Navigation – Plan du site

« Décomposition fécondante » : la chimie organique et les savoirs du vivant chez Flaubert

Judith Wulf

Résumés

Le XIXe siècle voit l’émergence de nouvelles manières de concevoir l’homme et le vivant. Flaubert – qui n’échappe pas à cette tendance – fait intervenir une large gamme de sciences naturelles dans ses écrits, qui vont dans le sens d’une démarche réaliste, tandis que la chimie renvoie plutôt aux modélisations abstraites. Alors que les sciences de la nature sont associées à une perspective analytique fondée sur la dissection, la chimie est plutôt du côté de la composition ; alors que la médecine est familière à Flaubert, la chimie renvoie à l’incompréhension et au doute généralisé. Elle sert de contrepoint aux sciences naturelles pour mieux mettre en relief leurs contradictions. C’est tout le débat scientifique et philosophique d’un siècle qui se lit dans le choix d’articuler ou de séparer chimie et vie. Conformément à sa méthode, Flaubert le fait résonner dans son écriture.

Haut de page

Texte intégral

1Période des grandes synthèses théoriques, le XIXe siècle voit le passage de l’histoire naturelle aux sciences de la nature et l’émergence d’approches expérimentales, évolutionnistes et appliquées qui suscitent des débats engageant l’ensemble de la société de l’époque. Nombreux sont les écrivains qui s’en emparent ou s’en font simplement l’écho, témoignant de nouvelles manières de concevoir l’homme et le vivant. Flaubert, on le sait, n’échappe pas à cette tendance. Mais son originalité réside dans le fait qu’il fait intervenir une très large gamme de sciences naturelles dans ses écrits et surtout qu’il les articule de manière aussi étroite que fréquente à la chimie, qui en constitue comme une sorte de contrepoint : alors que les premières vont dans le sens d’une démarche réaliste, la seconde renvoie plutôt aux modélisations abstraites ; alors que les sciences de la nature sont associées à une perspective analytique fondée sur la dissection, la chimie est plutôt du côté de la composition ; alors qu’une science comme la médecine est familière au fils et au frère de médecin, la chimie renvoie à l’incompréhension et au doute généralisé. Cette combinaison inédite révèle non seulement une définition réciproque des savoirs, mais engage également une réflexion sur la composition du livre et les enjeux de la formulation symbolique.

Dans le milieu des sciences de la nature

2« L’histoire, l’histoire et l’histoire naturelle ! Voilà les deux muses de l’âge moderne. C’est avec elles que l’on entrera dans des mondes nouveaux », écrit Flaubert le 23 octobre 1863 à Mademoiselle Leroyer de Chantepie. Si le lien entre l’œuvre de Flaubert et les sciences naturelles n’est plus à démontrer, il n’en reste pas moins problématique et ne possède pas la même portée à tous les moments de l’œuvre. Depuis la lettre du 24 juin 1837 à Ernest Chevalier, dans laquelle il déclare « je donnerais toute la science des bavards passés, présents, futurs, […] pour deux vers de Lamartine ou de Victor Hugo » jusqu’au roman encyclopédique que constitue Bouvard et Pécuchet, Flaubert passe par toutes sortes de positions face à la science et notamment aux sciences naturelles : tantôt rempart contre le dogmatisme et modèle d’impersonnalité de la prose, tantôt nouvelle occasion d’ « autolâtrie » voire de superstition, la science est sans cesse réévaluée à l’aune de la pratique artistique.

  • 1 C’est le cas dans la lettre du 24 juin 1837 à Ernest Chevalier qui l’intègre à la série de « la sot (...)

3Pleine de revirements, cette courbe apparaît plus nettement si on la croise à celle que dessine la thématique chimique. Dans les premières œuvres, la chimie, contrairement à la médecine, n’est mentionnée qu’au détour d’une analyse plus générale1. Elle n’apparaît en fait comme véritable centre d’intérêt qu’à la fin des années 1840, autour de trois moments de l’œuvre : dans Par les champs et par les grèves, la première Éducation sentimentale (1845) et La Tentation de saint Antoine de 1849 ; puis dans Madame Bovary et enfin au cours de la préparation de Bouvard et Pécuchet.

4Avant les années 1850, c’est plutôt une réflexion philosophique que scientifique sur les liens entre chimie et nature qui se manifeste dans les textes :

  • 2 L’Éducation sentimentale de 1845, Seuil, Paris, 1963, p. 263.

Pour compléter son éducation, il avait appris les notions de beaucoup de choses afin d’être universel, et il en avait étudié à fond une ou deux restreintes et particulières afin de s’y montrer profond ; il savait assez de mathématiques pour arpenter un jardin, et assez de chimie pour ne point paraître ignorant à un apothicaire2.

  • 3 Œuvres de jeunesse, édition établie par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, Gallimard, « Biblioth (...)
  • 4 La Tentation de saint Antoine [version de 1849], Paris, L. Conard, 1910, II, p. 326.

5Dans Par les champs et par les grèves, la question atomique dans ses liens avec la vie rejoint la question métaphysique : « Qui vous a dit que pour n’avoir pas de manifestations l’âme n’avait plus de conscience ? Et qu’elle ne sentait pas goutte à goutte, atome à atome, la décomposition successive de ce corps qu’elle animait3 ? » C’est également le cas dans la première Tentation de saint Antoine, où l’atome apparaît dans les paroles de Simon le magicien ou de la Luxure : « J’ai envahi chaque membre du corps, je l’ai tourné à mon usage ; pas un cheveu des chevelures, pas un pli du ventre, pas un atome de la chair que je n’aie convoité, humé, baisé4. » Ce que suggère Flaubert dans ce texte, c’est en effet que la science, loin d’être un discours entièrement autonome et libre de tout arrière-plan idéologique, se constitue en fait sur le terrain de tout un réseau de croyances dont non seulement elle garde la trace mais qu’elle contribue à stabiliser grâce à la caution d’un modèle d’explication rationnel. Cela ne signifie pas cependant que Flaubert dénonce fermement cette pratique ; et sur ce point La Tentation de saint Antoine est très éloigné de Bouvard et Pécuchet. Là où les deux apprentis savants n’expriment qu’une foi aveugle dans la loi, ce qui les éloigne de la singularité de la création, saint Antoine tend à faire corps avec la matière. Entre science et métaphysique, le vocabulaire hésite entre chimie et alchimie.

  • 5 Florence Emptaz, « La pharmacopée de M. Homais ou la pharmacie dans tous ses états », Flaubert. Étu (...)

