remontant la Seine de Paris à Montereau, il a suivi le fleuve en cabriolet tout du long, le trajet ne se faisant plus en bateau à vapeur depuis longtemps. Même, lorsqu'il choisit, pour placer une scène, un horizon imaginaire, il se met en quête de cet horizon tel qu'il l'a souhaité, et n'est satisfait que lorsqu'il a découvert un coin de pays lui donnant à peu près l'impression rêvée. Et, à chaque détail, c'est ainsi un souci continu du réel. Il consulte les gravures, les journaux du temps, les livres, les hommes, les choses. Chaque page, pour les costumes, les événements historiques, les questions techniques, le décor, lui coûte des journées d'études. Un livre lui fait remuer un monde. 11

Carte fluviale, Itinéraire Le Parisien, La Parisienne, de Paris à Corbeil, Melun par Montereau, 1839.

Carte fluviale, Itinéraire Le Parisien, La Parisienne, de Paris à Corbeil, Melun par Montereau, 1839.
  • 12 Ce type de publications représente une source d’informations précieuse pour Flaubert. C’est à Paris (...)
  • 13 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 41. Notons qu’il existe certains échos ent (...)

7Les guides12 de la Seine datés de 1840 constituent un autre moyen d’accès permettant à Flaubert d’établir le circuit de sa promenade le long du fleuve. Avec la description des préparatifs de départ, il transmet l’effervescence et l’ambiance de l’embarquement, alors que le signal sonore martèle le départ : « […] la cloche, à l’avant, tintait sans discontinuer »13. La Seine se livre alors à un curieux théâtre ; et l’analogie avec les trois coups marquant le commencement d’un spectacle est prégnante. Le départ de Montereau est décrit comme un évènement exceptionnel bien que ce mode de transport soit tout à fait commun à cette époque :

  • 14 Coll., Promenade historique et pittoresque sur la Haute Seine, Paris, Corbeil, Melun, Fontainebleau (...)

Déjà le premier coup de cloche qui annonce le prochain départ de l’élégant paquebot à vapeur sur lequel nous devons gagner la capitale, mollement bercés sur le magnifique fleuve. […] Départ. Au troisième coup de cloche qui ne peut tarder à ébranler l’air. En effet, le voilà, le bateau est dégagé des entraves qui le retenaient captif sur la rive, une épaisse fumée s’échappe un instant de notre mât de tôle, les roues s’agitent, nous voguons enfin !14

E-F. Imbart fecit, Bateau à vapeur sur la Seine, s. d.

E-F. Imbart fecit, Bateau à vapeur sur la Seine, s. d.

Gaspard Gobaut, Le Pont d’Arcole, 1848.

Gaspard Gobaut, Le Pont d’Arcole, 1848.
  • 15 Cf. Déborah Boltz, «Réception de L’Éducation sentimentale. Introduction générale», ITEM [En ligne], (...)

8En plus des plans, des guides et des reconstitutions qu’il réalise en se rendant sur place, Flaubert dispose des notes datant de l’époque où se déroule le roman. Le Catalogue des Manuscrits, Projets, Notes, Etudes, Cahiers de Gustave Flaubert relatif à la vente de la Succession Franklin-Grout-Flaubert (Hôtel Drouot, Salle 9, 18 et 19 novembre 1931)15 mentionne notamment l’existence d’une « chemise de la main de Flaubert » stipulant : « Renseignements pour l’Éducation sentimentale ». Or, parmi la liste des indications manuscrites, on relève, entre les « locutions champenoises », les « listes des noms de bourgeois » et « quelques pages des premières idées », une entrée intitulée : « Retour des cendres de Napoléon 1er ». Le cadre spatio-temporel dans lequel s’ouvre le roman est marqué par un événement qui hante encore probablement vingt ans après, le souvenir de ses contemporains.

Grande et petite Histoire

1840 : l’événement du rapatriement des cendres de Napoléon

9En 1840, La Ville-de-Montereau figure parmi les neuf bateaux qui escortent la « Dorade n° 3 » où ont été transbordées les cendres de l’Empereur. Flaubert, de retour de Corse, habite encore Rouen. Cet événement est notamment relaté dans le numéro 344 du Journal de Rouen qui insiste sur la présence de la foule amassée sur les berges de la Seine :

  • 16 Journal de Rouen, numéro 344, vendredi 11 décembre 1840, Archives départementales de la Seine et Ma (...)

