Navigation – Plan du site

Félix-Archimède Pouchet, professeur de sciences naturelles de Flaubert

Maryline Coquidé

Résumés

Pourquoi Félix Archimède Pouchet (1800-1872) retient-il notre attention dans ce dossier de la revue consacré à Gustave Flaubert et les sciences naturelles ? L’histoire des sciences n’a essentiellement retenu de Pouchet que son rôle de contradicteur dans le débat sur « la génération spontanée » qui l’opposa à Pasteur entre 1859 et 1864. Très implanté à Rouen, Félix Pouchet y fut successivement élève du Docteur Achille Flaubert à l’Hôtel Dieu, fondateur du Muséum d’histoire naturelle et professeur de Gustave Flaubert au Collège Royal. Ses recherches, moins connues, sur le contrôle de la fécondité humaine et ses activités de vulgarisateur l’ont constamment impliqué dans son époque. Gustave Flaubert a conservé, de façon constante, admiration et affection pour son ancien professeur. Après avoir évoqué les origines de Félix Pouchet et situé le contexte culturel de ses principaux travaux en sciences de la nature et de la vie, je mettrai ceux-ci en perspective dans les écrits de Flaubert.

Haut de page

Texte intégral

Caricatures dessinées par Félix-Archimède Pouchet pour son collaborateur Georges PennetierAfficher l’image
Crédits : Archives du Muséum de Rouen

Félix Pouchet, un savant dans son époque

  • 1 Maryline Cantor-Coquidé, Pouchet, savant et vulgarisateur. Musée et fécondité, Z’éditions, Nice, 19 (...)

1Félix Pouchet est un naturaliste et un savant de la première moitié du XIXe siècle. L’étude de ses travaux peut donner l’impression d’une certaine « dispersion ». Son activité scientifique témoigne cependant de quelques constantes : un double intérêt, tout d’abord, pour la recherche et pour la popularisation des sciences (Muséum d’histoire naturelle, cours publics et ouvrages) ; ensuite une problématique, dans ses principaux travaux, liée aux questions sur les origines du vivant et les phénomènes de reproduction ; des recherches enfin recouvrant à la fois le domaine théorique (ovulation des mammifères et génération spontanée) et celui de la pratique (pisciculture et régulation de la fécondité humaine). Ce scientifique de haut niveau, découvreur de l’ovulation spontanée chez les mammifères, contradicteur de Pasteur dans le débat sur l’origine des micro-organismes, militera constamment pour la diffusion des sciences1. Exceptionnel dans le contexte français du XIXe siècle, Pouchet prolonge et enrichit ses activités de scientifique par un profond engagement pour la popularisation des sciences. Cette volonté de diffusion des sciences prend appui sur une vaste culture et une curiosité intellectuelle. Elle est empreinte d’humanisme et de philanthropie encore influencée par la philosophie des lumières. Pouchet n’est pas un savant de cabinet : plongé dans son époque, il est attentif au monde qui l’entoure, effectue des voyages lointains, en Orient et en Occident, et emplit ses carnets de voyage de multiples dessins et commentaires.

  • 2 D’après Georges Pennetier, « F.-A. Pouchet et son œuvre », conférence publique faite au cercle roue (...)
  • 3 L’Idiot de la famille de Sartre trace la personnalité du docteur Achille Flaubert.
  • 4 Observations et cours de clinique externe professé par le Dr Flaubert, notes de Pouchet, archives M (...)
  • 5 Ibidem.

2Orphelin à quinze ans, Félix Pouchet (1800-1872) est placé un moment comme clerc chez un avoué, cependant seule la lecture des ouvrages de physique et d’histoire naturelle le passionne2. Son oncle acceptant de prendre en charge ses études à Rouen, le jeune homme suit les cours municipaux de Botanique, professés en 1819 par Alexandre Marquis au Jardin des Plantes de la ville. Ils développent chez le jeune homme un talent précoce de dessinateur, qualités qui serviront ultérieurement à la fois au naturaliste et au vulgarisateur, et ils l’initient à la rigueur et à l’esprit de classement. Les années d’études de Félix au lycée impérial de Rouen restent obscures. Après la remise de son diplôme de Bachelier ès-Lettres, le 14 août 1822, l’École secondaire de médecine, établie à l’Hôtel Dieu de Rouen, l’accueille. Le Docteur Achille Cléophas Flaubert, chirurgien en chef et père du tout jeune Gustave, y règne en maitre3. Les notes de Pouchet, relevées au cours des « leçons au lit du malade »4 du docteur Flaubert, nous renseigne sur la formation reçue : tous les faits cliniques observables sont relevés afin d’envisager les altérations possibles. En cas de décès, des autopsies vérifient les lésions diagnostiquées. Formé aux principes de Dupuytren, le docteur Achille Flaubert applique une médecine physiologique et ses théories médicales associent un mécanicisme hérité de Newton à un vitalisme latent. Il emploie une méthode analytique : le diagnostic n’est plus le résultat de l’intuition mais la conclusion d’examens précis. Élève de Bichat, Achille Flaubert préfère le raisonnement aux forces métaphysiques, l’expérience à la théorie, mais il se réfère parfois aux « forces vitales ». Influencé par son ancien professeur Broussais et sa théorie de l’inflammation, il conseille fréquemment des saignées et des sangsues : « La petite incision tant préconisée dans les abcès par congestion et dans les abcès froids laisse périr le malade tout aussi promptement que si on avait confié la nature à ses propres forces. Lorsque les symptômes annoncent une irritation intense, que la chaleur de la peau est élevée, le pouls dur et fréquent, que la langue tend à sécher, il faut lui substituer les sangsues »5.

3L’esprit méthodique d’Alexandre Marquis et le rationalisme analytique d’Achille Flaubert forment les fondations sur lesquelles se développe la personnalité scientifique du jeune étudiant Félix Pouchet.

  • 6 En référence à l’article de Camille Limoges, « The development of the Museum d’Histoire Naturelle » (...)

4Après ces trois brillantes années d’étude à l’École de médecine de Rouen, Félix peut exercer le métier d’officier de santé. L’excellence de ses résultats lui permettrait de poursuivre vers le doctorat de médecine mais il faudrait rejoindre Paris et son Université. Henry Ducrotay de Blainville, professeur au Muséum National et à la Faculté des sciences de Paris, se souvient de ses origines normandes et se prend d’affection pour ce jeune étudiant sérieux et modeste, un peu frondeur. Grâce à son appui, l’étudiant bénéficie d’une place de préparateur au Muséum National, ce qui lui permet de terminer son doctorat de médecine et d’assister aux cours du Muséum National d’histoire naturelle, publics et gratuits selon la tradition. 1827-1828, ces deux années appartiennent à l’Âge d’or6 du Muséum National, période faste durant laquelle, par la qualité des travaux réalisés, par la valeur et le rayonnement de ses savants, Paris était considérée comme capitale scientifique de l’Europe. Pouchet profite de ces deux années parisiennes pour assister aux cours de professeurs renommés : Broussais à la Faculté de médecine, Gay-Lussac et de Blainville à la Faculté des sciences, Audouin et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire au Muséum National. L’importance primordiale accordée aux faits par Blainville et la nécessité d’un cadre théorique (en particulier celui des analogies ou celui sur le transformisme) posée par Geoffroy Saint-Hilaire, influencent la formation scientifique de Félix Pouchet.

  • 7 Jean-Pierre Chaline, Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Presses de Sciences (...)
  • 8 Décédée de façon prématurée en 1853. Flaubert, alors en pleine rédaction de Madame Bovary assistera (...)
  • 9 Le Censeur de Rouen, 1er septembre 1844 et 2 janvier 1845.

