Navigation – Plan du site

Flaubert, les naturalistes rouennais et les théories biologiques de 1865 à 1880

Bénédicte Percheron

Résumés

En 1865, alors que le débat sur les générations spontanées mené par Félix-Archimède Pouchet se clôture par la victoire de Louis Pasteur, celui sur l’évolution est introduit à Rouen. Parmi les premiers défenseurs de la variabilité des espèces se situent en bonne place deux amis de Gustave Flaubert : Georges Pouchet et Georges Pennetier. Ces deux personnalités semblent influencer l’écrivain, directement, en servant de consultant scientifique ou indirectement, par leurs travaux et écrits. Si la correspondance peut nous renseigner sur la façon dont l’écrivain consultait Georges Pouchet pour son travail, elle n’informe pas ou peu sur les relations professionnelles établies entre Gustave Flaubert et Georges Pennetier. Nous allons ainsi chercher à mettre en évidence les modalités de transfert des connaissances scientifiques entre les naturalistes et Gustave Flaubert.

Haut de page

Texte intégral

Le vivier-laboratoire de Concarneau dans les années 1870 – 1880, lieu de vacances de Gustave Flaubert en 1875Afficher l’image
Crédits : Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, GPO 17, fonds G. Pouchet

1En 1864, l’Académie des Sciences de Paris clôt définitivement le débat sur les générations spontanées en couronnant les travaux de Louis Pasteur. La carrière du naturaliste rouennais, Félix-Archimède Pouchet, son plus grand opposant, paraît ainsi s’achever sur une défaite. Ce n’est pas pour autant que la notion de génération spontanée disparaît définitivement et que la communauté scientifique rouennaise se retire des débats nationaux. Bien au contraire, d’autres questions, toutes aussi ardentes, mobilisent les naturalistes locaux et alimentent des débats qui trouvent écho dans différents domaines de la société, notamment dans la Littérature. Gustave Flaubert a été témoin de ces débats idéologiques, non seulement en raison de ses intérêts personnels, mais aussi parce qu’il connaît particulièrement bien le milieu scientifique rouennais. Il reste ainsi fidèle à la génération spontanée et soutient son ancien professeur du collège royal, Félix-Archimède Pouchet, lors de la polémique sur les générations spontanées. Avec son fils, Georges Pouchet, il entretient des relations amicales et intellectuelles. Celles qu’il noue avec Georges Pennetier, le second directeur du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, sont plus discrètes, car elles ont laissé peu de traces écrites. Pourtant les deux hommes ont influencé, informé, voire conseillé l’écrivain. Ce sont tout d’abord les relations entretenues avec Georges Pouchet qui doivent retenir notre attention, ce scientifique étant directement consulté par l’écrivain à plusieurs reprises. L’étude des liens qui unissent Gustave Flaubert et Georges Pennetier est plus difficile, faute de sources, mais des affinités d’idées et quelques traces matérielles permettent de saisir en partie les relations existantes entre les deux hommes. C’est aussi en s’intéressant aux théories manipulées par l’écrivain que l’on peut appréhender, dans une certaine mesure, l’impact de la pensée et des recherches des naturalistes rouennaises sur l’œuvre flaubertienne.

Gustave Flaubert et Georges Pouchet : de la visite amicale à la consultation scientifique

2Autant la relation entre Gustave Flaubert et Félix-Archimède Pouchet est celle d’un ancien élève face à un maître, autant les liens qui unissent l’écrivain et Georges Pouchet sont plus informels et ainsi plus complexes à analyser. Bien que de douze ans son aîné, l’écrivain tient le fils de son professeur pour une référence scientifique majeure dans le domaine scientifique. Les liens se consolident particulièrement dans les années 1870 comme la correspondance le souligne. Quelques éléments biographiques nous aideront à pouvoir mieux appréhender l’influence de ce scientifique sur l’œuvre de cet écrivain.

Georges Pouchet : pluralité des races et pisciculture

  • 1 Archives départementales de la Seine-Maritime, 1T1671, Collège royal de Rouen, année 1844, copie de (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.
  • 4 Pour les dates de nomination, voir les Archives Nationales de France, F/17/23046, dossier de carriè (...)
  • 5 Idem, Ministère de l’Instruction publique, notice individuelle, Georges Pouchet, juillet 1888.
  • 6 Le récit complet de son expédition aux sources du Nil ne voit le jour qu’en 1861 sous le titre de : (...)
  • 7 Georges Pouchet, De la pluralité des races humaines, essai anthropologique, J.-B. Baillière et fils (...)

3Né à Rouen le 26 février 18331, Georges Pouchet est le fils aîné du naturaliste rouennais Félix-Archimède Pouchet. Tout comme Gustave Flaubert, il suit ses études générales au Collège royal de Rouen2. Il est formé par la suite par son père au sein des cours municipaux d’histoire naturelle3. Il devient aide-naturaliste bénévole en 1851 dans l’institution de son père et y apprend la classification, la muséographie et la préparation des espèces4. En 1855, il est nommé préparateur d’histoire naturelle à l’école préparatoire à l’enseignement supérieur des Sciences et Belles-Lettres de Rouen5, mais il occupe peu de temps ce poste, puisqu’il participe à une mission scientifique dirigée par Ferdinand de Lesseps visant à découvrir les sources du Nil6. Ce voyage est déterminant pour la suite de sa carrière, car il lui donne l’occasion de mener pour la première fois des recherches anthropologiques sur le terrain et de récolter des arguments en faveur du polygénisme qu’il défend ardemment. À son retour, il utilise des observations recueillies lors de son voyage pour son ouvrage De la pluralité des races humaines7, publié en 1858. Dans cette publication, il se pose en véritable défenseur du polygénisme.

  • 8 Georges Pouchet, De la pluralité des races humaines, essai anthropologique, J.-B. Baillière et fils (...)
  • 9 Ibid., p. 149-150. Dans l’édition de 1864, la mention de l’écrivain disparaît.
  • 10 La bibliothèque de Gustave Flaubert, Centre Flaubert, [en ligne], http://flaubert.univ-rouen.fr/bib (...)
  • 11 Hassen Bkhairia, « L’Arabe dans l’œuvre de Flaubert », Centre Flaubert, [en ligne], http://flaubert (...)
  • 12 Georges Pouchet, De la pluralité des races humaines, op. cit., p. 192.
  • 13 Stéphanie Dord-Crouslé, « Le darwinisme de Flaubert », dans L’idée de « race » dans la littérature (...)

4Pour étayer ses propos, aux noms d’anthropologues de renommée, comme Joseph Gobineau, Paul de Rémusat ou encore Ernest Renan, s’ajoute celui de Gustave Flaubert, qui, lui-même vient corroborer des observations anthropologiques. Ainsi, par rapport à la question de l’hybridité des races, une remarque relative à la possibilité de pouvoir parfois encore croiser en Égypte « quelques figures rappelant assez exactement le type iconographique que nous ont transmis sur tous les monuments les anciens habitants de la vallée du Nil »8 aurait-elle été également soutenue par l’écrivain. À ce propos, Georges Pouchet précise en bas de page : « Cette remarque qui m’est personnelle a encore été faite par M. Gustave Flaubert, mais il limite à Alexandrie la présence de ces sortes de revenants du temps passé. Je suis assez porté à faire la même restriction. Ce seraient surtout des jeunes gens de quatorze à dix-huit ans, à peau olivâtre, un peu cendrée. »9 Même si l’ouvrage a lui-même fait partie de la bibliothèque de l’écrivain10, Georges Pouchet et Gustave Flaubert ont une vision très différente des populations extra-européennes, notamment du Nord de l’Afrique. L’écrivain se refuse d’évoquer une supériorité des races aryennes sur les races sémitiques11, tandis que le naturaliste cherche à établir une méthode pour classer et hiérarchiser les races. Les populations nord-africaines sont, en outre, très clairement considérées comme inférieures. Toutefois, les deux hommes se rejoignent sur la question de la valeur intellectuelle des individus. Pour Georges Pouchet, cette notion peut servir de critère12. À la fin des années 1870, Gustave Flaubert, particulièrement influencé par le spencerisme, assimile groupes sociaux et races. Le savoir et les capacités cognitives divisent la société française elle-même13.

