Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 23 octobre 1863, Correspondance, édition établie par Jean Bru (...)
  • 2 Voir par exemple la lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 18 février 1859, qui préconise l’utilisat (...)
  • 3 On le voit dès le XVIIIe siècle : la première phrase des Époques de la nature de Buffon préconise d (...)

1« L’histoire, l’histoire et l’histoire naturelle ! Voilà les deux muses de l’âge moderne. C’est avec elles que l’on entrera dans des mondes nouveaux.1 » Le XIXe siècle est à la fois le siècle de la biologie et le siècle de l’histoire, deux sciences qui bouleversent l’ordre du savoir et produisent de nouveaux modèles d’intelligibilité, parfois hybrides comme le montre souvent la réflexion de Flaubert2, chacune des deux sciences pouvant servir de caution épistémologique à l’autre3. Bien sûr l’historiographie ne date pas de cette époque, et les sciences naturelles étudiaient depuis longtemps des êtres vivants. Aristote a énoncé l’une des premières définitions de la vie dans son Traité de l’âme : « Parmi les corps naturels, les uns ont la vie, les autres ne l’ont pas ; la vie telle que je l’entends consiste à se nourrir soi-même, à croître et à dépérir » (II, 1). Il a formulé aussi l’idée de la génération spontanée qui survivra jusqu’à l’époque de Flaubert, avec une recrudescence des débats au début des années 1860 grâce à la polémique qui opposera l’ancien professeur de Gustave, Félix-Archimède Pouchet, et Pasteur. Mais dans le contexte chrétien, la nature vivante ou inanimée est longtemps restée dans la dépendance d’une conception téléologique du temps, à laquelle Flaubert opposera à la fois une vision antique des cycles ou une vision moderne de l’infini, inspirée des sciences naturelles de son époque qui inventent une autre temporalité.

  • 4 Sur le protestantisme de Pouchet, et la fausse réputation de matérialiste athée qu’on lui fait au m (...)
  • 5 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 18 février 1859, Corr., III, p. 16.

2Mettant en cause certaines représentations chrétiennes voire l’autorité de la Religion dans son intégralité, le XVIIIe siècle puis la Révolution avaient déjà porté de sérieux coups au providentialisme et à l’idée créationniste, deux obstacles épistémologiques majeurs, l’un empêchant la conception d’une historicité interne à l’histoire humaine, l’autre l’autonomisation du vivant. Le début du XIXe siècle est toutefois un véritable tournant : il voit le développement des philosophies de l’histoire et l’historiographie se transforme en profondeur, grâce à une réflexion plus globale sur la logique du temps historique, sur le sens de l’histoire, tandis que, de manière concomitante, les sciences naturelles s’orientent vers la recherche de ce que François Jacob appellera la logique du vivant – une logique interne qui agit indépendamment de toute action surnaturelle. Productif en lui-même, le temps acquiert une rationalité propre, laïcisée et intérieure au mouvement de l’histoire ou au mouvement de la vie. Ce qui n’empêche pas certains scientifiques de conserver une foi religieuse, comme c’est le cas de Cuvier, de Pasteur et même de son adversaire, Félix Pouchet4, qui peut encore avoir un impact sur les théories. Mais le XIXe siècle acquiert la conscience que le vivant a une historicité propre, et la modernité des savoirs du vivant s’affirmera contre le fixisme (lié à une conception religieuse du monde) qui est encore défendu efficacement par Cuvier contre Lamarck puis Geoffroy Saint-Hilaire. Hostile aux préjugés moraux et religieux, Flaubert se réjouit de l’émergence de ce « sens historique »5, signe d’une modernité scientifique et critique. Il dit alors sa fascination pour les sciences naturelles, grâce auxquelles il conçoit l’infini et l’impersonnalité, deux qualités intrinsèques de la nature vivante, que l’œuvre d’art devra imiter.

