Navigation – Plan du site

Gustave Flaubert, Kokoro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi

Presses Universitaires d’Osaka, Osaka, 2015
Tomoko Hashimoto
Référence(s) :

Gustave Flaubert, Koloro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi, Presses Universitaires d’Osaka, Osaka, 2015, 303 p.

Texte intégral

1Voilà la traduction japonaise du Château des Cœurs (1880), pièce de théâtre onirique dite « la féerie » que Flaubert a conçue en 1861 et rédigée en collaboration avec Louis Bouilhet et Charles d’Osmoy en 1863 (entre le succès de Salammbô et la rédaction de L’Éducation sentimentale). Cette pièce, qui n’a jamais eu l’occasion d’être représentée sur scène du vivant de Flaubert, donne pourtant accès au goût de l’auteur pour le théâtre populaire, genre alors en pleine floraison au XIXe siècle.

  • 1 Jeanne Bem, « Pour le lecteur japonais », Kokoro no shiro (Le Château des cœurs [en japonais]), tra (...)

2Cet ouvrage en traduction, riche et bien documenté, « un véritable livre d’art » selon Jeanne Bem1, cristallise l’univers de la féerie flaubertienne : il est composé du Château des cœurs en dix tableaux, des manuscrits supprimés dans la version définitive, de l’introduction par Émile Bergerat (accompagnée de la première livraison parue dans La Vie moderne en 1879), d’une liste des personnages transcrite d’après les manuscrits conservés à la bibliothèque municipale de Rouen, du texte de présentation par Jeanne Bem en français et en japonais, de la notice par la traductrice, ainsi que du tableau comparatif entre la biographie de Flaubert et la chronologie des événements concernant le Japonisme. À cela s’ajoute comme documents graphiques la reproduction des cinq manuscrits autographes photographiés et de nombreuses illustrations en gravure originellement publiées en feuilleton dans La Vie Moderne (du 24 janvier 1879 jusqu’au 8 mai 1880, jour du décès de Flaubert).

  • 2 Ibid., p. 225.
  • 3 Gustave Flaubert, lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, le 23 octobre 1863, Correspondance, « Bibliot (...)
  • 4 Ibid.

3Le genre théâtral mérite considération, car la manière dont l’auteur s’en occupe diffère sensiblement de celle de ses autres œuvres. Contrairement aux écrits romanesques, l’écriture pour le théâtre est avant tout, comme le précise Jeanne Bem2, « pour un travail alimentaire ». Son thème se fonde d’ailleurs sur le principe dichotomique du théâtre populaire : des amoureux bons et purs, un Gnome mauvais et méchant ou une fée bienveillante. Flaubert adapte cette convention formelle qui, d’après lui, « ne sert jusqu’à présent que de cadre à des choses fort médiocres »3, sans pour autant oublier, comme l’annotatrice le souligne, d’exprimer son intention : « c’est pour moi une question de critique littéraire, pas autre chose »4.

  • 5 La notice par la traductrice, Le Château des cœurs [en japonais], op. cit., p. 251.

4Comme souvent chez Flaubert, le schéma narratif prend le pas sur la psychologie des personnages. Selon leur prédominance thématique, les dix tableaux du Château des cœurs se divisent en deux groupes : les cinq premiers tableaux montrent le paysage de la société française, tandis que dans les cinq derniers l’accent est mis sur l’univers oriental imaginaire. Les deux tableaux du milieu (les 5e et 6e) fonctionnent comme une charnière entre les deux parties symétriques : le premier tableau correspond au 8e (thème des bois), le 2e au 9e (le Gnome), le 3e au 10e (chez le banquier Kloekher), le 4e au 7e (deux espaces en contraste, c’est-à-dire la chambre « d’aspect misérable » et les États de Pipempohé, un luxueux royaume fantastique), et finalement le 5e au 6e (l’île de la toilette et le Royaume du Pot-au-feu, deux pays symbolisant la société bourgeoise)5.

  • 6 Ibid., p. 279-283.

5D’autres procédés narratifs et thématiques chers à l’auteur sont également perceptibles, tel le thème de la répétition numérique : les chiffres « 3 » et « 12 » sont omniprésents, comme frapper trois fois, crier trois fois le nom de l’héroïne, le trois fois saint Pot-au-feu, ou bien, hacher douze misérables ou ouvrir douze fenêtres du château6. Cette dimension répétitive s’apparente d’ailleurs à l’ironie contre le mode de reproduction dans la société moderne, que l’auteur développera dans Bouvard et Pécuchet : « Il faudra ensuite adopter », dit le Gnome, « la chose à la mode, […] Alors vos œuvres, reproduites à l’infini, couvriront l’Europe. […] Le despotisme de votre médiocrité pourra abêtir toute une race » (2e tableau, scène 3).

  • 7 Gustave Flaubert, lettre à Ernest Duplan, le 12 juin 1862, Correspondance, éd. cit., t. III, p. 221
  • 8 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 24 janvier 1880, Correspondance, éd. cit., t. V, (...)
  • 9 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 15 février 1880, Correspondance, éd. cit., t. V, (...)
  • 10 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 26 février 1880, Correspondance, op. cit., t. V, (...)
  • 11 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 2 mai 1880, Correspondance, op. cit., t. V, p. 8 (...)