  • 14 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, registre des entrées, 1838-1902, 1er juillet 1839 (...)
  • 15 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, FAP 2001, étude du système de Gall par F.-A. Pouc (...)
  • 16 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, GPO 20, carnets de voyage au Soudan de Georges Po (...)

5L’intelligence humaine est par ailleurs étudiée à Rouen depuis la fin des années 1839. La collection phrénologique du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, acquise par Félix-Archimède Pouchet à partir de 183914 témoigne de cet intérêt. Jusqu’au début des années 1870, elle est en outre encore présente dans les vitrines de l’institution. Pourtant les naturalistes rouennais n’étaient pas des phrénologues convaincus. Avant de définitivement condamner la théorie, elle a été largement éprouvée par Félix-Archimède Pouchet. La quantité de notes laissée sur cette question montre qu’il s’est intéressé pendant de nombreuses années à cette discipline15. Dans les années 1850, si la phrénologie n’est pas totalement admise à Rouen, la cranioscopie est utilisée par Georges Pouchet pour ses études anthropologiques16.

  • 17 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, FAP 2001, étude du système de Gall par F.-A. Pouc (...)
  • 18 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, PEN 1, lettre de Harembert à Georges Pennetier du (...)
  • 19 Pour plus de renseignements sur l’histoire de la phrénologie, voir Marc Renneville, Le Langage des (...)

6Toutefois, si dans les années 1850, Félix-Archimède Pouchet conclut ses recherches en affirmant qu’ « il y a quelque chose de vrai dans la doctrine de Gall mais que l’on a voulu trop étendre le principe »17, en 1870, il raye ses notes et affirme que les facultés intellectuelles sont indépendantes des facultés morales. Il condamne définitivement la théorie, car il « n’admettait pas les localisations »18. À l’époque de la rédaction de Bouvard et Pécuchet, la théorie est ainsi rejetée à Rouen, mais aussi majoritairement en Europe. L’action du roman se situe cependant dans les années 1840, en pleine mode de la phrénologie19. D’une certaine façon, Gustave Flaubert s’accorde un anachronisme en ridiculisant cette pratique.

  • 20 Georges Pouchet, « Sur les débris de l’industrie humaine attestant l’existence d’une race d’hommes (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Lettres de Gustave Flaubert à Caroline Franklin-Grout du 22 août 1877, Correspondance, éd. Jean Bru (...)

7Enfin, dans le domaine de l’anthropologie, les naturalistes rouennais se sont particulièrement intéressés à la question de l’homme antédiluvien. Georges Pouchet participe lui-même à des recherches sur ce sujet en fouillant, en 1859, le site de Saint-Acheul20. Il y découvre une hache du terrain Diluvium et présente une communication à la Société d’anthropologie de Paris intitulée « Sur les débris de l’industrie humaine attestant l’existence d’une race d’hommes contemporaine des animaux perdus »21. L’homme serait ainsi bien antérieur à l’âge indiqué par les textes religieux. Gustave Flaubert semble avoir été particulièrement séduit par l’image de l’homme préhistorique. Il aime signer les lettres dédiées à sa nièce, Caroline, le vieillard de Cro-Magnon22.

  • 23 Lettre de Gustave Flaubert à Georges Pouchet, mai 1865, Corr., III, p. 444-445 et Archives du Muséu (...)
  • 24 Il lui écrit une lettre d’introduction conservée dans les Archives du Muséum d’histoire naturelle d (...)
  • 25 Lettre de Gustave Flaubert à Georges Pouchet, 22 juin 1865, Corr., III, p. 446-447 et Archives du M (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Archives Nationales de France, F/17/23046, dossier de carrière de Georges Pouchet.
  • 28 Georges Pouchet, Liste des travaux scientifiques de Georges Pouchet, Professeur d’Anatomie comparée (...)
  • 29 Voir notamment « Contribution à l’anatomie des Édentés (premier mémoire) », Journal de l’Anatomie, (...)

8Gustave Flaubert apprécie et soutient particulièrement le jeune scientifique. En 1865, il sollicite plusieurs de ses connaissances pour que Georges Pouchet obtienne le poste d’aide-naturaliste au Jardin des Plantes de Paris. Il fait ainsi appel à la Princesse Mathilde Bonaparte qui s’est chargée d’écrire à Étienne Serres, mais selon l’écrivain, elle n’a pas eu de réponse23. Gustave Flaubert lui a également conseillé de rencontrer Sainte-Beuve24 et de contacter son ami Jules Duplan qui peut l’introduire chez Hortense Cornu25. Il lui suggère surtout de rencontrer le Ministre de l’Instruction Publique, Victor Duruy, à qui il pourrait plaire « comme ennemi des prêtres »26. S’il n’est pas possible de déterminer l’impact de ces intercessions, Georges Pouchet accède au poste d’aide-naturaliste du Jardin des Plantes le 27 juin 186527. Le biologiste est alors attaché à la chaire d’anatomie comparée tenue par Étienne Serres, fervent tenant du monogénisme. À partir de son entrée au Muséum national, Georges Pouchet a mis de côté ses études anthropologiques pour presque entièrement se tourner vers « l’anatomie des animaux envisagée surtout dans ses rapports avec le fonctionnement des organes et la vie de l’individu »28. Il travaille particulièrement sur l’anatomie des édentés29.

  • 30 Archives Nationales de France, F/17/23046, dossier de carrière de Georges Pouchet. Communication de (...)
  • 31 Archives Nationales de France, F/17/23046, op. cit., communication de M. le professeur Serres à l’a (...)
  • 32 L’Avenir national, jeudi 18 mars 1869, n° 1522, p. 1.
  • 33 Georges Pouchet, Mémoire sur l’encéphale des Édentés, Baillière, Paris, 1869, 80 p.

9Rapidement, Georges Pouchet connaît de gros problèmes relationnels avec ses collègues, notamment avec Étienne Serres et Paul Gervais, qui l’entravent dans ses recherches en lui bloquant l’accès au matériel et aux spécimens30. Le jeune naturaliste est alors accusé par son supérieur d’imposer une contribution aux étudiants du muséum pour pouvoir accéder aux collections de la galerie d’anatomie31. Le renvoi du jeune chercheur est déjà demandé, mais ses nombreux soutiens l’ont peut-être aidé à se maintenir sur son poste. En 1869, aucune relation ne peut préserver le naturaliste de l’éviction du Muséum national. Il est renvoyé sur l’ordre de Napoléon III le soir même de la publication d’un article dans L’Avenir National paru le 18 mars 1869. Il y dénonçait la volonté du gouvernement de vouloir, selon lui, transformer l’institution en école d’agronomie32. Malgré tout, il soutient cette même année sa thèse de sciences naturelles intitulée Mémoire sur l’encéphale des Édentés33.