5C’est dans une ville très contrastée que le jeune diplômé en médecine revient s’installer en 1828. La vie culturelle rouennaise est brillante, animée par de nombreuses sociétés savantes et de multiples journaux, mais la ville reste assez close, dominée par une bourgeoisie frileuse qui répugne aux innovations7. L’ambiance intellectuelle donne parfois l’impression d’une terrible pesanteur malgré l’arrivée du chemin de fer, reliant en 1848 Rouen à Paris en quelques heures de rail. Au décès de M. Marquis, M. de Martainville, maire de Rouen, confie au jeune médecin, mais aussi physiologiste et naturaliste, Félix Pouchet, la direction du jardin botanique et les cours associés. Il accueille favorablement sa proposition de constitution d’un Cabinet municipal d’histoire naturelle et lui en confie le projet. Un laboratoire annexé lui assure les conditions matérielles nécessaires à des recherches microscopiques puis expérimentales. 1830, 1848, 1851, 1870 : les changements politiques secouent la France mais Pouchet semble inamovible. Il conservera son poste de directeur du Muséum de Rouen jusqu’à son décès, le 6 décembre 1872. Si toute sa carrière se déroule à Rouen, ce n’est pas un homme casanier. Il se déplace fréquemment à Paris et des missions scientifiques lui offrent des occasions de voyages lointains, qu’il affectionne particulièrement. Travailleur infatigable et passionné, le physiologiste normand a bénéficié d’une solide formation scientifique. Pouchet apparait aussi comme un homme de plusieurs cultures. Fidèle à un protestantisme, fortement teinté de Théologie de la Nature par influence du Romantisme et de la Philosophie de la Nature, il côtoie la culture germanique. Son épouse anglaise, Anne Christie8 et son amitié pour le scientifique Owen le rapprochent de la culture anglaise. Il voyage, s’intéresse à d’autres cultures mais reste profondément patriote et attaché à la France. S’il est libre penseur, franc-maçon et critique à l’égard des gouvernements, il appartient à la bourgeoisie libérale de la Restauration et restera toujours un partisan de l’ordre. Qualifié tout au long de sa vie de « savant docteur » ou du « savant professeur de Rouen », cette épithète un peu pompeuse de « celui qui sait » déclenche parfois les quolibets des journaux satiriques. Une présentation des notabilités, dans un journal de 1844, dénomme notre naturaliste « l’accent grave », l’année suivante, un texte de chanson raille ses « discours longs et fleuris »9.

  • 10 Les efforts de Georges Pouchet pour moderniser la galerie d’anatomie comparée du Muséum National à (...)
  • 11 Il écrit régulièrement feuilletons ou articles scientifiques dans plusieurs journaux ou revues : l’ (...)

6Cette typologie de scientifique, tout à la fois chercheur et vulgarisateur, étayée d’une personnalité chaleureuse et ouverte au monde, était celle du père, Louis Ezéchias Pouchet et celle du professeur, Etienne Geoffroy Saint-Hilaire. Elle correspondra également à celle de son fils aîné, Georges Pouchet, spécialiste de l’anatomie comparée des Poissons et des Cétacées, professeur au Muséum National10 et directeur de la station biologique de Concarneau. Ami personnel de Gustave Flaubert, des frères Goncourt et de l’histologiste Charles Robin, Georges Pouchet sera aussi un brillant journaliste scientifique11, ardent républicain et profondément engagé dans le positivisme.

Les relations de Gustave Flaubert avec Félix-Archimède Pouchet

  • 12 Renée Descharmes, René Dumesnil, Autour de Flaubert, Mercure de France, 1912. Chapitre « Madame Bov (...)
  • 13 Ibid., p. 47.

7Gustave Flaubert, le fils du maître en médecine de Pouchet, devint ensuite l’élève de ce dernier au Collège royal de Rouen. Les amitiés de Flaubert avec Louis Bouilhet et Alfred Le Poitevin, nouées dès le collège, attestent de la qualité et de la fidélité des relations de l’ « ermite » de Croisset. Flaubert a plusieurs fois témoigné de l’admiration et de l’affection qu’il éprouve pour son ancien professeur de sciences naturelles. Rouennais et contemporain de Flaubert, René Descharmes a proposé, en 1912, une étude historique et documentaire très précise sur Flaubert : Autour de Flaubert. L’amitié de Flaubert pour Félix-Archimède Pouchet y est rapportée dans plusieurs chapitres12. Descharmes témoigne : « Flaubert était intimement lié avec le grand naturaliste Pouchet »13.

  • 14 Archives du Muséum de Rouen, GPO 27.
  • 15 Lettre datée d’octobre 1862, GPO 27.

8Pour des raisons de génération, c’est plutôt avec Georges Pouchet, le fils ainé de son professeur, que les liens seront les plus intimes. C’est auprès de lui, à la station maritime de Concarneau, que Gustave Flaubert se refugia pour écrire La Légende de Saint-Julien l’Hospitalier. Une correspondance a été échangée dont il reste quelques traces au Muséum de Rouen14. Gustave envoie conseils ou invitations à Georges. S’il lui « serre la dextre tendrement », il transmet toujours ses amitiés au père. Le jeune Georges Pouchet a accompagné son père, en 1856, dans une expédition en Égypte pour découvrir les sources du Nil. À son retour, il narre cette expédition dans Dongolah et la Nubie, un ouvrage qui remporte un succès populaire. Flaubert fera appel à cette expérience de voyageur en lui demandant des précisions naturalistes, au moment de la relecture de Salammbô15.

9En novembre 1877, alors reclus à Croisset et en pleine rédaction de Bouvard et Pécuchet, Flaubert assistera à l’inauguration du buste de Félix-Archimède Pouchet au Muséum de Rouen.

La création du Muséum d’histoire naturelle de Rouen

  • 16 Les collections du Muséum de Rouen sont considérées parmi les collections provinciales les plus ric (...)

10La création du Muséum de Rouen correspond à la Restauration, période où les sciences sont « à la mode », avec extension des nouvelles sociétés savantes, congrès et publications scientifiques. Un nombre important de municipalités acceptent de financer l’installation de tels établissements. À cet intérêt s’ajoute la mise en place d’un certain scientisme et l’implantation du positivisme, en parallèle avec le développement industriel. Le premier souci de Félix Pouchet dans la création du muséum est un souci scientifique d’établissement de collections16. Héritage de l’encyclopédisme du XVIIIe siècle et de la recherche de valeurs universelles, les collections doivent, d’abord, être les plus complètes possibles. Au début de ce XIXe siècle, l’inventaire faunistique s’est considérablement enrichi, des problèmes de classification et différentes théories, concernant le transformisme ou la fixité des espèces, sont mis en avant. La nomenclature est en plein essor. Pouchet détermine, classe, organise, étiquète les nombreux legs, dons ou échanges. Il adhère, très prudemment, à certaines idées transformistes, introduit des préparations anatomiques de façon précoce et crée une galerie d’anatomie comparée. Un souci du comportement animal et une attention à son milieu de vie, une approche qui était délaissée depuis Cuvier, conduisent Pouchet à rassembler une collection novatrice d’œufs et de nids.

  • 17 Maryline Cantor-Coquidé, « Un muséum de province au XIXe siècle : Félix-Archimède Pouchet et le Mus (...)

11En plus des perspectives scientifiques d’élaboration de collections et de classement zoologique et botanique, Pouchet met le muséum de Rouen au service de la diffusion des sciences17. Il met à profit ses voyages pour visiter les musées et les collections de sciences naturelles. Il y porte un regard acerbe et critique et y glane des astuces de présentation et d’étiquetage, naissance d’une muséologie. Dès 1834, il ouvre le muséum au public (ill. 1).

Illustration 1 : Muséum de Rouen, galerie des oiseaux à la fin du XIXe siècle

Illustration 1 : Muséum de Rouen, galerie des oiseaux à la fin du XIXe siècle
  • 18 Pour attirer un nouveau public, en particulier rural, Georges Pennetier fit entrer le spectacle au (...)
  • 19 Le chroniqueur Félix Bouquet témoigne de la dextérité de Pouchet et de ses croquis d’animaux au tab (...)
  • 20 Félix Pouchet, L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits [1868], Paris Hachette, 18 (...)

12Ce souci muséologique sera repris et amplifié par son élève et successeur, Georges Pennetier18. Les collections rassemblées sont un support privilégié pour les cours d’histoire naturelle au Collège Royal de Rouen, avec Gustave Flaubert parmi ses élèves, et pour des cours municipaux, publics et gratuits, auxquels se pressent la jeunesse et la bourgeoisie rouennaise. Tous les cours sont illustrés, par les objets des collections, bien sûr, mais aussi par des dessins, réalisés à main levée ou à l’avance19. Parallèlement à un intérêt du public pour la science qui s’amplifie tout au long du XIXe siècle, les écrits de vulgarisation de Pouchet soulignent un souci de diffusion. Ses cours, conférences et nombreux souvenirs de voyages sont à l’origine de plusieurs livres d’enseignement et d’un livre de vulgarisation, L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits (1868), illustré par de grands dessinateurs20 (ill. 2).

