Navigation – Plan du site

Classer la vie : la taxinomie aux prises avec le corps dans le dossier médical de Bouvard et Pécuchet

Norioki Sugaya

Résumés

La taxinomie est sans doute une discipline fondamentale qui sert de base à toutes les sciences rationnelles. Dans Bouvard et Pécuchet, on trouve en effet les deux bonshommes s’appliquer fréquemment à classer les êtres et les objets, qui se dérobent pourtant constamment à leurs tentatives de recensement. Dans cet article, nous allons donc analyser le thème de la classification dans ce roman encyclopédique de Flaubert, en particulier dans le chapitre III portant sur les sciences médicales. Il importe surtout de tenir compte du contexte historique de la médecine du XIXe siècle et d’examiner le problème de la nosologie, discipline médicale qui étudie la classification méthodique des maladies. Notre analyse des apories du savoir catégorisant mettra d’ailleurs au jour une certaine conception de l’ordre et de la nature, essentielle à l’esthétique flaubertienne.

Haut de page

Texte intégral

Le thème de la classification dans Bouvard et Pécuchet

  • 1 Sur ce sujet, voir Yvan Leclerc, La Spirale et le monument. Essai sur Bouvard et Pécuchet de Gustav (...)

1Classer est sans conteste le geste primordial de toute entreprise scientifique. En effet, si on ne veut pas se perdre dans le foisonnement des objets sur lesquels porte l’étude, il faut d’abord les diviser en groupes et en séries, et les mettre ainsi en ordre. La taxinomie est, en ce sens, la branche de la connaissance qui devrait servir de base même à toutes les sciences rationnelles. Dès lors, on ne s’étonnera pas que les deux protagonistes de Bouvard et Pécuchet ne cessent de classer eux-mêmes les êtres et les choses qu’ils rencontrent au fur et à mesure de leur aventure encyclopédique. La thématique de la classification parcourt ainsi le roman flaubertien d’un bout à l’autre en présentant chaque fois un enjeu particulier à la discipline abordée1.

  • 2 Les citations du texte de Bouvard et Pécuchet renvoient à l’édition mise à jour de Stéphanie Dord-C (...)

2Il arrive parfois à Bouvard et Pécuchet de mettre en application quelque système taxinomique préétabli afin d’apprivoiser la réalité fluctuante. C’est ainsi que « pour se connaître aux signes du temps », ils classifient les nuages d’après le système de Luke-Howard et tâchent de « distinguer les nimbus des cirrus, les stratus des cumulus ». Mais le mouvement et l’incertitude de la nature sont loin de se plier aux cadres imposés du dehors : « Les formes changeaient avant qu’ils eussent trouvé les noms » (80)2. La taxinomie artificielle se révèle donc incapable d’expliquer l’ordre du monde, qui se dérobe constamment au savoir catégorisant. Plus tard, les deux personnages éprouvent une difficulté tout analogue devant le tas de roches qu’ils ont collectées au hasard : « Ce n’était pas une mince besogne avant de coller les étiquettes, que de savoir les noms des roches ; la variété des couleurs et du grenu leur faisait confondre l’argile avec la marne, le granit et le gneiss, le quartz et le calcaire » (140). Ici, c’est la continuité sans faille de l’univers minéral qui déjoue leur tentative d’étiquetage. La frontière séparant les espèces voisines comme l’argile et la marne n’est point facile à reconnaître. Ainsi, où finit le granit ? Et où commence le gneiss ? La logique du roman encyclopédique semble suggérer qu’il n’est guère possible de fixer des lignes tranchées dans le continuum des matières. La grande harmonie incarnée par la nature ne coïncidera probablement jamais avec les divisions que l’intelligence humaine se plaît à instaurer pour la rendre contrôlable.

3Les sciences modernes ont la manie du classement. Elles inventent sans cesse des catégories nouvelles et redistribuent les objets selon des critères différents. George Sand, entre autres, déplore cette manie partagée par ses nombreux contemporains :

  • 3 George Sand, Adriani, dans Œuvres complètes, Lévy, 1894, II, p. 133.

La rage des distinctions et des classifications a mordu la critique de ce siècle-ci, et nous sommes devenus si savants que nous en sommes bêtes3.

4Le décalage qu’il y a entre la pensée classificatrice et la complexité infinie du réel entraîne souvent un effet comique, que le texte de Bouvard et Pécuchet met en scène dans plusieurs endroits en soulignant notamment la bêtise des chiffres. Ainsi, selon le Fouriérisme, « notre âme enferme douze passions principales, cinq égoïstes, quatre animiques, trois distributives » (244). L’ouvrage de Depping sur les Merveilles et beautés de la nature en France apprend aux deux bonshommes que : « le Cantal en possède trois, l’Hérault cinq, la Bourgogne deux – pas davantage – tandis que le Dauphiné compte à lui seul jusqu’à quinze merveilles ! » (131). Citons aussi un passage du chapitre VIII où l’on peut lire une réflexion philosophique sur les facultés de l’âme :