  • 34 Archives Nationales de France, F/17/2998, dossier de missions de Georges Pouchet.
  • 35 Henri Beauregard, « Georges Pouchet (1833-1894) », Journal de l’Anatomie et de la Physiologie norma (...)
  • 36 Ibid.

10La communauté scientifique française est cependant suffisamment divisée à cette époque pour que le naturalise puisse rapidement retrouver de nouveaux appuis et de nouvelles fonctions. À partir de mai 1870, il effectue des missions au Laboratoire de pisciculture de Concarneau, dirigé par Victor Coste34. Il s’y spécialise alors en ichtyologie et pisciculture. La guerre éclatant, en septembre, il organise le service de santé dans les 7e, 8e, et 9e compagnies, puis du 18 au 22 novembre, se voit confier par Jules Ferry, le secrétariat général de la préfecture de police35. Il se distingue particulièrement lors de l’insurrection blanquiste du 31 octobre 1870. En l’absence d’Édmond Adam, parti aider Jules Ferry à dégager l’Hôtel de Ville, il défend la Préfecture36.

  • 37 Georges Pouchet, Rapport sur une mission scientifique aux viviers-laboratoires de Concarneau, imp. (...)
  • 38 Georges Pouchet, Rapport sur une mission scientifique aux viviers-laboratoires de Concarneau, imp. (...)

11Au cours des mois de janvier et février 187237, Georges Pouchet retourne à Concarneau afin d’étudier les changements de couleur chez certains poissons, puis après la mort de Victor Coste, survenue en 1873, il co-dirige le laboratoire avec Charles Robin38. C’est dans ce cadre que l’été suivant, plusieurs Rouennais viennent séjourner quelques semaines au sein du Laboratoire de pisciculture. Georges Pennetier et Gustave Flaubert font partie de ceux qui restent plusieurs semaines à la station, non pas pour mener des expériences, mais pour prendre des bains de mer et profiter du calme de la station. Nous reviendrons ultérieurement sur cet épisode de la vie de ces deux personnalités.

  • 39 Pour ses activités d’enseignant, voir Henri Beauregard, « Georges Pouchet (1833-1894) », op. cit.
  • 40 Archives Nationales de France, F/17/23046, op. cit. Il est nommé le 6 mai 1876.
  • 41 Henri Beauregard, op. cit., p. 24.

12Parallèlement à ses missions à Concarneau, Georges Pouchet a été aussi un enseignant actif, en professant l’histologie à la salle Gerson, rue du Jardinet et en exerçant au laboratoire d’histologie zoologique de l’école des Hautes Études39. Par ses amitiés scientifiques et politiques, il réintègre bientôt les grandes institutions. En 1875, en suppléant de Paul Bert, il assume les cours de physiologie à la Sorbonne et obtient un an après le poste de Maître de conférences d’histoire naturelle à l’École normale supérieure40. Après dix années d’exclusion du Muséum national, il est nommé le 1er août 1879 sur la prestigieuse Chaire d’anatomie comparée. Il conserve ce poste jusqu’à sa mort survenue en février 189441.

  • 42 Archives Nationales de France, F/17/2998, dossier de missions de Georges Pouchet.
  • 43 Georges Pouchet, Liste des travaux scientifiques de Georges Pouchet, imp. Martinet, Paris, 1879, 15 (...)

13Après la mort de Gustave Flaubert, Georges Pouchet a effectué de très nombreuses missions maritimes, notamment en Laponie42. Au-delà de ses recherches scientifiques, comprenant environ trois cents publications dans des domaines scientifiques très diversifiés43, il n’a pas laissé d’écrits biographiques. Il n’a par ailleurs pas lui-même évoqué ses rapports avec Gustave Flaubert.

Un consultant médical et zoologique

14Dans les années 1920, alors que la génération qui a connu Gustave Flaubert et la famille Pouchet est en train de s’éteindre, les biographes français se pressent pour recueillir les ultimes témoignages des personnes qui les ont fréquentés. L’écrivain Charles Chassé s’est spécifiquement intéressé à Georges Pouchet, tant il est constamment signalé par les auteurs naturalistes français comme un consultant scientifique incontournable. Les résultats de ces investigations paraissent en 1925 dans un article de la Grande Revue intitulé « Le biologiste consultant d’une génération littéraire : Georges Pouchet (1833 – 1894) ». Cependant, il y signale qu’aucune lettre échangée entre le médecin et Gustave Flaubert n’a été conservée ; affirmation qui a été contredite plus tard par la redécouverte de plusieurs lettres. Le Muséum d’histoire naturelle de Rouen lui-même en conserve six.

15La plus ancienne date de l’année 1862 et montre que l’écrivain se tourne plus spontanément vers le jeune naturaliste pour solliciter des informations scientifiques que vers son ancien maître Félix-Archimède Pouchet. Pour la finalisation de son roman Salammbô, il s’inquiète de la crédibilité de certains détails zoologiques :

  • 44 Lettre de Flaubert à Georges Pouchet, 27 septembre 1862, Corr., III, p. 219 et Archives du Muséum d (...)

1° Peut-on dire la corne en parlant des pieds des cerfs ? Je crois que non. Le mot corne ne devant pas s’appliquer aux animaux aux pieds fendus. Quel est le mot propre ?
2° « Mandibules de sauterelles », c’est cigales, n’est-ce pas ? Ce sont les cigales qui avec leur bec font un bruit aigu et strident.
3° Peut-on dire que l’on entend le bruit des tarentules nichées aux parties sèches de la voûte. L’action des dites tarentules se passe dans les citernes de Carthage. Un ami m’a fait l’objection que les tarentules sont des araignées mais c’étaient bien des tarentules que j’entendais la nuit dans le temple de Karnac44.

  • 45 Gustave Flaubert, Salammbô, Michel Lévy frères, Paris, 1862, p. 397.

16Si nous ne possédons pas la réponse du naturaliste, on peut néanmoins observer un écho de ces interrogations dans le roman à travers la comparaison « […] les salsalim claquaient, comme des ailes de sauterelles »45.

17L’écrivain se tourne lui-même vers ses amis pour obtenir des conseils. En 1868, c’est à travers une lettre adressée à George Sand que l’on apprend qu’il a recherché les connaissances de Georges Pouchet à nouveau pour des détails zoologiques. Cette fois-ci c’est une question de nomination qui le préoccupe :

  • 46 Lettre de Flaubert à George Sand, 5 juin 1868, Correspondance, III, p. 759-760.

J’ai reçu vos deux billets, chère maître. Vous m’envoyez pour remplacer le mot « libellules » celui d’« alcyons ». Georges Pouchet m’a indiqué celui de gerre des lacs (genre Gerris). Eh bien ! Ni l’un ni l’autre ne me convient, parce qu’ils ne font pas tout de suite image pour le lecteur ignorant.
Il faudrait donc décrire ladite bestiole ? Mais ça ralentirait le mouvement ! Ça emplirait tout le paysage ! Je mettrai « des insectes à grandes pattes », ou « de longs insectes », ce sera clair et court.46

18Finalement les détails zoologiques lui semblent trop encombrants et il préfère y renoncer.

  • 47 Lettre de Flaubert à Caroline Franklin-Grout, 24 ou 25 mars 1875, Corr., IV, p. 914-915.