Illustration 2 : page de garde de l’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits

Illustration 2 : page de garde de l’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits

L’oiseau-mouche est une gravure en couleur de Mesnel, illustrateur de Jules Verne.

  • 21 Georges Pennetier, élève de Félix Pouchet, lui a succédé à la direction du muséum de Rouen. Signe d (...)
  • 22 Plusieurs « perroquets de Flaubert » sont actuellement exposés dans différents musées de Rouen. Cet (...)

13Pour modéliser Loulou, l’oiseau fidèle de Félicité, la servante solitaire d’Un cœur simple, Flaubert empruntera un perroquet d’Amazonie à Georges Pennetier21, directeur du Muséum de Rouen. Un perroquet naturalisé : boule de plumes raide sur son perchoir mais aussi objet de science et objet à l’origine d’une création littéraire. Par cette destinée, cet objet muséologique obtient un statut légendaire22 (ill. 3).

Illustration 3 : spécimen de perroquet d’Amazonie emprunté par Flaubert au Muséum de Rouen, pour modéliser Loulou, l’oiseau fidèle de Félicité, la servante solitaire d’Un cœur simple

Illustration 3 : spécimen de perroquet d’Amazonie emprunté par Flaubert au Muséum de Rouen, pour modéliser Loulou, l’oiseau fidèle de Félicité, la servante solitaire d’Un cœur simple

Ovulation, fécondité et génération spontanée

  • 23 Félix-Archimède Pouchet, Théorie Positive de l’ovulation spontanée et de la fécondation des Mammifè (...)
  • 24 Sous la pression de motivations sociales, dans une période de développement de la société industrie (...)

14Cette diffusion de savoirs scientifiques correspond à un désir philanthrope de partage de connaissances et à une idéologie pré-positiviste d’une foi dans le bonheur humain assuré par le progrès des sciences et leur propagation. Pouchet ne s’est d’ailleurs pas intéressé qu’aux savoirs scientifiques culturels : conscient des éventuelles conséquences sociales, il a milité pour la popularisation de connaissances scientifiques pratiques, comme le contrôle volontaire de la fécondité humaine. Dans le laboratoire annexé au muséum, il développe des travaux de physiologiste sur la reproduction. De remarquables travaux d’observation (1842-1847) lui permettent de mettre en relation le cycle ovarien avec les transformations des voies génitales féminines. Certes, les moyens techniques permettaient une meilleure observation de l’ovule, mais surtout un nouvel esprit scientifique se mettait en place. La Naturphilosophie, et sa reconnaissance d’une unité fondamentale dans la nature, inspirait en Allemagne une recherche de similitudes entre les êtres vivants et la Biologie der Romantik. Cette philosophie a fortement influencé les conceptions du botaniste Schleiden et du zoologiste Schwann. Généralisant la notion de cellule comme unité de constitution de l’organisme en 1838 et 1839, ils mettaient en place des éléments qui allaient participer plus tard à l’élaboration de la théorie cellulaire. La volonté de démontrer une unité dans l’ensemble des Mammifères, l’utilisation de la méthode des analogies constituent des indications de la double influence sur Pouchet de la Biologie der Romantik et de Geoffroy Saint-Hilaire. Pouchet va généraliser ces résultats, mettre en évidence de nouveaux faits d’observation et démontrer point par point dix lois physiologiques concernant la reproduction23, qui seront appelées par la suite « lois Pouchet ». Il démontre que l’ovulation, chez la femme et d’autres mammifères, est un phénomène spontané, indépendant de la fécondation24. Les travaux de Pouchet sur l’ovulation spontanée des Mammifères sont caractéristiques d’une science que l’on pourrait qualifier de romantique. Science du milieu du XIXe siècle, la méthode démonstrative utilise l’analogie, témoignage de l’influence d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire ; science positive, elle donne une importance primordiale aux faits ; emprise des philosophes de la nature, la recherche d’unité est constante. Le romantisme se devine également dans l’admiration de Pouchet envers la nature et dans un vitalisme constant qui l’amène à perturber le moins possible le cours des phénomènes naturels et donc à ne pas maîtriser une démarche expérimentale. Ce vitalisme romantique marque aussi les travaux de Pouchet sur la génération spontanée, qui susciteront l’admiration de Flaubert.

  • 25 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie ou Traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles ex (...)
  • 26 Archives du Muséum de Rouen, FAP 7.

15Entre 1859 et 1864, la controverse sur l’origine des micro-organismes a opposé Pasteur aux partisans d’une thèse d’Hétérogénie25 envisageant une possibilité de réorganisation de la matière organique. Dès 1838, les cours professés par Pouchet26 présentent six possibilités de génération d’êtres vivants, dont la génération spontanée :

Génération par de la matière organique indifférente

Primaire

création

Secondaire ou de décomposition

spontanée

Génération par un organisme individuel

Division

scissipare

Bourgeon

gemmipare

Œuf

sans accouplement asexuelle

avec accouplement sexuelle

  • 27 Fiches de lecture de Lamarck sur les origines du vivant commentée par Pouchet en 1838, archives du (...)

16Les notes de lecture de Pouchet, archivées avec les leçons témoignent de faveurs précoces envers la possibilité de génération spontanée : « Lamarck : premiers êtres spontanés. Cause excitatrice (probablement lumière, fluide électrique) »27. Il pourrait avoir raison sans cette donnée, commente Pouchet en marge : « La vie agissant sur une matière gélatineuse, alors cet être manifeste les 3 facultés de la vie : nutrition, développement et génération. Ce mode simple se complique car c’est le propre du mouvement vital de trouver à se composer davantage ». C’est tout à fait l’opinion des Allemands, rajoute notre naturaliste. « Lamarck applique exactement à l’embryon humain sa théorie de la génération spontanée : c’est une matière gélatineuse qui rencontre la cause de la vie et la complique jusqu’à prendre forme de notre espèce » : c’est assez rationnel quand on pense que l’embryon passe par tous les degrés de la chaîne animale, commente-t-il. Ces annotations témoignent de l’influence de la théorie de la chaîne des êtres, transmise de Lamarck via Geoffroy Saint-Hilaire. Pouchet va élaborer une théorie éclectique, sorte de compromis entre celle de Cuvier et celle de Lamarck. Au catastrophisme et aux créations successives de l’un, il associe un transformisme restreint sous l’action du milieu de l’autre, avec une conception continue d’une force, qui se manifeste sans interruption, et permet une génération spontanée.

17En 1842, les travaux de recherche de Pouchet sur la fécondation chez les mammifères l’ont conduit à conclure à la spontanéité de l’ovulation. Cette ovulation spontanée va peu à peu évoluer en une interprétation de formation spontanée d’un ovule dans l’ovaire. Par analogie, il envisagera par la suite une possibilité de formation spontanée d’œufs de micro-organismes dans la « pellicule proligère », notre naturaliste désignant sous ce terme le voile qui se forme à la surface d’une infusion et provient, dans son opinion, des débris d’organismes vivants. De l’ovulation spontanée à la formation, puis à la génération spontanée, la réflexion est continue… Cette théorie permet d’unifier les processus de génération.

  • 28 Flaubert possédait plusieurs livres de Félix Pouchet dans sa bibliothèque : Des Créations successiv (...)

18Flaubert envoie à Pouchet de magnifiques félicitations pour le livre scientifique28 sur l’Hétérogénie (ill. 4).

Illustration 4 : lettre manuscrite de Gustave Flaubert à Félix-Archimède Pouchet à propos du livre l’Hétérogénie

Illustration 4 : lettre manuscrite de Gustave Flaubert à Félix-Archimède Pouchet à propos du livre l’Hétérogénie
  • 29 Florence Vatan, Flaubert et les sciences, Avant-propos, « Du désir de savoir à l’art de (faire) rêv (...)

19Il y exprime son admiration pour le savant et pour la méthode développée. Comme l’explique Florence Vatan29, ce n’est pas tant la valeur documentaire de la science qui intéresse Flaubert que sa rigueur intellectuelle, ses méthodes d’observation et d’exposition :

  • 30 Lettre de Flaubert à Pouchet du 9 janvier 1864, archives du Muséum de Rouen, FAP, publiée dans la C (...)