6Par opposition à ces textes, le tournant de Madame Bovary est caractéristique du changement de paradigme scientifique et de la transition qui caractérise le XIXe. Suivant l’impulsion de la philosophie positiviste, le rythme d’accroissement et de diversification des connaissances scientifiques s’accélère très nettement et celles-ci deviennent de plus en plus spécialisées, la figure de l’érudit se voyant peu à peu remplacée par celle de l’expert. Dans Madame Bovary, cette transition s’illustre de manière particulièrement évidente dans le passage du savoir-faire du phytothérapeute à l’expertise du chimiste5, comme l’explicite Homais, répondant à l’aubergiste qui s’étonne de son intérêt pour les Comices :

  • 6 Madame Bovary, II, 8, édition établie par Jacques Neefs, Librairie Générale Française, « Le Livre d (...)

Je suis pharmacien, c’est-à-dire chimiste ! Et la chimie, Madame Lefrançois, ayant pour objet la connaissance de l’action réciproque et moléculaire de tous les corps de la nature, il s’ensuit que l’agriculture se trouve comprise dans son domaine ! Et, en effet, composition des engrais, fermentation des liquides, analyse des gaz et influence des miasmes, qu’est-ce que toute la nature, cela, je vous le demande, si ce n’est de la chimie pure et simple6.

7C’est bien autant le contenu scientifique du métier de pharmacien que son évolution qui est pointée ici, comme en témoigne, en écho, ce passage de Par les champs et par les grèves :

  • 7 Par les champs et par les grèves, op. cit., VII, p. 127.

C’était le logis d’un bon apothicaire-herboriste d’autrefois, lors du vieux temps des élixirs et des juleps, quand on venait chercher chez lui la drogue orientale, le médicament miellé, l’or potable qui prolonge la vie, et puis aussi le remède mystérieux qui se composait la nuit dans la seconde arrière-boutique7.

  • 8 Édition établie par Stéphanie Dord-Crouslé, Flammarion, « Garnier-Flammarion », Paris, 1999, p. 107

8Quant à Bouvard et Pécuchet, il permet de mettre en évidence le statut à part de cette science, sa porosité aux sciences du vivant, son rôle à la fois synthétique et récursif. C’est ce qu’illustre en particulier le point d’horizon de la chimie organique : « Puis, sans le moindre scrupule, Bouvard et Pécuchet se lancèrent dans la chimie organique. Quelle merveille que de retrouver chez les êtres vivants les mêmes substances qui composent les minéraux8 ! »

  • 9 Manuscrits de Bouvard et Pécuchet, 1er volume, édition sous la direction d’Yvan Leclerc, site http: (...)

9Loin d’être une science parmi d’autres, la chimie apparaît dans ce texte comme un fondement métonymique du savoir, ce dont témoigne une correction qui, dans un plan du chapitre 2, remplace « l’agriculture les conduit aux sciences » par « leur insuffisance en agriculture les amène à étudier la chimie9 ».

  • 10 Lettre à Edma Roger des Genettes. 19 août 1872, Corr., IV, p. 559.
  • 11 Lettre à sa nièce Caroline, 3 janvier 1875, ibid., p. 901.

10C’est ainsi par l’étude de la chimie que débute le chapitre 3, consacré aux sciences, dans une mise en scène que souligne la figure de répétition « C’est que peut-être nous ne savons pas la chimie ! » (conclusion du chapitre II) / « Pour savoir la chimie... » Mais loin de constituer le fondement idéal que recherchent les deux compères, la chimie fait éclater au grand jour le caractère hétéroclite de « l’encyclopédie critique en farce » que constitue Bouvard et Pécuchet et dont Flaubert cherche à donner « une idée » comique dans sa correspondance par des effets d’accumulation : « Pour cela, il va me falloir étudier beaucoup de choses que j’ignore : la chimie, la médecine, l’agriculture. Je suis maintenant dans la médecine. Mais il faut être fou et triplement frénétique pour entreprendre un pareil bouquin10 ! » Ou encore : « Il faut être maudit pour avoir l’idée de pareils bouquins ! J’ai enfin terminé le premier chapitre et préparé le second, qui comprendra la chimie, la médecine et la géologie, tout cela devant tenir en 30 pages !11 »

11Ce tourniquet des sciences de la nature dans lequel la chimie est emportée rappelle l’« effet d’étourdissement » qui frappe Charles, futur étudiant en médecine, à la lecture de l’affiche sur laquelle est inscrite la liste des cours qu’il doit suivre :

  • 12 Madame Bovary, I, 1, op. cit., p. 64.

[...] cours d’anatomie, cours de pathologie, cours de physiologie, cours de pharmacie, cours de chimie, et de botanique, et de clinique, et de thérapeutique, sans compter l’hygiène ni la matière médicale, tous noms dont il ignorait les étymologies et qui étaient comme autant de portes de sanctuaires pleins d’augustes ténèbres12.

12On remarquera que, dans cette énumération, la chimie occupe une place particulière, juste avant la polysyndète en et, qui exagère le mouvement d’accumulation.

Le point d’interrogation de la chimie

13On le comprend, la chimie joue ici un rôle à part. Contrairement à la médecine, savoir familier, la chimie est l’emblème de ce qui résiste à Flaubert et à ses personnages, comme l’illustre la réaction de Frédéric dans L’Éducation sentimentale :

  • 13 L’Éducation sentimentale, II, 3, Paris, Librairie générale française, Paris, 1983, p. 230.

Homme de théories, [Sénécal] ne considérait que les masses et se montrait impitoyable pour les individus. [...] Il continua de lui-même la démonstration, s’étendit sur les différentes sortes de combustibles, l’enfournement, les pyroscopes, les alandiers, les engobes, les lustres et les métaux, prodiguant les termes de chimie, chlorure, sulfure, borax, carbonate. Frédéric n’y comprenait rien, et à chaque minute se retournait vers Mme Arnoux13.

  • 14 Lettre à George Sand du 3 février 1873, Corr., IV, p. 641.

14Cette particularité de Frédéric pourrait paraître anodine si elle ne faisait pas écho à certaines remarques de Flaubert, qui avoue lui-même se retrouver plus dépourvu face à la chimie que face aux savoirs du vivant : « Je lis maintenant de la chimie (à laquelle je ne comprends goutte) et de la médecine Raspail, sans compter le Potager moderne de Gressent, et l’Agriculture de Gasparin14. »

15Toujours pensée en relation avec une science de la vie, la chimie apparaît comme un point d’interrogation plus que comme un élément de réponse. C’est particulièrement évident avec la médecine, science amie :

  • 15 Lettre à sa nièce Caroline, 26 août 1872, ibid., p. 563.

J’ai commencé mes études de médecine. Fortin m’a prêté des livres. Quant à la chimie, que je comprends beaucoup moins bien, ou plutôt pas du tout, je l’ajourne. Mais il faut être enragé, et triplement phrénétique pour entreprendre un pareil livre15 !