19Dans les années 1870, Georges Pouchet est bien plus souvent à Paris ou à Concarneau qu’à Rouen. Malgré l’éloignement, les deux personnalités conservent un lien qui paraît se resserrer au milieu du siècle. L’année 1875 est à ce propos remarquable, car elle souligne la dualité des rapports existant entre les deux hommes. En cette année du début de la rédaction de Bouvard et Pécuchet, les deux hommes semblent se voir plus souvent qu’à l’accoutumée. À la fin du mois de mars, l’écrivain reçoit à dîner le biologiste. Annonçant dans une lettre cette venue à sa nièce Caroline, il ajoute : « J’ai à l’interroger sur la médecine. »47 Avec l’adjonction de cette courte phrase, l’invitation se charge d’une dimension professionnelle, mais les relations semblent plus informelles l’été qui suit.

  • 48 Propos recueillis par Charles Chassé, « Le biologiste consultant d’une génération littéraire. Georg (...)

20Comme évoqué brièvement auparavant, au cours de l’été 1875, Gustave Flaubert s’est rendu, au mois de septembre, sur l’invitation de Georges Pouchet, à Concarneau afin de pouvoir se reposer. Les deux hommes sont par la suite rejoints par Georges Pennetier. Celui-ci a évoqué, sur la demande de Charles Chassé au début des années 1920, cet été passé en compagnie de l’écrivain et du biologiste. Le témoignage qu’il a fourni met au jour de véritables relations amicales. Ainsi, a-t-il précisé : « Je me suis, il est vrai […] trouvé pendant un mois à Concarneau en 1875 avec Flaubert, Pouchet et plusieurs biologistes. Mais à Concarneau on riait plutôt qu’on n’y philosophait… Flaubert ne parlait pas de ses œuvres pendant cette courte vacance. Il parlait de tout en général et prenait des bains »48. Particulièrement déprimé, il rapporte à sa nièce Caroline Grout que ces deux seules activités consistent à prendre des bains de mer tous les jours et à regarder Georges Pouchet travailler. Il profite tout de même de la bibliothèque du biologiste. À ce propos, l’évocation des ouvrages qu’il lit est l’occasion de parler des opinions politiques et philosophiques du savant. Il précise alors :

  • 49 Lettre de Flaubert à sa nièce Caroline, 21 octobre 1875, de Concarneau, Corr., IV, p. 985-986.

Dans mes moments de désœuvrement je lis quelques passages d’un Saint-Simon qu’on m’a prêté. Je relis pour la centième fois les contes de M. de Voltaire et puis le Siècle, le Temps, et le Phare de la Loire régulièrement. Ici, on est très radical et libre penseur (ce qui contrarie les idées reçues sur la Bretagne). Quand je dis « on est », j’entends parler de cinq ou six petits bourgeois qui viennent au café49.

21Le séjour à Concarneau semble avoir encore plus renforcé les liens entre l’écrivain et les deux naturalistes rouennais. Au cours des cinq dernières années de sa vie, Gustave Flaubert reçoit souvent les deux hommes.

22Dans les jours qui suivent la mort de l’homme de Lettres, Georges Pouchet attristé confie à Edmond de Goucourt son opinion sur la maladie qui a terrassé son ami :

  • 50 Propos de Georges Pouchet recueillis par Edmond de Goncourt, Journal, 16 mai 1880, t. VI, 1892, p.  (...)

Il n’est pas mort d’un coup de sang. Il est mort d’une attaque d’épilepsie… Dans sa jeunesse, oui, vous savez, il avait eu des attaques… Le voyage d’Orient l’avait pour ainsi dire guéri… Il avait été seize ans sans plus en avoir… mais les ennuis des affaires de sa nièce lui en ont redonné… et samedi, il est mort d’une attaque d’épilepsie congestive… oui, avec tous les symptômes, avec de l’écume à la bouche… Tenez, sa nièce désirait qu’on moulât sa main… On ne l’a pas pu… elle avait gardé une si terrible contracture… Peut-être si j’avais été là, en le faisant respirer une demi-heure, j’aurais pu le sauver50.

Georges Pennetier et Gustave Flaubert : darwinisme et collections

  • 51 Georges Pennetier a vu le jour à Rouen le 28 juillet 1836 d’une famille de notables rouennais. Son (...)

23Georges Pennetier51 a passé une grande partie de sa vie avec la famille Pouchet. Avec Georges Pouchet, ils ont les mêmes idées politiques et philosophiques, mais n’ont pas les mêmes sujets de recherche. L’un embrasse une carrière de recherche au niveau national, tandis que l’autre conduit toute sa carrière à Rouen. Tous deux sont amis de Gustave Flaubert mais ils entretiennent des relations différentes avec l’écrivain. Quelques éléments relatifs aux travaux entrepris par Georges Pennetier peuvent aider à mieux appréhender la nature du lien existant entre ce naturaliste et l’écrivain de Croisset.

Hygiène et génération spontanée

  • 52 Charles Chassé, op. cit., p. 309.

24La nature des rapports existant entre Georges Pennetier et Gustave Flaubert est complexe à analyser, car les traces écrites et les témoignages de leur fréquentation sont peu nombreux. Dans la correspondance de l’écrivain, le nom est bien souvent associé à celui de Georges Pouchet. Il est de même présent à Concarneau lors du séjour de Gustave Flaubert. Dans les années 1920, Georges Pennetier explique que Gustave Flaubert « se documentait auprès de [Georges Pouchet] comme il le faisait auprès de tous ses amis ; principalement pour Bouvard et Pécuchet »52. De façon discrète et humble, il dévoile de même avoir fait partie de ses informateurs. Comment un transfert de connaissances s’est-il opéré ? Par rapport à Georges Pouchet, dans quel domaine Georges Pennetier pouvait-il aider ou inspirer l’écrivain ?

  • 53 « Les emprunts de Flaubert à la Bibliothèque nationale », Centre Flaubert, [en ligne], http://flaub (...)
  • 54 Alphonse Chevallier, Dictionnaire des altérations et fabrications des substances alimentaires, médi (...)
  • 55 Georges Pennetier, Leçons sur les matières premières organiques, V. Masson, Paris, 1018 p.
  • 56 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, « Garnier-Flammarion », Flammarion, Paris, 1999 (mise à jour (...)

25Outre la médecine, le naturaliste pouvait l’aider pour la rédaction de Bouvard et Pécuchet sur des questions hygiéniques, mais dans ce domaine, les connaissances et les pratiques ayant beaucoup évolué depuis les années 1840 et pour éviter des anachronismes, l’écrivain s’est plutôt référé à des publications plus anciennes. Le cas des falsifications alimentaires est particulièrement remarquable à ce propos. La détection des fraudes alimentaires est une des grandes spécialitées du médecin rouennais, mais entre les années 1840 et les années 1870, la façon de les détecter a particulièrement évolué. Ainsi, pour éviter un anachronisme, Gustave Flaubert aurait consulté l’ouvrage d’Alphonse Chevallier53, Dictionnaire des altérations et fabrications des substances alimentaires, médicamenteuses et commerciales, avec l’indication des moyens de les reconnaître54, paru entre 1850 et 1852, et non l’ouvrage Leçons sur les matières premières organiques55 du médecin rouennais paru en 1871. Ce dernier ouvrage réactualise en effet la publication précédente. La détection se fait désormais avec l’aide du microscope. Dans le roman de Gustave Flaubert, les deux protagonistes n’arrivent pas à se servir de l’instrument dans le chapitre III56.