3Le fixisme et le créationnisme étant contestés par Buffon, Maupertuis, puis au XIXe siècle par le transformisme et l’évolutionnisme, la classification des espèces et de manière plus générale toutes les classifications – qu’elles soient médicales ou naturalistes – deviennent instables. L’idée même de classification ou la vérité de la connaissance deviennent attaquables. Même si la classification conservera une place dans la pratique des scientifiques – Étienne Geoffroy Saint-Hilaire ira même jusqu’à classer les monstres en genres et espèces –, elle perd toutefois sa prééminence, la pensée du vivant et de son autonomie s’étant progressivement élaborée depuis Buffon, très hostile à Linné, contre l’idée d’un ordre préétabli de la nature. La pensée du vivant met fin à la structuration des trois règnes de la nature au profit d’une opposition entre l’organique et l’inorganique. Cette distinction est d’ailleurs parfois atténuée par l’idée de la génération spontanée (c’est-à-dire du passage possible de l’inorganique à l’organique) qui perdure jusque dans la pensée transformiste, probablement parce qu’elle renforce l’idée d’une logique propre du vivant qui contredit l’ordre intemporel de la nature.

  • 6 Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain, 9e époque, Agasse, Paris, an III, p. 280 et s (...)

4L’objectif pour les scientifiques est désormais de cerner cette logique, distincte des lois physiques de la matière alors que le mécanisme de l’époque classique avait tenté d’y soumettre les phénomènes naturels, avec le désir, sans doute louable, de les libérer des croyances et des superstitions et de gagner à la science un nouveau domaine. En 1794-1795, dans son Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain, Condorcet pouvait encore reconnaître en Newton un prédécesseur car il avait dévoilé à l’esprit humain la régularité des lois physiques de la nature6. Or, au XIXe siècle, la nature regagne une part de mystère – tout autre cette fois – voire de désordre lorsque le vivant devient un nouvel objet d’étude, distinct de celui de la géologie (même si celle-ci, par les fossiles puis par la notion de milieu, se trouve impliquée dans son étude), de la géographie, de l’astronomie, de la météorologie. Il lance de nouveaux défis à la connaissance : l’attention se déplace de la classification opérée à partir de caractéristiques visibles vers l’ordre invisible de l’organisation interne, vers l’infiniment petit (trilobites, radiaires, monères, germes, cellules…), vers le processus évolutif dont l’essentiel se perd dans l’infini du temps passé. Or c’est précisément ce qui intéresse Flaubert, l’inconnaissable qui ne s’explique plus par des raisons religieuses mais qui tient à la spécificité du nouvel objet d’étude : le vivant, une réalité encore souvent floue au XIXe siècle, insaisissable, mouvante, qui résiste à la volonté de savoir et de pouvoir de bien des personnages flaubertiens.

  • 7 Voir La réception de Spencer : mise au jour d’une influence, sous la direction de Niklas Bender, re (...)
  • 8 Xavier Bichat, Anatomie générale appliquée à la Physiologie et à la médecine, Brosson, Gabon et Cie(...)
  • 9 Discours repris en 1802 avant Recherches sur l’organisation des corps vivants (Paris, an X, de l’au (...)

5Le tout début du siècle a été le temps fort de la promotion du vivant, qui aboutit à une diversification des savoirs de la nature et à l’invention de ce qu’on appellera les sciences de la vie, puis, de nouvelles connexions s’établissent avec les sciences de la matière, avec la chimie en particulier, tandis que la biologie fournit aux autres disciplines des modèles de pensée comme on le voit en philosophie avec l’évolutionnisme spencérien7. En 1800, dans Recherches physiologiques sur la vie et la mort, ouvrage probablement lu très tôt par Flaubert (et peut-être à l’origine de l’antagonisme entre la Luxure et la Mort dans La Tentation de saint Antoine en 1849), Bichat rejette les modèles empruntés à la physique et il définit les fonctions caractéristiques de la vie comme une résistance à la mort. Les êtres vivants sont composés d’organes « qui, exécutant chacun une fonction, concourent, chacun à sa manière à la conservation du tout8. » En 1800, le mot « biologie » est employé simultanément par Treviranus : Biologie oder Philosophie der lebenden Natur (Biologie ou philosophie de la nature vivante) et par Lamarck, dans son Discours d’ouverture du cours de zoologie, discours fondateur du transformisme9 et de la biologie, qui sera suivi d’autres textes appelant aussi à la création d’une nouvelle science pour traiter des propriétés générales de la vie :

  • 10 Histoire naturelle des animaux sans vertèbres [1815-1822], Introduction, J. B. Baillière, Paris, 18 (...)