[…] dès huit heures du matin, les tambours de la garde nationale ont appelé les citoyens à se rendre sur les places d’armes des bataillons. […] Maintenant dirons-nous tout ce qu’il y avait de population répandue sur les quais, se pressant aux fenêtres de toutes les maisons des deux rives et jusque sur les toits ? Non, jamais pareille affluence ne s’était peut-être vue dans cette partie de Rouen à aucune époque de son histoire. Toute la population de la ville, on peut le dire, s’était transporté sur le port, et les populations des environs ou même des points de chefs-lieux s’étaient donné rendez-vous à cette solennité unique dans nos annales. 16

10Le symbole est fort : « Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine au milieu de ce peuple français que j’ai tant aimé » écrit Napoléon dans son Testament du 16 avril 1821. À l’instigation de Thiers, Louis-Philippe décide en 1840 de rapatrier la dépouille mortelle en France afin d’inhumer les cendres de l’Empereur à l’Hôtel des Invalides. Plusieurs étapes sont nécessaires pour cette expédition maritime : à la tête du commandement de la « Belle Poule », le prince de Joinville part de Toulon en juillet 1840 et accède à Sainte-Hélène le 8 octobre. Deux autres transferts interviennent à Cherbourg et à Val-de-la-Haye sur des bateaux à aubes escortés d’autres vapeurs. La dévotion qui accompagne cet événement est une source d’inspiration pour les artistes. Les peintres immortalisent plusieurs escales du cortège : en 1841, Antoine-Léon Morel-Fatio figure par exemple le Transbordement des cendres de Napoléon 1er de la « Belle Poule » sur le vapeur « Normandie » en rade de Cherbourg, le 8 décembre 1840. Henri Félix Emmanuel préfère représenter L’arrivée de la Dorade à Courbevoie, le 14 décembre 1840. En 1861 a lieu l’inauguration sous le second empire de la sépulture définitive de Napoléon, signée Visconti. Le sarcophage de porphyre rouge est posé au milieu d’une crypte ouverte dans l’église du Dôme ; Pradier a sculpté douze Victoires (1843-53) disposées autour du tombeau.

Antoine-Léon Morel-Fatio, Transbordement des cendres de Napoléon 1er de la « Belle Poule » sur le vapeur « Normandie » en rade de Cherbourg, le 8 décembre 1840, 1841.

Antoine-Léon Morel-Fatio, Transbordement des cendres de Napoléon 1er de la « Belle Poule » sur le vapeur « Normandie » en rade de Cherbourg, le 8 décembre 1840, 1841.

Coïncidences biographiques

11Les souvenirs personnels de Flaubert s’ajoutent aux repérages et aux évènements historiques. Dans une lettre à Louis Bouilhet datée du 18 août 1854, il commente un fait divers qui le touche directement :

  • 17 Gustave Flaubert, lettre à Louis Bouilhet, 17 août 1854, Correspondance, t. II, op. cit., p. 567.

Lis-tu nos feuilles publiques (départementales) ? Le navire qui portait ma famille, il y a aujourd’hui huit jours, a manqué de faire naufrage à Quillebeuf. Ma mère (qui revient de Trouville) a encore de fortes contusions à la figure. Les sabords étaient défoncés, le bateau sombrait, les lames entraient partout. C'est toute une histoire. Je vais être pendant six mois assassiné de narrations maritimes. 17

  • 18 Pierre-Marc de Biasi, dans Un thème, Trois œuvres, L’Histoire, Paris, Belin, 1990, p. 75.
  • 19 Piste suggérée par Jacques Neefs, réunion bilatérale FLIM, juillet 2013.
  • 20 Gustave Flaubert, lettre à Caroline, 11 mai 1864, Correspondance, t. III, op. cit. , p. 393.
  • 21 Claire Addison, « Where Flaubert lies. Chronology, mythology and history », dans Two timing in L’Éd (...)