16Condensé d’interrogations la chimie s’accommode mal de certitudes et ne vaut pas comme argument d’autorité. L’enthousiasme de Bouvard et Pécuchet envers cette science, censée leur ouvrir la voie de la compréhension de la composition du vivant, est ainsi rapidement remise en question :

  • 16 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 107.

— Nous désirons connaître premièrement l’atomicité supérieure.
Le médecin rougit beaucoup, puis les blâma de vouloir apprendre la chimie.
— Je ne nie pas son importance, soyez-en sûrs ! mais actuellement, on la fourre partout ! Elle exerce sur la médecine une action déplorable16.

17En ce qui concerne les deux copistes, la chimie semble être reléguée à un rang inférieur à la médecine. Dans Madame Bovary, on trouvait déjà une hiérarchisation de ce type, dans la confrontation finale entre le bon sens affiché de Larivière et la cuistrerie fatale de Homais :

  • 17 Madame Bovary, III, 8, op. cit., p. 467.

— J’ai voulu, docteur, tenter une analyse, et primo, j’ai délicatement introduit dans un tube…
— Il aurait mieux valu, dit le chirurgien, lui introduire vos doigts dans la gorge17.

  • 18 « Vous disiez l’arsenic… » Homais pontifie devant Larivière (III, chap. 8, brouillons, vol. 6, foli (...)
  • 19 « [P]our bien m’assurer moi-même si c’était réellement de l’arsenic… j’ai voulu faire l’analyse […] (...)
  • 20 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 108.
  • 21 « L’évolution de l’industrie chimique », La Revue des deux mondes, vol. 14, 1903, p. 717.

18Contrairement aux brouillons qui laissent apparaître un intérêt de Larivière pour l’analyse de Homais18, auquel il permet de donner toute une série de détails scientifiques19, la version finale souligne l’attitude criminelle du pharmacien, emporté par sa passion de la chimie. Ce passage souligne les dangers de la chimie lorsqu’elle décroche du vivant sur lequel elle entend prendre le pas et dessine deux modèles : d’un côté l’effort du savant qui cherche à mieux comprendre la vie et de l’autre le devenir utilitariste d’un savoir qui vise à en tirer parti. Bouvard et Pécuchet poussent cette dernière attitude à son comble, comme cela apparaît lorsque Pécuchet déclare « si nous reprenions la chimie, ne serait-ce que pour utiliser le laboratoire20 ? » Mais beaucoup d’exemples que Flaubert propose dans son œuvre témoignent d’une tendance caractéristique du XIXe siècle : privilégier la chimie industrielle au détriment des réflexions théoriques. Revenant sur un siècle de chimie, dans un article de La Revue des deux mondes daté de 190321, Banet Rivet rappelle que « dans une courte période d’années, [on voit] Leblanc créer la fabrication de la soude ; Berthollet l’industrie des chlorures décolorants ; Chevreul établir les principes sur lesquels allait se fonder l’industrie des corps gras, etc. » Eau de javel, savon de Marseille, eau oxygénée, désinfectants et colorants mais également soude caustique, acide chlorhydrique et boissons gazeuses, autant d’inventions qui interviennent au quotidien.

19Particulièrement sensible à cette manifestation prosaïque de la chimie, comme en témoigne une réclame conservée dans les papiers préparatoires à Bouvard et Pécuchet, Flaubert en fait l’un des reflets des normes et des contradictions qui régissent la société du XIXe siècle. Contrairement à la chimie théorique, négligée tout au long du siècle, c’est cette chimie industrielle, stéréotypée qui est mise à l’honneur, comme en témoignent un Berthollet anobli par Napoléon, ou un Gay-Lussac élevé au rang de Pair de France par Louis-Philippe. Par opposition, l’œuvre d’un Avogadro est vouée au mépris et à l’oubli.

Synthèse organique

  • 22 Jöns Jacob Berzélius, Traité de Chimie minérale, végétale et animale, traduction Esslinger, J.-B. B (...)

20Plus complexe est le cas de la chimie de Berthelot, qui trouve des échos plus directs dans l’œuvre. La période où Flaubert s’intéresse à la chimie moderne coïncide en effet avec celle de son amitié avec Berthelot, qu’il fréquente aux dîners de Magny. L’approche du chimiste positiviste est caractéristique de la reconfiguration des sciences naturelles autour de la chimie dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C’est notamment lui qui, à cette période, donne à la chimie organique toute sa portée. Dans la première moitié du XIXe siècle, la chimie est une science d’observation qui procède selon une logique analytique : la connaissance du corps pur est un préalable indispensable à la reconstitution d’un tout à partir de ces éléments. Le travail du chimiste consiste donc à définir la composition élémentaire et à décrire les propriétés d’une molécule. Or, comme l’explique Berzélius, « la première difficulté que l’on rencontre dans le traitement des matières organiques est l’impossibilité dans laquelle on se trouve de distinguer si la substance que l’on veut examiner est soit une combinaison, soit un simple mélange de deux matières organiques22 ». Au début du chapitre 3, la chimie est alors strictement divisée en deux branches : d’une part la chimie inorganique, la chimie minérale qui étudie les métaux ou métalloïdes que l’on peut décomposer et synthétiser sans difficulté selon un nombre réduit de combinaisons ; d’autre part la chimie organique qui concerne l’étude des molécules contenues dans les êtres vivants, animaux ou végétaux. En nombre réduit, celles-ci donnent lieu à des transformations aussi nombreuses que complexes.

  • 23 Comme l’affirme Berzélius dans les années 1830 : « les éléments paraissent obéir à des lois tout au (...)

21Même si on prépare très tôt des composés en laboratoire par décomposition ou transformation d’autres corps, même si, synthétisé à partir d’espèces inorganiques, le résultat est identique au corps naturel, venant contredire l’idée que l’art est incapable d’imiter les processus naturels23, aucun principe général ne permet d’unifier les expériences et de leur donner un fondement scientifique. C’est Berthelot qui systématise la démarche expérimentale de la synthèse organique, permettant de reconstituer toute une série de corps naturels mais également d’en composer de nouveaux et qui établit l’unité de la chimie en effaçant la frontière entre chimie minérale et chimie organique.

  • 24 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 107.

22On comprend ce qui, par analogie, intéresse directement Flaubert chez son savant ami. Comme toujours lorsqu’il est question du vivant, Flaubert ne se contente pas de transposer dans l’espace littéraire contenus scientifiques ou modèles d’explication du monde, mais fait du texte le lieu d’une interrogation sur le sujet connaissant, qu’il prolonge en l’articulant à une interrogation sur le sujet esthétique. C’est cette capacité réflexive qui manque à Bouvard et Pécuchet, qui s’émerveillent des progrès de la chimie organique tout en déplorant qu’elle s’applique à leur personne : « Quelle merveille que de retrouver chez les êtres vivants les mêmes substances qui composent les minéraux ! Néanmoins ils éprouvaient une sorte d’humiliation à l’idée que leur individu contenait du phosphore comme les allumettes24. »

23Plus précisément, la particularité de la chimie, selon Berthelot, c’est qu’elle crée son objet et ne se contente pas, comme les sciences naturelles de comparer et de classer des corps déjà existant :

  • 25 Chimie organique fondée sur la synthèse, Mallet-Bachelier, Paris, II, p. 809.