Cher Monsieur Pouchet,
Il y a, selon moi, quelque chose de plus désagréable à recevoir qu’une critique acerbe, c’est un éloge maladroit, or il est presque toujours maladroit quand on n’est pas du métier. Voilà ce qui m’a empêché de vous remercier, plus vite, pour l’envoi de votre beau volume.
Cependant, c’est un livre si clair, si net, d’une méthode si probante et d’une telle portée que vous sortez par là de la spécialité et qu’il me semble que je le comprends entièrement et que j’en puis parler ? Je suis ébloui par vos démonstrations, convaincu par votre logique, entraîné par la suite de vos idées, et quelque chose en moi me dit : « Il a raison ! c’est vrai ! Ses adversaires sont des imposteurs ou des crétins ». Je ne vois pas ce que l’on peut dire contre vous maintenant. C’est là un monument inattaquable j’en suis sûr. Laissez dire ; on se cassera les dents contre votre vérité qui est la vérité ! Que d’expériences, de faits, de lecture ! Quelle érudition, quelle perspicacité, et j’ajoute (car ceci me regarde un peu) quel art ! Oui, j’admire beaucoup votre livre comme façon. Une idée étant donnée, trouver la forme qui lui est la plus adéquate, voilà le secret pour faire des chefs-d’œuvre. Vous l’avez trouvé ce secret là.
Vous menez une belle vie de savant, vous labourez profond et droit et vous laisserez un grand nom. Je vous aime depuis bien longtemps, mais je vous admire de plus en plus.
Et je vous serre les deux mains avec orgueil et suis tout à vous30.

20Dans ce débat, le problème de l’origine des micro-organismes voulait se situer uniquement dans un domaine scientifique, avec une approche expérimentale et des observations microscopiques (ill. 5).

Illustration 5 : schéma d’un montage expérimental utilisé par Pouchet

Illustration 5 : schéma d’un montage expérimental utilisé par Pouchet

Le ballon horizontal supporte un robinet, il communique à l’extérieur par un tube se terminant par des boules de Liebig remplies d’acide sulfurique. Le corps putrescible est stérilisé par la chaleur et introduit par le col. L’eau du ballon est ensuite mise en ébullition pour stériliser de nouveau. Après refroidissement, le corps est plongé dans l’eau en inclinant le ballon.

G. Pennetier (1906), Un débat scientifique : Pouchet et Pasteur, 1858 – 1868

  • 31 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 8.
  • 32 Ibid., p. 13.

21« Pendant longtemps, les assertions des micrographes furent taxées de fables, par quelques esprits retardataires »31, écrit Pouchet. Et à propos des animalcules microscopiques : « Ces êtres, malgré leur infirme petitesse, n’en avaient pas moins une organisation interne qui parfois présentait une surprenante complication »32. Pasteur fait l’éloge de l’approche scientifique du problème (ill. 6).

Illustration 6 : caricature de Pasteur

Illustration 6 : caricature de Pasteur

Pasteur et ses « outils » : le matras pour expérimenter, le microscope pour observer et la plume pour convaincre.

Le Monde Parisien, 1887

  • 33 Louis Pasteur, « Les générations spontanées, soirée scientifique de la Sorbonne », Revue des Cours (...)

22« Pensez-vous que d’un côté il y ait seulement des poètes, des romanciers, des savants à systèmes ; de l’autre, des gens prudents qui ne veulent croire qu’aux résultats de l’expérience ? Non, non ; Dieu merci, nous sommes plus avancés que cela ; la philosophie des sciences est plus avant que cela dans nos mœurs, dans nos habitudes de penser, et des deux côtés personne ne veut croire qu’à l’expérience »33(ill. 7).

Illustration 7 : schémas de montages expérimentaux, dont flacons à col de cygne, utilisés par Pasteur lors du débat sur la génération spontanée

Illustration 7 : schémas de montages expérimentaux, dont flacons à col de cygne, utilisés par Pasteur lors du débat sur la génération spontanée

23La question, parfois élargie au problème de l’origine de la vie, a cependant retrouvé, dans le débat qui l’a entourée, des doctrines philosophiques et religieuses. Ce sont la médiatisation de ce débat scientifique, via des articles de journaux, des ouvrages et des conférences publiques d’une part, le vitalisme d’autre part, que je souhaite évoquer ici.

24Problème de l’autorité d’une science officielle et parisienne face à une science provinciale, résistance aux innovations, liberté de la recherche, image sociale de la science : de nombreuses questions, relatives au débat et à son contenu mais aussi la place de la science dans la société nourrissent des articles dans de nombreux journaux. Plusieurs journalistes prennent parti, pour Pasteur ou pour Pouchet. D’autres présentent une image de science autoritaire, arrogante et trop éloignée du reste de la société. Ainsi, le journal satirique Le Hanneton ironise :

  • 34 Le Hanneton, Journal des Toqués, 23 janvier 1864.

Si les savants vivaient avec le reste du monde, et non dans leur laboratoire, parmi des matras bouchés à l’émeri et en présence de liquides putrescibles, la question serait jugée. En effet, la société est tout ce qu’il y a de plus hétérogénique. Et nous marchons en plein dans la génération spontanée !
Que de succès sont nés sans le recours du talent !
Que de réputations fondées sans mérite !
Que de titres portés sans parchemins !
Le Hanneton se déclare carrément hétérogéniste !34

  • 35 Nous pouvons évoquer ici un rôle probable du chimiste Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), ancien maîtr (...)

25Et le journal renvoie dos à dos les contradicteurs qui utilisent un vocabulaire scientifique pour soutenir l’élitisme des savants. La relative incapacité de ce vocabulaire à expliquer les phénomènes y est ridiculisée : « Les premiers se nomment hétérogénistes. D’où il suit que les autres sont des antihétérogénistes. Certes, voilà deux mots bien vilains. Que voulez-vous ? la science est un arbre dont la racine est amère, mais qui porte des fruits bien doux. [...] Putrescible est le mot trouvé par les savants qui n’en font jamais d’autres ». En 1868, la question de la génération spontanée a été portée devant le Sénat par M. Dupin lors de la discussion sur la science moderne (24 juin 1868)35. Georges Pouchet attaqua publiquement la recommandation, parue au Journal Officiel de 1869, de ne pas aborder une possibilité de génération spontanée dans les cours, et il fut provisoirement démis de ses fonctions de professeur au Muséum National.

Importance du vitalisme

  • 36 Génération spontanée, état de la question en 1860, F. Malteste, Paris, 1861, p. 351.

26Ce sont des conceptions vitalistes qui fondent et donnent cohérence à la théorie de l’Hétérogénie. « Nous ne voulons subir ni le joug du spiritualisme exagéré, ni celui du matérialisme plus ou moins déguisé : nous demandons seulement que l’on restitue à l’organisme sa véritable dignité, sa suprématie ; et nous ne voulons pas pour cela que l’on exhume de chimériques entités pour expliquer d’inexplicables phénomènes, mais que l’on reconnaisse une force organique distincte des forces purement physiques, cette force que tout nous révèle sur chaque feuillet de la création »36.

  • 37 Georges Canguilhem, article « Vie », Encyclopedia Universalis, Paris, 1975.

27Georges Canguilhem (1975) a commenté cette constante survalorisation de la vie chez les hétérogénistes, avec une résistance à rechercher peut-être dans l’inconscient. Théorie de formation spontanée d’ovule et hétérogénie peuvent révéler un désir de génération spontanée, fantasme originaire d’un inconscient traumatisé, suggère Canguilhem : « Dans l’aversion pour la naissance et la genèse qui ne sont, à la rigueur, que suite et descendance, il faut apercevoir un effet du prestige de l’originel, du primordial. Si le vivant doit naître et s’il ne peut naître que du vivant, la vie est une servitude. Mais, si le vivant peut être promu parfait par une ascension sans ascendance, la vie est une domination »37.

  • 38 Agnès Bouvier. « Au fracas de la foudre, les animaux intelligents s’éveillèrent », Flaubert. Revue (...)
  • 39 Archives du Muséum de Rouen. Le texte rédigé sous les caricatures indique : « Ayant eu l’imprudence (...)

28Agnès Bouvier étudie comment la lecture de l’Hétérogénie par Flaubert, alors en pleine rédaction de Salammbô, a pu influencer une présentation de la cosmogonie phénicienne38 mêlée de théorie spontanéiste contemporaine, avec des idées de force génésique, inhérente à la matière qui aurait présidé à la création et qui continuerait à s’exercer dans la formation et la transformation des espèces. Remarquons aussi que Pouchet est certes un « savant » mais ne manquant pas d’ironie. Un billet, illustré de caricatures et destiné à son collaborateur Georges Pennetier, lors de ses recherches sur l’origine des micro-organismes39peut par exemple en témoigner (ill. 8).