On en compte trois, pas davantage ! celle de sentir, celle de connaître, celle de vouloir.
Dans la faculté de sentir, distinguons la sensibilité physique de la sensibilité morale.
Les sensations physiques se classent naturellement en cinq espèces, étant amenées par les organes des sens. [...]
Cette sensibilité morale a quatre genres ; – et son deuxième genre « désirs moraux » se divise en cinq espèces, et les phénomènes du quatrième genre « affections » se subdivisent en deux autres espèces [...]. (292-293)

5Dans cet exemple, le savoir consiste à diviser, à énumérer et surtout à compter : trois facultés de l’âme, deux sensibilités générales, cinq espèces de sensations physiques, quatre genres de sensibilité morale, etc. Cependant, il n’est pas difficile de remarquer l’arbitraire de ces chiffres, dont la précision ne sert en rien à éclaircir les phénomènes de l’âme. Avec ces découpages, les sciences cherchent à imposer à la nature leur ordre factice, qu’elles veulent d’ailleurs faire passer pour celui des choses elles-mêmes. Il est donc tout à fait naturel que les deux bonshommes ne tardent pas à se dégoûter de ce verbiage philosophique : « Tant d’embarras pour démontrer des platitudes [...] les écœura tellement [...] » (293).

  • 4 William T. Stearn, « Classification, nomenclature et méthode linnéennes », dans Wilfrid Blunt, Linn (...)
  • 5 Charles Linné, Philosophie botanique, traduite du latin par Fr.-A. Quesné, Cailleteau, Paris, Lebou (...)

6Linné (1707-1778), père de la taxinomie moderne, a distingué la classification naturelle d’avec la classification artificielle. La première a « pour base les caractères naturels, c’est-à-dire l’association d’un grand nombre de caractères », tandis que la seconde s’établit « sur la base des critères artificiels, c’est-à-dire d’un petit nombre de caractères, retenus comme représentatifs, pour répartir des ensembles d’individus en groupes distincts4 ». Le progrès des sciences consiste, selon le naturaliste suédois, à passer de celle-ci à celle-là et à représenter ainsi de plus en plus fidèlement l’ordre de la nature. Du reste, la pensée linnéenne implique une théorie fixiste, selon laquelle il existe « autant d’espèces qu’il y a eu au commencement de formes diverses créées5 ». On peut supposer que ce fixisme, qui relève d’un paradigme épistémologique antérieur au transformisme de Lamarck et à l’évolutionnisme de Darwin, se heurte à la vision de Flaubert caractérisée par une conception panthéiste du monde. C’est ainsi qu’à la fin de La Tentation de saint Antoine, on assiste à un spectacle de la vie naissante et voit alors disparaître la frontière même des règnes, ce qui fascine profondément l’ermite tout en éveillant son désir d’« être la matière ». De même, l’existence des monstres multiples dans cette œuvre témoigne de l’énergie excessive de la nature susceptible de déraper en tout temps dans des directions inattendues et d’engendrer des formes des plus étranges. S’il y a une ontologie flaubertienne, elle s’oppose donc au système de Linné, dont le but est précisément d’établir des coupures dans la chaîne enchevêtrée des êtres.

7On sait que de son vivant, Linné a fait l’objet de nombreuses critiques mettant en cause le bien-fondé de sa taxinomie. Buffon (1707-1788), par exemple, s’est montré toute sa vie hostile à la méthode linnéenne, dont il accusait ouvertement le caractère conventionnel :

  • 6 Buffon, De la manière d’étudier et de traiter l’Histoire naturelle, dans Œuvres philosopiques, text (...)

[...] en général plus on augmentera le nombre des divisions des productions naturelles, plus on approchera du vrai, puisqu’il n’existe réellement dans la Nature que des individus, et que les genres, les ordres et les classes n’existent que dans notre imagination6.

8Il n’y a que les singularités qui sont concrètes. Le texte romanesque de Bouvard comprend aussi de pareilles affirmations, dont voici quelques exemples : « Mais Omalius d’Halloy vous prévient qu’il ne faut pas croire aux divisions géologiques » (140). De même pour les périodes géologiques qui, « affirme Brongniart, ne sont après tout que des abstractions » (145). Plus encore, vers la fin du chapitre III, Bouvard devient tout à fait sceptique à l’égard de la notion même de règne : « Je n’y crois pas, au règne minéral ! puisque des matières organiques ont pris part à la formation du silex, de la craie, de l’or peut-être ! » Aucun des règnes n’existe indépendamment des autres, si bien que « tout passe, tout coule » dans cet univers en perpétuel mouvement. Le personnage conclut en insistant sur le devenir du monde : « la création est faite d’une matière ondoyante et fugace » (150). La catégorisation statique du monde est ainsi rejetée par une espèce de spinozisme bien connu des lecteurs de Flaubert.