La synthèse des corps gras neutres, écrit Berthelot, ne permet pas seulement de former les quinze ou vingt corps gras naturels connus jusque-là, mais elle permet encore de prévoir la formation de plusieurs centaines de millions de corps gras analogues, qu’il est désormais facile de produire de toutes pièces, en vertu de la loi générale qui préside à leur composition25.

  • 26 Édition établie par Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, Paris, 1983, V, p. 165.
  • 27 Comme c’était le cas dans La Tentation de saint Antoine de 1849.
  • 28 Jacques Jean, Le vitalisme et la chimie organique pendant la première moitié du XIXe siècle, Revue (...)
  • 29 Sous l’impulsion duquel débutent les premiers travaux réels sur la chimie organique.

24Comme le proclame Hilarion dans La Tentation de saint Antoine de 1874 : « la vie s’épuise, les formes s’usent ; et il leur faut progresser dans les métamorphoses26. » C’est le principe poétique du « néant-vivant », de l’écrivain qui crée à partir d’un corps qu’il a au préalable décomposé en ses unités. D’après le modèle de la synthèse organique, plus besoin de recourir à un principe mystique pour qu’une « forme aille tourbillonner en mille lieux pour revivre en mille formes27. » Comme Berthelot, dont la légende rapporte qu’à son seul nom « les fumées de l’obscurantisme se seraient brusquement dissipées28 », la chimie pourrait apparaître comme un moyen de dissoudre les préjugés. Si cela semble valable pour la science, ce n’est pas toujours le cas pour l’expert qui s’en revendique. Comme souvent chez Flaubert, théorie et pratique ne coïncident pas, comme le montrent les exemples présentés dans les romans. La comparaison des références chimiques dans Bouvard et Pécuchet et dans les dossiers préparatoires est particulièrement caractéristique sur ce point. C’est le cas par exemple du chimiste Chevreul29, dont les travaux sur les acides gras, la créatine et la théorie des couleurs font l’objet de notes documentaires alors qu’il n’est cité qu’au détour d’un passage du roman qui concerne une superstition :

  • 30 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 261.

Le phénomène des tables tournantes n’en est pas moins certain. Le vulgaire l’attribue à des esprits, Faraday au prolongement de l’action nerveuse, Chevreul à l’inconscience des efforts, ou peut-être, comme admet Ségouin, se dégage-t-il de l’assemblage des personnes une impulsion, un courant magnétique ?
Cette hypothèse fit rêver Pécuchet. Il prit dans sa bibliothèque le Guide du magnétiseur par Montacabère, le relut attentivement, et initia Bouvard à la théorie30.

  • 31 « Le vitalisme dans Madame Bovary », dans Madame Bovary et les savoirs, sous la direction de Pierre (...)
  • 32 Formulé, entre autres, par Bichat dans ses Recherches physiologiques sur la vie et la mort (1800) e (...)

25Mais c’est surtout le cas de l’iatrochimie et des préjugés qu’elle provoque chez les médecins vitalistes. Comme l’a analysé Norioki Sugaya31, derrière l’opposition entre Larivière et Homais, à la fin de Madame Bovary se dessine un débat entre iatrochimie et vitalisme : héritier de l’école de Bichat, Larivière appartient au courant vitaliste. Pour cette tradition philosophique, il existe en chaque être vivant un « principe vital » qui, tout en se distinguant de l’âme, n’est pas réductible aux lois physico-chimiques. Derrière l’apparent bon sens du chirurgien et la bêtise de Homais se dessine donc une opposition idéologique, qui ne tourne qu’en apparence au seul profit de Larivière. Certes la polarisation axiologique des personnages plaide en faveur du chirurgien et le passage illustre bien la thèse vitaliste selon laquelle la singularité du vivant ne saurait s’effacer derrière le calcul mathématique ou l’analyse chimique. Mais cela ne doit pas masquer le fait qu’en même temps Larivière se fait le porte-parole d’un lieu commun médical de l’époque32. Comme l’indique Norioki Sugaya, lorsqu’il demande à Homais si « l’estomac de l’homme fonctionne comme une cornue de chimiste », il copie la manière dont les vitalistes de l’école de Montpellier ironisent sur le topos iatrochimique de l’homme-alambic qui remonte à Paracelse et à Van Helmont.

  • 33 « Hom[ais] était affligé de ce scepticisme. Vous ne croyez donc à rien » (Les Manuscrits de Madame (...)
  • 34 Les Manuscrits de Madame Bovary, op. cit., vol. 6, f° 232 v°.
  • 35 Ibid., f° 229 et 230.

26Selon le principe flaubertien qui veut que tout ironiste court le risque de devenir lui-même la cible d’un soupçon, la multiplication des modalisateurs d’ironie dans ce passage souligne le statut critique de ce topos. De fait, la réaction de Larivière est également celle d’un sceptique33 qui campe sur des positions antithérapeutiques. C’est ce que suggère un brouillon dans lequel il explicite sa critique de l’approche chimique de Homais : « On vous dira par exemple qu’il faut dans des cas comme celui-ci donner de l’acide hydrosulfurique et de l’eau de chaux, parce qu’ils peuvent transformer l’acide arsénieux en sulfure ou en arsénite de chaux beaucoup moins actifs que cet acide34. » En vitaliste radical qui estime que « la vie est quelque chose qui nous échappe » il explique que « savoir se tenir < tranquille > [les bras croisés] est la première moitié de l’art et ne pas faire à l’occasion trop de sottises en est la seconde35. »

27Ambiguë dans Madame Bovary, cette critique de la passivité vitaliste est plus nette dans Bouvard et Pécuchet, avec un personnage comme Vaucorbeil. Le fait que sa médiocrité soit par ailleurs établie permet d’interpréter plus facilement comme une forme d’impuissance sa réaction face à la requête de Bouvard et Pécuchet qui lui demandent de les éclairer sur la chimie : s’il rougit, c’est probablement parce que sa prise de position en faveur du vitalisme est également une manière de dissimuler son ignorance.

(Dé)composition chimique

28Reflétant les enjeux associés au développement de la chimie organique, Flaubert en fait un fondement de sa propre esthétique :

  • 36 Lettre à Louise Colet du 23 décembre 1853, Corr., II, p. 485.