  • 57 Georges Pennetier, L’Origine de la vie, Rothschild, Paris, 1868, 326 p.

26Aussi, peut-on très justement se demander si Georges Pennetier a été lu par l’écrivain ? La consultation de la bibliothèque de Gustave Flaubert révèle que l’écrivain a reçu en 1860 un ouvrage relatif à un point précis de la polémique sur la génération spontanée : la question de la résistance de certains animaux. Il s’agit de l’ouvrage du naturaliste De la Reviviscence et des animaux dits ressuscitants publié en 1860. Dans ce compte rendu d’expériences, le scientifique met fin aux croyances relatives à l’immortalité de certains organismes. Fidèle élève de Félix-Archimède Pouchet, il défend également ardemment la génération spontanée, mais diverge sur certains points par rapport à d’autres défenseurs. En 1869, il fournit à ce propos un grand ouvrage synthétique sur la question. Intitulé L’Origine de la vie57, il a la particularité de combiner plusieurs grands débats importants des années 1860 : à la fois la question des générations spontanées et celle de la mutabilité des espèces. S’il ne nous est pas permis de déterminer si Gustave Flaubert a lu cet ouvrage, la polémique éclatant entre Bouvard, Pécuchet, l’abbé Jeufroy et les Fabriciens rappelle les discussions de la Société des Amis des sciences naturelles de Rouen et, de façon plus générale, la réaction de la presse locale et nationale aux conférences publiques données par Georges Pennetier à la Ligue pour l’enseignement en 1870 et 1872. Ces réactions ont pu être transmises oralement par les deux naturalistes lors des dîners pris en commun ou lors du séjour de Concarneau en 1875.

De l’introduction du darwinisme à Rouen aux écrits flaubertiens

  • 58 Cf. son cours : Félix-Archimède Pouchet, Introduction à la zoologie antédiluvienne, fragment du cou (...)
  • 59 Les brouillons de Bouvard et Pécuchet, édition en ligne sur le site de l’université de Rouen, et so (...)
  • 60 Voir l’article de Maryline Cantor Coquidé dans ce même numéro.

27Il est intéressant de remarquer que les naturalistes rouennais en poste, à partir de Félix-Archimède Pouchet, ne sont pas fixistes. Ce dernier montre lui-même une adhésion aux idées lamarckiennes dès les années 183058. Gustave Flaubert a ainsi, sur cette question, été initié très tôt à la notion de transformation de la terre et des espèces. Pour la rédaction de son chapitre sur l’histoire de la terre, l’ouvrage L’Univers de son maître figure en bonne place59. La troublante phrase de Bouvard et Pécuchet : « À qui se fier ? Car enfin le docteur n’était pas un catholique ! » ne se référerait-elle pas à lui ? Félix-Archimède Pouchet était en effet protestant60.

28Quant à Georges Pennetier et Georges Pouchet, leurs écrits sont nourris de philosophie positive. Au niveau national, ils font partie des premiers naturalistes à adhérer et à vouloir diffuser au grand public la théorie de l’évolution.

  • 61 Alexandre Malbranche, Quelques réflexions sur le Darwinisme, H. Boissel, Rouen, 1866, 8 p.
  • 62 Le deuxième mémoire, intitulé Mutabilité des formes organiques, est lu au cours de la séance du 7 j (...)
  • 63 M. Hébert, « Compte-rendu des travaux de la société pendant l’année 1866 », Société des Amis des Sc (...)
  • 64 Ibidem, p. 67.

29Ce sont les réactions aux deux conférences données par Georges Pennetier à la Ligue de l’enseignement en 1870 et 1872 qui sont particulièrement intéressantes, car on retrouve dans la presse des critiques similaires à celles émises par les Fabriciens dans Bouvard et Pécuchet. En effet, la question de la variabilité des espèces a été présentée pour la première fois à Rouen en 1865 au sein de la Société des Amis des sciences naturelles nouvellement fondée. Une polémique surgit à la suite de la lecture du mémoire d’un pharmacien local, Alexandre Malbranche intitulé Quelques réflexions sur le Darwinisme61 qui rejette l’idée de la variabilité des espèces. Georges Pennetier se dresse immédiatement en défenseur du darwinisme dans un mémoire lu au cours de la séance du 1er février 1866 de la société. Dans celui-ci, il arrive à concilier à la fois les idées de Félix-Archimède Pouchet et celles de Charles Darwin, en rendant complémentaires la théorie de la génération spontanée et celle de la mutabilité des espèces62. Il croit fermement à la possibilité d’un passage d’un ordre de mammifères à un autre en se basant sur des fossiles qu’il a pu observer. Il croit de même en l’existence d’un chaînon manquant qui peut se situer, selon lui, en Afrique centrale63. Les débats se poursuivent, mais deviennent rapidement stériles, les deux partis campant sur leurs positions. La question paraît même devenir taboue et Georges Pennetier démissionne le 6 septembre 186664 de la commission de publicité du bureau. Par la suite, il n’intervient plus dans la société.

  • 65 Journal de Rouen, mardi 8 mars 1870, n° 67, p. 1-4.

30Il ne renonce cependant pas à diffuser les idées évolutionnistes. En 1870, il profite des conférences publiques de la Ligue de l’enseignement pour exposer au grand public ces notions. C’est ainsi que le 7 mars 1870, il donne une conférence intitulée La Terre et l’Homme pour la Ligue de l’enseignement devant un parterre d’ouvriers. Elle est par la suite entièrement retranscrite dans le Journal de Rouen65. Au cours de cette conférence, Georges Pennetier présente l’histoire de la terre, dénonce l’emprise de l’Église sur la recherche scientifique, affirme l’existence de l’homme préhistorique et rejette officiellement le fixisme. Le déroulé de l’exposé rappelle la construction du récit de Bouvard et Pécuchet, les notions et idées exposées sont les mêmes que celles qui sont défendues par les deux personnages principaux du roman.

  • 66 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, PEN 14, revue de presse, Chronique de Rouen, 17 m (...)

31Si le Journal de Rouen ne fait que retranscrire les propos de Georges Pennetier, sans l’ajout d’un commentaire, les comptes rendus dans la presse locale témoignent de la violence des débats entre idées religieuses et scientifiques. On retrouve dans ces critiques celles des Fabriciens et de Vaucorbeil. Plusieurs articles sont particulièrement virulents envers cette conférence. Ils sont issus du Nouvelliste de Rouen, de L’Indicateur Rouennais et du Rouennais. Cependant les attaques sont loin d’être franches et, comme le précise la Chronique de Rouen du 17 mars 1870, ces journaux « se sont contentés de nier l’effet qu’elle [la conférence] avait produit, d’accuser l’orateur d’avoir employé trop de termes techniques et d’avoir été trop métaphysicien »66. De façon générale, les comptes rendus les plus féroces n’acceptent pas l’idée d’un possible lien avec le règne animal.

32Dans sa conférence, Georges Pennetier expose ainsi l’apparition du règne animal, en commençant par les crustacés et les poissons pour aller jusqu’à l’humain contemporain, en passant par l’homme préhistorique. Les critiques se déchaînent :

  • 67 Idem, revue de presse, « Conférence de la ligue de l’enseignement », Nouvelliste de Rouen, 8 mars 1 (...)