On conçoit que tout ce qui est généralement commun aux végétaux et aux animaux, comme toutes les facultés qui sont propres à chacun de ces êtres, sans exception, doit constituer l’unique et vaste objet de la Biologie ; car les deux sortes d’êtres que je viens de citer sont tous essentiellement des corps vivants et ce sont les seuls êtres de cette nature qui existent sur notre globe.
Les considérations qui appartiennent à la Biologie sont donc tout à fait indépendantes des différences que les végétaux et les animaux peuvent offrir dans leur nature, leur état et les facultés qui peuvent être particulières à certains d’entre eux10.

  • 11 L’Éducation sentimentale de 1845, Œuvres de jeunesse, édition établie par Claudine Gothot-Mersch et (...)

6Flaubert a été très tôt informé de l’évolution des connaissances et des grands débats de son époque, peut-être grâce aux cours de Félix Pouchet et aux discussions avec lui puisqu’il était un ami de la famille Flaubert, et qu’il était par ailleurs lié à de nombreux scientifiques français et anglais, et en particulier à Geoffroy Saint-Hilaire, disciple de Lamarck. Fondateur du Muséum d’histoire naturelle, Pouchet tiendra compte des idées nouvelles – transformistes – dans sa muséographie. Gustave avait l’occasion d’aller au Muséum, lorsque la famille Flaubert était reçue par les Pouchet qui y résidaient. Dès 1837, Une leçon d’histoire naturelle. Genre commis manifeste l’intérêt de Flaubert pour les sciences de la nature, et il cite Pline et Cuvier, puis dans Quidquid volueris, la même année, Bichat et Cabanis. Toutefois, dans sa Correspondance et ses œuvres, la grande période des sciences de la nature débute plus tard. Dans les derniers chapitres de L’Éducation sentimentale de 1845, Flaubert esquisse un idéal d’impersonnalité et d’indépendance par rapport aux préjugés, dont les sciences naturelles semblent alors fournir le modèle : « La science ne reconnaît pas de monstre, elle ne maudit aucune créature, et elle étudie avec autant d’amour les vertèbres du serpent boa et les miasmes des volcans que le larynx des rossignols et que la corolle des roses11. » Dans les réflexions esthétiques de la Correspondance des années 1850, les références aux sciences naturelles deviennent encore plus nombreuses (Cuvier, Geoffroy Saint-Hilaire, Buffon) tandis qu’il rédige Madame Bovary en relisant La Comédie humaine et en réfléchissant sur ce que doit être le roman moderne, sur son rapport critique aux discours. Ces années où il cherche le juste rapport entre la fiction et le savoir – médical en particulier – sont aussi des années d’intenses discussions et de collaboration croisée avec Louis Bouilhet qui écrit son grand poème « Les Fossiles » (1854).

  • 12 C’est à l’autorité de Bichat que Lamarck se réfère dans Philosophie zoologique : « La force vitale, (...)

7Non seulement Flaubert continuera à faire tout au long de sa vie de nombreuses lectures dans le domaine des sciences de la nature, plus nombreuses encore dans la période de Bouvard et Pécuchet – lectures dont on trouve les traces dans la Correspondance, dans les Carnets de travail, les dossiers documentaires, et les manuscrits des œuvres –, et, dans les années 1860 et 1870, il se tiendra au courant des publications de Darwin, Haeckel, des travaux « naturalistes » de Michelet et Quinet, mais il rencontre aussi de nombreux scientifiques, en particulier aux dîners Magny où il côtoie Claude Bernard et Charles Robin, les deux fondateurs de la Société de biologie, et Marcellin Berthelot qui contribue au développement de la biochimie, ainsi que Renan, penseur lui-même très marqué par l’étude des sciences naturelles : il serait arrivé au même point que Darwin s’il avait continué à s’y adonner comme dans sa jeunesse, dit-il dans la célèbre lettre ouverte qu’il adresse en 1863 à Marcellin Berthelot pour défendre contre le positivisme strict de son ami l’importance de la philosophie… quand elle s’appuie sur les sciences de la nature. Ce contexte intellectuel, ainsi que le contexte familial (un père et un frère médecins), amical (Flaubert admire Pouchet père et se lie d’amitié avec Pouchet fils, Georges, naturaliste et informateur du romancier sur diverses questions) ont stimulé l’intérêt de Flaubert pour les sciences naturelles et plus particulièrement pour cette branche nouvelle qui se développe au XIXe siècle et prendra le nom de sciences de la vie (biologie, biochimie), sciences connexes à la médecine qui pour être plus ancienne n’en a pas moins été elle-même révolutionnée par le primat de la physiologie (dès le début du siècle), dont on perçoit le rôle dans l’étude du vivant en lisant Bichat12.