Mais enfin ne faut-il pas connaître tous les appartements du cœur et du corps social, depuis la cave jusqu’au grenier, et même ne pas oublier les latrines, et surtout ne pas oublier les latrines ! Il s’y élabore une chimie merveilleuse, il s’y fait des décompositions fécondantes. Qui sait à quels sucs d’excréments nous devons le parfum des roses et la saveur des melons36 ?

  • 37 Claude Bernard, Cahiers de notes (1850-1860), Gallimard, Paris, 1965, p. 67.

29Là encore, Berthelot n’est pas loin. Si l’allusion n’est pas évidente, le lien avec ses théories de la fermentation apparaît de manière plus nette si on fait un détour par Claude Bernard : « Voici comment on peut se représenter la chose : il y a une décomposition qui tend à se faire dans une substance déterminée, dans un milieu donné (la fermentation de Berthelot)37 ». Retournant le lieu commun de l’association entre alchimie et enchantement littéraire, Flaubert lui associe un modèle scientifique inédit :

  • 38 Lettre à Louise Colet du 23 décembre 1853, Corr., II, p. 485.

A-t-on compté tout ce qu’il faut de bassesses contemplées pour constituer une grandeur d’âme ? Tout ce qu’il faut avoir avalé de miasmes écœurants, subi de chagrins, enduré de supplices, pour écrire une bonne page ? Nous sommes cela, nous autres, des vidangeurs et des jardiniers. Nous tirons des putréfactions de l’humanité des délectations pour elle-même, nous faisons pousser des bannettes de fleurs sur des misères étalées. Le Fait se distille dans la Forme et monte en haut, comme un pur encens de l’Esprit vers l’Éternel, l’Immuable, l’Absolu, l’Idéal38.

30A priori, le vocabulaire de ce passage appartient plutôt à la botanique. Mais du point de vue scientifique, la méthode est bien celle de la chimie, dans la mesure où il s’agit plus de composition que de classement. On trouvait déjà dans la Tentation de 1849, une dynamique de ce type, qui consistait à opposer méthode scientifique et dissection médicale. S’adressant à l’orgueil, la science affirme vouloir réunir « ces phénomènes épars et les remettre en mouvement dans la synthèse d’où les a détachés [s]on scalpel ». De même que l’invention d’une technique pour fabriquer du papier à base de cellulose contribue à l’essor du livre au XIXe siècle, de même la technique de composition d’une œuvre vivante chez Flaubert tient beaucoup au modèle de la chimie organique.

Ethos en suspension

  • 39 « Il est juste milieu, botaniste et pansu » (Verlaine, Monsieur Prudhomme, Poèmes saturniens, Libra (...)

31Contrairement au médecin, qui constitue l’exemple même du notable, ou au botaniste qui, de Joséphine Bonaparte à Monsieur Prudhomme39, semble représenter le type même du scientifique convenable, le chimiste est associé aux fumées et aux mauvaises odeurs de son laboratoire, loin de l’image idéalisée du digne docteur en toge. En témoigne sa représentation dans la littérature, à commencer par Baltazar Claës, qui se donne « l’étrange licence d’être si malpropre ». Affinant ce stéréotype dans le dossier de Bouvard et Pécuchet, Flaubert cite un extrait des Lettres et opuscules inédits de Joseph De Maistre qui insiste sur le caractère déplacé de cette science :

  • 40 Les dossiers de Bouvard et Pécuchet, édition en ligne sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé ( (...)

La chimie.
« est-il nécessaire d’observer que cette vaste science (la chimie) est absolument déplacée dans un enseignement général ? à quoi sert-elle pour le ministre, pour le magistrat, pour le militaire, pour le marin, pour le négociant ! »40

  • 41 Lettre à son fils du 12 février 1866.

32Si Berthelot plaît à Flaubert, ce n’est pas seulement pour ses avancées scientifiques, mais également pour l’image qu’il véhicule. Là encore, la figure du « fameux chimiste » joue un rôle en contrepoint, comme en témoigne George Sand qui, après avoir passé sa première soirée au Magny, note dans son carnet : « le grand savant […] seul a été, je crois, raisonnable ». Portant un regard distancié sur l’ensemble de l’illustre assemblée qui fréquente le restaurant, elle reconnaît qu’ils « ont tous beaucoup d’esprit, mais du paradoxe et de l’amour-propre excepté Berthelot et Flaubert qui ne parlent pas d’eux-mêmes41. »

  • 42 Lettre à George Sand du 15 décembre 1866, Corr., III, p. 578-579.

33Dans ce témoignage, c’est donc avant tout un certain ethos qui semble rapprocher le chimiste et l’écrivain, ethos qui, de l’avis de Flaubert, se fait de plus en plus rare à l’époque moderne, comme il l’écrira quelques mois plus tard à la même George Sand : « Je me suis mal exprimé en vous disant « qu’il ne fallait pas écrire avec son cœur ». J’ai voulu dire : ne pas mettre sa personnalité en scène. Je crois que le grand art est scientifique et impersonnel42. » Dans une lettre à Louise Colet du 6 novembre 1853, l’association entre science et impersonnalité était plus précisément liée à la métaphore chimique : « Rappelons-nous toujours que l’impersonnalité est le signe de la Force. Absorbons l’objectif et qu’il circule en nous, qu’il se reproduise au-dehors, sans qu’on puisse rien comprendre à cette chimie merveilleuse. »

  • 43 « Flaubert et la mimesis scénarique », Flaubert et la théorie littéraire, en hommage à Claudine Got (...)

34Mais le réseau métaphorique qui associe chimie, impersonnalité, cœur et corps simples apparaît de manière plus spectaculaire dans la conclusion d’Un cœur simple. S’intéressant au « dispositif de condensation » en deux lieux narratifs qui opère à la fin du conte dans le manuscrit, Jacques Neef43 insiste sur la dissymétrie énonciative qui met en avant le point de vue du sujet réceptif et efface l’instance productrice, ce que souligne notamment la présence du il impersonnel : dans le folio 264 est décrit le fait qu’« à l’église, elle contemplait toujours le St esprit et observa qu’il avait quelque chose du perroquet. Sa ressemblance lui parut encore plus manifeste sur une image d’Épinal, représentant le baptême de notre seigneur. Avec ses ailes de pourpre et son corps d’émeraude c’était vraiment le portrait de Loulou. L’ayant acheté, elle le suspendit à la place du Comte d’Artois, de sorte que du même coup d’œil, elle les voyait ensemble : ils s’associèrent dans sa pensée ». Quant au folio 336, il esquisse l’idée de « confusion » comme travail mental : « il se fit une chimie bizarre dans sa cervelle. Félicité se mit à respecter l’un et à chérir l’autre davantage ».

  • 44 C’est tout le drame de Bouvard et Pécuchet qui, envisageant la science comme un idéal, recherchent (...)