6Mais les gravures insérées dans cet ouvrage pourraient intriguer le lecteur de Flaubert, puisque l’écrivain a constamment persisté à refuser les illustrations : « Jamais, moi vivant, on ne m’illustrera, parce que la plus belle description littéraire est dévorée par le plus piètre dessin »7. De fait, cet ouvrage en traduction avec de nombreuses gravures originellement publiées dans La Vie moderne a pour but de montrer l’ambiguïté de Flaubert vis-à-vis de l’insertion graphique, ainsi que de mieux comprendre le choix des illustrations que l’éditeur a incluses malgré la volonté de l’auteur. Si Flaubert a été initialement motivé pour mettre en page dix illustrations du décor théâtral (il a en effet apprécié le 1er tableau dans la première livraison du feuilleton : « La Féerie a bonne mine et, ainsi publiée, elle me plaît »8), il s’est par la suite mis en colère après l’illustration du 3e tableau (« Ces petits bonshommes sont imbéciles. Et leurs physionomies absolument contraires à l’esprit du texte ! »9, « Tous les dimanches, La Vie moderne me donne un accès de rage ! (sic). On ne peut rien imaginer de plus inepte que ces illustrations »10). Cet emportement va finalement se calmer, laissant néanmoins un profond regret quant à son accord initial, par besoin de commencer un autre ouvrage, qui deviendra Bouvard et Pécuchet (« Puisque j’ai eu la bêtise de consentir à des illustrations (chose anti-littéraire) il faut maintenant les recommencer pour le volume […] C’est donc une autre publication à faire – et il faut s’y mettre tout de suite, pour qu’elle précède mon roman »11).

  • 12 Le Château des cœurs [en japonais], op. cit., p. 240.
  • 13 Ibid., p. 285-290.

7Pourquoi l’éditeur a-t-il inséré ces illustrations qui ne plaisaient pas à l’auteur ? C’est selon Kayoko Kashiwagi à cause de la mode de l’époque. Suivant les pistes d’études précédemment publiées, comme par exemple Marchal Olds, Jeanne Bem ou Gisèle Séginger, l’annotatrice vise à faire remarquer un autre élément non moins important pour la féerie flaubertienne : l’Orientalisme et le Japonisme. Le premier, déjà présent dans la première Éducation sentimentale (le départ final de Jules en Orient, symbole du renouveau pour un artiste), joue également un rôle remarquable, notamment dans le 7e tableau avec un gigantesque palais indo-moresque12. Quant au second, vulgarisé depuis les années 1860 à l’occasion de l’exposition universelle, cet intérêt pour l’art japonais alors en vogue s’observe non seulement dans plusieurs détails architecturaux et vestimentaires dans Le Château des cœurs, mais aussi et surtout dans la sélection des illustrations réalisée par Charpentier. Malgré l’auteur, cet éditeur a fait accompagner le texte, par goût personnel, de dessins de Courboin créés pour les 7e et 8e tableaux, dont la composition est marquée par l’emprise japoniste13. Ce qui a l’emporté en fin de compte, c’est la logique du marché et la prédilection de l’éditeur.

  • 14 Ibid., p. 244-245.
  • 15 Gustave Flaubert, lettre à Edma Roger des Genettes, le 27 mai 1878, Correspondance, op. cit., t. V, (...)

8Flaubert lui-même s’est par ailleurs intéressé à l’art japonais grâce à la fréquentation de deux peintres, Charles Gleyre et Léon Bonnat14. Lors de l’exposition universelle de 1878, l’écrivain a apprécié une basse-cour japonaise : « Il faudrait trois mois, à quatre heures par jour pour connaître tout ce qu’il y a dans ces ‘‘grandes assises de la civilisation’’ »15.

  • 16 Le Château des cœurs [en japonais], op. cit., p. 246.

9Tout de même, à cette époque, pour la plupart des artistes qui n’ont jamais eu l’occasion de voyager en Extrême-Orient, le Japonisme a été un mouvement esthétique qu’ils ont développé « au nom du Japon », uniquement par le truchement des objets d’art importés, sans véritables connaissances approfondies. Ce pays lointain, fantomatique et fantasmatique pour le rêveur occidental, fournit donc, selon l’annotatrice, un sujet propice pour le théâtre fantastique qu’est la féerie16. C’est à travers cette dimension peu explorée que Kayoko Kashiwagi se propose de mettre en lumière Le Château des cœurs et de le resituer, avec un autre regard, dans l’ensemble des œuvres flaubertiennes.

Haut de page

Notes

1 Jeanne Bem, « Pour le lecteur japonais », Kokoro no shiro (Le Château des cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi, Presses Universitaires d’Osaka, Osaka, 2015, p. 234.

2 Ibid., p. 225.

3 Gustave Flaubert, lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, le 23 octobre 1863, Correspondance, « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, Gallimard, Paris, p. 352.

4 Ibid.

5 La notice par la traductrice, Le Château des cœurs [en japonais], op. cit., p. 251.

6 Ibid., p. 279-283.

7 Gustave Flaubert, lettre à Ernest Duplan, le 12 juin 1862, Correspondance, éd. cit., t. III, p. 221.

8 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 24 janvier 1880, Correspondance, éd. cit., t. V, p. 795.

9 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 15 février 1880, Correspondance, éd. cit., t. V, p. 832.

10 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 26 février 1880, Correspondance, op. cit., t. V, p. 848.

11 Gustave Flaubert, lettre à Georges Charpentier, le 2 mai 1880, Correspondance, op. cit., t. V, p. 895.

12 Le Château des cœurs [en japonais], op. cit., p. 240.

13 Ibid., p. 285-290.

14 Ibid., p. 244-245.

15 Gustave Flaubert, lettre à Edma Roger des Genettes, le 27 mai 1878, Correspondance, op. cit., t. V, p. 385.

16 Le Château des cœurs [en japonais], op. cit., p. 246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tomoko Hashimoto, « Gustave Flaubert, Kokoro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 05 avril 2016, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2513

Haut de page

Auteur

Tomoko Hashimoto

Articles du même auteur

Haut de page