12Flaubert commence à écrire L’Éducation sentimentale le 1er septembre 1864. Était-il encore imprégné de ces expériences vécues par procuration ? D’autres éléments biographiques peuvent se rattacher à la fiction. Le fait que le roman s’ouvre sur l’année 1840 inciterait notamment à superposer l’image du jeune homme de dix-huit ans avec celle de Flaubert. Il s’agit de considérer les indications biographiques comme des sources que l’écrivain façonne dans l’écriture, au même titre que ses recherches documentaires : « ce matériau intime subit un traitement comparable à n’importe quel élément du récit […] »18. Ainsi Flaubert pioche-t-il probablement dans plusieurs évènements dont il se souvient. Frédéric embarque un 15 septembre. Ce mois concorde avec le début de l’écriture du roman19 et Flaubert tient à ce commencement automnal. Dans un texte épistolaire à destination de sa nièce Caroline, il écrit : « Mon intention est de commencer à écrire pas avant le mois de septembre. »20 Dans la mesure où il s’agit des premiers mots du roman, ces indications chronologiques se mêlent aux repères marquant le commencement de l’écriture. C’est comme si Flaubert se replaçait le 15 septembre 1840. Cela correspond également à la date anniversaire de Louise Colet, comme le relève Claire Addison : « Louise Revoil Colet’s thirtieth birthday is writ large at the beginning of a book whose two-volume first edition appeared in november 1869 bearing the date 1870. If Rosanette « devenait vieille » at the age of twenty-nine, then thirty is old enough : in 1870, Louise Colet would be sixty. »21 L’Éducation sentimentale doit rendre sensible le passage du temps. Le motif du bateau tend à occuper cette fonction dans l’esprit de l’écrivain :

  • 22 Gustave Flaubert, lettre à Louise Colet, 2 septembre 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 424.

Autrefois, un voyage de six heures en bateau à vapeur (en pyroscaphe, comme dirait le pharmacien) me paraissait démesuré ; j'y avais des ennuis abondants. Aujourd'hui, ça a passé en un clin d'œil. J'ai des souvenirs de mélancolie et de soleil qui me brûlaient tout, accoudé sur ces bastingages de cuivre et regardant l'eau. Celui qui domine tous les autres est un voyage de Rouen aux Andelys avec Alfred (j'avais seize ans). Nous avions envie de crever, à la lettre. Alors, ne sachant que faire, et par ce besoin de sottises qui vous prend dans les états de démoralisation radicale, nous bûmes de l'eau-de-vie, du rhum, du kirsch et du potage (c'était un riz au gras). Il y avait sur ce bateau toutes sortes de beaux messieurs et de belles dames de Paris. Je vois encore un voile vert que le vent arracha d'un chapeau de paille et qui vint s'embarrasser dans mes jambes. Un monsieur en pantalon blanc le ramassa... Elle était à Trouville, la femme d'Alfred, avec son nouveau mari. Je ne l'ai pas vue22.

Charles François Daubigny, Passage des bateaux à vapeur, n.d., avant 1857.

Charles François Daubigny, Passage des bateaux à vapeur, n.d., avant 1857.

Entre romantisme et progrès technique : processus symboliques de figurations

  • 23 Citons : Georges-Bernard Depping, Histoire maritime des normands (Histoire des expéditions maritime (...)

13Plus qu’une attraction touristique, le bateau à aubes appartient aux topoï du romantisme. Le f° 50 du Carnet 13 (1865-66) stipule que Flaubert a visité la National Gallery lors d’un séjour à Londres où il rendait visite à Juliet Herbert. Il y mentionne un tableau de Turner représentant « la Jetée de Calais » en 1803. Ces « barques de pêcheurs (se préparant à partir) ». Au-dessus des embarcations déposées sur la houle figure une trouée de ciel bleu. La représentation des personnages éveille à son esprit la référence à un autre peintre, Eugène Isabey. Les artistes normands réalisent de nombreux croquis et tableaux de navires à aubes. Lorsque Eugène Boudin décide de réinterpréter en peinture à l’huile un daguerréotype des frères Macaire représentant le Port du Havre, il conserve en grande partie la composition initiale et les détails du paquebot qu’il installe au premier plan de l’image, dans un cadrage plus rapproché. Il ajoute à l’horizon la silhouette d’un navire à vapeur qui n’était pas visible sur la photographie. La fumée grise barre d’une diagonale l’ensemble de la composition, volant la vedette au sujet initial. Eu égard à l’inventaire Bidault, la bibliothèque de Flaubert devait comporter plusieurs ouvrages sur les marines. Si le livre éponyme de Charles Poncy est un envoi autographe datant de la fin de l’écriture du roman en 1867, d’autres volumes aux propos maritimes plus généralistes et anciens sont illustrés d’eaux fortes et de gravures23. La société romantique est baignée de représentations vaporeuses dont le bateau à aubes constitue un symbole.