Classer et dénombrer la vie

  • 7 Les folio 24-158 du manuscrit g 226-7 de la Bibliothèque municipale de Rouen composent une unité ma (...)
  • 8 Notes sur Joseph-Henri Réveillé-Parise, Mémoire sur l’existence et la cause organique du tempéramen (...)
  • 9 Notes sur Nicolas-Philibert Adelon, Physiologie de l’homme, Compère jeune, 1823, 4 vol. 

9Le dossier documentaire de Bouvard et Pécuchet montre bien que les auteurs médicaux se plaisent particulièrement à classer7. Pour citer un exemple des plus connus, depuis l’Antiquité grecque, la pensée occidentale répartissait les tempéraments humains en quatre catégories : « bilieux, sanguin, lymphatique, mélancolique » (f° 72)8. On peut également évoquer la fameuse distinction des deux vies par Bichat (1771-1802), selon laquelle « la Vie animale renferme les fonctions qui donnent à l’animal un moi sentant α voulant », alors que « dans la vie organique sont rangées toutes les fonctions qui se trouvent en tout être organisé quelconque » (f° 68)9. Cette division dualiste des fonctions de la vie avait toutefois suscité un grand nombre de réfutations, dont Flaubert n’a pas manqué de relever un échantillon chez Moreau de la Sarthe :

  • 10 Notes sur Louis-Jacques Moreau de la Sarthe, Histoire naturelle de la femme, L. Duprat, Letellier e (...)

Toute vie est organique, c’est-à-dire exécutée par des organes. Il [ = Bichat] désunit ce que la nature n’a point séparé. – Plusieurs animaux sont dépourvus de ce qu’il appelle la vie animale, c’est-à-dire celle qui résulte seulement de la sensation α de la locomotion (f° 87)10

10Notons que cette citation, qui met l’accent sur l’arbitraire du système de Bichat, était destinée à figurer dans le second volume du roman encyclopédique en vue d’illustrer les « Contradictions de la Science », ainsi qu’en témoigne le ms g 226-4, f° 51.

11Partout la pensée médicale multiplie les découpages artificiels, comme dans cet inventaire des pouls proposé par le représentant de l’école de Montpellier :

  • 11 Notes sur Adelon, op. cit.

Bordeu classait le pouls en inférieur α supérieur, – avec les subdivisions de nasal, pectoral, guttural, – α l’inférieur était gastrique, hépatique, splénique, intestinal, hémorroïdaire, utérin, etc., selon que la portion du système capillaire malade était le nez, ou la gorge, l’estomac, etc. Sous le rapport de la durée de la maladie, il le distinguait en pouls acritique ou de crudité = invasion et en pouls critique ou de coction = terminaison de la maladie » (f° 69)11

12Dans l’exemple suivant portant sur la « classification des Saveurs », le comique des chiffres se trouve renforcé par une divergence d’opinions :

  • 12 Ibid.

Galien en comptait huit. Haller douze. Linné dix. Boerhaave les distinguait en primitives α en composées (f° 68)12

13Le savoir médical, tenant à maîtriser la complexité extrême de l’économie animale, s’acharne à numériser ses mécanismes divers. De fait, la fureur du compte constitue l’un des aspects les plus marquants du comique d’idées dans ce domaine. Ainsi, le calcul du nombre des pulsations que Flaubert a noté au f° 108 v° apparaît comme complètement gratuit :

  • 13 Notes sur l’article « Cœur (pathologie) » du Dictionnaire des sciences médicales, par une société d (...)

chez un homme qui vit 80 ans, en supposant 60 pulsations par minute, le cœur bat 2 milliards 3 cent 38 millions 2 cent 40 mille fois, en supposant que rien ne vienne augmenter cette énorme série de pulsations13

  • 14 Cette information a été fournie par Achille Comte, Structure et physiologie animales démontrées à l (...)

14Enfin, dans le roman, les deux bonshommes s’ébahissent de la structure adroite de l’épine dorsale, « seize fois plus forte, dit-on, que si le Créateur l’eût fait droite14 ». Cette admiration pour la Providence ne les empêche pas de s’interroger sur le (non-)sens de ce chiffre précis : « Pourquoi seize fois, précisément ? » (109). En effet, quelle utilité scientifique peut-on tirer de cette exactitude quasi mathématique ? Et en général, quelle est au fond la valeur de ces appréciations numériques qui abondent dans le discours médical ?

15On conçoit aisément que le vitalisme repousse l’emploi du calcul dans les études médicales. Les tenants de ce courant situé dans le sillage romantique accordent à la vie une telle autonomie qu’il leur paraît peu raisonnable de vouloir soumettre les phénomènes vitaux aux déterminations numériques rigoureuses. À leurs yeux, les chiffres ne répondent point à la réalité organique, remarquable surtout par sa variabilité infinie. Bichat est intransigeant sur ce point :

  • 15 Xavier Bichat, Recheches physiologiques sur la vie et la mort (première partie) et autres textes, p (...)