8Importantes dans la formation intellectuelle de Flaubert, qui à bien des égards ressemble encore à celle d’un « honnête homme » au sens classique de l’expression, les sciences naturelles seront aussi impliquées dans l’évolution esthétique de l’écrivain à partir de la première Éducation sentimentale, et dans la rédaction des œuvres suivantes soit parce que ces sciences fournissent des représentations qui procurent une vraisemblance épistémologique au roman en faisant signe vers des connaissances communes de l’époque, ou contribuent à l’invention d’épisodes (dramatiques dans Madame Bovary, cocasses dans Bouvard et Pécuchet), soit parce qu’elles suscitent des interrogations, voire une perspective épistémologique – transformiste par exemple dans La Tentation de saint Antoine de 1874 – qui oriente la structuration de la fiction. Les sciences naturelles sont les garantes d’une nouvelle méthode de travail et d’observation que Flaubert a définie dans les années 1850. Il invente alors une nouvelle forme romanesque afin d’éviter la tendance balzacienne au discours politique comme l’exaltation et l’idéalisme du romantisme sentimental. Les sciences de la nature et de la vie servent d’exemples. Elles donnent aussi accès à un imaginaire du savoir qui fascine Flaubert et dans lequel s’alimentent ses fictions, ce qui ne l’empêche pas par ailleurs d’ironiser sur le scientisme, et de déconstruire certains savoirs naturalistes lorsqu’ils sont utilisés par les personnages comme des croyances, dans La Tentation de 1874 ou Bouvard et Pécuchet.

9Les articles réunis dans ce numéro précisent les relations de Flaubert avec le milieu scientifique rouennais qui a été déterminant, et le contexte épistémologique dans lequel, à partir de références aux sciences naturelles, Flaubert invente ce qu’il appelle, dans les années 1850, la littérature « exposante ». Ils permettent de comprendre l’impact à la fois esthétique et épistémologique des savoirs utilisés, leur retraitement fictionnel dans les manuscrits, la présence implicite ou explicite des savoirs dans les textes, ce qui motive leur utilisation, les effets produits. Ils rendent compte aussi de l’ambiguïté du recours aux sciences naturelles qui alimentent parfois le rêve, l’hallucination et qui contribuent à l’élaboration de représentations étranges voire fantastiques, d’autant plus que l’œuvre flaubertienne représente parfois la décomposition et l’informe plus que la vie. Ambiguïté aussi parce que les savoirs utilisés sont parfois archaïques, en décalage avec la science de l’époque, ou parce que les représentations élaborées dans une fiction située dans le passé (l’antiquité par exemple) et à partir d’images et d’idées anciennes peuvent être infléchies vers des questionnements modernes. Ambiguïté enfin parce que certaines théories scientifiques impliquent des questionnements religieux, et que certains personnages, comme Bouvard et Pécuchet, abordent les sciences de la Nature par l’intermédiaire de la théologie naturelle de Bernardin de Saint-Pierre.

  • 13 Voir Gisèle Séginger, « Penser et rêver le vivant », Le vivant, revue Romantisme, n° 4, 2011, p. 3- (...)
  • 14 L’infiniment petit peut être sublime comme l’infiniment grand : les êtres les plus infimes échappen (...)

10Le traitement flaubertien des savoirs du vivant est abordé dans toute sa complexité et ses paradoxes à la fois dans la Correspondance, dans l’œuvre et dans les avant-textes, d’un point de vue épistémologique ou esthétique, voire philosophique ou idéologique et religieux, parce que ces savoirs sont omniprésents dans l’imaginaire de l’époque13 et dans la pensée et l’imagination de Flaubert ; parce qu’ils procurent aussi de nouvelles images, mais aussi une poésie de l’infime à laquelle était sensible Burke dès le XVIIIe siècle lorsqu’il réfléchissait sur le sublime14, et qui donne encore à Flaubert ce vertige de l’infini que suscite toujours pour lui le beau ; parce qu’ils sous-tendent et cautionnent une esthétique du laid et de la violence, quelque peu baudelairienne et très sadienne lorsque le vivant est représenté dans l’exubérance d’une décomposition qui suggère l’existence de puissances à l’œuvre dans la matière. La perspective s’ouvre alors bien au-delà de cet anthropocentrisme qui agace Flaubert. Les sciences naturelles ont ce mérite pour le romancier : elles font bouger les positionnements, elles enseignent la critique, cette tournure d’esprit qui est une manière de voir et une manière d’écrire.