Eugène Boudin, Le Port du Havre, Huile sur toile, 1852-55.

Eugène Boudin, Le Port du Havre, Huile sur toile, 1852-55.
  • 24 Exposition Universelle de 1855 pour la photographie, de 1867 et 1878 pour le bateau à vapeur.
  • 25 Achille de Jouffroy, Bateaux à vapeur. Précis historique de leur invention. Essai sur la théorie de (...)
  • 26 En 1847, Louis Désiré Blanquart-Evrard perfectionne le procédé du calotype (inventé par William Hen (...)
  • 27 Maxime Du Camp, La Lumière, 28 août 1852, p. 144.

14Synonyme de progrès technique en 1840, le navire à vapeur se positionne sur un plan comparable à l’invention de la photographie. Leurs développements sont concomitants. Tous deux sont présents aux Expositions Universelles24. Arago officialise l’origine de ces deux inventions  en 1839 : le discours marquant l’avènement de la photographie et son utilisation, prononcé le 7 janvier à l’Académie des sciences, est resté célèbre ; celui du Marquis Achille de Jouffroy sur les bateaux à vapeur, prononcé en ce même lieu le 18 novembre 1839, l’est beaucoup moins. Dans son introduction, l’ingénieur relate la notice historique dans laquelle Arago retrace la généalogie de ce procédé, depuis les travaux de Papin (1695) jusqu’aux premiers essais de constructions (Jouffroy, 1781) en passant par les expériences successives qui ont permis la mise au point technique (Perrier, 1775)25. La Compagnie des bateaux à vapeur de Paris à Saint-Cloud est officiellement créée en 1837. Elle organise des trajets de la capitale vers l’amont. Dès les années 1850, les bateaux à aubes deviennent un thème particulièrement prisé des photographes qui emploient différentes techniques pour enregistrer son passage : le daguerréotype (Félix Feuardent, Un voilier et un bateau à vapeur, 1850 circa) ou l’épreuve sur papier albuminé à partir d’un négatif verre au collodion (Le Vapeur, 1857). Le style utilisé pour les représenter fait apparaître des constantes : ainsi, le bateau à aubes côtoie souvent un paquebot de façon à exacerber son échelle et ses caractéristiques. Les photographes dits « documentalistes » à la recherche d’un rendu précis et réel des détails se distinguent des précurseurs du « pictorialisme », cherchant à produire des effets susceptibles de procurer une émotion. Ces documents iconographiques existent au moment où Flaubert commence l’écriture de l’Éducation sentimentale au début des années 1860. Si leur diffusion est encore rare, il convient de remarquer que l’un de ses plus fidèles amis, l’écrivain-photographe Maxime du Camp, a pris des cours dans l’atelier de Gustave le Gray. Celui-ci lui a enseigné la technique du papier ciré sec en 1848 alors qu’il préparait les Voyages en Orient. Ces méthodes se sont avérées infructueuses et furent remplacées par le procédé Blanquart-Évrard26. Faisant le récit de son expédition, M. Du Camp constate : « ce papier, qui donnait de fort beaux résultats entre les mains de M. Gustave Le Gray, n'en obtint aucun entre mes mains. - Etait-ce inhabileté de ma part ? - Etait-ce que les préparations chimiques s'étaient affaiblies à la température élevée de l'Egypte ? - Je ne sais. »27 Bien que Flaubert manifeste a priori peu d’intérêt pour les expérimentations photographiques développées par son acolyte, il a certainement dû entendre parler de Gustave le Gray et voir ses images.