Illustration 8 : caricatures dessinées par Félix-Archimède Pouchet pour son collaborateur Georges Pennetier

Illustration 8 : caricatures dessinées par Félix-Archimède Pouchet pour son collaborateur Georges Pennetier

Le texte rédigé sous les caricatures indique : « Ayant eu l’imprudence de laisser de l’eau croupir dans une vieille tasse à café, j’y ai observé les spécimens ci-dessus de génération spontanée - au cas où dans le champ de vision de tes instruments de précision, tu n’en aurais pas rencontré de semblables, je m’empresse de t’en donner la véridique portraiture ».

Archives du Muséum de Rouen

  • 40 Gustave Flaubert, Les Carnets de travail, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, Balland, 1988, (...)

29Les activités de recherche de Pouchet stimulent l’imagination créatrice de Flaubert. En 1863, en plein débat sur la génération spontanée, Flaubert avait pensé à un micro-scénario fantastique : « Des animaux microscopiques : un savant les étudie. Les bêtes grossissent peu à peu, peuplant la scène, deviennent monstrueuses et finissent par dévorer le savant »40.

30Ironiquement, Flaubert définira la génération spontanée dans le Dictionnaire des idées reçues par un laconique : « Génération spontanée : théorie socialiste ». Un commentaire de Flaubert qu’il est intéressant de rapprocher ici d’un courrier de Proudhon :

  • 41 Lettre de Proudhon à E. Noël, 1864, publiée dans le Journal de Rouen, 29 septembre 1869.

M. Pouchet reconnaît que le moment primitif de la formation est insaisissable ; qu’il y a là un premier acte obscur et, si j’ose dire, mystérieux, que pour cette raison je nommerais hardiment divin ; passage du néant à la vie, du chaos à l’organisation. [...] Peut-être cette argumentation ne vous paraîtra-t-elle pas sans danger, vu la faiblesse de nos contemporains. Que de gens, après avoir traité M. Pouchet d’athée, de matérialiste, d’impie, n’iront pas se précipiter follement sur ces pas, dans l’espérance de saisir ce surnaturel, dont je dis qu’il s’est approché de plus près que les autres ! Alors une nouvelle superstition surgirait de la plus pure science, et l’on accuserait d’intempérance, d’idéalisme, que sais-je ? de mysticisme, notre incomparable observateur41.

Génération et transformation des êtres vivants dans La Tentation de Saint-Antoine et dans Bouvard et Pécuchet

31Au-delà de la recherche de précision et du détail, c’est toute l’inspiration créatrice de Flaubert qui peut être commentée : les sciences naturelles y sont abordées ou mobilisées non seulement comme délivrant des savoirs pratiques ou culturels, mais également comme source d’inspiration pour son imagination créatrice.

  • 42 Gustave Flaubert. La Tentation de Saint Antoine (1874), édition établie par Claudine Gothot-Mersch, (...)
  • 43 Catalogue de l’exposition Gustave Flaubert, Bibliothèque Nationale, Paris, 1981, p. 104-106.
  • 44 Félix-Archimède Pouchet, Introduction à la Zoologie antédiluvienne, brochure cours de 1834, archive (...)
  • 45 Judith Wulf, « Les sciences naturelles dans La Tentation de saint Antoine : entre esthétique et épi (...)

32La Tentation de saint Antoine met en scène un sujet grandiose, l’ermite face à face avec le mystère de la vie et de la nature : « Et toutes sortes de bêtes effroyables surgissent ... Il arrive des rafales, pleines d’anatomies merveilleuses. Ce sont des têtes d’alligators sur des pieds de chevreuil... des caméléons grands comme des hippopotames »42. On sait que Flaubert fut vivement inspiré par diverses œuvres picturales pour la rédaction43. Dès 1839, avant la première version de 1848 et l’édition définitive de 1874, Gustave Flaubert, encore lycéen, avait entrepris un premier essai d’écriture de La Tentation. Les envolées lyriques et les images déployées par Félix Pouchet dans ses cours – de géologie par exemple en 1834 – ont, peut-être, contribué à stimuler l’imagination fertile du jeune élève, participant ainsi à la vision fantasmagorique de La Tentation de saint Antoine : « Ces Ichtyosaures, animaux à l’aspect de lézard, aux pattes de cétacés et aux vertèbres de poissons, qui semblent avoir été engendrés par une nature en délire ; tels que ces mégalosaures effrayants, aussi volumineux que des baleines ... et ces ptérodactyles, lézards ailés, analogues aux dragons dont parlent si souvent les légendes, et que l’on a figurés dans les monuments de tous les siècles. »44 Judith Wulf analyse la dimension polyphonique des monstres de La Tentation de saint Antoine, mêlant questions scientifiques et questions fictives45. De nombreuses créatures monstrueuses, tels les Ichtyosaures, sont en effet objets de recherches paléontologiques (ill. 9).

Illustration 9 : dessin d’Anne Christie, épouse Pouchet, d’après une caricature de H.T. De la Bêche, géologue qui décrivit le premier des Ichtyosaures

Illustration 9 : dessin d’Anne Christie, épouse Pouchet, d’après une caricature de H.T. De la Bêche, géologue qui décrivit le premier des Ichtyosaures

Date approximative 1843

Archives du Muséum de Rouen

  • 46 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 248.

33Pouchet les évoque à nouveau dans son livre de vulgarisation, L’Univers : « Alors existaient les Ichtyosaures, véritables Lézards-Poissons par la forme et le genre de vie, ce qu’indique leur nom. Ces Reptiles, qui sans doute jetaient l’épouvante dans les anciennes mers, acquéraient jusqu’à dix mètres de longueur. Tout leur organisme n’est qu’une suite de paradoxes. Avec des vertèbres de Poisson, ils présentaient des nageoires de Dauphin ; armés de dents de crocodile, ils offraient un globe oculaire d’un développement à nul autre pareil. Celui-ci, dont le volume égalait parfois la tête d’un homme, était protégé en avant par une armature de pièces osseuses. »46

  • 47 Bouvard et Pécuchet, édition établie par Jacques Suffel, Flammarion, Paris, 1966, p. 109.
  • 48 Ibid., p. 368.
  • 49 Fils d’Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, contemporain et ami de Pouchet avec lequel il fonde la Socié (...)

34Les Ichtyosaures, en particulier, conservent décidemment un pouvoir d’évocation monstrueuse et d’antédiluvien. Ils se retrouvent dans l’épisode géologique de Bouvard et Pécuchet, Ainsi, lors de la recherche de fossiles à Port en Bessin : « Ils rencontrèrent des éponges, des térébratules, des orques et pas de crocodiles ! À son défaut, ils espéraient une vertèbre d’hippopotame ou d’ichtyosaure, n’importe quel ossement contemporain du déluge. »47. Le Dictionnaire des Idées reçues, indiquera « on n’en voit plus », à l’article « monstres »48. Si des naturalistes, tel Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, mobilisent la paléontologie pour argumenter des transformations des êtres vivants, ils étudient et classent aussi de nombreuses monstruosités contemporaines, telles la cyclopie, l’anencéphalie ou encore les monstres doubles. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861)49 poursuit d’ailleurs l’œuvre de son père et impulse une approche expérimentale de l’étude des monstres, la tératologie, peut-être moins spectaculaire pour le grand public mais novatrice pour la biologie.

  • 50 Gisèle Séginger, « La Tentation et les savoirs », Flaubert. Revue critique et génétique (en ligne), (...)
  • 51 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, op. cit., p. 224.
  • 52 Ibid., p. 237. Il est intéressant de rapprocher ces extraits à nouveau de la lettre de Proudhon du (...)
  • 53 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 3.
  • 54 Ibid., p. 532.