Haut de page

Notes

1 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 23 octobre 1863, Correspondance, édition établie par Jean Bruneau et Yvan Leclerc pour le tome V, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1973-2007, 5 volumes [Corr.], III, p. 353.

2 Voir par exemple la lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 18 février 1859, qui préconise l’utilisation d’une méthode naturaliste pour l’étude de faits qui relèvent de ce qu’on appelle aujourd’hui les sciences humaines : « Le sens historique est tout nouveau dans ce monde. On va se mettre à étudier les idées comme des faits, et à disséquer les croyances comme des organismes. » (Corr., III, p. 16).

3 On le voit dès le XVIIIe siècle : la première phrase des Époques de la nature de Buffon préconise d’utiliser « l’histoire civile » comme un modèle pour pratiquer d’une nouvelle façon l’histoire naturelle ; dans l’autre sens, Herder utilise une pensée organiciste pour expliquer les développements historiques (Idées pour une philosophie de l’histoire de l’humanité, 1784-1791, traduit en 1834 par Quinet).

4 Sur le protestantisme de Pouchet, et la fausse réputation de matérialiste athée qu’on lui fait au moment de sa querelle avec Pasteur, voir l’article de Maryline Coquidé dans ce numéro. Flaubert lui-même écrivait en 1854 : « Pouchet s'est signalé par un discours « religieux » où il célèbre les magnificences de la nature et prouve l'existence de Dieu par le tableau varié de la création. Ce bon zoologue tourne au mysticisme, à moins qu’il n’aspire à la croix d’officier de l’ordre impérial de la légion d’honneur. » (à Louis Bouilhet du 10 août, Corr., II, p. 566).

5 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 18 février 1859, Corr., III, p. 16.

6 Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain, 9e époque, Agasse, Paris, an III, p. 280 et suivantes.

7 Voir La réception de Spencer : mise au jour d’une influence, sous la direction de Niklas Bender, revue en ligne Arts et Savoirs, n° 4, mai 2014. Sur Flaubert voir les articles d’Yvan Leclerc (« Flaubert lecteur de Spencer ») et de Gisèle Séginger (« Spencer, Flaubert et le paradigme évolutionniste »).

8 Xavier Bichat, Anatomie générale appliquée à la Physiologie et à la médecine, Brosson, Gabon et Cie, 1801, I, p. LXXIX.

9 Discours repris en 1802 avant Recherches sur l’organisation des corps vivants (Paris, an X, de l’auteur). La même année il renvoie à ce cours dans Hydrogéologie, où il reprend le terme « biologie » pour désigner une science des « corps vivants », distinctes des autres sciences de la nature, physique terrestre, météorologie, hydrogéologie (Agasse et Maillard, p. 7-8)

10 Histoire naturelle des animaux sans vertèbres [1815-1822], Introduction, J. B. Baillière, Paris, 1835, I, p. 49-50.

11 L’Éducation sentimentale de 1845, Œuvres de jeunesse, édition établie par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 2001, p. 1035.

12 C’est à l’autorité de Bichat que Lamarck se réfère dans Philosophie zoologique : « La force vitale, nous dit-on, soutient une lutte perpétuelle contre les forces auxquelles obéissent les corps inanimés ; et vie n’est que ce combat prolongé entre ces deux forces différentes. » (chapitre « Des résultats immédiats de la vie dans un corps », Dentu, 1809, II, p. 97).

13 Voir Gisèle Séginger, « Penser et rêver le vivant », Le vivant, revue Romantisme, n° 4, 2011, p. 3-20.

14 L’infiniment petit peut être sublime comme l’infiniment grand : les êtres les plus infimes échappent aux sens et même à l’imagination et nous restons étonnés et confondus par les « merveilles de l’exiguïté » (Recherches philosophiques sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, Vrin, Paris, 1998, VII, p. 120).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Séginger, « Présentation », Flaubert [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2409

Haut de page

Auteur

Gisèle Séginger

UPEM, LISAA/FMSH – ANR BIOLOGRAPHES

Articles du même auteur

Haut de page