Gustave Le Gray, Le Vapeur, 1857.

Gustave Le Gray, Le Vapeur, 1857.

Genèse et réception

  • 28 Éric Le Calvez démontre qu’il existe une « isotopie aquatique » dans le roman. Cf. Flaubert topogra (...)

15L’étude des manuscrits révèle que le libellé La Ville-de-Montereau apparaît très tôt dans l’élaboration du roman. Dès les premiers plans, Flaubert joue sur les graphies des noms propres : si le premier énoncé désigne un objet, il crée pourtant un système d’écho avec le nom du personnage suivant : Moreau. Les deux termes partagent plus qu’une syllabe : un mot qui installe l’atmosphère aquatique, fixe et mouvante du roman, l’eau28. Faisant le pont entre l’être et son environnement, l’écrivain réifie la personne à mesure qu’il personnalise l’objet.

NAF 17599. F° 9 (recto). <jeune homme et fraîcheur de 18 ans <M. Fréd. Moreau > < âgé de 16 ans > < nouvellement > reçu bachelier < en lettres > s’embarque > Le 1° 7bre 1840. < à 6 h. du matin sur la Ville de Montereau pour s’en retourner chez sa mère à Nogent sur Seine >.

16Le nom du bateau apparaît d’abord sans trait d’union. Un caractère d’accentuation souligne le jeu de langage. Ce découpage tacite scinde chaque fois deux éléments syntaxiques : d’une part, le « Mor » qui signifie, en vieux breton, la mer, la marée ou la houle, dans une dimension tautologique par rapport à la seconde syllabe. Il s’agit aussi d’une abréviation utilisée par Flaubert pour désigner le champ lexical mortifère ; la consonance évoque enfin le mors, harnachement qui sert à guider le cheval et permet au cavalier de le freiner dans son élan, ses emportements ou sa course ; d’autre part, le verbe monter crée au contraire dans la seconde expression un mouvement ascensionnel, conduisant à l’apparition subite de Marie. Ces deux noms suggèrent l’opposition qui s’ouvre entre l’idéal du héros et son destin : une ascension contrariée.

  • 29 Résumé II et V. Cf. Flaubert, L’Éducation sentimentale, Les Scénarios, Tony Williams (Éd.), Paris, (...)
  • 30 Idem, p. 112. Scénarios détaillés, Première partie, Scénario V. (f. 1. [NAF 17611]).

17Les premiers jets font apparaître quantité de variations quant à la phrase d’ouverture. Pourtant, le nom du bateau fait figure de point fixe autour duquel tous les qualificatifs bougent. Les résumés mentionnent laconiquement « le bateau de Montereau »29. Les scénarios détaillés emploient le vocable « bateau à vapeur de Montereau »30. Les premières esquisses du roman optent pour cette même qualification générique appliquée au bateau :

NAF 17611. F° 1. Matin du mois de 7bre 1840, bateau à vapeur de Montereau sur le quai Saint Bernard. Passagers-bourgeois.

  • 31 Scénarios (série 1) conservés à la BnF. L’Éducation sentimentale, Vol. XIII, « Notes, brouillons, d (...)

NAF 17611. F° 2. Un matin de 7bre 1840. bateau à vapeur de Montereau sur le quai St Bernard.31

18Dans les brouillons, le bateau est d’abord mentionné sous le libellé de « navire » bien que ce terme désigne communément les embarcations maritimes et non fluviales :

NAF 17599. F° 1. Extrait. (Brouillon, 1e occurrence). « à l’arrière – le navire enfin partit – »

  • 32 Éric Le Calvez, La Production du descriptif, Exogenèse et endogenèse de L’Éducation sentimentale, A (...)

NAF 17599. F° 10. Extrait. (Brouillon, 2e occurrence). « l’arrière – le navire enfin partit – on passa sous des ponts <,> […] » (Transcription de É. Le Calvez)32.