35Gisèle Séginger étudie comment des savoirs et des interrogations caractéristiques d’une époque ont pu irriguer les versions successives de La Tentation50. Dans La Tentation de saint Antoine (1874), les théories des germes et de la génération spontanée se présentent par deux fois. Lorsque le diable, apparaissant sous le double aspect de la destruction et de la fornication, prend la forme de deux femmes qui dansent, symboles de mort et de luxure : « – Je hâte la dissolution de la matière ! – Je facilite l’éparpillement ces germes ! – Tu détruis, pour mes renouvellements ! – Tu engendres, pour mes destructions ! – Active ma puissance ! – Féconde ma pourriture ! »51 Puis dans la dernière hallucination : « Enfin, il aperçoit de petites masses globuleuses, grosses comme des têtes d’épingles et garnies de cils tout autour. Une vibration les agite. Antoine, délirant : bonheur ! bonheur ! J’ai vu naître la vie, j’ai vu le mouvement commencer. »52 Un émerveillement qui pourrait être rapproché de celui de notre naturaliste Pouchet, face à l’Univers : « Notre imagination est également confondue par l’infiniment petit et l’infiniment grand »53 et face à l’ensemencement de la vie, par la mort et des débris d’anciens vivants : « La terre n’est qu’une immense nécropole, où chaque génération s’anime aux dépens des débris de celle qui vient d’expirer : les particules de nos cadavres reconstituent de nouveaux matériaux pour les êtres qui nous suivront. »54

  • 55 Flaubert établit un scénario primitif dès 1862, réalisa ses enquêtes en 1872-1875 et entama la réda (...)
  • 56 Daniel Jacobi, « Du discours scientifique, de sa formulation et de quelques usages sociaux de la sc (...)

36Flaubert n’est pas tendre envers la vulgarisation scientifique. Selon Descharmes, la quête désespérée du savoir, ridiculisée dans Bouvard et Pécuchet55, serait, en fait, la mise en scène de son propre désenchantement. S’il raille les deux protagonistes, ce n’est pas sans manifester une certaine sympathie pour ces malheureux, voulant tout aborder de front et sans méthode, et qui se perdent dans le labyrinthe des sciences. Et d’œuvre sur la vulgarisation, le livre en devient roman encyclopédique, véritable œuvre de vulgarisation selon Daniel Jacobi56.

  • 57 Gisèle Séginger, « La réécriture de Cuvier : la création du monde entre savoir et féerie », revue F (...)
  • 58 Nous pouvons aussi évoquer, dans le Dictionnaire des idées reçues, l’article « Darwin : Celui qui d (...)
  • 59 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 119.

37Les questions de génération, de création du monde, de l’origine de la vie, de transformisme ou d’évolution sont impliquées à plusieurs moments dans le roman. Gisèle Séginger57 étudie, sur le cas de la création du monde et de la mobilisation des travaux de Cuvier, la rencontre de deux temporalités : celle de l’histoire racontée (1840-1850) et celle de la documentation et de l’écriture (années 1870). Dans le roman se télescopent deux thèses épistémologiques : l’anti-évolutionnisme de Cuvier, de la période de l’histoire des deux protagonistes, et les idées évolutionnistes, contemporaines du temps de l’écriture58 : « Bouvard nia fortement [...] qu’il y ait eu un soir et un matin, quand les astres n’existaient pas, et que les animaux aient apparu tout à coup, au lieu de se former par cristallisation ». Bouvard, s’échauffant, alla jusqu’à dire que l’homme descendait du Singe ! « En comparant le fœtus d’une femme, d’une chienne, d’un oiseau… [...] – Moi je vais plus loin ! s’écria Pécuchet ; l’Homme descend des poissons ! »59

  • 60 Voir Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au XIXe siècle, Vrin, Paris, 1974.
  • 61 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 531.

38Certes les idées évolutionnistes, d’ailleurs plutôt transformistes chez les scientifiques français60, gagnaient du terrain après les années 1870. Remarquons qu’un scientifique tel que Pouchet, formé dans la première moitié du XIXe siècle, au moment de l’histoire de Bouvard et Pécuchet, développait des idées d’un éclectisme singulier. Acceptant un certain transformisme des espèces mais refusant toute filiation avec les monstres antédiluviens, ces idées étaient cohérentes avec l’Hétérogénie : « Les phénomènes telluriques n’ont point été abandonnées aux fluctuations du hasard. Régis par d’harmonieuses lois, chacun d’eux se lie avec le passé et se perd dans l’avenir ; ainsi toute une génération qui apparaît n’est que le corollaire de celle qui expire et le prélude d’une autre qui va naître. Les étapes de la création, sauf quelques rares oscillations, suivent une marche ascendante ; la nature semble procéder par une succession d’essais, avant de façonner ses plus splendides chefs-d’œuvre. »61

39Les questions des origines, du vivant, de la reproduction et de la génération sont aussi évoquées dans l’épisode des sciences naturelles et de la médecine. Des questions de classification, de dénomination, d’origine des maladies et de pluralité des cadres théoriques émergent :

  • 62 Ibid., p. 96.

Quant aux noms des maladies, du latin, du grec, du français, une bigarrure de toutes les langues. [...] On les compte par milliers, et la classification linnéenne est bien commode, avec ses genres et ses espèces ; mais comment établir les espèces ? Alors ils s’égarèrent dans la philosophie de la médecine. Ils rêvaient sur l’archée de Van Helmont, le vitalisme, le brownisme, l’organicisme ; demandaient au docteur d’où vient le germe de la scrofule, vers quel endroit se porte le miasme contagieux, et le moyen, dans tous les cas morbides, de distinguer la cause et ses effets.62

40Des principes vitalistes sont défendus par Pécuchet :

  • 63 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 97.

Une dispute s’engagea sur la nature des fièvres. Pécuchet croyait à leur essence. Vaucorbeil les faisait dépendre des organes : « Aussi j’éloigne tout ce qui peut exciter !
– Mais la diète affaiblit le principe vital !
– Qu’est-ce que vous me chantez avec votre principe vital ? Comment est-il ? qui l’a vu ? Pécuchet s’embrouilla63.

  • 64 Ibid., p. 106.

41La question de classification, celle des espèces, réapparait, avec la reproduction sexuée, les tentatives de croisements et l’espoir de génération de monstres : « Ils renouvelèrent leurs tentatives sur des poules et un canard, sur un dogue et une truie, avec l’espoir qu’il en sortirait des monstres et ne comprenant rien à l’espèce. Ce mot désigne un groupe d’individus dont les descendants se reproduisent ; mais des animaux classés comme espèces différentes peuvent se reproduire, et d’autres, compris dans la même, en ont perdu la faculté. » Une nécessité d’étude du développement des germes apparait alors et Pécuchet a l’idée de l’intérêt du microscope : « Ils se flattèrent d’obtenir là-dessus des idées nettes en étudiant le développement des germes, et Pécuchet écrivit à Dumouchel pour avoir un microscope »64.

  • 65 Carnets de travail, op. cit., p. 299.
  • 66 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 37.
  • 67 Ibid., p. 20 l.
  • 68 Ibid., p. 279.

42Mais Pouchet, dans tout cela ? Il n’en est peut-être pas si éloigné. Pouchet – Pécuchet, simple assonance ? Pierre-Marc de Biasi nous apprend que le nom de Pécuchet est retenu dès le collège65 et que, si le personnage-souche de Bouvard semble être le maire de Trouville, chez qui Flaubert a mangé adolescent, celui de Pécuchet n’a pu être identifié. Or, dès le commencement du livre, Pécuchet arrive du Jardin des Plantes. « Il était le fils d’un petit marchand et n’avait pas connu sa mère, morte très jeune. On l’avait, à quinze ans, retiré de pension pour le mettre chez un huissier. »66 Et l’évolution de Pécuchet, malheureux autodidacte manquant d’esprit critique, aurait pu être celle de Pouchet, jeune homme passionné par la science et dévoreur de livres quand il fut placé chez un avoué, si la complaisance d’un tuteur ne lui avait permis d’acquérir par la suite une excellente méthode de travail et une solide formation scientifique. À l’instar de cet hypothétique modèle, Pécuchet est un romantique admirateur de la Nature : « Pécuchet, dans une sorte d’abrutissement, rêvait aux existences innombrables éparses autour de lui, aux insectes qui bourdonnaient, aux sources cachées sous le gazon, à la sève des plantes, aux oiseaux dans leurs nids, au vent, aux nuages, à toute la Nature, sans chercher à découvrir ses mystères, séduit par sa force, perdu dans sa grandeur. »67 Plus loin, il dénonce les catholiques pour les préjudices subis par les protestants et les libres penseurs avant d’être accusé de franc-maçonnerie : « Pécuchet osa prétendre que les catholiques avaient fait plus de martyrs chez les juifs, les musulmans, les protestants et les libres penseurs que tous les Romains autrefois»68

  • 69 Lettre à Louise Colet du 6 juin 1853, Corr., II, p. 346.
  • 70 Lettre à Louise Colet du 14 juin 1853, Ibid., p. 355-356.