M. le docteur Pennetier avait pris pour sujet de conférence, hier soir, à la salle de la rue de Fontenay, la Terre et l’Homme. Sur ce titre, il a brodé la science la plus touffue, la plus bourrée de termes techniques qu’il soit possible d’imaginer. Et avec quelle assurance l’orateur a fait descendre les animaux d’un crustacée [sic] perdu au milieu d’innombrables mollusques !…67

  • 68 Yvette Conry, L’introduction du darwinisme en France au XIXe siècle, J. Vrin, Paris, 1974, 480 p. D (...)

33On retrouve cette même polémique, qui est également générale au niveau national68, mais exposée particulièrement précocement à Rouen, à travers la conversation entre Bouvard et Vaucorbeil :

  • 69 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 149.

– Croyez-vous que le genre humain descende des poissons ?
– Quelle bêtise !
– Plutôt des singes, n’est-ce pas ?
– Directement, c’est impossible !69

  • 70 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, PEN 14, lettre de Lefevre à Georges Pennetier, 10 (...)
  • 71 Idem, revue de presse, Journal de Rouen, 26 mai 1872.

34Le 22 avril 1872, Georges Pennetier donne à nouveau une conférence à la Ligue de l’Enseignement, cette fois-ci sur Les Origines de l’Homme. Si les réactions semblent moins vives qu’en 1870 dans la presse, elle provoque tout de même de nombreuses récriminations. Dans une lettre intitulée De l’origine de l’homme, l’homme est-il un animal ?70, le directeur de La Normandie, J. Lefevre, reproche essentiellement au naturaliste et à la pensée transformiste d’avoir écarté Dieu, tout en ne proposant pas de solution pour expliquer l’âme humaine, le langage, etc. Tout comme l’abbé Jeufroy dans le roman, les ecclésiastiques s’offusquent de tels propos. L’Archevêché rouennais lui-même a réagi publiquement à Rouen à cette conférence. Lors de la bénédiction de la fontaine de la Croix-de-Pierre le 25 mai 1872, le Cardinal de Bonnechose signale sa désapprobation à l’assistance face aux « doctrines impies qui répudient les grandeurs du christianisme pour dégrader l’homme au niveau de la bête »71.

  • 72 Idem, revue de presse des articles de Georges Pennetier.

35Georges Pennetier a conservé toute sa vie une revue de presse de ces articles particulièrement féroces72. Gustave Flaubert a pu lui-même suivre les débats dans la presse ou encore connaître toutes ces réactions directement par le biais du scientifique.

36Outre Bouvard et Pécuchet, l’édition de La Tentation de saint Antoine de 1874 est également marquée par les notions darwiniennes, plus spécifiquement par l’interprétation proposée par Georges Pennetier et sa croyance en la possible survie d’êtres archaïques. Chez Gustave Flaubert, la découverte d’un tel être permettrait d’interroger la nature même de l’Être :

  • 73 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, Charpentier, Paris, 1874, p. 276.

Mais la Substance étant unique, pourquoi les Formes sont-elles variées ?
Il doit y avoir quelque part, des figures primordiales, dont les corps ne sont que les images. Si on pouvait les voir on connaîtrait le lien de la matière et de la pensée, en quoi l’Être consiste73.

  • 74 Stéphanie Dord-Crouslé, « Le darwinisme de Flaubert », op. cit., p. 284.
  • 75 Ibid., p. 289.
  • 76 Ibid., p. 290.

37Gustave Flaubert a-t-il été lui-même un évolutionniste ? Pour répondre à cette question, il faut se référer à sa correspondance. À Maxime Du Camp, il affirme en 1879 : « [D]e deux choses l’une pourtant : ou l’Évolution ou le Miracle. Il faut choisir »74. Il semble ainsi que son adhésion à l’évolution soit essentiellement motivée par un refus ferme du créationnisme. Si dans cette lettre, il dit n’avoir aucune compétence pour défendre le darwinisme, il omet de mettre en avant sa lecture de La Descendance de l’homme75, puis celle de L’Histoire de la création naturelle d’Ernst Haeckel pour la préparation de Bouvard et Pécuchet en juin 187476, qu’il paraît encore plus apprécier. Cette préférence est cohérente au regard de sa propre instruction scientifique et de ses fréquentations, notamment celles de Georges Pouchet et de Georges Pennetier. Défenseur de l’hétérogénie, Gustave Flaubert ne pouvait que saluer les publications d’Ernst Haeckel.

Georges Pennetier, les collections d’histoire naturelle de Rouen et Gustave Flaubert

  • 77 Lettre de Flaubert à Georges Pennetier, 12 juillet 1876, Corr., V, p. 71.
  • 78 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, registre des sorties, 15 juillet 1876, p. 100.

38Le Muséum d’histoire naturelle de Rouen, conduit par Georges Pennetier, est un centre de ressources important pour l’écrivain, d’autant plus qu’il lui est facilement accessible. Le cas du prêt du perroquet pour la rédaction d’un Cœur simple est par ailleurs célèbre à ce sujet77. Non seulement, il obtient le prêt d’un spécimen le 15 juillet 187678, mais il emprunte également plusieurs livres d’histoire naturelle consacrés aux oiseaux, dont un de Chenu et un autre de Brehu, ainsi qu’un volume du naturaliste spécialiste des oiseaux, Alcide d’Orbigny. Il repart de même avec le livre intitulé Éléments de géologie, pour la rédaction de Bouvard et Pécuchet, qu’il a mise entre parenthèses pendant qu’il écrit Trois contes.

39Autant Georges Pouchet est pour lui un consultant incontournable en zoologie et en médecine, autant Georges Pennetier est le gardien des collections municipales rouennaises particulièrement riches dans tous les domaines des sciences naturelles. Grâce à lui, il peut facilement avoir accès à des spécimens ou à des ouvrages spécialisés. En avril ou mai 1880, il le sollicite afin de pouvoir venir observer des spécimens botaniques :

  • 79 Lettre de Georges Pennetier à Flaubert, fin avril-début mai 1880, Corr., V, p. 893.

Mon cher Ami,
Pourriez-vous, demain, me montrer des dessins de Rubiacées (gratteron, muguet) qui n’ont point de calice, et la représentation exacte d’une Shérarde (ou Sherardia) plante de la même famille, qui en possède un !
Ainsi, j’ai ce qu’il me faut : une exception à la règle, et une exception à l’exception !79

  • 80 Pouchet, Baudry ou encore Guy de Maupassant ont été également interrogés sur cette question : Berna (...)

40Il s’agit d’alimenter le chapitre consacré à l’éducation de Bouvard et Pécuchet. Sur cette question, Georges Pennetier n’a pas été la seule personnalité sollicitée80. Rien n’indique qu’il ait obtenu l’information demandée, mais dans le texte, la sollicitation de l’écrivain réapparaît presque de façon identique :

  • 81 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 370.

Ils trouvent X, rubiacée qui n’a pas de calice. Ainsi le principe posé par Pécuchet est faux. Mais un hasard fait qu’ils voient une shérarde (description de la plante) – et elle a un calice.
Allons, bon ! Si les exceptions elles-mêmes ne sont pas vraies, à qui se fier ?81

  • 82 Les Amis de Flaubert, 1960, n° 16, p. 77.

41Georges Pennetier, décédé âgé en 1923, a conservé et honoré jusqu’à la fin de sa vie le souvenir de ses amis, mais il a refusé de participer à la fondation de l’Association des Amis de Flaubert en 1913, ainsi qu’à la constitution du Comité pour le rachat du Pavillon Flaubert en 190582.

***

  • 83 Ibid., p. 36.