19Le bateau est successivement décrit par des variantes dans les manuscrits, avant de revenir sous la forme unique de son nom, sans autre précision :

NAF 17599. F° 1 (recto). Le 1er 7bre 1840, à six heures du matin, <le petit navire> la ville de Montereau […]

NAF 17599. F° 2 (recto). Le 1er septembre 1840, à vers six heures du matin, <Le petit navire à vapeur> La ville de Montereau, qui fumait devant la berge du quai Saint Bernard […]

NAF 17599. F° 3 (recto). Le 1er septembre 1840, à six heures du matin, la ville de Montereau […]

NAF 17599. F° 4 (recto). Le 1er septembre 1840, à six heures du matin, la ville de Montereau […]

NAF 17599. F° 5 (recto). Le 1er septembre 1840, à six heures du matin, [le petit bateau à vapeur] la ville de Montereau […]

NAF 17599. F° 6 (recto). Le 1er septembre 1840, à six heures du matin, le petit paquebot à vapeur La ville de Montereau […]

NAF 17599. F° 7 (recto). Le 1er septembre 1840, à six heures du matin, <le paquebot à vapeur> La Ville de Montereau […]

  • 33 Brouillons conservés à la BnF. L’Éducation sentimentale. Manuscrits [NAF 17599].

NAF 17599. F° 8 (recto). Le 1er septembre 1840, à six heures du matin, le paquebot à vapeur La Ville de Montereau […]33

20La Ville-de-Montereau est d’abord désignée sous le libellé de « petit navire » évoquant le chant de marin devenu une chanson vaudevillesque au milieu du XIXème siècle : « Il était un petit navire », histoire d’un jeune mousse sauvé par l’intervention miraculeuse de la Vierge Marie. Flaubert opte ensuite pour le terme de « bateau » puis emploie le nom de « paquebot ». Cette plasticité langagière contraste avec la réception du livre. Les critiques de l’époque ont-ils perçu dans le choix du nom de ce bateau la densité du contenu ? Pour Leoni, Duranty ou Darcel, La Ville-de-Montereau se limite à « un bateau à vapeur » ; Bosquet, Cesena et Barbey d’Aurevilly le désignent comme « le bateau à vapeur ». Dans les textes critiques, il est parfois suivi d’une précision : « un bateau à vapeur remontant la Seine de Paris à Montereau » (Zola) voire mentionné comme étant « le bateau à vapeur qui doit le déposer à Montereau » (Saint-René Taillandier). Pontmartin le réduit à un « bateau qui fume ». Panégyrique (Asselineau) et diatribe (Cuvillier-Fleury) en viennent à se confondre dans la mention identique du « bateau de Nogent [-sur-Seine] ». Devenu anonyme, le bateau perd sa vocation de prémonition littéraire. Proust en fera une métaphore du style : « L’intelligence […] cherche à se faire trépidation d’un bateau à vapeur, couleur des mousses, îlot dans une baie. » 

  • 34 Cf. Florence Pellegrini, « Espace mode d’emploi : l’esthétique tabulaire chez Flaubert et Perec »,  (...)
  • 35 Bertrand Poirot-Delpech, L’Été 36, Paris, Gallimard, 1984, Première Partie, X, p. 119.
  • 36 Marcel Bénabou, Pourquoi je n’ai écrit aucun de mes livres, Paris, Seuil, 1986, p. 54.

21En hommage, Georges Perec34 signale la présence d’une gravure figurant un « navire à aubes » baptisé « Le Ville-de-Montereau », au commencement de son roman Les Choses. Cette référence est reprise sous forme de citation par Bertrand Poirot-Delpech en 1984, dans son livre L’Été 36 : « "Le Ville-de-Montereau fumait à gros tourbillons" se récita Alexis, pour qui il n’y avait pas de moment parfait sans un souvenir littéraire »35. Dans Pourquoi je n’ai écrit aucun de mes livres (1986), Marcel Bénabou sollicite cette image sur le mode de la mise en abyme : « Avec elle j’ai vécu deux grands moments : la première rencontre, située par moi non plus sur le Ville-de-Montereau fumant à gros tourbillons, mais dans une allée discrète et déserte du jardin du Luxembourg […] »36.