43Flaubert a, et conserve, beaucoup d’estime pour Pouchet mais, pour son projet d’écriture, il met à profit toutes ses observations. Au décès prématuré de sa femme, en 1853, Pouchet est ravagé, et Flaubert, alors en rédaction de Madame Bovary, confie à Louise Collet qu’il va se rendre aux funérailles et qu’il espère en tirer quelque chose pour la scène de l’enterrement de son héroïne : « Comme il faut du reste profiter de tout, je suis sûr que ce sera demain d’un dramatique très sombre et que ce pauvre savant sera lamentable. Je trouverai là peut-être des choses pour ma Bovary ; cette exploitation à laquelle je vais me livrer et qui semblerait odieuse si on en faisait la confidence, qu’a-t-elle donc de mauvais ? J’espère bien faire couler des larmes aux autres avec ces larmes d’un seul, passées ensuite à la chimie du style. Mais les miennes seront d’un ordre de sentiment supérieur. Aucun intérêt ne les provoquera, et il faut que mon bonhomme (c’est un médecin aussi) vous émeuve pour tous les veufs ! »69. Puis, dans une autre lettre, peu après l’enterrement : « Tu parles de grotesque ; j’en ai été accablé à l’enterrement de Mme Pouchet. Décidément le bon Dieu est romantique ; il mêle continuellement les deux genres. Pendant que je regardais ce pauvre Pouchet qui se tordait debout comme un roseau au vent, sais-tu ce que j’avais à côté de moi ? Un monsieur qui m’interrogeait sur mon voyage»70

44Et le dossier de la bêtise humaine, initié par Flaubert dans le Dictionnaire des idées reçues ? Pourquoi ne pas conclure en évoquant, ici, des écrits antérieurs de Pouchet – de moindre ampleur bien évidemment –, sur les erreurs et les superstitions en science, en particulier les travaux concernant les « monstres » ?

  • 71 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 717.
  • 72 Ibid., p. 718.
  • 73 Ibid., p. 723.

Terminons cette esquisse des magnificences de la nature en lui opposant les ridicules fictions que trop souvent nos devanciers se complurent à leur substituer71.
En compulsant les œuvres de tous ces écrivains, on est réellement étonné d’y trouver côte à côte, tant de science et de crédulité, tant d’exactitude et tant d’erreurs !72
Après de telles choses, on se demande qui est le plus coupable du savant qui transcrit de semblables absurdités ou du vulgaire qui y croit ?73

Haut de page

Notes

1 Maryline Cantor-Coquidé, Pouchet, savant et vulgarisateur. Musée et fécondité, Z’éditions, Nice, 1994.

2 D’après Georges Pennetier, « F.-A. Pouchet et son œuvre », conférence publique faite au cercle rouennais de la Ligue de l’enseignement, le 6 mars 1876, extrait de la revue La Philosophie positive, juillet-août 1876.

3 L’Idiot de la famille de Sartre trace la personnalité du docteur Achille Flaubert.

4 Observations et cours de clinique externe professé par le Dr Flaubert, notes de Pouchet, archives Muséum de Rouen, carton FAP 924.

5 Ibidem.

6 En référence à l’article de Camille Limoges, « The development of the Museum d’Histoire Naturelle », dans The organization of Science and Technology in France 1808-1914, sous la direction de Robert Fox et George Weisz, Cambridge University Press, 1980.

7 Jean-Pierre Chaline, Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Presses de Sciences Po, Paris, 1982.

8 Décédée de façon prématurée en 1853. Flaubert, alors en pleine rédaction de Madame Bovary assistera à ses obsèques (voir plus loin).

9 Le Censeur de Rouen, 1er septembre 1844 et 2 janvier 1845.

10 Les efforts de Georges Pouchet pour moderniser la galerie d’anatomie comparée du Muséum National à Paris se heurteront à des vives oppositions.

11 Il écrit régulièrement feuilletons ou articles scientifiques dans plusieurs journaux ou revues : l’Avenir national, le Siècle, le Temps, la Revue des Deux-Mondes, la revue scientifique, la Revue de philosophie positive.

12 Renée Descharmes, René Dumesnil, Autour de Flaubert, Mercure de France, 1912. Chapitre « Madame Bovary et son temps », p. 47 et 48 ; chapitre « Les connaissances médicales de Flaubert », p. 101 ; chapitre « Les dernières années de Flaubert », p. 83.

13 Ibid., p. 47.

14 Archives du Muséum de Rouen, GPO 27.

15 Lettre datée d’octobre 1862, GPO 27.

16 Les collections du Muséum de Rouen sont considérées parmi les collections provinciales les plus riches.

17 Maryline Cantor-Coquidé, « Un muséum de province au XIXe siècle : Félix-Archimède Pouchet et le Muséum d’histoire naturelle de Rouen », Les dossiers du Musée d’Orsay, La science pour tous, Réunion de Musées Nationaux, Paris, 1994.

18 Pour attirer un nouveau public, en particulier rural, Georges Pennetier fit entrer le spectacle au muséum de Rouen en créant les premiers dioramas, c’est-à- dire des vitrines présentant une communauté animale dans son milieu de vie reconstitué. Le Muséum de Rouen et ses dioramas seront qualifiés de « modèles » jusqu’en 1930.

19 Le chroniqueur Félix Bouquet témoigne de la dextérité de Pouchet et de ses croquis d’animaux au tableau noir… souvent accompagnés de cris appropriés par des élèves indisciplinés. En présence de ce désordre, le cours d’histoire naturelle au Collège Royal de Rouen fut suspendu. Félix Bouquet, Souvenirs du collège de Rouen par un élève de la pension (1829-1833). « Classe 1830 au Collège Royal de Rouen », Rouen 1895, p. 29-32.

20 Félix Pouchet, L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits [1868], Paris Hachette, 1872 (2e édition), 780 p., 4 pl. couleur, 343 ill. Flaubert avait la première édition dans sa bibliothèque.

21 Georges Pennetier, élève de Félix Pouchet, lui a succédé à la direction du muséum de Rouen. Signe d’amitié, il héritera de la canne de Gustave Flaubert.

22 Plusieurs « perroquets de Flaubert » sont actuellement exposés dans différents musées de Rouen. Cette « sacralisation culturelle » est ironiquement mise en scène par Julian Barnes qui décrit, avec humour, sa quête de l’authentique Loulou. Barnes J. (1984), Le Perroquet de Flaubert, traduction française, Stock, Paris, 1986.

23 Félix-Archimède Pouchet, Théorie Positive de l’ovulation spontanée et de la fécondation des Mammifères et de l’espèce humaine, Baillière, Paris, 1847. Ce volumineux ouvrage de 500 pages, accompagné d’un atlas, reçut le prix de physiologie expérimentale de l’Académie des sciences.

24 Sous la pression de motivations sociales, dans une période de développement de la société industrielle, les pratiques contraceptives par abstinence périodique et les « lois Pouchet » seront vulgarisés par des médecins néo-malthusiens, comme le Docteur Gustave Le Bon, auteur de La vie, Physiologie humaine appliquée à l’Hygiène et la Médecine (1874). Les problèmes de contrôle de la fécondité humaine sont aussi évoqués sous une forme romancée, mais la communauté médicale réagit vivement lorsque le roman utilise des arguments affectifs pour influencer le jugement du lecteur : en 1884, le roman Le Faiseur d’Homme (signé des pseudonymes Yveling Ram-Baud et Dubut de Laforêt, avec une préface de Barral, ancien collaborateur de Claude Bernard), récit d’un médecin expérimentateur entreprenant une insémination artificielle par amitié pour un couple, provoquera de vives réactions dans le milieu médical.

25 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie ou Traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles expériences, Baillière, Paris, 1859, 672 pages, 3 planches.

26 Archives du Muséum de Rouen, FAP 7.

27 Fiches de lecture de Lamarck sur les origines du vivant commentée par Pouchet en 1838, archives du Muséum de Rouen, FAP 19.