35Il n’est pas anodin que cette métaphore de la chimie mentale apparaisse dans un avant-texte, à un moment de mise en forme non stabilisée du récit. Cela suggère chez Flaubert une certaine représentation de la vie des idées et de la création, qui ne renvoie ni au modèle classique du respect de la règle a priori et du système qu’incarne la tradition44, ni au modèle métaphysique de l’inspiration, mais à une conception dialogique, interactive de la connaissance, qui ne préexiste pas au contexte dans lequel elle s’insère. La fertilité de la prose littéraire tient à sa capacité à synthétiser de manière dynamique les espaces subjectifs qu’elle rencontre en pointant le caractère artificiel des divisions sociales ou idéologiques. C’est cette portée pragmatique d’ouverture vers d’autres subjectivités qui explique l’association des idées de composition et de fécondation dans l’expression « décompositions fécondantes ».

  • 45 Dans une note de régie, sous le titre « Méthode » (méthode au sens fictionnel), on lit : « Multipli (...)
  • 46 Yvan Leclerc, « Notes de cours sur Bouvard et Pécuchet, fictions du savoir et savoirs de la fiction (...)

36D’autres métaphores chimiques viennent renforcer ce modèle paradoxal d’un lien fondé sur la rupture qu’évoque le préfixe –dé. Commentant une note de Flaubert qui parle de « multiplier les attaches et les suspensions45 », Yvan Leclerc souligne la polysémie dynamique qui associe dans ce dernier terme l’acception chimique d’« état d’une substance tenue dans un liquide sans se précipiter » au sens physique de pendre, au sens philosophique d’« état d’un homme en suspens, en incertitude, tels que les sceptiques l’entendent, au sens grammatical d’inachèvement, marqué par une suite de points et au sens stylistique de figure qui consiste à tenir les auditeurs en suspens46.

Théorie de la valence et pratiques graphiques : le vivant en formules ?

37Ce qui intéresse Flaubert dans le modèle chimique, ce n’est pas seulement la question de la composition élémentaire d’un corps, mais celle des réactions et des transformations que l’on observe dès lors que ce corps entre en relation avec d’autres. Il s’agit là du principal enjeu de la chimie au XIXe siècle, dans la mesure où la recherche en ce domaine conduit à l’une des notions les plus importantes, celle de valence des éléments, que Flaubert nomme « atomicité » selon la terminologie en vigueur à l’époque. Moins évidente mais non moins caractéristique de l’influence du modèle chimique sur l’évolution des représentations symboliques au XIXe siècle en général et chez Flaubert en particulier, la question de la valence vaut pour le concept lui-même mais surtout pour les pratiques graphiques qui lui sont associées.

  • 47 Manuscrit gg 226 (7), f° 31. Il est intéressant de remarquer que les notes portent sur la médecine  (...)
  • 48 « Mais pourquoi m’a-t-elle fait ça ! ». La causalité dans Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, (...)

38Comme pour toutes les autres questions chimiques qui intéressent Flaubert, il s’agit pour lui de construire un modèle de la connaissance qui se détache des modèles métaphysiques anciens tout en entrant en débat critique avec les différentes positions scientifiques de l’époque. C’est l’idée de relation qui fonde la distinction entre chimie et alchimie : alors que la pensée alchimique de la transmutation, l’idée qu’on puisse transformer une substance ou un élément dans un autre (changer du plomb en or) suppose qu’il n’y a pas de lien entre l’élément de départ et le composé, la théorie chimique repose sur l’idée que l’évolution d’un corps tient à son réagencement. Stahl, dont le nom apparaît dans les dossiers préparatoires à Bouvard et Pécuchet47, est le premier à penser le processus de transformation en termes de mélange hétérogène, de mixture. Au XIXe siècle, cette approche aboutira à la théorie de la valence. Chez Flaubert, cette problématique de la liaison apparaît à un double niveau : dans la diégèse, à travers la prolifération des connecteurs comme transcription d’une manie de la coordination symptomatique d’une connaissance systématisée ; en creux, comme désir de créer des relations dynamiques plus à même de penser le vivant. Comme l’a bien montré Florence Pellegrini48, le style de Flaubert repose ainsi sur une liaison en « porte-à-faux » dont l’enjeu épistémologique est de problématiser le rapport entre les différentes unités de sens.

  • 49 Ces classifications sont dues à la professionnalisation et à l’industrialisation de la chimie et fo (...)
  • 50 Les travaux de Würtz apparaissent dans les notes de lecture de Flaubert. Voir dossier de Bouvard et (...)
  • 51 Leçons sur les méthodes générales de synthèse en chimie organique, Gauthier Villars, Paris, 1864, p (...)

39Plus encore que le principe théorique de la valence, c’est donc son prolongement symbolique qui intéresse plus directement Flaubert, à travers la question de la notation chimique, objet de débats houleux auxquels participe directement Berthelot. Passant la question de la formule au prisme du regard que l’écrivain porte sur la langue, Flaubert en renvoie une représentation singulière, distincte du système positiviste et du modèle de la classification biologique sans pour autant rejoindre la rigidité symbolique du structuralisme émergent. Se démarquant de la systématique des organismes biologiques qui, dans l’élan positiviste de la première moitié du XIXe siècle, sert de modèle à des classifications routinières49, les années 1850 voient l’émergence d’un modèle de décomposition lexicale et syntactique des formules chimiques, qui fonctionnent comme des mots. Apparaissent alors de nouvelles formules qu’on appelle « développées » et qui apportent des informations sur la « connectivité » des atomes dans une molécule. Parmi d’autres chimistes associés à cette mutation, on citera le cas de Würtz50 dont les travaux sont particulièrement critiqués par Berthelot. Deux réserves animent ce dernier, portant sur le principe même de la notation chimique et plus largement sur la question du vivant. D’ordre épistémologique, la première oppose démarches théorique et expérimentale. Comme science qui étudie la possibilité de « former de toutes pièces et métamorphoser les uns dans les autres les êtres dont elle s’occupe51 », la chimie doit s’appuyer sur les données empiriques d’une « science positive » et se méfier de la « science spéculative [et des] constructions imaginées par l’esprit humain pour se représenter les choses ». Dans cette perspective, « symbolismes abrégés » et formules sont accusés de ne fournir « qu’une idée incomplète et mutilée » de la constitution des corps.

  • 52 Sur cette querelle voir Mitsumasa Wada, « L’épisode de la chimie dans Bouvard et Pécuchet de Flaube (...)
  • 53 Leçons sur les méthodes générales de synthèse en chimie organique, op. cit., p. 65.