Haut de page

Notes

1 Iconographie découverte dans le cadre de l’ANR FLIM (Dir. Anne Herschberg Pierrot).

2 Alexandre Blanc, responsable du pôle éditorial, Direction de la communication, Voies Navigables de France.

3 Bernard Le Sueur, Navigation intérieure, Paris, Glénat, 2013. 

4 Marie-Louise Gauthier (dir.), Voyages en vapeur. À l’époque romantique sur la Seine et ses affluents, numéro spécial, Les Cahiers du Musée de la Batellerie, Paris, Aamb, 1999.

5 Idem, p. 23.

6 Ibid.

7 P-G. Castex, Préface, Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Sedes, 1980, p. 137.

8 Maurice Nadeau, Préface, Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Cercle du bibliophile, 1970, insert entre p.10-11.

9 Pierre-Marc de Biasi relève que « La Ville-de-Montereau » correspond à l’anagramme « La Vie lente de Moreau », dans Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit. , p. 41.

10 Gustave Flaubert, Lettre à Jules Duplan 17 août 1864, dans Œuvres complètes, Correspondance, t. III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, p. 404.

11 Emile Zola, Le Messager de l’Europe, 1875.

12 Ce type de publications représente une source d’informations précieuse pour Flaubert. C’est à Paris-Guide qu’il se réfère par exemple pour l’écriture d’un autre passage concernant cette fois Fontainebleau. Dans une lettre à Jules Duplan, il écrit : « Voilà ce qui m’arrive : j’avais fait un voyage de Fontainebleau avec retour par le chemin de fer, quand un doute m’a pris et je me suis convaincu, hélas ! qu’en 1848, il n’y avait pas de chemin de fer de Paris à Fontainebleau. Cela me fait deux passages à démolir et à recommencer ! Je vois dans Paris-Guide (tome II, page 1660) que la ligne de Lyon n’a commencé qu’en 1849. […] » (Gustave Flaubert, lettre à Jules Duplan, 2 septembre 1868, Correspondance, t. III, op. cit., p. 794).

13 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 41. Notons qu’il existe certains échos entre les incipit des romans flaubertiens : dans la mesure où le bourdon est employé pour désigner une grosse cloche, on peut soupçonner par exemple une réminiscence de L’Éducation sentimentale dans la rencontre inaugurale entre Bouvard et Pécuchet sur le boulevard du même nom, avec un point de vue différent, non plus sur la Seine mais le long des quais, sur la terre ferme. Si les spécialistes ont souvent dénoté la dimension aquatique de L’Éducation sentimentale, Bouvard et Pécuchet apparaît a priori comme le roman associé à l’élément « terre » et Madame Bovary comme le baptême du feu. Les éléments jouent un rôle prépondérant dans la progression diégétique de chacun. À lui seul, La Ville-de-Montereau suppose la rencontre entre l’eau et le feu puisqu’il s’agit d’un « pyroscaphe » (dont le préfixe renvoie à la technique de la vapeur). Un cinquième élément s’ajoute dans l’univers flaubertien : « […] L’encre est mon élément naturel. Beau liquide du reste, que ce liquide sombre ! et dangereux ! Comme on s’y noie ! comme il attire ! » (Gustave Flaubert, lettre à Louise Colet, 14 août 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 395.)

14 Coll., Promenade historique et pittoresque sur la Haute Seine, Paris, Corbeil, Melun, Fontainebleau, Montereau, Paris, Chez Delaunay, 1840, n. p.

15 Cf. Déborah Boltz, «Réception de L’Éducation sentimentale. Introduction générale», ITEM [En ligne], Mis en ligne le 14 septembre 2008. Disponible sur : http://www.item.ens.fr/index.php?id=344621.

16 Journal de Rouen, numéro 344, vendredi 11 décembre 1840, Archives départementales de la Seine et Marne.

17 Gustave Flaubert, lettre à Louis Bouilhet, 17 août 1854, Correspondance, t. II, op. cit., p. 567.

18 Pierre-Marc de Biasi, dans Un thème, Trois œuvres, L’Histoire, Paris, Belin, 1990, p. 75.

19 Piste suggérée par Jacques Neefs, réunion bilatérale FLIM, juillet 2013.

20 Gustave Flaubert, lettre à Caroline, 11 mai 1864, Correspondance, t. III, op. cit. , p. 393.

21 Claire Addison, « Where Flaubert lies. Chronology, mythology and history », dans Two timing in L’Éducation sentimentale, Cambridge studies in French, 1996, p. 130.