28 Flaubert possédait plusieurs livres de Félix Pouchet dans sa bibliothèque : Des Créations successives. – Paris, 1862, envoi à G. Flaubert (Vente de Paris, n° 25) ; Générations spontanées. – Paris, 1863. (Vente de Paris, n° 24) ; Des Créations successives. – Paris, 1862 (avec un envoi à G. Flaubert) ; Générations spontanées. – Paris, 1863 ; Hétérogénie ou traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles expériences, Baillière, Paris, 1859, envoi autographe : « à mon ami Gustave Flaubert », annotations (Catalogue de la vente Pierre Lambert, Hôtel Drouot, janvier 1982, n° 258) ; L’Univers. Les infiniment grands et les infiniment petits, Paris, Hachette, 1865, envoi autographe : « À Monsieur Gustave Flaubert, son ami et admirateur ». (Catalogue de la vente Pierre Lambert, Hôtel Drouot, janvier 1982, n° 260) ; L’Univers. Les infiniment grands et les infiniment petits. 2e édition, Paris, Hachette & Cie, 1868, 780 pages, illustré de trois cent quarante-trois vignettes sur bois et de quatre planches en couleurs par Faguet, Mesnel, etc., envoi autographe : « À mon ami monsieur / Gustave Flaubert, / comme témoignage de ma / vive considération / Pouchet. »

29 Florence Vatan, Flaubert et les sciences, Avant-propos, « Du désir de savoir à l’art de (faire) rêver », Revue Flaubert n° 4 (en ligne), Université de Rouen, 2004.

30 Lettre de Flaubert à Pouchet du 9 janvier 1864, archives du Muséum de Rouen, FAP, publiée dans la Correspondance (Corr.), édition établie par Jean Bruneau et Yvan Leclerc pour le tome V, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1973-2007 ; III, p. 370-371. Le livre reçu est probablement Nouvelles expériences sur la génération spontanée et la résistance vitale, publié au début de 1864 (Paris, Victor Masson et Fils).

31 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 8.

32 Ibid., p. 13.

33 Louis Pasteur, « Les générations spontanées, soirée scientifique de la Sorbonne », Revue des Cours Scientifiques, n° 21, 23 avril 1864.

34 Le Hanneton, Journal des Toqués, 23 janvier 1864.

35 Nous pouvons évoquer ici un rôle probable du chimiste Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), ancien maître de Pasteur, devenu sénateur du Gard.

36 Génération spontanée, état de la question en 1860, F. Malteste, Paris, 1861, p. 351.

37 Georges Canguilhem, article « Vie », Encyclopedia Universalis, Paris, 1975.

38 Agnès Bouvier. « Au fracas de la foudre, les animaux intelligents s’éveillèrent », Flaubert. Revue critique et génétique (en ligne), n° 5, 2011.

39 Archives du Muséum de Rouen. Le texte rédigé sous les caricatures indique : « Ayant eu l’imprudence de laisser de l’eau croupir dans une vieille tasse à café, j’y ai observé les spécimens ci-dessus de génération spontanée – au cas où dans le champ de vision de tes instruments de précision, tu n’en aurais pas rencontré de semblables, je m’empresse de t’en donner la véridique portraiture ».

40 Gustave Flaubert, Les Carnets de travail, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, Balland, 1988, Carnet 19, folio 7.

41 Lettre de Proudhon à E. Noël, 1864, publiée dans le Journal de Rouen, 29 septembre 1869.

42 Gustave Flaubert. La Tentation de Saint Antoine (1874), édition établie par Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, « Folio », Paris, p. 234.

43 Catalogue de l’exposition Gustave Flaubert, Bibliothèque Nationale, Paris, 1981, p. 104-106.

44 Félix-Archimède Pouchet, Introduction à la Zoologie antédiluvienne, brochure cours de 1834, archives FAP 703.

45 Judith Wulf, « Les sciences naturelles dans La Tentation de saint Antoine : entre esthétique et épistémologie », dans Flaubert et les sciences, sous la direction de Florence Vatan, revue Gustave Flaubert de l’université de Rouen, n° 4, 2004 (en ligne).

46 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 248.

47 Bouvard et Pécuchet, édition établie par Jacques Suffel, Flammarion, Paris, 1966, p. 109.

48 Ibid., p. 368.

49 Fils d’Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, contemporain et ami de Pouchet avec lequel il fonde la Société zoologique d’acclimatation.

50 Gisèle Séginger, « La Tentation et les savoirs », Flaubert. Revue critique et génétique (en ligne), n° 1, 2009.

51 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, op. cit., p. 224.

52 Ibid., p. 237. Il est intéressant de rapprocher ces extraits à nouveau de la lettre de Proudhon du 1er août 1864, en pleine controverse sur l’origine des micro-organismes : « Vous m’avez fait assister à la création de nihilo… Vous nous faîtes voir la vie, l’animalité naissant à même la matière » (FAP 31).

53 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 3.

54 Ibid., p. 532.

55 Flaubert établit un scénario primitif dès 1862, réalisa ses enquêtes en 1872-1875 et entama la rédaction définitive de 1877, laissant l’œuvre inachevée à sa mort en 1880. Flaubert avait pensé au sous-titre « Du défaut de méthode dans les sciences » (Corr., V, p. 767).

56 Daniel Jacobi, « Du discours scientifique, de sa formulation et de quelques usages sociaux de la science », Langue française, n° 64, décembre 1984, p. 38-52.

57 Gisèle Séginger, « La réécriture de Cuvier : la création du monde entre savoir et féerie », revue Flaubert, université de Rouen, n° 13, 2013 (en ligne).

58 Nous pouvons aussi évoquer, dans le Dictionnaire des idées reçues, l’article « Darwin : Celui qui dit que nous descendons du singe ».

59 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 119.

60 Voir Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au XIXe siècle, Vrin, Paris, 1974.

61 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 531.

62 Ibid., p. 96.

63 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 97.

64 Ibid., p. 106.

65 Carnets de travail, op. cit., p. 299.

66 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 37.

67 Ibid., p. 20 l.

68 Ibid., p. 279.

69 Lettre à Louise Colet du 6 juin 1853, Corr., II, p. 346.

70 Lettre à Louise Colet du 14 juin 1853, Ibid., p. 355-356.

71 L’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits, op. cit., p. 717.

72 Ibid., p. 718.

73 Ibid., p. 723.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Muséum de Rouen, galerie des oiseaux à la fin du XIXe siècle
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-1.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Illustration 2 : page de garde de l’Univers, les infiniment grands et les infiniment petits
Légende L’oiseau-mouche est une gravure en couleur de Mesnel, illustrateur de Jules Verne.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-2.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Illustration 3 : spécimen de perroquet d’Amazonie emprunté par Flaubert au Muséum de Rouen, pour modéliser Loulou, l’oiseau fidèle de Félicité, la servante solitaire d’Un cœur simple
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Illustration 4 : lettre manuscrite de Gustave Flaubert à Félix-Archimède Pouchet à propos du livre l’Hétérogénie
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Illustration 5 : schéma d’un montage expérimental utilisé par Pouchet
Légende Le ballon horizontal supporte un robinet, il communique à l’extérieur par un tube se terminant par des boules de Liebig remplies d’acide sulfurique. Le corps putrescible est stérilisé par la chaleur et introduit par le col. L’eau du ballon est ensuite mise en ébullition pour stériliser de nouveau. Après refroidissement, le corps est plongé dans l’eau en inclinant le ballon.
Crédits G. Pennetier (1906), Un débat scientifique : Pouchet et Pasteur, 1858 – 1868
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Illustration 6 : caricature de Pasteur
Légende Pasteur et ses « outils » : le matras pour expérimenter, le microscope pour observer et la plume pour convaincre.
Crédits Le Monde Parisien, 1887
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-6.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Illustration 7 : schémas de montages expérimentaux, dont flacons à col de cygne, utilisés par Pasteur lors du débat sur la génération spontanée
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-7.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Illustration 8 : caricatures dessinées par Félix-Archimède Pouchet pour son collaborateur Georges Pennetier
Légende Le texte rédigé sous les caricatures indique : « Ayant eu l’imprudence de laisser de l’eau croupir dans une vieille tasse à café, j’y ai observé les spécimens ci-dessus de génération spontanée - au cas où dans le champ de vision de tes instruments de précision, tu n’en aurais pas rencontré de semblables, je m’empresse de t’en donner la véridique portraiture ».
Crédits Archives du Muséum de Rouen
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Illustration 9 : dessin d’Anne Christie, épouse Pouchet, d’après une caricature de H.T. De la Bêche, géologue qui décrivit le premier des Ichtyosaures
Légende Date approximative 1843
Crédits Archives du Muséum de Rouen
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2422/img-9.png
Fichier image/png, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryline Coquidé, « Félix-Archimède Pouchet, professeur de sciences naturelles de Flaubert », Flaubert [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2422

Haut de page