40On ne déduira pas pour autant de ce rapprochement la marque d’une prise de position de Flaubert dans la querelle qui oppose équivalentistes et atomistes52, ni même un penchant pour le positivisme, pas plus qu’on n’insistera sur les problèmes scientifiques que pose la position d’un Berthelot ainsi que sur le retard qu’il fit subir à la chimie française. Là où il rejoint plus directement les préoccupations de Flaubert, c’est dans le reproche qu’il fait aux formules de ne figurer qu’un « état statique » et non « dynamique » des corps et dans sa réticence face à leur incapacité à exprimer « les relations qui existent entre les mouvements des particules primitives et les mouvements des particules complexes qui en résultent53 ».

41Ce goût de l’époque pour la formule, est mis en relief chez Flaubert dès la première Éducation sentimentale :

Jules s’enrichissait ainsi de toutes les illusions qu’il perdait ; à mesure que tombaient les barrières qui l’avaient entouré, sa vue découvrait des horizons nouveaux. Également écarté du savant qui s’arrête à l’observation du fait et du rhéteur qui ne songe qu’à l’embellir, il y avait pour lui un sentiment dans les choses mêmes, et les passions humaines suivaient en se développant des paraboles mathématiques. Quant à ses passions à lui, il les réduisait à des formules afin d’y voir plus clair, tandis que ces idées semblaient venir de son cœur, tant elles avaient de chaleur et d’audace.

  • 54 La Tentation de saint Antoine (1849), op. cit., II, p. 345.
  • 55 L’Éducation sentimentale, op. cit., II, 4, p. 280.

42Dans La Tentation de 1849, la formule est plus précisément associée à l’idée de dogmatisme : « tu te courbes sous l’exclusion du dogme, tu vas t’enfermant dans les formules, dans les gestes convenus, dans la niaiserie étroite, dans la petite bêtise sainte54 ». Comme chez Berthelot, la formule – dans L’Éducation sentimentale est incapable de rendre compte d’une situation complexe : « Quant à Mme Dambreuse, il lui trouvait quelque chose à la fois de langoureux et de sec, qui empêchait de la définir par une formule55 ». Pour Flaubert, la formule partage avec le stéréotype l’inconvénient d’enfermer le vivant dans une étiquette, ce en quoi elle est plus proche de la magie que de la science :

  • 56 Lettre à Maxime Du Camp du 13 novembre 1879, Corr., V, p. 739-740.

La magie croit aux transformations immédiates par la vertu des formules, absolument comme le Socialisme. Ni l’un ni l’autre ne tiennent compte du temps et de l’évolution fatale des choses. Darwin n’aurait pas été compris à l’âge de pierre où l’on croyait à des dieux, ou peut-être même à Dieu, à un Pouvoir omnipotent et conscient56.

  • 57 Lettre à Louise Colet du 18 juillet 1852, Corr., II, p. 135.
  • 58 Préférant parler de tiret énonciatif, Sabine Pétillon et André Petitjean insistent sur le fait que (...)

43À la formule mathématique, Flaubert oppose la formule « par image » : « Ce qui se formule en moi par image y reste57. » Cette image ne renvoie pas simplement à la métaphore, à l’image mentale, mais également à une certaine conception graphique de l’écriture qui, comme les nombreuses tentatives de formulation géométrique, dessine un mode de représentation symbolique non linéaire. En témoigne l’usage du tiret chez Flaubert, qui comme le symbole chimique de la liaison entre les atomes, ne rend pas compte simplement d’une chaîne syntagmatique mais également d’une configuration spatiale. La plupart des études sur la question y insistent, ce signe de ponctuation, loin de se conformer aux prescriptions de la grammaire, tire son sens du contexte dans lequel il s’insère et auquel il confère à son tour sa portée. C’est ce contexte qui lui confère son ancrage subjectif, son épaisseur dialogique et sa vie58 en dehors de la phrase.

44Si l’articulation entre chimie et sciences de la nature ne se dément pas tout au long de l’œuvre, elle suit un double mouvement à la fois convergent et divergent. Plusieurs strates se superposent pour former un corps complexe, diégèse, avant-textes et notes documentaires qui ne mettent pas en perspective les mêmes questions. Dans la diégèse, la chimie sert de contrepoint aux sciences naturelles pour mieux mettre en relief leurs contradictions. Dans les notes de lecture se dessinent les enjeux épistémologiques de ce rapprochement que schématisent les avant-textes et qu’explicite la correspondance. C’est tout le débat scientifique et philosophique d’un siècle qui se lit dans le choix d’articuler ou de séparer chimie et vie. Conformément à sa méthode, Flaubert, plus qu’il ne s’y implique, le fait résonner dans son écriture, selon un montage discursif subtil où chaque position apporte un éclairage critique sur les autres pour mieux être remise en question à son tour, selon un processus généralisé de (dé)composition des évidences.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas dans la lettre du 24 juin 1837 à Ernest Chevalier qui l’intègre à la série de « la sotte érudition des éplucheurs, équarrisseurs, philosophes, romanciers, chimistes, épiciers, académiciens » (Correspondance, édition établie par Jean Bruneau et Yvan Leclerc pour le volume 5, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1973-2007, I, p. 25).

2 L’Éducation sentimentale de 1845, Seuil, Paris, 1963, p. 263.

3 Œuvres de jeunesse, édition établie par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, VII, p. 138.

4 La Tentation de saint Antoine [version de 1849], Paris, L. Conard, 1910, II, p. 326.

5 Florence Emptaz, « La pharmacopée de M. Homais ou la pharmacie dans tous ses états », Flaubert. Études critiques, 2001 [en ligne], http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/pharma.pdf

6 Madame Bovary, II, 8, édition établie par Jacques Neefs, Librairie Générale Française, « Le Livre de poche », Paris, 1999, p. 230.

7 Par les champs et par les grèves, op. cit., VII, p. 127.

8 Édition établie par Stéphanie Dord-Crouslé, Flammarion, « Garnier-Flammarion », Paris, 1999, p. 107.

9 Manuscrits de Bouvard et Pécuchet, 1er volume, édition sous la direction d’Yvan Leclerc, site http://flaubert.univ-rouen.fr/bouvard_et_pecuchet/, plan, f° 25.

10 Lettre à Edma Roger des Genettes. 19 août 1872, Corr., IV, p. 559.

11 Lettre à sa nièce Caroline, 3 janvier 1875, ibid., p. 901.

12 Madame Bovary, I, 1, op. cit., p. 64.

13 L’Éducation sentimentale, II, 3, Paris, Librairie générale française, Paris, 1983, p. 230.

14 Lettre à George Sand du 3 février 1873, Corr., IV, p. 641.

15 Lettre à sa nièce Caroline, 26 août 1872, ibid., p. 563.

16 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 107.

17 Madame Bovary, III, 8, op. cit., p. 467.

18 « Vous disiez l’arsenic… » Homais pontifie devant Larivière (III, chap. 8, brouillons, vol. 6, folio 227 v°, édition intégrale des manuscrits de Madame Bovary, sous la direction d’Yvan Leclerc, site de l’université de Rouen, http://www.bovary.fr/).