22 Gustave Flaubert, lettre à Louise Colet, 2 septembre 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 424.

23 Citons : Georges-Bernard Depping, Histoire maritime des normands (Histoire des expéditions maritimes des normands et leur établissement en France au dixième siècle), 1826. / Voyages en France et autre pays, orné de 36 planches, Paris, Lelong, 1824.

24 Exposition Universelle de 1855 pour la photographie, de 1867 et 1878 pour le bateau à vapeur.

25 Achille de Jouffroy, Bateaux à vapeur. Précis historique de leur invention. Essai sur la théorie de leur mouvement et description d’un appareil palmipède applicable à tous les navires, Ouvrage lu à l’Académie des sciences le 18 novembre 1839, Paris, Impression Duverger, 1839, p. 2.

26 En 1847, Louis Désiré Blanquart-Evrard perfectionne le procédé du calotype (inventé par William Henry Fox Talbot) en permettant l’impression multiple sur papier salé à partir de négatifs préparés à l’avance.

27 Maxime Du Camp, La Lumière, 28 août 1852, p. 144.

28 Éric Le Calvez démontre qu’il existe une « isotopie aquatique » dans le roman. Cf. Flaubert topographe : L’Éducation sentimentale. Essai de poétique génétique, Paris, Rodopi, 1997, p. 140.

29 Résumé II et V. Cf. Flaubert, L’Éducation sentimentale, Les Scénarios, Tony Williams (Éd.), Paris, José Corti, 1992, p. 336 et p. 343.

30 Idem, p. 112. Scénarios détaillés, Première partie, Scénario V. (f. 1. [NAF 17611]).

31 Scénarios (série 1) conservés à la BnF. L’Éducation sentimentale, Vol. XIII, « Notes, brouillons, documents divers », f° 1 et 2, n°17611.

32 Éric Le Calvez, La Production du descriptif, Exogenèse et endogenèse de L’Éducation sentimentale, Amsterdam, Rodopi, 2002, p. 280.

33 Brouillons conservés à la BnF. L’Éducation sentimentale. Manuscrits [NAF 17599].

34 Cf. Florence Pellegrini, « Espace mode d’emploi : l’esthétique tabulaire chez Flaubert et Perec », ITEM [En ligne], Mis en ligne le : 10 décembre 2007. Disponible sur : http://www.item.ens.fr/index.php?id=194216

35 Bertrand Poirot-Delpech, L’Été 36, Paris, Gallimard, 1984, Première Partie, X, p. 119.

36 Marcel Bénabou, Pourquoi je n’ai écrit aucun de mes livres, Paris, Seuil, 1986, p. 54.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Légende du dessin anonyme La Ville-de-Montereau, 1837, Musée Carnavalet.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Plan de bateau à aubes, XIXe siècle.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Anonyme, L’Abeille, Service Paris-Melun, 1837 circa.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Anonyme, L’Aigle (Gâche constructeur), Service Paris-Melun, dessin, 1837 circa.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Carte fluviale, Itinéraire Le Parisien, La Parisienne, de Paris à Corbeil, Melun par Montereau, 1839.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre E-F. Imbart fecit, Bateau à vapeur sur la Seine, s. d.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Gaspard Gobaut, Le Pont d’Arcole, 1848.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Antoine-Léon Morel-Fatio, Transbordement des cendres de Napoléon 1er de la « Belle Poule » sur le vapeur « Normandie » en rade de Cherbourg, le 8 décembre 1840, 1841.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-8.png
Fichier image/png, 512k
Titre Charles François Daubigny, Passage des bateaux à vapeur, n.d., avant 1857.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Eugène Boudin, Le Port du Havre, Huile sur toile, 1852-55.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Gustave Le Gray, Le Vapeur, 1857.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2178/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Berthou Crestey, « La Ville-de-Montereau  », Flaubert [En ligne], Arts/Images/Représentation, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2178

Haut de page

Auteur

Muriel Berthou Crestey

ITEM / ENS-CNRS

Haut de page