[...] mais calculer, avec Borelli, la force d’un muscle, avec Keil [sic] la vitesse du sang, avec Jurine, Lavoisier, etc., la quantité d’air entrant dans le poumon, c’est bâtir sur un sable mouvant un édifice solide par lui-même, mais qui tombe bientôt faute de base assurée15.

  • 16 Notes sur Jean Bouillaud, Essai sur la philosophie médicale et sur les généralités de la clinique m (...)
  • 17 Sur ce point, voir par exemple Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, chronologie et (...)
  • 18 Paul-Émile Chauffard, Essai sur les doctrines médicales, Baillière, Paris, 1846.
  • 19 Ibid., p. 82.

16D’autre part, certains médecins se révoltent plutôt contre le défaut de précision du langage médical qui s’en tient d’habitude à des formules vagues comme « souvent », « fréquemment ». C’est ainsi que Bouillaud, disciple de Broussais, préconise l’usage des moyennes ou des probabilités, qu’il considère comme « le seul raisonnable » dans la mesure où « les faits médicaux offrent rarement une parfaite identité de circonstances » (f° 84)16. Il est toutefois évident que cette position éclectique est elle aussi difficile à tenir, car le calcul médical défini de cette façon ne donne jamais qu’une fausse exactitude. Il en va ainsi de celui du nombre des pulsations que nous venons de citer et qui sont en fait de pures abstractions ne correspondant à aucun fait réel. C’est dans cette perspective que Claude Bernard (1813-1878), pourtant partisan de l’application des mathématiques à la science médicale, récuse l’emploi des moyennes et de la statistique du point de vue de la médecine expérimentale, dont le but est de saisir chaque fait dans son déterminisme propre17. Dans le dossier médical de Bouvard, on trouve la même aporie mentionnée dans les notes prises sur l’ouvrage de Chauffard18 : « danger α inanité de la statistique » (f° 82 v°). L’auteur médical se demande en effet quelle est l’utilité de la statistique sur le plan thérapeutique ? Soit elle est stérile, car elle « ne dit rien sur un cas particulier ». Soit elle est funeste, puisqu’elle conduit le praticien à adopter uniformément « le traitement qui a le mieux réussi »19. Il ressort de toutes ces citations que la méthode numérique constituait l’un des problèmes majeurs pour la pensée des médecins du XIXe siècle qui n’arrivaient pas encore à s’entendre sur la nature du vivant.

La nosologie mise en aporie

  • 20 « En premier lieu, il faut réduire toutes les maladies à des espèces précises et déterminées, avec (...)
  • 21 Notes sur l’article « Nosographie » du Dictionnaire des sciences médicales, op. cit.
  • 22 Ce folio 145 contient des notes prises sur les mêmes articles du Dictionnaire que le f° 120 v°, à s (...)
  • 23 Dans le chapitre premier de sa Naissance de la clinique, Foucault analyse clairement la structure d (...)

17L’organisme humain suscite des tentatives de classification qui ne laissent pas d’inventer des catégories plus ou moins conventionnelles concernant les phénomènes vitaux les plus divers. Or, ce qui importe le plus pour les pratiques médicales, c’est manifestement de répartir les innombrables maladies de manière à faciliter leur diagnostic. Le rêve d’un catalogue rationnel des pathologies est en effet celui des médecins de toutes les époques et de tous les pays. C’est la discipline qu’on appelle nosologie qui s’occupe spécialement de ce problème épineux, largement présent dans les notes médicales de Bouvard et Pécuchet. Au XVIIIe siècle, la nosologie prend son essor en s’inspirant non seulement des travaux contemporains des botanistes, parmi lesquels le célèbre Systema Naturae de Linné datant de 1735, mais aussi de la définition des entités morbides par Thomas Sydenham (1624-1689). Ce grand clinicien anglais a tenu effectivement les maladies pour des espèces fixes et immuables susceptibles d’être révélées par les observations des symptômes20, sans pour autant avoir lui-même entrepris de classification systématique. Comme Flaubert l’a noté au f° 120 v°21, « c’est à Boissier de Sauvages, médecin de Montpellier, qu’appartient l’honneur d’avoir le premier conçu α exécuté une nosographie complète, dont les premiers essais parurent en 1732 sous le titre de Nouvelles classes de maladies, disposées dans un ordre semblable à celui des botanistes, comprenant les genres, les espèces ». À cette tentative initiatrice en ont succédé bien d’autres, dont les principales se trouvent énumérées au f° 14522 : « Linné, Vogel, Cullen [dont la classification est] la moins défectueuse, Macbride, Vitet, Sagar, Selle, Pinel, Baumes, Tourdes, Tourtelle, Alibert. » Parmi ces nosologistes, Philippe Pinel (1745-1826) occupe indéniablement une place de choix, la médecine classificatrice ayant atteint son véritable apogée avec la Nosographie philosophique (1798). Ainsi que le montre Michel Foucault23, cet ouvrage fondamental jouissait encore d’un grand prestige lorsque Broussais a fait paraître en 1816 l’Examen de la doctrine médicale généralement adoptée, qui était en fait une critique cinglante et perspicace du système de Pinel. Au début du XIXe siècle, la médecine était principalement nosologique, et le souci de recensement systématique structurait alors le champ de la connaissance médicale.