19 « [P]our bien m’assurer moi-même si c’était réellement de l’arsenic… j’ai voulu faire l’analyse […] et j’ai vu qu’effectivement les fragments extraits des matières exhalaient une forte odeur alliacée. Puis j’ai délicatement introduit dans un tube étroit de 25 à 28 cent à peu près quelques grains d’un mélange pulvérulent » (Les Manuscrits de Madame Bovary, op. cit., vol. 6, folio 227 v°)

20 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 108.

21 « L’évolution de l’industrie chimique », La Revue des deux mondes, vol. 14, 1903, p. 717.

22 Jöns Jacob Berzélius, Traité de Chimie minérale, végétale et animale, traduction Esslinger, J.-B. Baillière, Paris, 1831, t. V, p. 14.

23 Comme l’affirme Berzélius dans les années 1830 : « les éléments paraissent obéir à des lois tout autres que dans la nature inorganique » (Traité de chimie, nouvelle édition refondue d’après la 4e édition allemande de 1838, Adolphe Wahlen, Bruxelles, 1838, t. II, p. 288).

24 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 107.

25 Chimie organique fondée sur la synthèse, Mallet-Bachelier, Paris, II, p. 809.

26 Édition établie par Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, Paris, 1983, V, p. 165.

27 Comme c’était le cas dans La Tentation de saint Antoine de 1849.

28 Jacques Jean, Le vitalisme et la chimie organique pendant la première moitié du XIXe siècle, Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1950, t. 3, n° 1, p. 35.

29 Sous l’impulsion duquel débutent les premiers travaux réels sur la chimie organique.

30 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 261.

31 « Le vitalisme dans Madame Bovary », dans Madame Bovary et les savoirs, sous la direction de Pierre-Louis Rey et Gisèle Séginger, Presses de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2009, p. 189-197.

32 Formulé, entre autres, par Bichat dans ses Recherches physiologiques sur la vie et la mort (1800) et son Anatomie générale appliquée à la physiologie et à la médecine (1801).

33 « Hom[ais] était affligé de ce scepticisme. Vous ne croyez donc à rien » (Les Manuscrits de Madame Bovary, op. cit., vol. 6, f° 232 v°).

34 Les Manuscrits de Madame Bovary, op. cit., vol. 6, f° 232 v°.

35 Ibid., f° 229 et 230.

36 Lettre à Louise Colet du 23 décembre 1853, Corr., II, p. 485.

37 Claude Bernard, Cahiers de notes (1850-1860), Gallimard, Paris, 1965, p. 67.

38 Lettre à Louise Colet du 23 décembre 1853, Corr., II, p. 485.

39 « Il est juste milieu, botaniste et pansu » (Verlaine, Monsieur Prudhomme, Poèmes saturniens, Librairie générale française, Paris, 1996, p. 66).

40 Les dossiers de Bouvard et Pécuchet, édition en ligne sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé (CNRS/LIRE), manuscrit g 226 (6), f° 268.

41 Lettre à son fils du 12 février 1866.

42 Lettre à George Sand du 15 décembre 1866, Corr., III, p. 578-579.

43 « Flaubert et la mimesis scénarique », Flaubert et la théorie littéraire, en hommage à Claudine Gothot-Mersch, dir. T. Logé et M.-F. Renard, Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2005, p. 110.

44 C’est tout le drame de Bouvard et Pécuchet qui, envisageant la science comme un idéal, recherchent la pureté d’une connaissance impossible à mettre en fiction.

45 Dans une note de régie, sous le titre « Méthode » (méthode au sens fictionnel), on lit : « Multiplier les attaches et les suspensions » Yvan Leclerc, « Notes de cours sur Bouvard et Pécuchet, fictions du savoir et savoirs de la fiction », Revue Flaubert n° 11, 2011 [en ligne] http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/article.php?id=92

46 Yvan Leclerc, « Notes de cours sur Bouvard et Pécuchet, fictions du savoir et savoirs de la fiction », Revue Flaubert n° 11, 2011 [en ligne] http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/article.php?id=92

47 Manuscrit gg 226 (7), f° 31. Il est intéressant de remarquer que les notes portent sur la médecine : « La transfiguration, ou métaschématisme des affections lui servit à caractériser divers types. « Toutes les fois qu’une maladie est susceptible de se transformer en une autre, le médecin doit chercher dans la série des transmutations celle qui révèle le mieux l’origine du mal et sa nature. – qui le nierait aujourd’hui du rhumatisme ou de la syphilis ».

48 « Mais pourquoi m’a-t-elle fait ça ! ». La causalité dans Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, Thèse sous la direction de J. Neefs, Paris 8, 2005.

49 Ces classifications sont dues à la professionnalisation et à l’industrialisation de la chimie et fondées sur la correspondance biunivoque d’une formule élémentaire et d’une molécule, analogue au schéma à deux termes, genre et espèce, de la classification linéenne.

50 Les travaux de Würtz apparaissent dans les notes de lecture de Flaubert. Voir dossier de Bouvard et Pécuchet, g 226 (1), f° 242, site Les dossiers de Bouvard et Pécuchet, sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé, CNRS Lyon.

51 Leçons sur les méthodes générales de synthèse en chimie organique, Gauthier Villars, Paris, 1864, p. 523.

52 Sur cette querelle voir Mitsumasa Wada, « L’épisode de la chimie dans Bouvard et Pécuchet de Flaubert, ou comment narrativiser une ambiguïté scientifique », ITEM [en ligne], 16 janvier 2009, http://www.item.ens.fr/index.php?id=384040

53 Leçons sur les méthodes générales de synthèse en chimie organique, op. cit., p. 65.

54 La Tentation de saint Antoine (1849), op. cit., II, p. 345.

55 L’Éducation sentimentale, op. cit., II, 4, p. 280.

56 Lettre à Maxime Du Camp du 13 novembre 1879, Corr., V, p. 739-740.

57 Lettre à Louise Colet du 18 juillet 1852, Corr., II, p. 135.

58 Préférant parler de tiret énonciatif, Sabine Pétillon et André Petitjean insistent sur le fait que loin « d’engager la rhétorique ou la syntaxe, c’est le sujet parlant qu’il appelle – sa voix, son rythme pour ainsi dire, au sens physique, épidermique du terme » (« Le tiret de fin de phrase dans Un cœur simple – un stylème flaubertien ? », « Ponctuation et ordonnancement des unités discursives », Revue Flaubert, n° 8, 2012 [en ligne] http://flaubert.revues.org/1867).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Wulf, « « Décomposition fécondante » : la chimie organique et les savoirs du vivant chez Flaubert », Flaubert [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2434

Haut de page

Auteur

Judith Wulf

Université Rennes 2

Haut de page