42La fréquentation des naturalistes rouennais paraît avoir été parfois déterminante dans la formation des idées scientifiques et dans l’évolution des écrits de Gustave Flaubert. Félix-Archimède Pouchet semble incarner l’image du scientifique par excellence. Les quelques lettres de l’écrivain adressées au professeur rouennais sont avant tout des messages d’admiration et de soutien. C’est avec la génération suivante qu’il noue des relations amicales. Auprès de Georges Pouchet et de Georges Pennetier, il collecte des renseignements scientifiques, mais dans l’œuvre même de l’auteur, il reste difficile de discerner les apports et aides de ces deux personnalités tant les idées peuvent relever à la fois de la culture personnelle de l’écrivain, de ses nombreuses lectures préparatoires, que de la consultation de ces deux scientifiques. La correspondance permet cependant de mieux comprendre le transfert des idées et des recherches d’un scientifique à l’écrivain, avec pourtant d’importantes limites, dont la principale est le manque de sources. Les lettres de Georges Pouchet ont aussi toujours été « laconiques » selon Georges Pennetier83 lui-même. Ces personnalités se voyant souvent, elles semblaient s’écrire peu. Enfin la correspondance indique rarement le sujet des conversations abordées pendant les dîners pris en commun.

Haut de page

Notes

1 Archives départementales de la Seine-Maritime, 1T1671, Collège royal de Rouen, année 1844, copie de l’acte de naissance de Georges Pouchet.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Pour les dates de nomination, voir les Archives Nationales de France, F/17/23046, dossier de carrière de Georges Pouchet.

5 Idem, Ministère de l’Instruction publique, notice individuelle, Georges Pouchet, juillet 1888.

6 Le récit complet de son expédition aux sources du Nil ne voit le jour qu’en 1861 sous le titre de : Georges Pouchet, Dongolah et la Nubie, imp. E. Guyot, Bruxelles, 1861, 94 p.

7 Georges Pouchet, De la pluralité des races humaines, essai anthropologique, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1858. L’ouvrage est réédité par la suite : Georges Pouchet, De la pluralité des races humaines, essai anthropologique, V. Masson, Paris, 1864, 234 p. Il soutient cette même année une thèse de médecine intitulée Des colorations de l’épiderme, qui s’inscrit dans le cadre de recherches anthropologiques.

8 Georges Pouchet, De la pluralité des races humaines, essai anthropologique, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1858, p. 149.

9 Ibid., p. 149-150. Dans l’édition de 1864, la mention de l’écrivain disparaît.

10 La bibliothèque de Gustave Flaubert, Centre Flaubert, [en ligne], http://flaubert.univ-rouen.fr/bibliotheque/05acc_ag.php, [date de consultation : 25 mars 2015]. Georges Pouchet a lui-même offert l’ouvrage à Gustave Flaubert.

11 Hassen Bkhairia, « L’Arabe dans l’œuvre de Flaubert », Centre Flaubert, [en ligne], http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=30, [Date de consultation : 25 mars 2015].

12 Georges Pouchet, De la pluralité des races humaines, op. cit., p. 192.

13 Stéphanie Dord-Crouslé, « Le darwinisme de Flaubert », dans L’idée de « race » dans la littérature et les sciences humaines (XVIIIe-XIXe siècles), sous la direction de Sarga Moussa, « Histoire des Sciences Humaines », L’Harmattan, Paris, p. 283-297.

14 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, registre des entrées, 1838-1902, 1er juillet 1839, p. 19. Pour une étude des collections phrénologiques rouennaises, voir Jean-Claude Vimont, « Phrénologie rouennaise : les collections retrouvées », Bulletin de la société libre d’émulation de la Seine-Maritime, année 1994, p. 39-58.

15 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, FAP 2001, étude du système de Gall par F.-A. Pouchet.

16 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, GPO 20, carnets de voyage au Soudan de Georges Pouchet, tome II, s. n.

17 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, FAP 2001, étude du système de Gall par F.-A. Pouchet, conclusion.

18 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, PEN 1, lettre de Harembert à Georges Pennetier du 28 septembre 1875. Dans un article paru en 1871 sous le titre « Les fonctions du système nerveux et l’intelligence », son fils Georges Pouchet revient sur la théorie de Gall, qui est selon lui un « homme célèbre par ses exagérations de doctrine, mais qu’il faut se garder de juger trop légèrement », car il a contribué à « ouvrir à l’étude anatomique et physiologique du cerveau une voie toute nouvelle ». Georges Pouchet, « Le système nerveux de l’intelligence » (Revue des Deux Mondes, t. 93, p. 721).

19 Pour plus de renseignements sur l’histoire de la phrénologie, voir Marc Renneville, Le Langage des crânes, une histoire de la phrénologie, Institution d’édition Sanofi-Synthélabo, Paris, 2000, 354 p.

20 Georges Pouchet, « Sur les débris de l’industrie humaine attestant l’existence d’une race d’hommes contemporaine des animaux perdus », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, t. I, 1859, p. 42-47.

21 Ibid.

22 Lettres de Gustave Flaubert à Caroline Franklin-Grout du 22 août 1877, Correspondance, éd. Jean Bruneau et Yvan Leclerc, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1973-2007, 5 volumes [Corr]. V, p. 277-278 ; 29 mai 1878, V, p. 387-388 ; 19 novembre 1879, V, p. 742- 743 et 1er février 1880, V, p. 803-804.

23 Lettre de Gustave Flaubert à Georges Pouchet, mai 1865, Corr., III, p. 444-445 et Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, GPO 27.

24 Il lui écrit une lettre d’introduction conservée dans les Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, GPO 27. Gustave Flaubert précise à Georges Pouchet : « Si Sainte-Beuve ne vous sert pas, il pourra vous donner de bons conseils. C’est un malin » (1866). Lettre de Gustave Flaubert à Georges Pouchet, mai-juin 1865, Corr, III, p. 443-444.

25 Lettre de Gustave Flaubert à Georges Pouchet, 22 juin 1865, Corr., III, p. 446-447 et Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, GPO 27.

26 Ibid.

27 Archives Nationales de France, F/17/23046, dossier de carrière de Georges Pouchet.

28 Georges Pouchet, Liste des travaux scientifiques de Georges Pouchet, Professeur d’Anatomie comparée au muséum d’histoire naturelle à l’appui de sa candidature à l’Académie des sciences (section d’anatomie et de zoologie), Société anonyme des imprimeries réunies Bourloton, Paris, 1886, p. 5.

29 Voir notamment « Contribution à l’anatomie des Édentés (premier mémoire) », Journal de l’Anatomie, Baillière, Paris, 1866 et « Contribution à l’anatomie des Édentés (deuxième mémoire) », Journal de l’Anatomie, Baillière, Paris, 1866, vol. 3, p. 113-129 et p. 337-353.

30 Archives Nationales de France, F/17/23046, dossier de carrière de Georges Pouchet. Communication de M. le professeur Serres à l’Assemblée des professeurs-administrateurs du Muséum, dans la séance du 9 décembre 1867, puis en 1869, lettre de Paul Gervais du 20 février 1869 au Directeur du Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

31 Archives Nationales de France, F/17/23046, op. cit., communication de M. le professeur Serres à l’assemblée des professeurs administrateurs du Muséum, dans la séance du mardi 8 décembre 1867. L’accusation date de l’année 1866.