18En prenant des notes sur les livres médicaux, le romancier a remarqué plus d’une fois les apories de la classification nosologique. Ainsi, les nosologistes sont loin de s’accorder sur le « nombre des maladies » : « Sauvages avait admis 1,800 espèces. Cullen moins de 600. Sagar 2 mille 5 cents. ». La contradiction est si frappante qu’elle a amené Flaubert à écrire au-dessous de la citation un commentaire interrogatif et ironique : « comment établir les espèces ? » (f° 145). À propos de cette difficulté de la nosologie, on lit, sur la même page de notes, qu’Alibert n’a pas su éviter cet écueil, et « a trop multiplié les espèces » en admettant « comme maladies essentielles, des affections qui ne sont considérées que comme des symptômes » (f° 145). Dans le roman, cette obscurité embarrasse Bouvard et Pécuchet, qui soulèvent exactement la même question que leur auteur : « On les compte [les maladies] par milliers, et la classification linnéenne est bien commode, avec ses genres et ses espèces ; mais comment établir les espèces ? » (120). Question épineuse qui se rapporte au principe même de la taxinomie des maladies.

  • 24 Notes sur Paul-Émile Chauffard, op. cit.

19Le problème du critère classificatoire constitue une autre aporie de la nosologie : sur quelle partie de la pathologie faut-il s’appuyer pour distribuer un nombre infini d’espèces morbides ? Certains nosologistes ont recours aux symptômes perceptibles et suivent en cela le concept clinique de Sydenham : « Les signes extérieurs devront être préférables aux causes, au siège et à la nature intime des maladies » (f° 145). D’autres auteurs comme Chauffard prétendent, au contraire, que « les caractères extérieurs des actes vitaux n’ont rien de fixe, de permanent », et que par conséquent, « il ne faut pas les classer [les maladies] d’après leur phénoménalité extérieure » (f° 82 v°)24. À la vérité, la complexité des réalités pathologiques oblige toujours le savant à combiner à la fois plusieurs critères. Telle est du moins la conclusion que Vaidy propose dans son article « Nosographie » du Dictionnaire des sciences médicales :

Il n’existe peut-être pas de marche certaine pour les classer [les maladies]. Il est douteux qu’on puisse y arriver en prenant pour base une seule partie de la pathologie. Il faudra prendre en considération tantôt les symptômes constants, tantôt le siège des maladies, d’autres fois la cause (f° 120 v°)

  • 25 Notes sur Pidoux, Qu’est-ce que le rhumatisme ? Question examinée devant la société d’hydrologie mé (...)

20Ce conseil pratique et sagement sceptique est bien révélateur de l’arbitraire qu’implique nécessairement toute entreprise nosologique. C’est d’ailleurs en ce sens que Pidoux, dont Flaubert a consulté le livre sur le rhumatisme, affirme que « le nosographisme n’a jamais pu former que des liens factices », c’est-à-dire « des paquets, des groupes purement artificiels » (f° 137)25.

  • 26 Philippe Pinel, Nosographie philosophique, Maradan, an VI, p. v-vj.
  • 27 Ibid., p. vij.

21« Une distribution méthodique et régulière suppose dans son objet un ordre permanent, et assujetti à certaines lois générales », dit l’auteur de la Nosographie philosophique26. De même que, pour l’histoire naturelle linnéenne, le monde des plantes et des animaux forme un univers clos doté d’une organisation intelligible, la nosologie systématique postule l’existence d’un ordre imperturbable inhérent aux maladies classées. Celles-ci, au lieu d’être des écarts imprévus de la nature, présenteraient une régularité et une constance dans leurs manifestations, ce qui autoriserait le médecin à regarder la maladie « comme un tout indivisible depuis son début jusqu’à sa terminaison, un ensemble régulier de symptômes caractéristiques27 ». Cette prétendue spécificité des entités morbides, qui est le fondement théorique de la pensée nosologique, est pourtant fréquemment remise en cause par nombre d’auteurs dont l’objet est moins naturaliste. Ainsi, le dossier médical de Bouvard contient quelques phrases qui plaident contre la possibilité même d’un tableau stable des unités pathologiques :

  • 28 Notes sur Pidoux, op. cit.

les maladies n’étant pas des êtres, mais des modes d’existence [...], l’étendue des modifications produites par des croisements nosologiques est beaucoup plus vague α moins limitée que celle des modifications apportées par le croisement aux races ou variétés zoologiques (f° 137 v°)28

  • 29 « Par ontologie médicale, nous entendons des êtres, entités ou essences factices, sortes de concept (...)

22Pidoux, auteur de cette citation, prétend ici que la maladie n’est pas un être spécifique, mais simplement un mode d’existence de l’organisme vivant. Ce qui est ainsi contesté, ce n’est rien d’autre que l’ontologie médicale, nom par lequel Broussais a désigné la médecine classificatrice29.

  • 30 Georges Canguilhem, Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la v (...)

23Si l’Examen de la doctrine médicale a opéré un partage décisif dans l’histoire de la médecine, comme le souligne G. Canguilhem30, c’est que le physiologisme a détrôné le système de Pinel qui avait gouverné la pensée médicale durant des décennies. La critique de François-Joseph-Victor Broussais (1772-1838) visait par-dessus tout la conception de la maladie comme une entité propre. Pour les partisans du principe nosologique, l’essence morbide existe indépendamment et au-delà de l’organisme altéré. Dans ce cas-là, la tâche du médecin consiste à essayer de saisir ce noyau invariable, que dissimulent les perturbations apportées par l’idiosyncrasie du malade :

  • 31 Th. Sydenham, op. cit., t. 1, p. CXXIII-CXXIV.

En troisième lieu, il faut, dans la description d’une maladie, exposer séparément les symptômes propres ou essentiels, et les accidentels ou étrangers. J’appelle accidentels ceux qui dépendent, non-seulement de l’âge et du tempérament des malades, mais encore de la manière de traiter les maladies31.

  • 32 François Broussais, Examen de la doctrine médicale généralement adoptée, Méquignon-Marvis, 1816, p. (...)
  • 33 Notes sur F.-C. Caizergues, Des systèmes en médecine, et de leur influence sur le traitement des ma (...)

24En 1816, Broussais a renversé cette idée ontologique en y opposant les lésions physiologiques, déterminées par des dérangements du fonctionnement de l’organisme. Le médecin doit ainsi prêter attention, non à l’essence nosologique qui n’existe plus, mais aux « cris souvent confus des organes souffrants32 ». Il en résulte que, désormais, la pathologie relève tout à fait de la physiologie et que « toutes les maladies dépend[ent] de l’altération des tissus » (f° 27 v°)33. Et en même temps disparaît l’être abstrait de la maladie qui commandait jusque-là la perception médicale. Les processus pathologiques sont maintenant pleinement ancrés dans le corps humain où ils trouvent leur seul espace d’origine et de déploiement.

  • 34 Notes sur Armand Trousseau, Clinique médicale de l’Hôtel-Dieu de Paris, quatrième édition publiée p (...)
  • 35 Michel Foucault, op. cit., p. 194.
  • 36 Notes sur Charles Daremberg, Histoire des sciences médicales, comprenant l’anatomie, la physiologie (...)
  • 37 « Nous admettrons que l’état pathologique ne crée rien. Toute maladie n’est qu’un dérangement fonct (...)
  • 38 Notes sur Claude Bernard, Leçons de pathologie expérimentale, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1872.

25L’histoire de la médecine nous apprend que Broussais est allé trop loin dans sa critique du nosographisme de Pinel. En attaquant l’ordre ontologique des maladies, il a été conduit à dénier purement et simplement leurs caractères spécifiques. Pour son monisme pathologique qui voit l’irritation partout, la spécificité de la maladie n’est au fond qu’« une question de plus ou de moins34 » (f° 35 bis). À la limite, toutes les affections sont ramenées à une seule, à savoir l’éternelle inflammation. Rien d’étonnant que cette théorie simpliste ait suscité des critiques vigoureuses, parmi lesquelles on compte par exemple celle de Trousseau à laquelle est entièrement consacrée une page de notes de lecture flaubertiennes. L’auteur de la Clinique médicale reproche au physiologisme broussaisien de ne pas avoir admis « les propriétés anatomiques spéciales du tissu α des organes ». Selon lui, Broussais n’a pas pris en considération la « qualité dans le support du stimulus, mais rien que la quantité » (f° 35 bis), et par là, méconnu la spécificité anatomo-pathologique. Il reste que malgré nombre de réactions de ce type qui sont toutes plus ou moins légitimes, la maladie a perdu petit à petit son essentialité. « Depuis 1816, dit Michel Foucault, l’œil du médecin peut s’adresser à un organisme malade35. » Tous les processus de la vie, y compris les morbides, se déroulent désormais sur le terrain concret des éléments organiques, ce qui entraîne naturellement la chute de la nosographie de Pinel, jugée souvent « trop naturaliste » (f° 60 v°)36. Et Claude Bernard, dont la lucidité lui a fait comprendre la valeur épistémologique de la théorie de Broussais37, n’hésite pas à proclamer que les « diathèses α maladies sont des créations de l’esprit, les mots sous lesquels nous réunissons un certain nombre de phénomènes concomitants ou successifs » (f° 75)38. Privée de son noyau essentiel et intégrée totalement dans la spatialité corporelle, la maladie se détache définitivement de son ancien espace de configuration qu’est le tableau nosologique.