32 L’Avenir national, jeudi 18 mars 1869, n° 1522, p. 1.

33 Georges Pouchet, Mémoire sur l’encéphale des Édentés, Baillière, Paris, 1869, 80 p.

34 Archives Nationales de France, F/17/2998, dossier de missions de Georges Pouchet.

35 Henri Beauregard, « Georges Pouchet (1833-1894) », Journal de l’Anatomie et de la Physiologie normale et pathologique de l’Homme et des Animaux, vol. 31, 1895, tiré à part, p. 5.

36 Ibid.

37 Georges Pouchet, Rapport sur une mission scientifique aux viviers-laboratoires de Concarneau, imp. Nationale, Paris, 1874, p. 2. Archives Nationales de France, F/17/2998, dossier personnel Georges Pouchet, fonds des missions, arrêté du 8 novembre 1871.

38 Georges Pouchet, Rapport sur une mission scientifique aux viviers-laboratoires de Concarneau, imp. Nationale, Paris, 1874, p. 2.

39 Pour ses activités d’enseignant, voir Henri Beauregard, « Georges Pouchet (1833-1894) », op. cit.

40 Archives Nationales de France, F/17/23046, op. cit. Il est nommé le 6 mai 1876.

41 Henri Beauregard, op. cit., p. 24.

42 Archives Nationales de France, F/17/2998, dossier de missions de Georges Pouchet.

43 Georges Pouchet, Liste des travaux scientifiques de Georges Pouchet, imp. Martinet, Paris, 1879, 15 p. et Georges Pouchet, Seconde liste des travaux scientifiques de Georges Pouchet, 1886-1892, imp. de la Cour d’appel, Paris, 1892, 10 p.

44 Lettre de Flaubert à Georges Pouchet, 27 septembre 1862, Corr., III, p. 219 et Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, GPO 27.

45 Gustave Flaubert, Salammbô, Michel Lévy frères, Paris, 1862, p. 397.

46 Lettre de Flaubert à George Sand, 5 juin 1868, Correspondance, III, p. 759-760.

47 Lettre de Flaubert à Caroline Franklin-Grout, 24 ou 25 mars 1875, Corr., IV, p. 914-915.

48 Propos recueillis par Charles Chassé, « Le biologiste consultant d’une génération littéraire. Georges Pouchet (1833 - 1894) », La Grand Revue, n° 12, décembre 1924, tiré à part, p. 313.

49 Lettre de Flaubert à sa nièce Caroline, 21 octobre 1875, de Concarneau, Corr., IV, p. 985-986.

50 Propos de Georges Pouchet recueillis par Edmond de Goncourt, Journal, 16 mai 1880, t. VI, 1892, p. 114.

51 Georges Pennetier a vu le jour à Rouen le 28 juillet 1836 d’une famille de notables rouennais. Son père est Pierre Grégoire Pennetier et sa mère Georgette Albertine Châlon. Archives municipales de Rouen, acte de naissance de Georges Pennetier, 1er août 1836. Pour des renseignements biographiques complémentaires, cf. : Robert Régnier, Georges Pennetier, son œuvre et ses collaborateurs E. Mesnard et A. Cléron, imp. Cagniard, Rouen, 1929, tiré à part, 31 p. Il a été formé par Félix-Archimède Pouchet. Il est médecin et directeur du Muséum d’histoire naturelle de Rouen de 1872 à 1923, année de sa mort.

52 Charles Chassé, op. cit., p. 309.

53 « Les emprunts de Flaubert à la Bibliothèque nationale », Centre Flaubert, [en ligne], http://flaubert.univ-rouen.fr/bibliotheque/05bnf.php [date de consultation : 26 mars 2015].

54 Alphonse Chevallier, Dictionnaire des altérations et fabrications des substances alimentaires, médicamenteuses et commerciales, avec l’indication des moyens de les reconnaître, Béchet jeune, Paris, 2 vol. 

55 Georges Pennetier, Leçons sur les matières premières organiques, V. Masson, Paris, 1018 p.

56 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, « Garnier-Flammarion », Flammarion, Paris, 1999 (mise à jour 2011), p. 132.

57 Georges Pennetier, L’Origine de la vie, Rothschild, Paris, 1868, 326 p.

58 Cf. son cours : Félix-Archimède Pouchet, Introduction à la zoologie antédiluvienne, fragment du cours professé par le Docteur Pouchet, imp. Fe-Marie, Rouen, 1834, 16 p.

59 Les brouillons de Bouvard et Pécuchet, édition en ligne sur le site de l’université de Rouen, et sous la direction d’Yvan Leclerc, vol. 3, folio 392.

60 Voir l’article de Maryline Cantor Coquidé dans ce même numéro.

61 Alexandre Malbranche, Quelques réflexions sur le Darwinisme, H. Boissel, Rouen, 1866, 8 p.

62 Le deuxième mémoire, intitulé Mutabilité des formes organiques, est lu au cours de la séance du 7 juin 1866. Georges Pennetier, De la mutabilité des formes organiques, V. Masson, Paris, 1866, 25 p.

63 M. Hébert, « Compte-rendu des travaux de la société pendant l’année 1866 », Société des Amis des Sciences naturelles de Rouen, deuxième année, 1866, Rouen, H. Boissel, 1867, p. 32.

64 Ibidem, p. 67.

65 Journal de Rouen, mardi 8 mars 1870, n° 67, p. 1-4.

66 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, PEN 14, revue de presse, Chronique de Rouen, 17 mars 1870.

67 Idem, revue de presse, « Conférence de la ligue de l’enseignement », Nouvelliste de Rouen, 8 mars 1870. L’article est signé G. M. Il s’agit d’un employé de l’administration rouennaise selon Édouard le Barbier : Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, PEN 14, revue de presse, Édouard Le Barbier, « Les apôtres de l’ignorance », Le Progrès rouennais, 15 mars 1870.

68 Yvette Conry, L’introduction du darwinisme en France au XIXe siècle, J. Vrin, Paris, 1974, 480 p. Darwin n’est admis à l’Académie des Sciences de Paris qu’en 1878 (Ibid., p. 31-32).

69 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 149.

70 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, PEN 14, lettre de Lefevre à Georges Pennetier, 10 mai 1872.

71 Idem, revue de presse, Journal de Rouen, 26 mai 1872.

72 Idem, revue de presse des articles de Georges Pennetier.

73 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, Charpentier, Paris, 1874, p. 276.

74 Stéphanie Dord-Crouslé, « Le darwinisme de Flaubert », op. cit., p. 284.

75 Ibid., p. 289.

76 Ibid., p. 290.

77 Lettre de Flaubert à Georges Pennetier, 12 juillet 1876, Corr., V, p. 71.

78 Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, registre des sorties, 15 juillet 1876, p. 100.

79 Lettre de Georges Pennetier à Flaubert, fin avril-début mai 1880, Corr., V, p. 893.

80 Pouchet, Baudry ou encore Guy de Maupassant ont été également interrogés sur cette question : Bernard Boullard, « Présence de la flore française dans l’œuvre de Gustave Flaubert », Myriam Dufour-Maître et Florence Naugrette, Flaubert et Maupassant, écrivains normands, Publications Universitaires de Rouen et du Havre, 1981, p. 46.

81 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 370.

82 Les Amis de Flaubert, 1960, n° 16, p. 77.

83 Ibid., p. 36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Percheron, « Flaubert, les naturalistes rouennais et les théories biologiques de 1865 à 1880 », Flaubert [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2425

Haut de page

Auteur

Bénédicte Percheron

Chercheur associé au GRHIS (Université de Rouen) — ANR BIOLOGRAPHES

Haut de page