  • 39 Lettre à Louise Colet, 28 septembre 1851 (G. Flaubert, Correspondance, édition de Jean Bruneau, Gal (...)
  • 40 Lettre à la même, 27 juin 1852 (ibid., p. 119).
  • 41 Lettre à Louis Bouilhet, 4 septembre 1850 (Correspondance, I, 1973, p. 680).
  • 42 G. Genette, « Silences de Flaubert », Figures I, Seuil, « Points », Paris, 1966, p. 223-243.

26« Est-ce bête, l’ordre ! c’est-à-dire le désordre, car c’est presque toujours ainsi qu’il se nomme39. » Pour Flaubert, l’entreprise de recensement et de rangement est fatalement condamnée à laisser échapper la réalité mobile et fragmentée. Le monde résiste obstinément à des arrangements factices que créent les efforts intellectuels de l’homme. Alors s’impose une tâche ardue pour l’écrivain artiste. L’œuvre littéraire doit en effet être une négation radicale du faux ordre pour rejoindre le mouvement même de l’univers. C’est pourquoi Flaubert affirme que « les chefs-d’œuvre sont bêtes40 ». Les grandes œuvres se situent moins du côté de l’artifice humain que de celui de la nature et, « sereines d’aspect et incompréhensibles41 », se dérobent à la tentation de conclusion catégorisante, si forte pour l’intelligence médiocre. L’écriture flaubertienne cherche ainsi sa plus profonde identité en s’ouvrant à ce qui forme le fond même de nos expériences. De là vient, du reste, l’extrême importance des moments de silence chez Flaubert, thème qu’on a tant abordé depuis le travail fondamental de Gérard Genette42 et qui fait pendant à celui de la classification que nous venons d’analyser dans cet article. En somme, l’échec réitéré du savoir classificatoire ne peut pas ne pas indiquer en creux l’être sensible du monde, vers lequel fait signe la comédie encyclopédique de Bouvard et Pécuchet.

Haut de page

Notes

1 Sur ce sujet, voir Yvan Leclerc, La Spirale et le monument. Essai sur Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, SEDES, Paris, 1988, p. 84-88.

2 Les citations du texte de Bouvard et Pécuchet renvoient à l’édition mise à jour de Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, Flammarion, « Garnier-Flammarion », Paris, 2008.

3 George Sand, Adriani, dans Œuvres complètes, Lévy, 1894, II, p. 133.

4 William T. Stearn, « Classification, nomenclature et méthode linnéennes », dans Wilfrid Blunt, Linné, le prince des botanistes, Belin, « Un Savant, une Époque », Paris, 1986, p. 326.

5 Charles Linné, Philosophie botanique, traduite du latin par Fr.-A. Quesné, Cailleteau, Paris, Leboucher, Rouen, 1788, p. 130.

6 Buffon, De la manière d’étudier et de traiter l’Histoire naturelle, dans Œuvres philosopiques, texte établi et présenté par Jean Piveteau, Presses Universitaires de France, « Corpus général des philosophes français », 1954, p. 19.

7 Les folio 24-158 du manuscrit g 226-7 de la Bibliothèque municipale de Rouen composent une unité manuscrite qui contient principalement des pages de notes de lecture prises en vue de la préparation du chapitre III de Bouvard et Pécuchet. Pour la composition de cet important dossier, voir notre ouvrage Flaubert épistémologue. Autour du dossier médical de Bouvard et Pécuchet, Rodopi, « Faux titre », Amsterdam - New York, 2010, p. 34-42. Pour les citations de ce dossier, nous indiquerons désormais seulement le numéro de folio.

8 Notes sur Joseph-Henri Réveillé-Parise, Mémoire sur l’existence et la cause organique du tempérament mélancolique, Baillière, Paris, 1831.

9 Notes sur Nicolas-Philibert Adelon, Physiologie de l’homme, Compère jeune, 1823, 4 vol. 

10 Notes sur Louis-Jacques Moreau de la Sarthe, Histoire naturelle de la femme, L. Duprat, Letellier et comp., 1803, 3 vol. 

11 Notes sur Adelon, op. cit.

12 Ibid.

13 Notes sur l’article « Cœur (pathologie) » du Dictionnaire des sciences médicales, par une société de médecins et de chirurgiens, C.-L.-F. Panckoucke, 1812-1822, 60 volumes.

14 Cette information a été fournie par Achille Comte, Structure et physiologie animales démontrées à l’aide de figures coloriées, découpées et superposées, Victor Masson, 1853 : « statique de la colonne vertébrale – admirable » (f° 76).

15 Xavier Bichat, Recheches physiologiques sur la vie et la mort (première partie) et autres textes, présentation et notes par André Pichot, Flammarion, « Garnier-Flammarion », Paris, 1994, p. 121.

16 Notes sur Jean Bouillaud, Essai sur la philosophie médicale et sur les généralités de la clinique médicale, De Just Rouvier et E. Le Bouvier, 1836.

17 Sur ce point, voir par exemple Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, chronologie et préface par François Dagognet, Flammarion, « Champs », Paris, 1984, p. 191-198.

18 Paul-Émile Chauffard, Essai sur les doctrines médicales, Baillière, Paris, 1846.

19 Ibid., p. 82.

20 « En premier lieu, il faut réduire toutes les maladies à des espèces précises et déterminées, avec le même soin et la même exactitude que les Botanistes ont fait dans leurs traités sur les plantes » ; « la nature est si uniforme et si semblable partout à elle-même dans la production des maladies, que les mêmes symptômes de la même maladie se voient le plus souvent dans les différents sujets, et que ceux qu’on aura observés dans un sujet particulier, sont applicables à tous les sujets qui ont la même maladie » (Œuvres de médecine-pratique, traduites en français par A.-F. Jault, nouvelle édition revue et augmentée par J.-B.-Th. Baumes, J-G. Tournel, Montpellier, 1816, t. 1, p. CXXI et CXXVI).

21 Notes sur l’article « Nosographie » du Dictionnaire des sciences médicales, op. cit.

22 Ce folio 145 contient des notes prises sur les mêmes articles du Dictionnaire que le f° 120 v°, à savoir ceux de « Nomenclature », « Nosogénie » et « Nosographie ».

23 Dans le chapitre premier de sa Naissance de la clinique, Foucault analyse clairement la structure de ce regard nosologique. Évoquant le rôle capital de la taxinomie pour la pensée médicale de l’époque, il écrit : « elle [ = la règle classificatrice] apparaît comme la logique immanente des formes morbides, le principe de leur déchiffrement et la règle sémantique de leur définition » (Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical, 2e édition, Presses Universitaires de France, « Quadrige », Paris, p. 2). D’autre part, François Dagognet insiste, quant à lui, sur le sens positif qu’a eu la nosologie dans l’évolution de la perception médicale. Voir Le catalogue de la vie. Étude méthodologique sur la taxinomie, Presses Universitaires de France, « Quadrige », Paris, 2004, chapitre III.

24 Notes sur Paul-Émile Chauffard, op. cit.

25 Notes sur Pidoux, Qu’est-ce que le rhumatisme ? Question examinée devant la société d’hydrologie médicale de Paris, Germer Baillière, 1861.

26 Philippe Pinel, Nosographie philosophique, Maradan, an VI, p. v-vj.

27 Ibid., p. vij.

28 Notes sur Pidoux, op. cit.

29 « Par ontologie médicale, nous entendons des êtres, entités ou essences factices, sortes de conceptions abstraites ou d’abstractions qui ne peuvent être réduites en faits appréciables par les sens, ou démontrables par l’induction » (François Broussais, De l’irritation et de la folie [1828], texte revu par Stéphane Douailler, Fayard, « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », 1986, p. 48).

30 Georges Canguilhem, Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie, septième édition augmentée, J. Vrin, « Problèmes et Controverses », Paris, 1994, p. 136-138.

31 Th. Sydenham, op. cit., t. 1, p. CXXIII-CXXIV.

32 François Broussais, Examen de la doctrine médicale généralement adoptée, Méquignon-Marvis, 1816, p. viij.

33 Notes sur F.-C. Caizergues, Des systèmes en médecine, et de leur influence sur le traitement des maladies, Gabon, 1827.

34 Notes sur Armand Trousseau, Clinique médicale de l’Hôtel-Dieu de Paris, quatrième édition publiée par les soins de M. Michel Peter, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1873, 3 vol. 

35 Michel Foucault, op. cit., p. 194.

36 Notes sur Charles Daremberg, Histoire des sciences médicales, comprenant l’anatomie, la physiologie, la médecine, la chirurgie et les doctrines de pathologie générale, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1870, 2 volumes.

37 « Nous admettrons que l’état pathologique ne crée rien. Toute maladie n’est qu’un dérangement fonctionnel et elle a par conséquent une fonction qui lui correspond normalement. C’était l’opinion de Broussais que la pathologie n’était que la physiologie, puisqu’il l’appelait la médecine physiologique. Ça a été là tout le progrès de sa manière de voir » (Claude Bernard, Principes de médecine expérimentale, 2e édition, introduction et notes de Léon Delhoume, Presses Universitaires de France, « Quadrige », Paris, 1987, p. 138-139).

38 Notes sur Claude Bernard, Leçons de pathologie expérimentale, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1872.

39 Lettre à Louise Colet, 28 septembre 1851 (G. Flaubert, Correspondance, édition de Jean Bruneau, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, II, 1980, p. 6).

40 Lettre à la même, 27 juin 1852 (ibid., p. 119).

41 Lettre à Louis Bouilhet, 4 septembre 1850 (Correspondance, I, 1973, p. 680).

42 G. Genette, « Silences de Flaubert », Figures I, Seuil, « Points », Paris, 1966, p. 223-243.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norioki Sugaya, « Classer la vie : la taxinomie aux prises avec le corps dans le dossier médical de Bouvard et Pécuchet », Flaubert [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2428

Haut de page

Auteur

Norioki Sugaya

Université Rikkyo, Tokyo

Articles du même auteur

Haut de page